Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13ChroniquesVariété inclusive et vérité morph...

Chroniques

Variété inclusive et vérité morphologique : petite typologie des noms communs de personne abrégés

Les genres récrits : chronique n° 11
Inclusive Variety and Morphological Truth: a Small Typology of Abbreviated Personal Nouns
Daniel Elmiger

Résumés

Depuis quelques années, les abréviations des noms communs de personne se multiplient dans les usages en français et on constate une riche variété de réalisations formelles (différentes coupes, différents signes abréviatifs, etc.). Plusieurs questions en lien avec les noms communs de personne abrégés sont thématisées et exemplifiées, notamment à l’aide de la désignation « collaborateur(s) / collaboratrice(s) », qui présente plusieurs particularités morphologiques. Il en résulte une riche panoplie de formes et de fonctions, qui témoigne de la complexité du phénomène en français.

Haut de page

Texte intégral

À la recherche des collaboratrices et collaborateurs

  • 1 Cf. chronique n° 8 : « Y a-t-il un guide dans la rédaction ? ». Relevons que l’expression écriture (...)

1Depuis environ cinq ans, « écriture inclusive » semble souvent signifier : rédiger avec des signes particuliers dans les noms communs de personne et leurs formes satellites (adjectifs, participes, pronoms et déterminants). Dans une précédente chronique, j’ai montré comment, entre 2015-2017, le grand public a pris connaissance à la fois de nouvelles formes (agriculteurs.rice.s) et d’un nouveau libellé (écriture inclusive) par rapport à un débat qui, à ce moment-là, durait depuis presque 40 ans déjà1.

2Aujourd’hui, regardons de plus près ces formes abrégées.

  • 2 Les offres d’emploi se caractérisent par le fait que les personnes recherchées peuvent être nommées (...)

3Si on parcourt sur internet les offres d’emploi ou les sites présentant le personnel d’une équipe2, on peut rencontrer toutes sortes de formes abrégées pour collaboratrices et collaborateurs, par exemple :

  • collaborateur(atrice)s

  • collaborateurs.atrices

  • collaborateur(-trices)

  • collaboratrices/teurs

  • collaborateurs·rice·s

  • collaborateurs.rices

  • collaborateurs(ices)

  • collbaborateur-ices

  • collaborateur’ices

  • collaborateurices 

4En voilà de la variation ! Cet échantillon, qui ne représente qu’une partie des formes que l’on peut observer, permet d’emblée d’illustrer plusieurs phénomènes : d’une part, on peut relever plusieurs signes abréviatifs (notamment des parenthèses, points, traits d’union, barres obliques, utilisés seuls ou combinés entre eux), et d’autre part, le pluriel est marqué à différents endroits (une ou deux fois). Ensuite, la base (la forme non abrégée) peut être féminine ou masculine et enfin, l’élément abrégé peut avoir différentes formes, soit (au singulier) : -ateur/-atrice, -teur/-trice, -eur/-rice ou -ice.

5Que penser de tout cela ? Commençons par l’inventaire des questions qui se posent par rapport aux formes abrégées telles qu’elles apparaissent dans l’écriture inclusive. Du point de vue morphologique et graphique, on peut relever :

  • le mode de formation : comment et à quel(s) endroit(s) l’abréviation est-elle réalisée ?

  • les signes abréviatifs : quels signes sont utilisés (ou omis) – et le cas échéant, lesquels se combinent entre eux ?

  • le nombre de signes : observe-t-on un signe ou deux quand on marque le pluriel ?

6S’ajoutent à cela d’autres points de vue qui dépassent la simple forme graphique :

  • l’abrègement : en général, les signes ont une visée abréviative visant à rendre, de façon plus courte, une forme masculine et une forme féminine. Est-ce toujours le cas ?

  • la réalisation orale : comment les formes peuvent-elles être oralisées ?

  • la cohérence : quelle cohérence formelle est souhaitable — ou nécessaire — en cas d’occurrences multiples du même type abréviatif ?

7Voici de la matière pour au moins une thèse, je crains ! Mais le format de la chronique m’autorise certains raccourcis, ce qui me permet de m’en tenir à l’essentiel. Allons-y !

Le mode de formation : abréviations continues et discontinues

8Toutes les formes abrégées n’ont pas la même complexité : étudiant·e est plus simple que agriculteur.rice.s, l’une des formes par lesquelles le débat a été lancé dans les médias français, en 2017. La variation formelle inhérente aux formes abrégées peut s’envisager sous divers angles. Je vais en présenter deux, après une remarque introductive. Dans ce qui suit, je vais parler de

    • 3 Dans cette chronique, le radical peut être complexe : col+lab : j’espère que cette simplification n (...)

    radical pour le morphème (vend+, collab+3) auquel s’ajoute un morphème pour former un nom commun de personne (+eur/+euse, +ateur/+atrice), de

  • base pour tout ce qui se place à gauche d’un signe abréviatif et de

  • terminaison pour ce qui se place à droite du signe.

