Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Constellations créatricesExplorations« Faire éclater le canon, arriver...

Constellations créatrices
Explorations

« Faire éclater le canon, arriver à un discours commun sur la littérature. »

Entretien avec Martine Reid
“Dismantling the canon, creating a common discourse on literature”. Interview with Martine Reid
Vicky Gauthier, Camille Islert et Martine Reid

Résumés

L’entretien restitué ici s’est tenu le 8 juillet 2021 en ligne. Il aborde dans un premier temps le parcours de la professeure Martine Reid, afin d’explorer les héritages et constellations en lien avec sa propre pratique d’enseignante et de chercheuse en littérature. Dans un second temps, la notion de constellation est mise en lien avec l’histoire littéraire des femmes, afin d’en discuter la pertinence, et d’évoquer surtout la (re)constitution particulière de ces réseaux et lignées que l’on peine encore à intégrer durablement dans un récit général de la littérature.

Haut de page

Texte intégral

Parcours

Vicky Gauthier, Camille Islert. Quels sont les héritages dans lesquels votre propre parcours de chercheuse s’est inscrit ? La part de canonique, la part de contre-culturel, la part d’aléatoire ? Quelles négociations avez-vous faites avec vous-même dans votre recherche — des réussites, des échecs ?

Martine Reid. J’ai sans doute un parcours relativement atypique, non seulement parce que j’ai soutenu mon doctorat aux États-Unis et que j’y ai enseigné, mais parce que j’ai fait ma thèse sur Stendhal. Je n’ai pas écrit une thèse sur des questions féministes ou sur des femmes auteurs ; mais une thèse tout à fait classique. La psychanalyse était à la mode à ce moment-là et ma thèse portait sur « littérature et psychanalyse » sur l’auteur Stendhal dans son rapport à la langue. Au départ, donc, je ne me posais absolument pas de question et le chemin était tout tracé. Je me suis ensuite intéressée à la correspondance de Flaubert. Les correspondances étaient à ce moment-là, dans les années 1980-90, un objet assez nouveau et il était apparu toutes sortes de spécialistes pour la circonstance et de gens qui essayaient de les théoriser. À cette occasion j’ai découvert la correspondance entre Flaubert et George Sand et c’est cette correspondance-là qui a attiré mon attention et qui a décidé de la suite, et la suite a été que je me suis intéressée très sérieusement à George Sand. J’ai pu enseigner un séminaire qui avait pour programme tout ce qu’elle avait écrit, tout ce qu’on pouvait lire sur elle, une approche globale qui n’avait pas été faite. Ça a fait du chemin dans ma tête et j’ai ensuite écrit en France un livre sur la question de l’auctorialité chez George Sand, puis une biographie de George Sand puis aussi un livre sur les femmes en littérature qui essayait de placer des jalons et de donner, dans une perspective relativement classique, des réflexions sur la situation des femmes dans l’histoire littéraire, mais non sans un solide bagage historique et théorique sur les femmes, les féminismes et le « genre ». Au fond, c’est ce qui m’a le plus essentiellement interpellée et c’est encore le cas aujourd’hui, avec Femmes et littérature, une histoire culturelle, ce n’est pas tout à fait la conclusion mais le bout du chemin de cette grande entreprise, pour le dire très vite.

Je n’ai pas eu à négocier avec moi-même quoi que ce soit. J’ai eu de la chance : une chance d’enseignante aux États-Unis, parce qu’en France on est censé-e être spécialiste d’un-e auteur-rice et d’une période. J’ai profité de cette liberté-là, et une fois rentrée en France j’ai conservé l’habitude de faire exactement ce que je voulais. Toutefois, je ferais fermement état des résistances considérables qu’on trouve encore en France sur le sujet. Il y a beaucoup à dire et à faire là-dessus : penser historiquement ces résistances et les voir partout à l’œuvre, sous toutes sortes de formes plus ou moins déguisées, et je pense que les analyses doivent être faites. Bizarrement, dans les années 70, on a eu tous les éléments en mains pour penser la question de la présence, ou de la non-présence des femmes dans l’histoire littéraire. Les féministes des années 70 ont décortiqué le champ littéraire, l’institution littéraire, les enjeux de pouvoir, ce que c’était d’écrire au féminin, mais l’université, et dans l’ensemble le système scolaire à sa suite, n’a jamais suivi. À l’inverse, on a multiplié les plaisanteries, les résistances, les hostilités. C’est encore vrai aujourd’hui.

