Navigation – Plan du site

AccueilNuméros12Constellations créatricesCréationsRetracer notre ciel

Constellations créatrices
Créations

Retracer notre ciel

Constellations féministes et queer : archives et création contemporaine
Tracing our Sky. Feminist and Queer Constellations: Archives and Contemporary Creation
Mathilde Chauvel, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart, Manon Lecaplain, Mathilde Leïchlé et Laboratoire Corps genre arts de l’association EFiGiES

Résumés

Retour sur une exposition virtuelle organisée par le Laboratoire Corps, genre, arts de l’association EFiGiES au début de 2021.

Haut de page

Texte intégral

1Quelle place peuvent prendre les archives à retrouver ou inventer dans la constitution toujours en mouvement d’un art féministe et queer ? Comment les héritages propres à ces engagements, à ces communautés impriment-ils leurs trainées de comètes dans les images contemporaines ?

2Du 23 janvier au 6 février 2021, le Laboratoire Corps, genre, arts de l’association EFiGiES a proposé une exposition virtuelle, des capsules sonores et une table-ronde autour du thème des constellations féministes et queer. Sept artistes et un collectif nous racontent leurs rapports aux constellations.

3L’exposition était aussi une occasion de questionner nos manières de faire se rencontrer des pratiques et des artistes alors que nous étions en contact, en lien virtuellement. Lors de la table-ronde, nous avons parlé de la manière dont l’exposition en ligne avait permis de faire naitre une constellation d’œuvres.

4Le texte entremêle des citations des artistes issues des capsules sonores qui accompagnaient l’exposition, des extraits de la table-ronde qui rassemblait les artistes, ainsi que certaines œuvres et leur présentation.

5Commissariat : Mathilde Chauvel, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart, Manon Lecaplain et Mathilde Leïchlé.

6Allongez-vous, est-ce que vous voyez les étoiles ? L’herbe est douce et la voûte étincelante. Venez-voir notre constellation. Dans le ciel, il y a des adelphes, des artistes et des ami.es.

7Cathou Tarot : En regardant l’exposition, c’était agréable de voir que [les œuvres] se répondaient et qu’on n’avait pas toutes la même conception des constellations (...), ça tissait une toile. Le ciel se traçait vraiment au fur et à mesure de la visite, du visionnage des différentes œuvres. Et ça c’était vraiment frappant. C’est évolutif, ça grandit, et c’est super.

8Solène Raclot : J’ai trouvé ça très beau la façon dont les choses étaient tissées, et le paysage qui se crée après coup, en regardant l’exposition en entier. Il y a une unité dans la diversité de ce qu’on a produit, et c’est peut-être ça la constellation après tout.

9Odonchimeg Davaadorj : Dans mon travail, ce qui m’intéresse c’est vraiment tout ce qui est vivant, tout ce qui crée le vivant, l’histoire… Les thèmes universels qu’on partage tous ensemble, à travers notre corps, nos souvenirs, notre identité, etc. J’essaie de parler de leur lien… du centre sur lequel on base les humains, en fait !

10Elena Moaty : Avec les capsules sonores, j’ai trouvé super intéressant que l’exposition ne soit pas que des œuvres exposées, mais aussi nos intériorités.

11L’œuvre qu’Elena Moaty propose pour l’exposition est un dessin sans titre où des constellations colorées s’échappent du crâne de la protagoniste pour aller s’accrocher dans le ciel étoilé.

Elena Moaty, Sans titre, 2020, crayons de couleurs sur papier, 59,4 x 42 cm.

12Elena Moaty : Il y a ce côté lointain des constellations dans le ciel, et qui fait aussi qu’on peut être ensemble. J’ai voulu intégrer aussi l’idée du virtuel, du numérique, au début je voulais mettre un téléphone dans l’image. Les étoiles sortent de la tête et se rejoignent dans le ciel pour constituer ce qui nous rassemble dans nos solitudes. Par la diffusion virtuelle de l’exposition, ça s’est aussi exprimé.

13Rose Butch : pour moi les constellations… Je n’y ai pas vu de choses contemporaines, mais je suis partie très très loin en arrière, ou au-dessus en réalité car j’ai représenté une divinité, une déité. Et j’ai vraiment apprécié après coup voir les autres œuvres de l’exposition et voir à quel point c’était relié en réalité. Comme je suis plutôt solitaire, je n’ai pas pensé à aller voir les travaux des autres artistes en amont, mais après coup, je me suis rendue compte, j’ai vu de vrais liens entre nos œuvres, une uniformité est venue après coup, en voyant.

