Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12ActualitésNote de lecturePascal Gygax, Sandrine Zufferey e...

Actualités
Note de lecture

Pascal Gygax, Sandrine Zufferey et Ute Gabriel. 2021. Le cerveau pense-t-il au masculin ?

Éléonore de Beaumont
Référence(s) :

Pascal Gygax, Sandrine Zufferey et Ute Gabriel. 2021. Le cerveau pense-t-il au masculin ?, Éditions Le Robert. 176 pages.

Entrées d’index

Rubriques :

Actualités
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage Le cerveau pense-t-il au masculin ?, publié en 2021 par les chercheureuses Pascal Gygax, Sandrine Zufferey et Ute Gabriel, inaugure « Temps de parole », la nouvelle collection des éditions Le Robert, qui vise à « questionner notre rapport au monde à partir de l’usage qu’on fait des mots et de la langue »1. Sa publication s’inscrit dans le contexte récent des débats sur le langage dit inclusif, qui ont cours dans le monde francophone depuis les années 2000, et de façon plus virulente en France depuis la parution d’un manuel scolaire2 utilisant quelques formes de l’écriture inclusive en 2017, ainsi que la polémique qui s’en est suivie. Les auteurices explicitent leur démarche dès les premières lignes : apporter des données scientifiques pour enrichir le débat public sur le langage inclusif. Par rapport à d’autres ouvrages de popularisation de connaissances sur ces question (Éliane Viennot, Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin (2014) ou Le langage inclusif, pourquoi, comment (2018)), celui-ci apporte un éclairage nouveau sur la question en s’inscrivant dans le champ de la psycholinguistique, qui s’intéresse à la façon dont notre cerveau produit et interprète le langage, à la croisée de la linguistique et de la psychologie expérimentale. L’originalité de cette publication est de déplacer le regard porté dans des recherches préalables sur la démasculinisation des noms de métiers ou les accords en genre, vers les rapports entre le signe et le référent. S’adressant à un large public, le livre est pensé pour être très accessible : les points essentiels sont récapitulés à la fin de chaque chapitre, des métaphores sur la vie quotidienne permettent de comprendre des notions complexes, et surtout quinze petites expériences à réaliser soi-même auprès de son entourage nous invitent à participer, et — qui sait ? — susciteront peut-être des vocations à la recherche. Les chapitres 5 et 6, consacrés aux études de psychologie expérimentale, pourraient particulièrement intéresser les spécialistes du domaine Genre et Langage.

2En septembre 2020, 32 linguistes signaient une tribune contre l’écriture inclusive, dans le magazine Marianne3. Évoquant la fameuse règle du « masculin qui l’emporte sur le féminin », les signataires écrivaient : « Les mots féminin et masculin n’ont évidemment pas le même sens appliqués au sexe ou à la grammaire : trouver un quelconque privilège social dans l’accord des adjectifs est une simple vue de l’esprit. » Prenant position dans cette controverse qui divise les linguistes francophones, Pascal Gygax, Sandrine Zufferey et Ute Gabriel s’attèlent à décortiquer cette affirmation : accorder au masculin, alors que l’on désigne un groupe composé d’hommes et de femmes, est-ce que cela pousse notre cerveau à imaginer davantage d’hommes… voire à n’imaginer que des hommes ? Les règles de grammaire auraient-elles une influence sur nos représentations mentales ? L’invisibilisation, dans la langue, des femmes et de toutes les personnes qui ne se reconnaissent pas dans la catégorie « homme » pourrait-elle créer un avantage en faveur des hommes dans notre pensée, et peut-être même dans nos structures sociales ? À toutes ces questions, les trois chercheureuses apportent des réponses scientifiques, en s’appuyant sur les nombreuses études qui ont été menées depuis plus de vingt ans en français, mais aussi en allemand, en anglais, en polonais ou encore en tchèque. L’ouverture sur des langues autres que le français démontre que la question du langage inclusif n’est pas un débat franco-français, même si on peut regretter que les études citées restent principalement issues des pays du Nord global. On peut faire l’hypothèse que ces questions se posent davantage dans les pays de langues indo-européennes, mais ces langues sont utilisées dans d’autres régions du monde (par exemple l’espagnol en Amérique du Sud), et il serait intéressant de comparer les représentations psycholinguistiques avec des langues non genrées (comme le hongrois ou le turc qui, contrairement à l’anglais, n’ont pas de pronoms genrés) ou avec des langues à classe (comme le bantu ou le wolof), qui utilisent d’autres critères que le genre pour distinguer des catégories nominales.

