Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Constellations créatricesExplorations« Il est fascinant de voir commen...

Constellations créatrices
Explorations

« Il est fascinant de voir comment se tisse une toile, se déploie ou se défriche un chemin de recherche. Je veux dire : collectivement. »

Entretien avec Isabelle Boisclair
“It is fascinating to see how a web is woven, how a path of research unfolds or is cleared. I mean, collectively”. Interview with Isabelle Boisclair
Aurore Turbiau, Vicky Gauthier et Isabelle Boiclair

Résumés

L’entretien restitué ci-dessous s’est tenu le 1er juillet 2021, par visio-conférence — échange franco-québécois et contexte pandémique obligent. Nous faisons le choix de maintenir à l’écrit le tutoiement de l’échange.
La conversation a d’abord porté sur le parcours de chercheuse d’Isabelle Boisclair. Il nous semble en effet que si l’on souhaite étudier des « constellations » dans ce numéro — de personnages, d’autrices, d’artistes, de titres — il faut aussi tracer celles que constituent les recherches en études de genre elles-mêmes : en quelque sorte, celles qui permettent au tracé lui-même d’avoir lieu, la base matérielle et institutionnelle des réflexions qui nous ont porté·es. Il s’agit donc aussi de reconnaitre le mélange d’aléatoire, de gout du savoir, de militantisme, de plaisir, qui peu à peu construit nos parcours de chercheur·ses, les réseaux dans lesquels on s’inscrit — ou non —, les travaux qui nous portent et la manière dont on ré-imagine, rétrospectivement, ce parcours.

Haut de page

Texte intégral

Vicky Gauthier, Aurore Turbiau. Le début de ton parcours universitaire est plutôt marqué par la sociologie de la littérature : c’est ta thèse sur le « sous-champ féministe » québécois des années 1960-1990 qui t’a permis, au début, de te positionner scientifiquement comme spécialiste des études littéraires féministes (Boisclair 2004). Dans ta tentative de réhabiliter un pan négligé de l’histoire littéraire, se dessine un geste que l’on reconnait bien quand on mène soi-même des études féministes, mais qui pèse son poids de paradoxe : celui de la reprise d’un héritage canonique — littéraire, critique —, de ses cadres, pour essayer de faire voir à un public d’emblée réticent que « même avec vos propres outils, regardez, vous oubliez de parler des femmes ». On parle de paradoxe, car en même temps, le but même d’un tel travail est aussi de détruire les cadres, et de déstabiliser fondamentalement les notions de « canon » et d’« héritage ».

Quels sont les héritages dans lesquels ton propre parcours de chercheuse et de féministe s’est inscrit ? Saurais-tu y distinguer la part de canonique, la part de contre-culturel, la part d’aléatoire ?

Isabelle Boisclair. D’abord, je dois dire que je n’aime pas tellement que l’on me présente à partir de ce parcours ni me penser en ces termes : je ne suis pas seule. Je me perçois comme une ouvrière dans ce travail : on fait les choses, tout le monde participe. Mais si je reviens sur mon parcours de chercheuse et de féministe… Je dois distinguer les deux : je suis féministe depuis plus longtemps que chercheuse. Je suis devenue féministe très jeune, grâce à la bibliothèque de ma mère. J’ai lu tôt des livres comme ceux de Christiane Rochefort, Les Stances à Sophie (1963), mais aussi d’autres livres plus difficiles à lire aujourd’hui — Annie Leclerc, Parole de femme (1974), Benoîte Groult, Ainsi soit-elle (1975). Dans ce sens, le premier féminisme que j’ai connu était plutôt un féminisme différentialiste.

Par la suite, jeune adulte, je ne suis jamais entrée dans les réseaux féministes militants ; j’étais plutôt une féministe intellectuelle. Ça faisait en quelque sorte partie de ma personnalité, mais ça n’était pas non plus ma préoccupation principale. D’un côté, je lisais avec avidité Christiane Rochefort, Marie Cardinal, Marilyn French aussi (Toilettes pour femmes 1978), tous ces romans libérateurs des années 1970-1980 ; mais en même temps, je sortais d’une période où j’avais lu énormément de photos-romans italiens avec mes sœurs, et des romans Harlequin — en somme, du super machiste ! Parce que, quand on est une lectrice et qu’on a peu de choses à se mettre sous la dent, on lit, de toute façon. Je dis toujours qu’il est bon de lire des Harlequin quand on est féministe, quelques-uns au moins, parce que je pense que ça nous révèle des choses qui nous sont familières, mais en concentré, rendues évidentes, dans le roman.

Ensuite, j’ai commencé à avoir des jobs par-ci par-là. J’étais loin du féminisme ; pour autant, j’étais souvent la féministe de service, celle que l’on se plaisait à agacer. J’avais peu d’outils, mais cela ne me dérangeait pas, j’avais toujours réponse à tout quand même ! Seulement, ça me faisait suer — la rabat-joie féministe de Ahmed, on est nombreuses à l’avoir connue : c’est un concept utile (Ahmed 2017 ; voir aussi Ahmed 2004, 2014).

Voilà, c’est mon parcours féministe : j’étais féministe comme « dans l’air du temps ». Il n’y avait pas de grosses mobilisations féministes là où j’habitais dans les années 1980-1990, il n’y avait pas non plus beaucoup de cours dans les universités.