14Pour l’exposition, Rose Butch livre une sculpture en bas-relief où Les Filles d’Hécate irradient de leur puissance dans une composition stratifiée de végétation luxuriante et de ciel constellé.

Rose Butch, Les Filles d’Hécate, 2020, papier, carton, aquarelle, feutre, 30 x 40,7 cm

15Les personnages hybrides d’Odonchimeg Davaadorj portent en eux une énergie vitale qui est celle du volcan, de l’océan et des étoiles. Les deux œuvres qu’elle expose dans l’exposition — Mère et Coexsistere 4 — montrent ces liens et ces métamorphoses.

16Odonchimeg Davaadorj : Dans Coexsistere 4, je crois que le thème des constellations est très présent. Quand je l’ai dessiné, j’ai vraiment pensé chaque personnage dans son univers propre. Chacun raconte une histoire différente. À la fois ils sont ensemble et chacun dans son histoire. C’est vraiment ces liens que j’essaie de montrer.

Odonchimeg Davaadorj, Coexsistere 4, 2020, encre de chine sur papier, perforation.

17Solène Raclot : Avec le virtuel, on a vu les œuvres apparaître petit à petit sur le site et les réseaux sociaux, avec un petit effet de suspense au fil de la semaine et ça m’a beaucoup plu.

18Odonchimeg Davaadorj : C’est ma première exposition virtuelle ! C’est très agréable et c’est intéressant car actuellement j’expose aussi dans un lieu réel, mais qui n’est pas ouvert, donc… Est-ce que je peux dire que j’expose dans ce cas-là ?

19Camille Brouillard / Constellations Artistes Femmes : « Les constellations n’existent que parce qu’on les voit. »

20Elena Moaty : Je trouve intéressant de remettre en question les espaces d’exposition parce que ce sont des espaces assez intimidants pour beaucoup de monde. Les musées, les galeries… ce sont des espaces que plein de gens ne se sentent pas légitimes d’investir, même si on essaie… Je dis on mais ce ne sont pas beaucoup de personnes qui s’intéressent à faire entrer dans ces lieux d’autres personnes que l’élite culturelle… Même quand on essaie, il y a des personnes qui ne se sentiront jamais légitimes pour rentrer. J’ai fait cette expérience et donc j’ai beaucoup réfléchi à ces questions : qu’est-ce qu’une exposition ? Comment faire pour que les expositions n’aient pas l’air menaçantes ? Je pense que c’est intéressant de se poser ces questions : comment faire pour que l’art soit vraiment accessible pour tous ceux qui s’y intéressent ? Pour moi qui suis peintre et dessinatrice, bien sûr rien ne remplace le fait de voir l’œuvre en vrai, mais je trouve qu’une exposition virtuelle, pour penser ce qu’est une exposition, c’est très intéressant.

21Cathou Tarot : Pour moi, avec ma maladie chronique qui fait que les voyages sont éprouvants, je n’aurais pu participer à l’exposition que de manière virtuelle. Donc pour moi le passage au virtuel était une chance, le rappeler ça permet de penser les questions d’accessibilité…

22En 2020, Solène Raclot investit le mythe de la nymphe-ourse Callisto qui est à l’origine de la constellation de la Grande Ourse, dans un solo marionnettique. Elle propose de changer de point de vue pour permettre à Callisto de se réapproprier son histoire et sa puissance. Pour Retracer notre ciel, elle imagine un monologue constellé où les pronoms se mêlent pour dire la rencontre entre l’artiste, la nymphe, l’ourse, le mythe, la vie, l’œuvre, le personnel et l’universel.

Solène Raclot, Carnet de recherche, 2020.

23Solène Raclot : Pour ma part, j’ai ré-adapté ma proposition parce qu’au départ, on pensait que ce colloque aurait lieu « en chair et en os » et que je jouerais ma performance de Callisto. On a beaucoup parlé avec le commissariat de l’exposition d’une transposition possible de cette performance. Et c’est là qu’est venue l’idée pour moi de donner une voix à Callisto, et j’ai donc choisi le texte. Il est intéressant de savoir que dans la performance initiale, Callisto est sans voix, c’est vraiment quelque chose de profondément physique, en mouvement, je suis seule en scène avec une marionnette d’ourse, et c’est un jeu de ce personnage hybride qui se met en mouvement et entre en contact avec le public. Donc ça a été une chance, je pense, pour moi de pouvoir aller ailleurs avec Callisto, de trouver une autre possibilité d’exprimer ce mythe.

