Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13ActualitésNotes de lectureKaty Barasc. 2021. Passions polyg...

Actualités
Notes de lecture

Katy Barasc. 2021. Passions polygraphes

Marie-Dominique Garnier
Référence(s) :

Katy Barasc. 2021. Passions polygraphes. Éditions iXe.

Texte intégral

1À l’heure où le pronom valise « iel » fait son entrée dans le dictionnaire Robert – du moins dans sa version numérique – la lecture de l’essai de Katy Barasc Passions polygraphes s’impose à plusieurs titres. À vrai dire, il suffit d’ouvrir la « valise » du pronom iel pour constater que s’y trouvent rangés les habits à peine retouchés de l’antique mode hétéro-normante : retour au vestiaire classique, à la friperie binaire dont toute « troisième » personne pourra se voir affublée sans froisser personne, sauf, peut-être, tel ou telle ministre ou immortel.le redoutant qu’il y ait « péril mortel pour la langue française » à adopter l’écriture dite inclusive. Sous la crainte d’un imaginaire « péril » guette encore et toujours une même figure de père, postée en vigie à la barrière des genres.

2Le récent ajout d’un pronom au dictionnaire en ligne valide des pratiques de langage qui datent de plus de quinze ans : si les remous médiatiques et politiques provoqués par cet apparent progrès peuvent se lire comme la preuve qu’il s’agit bien d’une avancée sociétale significative, d’une nouvelle étape dans l’accès à la reconnaissance et à la légitimation des personnes trans, intersexes, non-binaires ou agenre (qui ne sont d’ailleurs pas mentionné.e.s dans la définition donnée en ligne du nouveau pronom iel), de nombreuses questions demeurent : ce pronom ne constitue-t-il pas encore un appareillage biplace, un nouveau socle à partir duquel réinstaurer le même format classique à peine repeint de neuf ? Que penser d’un pronom « neutre » ? D’une prétendue « inclusion » de et par l’écriture ? Une inclusion, mais dans quoi ? Et que dire du besoin de grammaticalisation de soi ? C’est à ce type de questions que s’adresse le texte de la philosophe, essayiste et poète Katy Barasc, dont les Passions polygraphes construisent la possibilité d’une nouvelle langue-écriture, adossée à un riche éventail d’arguments philosophiques et d’analyses des échanges contemporains autour de ces questions.

3Ce n’est pas d’« idéologie » qu’il s’agit dans ce texte – ce terme ayant fait récemment retour en lieu et place de toute approche critique –, mais bien de philosophie et en particulier de phénoménologie. L’une des forces de ce court essai (128 pages, réparties en 14 brefs chapitres) est d’inclure le langage ou plutôt la languécriture dans l’approche phénoménologique, de sorte que peut s’y déployer, aux confins du visible et du lisible, le concept de « vilisibilisation » emprunté à Jacques Anis (p. 42). Passions polygraphes donne un sens très concret au concept phénoménologique d’épochè, généralement traduit par mise entre parenthèses ou suspens : nous vivons, telle est l’une des thèses de l’ouvrage, une « époque » graphique, or « les époques graphiques sont des ‘suspens’«  (p. 69), c’est-à-dire des moments où on voit s’inscrire des rapports de force et on apprend à les lire – par conséquent à les faire lire/écrire autrement. Une autre force de cet essai est sa capacité à résister à l’enfermement dans des mots d’ordre, tels que la formule pré-pensée d’écriture « inclusive », ou encore la notion, moins lisible que visible, de « corps », pour avancer du côté d’autres phénoménalités : celles de corporéités fabuleuses (dans le sillage de Michèle Causse), ou, plus loin, en direction de « l’intercorporalité », notion empruntée à L. Greco (p. 93) qui l’adosse à l’intertextualité. En un court paragraphe l’auteure jongle avec l’idéalisme critique, en proposant d’ajouter à l’espace et au temps kantiens un autre transcendantal : « le masculin et le féminin », « transcendantal de la reconnaissance identitaire » – quitte à soumettre aussitôt cette idée à critique et démolition dans le chapitre suivant, qui invite à se démarquer de toute « croisade de l’identité » (p. 46).

