Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12ChroniquesQuel est mon/ton/son pronom ? Inv...

Chroniques

Quel est mon/ton/son pronom ? Invariabilité, autodétermination et le pronom iel

Les genres récrits : chronique n° 10
What’s my/your/their Pronoun? Invariability, Self-Determination and the Pronoun iel
Daniel Elmiger

Résumés

L’introduction du pronom iel dans le dictionnaire (électronique, puis papier) du Robert a suscité un intérêt vif — et de nombreux débats. Si on compare les pronoms de la troisième personne avec ceux de la première et de la deuxième personne, on constate une variabilité du genre qui n’est pas nécessaire, en général : pourquoi donc ne pas admettre un pronom qui complète la série des pronoms invariables, en français ? Certes, les questions liées aux formes à accorder reste ouverte, mais pour les personnes non binaires, elle s’est posée déjà bien avant l’apparition de formes telles que iel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il existe aussi des textes qui abordaient ce pronom préalablement, p. ex. Swamy & Mackenzie (2019).
  • 2 Je remercie Alpheratz pour sa relecture et ses commentaires portant sur une première version de ce (...)

1Depuis son apparition dans le dictionnaire en ligne du Robert et la tempête discursive qui s’en est suivie, tout ou presque a déjà été dit sur le pronom iel, semble-t-il1. Essayons quand même d’y revenir dans cette chronique, dont le titre est Les genres réécrits : sans un texte sur ce pronom, elle passerait à côté de l’actualité de la réécriture des genres, n’est-ce pas ?2

2Ma thèse, dans ce qui suit, est la suivante : loin de compliquer le système des pronoms du français, le pronom iel le complète et le simplifie — sans toutefois résoudre tous les problèmes connexes. Et en même temps, l’apparition de ce pronom révèle des difficultés que beaucoup n’ont pas voulu voir auparavant – en tout cas beaucoup de personnes pour qui la binarité il/elle va de soi.

3Commençons par quelques remarques préliminaires : premièrement, il est évident que tout ce qui est dit à propos des formes du singulier (elle, il, iel) vaut aussi, grosso modo, pour le pluriel. Deuxièmement, il va également de soi qu’il existe, en français moderne, plusieurs pronoms de la troisième personne autres que il et elle : en premier lieu on peut penser à on qui, véritable caméléon grammatical, peut se substituer à quasi tous les autres pronoms personnels – notamment à celui de la première personne du pluriel (Blanche-Benveniste 2003), mais il y a d’autres pronoms plus ou moins (non) standards (par exemple ça ou i/y). Troisièmement, je parlerai principalement des pronoms atones (je, tu, il, elle, …), qui sont cependant souvent accompagnés (ou substitués) par des formes toniques : moi (je), toi (tu), lui (il), etc. Et enfin : ce qui sera dit à propos du pronom iel (aussi ielle, yel(le)) vaut aussi, mutatis mutandis, pour d’autres pronoms alternatifs qui ont été proposés : al, ol, ul, ille, yol, elleux, etc.

Pronoms invariables et pronoms variables

4Regardons d’abord quelle place est censée occuper le pronom iel. Si on simplifie quelque peu le système traditionnel des pronoms personnels du français, on peut le décrire à l’aide d’une grille qui distingue entre pronoms invariables et pronoms variables :

pronoms invariables

pronoms variables

1re personne sg

je

ø

2e personne sg

tu

ø

3e personne sg

ø

il, elle

1re personne pl

nous

ø

2e personne pl

vous

ø

3e personne pl

ø

ils, elles

Tableau 1 : répartition traditionnelle des pronoms personnels en français contemporain

5On remarque tout de suite que la troisième personne se distingue des deux autres personnes, où tous les pronoms sont invariables. En cela, le français ressemble à d’autres langues qui connaissent une configuration comparable. Prenons deux langues germaniques, l’allemand et l’anglais, où seule la troisième personne du singulier est différenciée selon le genre ; au pluriel, on s’y passe de formes variables :

pronoms invariables

pronoms variables

1re personne sg

ich / I

ø

2e personne sg

du / you

ø

3e personne sg

ø

er, sie / he, she

1re personne pl

wir / we

ø

2e personne pl

ihr / you

ø

3e personne pl

sie / they

ø

Tableau 2 : répartition traditionnelle des pronoms en allemand et en anglais

6En revanche, d’autres langues, comme l’espagnol, ont davantage de formes variables : dans les trois personnes du pluriel, on trouve des formes féminines et masculines formellement différenciées :