Quant à mon parcours de chercheuse maintenant. Je ne viens pas d’une famille d’universitaires, je n’étais pas destinée à ce parcours : vous faites bien d’envisager la part d’aléatoire dans vos questions. Il y a une grande part d’aléatoire dans mon trajet. Je vivotais de petits projets en petits projets. J’ai eu des emplois un peu plus fixes au fur et à mesure — j’ai été coordonnatrice au Conseil des loisirs scientifiques de ma région, j’ai travaillé en théâtre, j’ai été codirectrice d’un salon du livre… À cette époque, j’ai beaucoup d’ami·es enseignant·es dans les cégeps ; j’entreprends de faire une maitrise. L’aléatoire, là aussi : en entrant en maitrise, j’avais une liste de mes passions littéraires, de Lewis Caroll à… tout ce que j’avais ! Il n’y avait pas grand-chose de féministe là-dedans. J’en rigolerais aujourd’hui ! Mon premier séminaire de maitrise portait sur l’édition littéraire au Québec, tenu par Richard Giguère. J’ai dû trouver un objet d’étude pour ce séminaire. Ma mère connaissait l’éditrice de la Pleine Lune ; je me suis lancée dans une monographie. J’analyse le catalogue, je fais des entretiens, je retrace l’histoire… mais ça ne m’a jamais suffi, il m’a fallu faire au-delà l’histoire des éditions féministes, au Québec, en France et ailleurs, l’histoire des collections féministes, des librairies féministes… une thèse avant son temps ! Je ne voulais plus aller enseigner au cégep : j’avais aimé ce monde dans lequel je venais de pénétrer, le monde de la recherche, et j’y trouvais une place. J’ai fait une demande de bourse de doctorat, et je l’ai obtenue (encore l’aléatoire !) — sans cela, je n’aurais pas fait le doctorat, qui ne faisait pas partie de mon horizon.

Quant aux héritages dans lesquels mon parcours s’est inscrit ? On le voit, il n’y en a pas vraiment, ni familial ni intellectuel ; c’est un parcours non prévu. Si j’ai « déstabilisé le canon », je n’en avais pas vraiment conscience, du moins au début. La part contre-culturelle, la sensibilité de gauche — sans nécessairement être très militante ou très instruite au départ d’ailleurs — ça, par contre, ça a joué. Je me suis instruite dans les années de formation de maitrise et de doctorat. Il faut dire que j’étais dans une université où il n’y avait pas d’enseignement féministe. J’ai lu !… Il fallait que je lise en études littéraires, en études féministes, en études politiques. Il y avait le parcours universitaire standard mais, à côté, toute l’auto-formation à faire… je pédalais !

  • 1 Deux maisons d’éditions féministes historiques au Québec, fondées au milieu des années 1970. Les éd (...)

J’avais fait un travail sur la Pleine Lune pour mon premier séminaire, je connaissais aussi le remue-ménage1, je voyais bien qu’il n’y avait rien de fait en recherche sur les femmes éditrices ; quelques petites choses mais d’un strict point de vue historiographique, pas du tout dans une perspective féministe. Aussi ce sera l’objet de mon mémoire. Je lis, je commence à analyser l’institution (et le canon est bien là : je lis très peu de textes théoriques de femmes en cette matière), la place des femmes dans l’institution, j’essaie de retracer l’histoire, avec des chiffres, des statistiques… ça m’a beaucoup éloignée des textes. J’y suis revenue depuis. Ça n’était pas un dévoiement grave : ça a fait partie de ma formation. Pour comprendre les textes j’ai dû comprendre le hors-texte, comprendre les luttes sociales dans le champ littéraire. Et le plus drôle est bien de constater que tout ça se réverbère dans les textes ! Il y a une homologie très claire.

J’ai donc étudié l’édition féministe pour mon mémoire de maitrise, mais j’ai ensuite voulu reconstituer la chaine : comment devient-on écrivain·e ? Il y a des chemins de traverse, mais il faut avoir lu, avoir été formé·e, même minimalement. Et comment les femmes s’inscrivent-elles dans un champ littéraire dominé par les hommes, façonné par eux ? Ce fut l’objet de ma thèse. Les chiffres parlaient beaucoup. Au départ, je n’avais pas prévu de faire un chapitre sur la réception critique ; finalement j’avais trop de matière, j’en ai fait un chapitre à part. Ce qu’a amené ce chapitre sur la réception critique, c’était l’analyse de la réception phallocentrée des textes de femmes — une évidence ! Tout faisait sens, tout s’emboitait bien. J’aime beaucoup cette thèse, elle est utile, cette histoire littéraire de la présence des femmes dans le champ littéraire qui est écrite là.

À partir de là, il était clair que le féminisme serait partout. Je m’étais donné des outils. J’avais lu énormément.

