Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13ActualitésNotes de lectureJoëlle Rouleau (dir.). 2022. Télé...

Actualités
Notes de lecture

Joëlle Rouleau (dir.). 2022. Télévision Queer

Mathieu Arbogast
Référence(s) :

Joëlle Rouleau, Télévision Queer, Montréal, Les éditions du remue ménage, 2022

Texte intégral

1Les contributions de l’anthologie Télévision queer se confrontent à une difficulté : alors que le queer cherche à échapper aux définitions et au rigidités des catégories établies, comment se plier à l’exercice académique préliminaire consistant à définir l’approche et les concepts utilisés ?

  • 1 Parmi les références qui reviennent dans plusieurs chapitres on trouvera aussi Raewyn Connell, Susa (...)

2En effet c’est bien dans un cadre académique que ce livre trouve son origine. Télévision Queer, publié en avril 2022 au Québec, contient une introduction de Joëlle Rouleau qui a dirigé l’ouvrage et neufs autres chapitres. Bien que le livre ne le précise pas, cet ouvrage collectif dirigé par Joëlle Rouleau est un prolongement du colloque « Queer Television / Télévision Queer » qu’elle a coorganisé avec sa collègue de l’université de Montréal Marta Boni du 9 au 11 mai 2019. Un tel colloque n’a pas eu d’équivalent en France, où des événements ont porté sur le queer dans l’art mais pas directement sur les productions médiatiques. Des 23 présentations orales du colloque, 9 ont donné lieu à des chapitres dans cet ouvrage. Plusieurs universitaires français.es qui ont participé au colloque ne figurent pas dans le livre, qui ne reflète donc pas la dimension très internationale de l’événement (l’Italie et les États-Unis étaient aussi représentés). Référence centrale du livre, Lynn Joyrich avait ouvert le colloque lors d’une la table-ronde en compagnie de Julia Himberg et Jack Halberstam, autres auteur.es cité.es dans plusieurs chapitres1.

3Pour surmonter l’obstacle des définitions académiques, Rouleau se réfère à ce que Lorena Muñoz appelle les « sensibilités queer », car « cela offre une conception plus vaste et mouvante des cultures queer, et souligne la nécessité de ne pas catégoriser ce qui est ou n’est pas queer » (p. 10). Le queer ne saurait produire une méthode normée reproductible à l’identique, la critique de la normativité étant centrale dans cette démarche, en revanche les « sensibilités queer » sont un fil rouge de l’ouvrage. Rouleau étant elle-même artistes et documentariste en plus de son activité universitaire, ses modalités d’intervention sont potentiellement très variées. En l’espèce, si l’approche est toujours très personnelle et parfois ancrée dans l’expérience perceptive, les chapitres restent proches des habitudes universitaires, alors qu’il arrive que des présentations orales ou certaines revues essaient d’en défaire le carcan. Rouleau explique en interview que sa manière de faire de la recherche est queer, ce qui n’empêche pas ce livre d’être accessible à tout public, universitaire ou non, sensible à la question des représentations.

  • 2 Cf. notamment Michael Vanlee, « Acknowledging/denying LGBT+ difference: Understanding homonormativi (...)

4Autres difficultés, comment la représentation télévisuelle peut-elle résister à la récupération capitaliste (et l’hypervisibilisation qui lui est inhérente), ou plus largement à l’homonormalisation2 des personnes LGBTQ+ (abréviation la plus utilisée dans l’ouvrage, mais sans exclusive) ?

5Répondre à ces questions place résolument les auteurices dans une position queer active et pas uniquement analytique ou descriptive. Il ne s’agit pas exclusivement de comprendre ou faire connaître les manières dont la télévision représente des personnes queer, mais aussi voire surtout de mettre en valeur comment la télévision elle-même peut être queer. Comme le résume Florian Grandena, « une télévision queer peut-elle réellement exister, sachant que le queer se vit, se fait et se défait à partir des marges ? » (p. 28). Alimentant cette interrogation, Julie Ravary-Pilon explique que le cas d’Ellen de Generes révèle « la présomption d’hétérosexualité du public » (p. 63). L’ouvrage cherche à valoriser les représentations télévisuelles qui s’écartent des normes dominantes.

6Dans une démarche sensible aux configuration industrielles et qui mobilise les travaux de Teresa de Lauretis, l’homonormalisation est décrite comme plus fréquente dans les programmes grand public où des personnages LGBTQ+ isolés sont insérés dans des groupes mainstream au risque du tokenisme (ex. dans 13 reasons why ou Occupation double). Au contraire, des séries centrées sur un groupe LGBTQ+ mettent en évidence à la fois des types de relation alternatifs (polyamour, pansexualité, par exemple) et une diversité de personnalités (comme dans Féminin/féminin et Mixed messages).