pronoms invariables

pronoms variables

1re personne sg

yo

ø

2e personne sg

tu

ø

3e personne sg

ø

el, ella

1re personne pl

ø

nosotros, nosotras

2e personne pl

ø

vosotros, vosotras

3e personne pl

ø

ellos, ellas

Tableau 3 : répartition traditionnelle des pronoms en espagnol contemporain

7Après ce bref exercice de comparaison contrastive, retenons pour l’instant que la distribution des pronoms personnels du français (entre formes invariables et variables) n’est pas la seule possible, mais que la différenciation semble plus fréquente à la troisième personne qu’à la première et à la deuxième, où les formes sont en général invariables, surtout au singulier.

  • 3 Les formes proposées ne visent pas la praticabilité. Mais elles permettent de se demander quelle se (...)

8Et si on imaginait un tableau différent pour le français ? Essayons d’abord un système variable au maximum, en ajoutant, en souligné, des formes différenciées au pluriel3 (comme en espagnol) et, en gras, des formes variables pour la première et la deuxième personne du singulier), sans trop nous soucier de la plausibilité (maniabilité et prononçabilité) de certaines nouvelles formes :

pronoms invariables

pronoms variables

1re personne sg

ø

mje, fje

2e personne sg

ø

mtu, ftu

3e personne sg

ø

il, elle

1re personne pl

ø

nous, nouses ou : fnous, mnous

2e personne pl

ø

vous, vouses ou : fvous, mvous

3e personne pl

ø

ils, elles

Tableau 4 : proposition de nouvelle répartition des pronoms en français contemporain

9Un tel système ne serait-il pas plus riche et ne permettrait-il pas des différenciations impossibles dans la langue actuelle ? Dans la littérature, par exemple, on décèlerait tout de suite à quelle identité de genre est attribuable tel récit raconté à la première personne. En revanche, ce serait plus difficile de s’adresser à un tu ou vous indéterminé. Ainsi, on gagnerait en précision, mais ne perdrait-on pas aussi les bénéfices d’une certaine indétermination ?

10Bref : un système pronominal totalement variable semble inutilement précis et non nécessaire — surtout si on sait qui on est et avec qui on parle. Et, précisons-le : si l’échange a lieu entre deux personnes binaires. Dans ces conditions, le système traditionnel est plus économique et bien plus pratique !

Un système qui convient bien aux personnes binaires

  • 4 Cis signifie que mon identité de genre est en accord avec le sexe qui m’a été attribué à la naissan (...)

11Regardons cela de plus près. Prenons comme exemple moi, Daniel, homme cis4 – ou si vous préférez : Daniela, femme cis. Tantôt, je parle (moi, je…), tantôt, on s’adresse à moi (toi, tu…) et tantôt, on parle de moi (Daniel : lui, il… ; Daniela : elle, elle …). Que c’est pratique d’être cis binaire : je sais toujours qui je suis et il existe une forme pour chaque nom et adjectif que je veux utiliser, qu’il soit différencié, à l’écrit et/ou à l’oral ou épicène :

formes masculines

formes épicènes

formes féminines

il

elle

homme

femme

étudiant

étudiante

sérieux

sérieuse

gentil

gentille

habile

élève

Tableau 5 : sélection de formes pronominales, adjectivales et nominales différenciées ou épicènes

  • 5 Daniela pourrait cependant renverser la perspective en alléguant que les formes féminines sont à co (...)

12En général, les formes pour moi, Daniel, seront plus courtes et donc plus économiques que celles pour Daniela : c’est pratique (pour moi), n’est-ce pas ? Tant pis pour Daniela5

13Si ce n’est pas moi qui parle, on peut s’adresser à moi à la deuxième personne, en me donnant du tu ou du vous, selon le degré de familiarité. Comme je peux présumer qu’en me parlant, l’allocutaire connait mon identité d’homme cis, cela permet d’utiliser les mêmes formes pratiques ci-dessous : toi, Daniel, grand, frère, Neuchâtelois, linguiste, germanophone. Ou alors toi, Daniela, grande, sœur, Neuchâteloise, linguiste, germanophone.