A. T. Ça résonne fort par rapport à mes propres recherches, ce que tu dis sur le besoin de passer par les chiffres pour comprendre ce qui est raconté dans les livres ; le besoin de passer par la compréhension des luttes à l’intérieur du champ littéraire, pour comprendre les luttes racontées dans les livres féministes. Pour moi ça rejoint aussi ce à quoi je réagis personnellement, la question de l’imprévu. Je me reconnais pas mal dans ce que tu dis sur le milieu dont tu viens : je suis persuadée que mon féminisme est fondamentalement nourri par cette idée que « je suis là, mais je ne sais pas pourquoi ». Des tremplins un peu aléatoires qui nous amènent où ils veulent, et puis « il faut bien que je fasse quelque chose, puisque je suis là » — on ne serait peut-être pas du tout féministes si ça ne s’était pas construit de cette manière-là. Il me semble que puisqu’on parle de constellations, ce cheminement a aussi ce sens : tu traces un trait, ça t’emmène ici, là, un peu au hasard, mais à la fin tout cela construit quelque chose — et en tout cas, tu en fais quelque chose, c’est toi qui donnes un sens à ce tracé.

I. B. J’ai beaucoup réfléchi à cela, ce fait qu’on ne soit pas destinées à ces études — surtout quand, au départ, elles n’existent même pas. Je pense aussi que si je n’avais pas rencontré ce chemin-là, j’aurais été malheureuse comme une pierre. Quand tu cherches, mais que tu ne le sais pas toi-même, quand tu n’as pas les outils pour l’actualiser : tu es malheureuse ! Quand je pense à l’article de Linda Nochlin (1988)… il a beau dater, tout a beau changer, il y avait très de débouchés pour les femmes, a fortiori quand on n’est pas du tout portée sur les choses domestiques, mais qu’on a passé notre adolescence à lire, lire, lire…

Je reviens sur un détail : lors de la soutenance de mon mémoire de maitrise, il n’y avait aucune femme dans le jury ; lors de la soutenance de mon doctorat, il n’y en avait qu’une. Beaucoup de femmes assistaient à ma soutenance de maitrise, dont plusieurs professeures de l’université, qui savaient que j’avais un jury composé de trois hommes, sans qu’un seul ne connaisse les études féministes. Elles voulaient vérifier la teneur féministe de mon discours, de ce que j’étayais, les noms que je citais, les concepts que j’employais. Une femme qui était présente, Armande Saint-Jean, avait souligné l’absence de « mère » de ma maitrise. Aussi, quand j’ai défendu ma thèse, j’ai commencé par dire que la sociologie de la littérature était une des rares disciplines qui avait une mère plutôt qu’un père : Germaine de Staël.

A. T. C’est une contradiction interne aux études de genre, ce tiraillement. D’un côté, un certain pan de l’université qui traite ces études par le mépris et se dispense à peu près totalement d’en connaitre ou d’en respecter les outils et, de l’autre, une hypervigilance critique à l’intérieur des études de genre — qui est nécessaire, mais crée aussi d’autres formes de problèmes. Citer les bons noms (en fonction de quels cadres ?), les bons outils (en fonction de quelles épistémologies ?), ne jamais oublier personne : à la fin, on crée une sorte de risque de name-dropping (c’est aussi un risque des constellations ! Des noms dispersés, semés çà et là), et on recrée des canons — même s’ils sont alternatifs et toujours, en quelque sorte, violemment imparfaits.

V. G. Nous voulions aussi te poser une question sur les réseaux et constellations qui pouvaient constituer le monde de la recherche lui-même, au moment où tu y es arrivée : les études féministes étant alors toutes neuves, as-tu pu entrer dans des réseaux de recherche, te constituer des références ? Est-ce que cela a pu être quelque chose de déterminant dans ta manière de concevoir et vivre la recherche ? Enfin, est-ce que la matière de tes recherches — les écrits féministes et queers en particulier — et les réseaux qui s’y trouvent ont aussi influencé ta manière d’articuler ton propre parcours ?

  • 2 Chantal Savoie est professeure au Département d'études littéraires de l’Université du Québec à Mont (...)
  • 3 Lori Saint-Martin est professeure en études littéraires à l'Université du Québec à Montréal, spécia (...)
  • 4 Martine Delvaux est professeure de littérature à l'Université du Québec à Montréal, où elle enseign (...)
  • 5 Catherine Mavrikakis est professeure au département des littératures de langue française de l'Unive (...)
  • 6 Delphine Naudier, directrice de recherche au CNRS, est sociologue de la littérature et s’est intére (...)
  • 7 Patricia Roux est spécialiste en études de genre et l’une des principales membres du comité de réda (...)
  • 8 Hélène Fleckinger est spécialiste des pratiques militantes du cinéma, des usages de la vidéo légère (...)

I. B. Je n’ai pas vraiment connu de réseaux de recherche féministe au départ, non. Des lectures féministes, oui, j’en avais ! Mais peu de vrais réseaux de travail. Je me trouvais plutôt isolée, surtout en sociologie de la littérature, mais plus j’ai avancé, plus j’ai connu un réseau amical ; symboliquement, ça m’était très utile de savoir qu’il y avait Chantal Savoie2 (alors à l’université Laval, aujourd’hui à l’UQAM), Lori Saint-Martin3, Martine Delvaux4 à l’UQAM, Catherine Mavrikakis5 à l’UdM… Au cours de mon post-doctorat à l’UQAM, je me suis jointe à l’Institut de Recherches en Études Féministes. À partir de là, j’ai rencontré plus de monde. Puis, au cours de colloques en Europe, j’ai rencontré Delphine Naudier6 notamment, encore que cette rencontre se soit faite presque par hasard, Patricia Roux7 également, Hélène Fleckinger8 et d’autres. Puis le réseau s’est peu à peu constitué quand j’ai obtenu un poste, et s’est peu à peu structuré au fil des colloques. J’ai organisé un colloque avec Chantal Savoie en 2004 : « Femmes et champ littéraire : Enjeux de légitimité », en 2004, et en 2006, Lori Saint-Martin et moi avons obtenu des fonds de recherche pour un projet portant sur le genre dans la fiction québécoise écrite par des hommes ; j’ai beaucoup collaboré avec elle par la suite.