V.G., C. I. Quels « réseaux » féministes avez-vous connus en tant que chercheuse ? Avez-vous observé une différence importante d’un côté et de l’autre de l’Atlantique ? Est-ce que ça a été quelque chose de déterminant, ou pas, dans votre manière de concevoir et de vivre votre recherche ? Est-ce que la matière de vos recherches — les écrits de femmes en particulier — et les réseaux qui s’y trouvent aussi ont influencé votre manière d’articuler votre propre parcours ?

M. R. L’autre côté de l’Atlantique a intégré le féminisme et les théories féministes dans les programmes d’enseignement, il a donc contraint à une révision du canon littéraire, quelques ouvrages absolument décisifs ont été publiés à la suite des années 70, au début des années 80. En France les historiennes, sous la direction entre autres de Michèle Perrot, ont pu dire qu’il fallait avancer sur l’histoire des femmes et ont pu diriger des recherches nombreuses, qui ont fait date. En littérature ça n’a guère été possible : il y avait des recherches, mais ces recherches ont été systématiquement considérées comme marginales, anecdotiques, secondaires. Je pense qu’aujourd’hui la situation est à peine différente. J’invite à la prudence tous ceux et celles qui travaillent sur les femmes auteurs en France parce qu’il demeure une littérature canonique très forte, très solide institutionnellement, et qu’elle n’inclut pas les femmes. Elle veut bien des grandes figures, des Madame de Lafayette, George Sand, Colette, mais dans le détail, elle ne leur est absolument pas ouverte.

Mon entrée à Yale a donc été décisive, mais de manière paradoxale. Il y avait déjà des Women’s studies à Yale que je n’ai jamais fréquentées parce que j’avais travaillé sur Stendhal, que j’étais spécialiste de manière assez canonique du XIXe siècle. C’est petit à petit que je me suis demandé ce qu’était cet édifice, que j’ai commencé à lire un tas de choses, et ce sont ces éléments qui m’ont poussée de ma propre initiative à aller voir ailleurs et à me servir : s’il y avait un héritage de Yale, et il y en a de nombreux, mais le plus précieux, c’est ce que j’appellerais une sorte de boite à outil théorique. Dans le monde anglo-saxon, on n’étudie pas la littérature française avec quelques notions de stylistique, de l’histoire littéraire, de l’histoire des formes et des genres. On fait de la sociologie, de la psychanalyse, de la théorie littéraire, et j’ai moi-même été habitée par l’envie de me servir de tous les outils possibles à disposition. C’est une grande différence : en France aujourd’hui, quand on essaie de faire un cours sur littérature et psychanalyse, personne ne sait qui est Freud, personne n’a lu une ligne de Freud en littérature, donc tout est à reprendre à zéro. C’est pour ça qu’il est difficile de donner un séminaire sur le genre, parce que précisément le bagage interdisciplinaire qu’implique nécessairement la question de genre, familier dans le monde anglo-saxon, aussi bien en Angleterre qu’en Amérique du nord, ne l’est absolument pas en France. En dehors de quelques situations exceptionnelles où un enseignant est intervenu sur la question, personne n’en sait rien.

V.G., C. I. Aujourd’hui, quel serait votre rapport à ces héritages et réseaux, et quel est celui que vous souhaiteriez transmettre (éventuellement, ou pas justement !) aux étudiant-es et collègues avec lesquel-les vous travaillez ? La notion de « constellation », aussi vague soit-elle proposée comme ça, fait-elle sens dans la manière que vous avez de faire vos recherches ?