4Ce nouvel essai s’inscrit dans le sillage du Requiem pour Il et Elle publié sous la double signature de Katy Barasc et Michèle Causse en 2014, ouvrage dans lequel il s’agissait de délivrer la langue de l’omniprésence des armoires à deux portes et de la pensée à deux cases. En 2021, année d’un apparent pas en avant, accueilli par un déchainement de « passions » négatives et de méfiance médiatico-politique, l’heure n’est pas du tout à une « libération », mais plutôt à une critique renouvelée de ce que Michèle Causse avait appelé androlecte. Les Passions polygraphes reprennent la critique des discours-maîtres, cherchant à promouvoir la langue des « anthropolectales », les forces critiques visant à défaire le « tissu androlectal des discours savants ». Parmi les forces anthropolectales invitées dans cet essai, on citera entres autres les travaux de Claire Michard (p. 63), celles de l’atelier de Luca Greco (p. 94) ou des travaux de Thierry Hoquet mentionnés à divers moments du livre. Ces forces critiques ne relèvent pas de la « parole », mais d’un assemblage parlécrit, d’une parlécriture où, comme le rappelle l’auteure, la typographie a son mot à dire et à écrire en tant que force de déstabilisation à même de « neutraliser le neutre » (p. 54). En typographe, il importe de chercher d’autres voies et d’autres voyelles : c’est UL qui fait retour ici comme objet pro-nominal énigmatique et inassignable, nouveau cornet à dés pour relancer d’autres jeux dé-genrés et dérangeants. Et c’est un caractère en apparence mineur, α, qui sert quant à lui d’intruse, de lettre interstitielle ou hackeuse mineure (hackeusα mineurα) visant à miner le jeu oppositionnel des accords masculin/féminin. Fin des autoroutes de l’information binaire : unα auteurα s’énonce via cette marque inaudible, comme le (non)-concept de « différance » lisible et inaudible proposé en 1972 dans Marges de la philosophie par Jacques Derrida – terme qui n’a toujours pas fait son entrée dans le Robert en ligne. Une brève citation de Derrida fait son apparition dans l’essai, dont on peut regretter qu’il n’aborde pas plus longuement la question du graphique de la différance, de la trace, des pharmaka et plus généralement de l’appareil critique du phallogocentrisme. De la brève citation de Derrida où l’écriture figure comme « mode d’appropriation aimante et désespérée de la langue » (p. 74), ressortent justement les deux modes affectifs principaux qui caractérisent le livre de Barasc, suspendu entre moments d’exubérance et d’irrésolution, entre aimance et (vive) inquiétude. 

5Un nombre impressionnant de philosophes fait son entrée dans ce court essai de 128 pages, sans que jamais celui-ci n’adopte un ton démonstratif ou pédagogique. On y lira une introduction à la phénoménologie en tant que philosophe pratique, adossée à d’autres grands textes rendus très accessibles – de Spinoza à Kant en passant par Hume, Deleuze et Butler. Du premier, K. Barasc retient l’urgence et la force politique de passions joyeuses, contre le poids des « indignations » et autres passions tristes chargées de ressentiment. De sa lecture de Hume, K. Barasc reprend la critique de la notion de causalité – ou comment sortir du carcan pseudo-causal qui relie le corps à une « sexessentialité », à une « vérité » cachée au fonds du puits du sexe (p. 93). Lyotard, Barthes, et plus loin Preciado font de brèves entrées – un Appartement sur Uranus y fait l’objet d’un commentaire à la fois enthousiaste et critique au titre de son ralliement à une police grammaticale « non désaccordée » (p. 109), c’est-à-dire accordée au masculin – à ceci près, pourrait-on répondre, que la signature de l’auteurα insiste pour incorporer la trace d’un « B » initial(e) en guise de grapho-politique discordante : premier prénom, inter-lettre, ou prénom d’auteure-ôtée, mutante interstitielle.

6Une seconde passion anime l’essai de Katy Barsac : celle de l’écriture, de ces « mutantes héroïques » (la formule est de Michèle Causse) que sont Wittig, Claude Cahun ou Maggie Nelson dans Les Argonautes, dont la lecture traverse deux des meilleurs chapitres de l’essai (« Dans les plis… Des scribes indociles », et « Des paradoxes de la visibilisation »). C’est en passant par l’écriture que trois maîtres-penseurs de philosophie sont rondement invités à prendre la direction de la sortie : Baudrillard, Zizek, et Badiou. Exit ces trois pontifiants (p. 73) – ainsi que d’autres, salutairement expédiés, comme Bérénice Levet ou Michel Onfray.

7De par sa construction et ses voix plurielles, cet essai alterne entre des analyses de philosophes et de « scribes marronαs » (p. 65) et des moments de captation de « bruits » glanés au fil d’une archive médiatique et politique (comme sur France Inter en juin 2015, au sujet de Bruce Jenner (p. 31), ou, en 2019, l’écho doxique et toxique du « Rapport » de l’Académie française sur la « féminisation » des noms de métiers, rapport qui reste sourd au trouble typographique et confond langue et langage, par pure « esthétique de l’ouïe » (p. 101) et mépris de l’écrit). L’architecture de l’essai – suite de chapitres, de bruits et d’intermèdes – invite à une lecture mutante et joyeuse. Il s’agit non pas de progression ni de digression mais d’accrétions, d’intrusions, d’entrebâillements ou d’interstices. Dans sa trame vouée à la typographie, aimantée par la passion de marques visant à troubler et non à neutraliser, comme α ou UL – l’essai de Barsac reste pourtant, et sans doute de façon paradoxale, ouvert aux voix, aux souffles et à la force des interruptions. Car, écrit l’auteure (l’auteurα), « c’est bien le bruit qui m’intéresse, les dires empêchés de se dire » (p. 29).