14Dans l’échange, l’alternance entre la première et la deuxième personne (les pronoms changeant au gré des tours de parole) est fluide pour toute personne qui a une identité binaire assumée (cis). On peut soit la connaitre ou la présumer : cela est notamment le cas quand je m’adresse à une personne inconnue : je peux ainsi me baser sur la morphologie de mon vis-à-vis, des indices en lien avec l’expression du genre ou, au téléphone, à une appréciation des caractéristiques de la voix. En général, j’y parviens bien, mais parfois (lorsque les indices sont peu clairs, contraires à mes attentes ou volontairement brouillés), je peux me tromper.

15Revenons au pronom iel. Parmi les reproches que j’ai le plus souvent lus à l’encontre de ce pronom, on peut mentionner la question de l’accord : iel est heureux ou heureuse ? En effet, en français, il faut souvent choisir entre des formes différenciées (tantôt à l’écrit, tantôt à l’oral, tantôt les deux), car seule une partie des formes satellites (adjectifs, noms, participes) sont indifférenciées (épicènes). En simplifiant un peu, ce fait complique l’utilisation de la langue dans deux cas : d’une part en contexte généralisant, si l’on veut éviter le masculin à valeur générique (pour parler de groupes mixtes (a) ou de personnes indéterminées (b)6 :

  • (a) les artistes … ils et elles / présent·e·s / acteurs et actrices

  • (b) nous cherchons un·e collaborateur/ collaboratrice

16D’autre part, cela concerne les personnes non binaires, qui peuvent également avoir de la peine à trouver des mots et désinences qui leur conviennent (cf. p. ex. Swamy et Mackenzie 2021).

17Et vous savez quoi ? Pour les non-binaires, cette difficulté ne concerne pas seulement la troisième personne, mais aussi — et surtout — la première personne ainsi que la deuxième !

18Depuis mon identité binaire, cela ne me touche pas au niveau du je, mais à celui du tu/vous : vais-je dire tu es content ou tu es contente ? Certes, il est souvent possible de contourner certains choix, mais dans une langue aussi genrée que le français, l’évitement est une stratégie difficile et frustrante. Des propositions de dégenrisation/neutralisation de la langue ont été faites pour le français (cf. le système assez complet d’Alpheratz 2018) et les stratégies de personnes non binaires décrites dans Swamy et Mackenzie 2021). Malgré leur caractère novateur et intéressant, l’effort pour débinariser le français demeure considérable : un effort que seulement peu de personnes sont prêtes à faire pour l’instant.

Vers un système pronominal invariable complet

19Après tout ce que je viens d’écrire, reprenons la première grille et insérons-y les pronoms iel et iels :

pronoms invariables

pronoms variables

1re personne sg

je

2e personne sg

tu

3e personne sg

iel (ou : al, ol, ul, …)

elle, il

1re personne pl

nous

2e personne pl

vous

3e personne pl

iels (ou : als, ols, uls, …)

elles, ils

Tableau 5 : système alternatif des pronoms en français contemporain

  • 7 Si on voulait pousser la réflexion un peu plus loin, on pourrait même se demander quelle est la per (...)

20À côté des je et tu indifférenciés, le iel complète la série des pronoms invariables et permet ainsi un choix intéressant à la troisième personne : il et elle conviennent pour les personnes à identité binaire — et iel partout ailleurs : en cas d’identité non binaire, inconnue ou sans importance.7

21Certes : ce système alternatif ne résout pas la difficile gestion des accords des adjectifs, noms, pronoms et autres formes fléchies, en français. Mais comme j’espère l’avoir montré, ce problème existe indépendamment du pronom iel — mais devient peut-être soudain plus saillant pour les personnes qui étaient jusqu’alors à l’aise dans leur monde binaire.

22Quel sera l’avenir du pronom iel ? Difficile à savoir. Dans certains contextes, son utilisation est sans doute pratique, surtout s’il n’y a pas de formes à accorder :

  • Si quelqu’un a une question, iel peut la poser maintenant.

23Tantôt, les accords sont plutôt faciles à réaliser, à l’oral et/ou à l’écrit :

  • Iel est arrivé·e (facile à l’oral et à l’écrit) et intelligent·e (facile à l’écrit seulement).

24Et tantôt, c’est plus difficile : il vaudra mieux reformuler :

  • Iel sera la/le nouveau/nouvelle directeur/directrice.

Quel est son pronom ?

25Pour terminer, revenons à la question Quel est ton pronom ?, que l’on peut trouver dans les échanges avec des personnes trans* ou non binaires. Pour moi, cette question vise à promouvoir l’autodétermination de l’individu qui choisit librement son genre, qu’il s’intègre dans la binarité traditionnelle ou non.