M. R. Oui, absolument, mais ensuite on peut détailler un peu les choses. Je pense qu’il y a deux cas de figure et là je reviens sur le terrain français. Il y a des centres de recherche, en tous cas un qui est particulièrement actif, qui est à Lyon-2, où depuis des années, et cela tient entre autres à des personnalités, il y a des recherches autour des femmes auteurs, du XIXe siècle mais des femmes auteurs en général, avec une perspective qui est celle du féminisme, qui est celle du genre, et généralement les travaux sont particulièrement dynamiques et intéressants. C’est à mon sens le cas de figure idéal, réellement, parce que du point de vue des enseignants on a des étudiants qui travaillent tous sur des sujets voisins, les séminaires doctoraux sont beaucoup plus vivants parce que tout le monde parle de la même chose avec à peu près une formation identique.

Mais dans la majorité des cas, on est très isolé-e. Il y a d’ailleurs pas mal d’universités où la question n’est même pas posée. Dans le cas où il y a une personne que ça intéresse, elle est vite limitée. Je suis obligée à ce sujet de faire valoir ma petite expérience : à Lille par exemple, il n’y a aucune espèce de spécificité décidée collectivement par les collègues. Ils ont été très réticents, considérant que moi, je m’intéressais aux femmes auteurs, très bien, mais qu’eux s’intéressaient à autre chose. Il n’a pas été possible de faire quoi que ce soit de collectif, je le regrette évidemment beaucoup. Grâce à une collègue du département d’anglais, j’ai pu animer pendant plusieurs années un séminaire sur le genre qui a rencontré un réel succès, mais cela a eu peu d’incidence sur les enseignements du département de lettres modernes qui était le mien. J’ai continué à aller aux États-Unis, parfois à Montréal, j’ai pu développer mes propres réseaux, terme qui ici conviendrait mieux que constellations. Ce matin-même, j’étais en visioconférence avec un groupe de dix-huitièmistes espagnol-es qui travaille très solidement sur les femmes auteurs depuis plusieurs années. Voilà autant d’exemples qui sont satisfaisants. Mais d’un point de vue strictement institutionnel français, ce n’est pas satisfaisant. Les résistances sont là et ne sont pas minimes. On vous laisse travailler dans votre coin sur des femmes auteurs. On invite d’ailleurs de préférence les femmes à travailler sur les auteurs femmes, ce qui interroge aussi : c’est souvent le cas, et la recherche sur la littérature générale ne prend guère en compte ce qui est fait sur les femmes auteurs.

C’est une sorte de cercle vicieux dont on ne peut sortir et quelque chose que les féministes connaissent bien : on n’en sort pas si une personne qui a le pouvoir ne décide pas à un moment que cela suffit. L’école a montré qu’il y avait Balzac, Zola et d’autres grands auteurs, du XIXe siècle et d’autres siècles, et l’université reprend le même discours. Logiquement les gens connaissent ces auteurs et pas les autres, puisque des autres il n’est jamais parlé. Pour les dix-huitièmistes c’est un peu particulier, il y a Madame de Lafayette, Scudéry, Sévigné, mais tout de même on sent que les gens parlent de ce qu’ils connaissent, de ce qu’ils ont appris à l’école, et le grand public attend qu’on lui parle de Baudelaire, de Balzac, des « grands ». On ne va jamais sortir de ce cercle vicieux s’il n’y a pas choix délibéré d’une politique forte pour dire qu’il faut penser la littérature autrement. On doit commencer par dire « en littérature, il y a des hommes et des femmes », ça c’est le point de départ, et pas « il y a des hommes et de loin en loin il y a une figure intéressante ; et puis telle autre qui avait été oubliée ». Puisqu’aujourd’hui on sait beaucoup de choses sur les femmes auteurs, on va intégrer ce savoir dans un discours général sur la littérature et dire : regardez, on commence au Moyen-Âge, c’était très difficile, il y avait très peu d’auteurs mais 137 femmes et elles ont fait la même chose et des choses différentes de ce qu’ont fait leurs contemporains.

Actuellement, non seulement personne ne connait les femmes auteurs, mais aussi le savoir est très réduit : vous avez toujours l’impression que vous arrivez avec une chose extraordinairement curieuse, qui est le résultat de recherches minutieuses durant lesquelles vous avez regardé des heures pour savoir sur qui vous alliez travailler, pour trouver une œuvre tout à fait mineure, etc. Dès lors, le public ne peut pas poser de questions, parce que ce que vous présentez est étrange, curieux, dans le meilleur des cas. Le savoir manque absolument, et comme il n’y a pas de discours connu sur les femmes à telle ou telle époque, il n’y a pas d’effet.