8Performatif, l’ouvrage porte la marque de son propos critique : tout en cherchant des voies de sortie hors des apories de la binarité, il –iel– trouve, en manière de symptôme, une issue typographique dans des formes d’énonciation retenues ou suspendues : d’innombrables séries de trois petits points traversent par salves le texte, et hantent en particulier les deux derniers chapitres. Fatigue ? Effilochement textuel ? Essoufflement ou reprise de forces ? Entrouvertures, plutôt. Un second mince outil typographique se glisse dans l’écriture, le tiret : UL y apparaît comme « pro-nom » (p. 118), et α comme « dé-marque » ou « dé-signation » (p. 119). Dans l’un et l’autre cas, ce qui émerge à la lecture demeure un sentiment d’inquiétude doublé d’une jubilation « killjoy » (qui n’est en rien le contraire de la joie mais l’un de ses visages) pour reprendre le mot de Sara Ahmed. Une joie poétique anime l’essai et lui donne la maniabilité d’un outil d’intervention politique.

9On aurait pu s’attendre à ce que figure plus distinctement, parmi d’autres pistes de désagencement typographique, l’astérisque proposée notamment par Sam Bourcier (un peu rapidement cité en note de bas de page au voisinage de Preciado, mais dont Homo. Inc n’est pas mentionné dans la note de la page 110) ainsi que le texte de Jack Halberstam, Trans*, qui travaille également ces questions typographiques ; ou s’attendre à ce que, dans un geste autocritique, un discrédit soit jeté sur cet alpha-lettre, qui d’un point de vue non plus typographique mais sociolinguistique constitue la marque même de la « domination » masculine (dite des « mâles alpha »…).

10Quoi qu’il en soit, on retiendra parmi les forces de ce texte sa puissance d’intervention dans les débats contemporains trop souvent prisonniers de joutes simplistes et frontales, ainsi que l’importance de ce qui s’y nomme « polygraphie », tant il importe de continuer à multiplier les pistes, les options en ille, iels, lua, dea, cil ou AL, comme chez Alpheratz – ou encore en illa, pour reprendre le titre virgilien d’un récit d’Hélène Cixous (Illa, 1980). Il faut espérer que ce texte donnera lieu à d’autres propositions typographiques, inventions et mutations collectives de languécriture appelées à entrer dans la bataille et à en dessiner les contours à venir. Il importe de continuer à résister à l’idée que la lutte est dérisoire, et de penser qu’elle peut être, à une lettre près, « décisoire » (54).

Haut de page

Bibliographie

AHMED, Sara. 2010. The Promise of Happiness, Durham: Duke University Press

BOURCIER Sam. 2017. Homo Inc.orporated. Paris : Cambourakis.

CAUSSE, Michèle, et Katy BARASC. 2014. Requiem pour Il et Elle. Donnemarie-Dontilly : iXe.

CIXOUS, Hélène, 1980. Illa. Paris : Des femmes.

DERRIDA, Jacques. 1972. Marges de la philosophie. Paris : Minuit

HALBERSTAM, J. J. 2018. Trans*. A Quick and Quirky Guide to Gender Variability, Berkeley : University of California Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Dominique Garnier, « Katy Barasc. 2021. Passions polygraphes »GLAD! [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/glad/5641 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.5641

Haut de page

Auteur

Marie-Dominique Garnier

Marie-Dominique Garnier est professeure de littérature de langue anglaise et d’études de genre à l’Université de Paris 8-St Denis, France, membre du Laboratoire LEGS-UMR 8238. Auteure de nombreux articles sur la littérature et ses intersections avec les philosophies de la différence, elle compte parmi ses publications récentes un anti-dictionnaire (Alphagenre. Graphique et politique (L’Harmattan, 2016), une traduction expérimentale de Madeline Gins (Helen Keller ou Arakawa. Portrait de l’artiste en jeune aveugle, (Hermann, 2017). Elle a également dirigé ou co-dirigé des collectifs sur la littérature et la photographie (Jardins d’hiver, PENS), et sur l’écriture d’H. Cixous (Cixous sous X, Cixous Party/Partie de Cixous). Elle est membre de la rédaction de la revue Chimères. Elle prépare une adaptation de A Room of One’s Own (V. Woolf) sous le titre L’Apart à part.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search