Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Constellations créatricesRecherchesL’exposition Femmes célèbres du X...

Constellations créatrices
Recherches

L’exposition Femmes célèbres du XIXe siècle organisée par Marguerite Durand en 1922

Présenter une constellation du XIXe siècle pour construire un réseau au XXe siècle.
The Famous Women of the 19th Century Exhibition Curated by Marguerite Durand in 1922. Displaying a 19th Century Constellation to Build a 20th Century Network.
Mathilde Leïchlé

Résumés

En s’appuyant sur un fonds d’archives conservé à la bibliothèque Marguerite Durand (Paris), cet article retrace la constellation de femmes imaginée par Marguerite Durand en 1922 lors de l’exposition Femmes célèbres du XIXe siècle. Cet événement a pour ambition de relancer le journal féministe La Fronde et de créer un Club des femmes journalistes reprenant les statuts de la Maison des journalistes dont les femmes sont encore exclues ainsi qu’une Maison des œuvres et institutions féminines. Afin d’atteindre ce but, Marguerite Durand met à profit son large réseau. Elle propose une constellation féminine comme alternative au panthéon masculin pour déjouer certaines exclusions des savoirs dominants — tout en en recréant d’autres — et montrer l’importance des femmes dans l’histoire à une époque où leur accès au droit de vote est débattu au Sénat.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement Hadrien Viraben, Aurore Turbiau et Claire Dupin de Beyssat pour leurs relectures précises et leurs suggestions.

  • 1 Sur la vie de Marguerite Durand et l’histoire de La Fronde, voir Rabaut, Jean. 1996. Marguerite Dur (...)
  • 2 Marguerite Durand citée dans Metz, Annie, « Marguerite Durand », op. cit. : 478.

1Marguerite Durand (1864-1936) commence sa carrière comme actrice de la Comédie-Française1. Elle devient par la suite journaliste au Figaro. Après avoir assisté au congrès organisé à Paris en 1896 par la Ligue française pour le droit des femmes, elle s’engage dans des luttes féministes. Elle crée La Fronde en 1897 pour proposer « un grand journal féministe où, quotidiennement, des femmes défendraient les intérêts des femmes.2 » Ce périodique a pour vocation de rivaliser avec les grands quotidiens d’information générale tout en étant pensé et créé de bout en bout par des femmes. C’est un espace d’émancipation et d’épanouissement pour les femmes journalistes permettant de développer une alternative au discours masculin dominant. Quotidien depuis 1897, La Fronde devient mensuel à partir de 1903 et cesse d’être publié en 1905. Marguerite Durand publie ensuite périodiquement quelques numéros et reprend un rythme plus régulier entre 1926 et 1928. Pendant de nombreuses années, La Fronde s’engage en faveur de luttes pour les droits des femmes : le journal soutient entre autres leur droit d’être décorées de la Légion d’Honneur, d’intégrer l’École des Beaux-Arts, d’assister aux débats parlementaires et d’accéder au Barreau. L’exposition des Femmes célèbres du XIXe siècle s’inscrit dans la continuité de ces combats.

  • 3 « Recueil. Durand, Marguerite. Dossier documentaire. Exposition des femmes célèbres du XIXe siècle. (...)

2La bibliothèque Marguerite Durand de Paris conserve un fonds d’archives3 regroupant des documents relatifs à cette exposition consacrée aux femmes célèbres du XIXe siècle organisée par Marguerite Durand en 1922, année où elle tente de relancer La Fronde et de créer une Maison des œuvres et institutions féminines à Paris. Cet événement qui, à ma connaissance, n’a pas encore été étudié, révèle un foisonnement de réseaux convoqués et construits par Marguerite Durand pour élaborer et matérialiser une constellation de femmes.

  • 4 Morin, Edgar. 2015 [1957]. Les stars. Paris : Seuil.
  • 5 Je remercie Adèle Cassigneul pour la transmission de ce mot.
  • 6 Larousse, Pierre (dir.). 1866-1877. Entrée « Constellation » dans le Grand dictionnaire universel d (...)

3Une constellation est un ensemble d’entités réunies subjectivement du fait de leur importance individuelle (éclat observé, taille, position dans la carte du ciel, valeur symbolique, etc.) et du sens nouveau qui leur est donné en étant rapprochées les unes des autres. Les étoiles d’une constellation sont donc à la fois indépendantes et liées, elles participent à un dessin (dessein ?) collectif. Transposée à l’exposition de 1922 et bien que Marguerite Durand n’emploie pas elle-même cette métaphore, l’image de la constellation est particulièrement intéressante associée à la notion de célébrité — Edgar Morin montre comment le star system se construit autour de la référence à l’étoile4. Dans la mythologie gréco-romaine, la catastérisation, transformation d’un être en constellation5, est une récompense des dieux, une marque d’estime et de reconnaissance. Au XIXe siècle, la constellation est associée à la reconnaissance, comme le montre la lecture du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : « constellation : […] Fig. Groupe de personnes illustres ou très-considérées : Vous sentez là bien combien les femmes sont isolées aujourd’hui ; pourquoi elles veulent avoir un petit monde à elles qui servent de constellation. (Balz.)6 ». La citation de Balzac associée à la définition fait remarquablement écho au projet de Marguerite Durand mais, si elle souhaite en effet regrouper des figures féminines comme des références communes et proposer un lieu à soi pour créer et travailler, le but est également d’affirmer l’importance des femmes dans l’histoire collective.

4Le fonds d’archives relatif à l’exposition de 1922 regroupe un répertoire de noms et d’adresses de personnalités liées au projet, des listes élaborées ou reçues par Marguerite Durand de femmes célèbres, de tombes, de livres, des lettres adressées à l’organisatrice par des préteur-euses, descendant-es, spécialistes et visiteur-euses, des factures, des éléments de communication pour annoncer l’exposition et les conférences associées, une vue photographiée de l’exposition et quelques croquis de projets de scénographie, des coupures de presse de comptes-rendus de visite, morceaux choisis de la réception de son exposition. Si la liste des œuvres et leur présentation peut être partiellement reconstruite grâce à ces éléments ainsi qu’au carnet de reçus de dépôts donnés aux préteur-reuses, en l’absence de catalogue et de plans détaillés, cela reste lacunaire et nous ne pouvons avoir une connaissance complète, précise et certaine du rendu final. Ce fonds nous permet néanmoins d’entrevoir une démarche politique et sororale interrogeant les notions de constellation, d’hommes et femmes illustres, de panthéon et de célébrité.

5Marguerite Durand puise dans le passé et réécrit des histoires déjà, pour certaines, oubliées ou effacées. Elle suit des pistes pour retrouver des traces et, ainsi, penser un projet tourné vers l’avenir. Cette exposition oscille entre l’éloge de l’individu et la mise en lumière de relations. Il entremêle passé et avenir, écriture de l’histoire et actualité politique, célébrité et postérité. Nous verrons comment, au moment où est débattu l’accès au droit de vote, valoriser les femmes et leurs productions est une manière de montrer qu’elles contribuent pleinement au progrès humain et qu’elles sont, pour certaines d’entre elles, déjà reconnues comme expertes dans leur champ respectif.

Éléments de contexte : constellation, panthéon et célébrité au début du XXe siècle

  • 7 Sniter, Christel. 2012. Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ? Grâne : (...)
  • 8 Varikas, Eleni. 1988. « L’approche biographique dans l’histoire des femmes » Les Cahiers du Grif Pr (...)
  • 9 Sniter, Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ? op. cit. : 34 (...)
  • 10 Varikas, Eleni, « L’approche biographique dans l’histoire des femmes » op. cit. : 43.
  • 11 Ibid. : 44.