Je parlerais davantage d’une constellation plutôt que d’un réseau : des points d’ancrage un peu partout dans le monde francophone, avec un début de réseau au Québec. Mais une constellation, c’est constitué de quoi, une dizaine d’étoiles visibles ? Elles forment une image, mais elles ne sont même pas sur le même plan et il y a plein d’étoiles qu’on ne voit pas. On pourrait prendre une autre image : la toile d’araignée, qui a, elle, beaucoup de points de contact.

Cette toile, elle se met en place quand je travaille à l’IREF (Institut de Recherches et d’Études Féministes) ; j’entre dans les rencontres féministes, au Congrès international des recherches féministes dans la francophonie notamment (CIRFF). Ce cercle s’agrandit progressivement, au gré des séjours. Plus tard, dans la même foulée, j’ai été des membres fondatrices du RéQEF (Réseau québécois en études féministes), qui lui est un réseau structuré et structurant. Actuellement, le RéQEF s’occupe de mettre en place des antennes régionales. À Sherbrooke, un certificat en études de genres s’ouvrira à l’automne. L’enseignement participe à créer des réseaux, en raison de la motivation des étudiant·es eux-mêmes / elles-mêmes : ils et elles en savent beaucoup, ils et elles poussent dans ce sens. Il s’agit aussi de nourrir ce réseau donc, avec des cours et ce genre de discussions.

  • 9 À propos de cette image, on peut renvoyer aux réflexions de Sara Ahmed sur ce qui « se trouve » ou (...)

Il faut pourtant remarquer que ces réseaux qui se construisent peu à peu concernent surtout la sociologie. Cela marque une différence de prestige d’ailleurs, par rapport à des matières traditionnellement nobles comme littérature et philosophie, qui marquent de manière beaucoup plus nette leur réticence à l’arrivée des études de genre dans leur champ. De même qu’il y a des écarts presque « classistes » de ce type d’une discipline à l’autre, il faut compter même au sein des études littéraires avec les déséquilibres de reconnaissance d’une sphère de recherche à une autre : alors que les travaux français sont très bien diffusés au Québec, en France la recherche québécoise est très massivement ignorée. C’est sans doute parfois lié à de simples détails techniques : l’algorithme des moteurs de recherche n’affiche sans doute pas les résultats québécois aux internautes français ; c’est peut-être même l’algorithme universitaire français qui, à la longue, s’est forgé de cette manière. Les résultats québécois ne tombent simplement pas sous les yeux des Français9. Ça n’est pas toujours très grave, pour tel ou tel ouvrage ou article. Mais la recherche avance et on l’ignore. Ce qui est grave c’est que cela cause un déséquilibre dans l’économie des savoirs, et prolonge/actualise certains vieux rapports coloniaux.

V. G. Ce sont des rapports qui se jouent en permanence, de la même manière qu’il est toujours difficile de faire de la recherche « à la marge » de l’institution ou dans ses interstices.

A. T. L’un des objets du numéro dans le cadre duquel on mène cet entretien, c’est d’essayer de réfléchir à ce qu’on peut faire aux notions de « canons », « héritages », au travers des recherches féministes et queer ; la notion de « constellations » nous semble intéressante parce qu’elle évoque au moins forcément un certain désordre (un fouillis dans lequel on trace temporairement des lignes, selon des règles qui sont toujours plus imaginaires, fictionnelles et ludiques, qu’autre chose), et qu’en même temps elle permet de désigner un phénomène propre à l’histoire des femmes et des personnes minorisées, c’est-à-dire leur position marginale (et collectivement éclatée) par rapport « au canon » (si tant est qu’il n’y en ait qu’un). Est-ce que tu as rencontré ou mobilisé toi-même la notion de « constellations » dans tes travaux et réflexions ? Te parait-elle intéressante a priori ou pas du tout ?

I. B. Oui… mais non. Déjà parce qu’en études littéraires, on parle déjà beaucoup de la « constellation de personnages ». Pour moi, le mot est beaucoup rattaché à cette acception.

V. G. C’est vrai ! Mais on utilise « constellations » surtout pour sortir de l’imaginaire du petit réseau, du cénacle (masculin) ; c’est une image qui met l’accent, en effet, sur le temporaire et l’imaginaire. D’autres images sont mobilisables bien sûr.

I. B. En tout cas pour ma part, j’utilise peu l’image de la constellation ; pour parler d’échanges, j’utilise plutôt l’image du réseau. Dans un article sur la maison d’édition du remue-ménage, j’ai utilisé l’image des satellites : les maisons d’édition féministes, par exemple, sont comme des satellites autour desquels orbitent un certain nombre d’acteur·ices. Ils et elles ne se connaissent pas toujours au sein d’une même maison, ne se croisent pas forcément : si ce sont des constellations, ce sont des constellations qui se superposent.