Constellations créatrices

V.G., C. I. L’un des objets du numéro pour le cadre duquel on mène cet entretien, c’est d’essayer de réfléchir à ce qu’on peut faire aux notions de « canons », « héritages », au travers des recherches féministes et queer ; la notion de « constellations » nous apparait intéressante parce qu’elle évoque au moins forcément un certain désordre (un fouillis dans lequel on trace temporairement des lignes, selon des règles qui sont toujours plus imaginaires, fictionnelles et ludiques, qu’autre chose), et qu’en même temps elle permet de désigner un phénomène propre à l’histoire des femmes et des personnes minorisées, c’est à dire leur position marginale (et collectivement éclatée) par rapport « au canon » (si tant est qu’il n’y en ait qu’un). Est-ce que vous avez rencontré ou mobilisé vous-même la notion de « constellations » dans vos travaux et réflexions ? Vous parait-elle intéressante a priori, ou pas du tout ?

M. R J’aime beaucoup la métaphore mais je la lis de manière différente de vous : si on prend la constellation de la Grande Ourse, c’est un ensemble d’étoiles dont la place dans le ciel change légèrement au cours de l’année, mais que l’on peut reconnaitre immédiatement. Le côté désordre, je ne le vois pas trop. En revanche, je trouve l’image très belle et il faudrait en effet creuser de ce côté : comment vont se faire les associations des unes avec les autres ? Elles ne sont pas automatiques, tout ne reconduit pas nécessairement et d’office à l’appartenance sexuée. Je pense à quelques exemples aux XVIIIe et XIXe siècles : les femmes continuent d’être assez méfiantes les unes envers les autres. Il y en a beaucoup qui disent « moi, je suis auteur », les autres sont des bas-bleus de toutes sortes. Même George Sand le pense pendant un temps : malgré toute la sympathie que j’ai pour elle, il faut reconnaitre qu’elle manifeste peu de solidarité à l’égard d’autres femmes de lettres. Il lui arrive d’encourager des jeunes femmes qui lui envoient des manuscrits, mais dans l’ensemble, elle n’a pas de réflexion sur ce que veut dire être une femme en littérature et sur les difficultés spécifiques rencontrées ; elle pense avant tout, magnifiquement, sa propre situation. À mon sens, le cas de Germaine de Staël est assez voisin : elle affirme dans De la littérature, en 1800, qu’être une femme en littérature est vraiment difficile et que l’on fait figure de « paria ». Mais dans le même texte, elle dresse un portrait général de la littérature de l’antiquité jusqu’à 1800, et les femmes y sont ramenées à trois notes dans l’ensemble du volume. D’un côté elle dit « regardez comme c’est terrible », et de l’autre elle ne fait aucune place à ses contemporaines, sauf ramenées à quelques lignes dans le chapitre sur le roman.

La seule qui ait vraiment joué le jeu de la constellation, c’est Félicité de Genlis. Félicité de Genlis est un peu connue des dix-huitièmistes s’ils ont travaillé sur la fin du XVIIIe, de ceux qui ont travaillé sur la période qui va de la fin de la Révolution à 1830. Or elle est à mon sens la plus intéressante parce qu’elle écrit un livre en 1811, De l’influence des femmes sur la littérature — influence en tant que mécènes et auteures —, qui est un ouvrage absolument capital. Capital parce qu’elle invite à la solidarité entre femmes. Elle dit par exemple qu’elle n’aime pas les romans de Staël, mais qu’elle la soutient parce que c’est une femme. C’est là une position qui disparait ensuite pendant très longtemps : si l’on regarde le tournant du XXe siècle, Colette ne veut rien savoir de tout cela, les écrivaines suivantes pas beaucoup non plus. Cette position est donc très originale ; de plus, Genlis est la première à penser la littérature en termes sociologiques. Elle va demander : pourquoi n’y a-t-il pas de femmes ou de domestiques qui écrivent pour le théâtre ? Ce à quoi elle répond : c’est parce les unes comme les autres n’ont pas reçu une éducation suffisante, que les conditions pour les voir s’intéresser à la littérature ne sont pas réunies. C’est tout à fait intéressant de voir que ce discours-là attire l’attention de quelques critiques puis est complètement oublié. À ce titre je trouve que l’image de la constellation est très belle : on a régulièrement des étoiles qui scintillent et qui finiront par former un ensemble significatif, à créer ensemble un propos qui est « changez de discours, procédez autrement, voyez comment nous sommes traitées ».