9Base et terminaison s’emploient ainsi sur la base d’un critère formel (le signe abréviatif) – et indépendamment de leur statut morphologique.

  • 4 Cela pourrait se faire, bien sûr : mais les formes de type collabora(teur)/trice semblent beaucoup (...)

10D’un point de vue (ortho)graphique, je distingue entre deux types d’abréviation. L’une est de type continu : si l’on écrit la base et la/les terminaison(s) sans signe abréviatif, on obtient un mot complet (en général, une forme féminine, ex. étudiante ; parfois une forme hybride, ex. auteurice). L’autre est de type discontinu : la terminaison ne complète pas la base, mais se substitue à une partie de celle-ci (en général sans que l’endroit précis ne soit marqué4).

  • 5 En cas de formes telles que étudiant·e·s, on peut aussi parler d’abréviation téléscopable.
  • 6 Dans certaines variétés du français, cela n’est pas le cas : les formes féminines se distinguent à (...)

Type d’abréviation

Exemples

Résultat graphique

Résultat phonique

abréviation continue (ou additive, consécutive5)

Kosovar·e, habitué·e, grec·que

emboitement des formes masculine et féminine

forme unique épicène6

chèr·e, laïc·que

emboitement des formes masculine et féminine, avec perturbations orthographiques

forme unique épicène

étudiant·e, partisan·e

emboitement des formes masculine et féminine

réalisation incertaine

abréviation discontinue (ou alternante)

chanteur.euse, chanteuse.eur lecteur·rice, lectrice.eur

forme entière + ajout de l’autre terminaison

réalisation incertaine

auteur.ice

forme entière + forme tronquée de l’autre terminaison

réalisation incertaine

  • 7 Rappelons qu’à l’oral, le féminin ne se forme souvent pas en ajoutant un -e à la forme masculine, m (...)

11S’ajoute à cela un point de vue morphologique, qui rend les choses plus complexes. Si le ‑e dans étudiante est clairement reconnaissable comme suffixe (écrit7) féminin, il n’en va pas nécessairement de même pour -que dans Grec·que ou ‑rice dans collaborateur·rice. J’ai choisi collaborateurs et collaboratrices parce qu’on peut y observer pas moins de quatre types de coupe entre la base et la terminaison.

Type de coupe

Forme masculine, forme féminine

Commentaire

coupe morphologique (base courte)

collabor·ateur, collabor·atrice

la terminaison correspond à un morphème

coupe syllabique

collabora·teur, collabora·trice

la terminaison correspond à une syllabe (ici : à initiale consonantique)

coupe graphique

collaborat·eur, collaborat·rice

la terminaison correspond à ce qui distingue graphiquement les deux formes

coupe partielle

collaborateur·ice

la terminaison ne correspond pas à un morphème entier, mais s’enchaine à ce qui précède

  • 8 Mais pas rare non plus : cf. vérifi·c·a·t·eur, vérifi·c·a·t·rice, fourn·iss·eur, fourn·iss·euse (pa (...)

12Dans l’exemple de collabor·a·t·eur·r·ice (osons la fusion des coupes en insérant des points de profusion !), cela donne quatre types de terminaisons différentes, ce qui n’est pas le cas pour tous les noms8 : ainsi, la coupe morphologique coïncide souvent avec la coupe syllabique et/ou graphique.

  • 9 Gautherot (2017: 47) parle dans ce cas de stratégie de graphostilistische Störung (« dérangement gr (...)

13D’autres types de coupe sont possibles, par exemple lorsque l’abréviation est censée irriter la lecture (notamment pour inciter à la réflexion)9 :

coupe dynamique ou erratique

collabo·rateur, collabo·ratrice

coll·aboratrice, coll·aboratrice

etc.

le signe abréviatif est inséré (délibérément) à un emplacement inhabituel ou aléatoire

14Y aurait-il une technique de coupe meilleure que les autres ? Cela dépend de plusieurs facteurs : selon si l’on vise la correction morphologique, la prononçabilité ou la brévité — ou alors la compréhensibilité ou l’irritation —, l’une ou l’autre solution peut se prêter mieux que d’autres. Cependant, on peut relever que la complexité formelle, notamment des noms en -(a)(t)eur, mais aussi d’autres paradigmes, se retrouve aussi dans les formes abrégées. Les formes suivantes sont attestées, commentons-les brièvement :

  1. chanteur·teuse : le t, qui morphologiquement fait partie du radical et donc de la base (chant+) est répété à la forme féminine (il en résulte une coupe syllabique) ;

  2. polisseuse/-seur : de manière semblable, la terminaison s’appuie sur une consonne (coupe syllabique), mais on peut se demander quel est le statut morphologique des deux consonnes s, dont un seul apparait dans la terminaison ;

  3. chanteur/es : une abréviation continue est choisie alors que le paradigme (chanteur/chanteuse) demanderait plutôt une abréviation discontinue ;

  4. commerciaux/ales : ici, la coupe graphique (commerciaux/les) semble exclue, car le a n’a pas la même valeur phonique au masculin (digraphe au : [o]) qu’au féminin ([a]) ;

  5. co-actants.trices : ici, la terminaison trice est probablement empruntée à actrice – peut-être parce que la forme actante est peu utilisée ?