Dans un autre article, j’ai aussi parlé de mosaïques, qui correspond bien à ce que l’on cherche à construire ici — ce sont des images très proches. Mosaïque, ou ses déclinaisons : courtepointe, patchwork, toile d’araignée / web marchent aussi. Ces images posent, reposent sur, voire supposent, une multitude : elles l’embrassent et l’actualisent, ce qui me semble important. Toutes ces images proposent aussi des croisements, des intersections — c’est riche pour penser l’intersectionnalité. Dans l’idée des mosaïques, il y a aussi des juxtapositions ; si on pense à l’image kaléidoscopique, ça bouge. L’image du kaléidoscope est l’une de mes préférées : dans la vie, dans la pensée. Parmi ces images, on en trouve aussi un certain nombre, comme la courtepointe, le patchwork, qui évoquent un imaginaire artisanal féminin — contrairement au « réseau », de connotation « network » entrepreneuriale, plus masculine.

Je m’avise que j’ai utilisé dans un article récent, l’image de la constellation. Je parle de la « constellation des travailleuses du sexe-écrivaines ». Je m’arrête sur trois étoiles de cette constellation, qui balisent le siècle dernier : Neel Doff (1858-1942), Grisélidis Réal (1929-2005) et Nelly Arcan (1973-2009) (Boisclair 2022). Il me semble que parce qu’elles ne sont pas de la même temporalité, l’image convient bien : les étoiles d’une constellation, comme je l’ai évoqué plus haut, ne sont pas sur le même plan ; certaines sont à des années-lumière les unes des autres ; ça reflète bien la dimension temporelle qui sépare ces écrivaines, alors que, vu d’aujourd’hui, elles forment un plan.

A. T. L’image de la toile d’araignée enrichit l’image du réseau : elle évoque aussi une construction générale. Comme dans le sens qu’elle prend lorsqu’on l’utilise pour parler d’Internet (Web), elle évoque des passages, des manières de passer par différents nœuds sans repasser par le centre, sans emprunter une ligne droite.

V. G. Pour compléter ce qu’on commençait à dire plus tôt, est-ce que ça te parle l’idée d’une constellation théorique des études féministes ? On y retrouverait, comme on disait, le problème des déséquilibres et des hiérarchies, mais aussi l’idée d’une construction du féminisme au contact d’un féminisme multi-facettes comme kaléidoscopique justement.

I. B. Je ne peux pas répondre à cette question sans parler du féminisme matérialiste. Ce sont les premières théoriciennes que j’ai rencontrées dans mon auto-formation féministe. Guillaumin a été une révélation pour moi. En particulier, les théoriciennes lesbiennes sont importantes dans ma constellation théorique, mais plus encore dans la théorie féministe (Boisclair 2016) — sans elles, combien loin on serait encore. Butler (1990, 1993), Wittig (2001), Rich (2010), Millett (1970), Atkinson (1974)… La raison pour laquelle elles sont aussi importantes : c’est leur positionnement. Elles ont vu des choses qu’on ne peut pas voir quand on est pris « dedans » (i.e. dans l’hétéronormativité, cet « arrangement » patriarcal par excellence). En tant que penseuses du positionnement, elles sont fondamentales. Dans mes cours d’introduction aux études de genre, je fais souvent lire Monique Wittig, Colette Guillaumin (1992), Adrienne Rich, Judith Butler, Angela Davis (1983), Gloria Anzaldúa (1987). Puis, au-delà, tout le reste de la constellation des théoriciennes du genre. Anzaldúa commence à être mieux connue dans les sphères francophones ; Karine Rosso et Nicholas Dawson viennent de publier un livre qui s’attache à l’idée de la « mestiza », fondamentale, et qui analyse ses héritages féministes, queer et décoloniaux (Rosso & Dawson 2021).

Mais, on a besoin aussi de lire en dehors des sentiers battus, de faire apparaitre les noms moins connus, de sortir de l’envie de maitrise. On en revient au risque évoqué plus tôt, sinon celui de la position de surplomb jugeante ; l’ampleur des constellations de noms qu’on finit par maitriser quand on se spécialise en études de genre nous en menace. Il faut toujours avoir en tête que le savoir n’est pas une ligne droite : il faut toujours négocier. Quand on est une chercheuse, encore plus une enseignante sans doute, il faut avoir la conscience qu’on enseigne à des personnes qui ne savent pas — évidemment —, et donc donner des pistes, négocier avec le monde entier, et savoir parler sans faire caler quelqu’un·e qui ne sait pas. Récemment, je lisais un échange sur Facebook : une personne avait fait une remarque que certaines personnes ont jugée transphobe ; très jeune, en pleine interrogation de genre elle-même, 16 ans, qui dit les choses comme elle peut, de façon certes maladroite, sans autres outils que ceux qu’elle détient — qui est-on face à elle pour l’empêcher de dire ce qu’elle dit ? Tous les discours sont situés bien sûr ; ils négocient aussi des positions très singulières. Même quand on est professeur·e, ou militant·e, il s’agit d’éviter les injonctions et les positions surplombantes. Éviter la pureté, ou l’idée de la cohérence absolue, tout ce qui à la fin peut entrainer de l’exclusion ; c’est dans ce sens que je veux dire qu’il est nécessaire de continuer à penser hors des sentiers battus, de rester dans un schéma ouvert.