Dans la petite nouvelle La Femme auteur, Genlis fait entendre tous les arguments contre les femmes qui écrivent. Germaine de Staël, comme Colette, et comme de nombreuses écrivaines encore aujourd’hui, telle Nina Bouraoui, déclarent qu’évidemment elles ne vont pas s’appeler écrivaines : elles sont un auteur, et ces questions de marques sexuées n’ont pas de sens. C’est un peu dommage. On a envie de leur dire que c’est une vieille chanson, que c’est ignorer une longue histoire, mais on retrouve là la question de la valorisation par le masculin. George Sand est convaincue que la littérature est une activité masculine, donc il faut prendre un nom masculin pour écrire, et accepter une sorte de « bisexualité psychique » (femme de corps, homme d’esprit). C’est aussi ce que pense Colette quand elle parle « d’hermaphrodisme mental », « parce que nous les femmes, si nous considérons la création artistique, devons avoir la cervelle d’un homme », dit-elle en substance. C’est une réflexion très intéressante à comprendre : celles qui considèrent qu’elles ont beaucoup de talent sont passées du côté du masculin, il leur a semblé nécessaire de se masculiniser.

V.G., C. I. Vous avez très largement contribué à l’émergence de figures de la production littéraire des femmes au travers de vos travaux Des femmes en littérature, puis du récent Femmes et Littérature en deux tomes. Autant d’ouvrages qui permettent d’historiciser la création des femmes, et qui sont des références. Vous avez aussi beaucoup travaillé sur George Sand, figure majeure de la littérature du XIXe, qui a souvent fait office de « femme d’exception » pour mieux exclure les autres de la sphère de la création littéraire. Ces deux considérations pour amener à une question très large : comment historicise-t-on sans hiérarchiser ? Comment choisit-on sans trop exclure ? Comment mettre en valeur une figure sans qu’elle devienne exception, et donc prétexte à ne pas se pencher sur les autres ?

M. R La question est évidemment très large. Je pense d’abord : en faisant en sorte que tous les travaux qui sont faits sur les femmes se retrouvent dans un discours général sur la littérature. Si je regarde aujourd’hui ce qui est fait en France, je ne peux que constater que tel n’est pas le cas. Je regrette de constater que d’un côté il y a des recherches extrêmement innovantes, parfaitement intéressantes et très nombreuses sur les femmes auteurs, et c’est tant mieux : tant mieux, on défriche le terrain, on accumule les informations et cela, on en a absolument besoin. Mais d’un autre côté, dès que se tient un discours général sur « la Littérature » — on en tient de moins en moins mais il s’en tient —, les femmes ont à peu près disparu. D’un côté il y a une recherche très active, largement féminine, et de l’autre, du côté des lieux de pouvoirs, il y a des spécialistes de littérature, et les voilà tout à coup principalement masculins. C’est récurrent dans les grandes universités, alors que nous sommes majoritairement des femmes dans le milieu de l’enseignement du littéraire. Ceux-là, et parfois celles-là, tiennent un discours très largement masculin et n’ont aucunement intégré les interrogations qui ont été faites depuis des années sur les femmes auteurs.