24Pour l’exposition, Cathou Tarot nous livre une balade divinatoire autour des constellations queer en vingt-deux vidéos qui sont autant de découvertes de planètes, satellites et astéroïdes qu’elle a choisi de mettre en lumière.

25Cathou Tarot : C’est le principe de la divination : on tire au hasard et on trouve du sens dans ce hasard-là. Donc avoir une constellation en vidéo, ça permettait aussi de se laisser guider par cette espèce de hasard qui a du sens. Ça c’est fait assez naturellement. Je suis souvent très artisanale dans mes vidéos, je ne faisais pas de montage et là j’ai essayé de bidouiller un peu pour que ce soit cohérent. Sans être trop cohérente non plus (...) j’ai pu travailler avec plein de formats. Je n’avais pas envie d’avoir seulement un texte parce que ce thème me traverse tellement, traverse tellement ce que je crée, je fais, je vis en général. Dans la logique de ce que je fais, il fallait que ça s’articule en vidéo car ça permet de faire se rejoindre la poésie, le tirage en live, et de recouvrir davantage l’ensemble de ce que je fais.

26Laboratoire de la contre-performance : Pour cette invitation, on s’est dit que c’était l’occasion avec Zoom de revenir sur les potentialités du distanciel, et de travailler un mode d’apparition qui laisse un peu de mystère sur les identités : on est des silhouettes. Ça renvoie à notre statut dans nos performances où nous apparaissons toujours comme des hôtesses d’un laboratoire dont on ne sait pas grand-chose : un laboratoire sérieux ? scientifique ? Ce soir, on est un peu les hôtesses du laboratoire passées par le filtre de la technologie.

27Quelqu’une dans le public de la table-ronde a dit : C’est aussi une façon de vous placer dans une lignée, une constellation, une communauté d’artistes femmes anonymes — historiquement, ou bien dans des réactualisations militantes comme les Guerilla Girls !

28Elena Moaty : Moi je ne suis pas quelqu’un de très sociable donc c’est difficile pour moi de faire communauté, et en même temps c’est un sujet qui m’intéresse énormément. (...) La façon dont je fais communauté, ce n’est pas vraiment un échange... C’est vraiment ce que mon dessin représente : il y a plein de gens que je suis sur internet par exemple, par le virtuel. Et ça me fait accéder à plein de pensées, plein de choses me font me remettre en question, à travers plein de médias différents. Des militant.es ou des artistes, plein de gens différents qui font que ma pensée évolue, mais en même temps je ne suis pas dans le dialogue avec ces gens-là. C’est le rapport bizarre d’internet : les gens ne savent pas qu’on existe et nous on est fan d’eux !

29Odonchimeg Davaardorj : « Je fais beaucoup de dessin, c’est une pratique très solitaire. Je suis quelqu’un de très très solitaire. C’est souvent perçu comme quelque chose de négatif mais moi je trouve qu’être solitaire c’est aussi ma force. Ça ne veut pas dire que je ne veux pas rentrer dans une communauté. Certaines pratiques nécessitent d’être seule, c’est comme ça que je travaille le mieux. »

30Camille Brouillard / Constellations Artistes Femmes : Ça m’intéresse de comprendre comment une œuvre peut créer son propre réseau de références. Je projette mon regard de spectatrice dessus, j’y mets mon regard, mes références très personnelles, c’est très subjectif. J’essaie de voir comment une œuvre peut résonner à mes yeux, je me focalise sur ce que les œuvres disent parfois en se détachant de la pensée initiale de l’artiste.

Marine Gilis, Océan de vulves, 2020, acrylique sur carton entoilé, 41 x 23 cm.

31Le diaporama de la performance-conférence Kit Cabaret conceptuel du Laboratoire de la contre-performance réinvente l’essence du cabaret en retraçant l’histoire du rapport existant entre les femmes et les oiseaux. Le kit qui est multiple comporte un élément immatériel, un geste dont toute personne peut devenir dépositaire sous certaines conditions et dont l’activation vise la création d’un geste collectif.