26Cela étant dit, la formulation (Quel est ton pronom ?) m’a toujours paru étrange, car le pronom par qui je m’exprime est le (moi) je, que je partage avec tout autre être capable de parole. Je comprends bien sûr que si je désigne « mon pronom », cela se rapporte au pronom que d’autres devraient utiliser en parlant de moi (et qui peut fournir des indices pour le choix des formes satellites à accorder). De plus en plus, on rencontre ainsi des indications du type

  • anglais : Kim (he/him) ; français : Kim (il/lui) — identité binaire (ici : masculine)

  • anglais : Kim (they/them) ; français : Kim (iel/lui) — identité non binaire

27dans les renseignements personnels (p. ex. sur les réseaux sociaux ou dans la signature des courriels). Ce qui peut être très utile en cas d’identité trans* et/ou non binaire (ou en cas de prénoms inhabituels) ne va pas (encore) de soi pour les personnes qui n’ont pas à expliciter leur identité de genre, notamment si elle est cis et bien « lisible » pour l’environnement. Il est sans doute trop tôt pour savoir dans quelle mesure il sera attendu, à l’avenir, que tout le monde soit amené à choisir et/ou déclarer « son » pronom.

Haut de page

Bibliographie

ALPHERATZ. 2018. Grammaire du français inclusif. Châteauroux: Éditions Vent Solars.

BLANCHE-BENVENISTE, Claire. 2003. « Le double jeu du pronom on », in La syntaxe raisonnée. Mélanges de linguistique générale et française offerts à Annie Boone à l’occasion de son 60e anniversaire, BERRÉ, Michel, VAN SLIJCKE, Ann & HADERMANN, Pascale (dir.). Bruxelles : De Boeck Duculot, 41-56.

SWAMY, Vinay & MACKENZIE, Louisa. 2019. « Legitimizing ‘iel’? Language and Trans communities in Francophone and Anglophone Spaces ». H-France Salon 11, 14 #1. URL : https://h-france.net/h-france-salon-volume-11-2019/#1114

SWAMY, Vinay & MACKENZIE, Louisa. (dir.). 2021. Devenir non-binaire en français contemporain. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03562909/document

Haut de page

Notes

1 Il existe aussi des textes qui abordaient ce pronom préalablement, p. ex. Swamy & Mackenzie (2019).

2 Je remercie Alpheratz pour sa relecture et ses commentaires portant sur une première version de ce texte.

3 Les formes proposées ne visent pas la praticabilité. Mais elles permettent de se demander quelle serait la meilleure solution, théoriquement : des formes équipollentes telles que mnous et fnous ou des paradigmes où le féminin serait « dérivé » du masculin, ce qui se traduirait par une marque morphologique de la forme féminine (f. nouses vs m. nous), ayant pour conséquent que la forme masculine aurait potentiellement les mêmes valeurs (spécifique et/ou générique) que d’autres noms et adjectifs.

4 Cis signifie que mon identité de genre est en accord avec le sexe qui m’a été attribué à la naissance.

5 Daniela pourrait cependant renverser la perspective en alléguant que les formes féminines sont à considérer comme formes pleines et les formes masculines comme formes réduites (cf. la chronique sur le féminin générique : Elmiger 2020). Mais sera-t-elle vraiment écoutée – voire suivie ?

6 À propos des deux conceptions de généricité, cf. la chronique n° 7 https://journals.openedition.org/glad/2346

7 Si on voulait pousser la réflexion un peu plus loin, on pourrait même se demander quelle est la pertinence des pronoms variables de la troisième personne. Certaines langues ne distinguent pas entre formes féminines et masculines : pourquoi alors les maintenir ? Certes, ils s’utilisent, avec une fonction anaphorique, pour bien d’autres choses que de personnes humaines, mais ne sont distinctifs que dans certains cas.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Elmiger, « Quel est mon/ton/son pronom ? Invariabilité, autodétermination et le pronom iel »GLAD! [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 13 juillet 2022, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/glad/4215 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.4215

Haut de page

Auteur

Daniel Elmiger

Daniel Elmiger est linguiste et travaille à l’Université de Genève. Parmi ses intérêts de recherche figurent divers domaines en lien avec la politique linguistique, notamment l’enseignement des langues et le langage non sexiste dans les discours et les textes administratifs.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search