On parle beaucoup pour le moment de la question du récit national, syntagme créé par les historiens, récit national sur l’esclavage, sur la colonisation notamment : essayons de penser la littérature dans les mêmes termes. Nous sommes un pays centralisé, nous avons un discours à tenir sur le passé de la littérature, il faut absolument qu’il soit le plus juste possible. On a dit inlassablement que ce qui était gênant dans les ouvrages de femmes était qu’ils étaient mineurs. On a fait jouer contre elles la distinction majeur/mineur. C’est incontestable, les grands talents sont rares : de loin en loin il y a des hommes exceptionnels, mais ils sont minoritaires, et tout le reste est une façon plus ou moins bien inspirée de faire de la littérature. Il est donc indispensable de faire sauter la hiérarchie. Faites le tour de ce que vous connaissez de la littérature et vous vous apercevrez que vous connaissez une foule d’auteurs masculins totalement mineurs. Au moment où il y a eu la grande mode du récit libertin, nous avons tous eu entre les mains des livres de poche avec des textes d’auteurs parfaitement mineurs. Qu’est-ce qui tout à coup les projetait dans la sphère des auteurs à connaitre ? On avait décidé que le libertinage définissait le XVIIIe siècle — une lunette qui par ailleurs exclut d’emblée la présence des femmes. Il faut donc un récit collectif, partagé, qui soit plus juste, et qui parte du fait qu’il y a des hommes et des femmes en littérature. Depuis des siècles, on n’a pas cessé de penser la littérature de manière très centralisée en France. Continuons à le faire, mais rendons justice à un récit qui doit être aussi vrai, aussi proche que possible de la réalité, ce qu’il n’est pas depuis deux siècles qu’on essaie de mettre en place un discours sur le passé de la littérature : la plupart des femmes sont passées à la trappe.

Autrement dit, on peut se réjouir qu’il y ait des travaux sur les femmes en quantité, mais cela ne va pas faire avancer les choses s’il n’y a pas un discours collectif, collectivement partagé avec des connaissances communes. Tout le monde devrait connaitre Baudelaire mais tout le monde devrait connaitre Marceline Desbordes-Valmore aussi bien que Baudelaire. C’est difficile, parce que ça fait deux siècles qu’on commente les grands auteurs du XIXe siècle, ou au moins 150 ans : les spécialistes de Balzac savent tout sur Balzac depuis toujours, et l’équivalent pour le féminin est inexistant. C’est ainsi que la hiérarchie se construit : tout le monde connait, a lu, a entendu des propos plus ou moins savants sur Balzac, et pas sur ses contemporaines (Sand, Allart, de Girardin, d’Agoult, etc.).

V.G., C. I. Dans les Femmes dans la critique et l’histoire littéraire, l’une des lignes de force est l’idée que les écrits de femmes existent, en nombre et à toutes les époques, mais que leur reconnaissance implique de penser la littérature au-delà de sa définition masculine et restrictive. Est-ce que parmi ces définitions de la littérature, il faudrait, pour penser les écrits de femmes, sortir aussi de l’idée d’auteur comme sujet logocentré ? Est-ce que l’idée de « réseau » de « constellations » s’applique particulièrement, selon vous, à l’histoire littéraire des femmes ?

M. R Je pense que c’est une très bonne question, et qu’on revient sur la difficulté, sauf exception, de penser correctement la constellation pour les femmes. Si on regarde le XIXe siècle, on s’aperçoit qu’il y a des groupes d’écrivains. Des salons, non plus seulement tenus par les femmes, mais aussi par les hommes, Nodier, Mallarmé ou Zola, il y a des effets de réseaux qu’on pourrait appeler « constellaires. » L’équivalent féminin, à part à la toute fin du siècle, n’existe guère. Ce modèle apparait difficile pour les femmes. Pas pour les féministes : des constellations féministes à partir de 1830 il y en a. Mais en littérature, je ne les vois pas beaucoup. J’ai regardé certains salons tenus par des femmes au XIXe siècle. Celles-ci reproduisent le modèle de l’Ancien régime : assez généralement, elles valorisent leur salon grâce à un homme de lettre, un homme politique en vue. Il y a très peu de femmes dans ces salons, dont pourtant la tête pensante est une femme. À l’égard des constellations, je ferais valoir de vraies résistances et hésitations de la part des écrivaines, qui essaient d’asseoir comme elles peuvent une petite « autorité », et qui craignent d’avoir l’air de faire « mouvement » si elles sont trop nombreuses. Le féminisme est d’ailleurs souvent brandi comme un repoussoir. C’est la réponse, tout à fait provisoire parce qu’il faut encore enquêter sur ce domaine, que je donnerais. Ce n’est pas étonnant : la sociologie a montré que quand on appartient à une minorité quelle qu’elle soit — et pour le féminin, disons jugée mineure, légalement aussi, pendant longtemps — la tentation est de se dire « moi j’ai obtenu quelque chose, c’est magnifique, mais les autres ne vont pas l’obtenir sinon cela me déstabilise, et j’aurais l’air de faire partie d’un petit groupe suspect ». On entend cela fort longtemps pour les femmes en littérature, au XVIIIe mais aussi XIXe siècle. Je ne sais pas quand cela se défait au XXe siècle, mais force est de constater qu’on ne voit pas beaucoup Marguerite Duras en compagnie de Nathalie Sarraute ou de telle ou telle, comme si chacune devait préserver quelque chose d’une place acquise de haute lutte. J’ai aussi considéré l’utilisation du terme « camarade » : George Sand dit qu’en littérature on est entre camarades, et c’est un mot masculin qui exclut le féminin. Quand on parle de « camaraderie littéraire », où placer les femmes ? On comprend que c’est le fonctionnement même du champ littéraire qui est masculin, et qui n’accepte les femmes qu’à la marge.