32Laboratoire de la contre-performance : « En pensant une communauté de gestes féminins, féministes, marqueurs d’identité, marquant les corps, le Laboratoire de la contre-performance met la question de la transmission par l’art, de l’essaimage des idées, du partage, au centre de ses préoccupations. Un dialogue s’engage non seulement avec les contemporain-e-s, mais aussi avec les fantômes du féminin dans l’art. »

33Cathou Tarot : « La création, c’est un processus permanent qui n’exige pas de faire fi du passé. On a toujours été là, on a toujours créé. Se retrouver, s’entourer d’adelphes, les appeler, ça c’est un secret de la pérennité. »

34Rose Butch : Le titre de l’œuvre que je présente dans l’exposition, ce n’est pas vraiment moi qui l’ai trouvé, c’est plutôt Cathou ! (...) Hécate est souvent pas loin, souvent présente là où je vis, où on vit. C’est une figure qui s’impose à moi. (...) Je vois Cathou travailler le tarot, elle travaille avec des divinités, et moi j’approche ça en dilettante (...) et donc je me suis appropriée cette déité.

35Rose Butch et Cathou Tarot : C’est ça aussi notre constellation. On vit ensemble, on crée ensemble et donc on se nourrit tout le temps ! Quand on parle de l’art lesbien de toute façon, ça fait souvent partie de nos constellations !

36Laboratoire de la contre-performance : Dans nos performances, c’est important pour nous de nommer et citer les artistes qui constituent nos constellations créatrices : Niki de Saint Phalles, Yoko Ono, Ana Mendieta (...) On réécrit une sorte d’histoire de la performance de la préhistoire à nos jours, avec ces figures féminines qu’on lie ensemble. Il y a l’idée de relier et de créer à travers la fiction une communauté d’artistes.

37La participation à l’exposition de Camille Brouillard, qui a créé le site Constellations artistes femmes, prend la forme d’un texte « Les constellations n’existent que parce qu’on les voit » dans lequel elle réfléchit au concept de constellation, de point de vue et de transmission.

38Camille Brouillard / Constellations Artistes Femmes : « Les constellations sont poétiques, elles sont mythologiques, dans le sens où elles créent un monde et où elles ont besoin d’être vues et racontées pour perdurer de génération en génération. »

39Cathou Tarot : Hécate est une figure maternelle mais n’est pas une mère forcément génétique. Elle est vraiment une figure de filiation, de généalogie, de constellation, en tant que reine des sorcières aussi…

40Marine Gilis : « Je suis une de ces étoiles et je travaille à relier les constellations entre elles. »

41Elena Moaty : « Je ne dessine que des gens que j’imagine, ce sont mes constellations personnelles, inspirées de celleux qui m’inspirent, rencontrées notamment sur internet. »

42Solène Raclot : « Quand je regarde les étoiles aujourd’hui, j’ai l’impression d’en détenir un secret. »

43Marine Gilis : « En les lisant, j’ai le sentiment d’entrer dans l’intimité de celles qui ont écrit, de les écouter malgré la distance, d’épier leurs rires, leurs colères et leurs tristesses. »

44Elena Moaty : Personnellement on m’a tout de suite mise dans une case « militante » sous prétexte que je peignais des femmes, ou en tout cas des êtres féminins, qui n’étaient pas que blancs. Tout de suite, on m’a prêté un propos… Alors que non. Enfin si, je suis féministe. Mais j’ai du mal avec cette idée d’être tout de suite reliée… sous prétexte que je n’appartiens pas à une certaine norme.

45Odonchimeg Davaadorj : Quand je dessine, je n’aime pas trop mettre de visages, j’aime les corps sans tête. J’essaie de parler de quelque chose d’universel. (...) On peut communiquer plus facilement à travers les corps, alors que quand on met des portraits, des identités, plus d’informations, il y a une tendance à mettre des étiquettes. Par exemple moi, ça m’arrive très souvent, les gens savent que je viens de Mongolie, et on essaie me mettre l’étiquette « femme sensible à le nature ». Oui, je le suis. Mais avant même de voir mon travail, on me met cette étiquette, c’est un peu dommage. Ça arrive très souvent dans l’art contemporain qu’on mette des étiquettes en fonction de ton origine. (...) Donc oui, je dessine des corps sans tête. Le corps que je dessine peut être à peu près le corps de n’importe qui. C’est une sorte d’invitation : tu peux mettre ton visage sur ce corps, et qu’est-ce que tu ferais ?