3Les huit chapitres qui composent l’ouvrage suivent une progression argumentative qui aboutit à la description des formes du langage inclusif ainsi que de ses enjeux en termes d’acceptation et d’habituation. Dans les deux premiers chapitres, les auteurices s’attèlent à expliquer les liens entre le langage et la pensée. S’appuyant sur l’hypothèse Sapir-Whorf et les études scientifiques qui en ont découlé, iels montrent que le langage attire notre attention vers certaines propriétés du monde, ce qui influence notre manière de le voir et de nous comporter. Pour approfondir cette question, on pourra consulter l’article de Véronique Perry consacré à l’« héritage oublié » d’Edward Sapir concernant le concept de genre : elle montre que Sapir voit le genre masculin et le genre féminin comme « des “accidents philosophiques” qui infectent la langue et opèrent une relation forcée et même exagérée entre qualité, personne et action » (Perry, 2017, p. 30). Dans le chapitre 2 de leur ouvrage, Gygax, Zufferey et Gabriel s’intéressent aux liens entre genre et langage et montrent l’influence des stéréotypes sur notre description du monde. L’étude de Gygax et ses collègues en 2019 sur la perception du genre dans les tours de magie en est un exemple marquant : un même tour de magie, dans lequel on ne voit que les mains du magicien ou de la magicienne, est jugé meilleur lorsque les participant·es croient qu’il est réalisé par un homme que lorsqu’iels croient qu’il est réalisé par une femme. Ainsi, la notion de compétence est liée aux associations habituelles et inhabituelles enregistrées par notre cerveau. Cette conclusion a été mise en évidence dans de nombreuses études en psychologie sociale, notamment dès 1985 par Verena Aebischer (Aebischer, 1985), mais aussi en anthropologie avec le concept de valence différentielle des sexes, développé par Françoise Héritier : l’anthropologue a montré que nos catégories binaires du masculin et du féminin sont culturellement hiérarchisées, en faveur du masculin (1981). Le chapitre démontre donc que nous ne décrivons pas les femmes et les hommes de la même manière, et que plus nous sommes exposé·es à ces associations, plus cette tendance s’accentue.

4Les chapitres 3 et 4 poursuivent cette réflexion en s’appuyant sur deux faits de langue : l’ordre de mention (chapitre 3) et le genre grammatical masculin (chapitre 4). Le chapitre 3 explique la valeur hiérarchique de l’ordre de mention : par exemple, lorsque nous parlons d’un couple que nous connaissons, nous citons toujours la personne la plus importante pour nous en premier. Or, dans notre société androcentrée les hommes sont presque toujours nommés en premier, notamment dans les expressions, ce qui leur donne une importance hiérarchique : « Adam et Ève » ou encore « mari et femme ». Le chapitre 4 s’intéresse ensuite au genre grammatical masculin : les auteurices de l’ouvrage expliquent la différence entre genre arbitraire des inanimés et genre motivé des animés, entre le sens spécifique et le sens générique du masculin, avant de proposer un rapide historique des vagues de masculinisation du français. La notion de « sens générique » mérite qu’on s’y attarde, et qu’on la questionne. Selon les auteurices, il est lui-même divisé en deux sous-catégories : le sens neutre, qui permet par exemple de désigner une personne non binaire, ou bien de désigner une personne en s’abstenant de lui donner un genre (possibilité que les auteurices de l’ouvrage remettent en question d’un point de vue psychologique) ; et le sens mixte, qui permet de désigner un groupe composé de personnes de genres différents (des hommes, des femmes, des personnes non binaires), sans toutefois permettre d’en préciser la répartition (y a-t-il une majorité d’hommes ? de femmes ? etc.). Le masculin, contrairement au féminin, permettrait ainsi de s’abstraire de la répartition entre référents /mâles/ et /femelles/. La notion de généricité a notamment été analysée par Lucy Michel dans un article (2017) où elle propose de distinguer :

  • emplois génériques, c’est-à-dire, en linguistique, quand un groupe nominal désigne un référent global non actualisé (quand on dit « la baleine est un mammifère », on ne parle pas d’une baleine en particulier) ;

  • et valeur générique, c’est-à-dire la capacité du genre grammatical masculin à désigner des personnes indifféremment à leur identité de genre.