V.G., C. I. L’une des questions qui reviennent régulièrement lorsqu’on étudie la production littéraire des femmes est celle de savoir si l’on veut établir un canon séparé ou leur donner la place à part entière qu’elles méritent dans le canon existant. Quel est votre point de vue là-dessus ? Est-ce que mettre en valeur une constellation/filiation dans la production littéraire des femmes contribue à renouveler le canon, est-ce qu’au contraire cela va aussi, malgré tout, dans le sens d’une exclusion ? Comment fait-on pour régler cette éternelle question qui mène à penser les écrits de femme par rapport, en référence à la littérature hégémonique ?

M. R C’est une question très intéressante mais complexe. On peut affirmer deux choses. La première c’est qu’il y a, au fond, beaucoup de ressemblance entre les hommes et les femmes une fois qu’ils sont entrés dans le champ littéraire. Les contrats d’édition sont les mêmes, les effets de réception varient mais varient aussi au masculin, et donc on peut observer des ressemblances de diverses sortes, et des effets de porosité aussi, des travaux communs, etc. En même temps, il est indispensable de penser la différence : une des difficultés majeures est que nous arrivons avec des outils et un regard masculin sur des auteurs masculins que nous transposons sur des auteurs féminins. Comment faire autrement ? C’est compliqué de se dire « il faudrait autre chose ». Il n’empêche. À mon sens on ne peut pas lire Sand comme on lit Balzac. C’est ce que tout le monde fait tout le temps, alors que la question du sexe de l’auteur est absolument déterminante. Pour ma part, je tiens donc sans la moindre hésitation un discours de la différence : il y a une différence en jeu et elle doit être pensée. Je suis par ailleurs absolument convaincue par tout ce qui est de l’ordre du post-genre, bien entendu. Mais je constate, et j’avance prudemment, que le XIXe siècle est un moment où la différence sexuée est fondamentale, qu’on la retrouve donc en littérature et qu’on doit faire quelque chose avec cette donnée.

Ma position personnellement serait la suivante : dans un premier temps, il faudrait travailler à faire éclater le canon, et dans un deuxième, avec l’apport de près d’un demi-siècle de travaux sur les femmes auteurs en France et à l’étranger, arriver à un discours commun sur la littérature. Pas un discours qui aplanit les différences : un discours collectif est souhaitable dans lequel la différence, et ses multiples implications, sont pensées : ce n’est pas la peine de traiter les femmes comme si elles étaient des hommes, auquel cas le discours canonique va écraser tout le monde. Quelles sont les différences ? les difficultés pour les uns et les autres ? Quels sont les moments où l’homosexualité dessine d’autres constellations et dit des choses essentielles sur l’appartenance sexuée ? C’est un champ largement ouvert, qu’il faut exploiter sans se poser la question du mineur/majeur, parce que cette séparation est historique et a été mise en place pour des raisons misogynes. Il faut s’en débarrasser. Mais il faut travailler in fine à une histoire littéraire commune, à un seul discours sur le passé de la littérature, où les femmes ont pleinement leur place de manière différente, mais aussi, à certains égards, de manière semblable, aux hommes. Un discours commun où toutes et tous ont leur juste place.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vicky Gauthier, Camille Islert et Martine Reid, « « Faire éclater le canon, arriver à un discours commun sur la littérature. » »GLAD! [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 13 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/glad/4585 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.4585

