Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12ActualitésNote de lectureMarlène Coulomb-Gully. 2022. Sexi...

Actualités
Note de lecture

Marlène Coulomb-Gully. 2022. Sexisme sur la voix publique

Magali Guaresi
Référence(s) :

Marlène Coulomb-Gully. 2022. Sexisme sur la voix publique, Paris : Éditions de l’Aube. 272 pages.

Entrées d’index

Rubriques :

Actualités
Haut de page

Texte intégral

1Les femmes sont de plus en plus nombreuses à monter à la tribune, comme le réclamait Olympe de Gouges, lors de la Révolution française. Mais, sans finir sur l’échafaud, elles n’en sont pas moins attaquées lorsqu’elles prennent la parole publiquement. C’est le constat que fait Marlène Coulomb-Gully, dans son dernier ouvrage, Sexisme sur la voix publique, paru en 2022, qui propose une analyse genrée de la prise de parole publique contemporaine.

  • 1 Oger, C. (2016), « Dialectique de la parole et du silence ; émergence et fonction de l’injure sexis (...)

2A rebours du stéréotype des femmes bavardes et du phénomène actuel de libération de la parole, la chercheuse démontre la persistance de la domination des femmes dans les échanges discursifs dans l’espace public. En guise d’introduction, elle rappelle que, d’après une étude CSA-INA, les femmes n’ont, en effet, bénéficié que de 35% du temps de parole à l’antenne en 2021 (p. 15) et qu’elles sont encore fréquemment victimes de maninterrupting (interruptions par des hommes), de mansplaining (mecsplications méprisantes de choses qu’elles connaissent déjà), voire d’injures et de harcèlement, qui fonctionnent comme des processus de silenciation des femmes. Comme le mentionnait déjà Claire Oger en 20061, c’est moins la présence des femmes dans la sphère politique que leur prise de parole qui gêne. Marlène Coulomb-Gully, par un détour historique, inscrit cette marginalisation politique dans le temps long et revient sur la façon dont l’éloquence publique s’est construite au masculin ; l’espace politique républicain, né de la Révolution et qui trouve ses modèles dans l’Antiquité, se constituant sur l’exclusion implicite des femmes de la citoyenneté. La harangue révolutionnaire devient alors l’apanage des hommes, là où les femmes sont réduites, symboliquement, à la conversation de salon, art efféminé et aristocratique disqualifié au XIXe siècle.

  • 2 Arnold, A. (2016) « Voix », in Rennes, J. et al. (eds.), Encyclopédie critique du genre, La Découve (...)

3Partant, l’auteure formule ainsi l’hypothèse d’une ancienne « male-diction » (p.11) pesant sur la représentation politique au féminin : la voix des femmes, comprise comme une matière sonore mais également comme un construit social, peine à incarner avec félicité le pouvoir. Cette voix ne saurait être, en effet, seulement l’empreinte d’un appareil phonatoire (Arnold, 2016) mais est le résultat de pratiques de production et de réception de la parole qui concourent à la fabrication du genre2 et à la domination des femmes dans l’espace public. L’assignation d’un sexe à la voix s’inscrit dans un processus de socialisation et résulte d’un travail répété de dressage des corps et d’incorporation des structures de domination essentialisées. Pour nous convaincre, l’auteure rappelle des résultats éloquents : en cinquante ans, la voix des femmes a baissé de 50 hertz, et le vocal fry ou voix craquée consistant pour un individu à parler deux octaves sous sa fréquence ordinaire touche quatre fois plus les filles que les garçons, preuve que les voix graves, bénéficiant d’une valorisation sociale, orientent le sens des évolutions des pratiques vocales.