  • 4 Mais Lucy Michel (2017) va plus loin et propose de renoncer à la valeur générique du genre grammati (...)

5Ces deux sens possibles de l’adjectif générique ne se recoupent pas tout à fait : lorsqu’on utilise le masculin pour désigner une personne non-binaire (ce que Gygax et ses collègues appellent le « sens neutre »), il ne s’agit pas d’un emploi générique (au sens traditionnel en linguistique) dans la mesure où le référent est identifié.4

6Il n’en reste pas moins qu’on observe une dissymétrie des usages, en discours, du genre grammatical masculin et féminin. Pour analyser cette dissymétrie, Gygax, Zufferey et Gabriel s’appuient sur des études en psychologie expérimentale qui permettent de comprendre les stratégies mises en place par notre cerveau pour interpréter la forme grammaticale masculine. Ainsi, les chapitres 5 et 6 sont probablement les plus intéressants, notamment pour les personnes déjà spécialistes des questions de genre et de langage. Dans une approche très pédagogique, les auteurices prennent le temps d’expliquer les différentes démarches expérimentales utilisées : les études de production, dans lesquelles on demande aux personnes interrogées de produire la suite d’un énoncé (chapitre 5), les études de correspondance, dans lesquelles on demande aux personnes interrogées si un énoncé peut être la suite logique d’un premier énoncé (chapitre 5), les expériences avec intervention explicite, dans lesquelles on rappelle la règle de l’interprétation dite générique du masculin au milieu de l’expérience (chapitre 6) et enfin les expériences avec intervention implicite, dans lesquelles on surexpose le cerveau à des associations entre une femme et un groupe masculin (chapitre 6). Pour chaque étude citée, le protocole expérimental ainsi que les résultats et les éventuelles limites sont détaillés. Gygax, Zufferey et Gabriel soulignent l’existence d’un consensus en psychologie expérimentale : « dans les langues qui ont une marque grammaticale de genre et dans lesquelles le masculin est la valeur par défaut, les représentations du genre sont principalement masculines » (p. 83). Une étude réalisée par Gygax et ses collègues, datant de 2012, est particulièrement intéressante : l’objet de l’expérience était de voir dans quelle proportion les participant·es pouvaient spontanément considérer un terme désignant une femme (par exemple, « une sœur ») comme faisant partie d’un groupe désigné au masculin (par exemple, « musiciens »). Au milieu de l’expérience, la règle de l’interprétation dite générique du masculin était rappelée, ce qui a eu pour effet d’augmenter la proportion de réponses positives ; néanmoins, l’équipe de recherche a constaté que les temps de réponse demeurent plus longs lorsqu’il s’agit d’inclure une femme dans un groupe désigné au masculin, que lorsqu’il s’agit d’y inclure un homme. Autrement dit, le rappel de l’interprétation dite générique influence nos réponses, mais ne modifie pas les activations spontanées, toujours masculines : les temps de réponse plus longs montrent qu’un effort est nécessaire pour que notre cerveau modifie sa représentation initiale. L’ouvrage fait également la part belle aux enjeux sociétaux de ces expériences scientifiques : on retiendra notamment l’étude de Chatard-Pannetier et ses collègues (2005) qui montre que les adolescentes sont plus confiantes dans leur capacité à réussir des études lorsque les métiers sont présentés au masculin et au féminin que si ces métiers sont présentés uniquement au masculin. Les auteurices de cette étude s’appuient notamment sur la notion d’auto-efficacité, issue des travaux de Bandura (1982), qui montre que la croyance d’un individu en ses capacités de réussir (ou d’échouer) est aussi importante, voire plus, que ses capacités réelles. L’auto-efficacité est étroitement liée aux stéréotypes : Désert et ses collègues ont montré que les personnes visées par des stéréotypes négatifs (de race, de genre, etc.) subissent davantage de pression, due à la menace de confirmer les stéréotypes négatifs attachés à leur groupe, en cas de mauvaise performance. Cette pression conduit à une plus forte probabilité de réaliser une contre-performance : les stéréotypes ont donc un effet conservateur sur les cibles elles-mêmes (Désert et al., 2002).