Haut de page

Auteurs

Vicky Gauthier

Vicky Gauthier est docteure ès lettres et chargée de cours à l’Université du Québec à Chicoutimi. Sa thèse, « Le roman monstre ou la poétique du fantastique du monstrueux moral chez Rachilde », a porté sur l’étude de l’œuvre romanesque de l’écrivaine française, sous l’angle de la sociologie du texte et de son inscription générique dans un fantastique fin-de-siècle. Boursière du Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada au doctorat et à la maitrise, elle a publié sa thèse chez L’Harmattan ainsi que plusieurs articles, entre autres dans Voix plurielles et MuseMedusa. Chercheure affiliée au groupe de recherche subventionnée par le CRSH des professeurs François Ouellet et Patrick Bergeron sur les romans de femmes en France de 1900 à 1945, elle prépare en ce moment une recherche postdoctorale dans le sillon de leur projet.

Articles du même auteur

Camille Islert

Camille Islert est agrégée de lettres modernes et docteure en littérature française. Elle a consacré sa thèse à la poétique de Renée Vivien. Elle s’intéresse plus largement aux poètes femmes du XIXe siècle et notamment du tournant du siècle, aux notions d’influence, d’intertextualité et de littérature « secondaire », ainsi qu’aux enjeux des catégories masculin/féminin en poésie. Elle dirige actuellement trois volumes dont la parution est prochaine : avec Wendy Prin-Conti, un ouvrage autour de la Théorie littéraire féminine à la Belle Époque, un autre consacré au recueil Les Pleurs de Marceline Desbordes-Valmore ; avec Lénaïg Cariou, Elvina Le Poul, Lucile Dumont et Solène Méhat, la publication des actes du colloque festival « Poéte.s.s.e.s : qu’est-ce qu’une femme poète ? » qu’elle a co-organisé. Elle a également contribué à l’ouvrage collectif Écrire à l’encre violette, littératures lesbiennes en France 1900 à nos jours, paru au Cavalier bleu en mai 2022. Elle commence en 2022 un post-doc à l’Université Paris-Est Créteil sous la tutelle de Damien Zanone autour de l’axe : « un réseau littéraire de femmes ? Intertextualité, réflexivité, références féminines » dans les œuvres poétiques de huit femmes de la même génération, Renée Vivien, Natalie Barney, Lucie Delarue-Mardrus, Anna de Noailles, Marguerite Burnat-Provins, Hélène Picard, Cécile Sauvage et Catherine Pozzi.

Articles du même auteur

Martine Reid

Professeure émérite de l’université de Lille-III, Martine Reid est spécialiste de George Sand, des œuvres de femmes au XVIIIe et XIXe siècles, et plus généralement de la question de l’histoire et de la place des femmes en littérature. Autrice et directrice de plusieurs ouvrages fondamentaux, tels Signer Sand : l’œuvre et le nom (Belin, 2003), Des Femmes en littérature (Belin, 2010), Les femmes dans la critique et l’histoire littéraire (Honoré Champion, 2011) et plus récemment des deux volumes Femmes et littérature : une histoire culturelle (Folio, 2021), elle a également créé la série « Femmes de lettres » chez Gallimard et dirige la collection « Littérature et genre » aux éditions Honoré Champion.

Ses travaux de recherches ont contribué à questionner la portée excluante du « canon littéraire national » et des divisions du champ littéraire en « majeur » et « mineur ». Ses recherches en histoire littéraire, soulignant la constance et la richesse de l’investissement des femmes en littérature, luttent contre la mise en valeur de quelques figures féminines exceptionnelles, qui s’est toujours faite au détriment d’une considération juste et réellement égalitaire. Elle est aujourd’hui l’un des noms qui viennent immédiatement à l’esprit lorsque l’on songe aux études sur l’histoire littéraire des femmes dans le champ français.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search