4Ainsi, Marlène Coulomb-Gully propose d’examiner la culture auditive genrée des médias en interrogeant leur perception des voix de femmes politiques, tant dans leurs matérialités vocales que dans leur rapport au langage, leurs stratégies argumentatives — leur ethos notamment — ou encore en fonction des dispositifs techno-discursifs qui portent les prises de parole. En analysant la réception de ces discours, l’auteure s’efforce de mettre au jour les normes d’acceptabilité de la parole des femmes dans la sphère publique. La réflexion est menée en trois temps, autour des lieux et des fonctions emblématiques de la démocratie française tels l’Assemblée nationale, le porte-parolat du gouvernement et les candidates à la présidence de la République. Trois corpus sont au cœur de l’analyse : un corpus de presse sur la réception de grands discours prononcés par des femmes à l’Assemblée nationale, un corpus sur la nomination de porte-parole féminines et un corpus sur les candidatures et les débats aux présidentielles. Un ensemble échantillonné de réception de prises de parole masculines comparables a également été constitué pour permettre un contrepoint et une interprétation contrôlée. Quelques focus internationaux, tel le cas de Margaret Thatcher dont on sait les efforts pour transformer sa voix aigüe, émaillent la réflexion sur les conditions politiques, historiques et discursives permettant la réussite ou l’échec des oratrices.

5La première partie s’attache donc à l’une des chambres du Parlement, ce lieu où le peuple parle par excellence et qui, pourtant, fait peu de place à la voix des femmes. Dans ce bastion masculin, tant par la matérialité des lieux que par son histoire, quelques femmes ont néanmoins réussi à prononcer des discours qui ont fait date. Marlène Coulomb-Gully en choisit trois emblématiques : Simone Veil, première femme ministre de plein exercice, avec son discours pour la légalisation de l’IVG, Edith Cresson, première femme à Matignon, avec son grand oral et Christiane Taubira, femme et noire, avec son projet de loi pour le mariage pour tous. En étudiant la réception de ces prises de parole qui ont marqué notre histoire à quarante ans d’intervalle, entre 1974 et 2013, l’auteure montre l’étroitesse de la marge de manœuvre d’une femme par rapport aux normes du langage politique fixées par les dominants. La réussite politico-discursive de Simone Veil s’origine dans l’exhibition d’une identité maternelle conforme aux attendus traditionnels de la féminité et renforcée par une hypercorrection langagière. A l’inverse les critiques cinglantes essuyées par Edith Cresson, qualifiée de poissonnière en raison de sa voix et de son parler « cru » ou populaire, aux antipodes des attendus de genre, témoignent des condamnations unanimes des femmes qui prennent la parole hors des limites imparties. Christiane Taubira, quant à elle, réussit à s’ériger au rang de « tribun » (notons que ce n’est pas un hasard si le mot ne se féminise pas actuellement) en se soumettant avec brio aux règles fixées par la tradition rhétorique. Sa voix est comparée à celle de Billy Holiday, alors que les analyses vocales montrent que les deux voix n’ont rien en commun ; le seul point commun serait la couleur des locutrices. Le concept d’intersectionnalité mobilisé par Marlène Coulomb-Gully permet de montrer la complexité des rapports de domination subis par les femmes, selon la classe, la sexualité ou ici la « race ». Les violences à l’encontre de Christiane Taubira sont ainsi surtout racistes, la ministre ayant même été comparée à un singe par ses détracteurs.

6Dans la deuxième section de l’ouvrage, Marlène Coulomb-Gully examine le paradoxe apparent des femmes porte-paroles. Comment comprendre le choix d’une porte-parole compte-tenu du handicap présumé des femmes au regard de la parole publique ? Pour comprendre ces parcours teintés de contradiction, l’auteure décrypte la réception médiatique plutôt positive des trajectoires de Georgina Dufoix, Catherine Trautmann, Christine Albanel, Valérie Pécresse et Najat Vallaud-Belkacem. Seule Sibeth Ndiaye semble se faire reprocher durablement la « brutalité de son parler franc ou la désinvolture de son franglais » (p.160). L’auteure explique ce relatif succès de la féminisation des porte-parolats en rappelant que la fonction n’implique qu’une parole par délégation. « Nous on pense, toi tu causes » (p. 172) résume Huguette Bouchardeau pour pointer la distribution sexuée des rôles dans les partis ; aux hommes la pensée et aux femmes la matérialité de la chaire et de la voix pour la transmettre. En effet, l’auteure peut formuler cette explication d’autant mieux que l’image des femmes est déterminante dans cette fonction de porte-parole qu’elles sont sommées de féminiser, de rajeunir ou de colorer. En somme si la fonction de porte-parole se féminise aisément, c’est que l’on renoue avec la tradition antique de médium. Comme la Pythie dans l’Antiquité, ces femmes n’ont vocation qu’à être le canal par lequel s’exprime la voix du gouvernement. En cela, elles renouent avec une fonction traditionnellement liée au féminin et sont encensées pour peu qu’elles ne dérogent pas aux règles genrées de la parole.