6Le XIXe siècle célèbre les grands hommes par l’érection de monuments et au sein du Panthéon, église dédiée à sainte Geneviève devenue temple républicain à ces figures vénérées, à partir de 1791. Le premier projet de décoration urbaine parisienne dédiée aux femmes est lié à l’héritage monarchique : il s’agit des reines de France placées au jardin du Luxembourg en 1840. Cet ensemble annonce les monuments aux « grandes femmes » qui suivront. Dans son ouvrage Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ?7, Christel Sniter montre les spécificités relatives au genre dans les représentations des femmes célèbres par la statuaire publique parisienne de la IIIe République à la fin des années 1990. En dehors de l’Hôtel de Ville où cinq femmes sont représentées sur la façade côté Seine (George Sand, Madame de Staël, Anne Boutet Mars, Madame de Sévigné, Marie-Thérèse Rodet Geoffrin), Christel Sniter identifie huit œuvres sculptées dédiées à des femmes du XIXe siècle à Paris : le projet abandonné pour Madame de Staël, au jardin du Luxembourg, la statue de George Sand en 1904, et de la comtesse de Ségur en 1910, le médaillon de Rosa Bonheur en 1906 sur un monument également dédié à Georges Mulot, Eugène Bouchut et René Just Haüy, deux projets non aboutis en 1913 et 1926 pour Madame de Sévigné au square du Palais Royal, les effigies des féministes Maria Deraismes en 1898 au square des Épinettes (statue fondue sous Vichy et réinstallée en 1984), Louise Michel et Clémence Royer, deux projets qui échouent, enfin des incarnations de la réussite bourgeoise et de la charité à travers les représentations de la baronne Hirsch et de Marguerite Boucicaut dans un même monument de 1914 placé dans le square Boucicaut. Le parcours individuel et, ainsi, la biographie sont valorisés par ces monuments, faisant écho aux parutions « des vies édifiantes de femmes vertueuses qui pouvaient […] servir d’exemple [aux jeunes filles]8 ». Ce sont des valeurs jugées spécifiquement féminines qui sont le plus souvent mises en avant, et non des valeurs universelles incarnées par les grands hommes9. En réaction aux parangons de vertus essentialistes, des féministes du XIXe siècle s’emparent du genre biographique et « s’adressent ouvertement à un public féminin auquel il s’agit de présenter des modèles féminins alternatifs à l’image du féminin passif ou futile et inintéressant.10 » Les femmes célèbres le sont alors non par leur naissance, leur parentèle, leurs rôles d’épouses et de mères mais par leurs accomplissements, à l’égal des hommes : « Qu’elle soit explicitement formulée ou non, la fonction de ces biographies c’est de prouver que les femmes sont aussi capables que les hommes de faire l’histoire, de disputer aux hommes la prétention d’être les seuls créateurs de civilisation » en reprenant « le modèle des “femmes illustres”, par une juxtaposition d’exemples féminins les plus contradictoires11 ».

  • 12 Entrée « Panthéon », Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Larousse, Pierre (dir.). 1866-187 (...)
  • 13 Par exemple Dévigne, Roger. 20 octobre 1922. « Les femmes célèbres du XIXe siècle – Un Panthéon des (...)

7Nous pourrions nous essayer à une distinction entre un panthéon masculin — « Saints, grands hommes, personnages illustres considérés comme formant un grand corps. […] Honneurs rendus par la postérité à des personnages illustres12 » — et une constellation féminine. Cependant, si l’un est officiel et légitime, porté par les instances du pouvoir, tandis que l’autre est, d’après les références que je citais en introduction, une construction alternative en réaction à ces instances excluantes, ces deux notions se chevauchent et la porosité entre les deux concepts est indéniable. La démarche de Marguerite Durand peut à certains égards paraître ambigüe : évite-t-elle la recréation d’un centre — d’un groupe de figures légitimes — et, de fait, d’une marge — rejouant l’exclusion d’un autre groupe ? Plusieurs contemporain-es13 ont vu et parfois apprécié dans le projet de Marguerite Durand un panthéon, une succession de figures importantes, ou même un mémorial, un espace tourné vers le passé — occultant la portée politique contemporaine du projet accompagnant les luttes pour les droits des femmes. Ce projet est une réaction aux discours dominants majoritairement occupés et produits par les hommes en développant une constellation, panthéon alternatif de femmes célèbres.

  • 14 Lilti, Antoine. 2014. Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850. Paris : Fayard : 1 (...)
  • 15 Lilti, Antoine, Figures publiques. op. cit. : 315.
  • 16 Ibid. : 307.

8Antoine Lilti fait remonter au XVIIIe siècle l’invention de la célébrité, phénomène selon lui distinct de la gloire — universelle et posthume — et de la réputation — locale —, découlant de l’invention de la vie privée et de la publicité et passant progressivement de la chronique quotidienne à l’écriture biographique par la nécrologie notamment : « La principale nouveauté tient à cette aspiration de la biographie : rendre compte de la trajectoire singulière d’un individu unique, des contradictions de sa personnalité, et donc accéder, d’une manière ou d’une autre, à sa subjectivité.14 » Dans ce régime médiatique, les femmes occupent une place à part : « La femme célèbre, en revanche, est une figure décriée, illégitime. Son potentiel de séduction est nécessairement immoral, il la renvoie du côté des catins et des courtisanes. Il n’est pas anodin que l’expression “femme publique” ait longtemps désigné les prostituées.15 » La parution Les Célébrités du jour, publiée entre 1860 et 1861 et dirigée par Louis Jourdain et Taxile Debord, ne cite qu’une seule femme — George Sand — avec une introduction sur les particularités de la célébrité des femmes afin de bien la distinguer de ses homologues masculins16. Au sein de cette structure genrée qui se prolonge à la Belle Époque et après, revendiquer une célébrité légitime pour les femmes en dehors des seuls ressorts de la mondanité et de la parentèle est un acte militant. Cependant, ici encore, la distinction des concepts de « gloire » et de « célébrité » n’est pas aisée dans la démarche de Marguerite Durand. Il s’agit pour elle d’entretenir une célébrité des femmes du XIXe siècle à titre posthume, en recourant à des supports visuels et sentimentaux — portrait et autographes — pour mettre en exergue la part privée des personnes célébrées et sur lesquels se fixe l’affect du/de la spectateur-rice.

9Pour Marguerite Durand, par cette exposition, l’enjeu serait donc de faire effraction dans l’histoire qui s’écrit. Elle n’envisage pas la suppression du panthéon comme structure mais souhaite, en parallèle des sélections officielles, user de sa propre notoriété et de son réseau pour présenter à un large public l’importance des femmes — selon une liste de figures établie à la fois collectivement et subjectivement — dans l’histoire, pour affirmer un matrimoine et imposer dans les esprits leur légitimité à acquérir des droits.

Genèse de l’exposition : construire une constellation comme œuvre historienne et panthéon alternatif

10En mai 1922, Marguerite Durand écrit à différentes directrices d’œuvres et d’institutions :

Le journal La Fronde grand quotidien qui va reparaître prochainement a installé au rez-de-chaussée de ses bureaux au 47 rue Vivienne une librairie où sont en vente spécialement des ouvrages écrits par des femmes ou concernant les femmes. Un service de documentation et de renseignement sur les œuvres et institutions féminines y doit être organisé. Je vous prie de bien vouloir me faire parvenir le plus tôt possible tous les renseignements concernant votre œuvre : brochures, prospectus, etc., etc.… Je pense que vous apprécierez l’intérêt que présente, pour les œuvres féminines, une organisation centralisant tout ce qui peut contribuer à les faire connaître davantage. Je vous serais également obligée de l’envoi, pour nos archives, de notes biographiques sur les fondatrices, les bienfaitrices, les directrices de votre œuvre, avec si possible, portraits et autographes.

11Cette lettre montre déjà un double projet qui sera celui de l’exposition : rassembler des renseignements précis sur l’histoire de femmes et les accompagner de représentations ainsi que d’autographes.

12Au cours du printemps et de l’été, Marguerite Durand envoie des lettres circulaires afin d’annoncer conjointement la création du Club des femmes journalistes et la tenue de l’exposition sur les femmes célèbres. Le Club des femmes journalistes reprend les statuts de la Maison des journalistes dont les femmes sont encore exclues et souligne la volonté de Marguerite Durand de faire du 47 rue Vivienne un « quartier général du féminisme ». Sa lettre circulaire, diffusée largement dans la presse, définit les visées de l’exposition : il s’agit de la présentation d’objets créés par ou rappelant la vie de femmes « dont l’Histoire s’est occupée ». L’exposition sera accompagnée de conférences et servira à financer le « Quartier Générale du Féminisme » dont rêve Marguerite Durand.

13La façon dont elle diffuse l’annonce de ce projet d’exposition et dont elle recherche les œuvres qui y seront présentées montre un foisonnement de réseaux — des lecteurs et lectrices de la presse qui la contacte aux personnels des grands musées vers lesquels elle se tourne. Les échanges qu’elle a avec les héritier-ères, les proches et les collectionneur-euses montrent aussi la diversité des liens qui se forment autour de ces femmes célèbres.