7Enfin, les chapitres 7 et 8 s’intéressent au langage inclusif. Le chapitre 7 se présente comme une boite à outils, montrant l’existence de différentes formes selon que l’on souhaite neutraliser le langage ou au contraire juxtaposer les marques morphologiques du masculin et du féminin pour rendre visible la construction d’un référent féminin. Gygax, Zufferey et Gabriel répondent aux questions les plus fréquentes, comme « Comment contracter les doublets qui ont des formes masculines et féminines très différentes ? » ou encore « Et la non binarité avec les doublets ? ». Les réponses s’adressent avant tout à un public de non-spécialistes et proposent de nombreux conseils pratiques. Les auteurices soulignent l’existence de nombreuses études sur les doublets, notamment sur les représentations, qui démontrent que nous nous représentons plus souvent des femmes lorsque les formes masculines et féminines sont utilisées pour désigner des personnes. Néanmoins, il n’existerait pas ou peu d’études sur les outils de neutralisation ou sur les doublets contractés, notamment par un point médian. Le chapitre 8 s’intéresse aux réticences des opposant·es au langage inclusif. Des études intéressantes, comme celle de Koeser et ses collègues, datant de 2015, montrent qu’une simple exposition des participant·es aux formes du langage inclusif ne suffit pas à les leur faire adopter, et qu’une conscientisation aux inégalités semble nécessaire pour faire changer les pratiques. Cette conclusion pourrait être rapprochée de l’analyse d’Alpheratz (2018) qui proposait d’analyser les pratiques langagières inclusives comme une variation diaéthique du français, c’est-à-dire une variation relevant « d’une politique d’inclusivité animée par une conscience de genre » (2018 : 7).

  • 5 Ce néologisme est une traduction de l’anglais empowerment, qui désigne à la fois le pouvoir d’agir (...)

8Gygax, Zufferey et Gabriel reviennent à plusieurs reprises sur leur posture : leur rôle n’est pas de « dicter des manières de penser ou de faire » (p. 109) ou de « remplacer une norme par une autre » (p. 157) mais plutôt d’offrir à leur lectorat le choix entre différentes options linguistiques permettant de faire évoluer les pratiques langagières en faveur d’une plus grande égalité des genres. En ce sens, cet ouvrage grand public provoque une forme d’empuissancement5 : il permet à la fois de prendre conscience des biais de représentations induits par l’utilisation du masculin comme valeur par défaut, mais aussi d’agir en transformant nos pratiques langagières pour les rendre plus inclusives. En outre, faisant preuve d’une grande pédagogie, Gygax, Zufferey et Gabriel proposent une véritable initiation à la démarche scientifique : leur approche vise à faire participer leur lectorat au débat public sur l’écriture inclusive, en s’appuyant sur des données scientifiques. Évoquant le titre du livre de Maria Candea et Laélia Véron, Le français est à nous, cet ouvrage s’achève sur un appel à se réapproprier notre langue : « Ce seront les usages que nous en ferons toutes et tous qui détermineront [quelles pratiques langagières] vont s’implanter dans la langue et lesquelles ne resteront pas. Aucune instance, même si elle se dit officielle ou supérieure, ne peut dicter l’usage. C’est à vous de décider de vos manières de parler. » (p. 157)

Haut de page

Bibliographie

AEBISCHER, V. 1985. Les Femmes et le langage. Presses Universitaires de France. https://doi.org/10.3917/puf.aebis.1985.01

ALPHERATZ, M. 2018. Français inclusif  : Conceptualisation et analyse linguistique. SHS Web of Conferences, 46, 13003. https://doi.org/10.1051/shsconf/20184613003