46Cathou Tarot : Pour pouvoir créer, j’ai l’impression qu’il m’a fallu prendre une certaine distance avec la communauté et le collectif. Déjà parce quand on fait partie de l’organisation de collectifs militants, ça prend une énergie folle. (...) Si on adopte une position de marginalité ou de décentrage par rapport à la communauté au moment où on crée, quel est notre rapport à la communauté ? Quand est-ce qu’on trahit la communauté ? Il y a plein de savoirs qui se construisent parce qu’on fait communauté, et s’emparer d’un sujet dont on a débattu avec plein de personnes, à quel moment est-ce trahir ou manquer de respect ? Comment se positionner par rapport à la communauté ?

47Rose Butch : En peignant mes adelphes autistes et queer, c’est une façon de célébrer nos communautés. Ce sont des constellations déjà existantes, et les peindre ou les dessiner, c’est une manière de projeter mon regard sur ces constellations et de les recomposer.

48Par son œuvre Océan de vulves, Marine Gilis nous propose, faisant face au ciel, un autre espace infini et inspirant dont les contours n’ont pas été limités par la pensée, où les vagues féministes se rencontrent, roulent et enflent, retombent avec fracas pour mieux renaitre. Alors qu’elle expérimente des coulées d’eau et de couleurs, elle est accompagnée en pensées par la revue Quand les femmes s’aiment et voit des vulves apparaitre sur la toile. Océan ou constellation de vulves, elle prolonge avec cette œuvre une parole lesbienne, des imaginaires et des rêves. Porté-es par l’eau, comme l’artiste, nous nous tournons vers les étoiles.

49Elena Moaty : « Je pense aussi aux gens qui sont passés avant moi, et qui ont milité. Qui sont souvent des gens qui ont ressenti la même solitude que moi, et qui ont créé quelque chose avec ça. »

50Rose Butch : « Ça me donne l’impression d’être comme une constellation, un ciel étoilé, où on n’est peut-être pas toutes en contact, mais en tout cas on brille toutes de nos feux militants. Et on s’éclaire plus ou moins toutes forcément à un moment. »

Odonchimeg Davaadorj, Mère, 2018, encre de chine sur papier, fil, 50 x 65 cm.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Elena Moaty, Sans titre, 2020, crayons de couleurs sur papier, 59,4 x 42 cm.
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5232/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 878k
Légende Rose Butch, Les Filles d’Hécate, 2020, papier, carton, aquarelle, feutre, 30 x 40,7 cm
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5232/img-2.png
Fichier image/png, 399k
Légende Odonchimeg Davaadorj, Coexsistere 4, 2020, encre de chine sur papier, perforation.
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5232/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Légende Solène Raclot, Carnet de recherche, 2020.
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5232/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Marine Gilis, Océan de vulves, 2020, acrylique sur carton entoilé, 41 x 23 cm.
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5232/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 755k
Légende Odonchimeg Davaadorj, Mère, 2018, encre de chine sur papier, fil, 50 x 65 cm.
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5232/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Chauvel, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart, Manon Lecaplain, Mathilde Leïchlé et Laboratoire Corps genre arts de l’association EFiGiES, « Retracer notre ciel »GLAD! [En ligne], 12 | 2022, mis en ligne le 13 juillet 2022, consulté le 10 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/glad/5232 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.5232

Haut de page

Auteurs

Mathilde Chauvel

Etudiante en master en Etudes de genre et sociologie. Après des années de pratique professionnelle en tant que designer, frustrée par l’état du monde du travail, elle a décidé de se relancer dans des études satisfaisant son besoin de comprendre et (pourquoi pas?) d’agir sur le monde !

Caroline Dejoie

Chercheuse indépendante, illustratrice et performeuse. Après deux mémoires de recherche sur le retournement de l’insulte dans des performances féministes, elle s’intéresse en texte, en geste, en son et en dessin, à des figures féminines hors-normes auxquelles elle s’identifie, comme la sorcière, la pute, la chimère ou la cyborg, et à leurs possibles réappropriations queer et empuissantantes. Dans ses derniers travaux entre recherche et création, elle s’intéresse à la question des voix et des sonorités des prises de parole des minorisé.e.s, et collabore à la création de plusieurs podcasts. Elle est aussi spécialiste de l’artiste cubano-américaine Ana Mendieta.