14Alice Guerquin d’Auriac, membre de la Société des gens de lettres et lectrice de L’Avenir, écrit à Marguerite Durand pour mentionner la compositrice Joséphine Martin, soulignant que 1922 est l’année du centenaire de sa naissance. Les réseaux n’ont de cesse de s’entremêler : une lectrice des Débats et du Figaro propose un buste de l’actrice Rose Chéri réalisé par la sculptrice Pauline Bouffé. Cette lectrice s’avère être la sœur de l’architecte Henri Gauquié qui a créé le monument à la tragédienne Clairon, monument érigé grâce à une souscription lancée par La Fronde. Marguerite Durand encourage des liens qui rayonnent et s’entrecroisent. Enfin, une lectrice de L’Intermédiaire demande des renseignements, dans une lettre du 25 septembre 1922, et suggère la création d’un Panthéon de la Femme plus permanent :

Et puisque cette Exposition doit se faire dans les bureaux de la Fronde revenue à la vie, pourquoi, alors, ne pas inaugurer une Exposition permanente, portant tous les deux mois par exemple, sur des célébrités féminines bien définies (femmes peintres, femmes de science et autres) et sur les femmes célèbres de toutes les époques. Ce serait le véritable Panthéon de la femme par l’image ; ce serait une chose nouvelle, une excellente publicité pour la Fronde et la source d’une grande publication à images que vous pourriez par la sorte, offrir comme prime à vos abonnés.

  • 17 Caroline Schultze soutient sa thèse de médecine sur l’histoire des femmes médecins en 1888 tandis q (...)
  • 18 « En organisant, dans le local de la “Fronde” l’exposition des Femmes célèbres, Mme Marguerite Dura (...)

15La diffusion de l’annonce dans la presse met en branle l’écriture collective d’une histoire des femmes célèbres du XIXe siècle. Si les femmes suivent des cours à l’université depuis la seconde moitié du XIXe siècle, elles représentent seulement 15% des effectifs de l’Université de Paris en 1920. Celles qui vont jusqu’au doctorat se spécialisent souvent sur des sujets relatifs aux femmes, à leurs droits et à leur histoire17. Elles construisent donc un savoir dans les institutions dominantes et légitimantes. La démarche de Marguerite Durand s’inscrit en parallèle de cet élan18 tout en étant tournée vers un public plus large.

  • 19 Né dans les années 1850, René Laruelle a notamment publié des textes aux thèmes religieux ainsi que (...)

16Elle se place également dans la lignée d’autres entreprises, certaines menées par des hommes. Elle contacte, par exemple, l’érudit René Laruelle qui a créé un « Mémorial des Dames », collection de plus de deux cent cinquante volumes rassemblant des portraits gravés de vingt-cinq mille femmes découpés dans diverses publications19, évoquant autant l’érudition, la construction d’un savoir historique, que le vedettariat contemporain s’illustrant par exemple dans la collection d’images de célébrités diffusées par Félix Pottin en 1907. L’ensemble est organisé par pays, par domaine de compétence ou parentèle — on trouve des « doctoresses », des « féministes », des militaires et aristocrates ainsi que des « veilleuses de nuit », des « filles de haut fonctionnaire » et des « prix de beauté » et « reines de la mi-carême » — par date de naissance pour les mortes et par ordre alphabétique pour les vivantes. C’est par d’autres femmes que Marguerite Durand entend parler de cette œuvre :

  • 20 Lettre du 24 juillet 1922.

Je serai tout à fait charmé de vous être agréable et de collaborer à l’Exposition que vous préparez. Voulez-vous, comme vous le proposez, prendre la peine de venir jeter un coup d’œil sur mon Mémorial des Femmes et apprécier dans quelle mesure je pourrai vous aider ! […] Probablement c’est par Madame Gaston Charles, ou par Mademoiselle Jeanne Martin, que vous avez entendu parler de mon Mémorial.20

17René Laruelle joue le rôle d’un passeur et accueille chez lui des femmes qui s’intéressent à cette histoire : « J’attendrai ce jour-là une sociétaire des Gens de Lettres, Madame de Clairsade […]. Du reste Madame de Clairsade […] elle aussi prend plaisir à feuilleter le Mémorial. » Il se place en érudit :

  • 21 Lettre du 31 juillet 1922.

Vous verrez un portrait de Mme Lepaute, avec sa biographie due à Jérôme Lalande, le tout extrait des Femmes dans la science de Robière, ouvrage bien intéressant pour le Féminisme, et qui ne doit pas être encore épuisé. Mme Lepaute née en 1723 est morte en 1788. Son portrait d’après la coiffure paraît dater de la quarantième année.21

  • 22 Note manuscrite de Marguerite Durand.

18René Laruelle participe ainsi à l’exposition — il semblerait qu’il organise des conférences-promenades pour les visiteur-euses —, il est cité parmi les œuvres et documents exposés : « In memoriam. Les femmes célèbres ou connues du XIXe siècle. Liste dressée par M. Laruelle au Club des femmes journalistes.22 »

  • 23 Lettre du 21 septembre 1922.

19Marguerite Durand affirme ainsi sa volonté de rassembler au sein du Club des femmes journalistes et par le biais de son exposition différents projets de valorisation des femmes à travers l’histoire. En outre, elle contribue à son tour au Mémorial des Dames : « Je vous remercie de m’avoir assuré pour l’avenir un portrait de la seule princesse Bonaparte qui me manquait. Je suis déjà ravi de la série de belles photos que vous avez eu l’amabilité de m’apporter, et que je vais insérer dans l’Album où vous étiez si mal représentée23 ».

  • 24 Ce pavillon portait à la fois un message politique – revendiquer des droits pour les femmes en valo (...)

20La forme même de l’exposition de 1922 rappelle d’autres projets : le Pavillon de la femme de l’exposition universelle de Chicago24 proposait à la fois un espace d’exposition, une bibliothèque et une salle d’assemblée, comme le fait Marguerite Durand à Paris. L’idée est bien de rassembler, de présenter une constellation — historique — pour créer un réseau — contemporain.

Des réseaux en répertoire : savoir participatif, entraide et action collective

  • 25 Lettre du 21 août 1922.

21Le répertoire que tient Marguerite Durand et qu’elle intitule « Personnes avec lesquelles je suis en rapport pour l’exposition des femmes du XIXe siècle » montre l’importance qu’elle accorde à ces liens qui se tissent, tant dans une visée pragmatique d’obtention d’œuvres que dans la volonté de compléter les listes de femmes qu’elle établit, de les valoriser le plus précisément possible. Elle contacte des institutions consacrées — musées, archives, manufactures — ainsi que des particuliers pour pallier les lacunes par des souvenirs personnels. Cette complémentarité montre bien sa stratégie de passer par des voies alternatives pour déjouer les exclusions des savoirs dominants. L’entrée Q est entièrement dédiée à ses contacts avec la presse, la liste est longue et souligne sa volonté de faire rayonner son projet. L’importance de son réseau est explicitée par l’écrivaine Paul de Lauribar, autrice du Code de l’éternelle mineure (philosophie du droit féminin), précédé d’une étude sur la situation juridique et sociale de la femme à travers les âges (1922) : « J’ai beaucoup pensé à votre projet, fort bien conçu, et que je m’appliquerai volontiers à seconder, quoi qu’en vérité, entourée comme vous l’êtes d’appuis puissants et d’intelligences féminines de premier ordre, mon modeste concours ne peut pas signifier grand-chose25 ».

  • 26 Lettre du 19 août 1922.

22Marguerite Durand échange avec des galeries et des éditeurs. Elle entre en contact avec de nombreuses institutions : la Comédie-Française, le musée de Sèvres, la bibliothèque de l’Opéra, le musée du Louvre, le musée du Luxembourg, le Muséum d’Histoire naturelle, le musée Jacquemart-André… Le conservateur du Louvre lui écrit : « Le but que vous poursuivez est si intéressant que vous pouvez compter sur mon concours le plus dévoué26 ». À Sèvres, elle visite les collections et choisit les œuvres présentées avec l’artiste et conservateur Maurice Savreux tandis que le conservateur du musée des Augustins de Toulouse lui fait l’inventaire des œuvres réalisées par des femmes qu’il conserve : le Portrait de la Baronne de Crussol d’Elisabeth Vigée-Lebrun (1785), le pastel Fleurs d’automne de Claire Lemaître (vers 1892) et deux huiles sur toile dont Chardons (après 1876) de Victorine Ymart-Rachou. Le projet de Marguerite Durand tend donc également à revaloriser les artistes femmes présentes dans les collections publiques françaises, et c’est sans doute cet aspect qui encourage les prêts des institutions plus que la portée politique du projet.

23Elle contacte enfin les héritier-ères, les proches, les sœurs, les compagnes et compagnons. Là encore, les liens s’entrecroisent : Marie Samary prête des œuvres pour représenter sa sœur, Jeanne Samary, et sa tante, Madeleine Brohan, toutes deux actrices. Marguerite Durand contacte Julie Manet, fille de la peintre Berthe Morisot, Louis Vignon, fils de la sculptrice Claude Vignon, Pierre Bracquemond, fils de Marie Bracquemond, Suzanne Devoyod, fille de la tragédienne Elise Devoyod… Anna Klumpke, dernière compagne et unique héritière de Rosa Bonheur prête des œuvres de la peintre et recommande Marguerite Durand à d’autres collectionneurs. Hélène de Zuylen de Nyevelt de Haar prête un portrait de la poétesse Renée Vivien, dont elle a été l’amante et avec qui elle a partagé un temps le pseudonyme de Paule Riversdale.