7Les chapitres analysent principalement le contenu narratif d’une série ou d’un petit nombre d’œuvres. L’ouvrage très complémentaire permet soit d’aborder la présence ou la dimension queer dans la télévision grand public de journée (par Julie Ravary-Pilon) ou de Prime Time (par Antonio Lerida-Muñoz et Christoph Vatter, Stéphany Boisvert, Tara Chanady), soit au contraire des programmes de plate-forme payante (par Olivier Tremblay, Lerida-Muñoz et Vatter, Arnaud Widendaële), ou encore des webséries qui sont visibles gratuitement mais sont marginales en termes d’exposition (par Charlotte Kaiser, Alexis Poirier-Saumure). Les chapitres couvrent donc des œuvres relevant de logiques économiques et politiques très variées, parfois en comparant directement les conséquences de telles différences (Lerida-Muñoz et Vatter, Kaiser). Cette approche qualitative butte parfois sur l’intuition non chiffrée d’une « augmentation significative des représentations liées, de près ou de loin, à certains enjeux LGBTQ+ à la télévision » (Rouleau, p. 10), ou quand Stéfany Boisvert écrit que « le vécu des personnes trans ou pansexuelles est représenté dans un nombre croissant de séries télévisées au Canada » (p. 87). Si aucun chiffre ne vient prouver ces déclarations, la lecture de l’ouvrage laisse toutefois comprendre que si toutes les programmes analysés par les auteur.es sont récents, c’est parce qu’il n’existe pour ainsi dire pas d’œuvres télévisuelles plus anciennes correspondant à ces définitions.

  • 3 Marion Coville, « Créateurs de jeux vidéo et récits de vie : la formation d’une figure hégémonique (...)

8Dans le champ en plein développement des études télévisuelles en français (en langue anglaise il est déjà pléthorique), et celui plus récent des études de genre francophones sur la télévision, l’analyse queer était fort peu représentée. Et les rares occurrences ne portent pas toujours sur les médias mais sur d’autres productions culturelles comme les jeux vidéo3. L’analyse des représentations LGBTQ+ dans les médias peut être ouvertement queer (Iris Brey, Sex and the series, Les éditions Libellus, 2016), mais elle ne l’est pas nécessairement (par exemple dans Béatrice Damian-Gaillard et al (dir.), L’assignation de genre dans les médias, Presses Universitaires de Rennes, 2014). C’est ce qui rend le contenu de cet ouvrage enrichissant et lui permet de combler un manque dans le domaine.

  • 4 Ien Ang, Watching Dallas, Soap Opera and the Melodramatic Imagination, Londres, Routledge 1985 ; Be (...)

9Ce livre collectif peut aussi être lu depuis d’autres recherches sur les œuvres culturelles. C’est notamment le cas de la thèse forte selon laquelle c’est la réception qui rendrait une œuvre queer (Stéphany Boisvert citant Alexander Dotty, p. 104). Mentionnée rapidement, cette théorie relève de tout un courant des cultural studies qui ont renouvelé les études de réception, de Ien Ang à Beverley Skeggs4, bouleversant les études féministes au passage. En allant plus loin, elle fait aussi écho à des théories issues des études littéraires et de la philosophie qui font des lecteur.ices les coauteur.es voire les véritables auteur.es des textes. Lu ainsi, cet ouvrage sur le télévision queer contribue non seulement à donner des outils pour d’autres recherches queer sur les médias, mais aussi –dans ses meilleurs passages- à élargir et rénover les sciences sociales des contenus médiatiques, notamment par des migrations de concepts développés ailleurs.

Haut de page

Notes

1 Parmi les références qui reviennent dans plusieurs chapitres on trouvera aussi Raewyn Connell, Susan Driver, Stuart Hall, Julianne Pidduck ou Eve Kosofsky Sedgwick.

2 Cf. notamment Michael Vanlee, « Acknowledging/denying LGBT+ difference: Understanding homonormativity and LGBT+ homogeneity in Flemish TV fiction through production research », European Journal of Communication, vol. 34, n°5, 2019, p. 520-534

3 Marion Coville, « Créateurs de jeux vidéo et récits de vie : la formation d’une figure hégémonique », Revue française des sciences de l’information et de la communication [En ligne], 4 | 2014, https://doi.org/10.4000/rfsic.763

4 Ien Ang, Watching Dallas, Soap Opera and the Melodramatic Imagination, Londres, Routledge 1985 ; Beverley Skeggs, Des femmes respectables. Classe et genre en milieu populaire, préface d’Anne-Marie Devreux, trad. Marie-Pierre Pouly, Marseille, Agone, coll. « L’Ordre des choses », 2015

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Arbogast, « Joëlle Rouleau (dir.). 2022. Télévision Queer »GLAD! [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/glad/5642 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.5642

Haut de page

Auteur

Mathieu Arbogast

Mathieu Arbogast est docteur en sociologie, chercheur associé au Cresppa-GTM et au CEMS. Dans sa thèse sur les représentations du genre dans les séries télévisées, il propose notamment une analyse démographique des populations fictionnelles.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search