  • 10 Écrivaine et théoricienne lesbienne états-unienne qui commence seulement à être connue en France et (...)

Si on revient sur la décennie matérialiste : il est fascinant de voir comment se tisse une toile, se déploie ou se défriche un chemin de recherche. Je veux dire : collectivement. Il ne s’agit pas juste de considérer la manière dont, nous, on les déplie à travers nos lectures, mais comment tout cela se crée collectivement, à travers différentes conversations, différents lieux : de nouveaux concepts apparaissent. Un concept c’est une porte ouverte, une invitation à penser, un os à gruger qui nous fait voir les choses sous de tout nouveaux jours. Je dis « concepts », mais en fait ce sont simplement des mots : les mots sont des outils à penser, ils ouvrent, révèlent, donnent sens à ce qui est déjà là. Je peux prendre pour exemple les travaux sur l’affect qui sont en train d’être développés en ce moment : là, on est sur une vraie toile d’araignée — sur la même toile on rencontre Judith Butler, Colette Guillaumin et Ann Cvetkovich (2013), Sara Ahmed et Adrienne Rich. C’est là qu’on voit que la constellation est toujours personnelle, en dépit des canons. Ce sont des noms assez forts, c’est vrai. J’aurais pu citer Dorothy Allison10, ça aurait été plus personnel encore ; spontanément je ne l’ai pas fait, peut-être parce que je veux que ma constellation soit signifiante pour les autres aussi. Il y a aussi beaucoup d’accidents derrière tout ça. Et puis derrière, en arrière-plan, il y a toujours nos disciplines. Quand on parle par exemple de narrativité, de construction de l’histoire de soi, beaucoup de littéraires vont citer Ricœur ; moi, il ne m’a jamais inspirée, alors que Jérôme Bruner m’interpelle beaucoup plus (Bruner 1991). Il y a nos constellations personnelles, nos constellations communes — pour échanger — mais ça n’est rien de plus. J’ai été longue à lire Butler, et quand je l’ai lue, j’avais l’impression de ne pas apprendre grand-chose ! Parce qu’à un moment donné, la pensée percole et déborde des livres, elle se dissémine en prenant les humains comme hôtes, quoi qu’il en soit des constellations des un·es et des autres.

V. G. Pour finir, on pourrait peut-être dire un mot sur l’avenir des études féministes et queer, ou sur ce qu’on leur souhaite, ou ce qui nous fait peur. En France, la situation actuelle est assez difficile pour les études de genre et (surtout) postcoloniales, très attaquées dans les sphères politiques et parfois au sein de l’Université. Au Québec, au même moment, se tient un débat sur la liberté académique des enseignant·es.

I. B. Je suis plutôt optimiste sur l’avenir des études des genres ; optimiste presque par obligation, en tant que professeure de littérature et de sciences humaines. Nous transmettons des savoirs émancipateurs : on ne peut pas ne pas avoir d’espoir. Le backlash, on ne peut jamais en effacer la possibilité ; mais la démocratisation des idées féministes et queer, leur diffusion et leur appropriation en dehors de l’université, est très forte. Ces appropriations sont puissantes, même si elles répondent en effet à des rivalités subjectives fortes aussi. Les expériences vécues sont souvent aussi plus fortes que la théorie — si la théorie fait protester, les protestations ne peuvent quand même pas grand-chose contre la réalité des changements sociaux.

Haut de page

Bibliographie

AHMED, Sara. 2004. The Cultural Politics of Emotion. Edinburgh: Edinburgh University Press.

AHMED, Sara. 2014. Willful Subjects. Durham: Duke University Press.

AHMED, Sara. 2017. Living a Feminist Life. Durham: Duke University Press.

AHMED, Sara. 2021 [2017]. « Généalogies scientifiques, pratiques et privilèges citationnels : “Les murs de l’université” (Living a Feminist Life) » [En ligne], 21/01/2022. Fabula-LhT (26). http://www.fabula.org/lht/26/ahmed.html, page consultée le 21 janvier 2022.

ANZALDÚA, Gloria. 1987. Borderlands/La Frontera: The New Mestiza. San Francisco: Aunt Lute Books.

ATKINSON, Ti-Grace. 1975 [1974]. L’Odyssée d’une amazone. Paris : des femmes.

BOISCLAIR, Isabelle. 2004. Ouvrir la voix/e. Le processus constitutif d’un sous-champ littéraire féministe au Québec (1960-1990). Québec : Nota Bene.

BOISCLAIR, Isabelle. 2016. « Pour un imaginaire lesbophile » in Féminismes et luttes contre l’homophobie : de l’apprentissage à la subversion des codes, CHAMBERLAND, Line & DÉSY, Caroline & SAINT-MARTIN, Lori (eds). Montréal : Les Cahiers de l’IREF : 133-138.

BOISCLAIR, Isabelle. 2022. « Grisélidis dans son siècle », Quarto, dossier « Grisélidis Réal », n° 50, p. 52 57.