  • 27 Lettre du 3 octobre 1922.

24Une lettre d’Aurore Lauth Sand, petite-fille de George Sand, révèle un autre type de lignage, d’héritage, spirituel cette fois : « [J]e ne puis vous envoyer que ma confiance et mon désir de voir George Sand parmi vous, ses filles spirituelles qu’elle a aidé par sa vie généreuse et laborieuse, à devenir des femmes plus libres et plus heureuses qu’elle. »27 Des rapports de réciprocité se créent : Aurore Lauth Sand n’a pas connaissance d’un buste sculpté par Aimé Millet et prêté par Versailles. Elle le découvre grâce à Marguerite Durand et lui en demande une photographie.

  • 28 Lettre du 27 septembre 1922.
  • 29 Lettre non datée.

25Les remerciements que reçoit Marguerite Durand sont le signe de cette réciprocité. Max Dearly, collectionneur retrouvé grâce au fils de l’actrice Anne Judic, écrit : « Je me fais un véritable plaisir en vous prêtant ce portrait de notre grande Judic qui a bien mérité sa place dans les “Femmes célèbres du XIXe siècle”.28 » L’arrière petit-enfant de la peintre de la manufacture de Sèvres Marie-Adélaïde Ducluzau, née Durand, dont des œuvres de sa sœur, Mme Rullier, sont également présentées, écrit : « Je vous suis reconnaissant d’avoir pensé à elle pour cette exposition.29 »

  • 30 Lettre du 24 septembre 1922.

26Dans ses échanges, Marguerite Durand tire des fils et demande des informations biographiques sur les femmes qui l’intéressent. Elle demande aussi la confirmation de certains événements. L’idée que la mémoire de ces figures a souvent déjà un peu disparu est répandue. De fait, l’historien Georges Lacour-Gayet, lorsqu’il lui est proposé de faire une conférence sur la duchesse de Dino, dit que, dans ses recherches sur Talleyrand, il « voit assez souvent passer l’ombre séduisante et un peu énigmatique de sa nièce30 ».

  • 31 Lettre du 13 octobre 1922.

27Marguerite Durand reçoit des renseignements biographiques sur la peintre Euphémie Muraton, sur l’actrice Jenny Thénard ainsi que sur des artistes de la manufacture de Sèvres. La baronne d’Alexandry partage ses souvenirs de l’Impératrice Eugénie tandis que Céline Chaussont Mussay évoque l’actrice Virginie Dejazet. Pierre Bracquemond se souvient de sa mère et le fils d’Anna Judic lie les œuvres qu’il prête à son histoire : « J’ai quelques raisons — soit dit en passant — de me rappeler, si je puis ainsi dire, cette pièce, car je suis né dans la loge de ma mère, aux Bouffes mêmes, après la représentation où elle venait de jouer. Cet événement mémorable remonte, hélas ! au 17 janvier 1875.31 »

28Marguerite Durand ne fait pas seulement appel aux souvenirs de proches et aux institutions muséales. Elle contacte la bibliothèque du Club Alpin français pour retrouver des documents sur l’alpiniste Henriette d’Angeville et le Bon Marché pour préciser les dates d’exercice de Marguerite Boucicaut qui a participé à sa création.

29Par ailleurs, Marguerite Durand fait résonner ses recherches avec des questions d’actualités. Ainsi, elle demande au secrétaire général de l’École de science politique pourquoi les femmes n’y sont pas admises alors qu’elle le contacte pour obtenir des renseignements biographiques sur la duchesse de Galliera.

Matérialiser les liens : mettre en scène, en images et en voix

30Une seule photographie de l’exposition est conservée dans le fonds d’archives. Il contient par ailleurs des dessins des décors éphémères pensés pour l’événement — en particulier des lampions orangés — ainsi que des croquis d’organisation de la scénographie réalisés par Marguerite Durand.

  • 32 Il peut s’agir du Portrait de la comtesse Dina de Toulouse-Lautrec ou du Portrait de Madame X, aujo (...)

31Ces esquisses de scénographie nous permettent de voir comment ces œuvres se répondaient. Ainsi, une œuvre de Berthe Morisot — probablement un portrait prêté par sa fille — est placée dès l’entrée de l’exposition, mettant à l’honneur une grande figure de l’aventure impressionniste qui participe aux expositions du groupe dès celle, fondatrice, de 1874. Cette œuvre est mise en rapport avec une de celles prêtées par le musée du Luxembourg de la peintre et sculptrice Marie Bashkirtseff qui publie en 1881 un article dans le journal La Citoyenne d’Hubertine Auclerc afin de réclamer l’accès à l’École des Beaux-Arts pour les femmes32. Au rez-de-chaussée, se trouvent aussi des œuvres de Rosa Bonheur, sans doute l’artiste la plus célèbre du XIXe siècle, première artiste femme à recevoir la Légion d’honneur en 1865 et première femme à être faite officière en 1894. Ces œuvres sont mises en dialogue avec celle de la sculptrice Claude Vignon.

32Afin de choisir les femmes de sa constellation dans laquelle brille une centaine d’étoiles, Marguerite Durand établit des listes subjectives sans que l’on puisse savoir quels critères sont privilégiés. Elle en reçoit — de Louis Schneider du Gaulois, entre autres — effectue sa sélection et classe les femmes par grandes thématiques représentant les domaines dans lesquels elles se sont illustrées, les reliant entre elles. Citons par exemple les grands ensembles de « La danse » — comprenant Amélie Marguerite Badel dite Rigolboche, Louise Weber dite La Goulue ou encore Isadora Duncan — et « Les commerçantes, les industrielles » — parmi lesquelles est citée Marguerite Boucicaut. D’autres groupes plus traditionnels sont aussi présents comme les impératrices, princesses et aristocrates ou les religieuses. De fait, les accomplissements et les trajectoires des femmes célébrées par l’exposition sont divers. Il y a les artistes déjà citées mais d’autres aussi, dont les noms nous sont moins parvenus, comme Claire Hildebrand, des femmes d’affaires comme Marguerite Boucicaut, ou encore des philanthropes comme la duchesse de Galliera qui permet la fondation de l’École des sciences politiques. Marguerite Durand organise aussi les noms de ces femmes par semaine, sans doute en lien avec le programme des conférences qui est proposé et qui fait dialoguer des personnalités du présent avec des célébrités du passé.

33Ainsi, sont proposées dans une salle pouvant accueillir cinq-cents à six-cents personnes, des conférences oscillant toujours entre la monographie et l’approche transversale sur « Les Sportives du XIXe siècle » avec le sous-titre éloquent « Hier, Aujourd’hui, Demain », sur « Les Princesses Royales », sur Marceline Desbordes-Valmore, sur « Hortense Schneider et l’Opérette sous le second Empire », sur « Les Grandes Scientifiques (Sophie Germain, Clémence Royer, etc.) », sur Louise Michel, sur « Les Femmes et le Droit », sur « Les Princesses royales » et sur les femmes écrivant pour la jeunesse. La conférence sur la mode — « Du Péplum à la Crinoline » — est faite par Madeleine Vionnet, couturière célèbre et influente contemporaine, tandis que la conférence de clôture fait se rencontrer deux stars puisque Sarah Bernhardt, incarnation de la célébrité, « monstre sacré » selon l’expression de Jean Cocteau, évoque la tragédienne Rachel, célébrissime elle aussi.

  • 33 Lettre non datée.
  • 34 Lettre non datée.

34La lecture de la correspondance révèle des problématiques propres aux femmes qui sont invitées à prendre la parole et à participer à cette construction de savoirs. La critique d’art et journaliste Thilda Harlor (pseudonyme de Jeanne Fernande Perrot), qui sera directrice de la bibliothèque fondée par Marguerite Durand à sa mort, est invitée à parler de George Sand. Elle dit devoir se désister pour s’occuper de sa mère malade et écrit : « La vie domestique nous tue, nous autres qui voudrions penser à autre chose qu’au pot au feu33 ». L’actrice Marie Célina Chaumont Mussay est pressentie pour partager ses souvenirs sur Virginie Déjazet mais ne peut intervenir car, ne trouvant plus de rôles malgré ses succès, elle s’est tournée vers l’enseignement et forme des acteur-rices — elle dit travailler « jour et nuit34 ». Dans ses notes pour attribuer les conférences, Marguerite Durand place face à face deux colonnes, à gauche sont nommées les femmes du XIXe siècle et à droite les potentiel-les conférencier-ères, reliés (comme des étoiles ?) par un tiret au crayon orange.