Isaline Dupond Jacquemart

Formée aux études de genre et à la sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, à la philosophie à l’université Paris Ouest Nanterre, ainsi qu’à la photographie aux Ateliers Beaux-Arts de la Ville de Paris, elle travaille avec l’image et les mots qu’elle aime tisser dans la nuit. Photographe, elle s’intéresse dans son travail plastique à l’écopoétique, mais aussi à l’identité, au corps et au genre à travers des séries d’autoportraits et d’auto-images interrogeant l’incorporation des normes de genre. Plus récemment, elle questionne l’imaginaire des ruines par la fabulation spéculative, mais aussi celui des mondes futurs possibles, entre utopie et dystopie. Elle élabore aussi en art vidéo à partir d’archives vidéo autour de la mémoire des désastres et de la manière dont il est possible d’habiter ce trouble. Attachée à traverser et rompre les frontières, à disloquer le centre, à vivre avec la joie, le chagrin, la colère, elle écrit et aime construire de nouveaux mondes en images pour interroger le nôtre en retour. Elle collabore aussi à la réalisation de podcasts et de fictions sonores rejoignant les études de genre.

Manon Lecaplain

Après avoir été commissaire d'exposition au musée Picasso de Barcelone durant deux ans, elle a intégré l'Institut national du patrimoine en tant qu'élève-conservatrice du patrimoine en spécialité musées. Titulaire d’un doctorat de l'Université PSL soutenu en 2021 et du diplôme de l’École nationale des chartes (prom. 2019), ses recherches portaient sur les premières revues françaises de nu photographique. Intitulé « "Des corps qu'on offre en spectacle à la foule ?" Les revues du nu en France (1902-1914) », ce travail est profondément pluridisciplinaire. Il se situe à la croisée des histoires de la photographie, de l’art, du droit et des mentalités tout en s’inscrivant d’une manière plus générale dans les études de genre. Elle proposait de jeter un nouveau regard sur ces revues trop longtemps réduites à leur érotisme vulgaire ou kitsch : les « revues du nu » sont tout à la fois produits et créatrices des idées de la société dont elles sont issues et cristallisent les débats qui se jouent autour de la nudité, de la représentation des femmes, du sexe et du corps. Ses recherches ont fait l’objet de plusieurs publications et de quelques interventions en colloque.

Mathilde Leïchlé

Mathilde Leïchlé est doctorante en Histoire et Histoire de l’art à Université Paris Cité (CERILAC) sous la direction de Gabrielle Houbre et Isolde Pludermacher et chargée d’études et de recherche à l’Institut national d’histoire de l’art. Après s’être intéressée au type de la pécheresse repentie, aux courtisanes et au culte de Marie Madeleine, elle travaille à présent sur les images et imaginaires des violences sexuelles faites aux femmes au XIXe siècle en France (1857-1908). En 2020, dans le cadre du Labex CAP, elle a été chargée de mission auprès de la direction de la conservation du musée d’Orsay et a travaillé à la valorisation des artistes femmes au sein des collections. Elle organise des expositions, colloques et rencontres et crée des podcasts sur les sujets qui sont au cœur de sa réflexion. Elle est membre du collectif Les Jaseuses, du Laboratoire Corps, genre, arts de l’association EFiGiES, de Jeunes Critiques d’Art et du comité organisateur des Doctoriales de la Société Romantique et Dix-neuviémiste. Mathilde Leïchlé a contribué à plusieurs catalogues ou publication liés à des expositions (Prostitutions. Des représentations aveuglantes ; Marie Madeleine, la Passion révélée ; Signac collectionneur), au répertoire biographique en ligne des artistes femmes d’AWARE, ainsi qu’à un numéro spécial de French Forum (47.1). Elle travaille actuellement à une encyclopédie féministe des mythes avec plusieurs Jaseuses (éditions iXe) et à un ouvrage sur les stéréotypes et imaginaires associés aux voix avec Camille Islert et Caroline Dejoie (éditions du Seuil).

Articles du même auteur

Laboratoire Corps genre arts de l’association EFiGiES

Laboratoire Corps, genre, arts de l’association EFiGiES
URL : https://cga.hypotheses.org/

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search