BRUNER, Jérôme. 1997 [1991] Car la culture donne forme à l’esprit, De la révolution cognitive à la psychologie culturelle, traduit de l’anglais par Yves Bonin. Genève : Éditions Eshel.

BUSCATTO, Marie, LEONTSINI, Mary, NAUDIER, Delphine (eds). 2017. Du genre dans la critique d’art : Gender in art criticism. Paris : Archives contemporaines.

BUTLER, Judith. 2005 [1990]. Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion. Paris : La Découverte.

BUTLER, Judith. 2009 [1993]. Ces corps qui comptent : de la matérialité et des limites discursives du “sexe”. Paris: Amsterdam.

CVETKOVICH, Ann. 2013. Depression: A Public Feeling. Durham: Duke University Press.

DAVIS, Angela. 2007 [1983]. Femmes, race et classe. Paris : des femmes.

DAWSON, Nicholas & ROSSO, Karine. 2021. Nous sommes un continent : correspondance mestiza, Montréal : Triptyque.

DELVAUX, Martine. 1998. Femmes psychiatrisées, femmes rebelles. De l’étude de cas à la narration autobiographique. Le Plessis-Robinson : Les Empêcheurs de penser en rond.

DELVAUX, Martine. 2013. Les Filles en série. Des Barbies aux Pussy Riot. Montréal : remue-ménage.

DELVAUX, Martine. 2019. Le Boys Club. Montréal : remue-ménage.

FILIEULE, Olivier, ROUX, Patricia (eds). 2009. Le Sexe du militantisme. Paris : Presses de Sciences Po.

FLECKINGER, Hélène. 2010. Carole Roussopoulos : Caméra militante. Luttes de libération des années 70. Genève : Métis Presses.

FRENCH, Marilyn. 1978 [1977]. Toilettes pour femmes. Paris : Laffont.

GAUTHIER, Vicky. 2020. Rachilde : Écrivaine fantastique monstrueuse. Paris : L’Harmattan.

GROULT, Benoîte. 1975. Ainsi soit-elle. Paris : Grasset et Fasquelle.

GUILLAUMIN, Colette. 1992. Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de Nature. Paris : Côté-femmes.

LECLERC, Annie. 1974. Parole de femme. Paris : Grasset et Fasquelle.

MAVRIKAKIS, Catherine. 1996. La Mauvaise langue. Seyssel : Champ Vallon.

MAVRIKAKIS, Catherine, POIRIER, Patrick (eds). 2006. Un certain genre malgré tout. Pour une réflexion sur la différence sexuelle à l’œuvre dans l’écriture. Québec : Nota Bene.

MAVRIKAKIS, Catherine. 2020. L’Absente de tous bouquets. Montréal : Héliotrope.

MILLETT, Kate. 1970. Sexual Politics. New York: Doubleday.

NAUDIER, Delphine, ROLLET, Brigitte (ed). 2007. Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes ? Paris : L’Harmattan.

NOCHLIN, Linda. 1993 [1988]. Femmes, art et pouvoir. Nîmes : Jacqueline Chambon.

RICH, Adrienne. 2010. La Contrainte à l’hétérosexualité et autres essais (1977-2007). Genève, Lausanne : Éditions Mamamélis et Nouvelles questions féministes.

ROCHEFORT, Christiane. 1963. Les Stances à Sophie. Paris : Grasset.

SAINT-MARTIN, Lori. 1997. Contre-voix. Essais de critique au féminin. Québec : Nuit blanche.

SAINT-MARTIN, Lori. 1999. Le Nom de la mère. Mères, filles et écriture dans la fiction québécoise au féminin. Québec : Nota bene.

SAINT-MARTIN, Lori. 2020. Pour qui je me prends. Montréal : Boréal.

SAVOIE, Chantal (ed.). 2010. Histoire littéraire des femmes : cas et enjeux. Québec : Nota Bene.

SAVOIE, Chantal. 2014. Les Femmes de lettres canadiennes-françaises au tournant du XXe siècle. Québec : Nota Bene.

SAVOIE, Chantal, BETTINOTTI, Julia (eds.). 1998. Femmes de rêve au travail. Les femmes et le travail dans les productions écrites de grande consommation, au Québec, de 1945 à aujourd’hui. Québec : Nota Bene.

WITTIG, Monique. 2018 [2001]. La Pensée straight. Paris : Amsterdam.

Haut de page

Notes

1 Deux maisons d’éditions féministes historiques au Québec, fondées au milieu des années 1970. Les éditions du Remue-ménage sont toujours actives.

2 Chantal Savoie est professeure au Département d'études littéraires de l’Université du Québec à Montréal et directrice du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Ses travaux portent sur l’histoire littéraire et culturelle des femmes, les pratiques culturelles de grande consommation et la chanson à succès ; elle a notamment co-dirigé Femmes de rêve au travail (1998), dirigé l’Histoire littéraire des femmes (2010) et publié Les Femmes de lettres canadiennes-françaises au tournant du XXe siècle (2014).

3 Lori Saint-Martin est professeure en études littéraires à l'Université du Québec à Montréal, spécialiste des études féministes en littérature ; elle est aussi membre et coordonnatrice de la recherche à l'Institut de recherches et d'études féministes de l'UQAM, elle est également romancière et traductrice ; elle est notamment l’autrice de Contre-voix. Essai de critique au féminin (1997), du Nom de la mère (1999), plus récemment de l’ouvrage Pour qui je me prends (2020).