Écrire l’histoire pour construire la postérité

  • 35 « Actrices, femmes de lettres, inspiratrices ont ici leur portrait, et des autographes précieux rév (...)
  • 36 Voir Emery, Elizabeth. 2015. Le photojournalisme et la naissance des maisons-musées d’écrivains en (...)
  • 37 Il s’agit peut-être du tableau Le goûter, vers 1880, Paris, Petit Palais.
  • 38 Lettre du 22 juillet 1922.
  • 39 Dans les lettres, le pronom possessif est souvent utilisé par les personnes sollicitées pour des co (...)

35Le but de l’exposition est donc de remettre en lumière l’œuvre de ces femmes le plus exhaustivement possible par leur production mais également par leurs autographes et par les représentations qui en ont été faites35, objets privilégiés pour entretenir l’affect du/de la spectateur-rice envers la célébrité à une époque où les maisons-musées d’écrivains prennent leur essor comme dispositif spectaculaire36. Ainsi, Pierre Bracquemond envoie, en plus de l’huile sur toile de Marie Bracquemond La Lecture37, un autographe et une photographie de sa mère. Gaston Bérardi ajoute un complément au buste de terre cuite représentant Blanche Pierson : « J’y joindrai un très simple pastel par Mme Fleury — dont le cadre manque de somptuosité mais qui, comme coloration, évoque assez exactement la clarté de ce cher visage38 ». Ces représentations permettent de montrer, outre leurs accomplissements, la reconnaissance dont elles ont déjà bénéficié et qu’il faut prolonger par la mémoire. L’enjeu est donc à la fois de créer un lien de proximité et d’affection entre le/la visiteur-euse39 et la figure évoquée et de faire passer cette dernière de la célébrité à la postérité. Pour ce faire, Marguerite Durand cherche à retracer leurs histoires en glanant des souvenirs et des archives et à travailler à leur postérité avec, notamment, la mise en valeur de leurs tombes.

36En effet, l’importance accordée au passage à la postérité se voit dans la place que réserve Marguerite Durand aux tombeaux dans son projet. Elle contacte les conservateurs des cimetières de Pantin, de Montmartre, de Saint-Ouen, du Montparnasse et du Père Lachaise. Elle en visite certains, comme celui de Montmartre, accompagnée des conservateurs et ils lui adressent des listes des tombes des personnalités qu’ils jugent les plus remarquables, soulevant à nouveau la question de la subjectivité de ces choix, listes qu’elle annote de traits, croix, précisions — elle mentionne la Légion d’honneur reçue par Rosa Bonheur — et points d’interrogation. Marguerite Durand organise une campagne de photographies qu’elle projette d’offrir à la Ville de Paris. Pour chaque photographie, elle doit demander l’accord de la famille, ce qui, là encore, révèle certains liens. Elle apprend par exemple que le tombeau de Renée Vivien a été commandé par Hélène de Zuylen de Nyevelt de Haar. Marguerite Durand, lors de ses visites, prend des notes et retient notamment l’état d’entretien de la tombe, si elle est fleurie ou non, marque du souci de la mémoire et du passage à la postérité. Placer ces photographies dans l’exposition crée aussi un lien entre l’intérieur et l’extérieur. Il s’agit à la fois de désigner de potentiels lieux de pèlerinage dans la continuité du culte des grandes femmes et d’interroger la place de la mémoire des femmes dans l’espace public.

Réception et projet politique

37En 1922, le rêve de Marguerite Durand de relancer La Fronde ne prend pas, ni son projet d’ouverture d’une Maison des œuvres et institutions féminines. Même si elle n’atteint pas ses objectifs, l’exposition Femmes célèbres du XIXe siècle, connait un certain succès, comme le montrent la correspondance et les articles de presse. Nadia Bellanger, sœur de l’actrice Marguerite Bellanger, adresse ainsi ces mots à l’organisatrice :

  • 40 Lettre non datée. Nadia Bellanger souligne.

J’allais justement vous écrire pour vous exprimer mon très vif regret de n’avoir pas visité l’exposition dont mes amis et la rumeur publique m’ont dit le grand intérêt […]. Permettez-moi de m’associer à tous ceux qui ont compris ce que vous avez fait, comment vous l’avez fait, et veuillez trouver ici, Madame, mes meilleurs et admiratifs souvenirs.40

38Cette exposition est donc la convocation d’un réseau qui permet d’écrire l’histoire/des histoires et de les faire passer à la postérité. C’est aussi un projet politique profondément en lien avec l’actualité des luttes pour les droits des femmes — Marguerite Durand échange d’ailleurs avec la Ligue française pour le droit des femmes et la Société pour l’Amélioration du Sort de la Femme. Cependant, la presse générale occulte le projet politique par l’insistance sur la séduction du regroupement constellaire de femmes alors que le journal Activité française et étrangère identifie le projet politique tout en le jugeant insatisfaisant par la forme et le fond.

  • 41 L’article de Roger Dévigne paru dans L’Avenir du 20 octobre 1922 consacré à l’exposition s’intitule (...)

39Outre l’évocation d’un mémorial ou d’un panthéon41, les critiques de l’exposition qui paraissent dans la presse soulignent l’aspect constellaire créé par l’événement :

  • 42 Richard, Gaston-Ch.. 1922. « L’exposition des femmes célèbres du XIXe siècle », Le Petit Parisien. (...)

Elles sont là, toutes les aïeules et les petites-filles, les charmeresses et les lutteuses, les artistes et les pensives, et Louise Michel, l’“ange de la Révolution” comme la nommait Jules Vallès, s’y confronte avec l’impératrice Eugénie, dont le marbre, mutilé par la crosse du fusil d’un fédéré, sourit encore, visionnaire de l’infini, sur un socle. […] Chez les “musiciennes”, Augusta Holmès est tout près de Lili Boulanger, son émule, et de Louise Bertin, qui recueillit et transcrivit les “Feuilletons de Berlioz”… Chez les “peintresses” Maria Deraismes sourit à Berthe Morizot [sic], dont l’effigie, peinte par elle-même, — c’est de la nacre, et de la joie, et de la chair, animée par le plus lumineux des sourires, — affronte l’œuvre d’émail et d’or de Louise de Cool [sic], émule de Léonard Limosin… […] Sarah Bernhardt glorifiera Rachel, son aïeule et son annonciatrice… Je n’ai fait que glaner, dans cet ensemble magnifique… Il faut aller contempler ce mémorial… Elles vivent, elles sourient… Elles viennent à nous du fond de l’ombre pour faire naître en nos âmes de l’émoi, de la tendresse, des sourires… peut-être des larmes… Elles sont la lumière de tout un passé !42

  • 43 Gille, Jean. 1922. « Dans les salons de La Fronde – L’Exposition des femmes célèbres du XIXe siècle (...)

Oui, toutes les femmes célèbres du XIXe siècle sont là, dans le salon de la rue Vivienne : elles nous sourient, nous charment, nous attendrissent, nous impressionnent… Et, au milieu d’elles, une jeune sœur, Marguerite Durand, vive, alerte, charmante, accueille les visiteurs, la main tendue, avec cette grâce qui semble faite de la grâce de toutes les femmes, artistes et grandes dames, et souveraines, qui, du haut de leur cadre, ont l’air de nous souhaiter la bienvenue.43

40Certains articles reproduisent des œuvres et rejouent ou réinterprètent le dialogue et les liens, jeux d’échos visuels créés par la scénographie de Marguerite Durand. Ainsi, le numéro du 29 octobre 1922 du journal Ève sous-titré « le premier quotidien illustré de la femme » propose, en page 11, une rencontre entre les autoportraits peints de Berthe Morisot et Maria Deraismes avec les portraits de Marie Laurent par Benjamin Constant, de la duchesse de Berry, de Rosa Bonheur par Anna Klumpke, de la sœur Rosalie (Rosalie Rendu) par Claude Ferdinand Gaillard, de « Mme Ackermann, célèbre poétesse, par Ostrowski », de la comtesse de Ségur par de Beauve associé au buste du Général Dourakine sculpté par elle-même, ainsi qu’avec le masque mortuaire de Sophie Germain et le « buste en marbre de Lili Boulanger, grand prix de Rome de musique, par Mlle Hauvelmans, grand prix de Rome de sculpture ».

  • 44 « Il n’y a point là, on le voit, que des féministes et des émancipatrices. Il y en a cependant, com (...)

