Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12ActualitésComptes rendusDes pronoms qui (dé)genrent : pol...

Actualités
Comptes rendus

Des pronoms qui (dé)genrent : politiques de l’ambiguïté en littérature chinoise, 1917-1937

Résumé de thèse
Pronominal Politics: (Un)Gendering Narrative and Framing Ambiguity in Chinese Literature, 1917-1937
Coraline Jortay
Référence(s) :

C. Jortay. 2020. Pronominal Politics: (Un)Gendering Narrative and Framing Ambiguity in Chinese Literature, 1917-1937. Thèse de doctorat en Langues, Lettres et Traductologie, sous la direction de Vanessa Frangville, Université libre de Bruxelles. en ligne : https://difusion.ulb.ac.be/vufind/Record/ULB-DIPOT:oai:dipot.ulb.ac.be:2013/308433/Holdings

Texte intégral

1Cette thèse étudie les débats littéraires et linguistiques qui ont suivi, en Chine, l’introduction des pronoms de troisième personne marqués en genre à la fin des années 1910. Elle analyse la manière dont l’adjonction de ce marquage modelé sur les langues européennes a posé question à une époque où les relations sociales de genre se sont imposées comme un sujet d’actualité brûlant et où la littérature est devenue un outil de premier plan pour l’unification de la langue nationale. Ce travail montre comment ces nouveaux pronoms ont pu être mobilisés, parodiés, ou contestés à des fins politiques diverses et comment ces pratiques ont affecté les représentations de genre dans les textes.

2Cette recherche s’appuie sur un double corpus : d’une part, un corpus littéraire rassemblant la production de quatre auteurs et autrices représentant à la fois adeptes et farouches opposants des nouveaux pronoms (Liu Dabai, 1880-1932 ; Ling Shuhua, 1900-1990 ; Zhao Yuanren, 1892-1982 et Xiao Hong 1911-1942). D’autre part, elle mobilise un corpus de sources en chinois, en japonais, en anglais, en latin et en français ayant trait à l’histoire de la pensée linguistique de la Chine républicaine et de la fin de la dynastie Qing (documents produits par les comités successifs œuvrant pour l’unification de la langue nationale, grammaires et manuels scolaires, mémoires de linguistes, articles de presse, tribunes et essais). Cette double approche littéraire et linguistique permet d’éclairer les liens entre réformes linguistiques et débats littéraires dans une variété de genres (prose, poésie, théâtre, traduction littéraire) et de mouvements sociaux et politiques.

  • 1 Dans une version remaniée, ce chapitre a reçu le prix de l’Association britannique d’études chinois (...)

3La première partie expose les enjeux théoriques et méthodologiques de la thèse, avant de poser son cadre linguistique en décrivant le fonctionnement du genre linguistique en chinois et les sites (en lexique, en morphologie, en syntaxe) où celui-ci est marqué. La deuxième partie fournit un arrière-plan historique aux débats étudiés. Elle montre comment, depuis la fin du dix-huitième siècle, l’absence de marquage en genre en chinois classique et dans la langue vernaculaire a été mise en avant dans le discours linguistique, et en particulier dans les textes missionnaires, comme l’un des symptômes d’une supposée défaillance des langues sinitiques par rapport aux langues occidentales. Dans ce cadre, la création d’un équivalent traductif immédiat pour « il » ou « elle » est devenue, aux yeux des traducteurs et des linguistes chinois des premières années de la période républicaine (1912-1949) non seulement un problème concret de traduction, mais également la condition sine qua non d’une vision téléologique de la modernité linguistique ancrée dans une conception hiérarchique des langues. Constituant chacun une étude de cas, les quatre chapitres qui suivent explorent empiriquement comment différents auteurs et autrices se sont saisis de ces réformes linguistiques dans leur œuvre littéraire au cours des vingt années qui ont suivi. Ensemble, ces chapitres mettent en évidence les discours et contre-discours qui ont entouré l’introduction de ces nouveaux pronoms à travers différentes expérimentations avec des pronoms non-standards ou inclusifs en poésie (Liu Dabai), les tensions entre créativité littéraire et participation à un projet normatif d’unification de la langue nationale modelé sur des catégories occidentales (Zhao Yuanren), ou encore les réappropriations du marquage pronominal en genre pour poser un discours critique (Ling Shuhua) sur la société de l’époque qui articule (Xiao Hong) questions de genre, de handicap et de classe sociale.1

4Ainsi, ma recherche montre comment les enjeux de ces débats ont rapidement dépassé de simples questions de linguistique et de traduction littéraire pour être mobilisés dans le cadre de l’institutionnalisation de la langue nationale et des débats sociétaux sur l’égalité de genre. Elle démontre également l’importance de considérer l’histoire de la Chine et plus largement des langues non-occidentales dans l’histoire des débats sur le langage inclusif ainsi que pour éclairer les débats théoriques actuels de champs tels que les études pronominales et les approches féministes et queer des études littéraires et de l’histoire de la traduction – autant de champs où les corpus anglo-européens restent à ce jour disproportionnément représentés.

Haut de page

Notes

1 Dans une version remaniée, ce chapitre a reçu le prix de l’Association britannique d’études chinoises en 2021. Il est disponible en accès libre sur : https://bjocs.site/index.php/bjocs/article/view/153

JORTAY, Coraline. 2022. « Reclaiming Rubbish: Feiwu at the Intersection of Gender, Class, and Disability in Xiao Hong’s Market Street and Field of Life and Death ». British Journal of Chinese Studies12 :1, 1-19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coraline Jortay, « Des pronoms qui (dé)genrent : politiques de l’ambiguïté en littérature chinoise, 1917-1937 »GLAD! [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 13 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/glad/4677 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.4677

Haut de page

Auteur

Coraline Jortay

Coraline Jortay est chercheuse postdoctorante au Queen’s College de l’Université d’Oxford, où elle prépare une monographie retraçant les débats littéraires, sociaux et linguistiques qui ont entouré « l’invention » des pronoms marqués en genre en chinois dans la première moitié du vingtième siècle. Elle est également co-fondatrice du China Academic Network on Gender (CHANGE) et traductrice de littérature sinophone en français.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search