4 Martine Delvaux est professeure de littérature à l'Université du Québec à Montréal, où elle enseigne la littérature des femmes et les théories féministes ; elle est notamment l’autrice de Femmes psychiatrisées, femmes rebelles. De l'étude de cas à la narration autobiographique (1998), des Filles en série (2013) et du Boys club (2019).

5 Catherine Mavrikakis est professeure au département des littératures de langue française de l'Université de Montréal, elle est aussi essayiste et écrivaine ; elle a notamment publié La Mauvaise langue en 1996, Un certain genre malgré tout (2006), et récemment L’Absente de tous bouquets (2020).

6 Delphine Naudier, directrice de recherche au CNRS, est sociologue de la littérature et s’est intéressée aux processus de légitimation de l’écriture des femmes ; elle a notamment publié Genre et légitimité culturelle (2007) et Du genre dans la critique d’art (Buscatto et al. 2017).

7 Patricia Roux est spécialiste en études de genre et l’une des principales membres du comité de rédaction de Nouvelles Questions Féministes ; elle a notamment co-dirigé Le Sexe du militantisme (2009).

8 Hélène Fleckinger est spécialiste des pratiques militantes du cinéma, des usages de la vidéo légère et des questions de genre, autrice d’une thèse sur « Cinéma et vidéo saisis par le féminisme (France, 1968-1981) » elle a notamment publié Carole Roussopoulos : Caméra militante (2010).

9 À propos de cette image, on peut renvoyer aux réflexions de Sara Ahmed sur ce qui « se trouve » ou « ne se trouve pas » sous les yeux des chercheur·ses (Ahmed 2021).

10 Écrivaine et théoricienne lesbienne états-unienne qui commence seulement à être connue en France et au Québec, grâce aux rééditions et traductions récentes de ses textes aux éditions Cambourakis par Noémie Grunenwald. Peau avait été publié en 1999 dans la collection de Guillaume Dustan aux éditions Balland, traduction par Nicolas Milon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Turbiau, Vicky Gauthier et Isabelle Boiclair, « « Il est fascinant de voir comment se tisse une toile, se déploie ou se défriche un chemin de recherche. Je veux dire : collectivement. »  »GLAD! [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 13 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/glad/4892 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.4892

Haut de page

Auteurs

Aurore Turbiau

Membre de l’association des Ami·es de Monique Wittig, de Philomel et des Jaseuses, Aurore Turbiau prépare une thèse sur la notion d’engagement littéraire dans la seconde moitié du XXe siècle franco-québécois, en s’appuyant sur des corpus de textes féministes (1969-1985). Cette thèse est préparée sous la direction d’Anne Tomiche (Sorbonne Université, laboratoire CRLC). Elle porte sur les œuvres d’autrices engagées comme Monique Wittig, Nicole Brossard, Louky Bersianik, Françoise d’Eaubonne, Christiane Rochefort, Michèle Causse, France Théoret, Madeleine Gagnon. Aurore Turbiau a publié sur cette question un certain nombre d’articles, elle est également co-autrice du livre Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours, paru en mai 2022 ; elle a participé à la direction d’un numéro de Fabula-LHT, « Situer la théorie », et co-dirige actuellement avec Judith Cohen et Samy Lagrange un volume collectif Esthétiques du désordre, qui revisite la notion d’utopie à l’aune d’œuvres, manifestes et autres textes militants qui appellent à la de(con)struction des ordres esthétiques dominants.

Articles du même auteur

Vicky Gauthier

Vicky Gauthier est docteure ès lettres et chargée de cours à l’Université du Québec à Chicoutimi. Sa thèse, « Le roman monstre ou la poétique du fantastique du monstrueux moral chez Rachilde », a porté sur l’étude de l’œuvre romanesque de l’écrivaine française, sous l’angle de la sociologie du texte et de son inscription générique dans un fantastique fin-de-siècle. Boursière du Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada au doctorat et à la maitrise, elle a publié sa thèse chez L’Harmattan (Gauthier, 2020) ainsi que plusieurs articles, entre autres dans Voix plurielles et MuseMedusa. Chercheure affiliée au groupe de recherche subventionnée par le CRSH des professeurs François Ouellet et Patrick Bergeron sur les romans de femmes en France de 1900 à 1945, elle prépare en ce moment une recherche postdoctorale dans le sillon de leur projet.

Articles du même auteur

Isabelle Boiclair

Isabelle Boisclair est professeure en études littéraires et culturelles à l’Université de Sherbrooke. Ses recherches, initiées par des enquêtes sociologiques sur les modalités de constitution d’un « sous-champ littéraire » féministe entre 1960 et 1990 au Québec (Boisclair 2004), portent désormais sur les identités de sexe/genre et les sexualités dans les textes littéraires contemporains. Elle est membre de l’Équipe de recherche en études queer au Québec (ÉRÉQQ), du RéQEF (Réseau québécois en études féministes), du Crilcq (Centre de recherche internuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises) et du comité international de la revue Nouvelles Questions Féministes.

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search