41Si le charme, l’émotion et la tendresse sont mis en avant dans ces articles, insistant sur un génie féminin qui serait distinct et spécifique, certains valorisent aussi la force politique de l’événement et le fait que Marguerite Durand cherche à « relier le présent au passé, préparer l’avenir en montrant l’effort de celles qui au talent, à la beauté, à la grâce souveraine, surent ajouter la parure de l’esprit44 » :

  • 45 Francillon. 1922. « Une évocation – Les Femmes célèbres du XIXe siècle » Le Gaulois. 19 octobre 192 (...)

La postérité, faite de l’opinion des hommes, est rarement équitable pour les femmes dont une gloire éphémère auréola le talent, la grâce, l’esprit ou l’exquise bonté. L’oubli qui enveloppe déjà certains des fantômes charmants évoqués par l’exposition des Femmes illustres du dix-neuvième siècle est pris d’une injustice : une ingratitude. Ces femmes, en effet, marquèrent profondément leur époque de leurs sentiments, de leurs idées, de leur action, et il serait facile de reconnaître la persistance de cette empreinte sur maintes créations, qui nous semblent neuves, dans l’art, la littérature, la charité et l’évolution sociale. – J’ai jugé opportune cette petite leçon de faits au moment où le Sénat va s’occuper du vote des femmes, nous a dit Mme Marguerite Durand, organisatrice de l’exposition. Il serait temps que la question fût tranchée selon la logique et l’expérience concluante de toutes les nations civilisées.45

  • 46 Bonzon, Jacques (?).1922. « Une visite à l’exposition de La Fronde. Féminisme de Bourgeoises. Souve (...)
  • 47 Nous pourrions ajouter « blanches ». Au tournant du XXe siècle, La Fronde a soutenu la politique d’ (...)

42Bien que les articles soient pour la plupart élogieux, un texte paru dans L’Activité française et étrangère en novembre 1922 et sans doute dû au directeur de la revue, Jacques Bonzon, nuance cette réception. Intitulé « Une visite à l’exposition de La Fronde. Féminisme de Bourgeoises. Souvenirs et Anticipations », il décrit l’événement comme « une œuvre – des méchants diraient une manœuvre – électorale. C’est à l’heure où le Sénat allait discuter la proposition de loi adoptée en 1919 par la Chambre, et qui donne le bulletin de vote intégral aux femmes, que Mme Marguerite Durand a lancé son Exposition.46 » Bien qu’il reconnaisse l’ambition politique, il la juge inefficace parce que trop agréable : « Sans dénigrement, sous le seul désir de voir les choses avec sincérité, l’Exposition de la rue Vivienne est tout à la fois agréable et déplorable – agréable pour le curieux, déplorable pour le méditatif. Elle charme le badaud, elle désole le féministe. » Il voit dans le choix de présenter des parcours de femmes mortes un moyen pour l’organisatrice d’éviter les conflits et concurrences contemporaines. Il reconnaît la valorisation de féministes – Maria Deraismes, Louise Michel, « Clara Tristan » [sic], Eugénie Niboyet, Paule Minck, Hubertine Auclert… – et déplore des manques : « mais pourquoi n’y figure pas cette Caroline Kauffmann qui charmait les conventicules ? » Ce qu’il reproche par-dessus tout, c’est la valorisation de femmes bourgeoises, mondaines et aristocrates47 et l’effacement des anonymes des classes laborieuses au profit des célébrités :

  • 48 Bonzon, Jacques, « Une visite à l’exposition de La Fronde » op. cit..

Qu’est donc la Femme, la vraie […] ? […] Est-ce la Mondaine, qui disserte en un salon délicatement fleuri et reçoit ses hôtes avec une grâce que je n’ai point oubliée ? Non – c’est la Femme des Campagnes, c’est la Femme des Villes, la paysanne, l’ouvrière, l’employée. Celle-là, votre exposition ne lui consacre pas un document, pas un portrait, pas une évocation.48

43C’est ici la notion même de célébrité, ses implications politiques et sociales, et la recréation d’un panthéon partial qui sont contestées.

44Le lien entre histoire, exposition et enjeux politiques rappelle un autre projet de Marguerite Durand. En 1900, elle organise le Congrès international de la condition et des droits des Femmes, reconnu officiellement par l’Exposition universelle. Ce congrès est accompagné d’une exposition qui présente des documents militants, des portraits et des tableaux. C’est un succès médiatique et l’événement aboutit à la fondation du Conseil national des femmes françaises. En 1922, l’enjeu politique principal est l’obtention du droit de vote. Dès 1910, Marguerite Durand s’engage activement en faveur du droit de vote des femmes. Le 20 mai 1919, les députés votent le suffrage intégral. Le Sénat repousse la délibération pendant trois ans. En novembre 1922, le projet de loi est finalement refusé.

45Cette importance du droit de vote transparaît dans les lettres échangées pour l’exposition et dans les personnalités qu’elle choisit pour donner les conférences. Ainsi, le député René Viviani, qui donne une conférence sur « Les Femmes et le Droit », est un fervent défenseur de la cause. Dans une lettre datant sans doute de la fin de l’été 1922, l’avocat Aurel, qui donne une conférence sur Lucile et Julie de Chateaubriand, lui parle du projet de conférence et, dans la même lettre, encourage Marguerite Durand à organiser une manifestation :

Et puis, je vous en prie, joignez vos groupes, soyez plus représentatives que jamais et faites défiler légalement 30 000 françaises en ordre, en gravité, en parfaite discipline devant le Sénat au matin du jour où il devra ratifier le vote des Françaises. Je sais, de toutes les sources, que si, par un geste, les Françaises défilaient avec un emblème “Le vote aux Françaises” nul sénateur n’oserait plus refuser. […] Solidairement, Aurel.

46Il y a, de la part de Marguerite Durand, une volonté d’influence culturelle : les manifestations conflictuelles et frontales sont accompagnées d’événements visant à faire progressivement changer les mentalités. Entre 1922 et 1936, les députés votent à quatre reprises en faveur du droit de vote des femmes et sont, quatre fois, repoussés par le Sénat.

47Le parcours de Marguerite Durand est marqué par l’idée de réseau, qu’elle crée et qu’elle convoque, ainsi que par son engagement en faveur des droits des femmes. Si son projet de Club des femmes journalistes n’aboutit pas, elle obtient le droit d’entrer à la Maison des journalistes avec Séverine en 1927. En 1929, elle transforme la maison de Séverine de Pierrefitte-sur-Seine en maison de retraite pour les femmes journalistes. La Fronde reparaît quelques années plus tard et, en 1931, elle fait don de ses archives et collections à la Ville de Paris. Elle ne voit pas le succès de la lutte pour le droit de vote de son vivant mais elle crée un centre de ressources documentaires. La bibliothèque Marguerite Durand peut aujourd’hui, être considérée comme, je cite à nouveau son ambition, un « quartier général du féminisme. »

48À la fin de sa vie, Marguerite Durand milite aussi pour un plus juste équilibre dans les noms de rues. Le 7 janvier 1934, Nicolas Lerouge publie un article intitulé « En attendant le Panthéon féminin » sur cet autre combat, marque à nouveau d’une volonté de travail sur les esprits dans une alternative au Panthéon :

  • 49 Cette lutte de commémoration dans l’espace public se prolonge : en 2004, le square Willette devient (...)

Chacun peut lire, gravé sur un de nos plus illustres monuments : Aux grands hommes, la patrie reconnaissante. Mais nul monument français, à ma connaissance, ne porte en exergue : Aux grandes femmes, la patrie reconnaissante. […] Certes, Mme Marguerite Durand, qui est femme de goût et femme d’esprit, ne prétend pas patronner l’érection d’un Panthéon féminin. Non. Ce qu’elle demande est plus modeste et plus immédiatement réalisable. Elle souhaite que le Conseil municipal de Paris, dans ce “livre d’or” ou, plutôt, “livre d’azur” que constituent les plaques bleues de nos rues, avenues et jardins publics, fasse une part moins parcimonieuse aux noms féminins, aux gloires féminines. […] En un temps où, pour être trop prodiguées, les marques d’honneur se “dévalorisent”, ce n’est plus une plaque de la Légion d’honneur qui tente les gens arrivés, c’est une plaque de rue.49

49Ce dernier combat montre l’importance grandissante des moyens de reconnaissance alternatifs au Panthéon et à la Légion d’honneur, permettant de toucher – et convaincre – le plus grand nombre de l’importance des femmes dans l’histoire.

50Au début du XXe siècle, Marguerite Durand imagine ainsi une constellation subjective et partiale d’étoiles du XIXe siècle dont la mémoire s’efface déjà et laisse à des chercheuses du XXIe siècle la tâche de la retracer encore par l’exploration d’archives toujours à valoriser et toujours à protéger.

Haut de page

Bibliographie

BEAUMONT-MAILLET, Laure. 1993. « Les collectionneurs au Cabinet des Estampes » Nouvelles de l’estampe 132 : 5-27.