BANDURA, A. 1982. Self-efficacy mechanism in human agency. American Psychologist, 37(2), 122‑147. https://doi.org/10.1037/0003-066X.37.2.122

CHATARD-PANNETIER, A., GUIMONT, S., & MARTINOT, D. 2005. Impact de la féminisation lexicale des professions sur l’auto-efficacité des élèves : Une remise en cause de l’universalisme masculin ? L’Année psychologique, 105 (2), 249‑272. https://doi.org/10.3406/psy.2005.29694

DÉSERT, M., CROIZET, J.-C., & LEYENS, J.-P. 2002. La menace du stéréotype : Une interaction entre situation et identité. L’Année psychologique, 102(3), 555‑576. https://doi.org/10.3406/psy.2002.29606

HÉRITIER, F. 1981. L’exercice de la parenté. Seuil.

MICHARD, C. 2003. La notion de sexe en français : Attribut naturel ou marque de la classe de sexe appropriée ? Langage et sociéte, 106(4), 63‑80. https://doi.org/10.3917/ls.106.0063

MICHEL, L. 2017. Le « masculin culturel », un pied de nez au « masculin générique » ? In Genre et sciences du langage : Enjeux et perspectives (p. 59‑77). Presses universitaires de la Méditerranée.

PERRY, V. 2017. Edward Sapir et l’épistémologie constructiviste « genre et langage » en France : Un héritage passé sous silence. In Genre et sciences du langage : Enjeux et perspectives (p. 21‑39). Presses universitaires de la Méditerranée.

VIENNOT, É. 2014. Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Petite histoire des résistances de la langue française ([Nouvelle édition augmentée]). Éditions iXe.

VIENNOT, É. 2018. Le langage inclusif : Pourquoi, comment. Éditions iXe.

Haut de page

Notes

1 https://www.lerobert.com/collection-temps-de-parole.html (consulté le 21/02/2022)

2 Le manuel Questionner le monde, niveau CE2, chez Hatier.

3 https://www.marianne.net/agora/tribunes-libres/une-ecriture-excluante-qui-s-impose-par-la-propagande-32-linguistes-listent-les (consulté le 21/02/2022)

4 Mais Lucy Michel (2017) va plus loin et propose de renoncer à la valeur générique du genre grammatical masculin : selon elle, il s’agit davantage d’un masculin « culturel », lié au stéréotype selon lequel le mâle serait représentatif de l’humain (Michard, 2003). Elle suggère de considérer qu’aux traits sémantiques portés par le radical substantival du mot, des traits sémantiques liés aux stéréotypes associés à la classe hommes sont portés par le suffixe masculin, et des traits sémantiques liés aux stéréotypes associés à la classe femmes sont portés par le suffixe féminin. Selon elle, « la confusion terminologique entre valeur et emploi générique tend alors à dissimuler le caractère très incertain de cette capacité du genre grammatical masculin » (2017 : 62), davantage liée à des stéréotypes culturels, à notre représentation sociale du masculin et du féminin, qu’à une logique grammaticale. Voir le résumé de thèse de Lucy Michel, publié dans le troisième numéro de GLAD! : https://journals.openedition.org/glad/793.

5 Ce néologisme est une traduction de l’anglais empowerment, qui désigne à la fois le pouvoir d’agir et le processus d’apprentissage pour accéder à ce pouvoir (Desgrées du Loû 2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore de Beaumont, « Pascal Gygax, Sandrine Zufferey et Ute Gabriel. 2021. Le cerveau pense-t-il au masculin ? »GLAD! [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 13 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/glad/4512 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.4512

Haut de page

Auteur

Éléonore de Beaumont

Éléonore de Beaumont est doctorante en sciences du langage, membre de l’équipe de recherche en didactique des langues et sociolinguistiques de l’ATILF. Sa thèse porte sur l’enseignement du genre grammatical à un public turcophone, dont la langue première n’a pas de genre, dans le cadre du FLE (Français Langue Étrangère). Elle travaille notamment sur les possibilités de l’enseignement d’un langage plus inclusif en classe de FLE et sur ses conséquences en matière de représentations sociolinguistiques des apprenant·es.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search