7Dans une dernière partie, Marlène Coulomb-Gully traite du sujet, mieux connu, des candidates dans les élections présidentielles, dont elle rappelle qu’elles sont des évènements discursifs à part entière où le dire et le faire se confondent. L’auteure revient sur les prises de parole électorales des impétrantes depuis Arlette Laguiller en 1974 jusqu’aux candidatures de Ségolène Royal et de Marine Le Pen, seules femmes à accéder au second tour du scrutin. Si les deux finalistes ont des profils très différents — la première de gauche et associée au care incarne une féminité conforme ; la seconde, d’extrême droite, est davantage l’incarnation de la feminine-masculine-girl –, elles parviennent à déjouer, le temps d’une campagne, certaines contraintes de la parole électorale.

8Reste que malgré les voies ouvertes par les pionnières ou par les carrières de ces candidates finalistes, la prise de parole est toujours un risque, parfois durement sanctionné, comme le rappelle l’auteure en conclusion en listant les insultes que les femmes subissent lorsqu’elles discourent publiquement. Celles-ci portent souvent sur la voix des femmes, parfaite surface de projection des imaginaires sociaux dont l’appréciation négative rend compte de l’inadéquation des prises de parole féminines avec les attendus sociaux de l’auditoire en fonction des contraintes de genre mais aussi de « race » ou de classe. L’éloquence des femmes, leur diction, leur voix demeurent, dans notre société héritière de systèmes patriarcaux, « trop » ou « pas assez ». Les femmes sont frappées de « male-diction », pour reprendre le jeu de mot parlant de l’auteure. Un double-standard semble toujours devoir s’appliquer : quel que soit le fait discursif en question, il sera porté au crédit d’un homme et au discrédit d’une femme. Mais, loin de tomber dans le fatalisme, Marlène Coulomb-Gully termine son ouvrage en enjoignant les « sorcières de la République » (p.255) à conjurer le mauvais sort. Figures bien connues du répertoire de luttes féministes, ces sorcières sont encouragées, en somme, à « voler l’instrument » selon la formule de Simone de Beauvoir, c’est-à-dire à s’emparer de la parole publique pour en déconstruire les normes, la diversifier et la rendre favorable aux minorisé·es.

Haut de page

Notes

1 Oger, C. (2016), « Dialectique de la parole et du silence ; émergence et fonction de l’injure sexiste en politique », Communication, vol 25/1, 11-45.

2 Arnold, A. (2016) « Voix », in Rennes, J. et al. (eds.), Encyclopédie critique du genre, La Découverte, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Guaresi, « Marlène Coulomb-Gully. 2022. Sexisme sur la voix publique »GLAD! [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 13 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/glad/5102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.5102

Haut de page

Auteur

Magali Guaresi

Magali Guaresi est postdoctorante CNRS à l’Université Côte d’Azur (BCL/I3S). Ses travaux s’intéressent au genre dans le discours politique, qu’elle traite avec les outils des Humanités numériques et de l’analyse des données textuelles. Elle est l’auteure d’un ouvrage intitulé Parler au féminin. Les professions de foi des député.es sous la Cinquième République (1958-2007) paru en 2018. Actuellement, ses recherches portent sur la détection automatique du genre et du male gaze dans des corpus cinématographiques, dans le cadre du projet ANR Tractive.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search