BONZON, Jacques (?). 1922. « Une visite à l’exposition de La Fronde. Féminisme de Bourgeoises. Souvenirs et Anticipations » L’Activité française et étrangère. Novembre 1922.

CHRISTEN-LECUYER, Carole. 2000. « Les premières étudiantes de l’Université de Paris » Travail, genre et sociétés 4 : 35-50.

COQUART, Elizabeth. 2010. La Frondeuse, Marguerite Durand, patronne de presse et féministe. Paris : Payot.

DEVIGNE, Roger. 1922. « Les femmes célèbres du XIXe siècle – Un Panthéon des gloires et des grâces féminines » L’Avenir. 20 octobre 1922 : 1.

DROUS, Noëlie. 1922. « L’Exposition des Femmes célèbres, 47, rue Vivienne » La Voix des Femmes. 2 novembre 1922.

EMERY, Elizabeth. 2015. Le photojournalisme et la naissance des maisons-musées d’écrivains en France (1881-1914) [trad. Kempf, Jean Kempf et Kiehl, Christine Kiehl]. Chambéry : Université Savoie Mont Blanc.

FRANCILLON. 1922. « Une évocation – Les Femmes célèbres du XIXe siècle » Le Gaulois. 19 octobre 1922 : 1.

GAYOT, André. 1922. « Les Femmes célèbres du XIXe siècle » La Dépêche. 26 octobre 1922 : 6.

GILLE, Jean. 1922. « Dans les salons de La Fronde – L’Exposition des femmes célèbres du XIXe siècle » L’Éclair. 20 octobre 1922.

GRESSET, Victor. 1902. « Monsieur René Laruelle et ses œuvres » L’Écho des jeunes : journal littéraire. 1er juillet 1902 : 90.

HUTTON, John. 1994. « Picking Fruit : Mary Cassatt’s “Modern Woman” and the Woman’s Building of 1893 » Feminist Studies 20(2) : 319‑348.

LAROUSSE, Pierre (dir.). 1866-1877. « Constellation » in Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, T. IV : 1032-1033.

LAROUSSE, Pierre (dir.). 1866-1877. « Panthéon » in Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, T. XII : 128-130.

LESTRANGE, Robert. 1932. « Un legs à la Bibliothèque Nationale » Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques. 31 décembre 1932 : 2.

LILTI, Antoine. 2014. Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850. Paris : Fayard.

MARSHALL, Peter David. 1997. Celebrity and power : fame in contemporary culture. Minneapolis et Londres : University of Minnesota Press.

METZ, Annie. 2017. « Marguerite Durand » in Dictionnaire des féministes (France, XVIIIe-XXIe siècle), BARD, Christine (dir.), avec la collaboration de CHAPERON, Sylvie. Paris : Presses universitaires de France : 476-483.

MILO, Daniel. 1997. « Le nom des rues » in Les Lieux de Mémoire, NORA, Pierre (dir.). Paris : Éditions Gallimard, Tome 2 : 1887-1920.

MORIN, Edgar. 2015 [1957]. Les stars. Paris : Seuil.

PAVARD, Bibia, Rochefort, Florence et Zancarini-Fournel, Michelle. 2020. Ne nous libérez pas, on s’en charge : une histoire des féminismes de 1789 à nos jours. Paris : La Découverte.

RABAUT, Jean. 1996. Marguerite Durand, 1864-1936, « La Fronde » féministe ou « Le Temps » en jupons. Paris, Montréal : L’Harmattan.

REGNIER, Marie-Clémence. 2017. Vies encloses, demeures écloses : Le grand écrivain français en sa maison-musée (1879-1937) [thèse]. Paris : Université Paris IV.

RICHARD, Gaston-Ch.. 1922. « L’exposition des femmes célèbres du XIXe siècle » Le Petit Parisien. 19 octobre 1922 : 4.

ROJEK, Chris. 2001. Celebrity. Londres : Reaktion Books.

ROUGEMONT. 1922. « L’exposition des femmes célèbres du XIXe siècle » Ève. 29 octobre 1922 : 11.

SCHREIER, Lise. 2008. « Au secours des non-classées : colonialisme, mariage et féminisme, 1897-1903 » Dix-Neuf, 11(1) : 119-134.

SNITER, Christel. 2012. Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ? Grâne : Creaphis.

THERENTY, Marie-Ève. 2019. Femmes de presse, femmes de lettres. Paris : CNRS éditions.

TIKHONOV SIGRIST, Natalia. 2009. « Les femmes et l’université en France, 1860-1914, Pour une historiographie comparée » Histoire de l’éducation 122 : 53-70.

VARIKAS, Eleni. Printemps 1988. « L’approche biographique dans l’histoire des femmes » Les Cahiers du Grif 37-38 : 41-56.

Haut de page

Notes

1 Sur la vie de Marguerite Durand et l’histoire de La Fronde, voir Rabaut, Jean. 1996. Marguerite Durand, 1864-1936, « La Fronde » féministe ou « Le Temps » en jupons. Paris, Montréal : L’Harmattan ; Coquart, Elizabeth. 2010. La Frondeuse, Marguerite Durand, patronne de presse et féministe. Paris : Payot ; Metz, Annie. 2017. « Marguerite Durand » in Bard, Christine (dir.), avec la collaboration de Chaperon, Sylvie, Dictionnaire des féministes (France, XVIIIe-XXIe siècle). Paris : Presses universitaires de France : 476-483, ainsi que les publications de Pavard, Bibia, Rochefort, Florence et Zancarini-Fournel, Michelle. 2020. Ne nous libérez pas, on s’en charge : une histoire des féminismes de 1789 à nos jours. Paris : La Découverte et Thérenty, Marie-Ève. 2019. Femmes de presse, femmes de lettres. Paris : CNRS éditions.

2 Marguerite Durand citée dans Metz, Annie, « Marguerite Durand », op. cit. : 478.

3 « Recueil. Durand, Marguerite. Dossier documentaire. Exposition des femmes célèbres du XIXe siècle. 1922. Paris », DOS DUR, Paris, bibliothèque Marguerite Durand. Sauf mention contraire, les citations sont extraites des documents du fonds.

4 Morin, Edgar. 2015 [1957]. Les stars. Paris : Seuil.

5 Je remercie Adèle Cassigneul pour la transmission de ce mot.

6 Larousse, Pierre (dir.). 1866-1877. Entrée « Constellation » dans le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Larousse, Pierre (dir.). 1866-1877. T. IV, Paris, Administration du Grand dictionnaire universel 1032-1033.

7 Sniter, Christel. 2012. Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ? Grâne : Creaphis. Voir aussi la base de données en ligne du musée d’Orsay – au nom éloquent – https://anosgrandshommes.musee-orsay.fr/.

8 Varikas, Eleni. 1988. « L’approche biographique dans l’histoire des femmes » Les Cahiers du Grif Printemps (37-38) : 43.

9 Sniter, Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ? op. cit. : 34-35.

10 Varikas, Eleni, « L’approche biographique dans l’histoire des femmes » op. cit. : 43.

11 Ibid. : 44.

12 Entrée « Panthéon », Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Larousse, Pierre (dir.). 1866-1877. Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, T. XII : 128-130.

13 Par exemple Dévigne, Roger. 20 octobre 1922. « Les femmes célèbres du XIXe siècle – Un Panthéon des gloires et des grâces féminines ». L’Avenir : 1.

14 Lilti, Antoine. 2014. Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850. Paris : Fayard : 107. Sur les celebrity studies, voir aussi Marshall, Peter David. 1997. Celebrity and power : fame in contemporary culture. Minneapolis et Londres : University of Minnesota Press et Rojek, Chris. 2001. Celebrity. Londres : Reaktion Books.

15 Lilti, Antoine, Figures publiques. op. cit. : 315.

16 Ibid. : 307.

17 Caroline Schultze soutient sa thèse de médecine sur l’histoire des femmes médecins en 1888 tandis que celle de Sarmiza Bilcescu, soutenue en droit en 1890, a pour titre De la condition légale de la mère en juin 1890 et celle de Jeanne Chauvin, en 1892, porte sur Professions accessibles aux femmes, en droit romain et en droit français. Évolution historique de la position économique de la femme dans la société. Tikhonov Sigrist, Natalia. 2009. « Les femmes et l’université en France, 1860-1914, Pour une historiographie comparée » Histoire de l’éducation 122 : 53-70 et Christen-Lécuyer, Carole. 2000. « Les premières étudiantes de l’Université de Paris » Travail, genre et sociétés 4 : 35-50.

18 « En organisant, dans le local de la “Fronde” l’exposition des Femmes célèbres, Mme Marguerite Durand n’a pas seulement fait œuvre de féministe et d’artiste, elle a fait encore besogne d’historien. » Drous, Noëlie. 1922. « L’Exposition des Femmes célèbres, 47, rue Vivienne » La Voix des Femmes. 2 novembre 1922.

19 Né dans les années 1850, René Laruelle a notamment publié des textes aux thèmes religieux ainsi que des biographies d’artistes femmes comme Rosa Bonheur et Marguerite Le Comte en 1885 dans le Bulletin des Beaux-Arts. Il fait don de son Mémorial à la Bibliothèque Nationale de France (cote Est. : Ne-63) à sa mort en 1932. « M. René Laruelle – un érudit modeste mais persévérant – vient, par un don posthume, d’enrichir la Bibliothèque du labeur de toute sa vie, consistant en une collection de 250 albums in-folio de portraits féminins. C’est une sorte de Panthéon iconographique, doublé d’un Mémorial qui embrasse la biographie des femmes célèbres de tous les temps et de tous les pays. Grâce à ce don important et d’une documentation sûre, les lettrés pourront se renseigner avec précision sur l’histoire et la légende de toutes celles qui ont joué un rôle ici-bas. » Lestrange, Robert. 1932. « Un legs à la Bibliothèque Nationale » Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques. 31 décembre 1932 : 2. Voir aussi Beaumont-Maillet, Laure. 1993. « Les collectionneurs au Cabinet des Estampes » Nouvelles de l’estampe 132 : 5-27 ; Francillon. 1922. « Une évocation – Les Femmes célèbres du XIXe siècle » Le Gaulois. 19 octobre 1922 : 1 ; Gresset, Victor. 1902. « Monsieur René Laruelle et ses œuvres » L’Écho des jeunes : journal littéraire. 1er juillet 1902 : 90.

20 Lettre du 24 juillet 1922.

21 Lettre du 31 juillet 1922.

22 Note manuscrite de Marguerite Durand.

23 Lettre du 21 septembre 1922.

24 Ce pavillon portait à la fois un message politique – revendiquer des droits pour les femmes en valorisant leurs réalisations – et un message essentialiste, insistant sur les qualités supposées naturelles des femmes. Voir Hutton, John. 1994. « Picking Fruit : Mary Cassatt’s “Modern Woman” and the Woman’s Building of 1893 » Feminist Studies 20 (2) : 319‑348.

25 Lettre du 21 août 1922.

26 Lettre du 19 août 1922.

27 Lettre du 3 octobre 1922.

28 Lettre du 27 septembre 1922.

29 Lettre non datée.

30 Lettre du 24 septembre 1922.

31 Lettre du 13 octobre 1922.

32 Il peut s’agir du Portrait de la comtesse Dina de Toulouse-Lautrec ou du Portrait de Madame X, aujourd’hui au musée d’Orsay.

33 Lettre non datée.

34 Lettre non datée.

35 « Actrices, femmes de lettres, inspiratrices ont ici leur portrait, et des autographes précieux révèlent un peu de leur âme, puisque, n’est-ce pas ? la graphologie est devenue une science psychologique. » Gayot, André. 26 octobre 1922. « Les Femmes célèbres du XIXe siècle » La Dépêche : 6.

36 Voir Emery, Elizabeth. 2015. Le photojournalisme et la naissance des maisons-musées d’écrivains en France (1881-1914) [trad. Jean Kempf et Christine Kiehl]. Chambéry : Université Savoie Mont Blanc et Régnier, Marie-Clémence. 2017. Vies encloses, demeures écloses : Le grand écrivain français en sa maison-musée (1879-1937) [thèse]. Paris : Université Paris IV.

37 Il s’agit peut-être du tableau Le goûter, vers 1880, Paris, Petit Palais.

38 Lettre du 22 juillet 1922.

39 Dans les lettres, le pronom possessif est souvent utilisé par les personnes sollicitées pour des conférences, signe d’un engagement émotionnel, d’une proximité souhaitée et d’un lien affectif : « notre George Sand », « notre Hortense [Schneider] ».

40 Lettre non datée. Nadia Bellanger souligne.

41 L’article de Roger Dévigne paru dans L’Avenir du 20 octobre 1922 consacré à l’exposition s’intitule « Les femmes célèbres du XIXe siècle – Un Panthéon des gloires et des grâces féminines » : 1.

42 Richard, Gaston-Ch.. 1922. « L’exposition des femmes célèbres du XIXe siècle », Le Petit Parisien. 19 octobre 1922 : 4.

43 Gille, Jean. 1922. « Dans les salons de La Fronde – L’Exposition des femmes célèbres du XIXe siècle » L’Éclair. 20 octobre 1922.

44 « Il n’y a point là, on le voit, que des féministes et des émancipatrices. Il y en a cependant, comme bien vous pensez ! Voici Maria Deraismes, Léonie Rouzade, Flora Tristan, femme de lettres, morte à Bordeaux le 14 novembre 1845, et qui s’intéressa au sort des ouvriers ; Elisa Lemonnier, fondatrice de l’Enseignement professionnel pour jeunes filles, à Paris ; Mme Ackermann, Clémence Royer, Sophie Germain, Aubertine Auclert [sic], Mme Vincent, Caroline Angebert, Paule Minck, Louise Michel, Mme de Valfère. » Gayot, André. 1922. « Les Femmes célèbres du XIXe siècle » La Dépêche. 26 octobre 1922 : 6.

45 Francillon. 1922. « Une évocation – Les Femmes célèbres du XIXe siècle » Le Gaulois. 19 octobre 1922 : 1.

46 Bonzon, Jacques (?).1922. « Une visite à l’exposition de La Fronde. Féminisme de Bourgeoises. Souvenirs et Anticipations » L’Activité française et étrangère. Novembre 1922.

47 Nous pourrions ajouter « blanches ». Au tournant du XXe siècle, La Fronde a soutenu la politique d’expansion coloniale de la France. Voir Schreier, Lise. 2008. « Au secours des non-classées : colonialisme, mariage et féminisme, 1897-1903 » Dix-Neuf, 11(1) : 119-134. Je remercie Manon Lecaplain pour cette indication.

48 Bonzon, Jacques, « Une visite à l’exposition de La Fronde » op. cit..

49 Cette lutte de commémoration dans l’espace public se prolonge : en 2004, le square Willette devient le square Louise-Michel et, en 2020, à l’occasion des cinquante ans du Mouvement de Libération des Femmes, le jardin Vercingétorix-Brune prend le nom de Monique Wittig. Sur cette question, voir Milo, Daniel. 1997. « Le nom des rues » in Nora, Pierre (dir.), Les Lieux de Mémoire. Paris : Éditions Gallimard. Tome 2 :1887-1920.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Leïchlé, « L’exposition Femmes célèbres du XIXe siècle organisée par Marguerite Durand en 1922 »GLAD! [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 13 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/glad/4335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.4335

Haut de page

Auteur

Mathilde Leïchlé

Mathilde Leïchlé est doctorante en Histoire et Histoire de l’art à Université Paris Cité (CERILAC) sous la direction de Gabrielle Houbre et Isolde Pludermacher et chargée d’études et de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art. Après s’être intéressée au type de la pécheresse repentie, aux courtisanes et au culte de Marie Madeleine, elle travaille à présent sur les images et imaginaires des violences sexuelles faites aux femmes au XIXe siècle en France (1857-1908). En 2020, dans le cadre du Labex CAP, elle a été chargée de mission auprès de la direction de la conservation du musée d’Orsay et a travaillé à la valorisation des artistes femmes au sein des collections. Elle organise des expositions, colloques et rencontres et crée des podcasts sur les sujets qui sont au cœur de sa réflexion. Elle est membre du collectif Les Jaseuses, du Laboratoire Corps, genre, arts de l’association EFiGiES, de Jeunes Critiques d’Art et du comité organisateur des Doctoriales de la Société Romantique et Dix-neuviémiste. Mathilde Leïchlé a contribué à plusieurs catalogues ou publication liés à des expositions (Prostitutions. Des représentations aveuglantes ; Marie Madeleine, la Passion révélée ; Signac collectionneur), au répertoire biographique en ligne des artistes femmes d’AWARE, ainsi qu’à un numéro spécial de French Forum (47.1). Elle travaille actuellement à une encyclopédie féministe des mythes avec plusieurs Jaseuses (éditions iXe) et à un ouvrage sur les stéréotypes et imaginaires associés aux voix avec Camille Islert et Caroline Dejoie (éditions du Seuil).

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Introduction
    Paru dans GLAD!, 12 | 2022
  • Retracer notre ciel [Texte intégral]
    Constellations féministes et queer : archives et création contemporaine
    Tracing our Sky. Feminist and Queer Constellations: Archives and Contemporary Creation
    Paru dans GLAD!, 12 | 2022
Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search