15Enfin, l’abréviation ne fait vraiment sens que si l’on obtient une forme plus brève, ce qui n’est parfois guère le cas pour des formes telles que 

  • cher/ère, vif/ve

16où l’on vise peut-être plutôt un effet sémiotique – ou applique une technique de manière mécanique.

17Et dans d’autres cas, on peut se demander quelle est l’utilité d’une abréviation qui ne se base que sur quelques lettres communes ou qui induit à une oralisation incertaine – et qui n’est pas fondée morphologiquement :

  • laïc/ique

  • fou/lle

  • poète/sse

  • 10 Je remercie Stéphanie Lignon pour ses conseils théoriques. Elle n’est cependant pas responsable de (...)

18D’ailleurs, où se situe la vérité morphologique dans des formes comme collaborateur/collaboratrice, vérificateur/vérificatrice ou guérisseur/guérisseuse ?10 Plus spécifiquement, à quoi correspondent les éléments -at-, -cat- ou -iss- : à la base ou à la terminaison ? Sans savoir spécialisé, on peut considérer comme radical les bases courtes suivantes :

  • collabor+ (comme dans collaborer, collaborant)

  • vérifi+ (comme dans vérifier, vérifiable, vérifieur)

  • guér+ (comme guérir, guéri)

19Mais dans les travaux spécialisés en morphologie (p. ex Bonami et al. 2009), on considère l’allomorphie radicale dans son ensemble : par ex., l’élément -at- appartiendrait plutôt au radical – et donc, dans une abréviation : à la base. En effet, on peut aussi s’orienter par rapport à des bases plus longues :

  • collaborat+ (comme dans collaboration, collaboratif)

  • vérificat+ (comme dans vérification, vérificatif)

  • guériss+ (comme guérissable, guérissant)

20Pour revenir au tableau ci-dessus : ce qui est appelé « coupe morphologique » ne correspond ainsi qu’à ce que j’appelle la « base courte » ; si on tient compte de la base longue, la morphologie rejoint la « coupe graphique ».

Les signes et moyens abréviatifs (et leur combinatoire)

21Dans les usages actuels, on peut observer une pléthore de signes pour abréger des noms communs de personne, notamment les suivants (nous nous tenons à quelques commentaires par signe ou procédé :

  • 11 Cependant, elles sont parfois conseillées délibérément pour les doublets abrégés, p. ex. par l’Offi (...)
  • 12 Je me souviens d’occurrences du début des années 2000, mais sans en trouver des traces écrites.
  • 13 Le trait d’union (-), qui relie des mots ou des parties de mots (p. ex. peut-être, a-t-elle, est-ce(...)

Nom du signe

Signe

Exemples

Commentaire

parenthèses

crochets

chevrons

()

[]

<>

étudiant(e)s, vendeur(‑euse)s

étudiant[e]s

étudiant<e>s

Les parenthèses (en principe toujours doubles) sont utilisées depuis bien avant la critique féministe du langage, mais elles sont en général déconseillées pour leur symbolique (la « mise entre parenthèse » du féminin)11.

barre oblique

barre verticale

/

|

étudiant/es, étudiants/‑es, vendeurs/euses, vendeurs/‑euses

étudiant|es

Les barres (avec ou sans trait d’union) sont tantôt recommandées, tantôt rejetés pour leur symbolique de séparation.

point médian

point bas

deux points

virgule

apostrophe

·

.

 :

,

étudiant·e·s, étudiant·es, vendeurs·euses, vendeur·euse·s

étudiant.es

étudiant:es

étudiant,es

étudiant’es

Le point médian, d’usage depuis plus de vingt ans12 pour les formes abrégées, est le seul point qui n’est pas utilisé comme signe de ponctuation en français. Le deux-points peut être un emprunt de l’allemand.

trait d’union

-

étudiant-e-s, étudiant-es, vendeurs-euses, vendeur‑euse-s, …

Le trait d’union est commun dans l’orthographe française : il sert de signe qui soude des (parties de) mots.13

mise en majuscule

mise en petites capitales

E

e

étudiantEs, vendeurEuses

étudiantes,

Probablement hérité de l’allemand (où ce procédé a été créé à la fin des années 1980.

  • 14 Chronique n° 2 : « Écriture inclusive : extension du domaine des signes qui font ou défont la diffé (...)

22De nombreux autres signes et procédés typographiques sont possibles et imaginables (p. ex. mis en italiques / en gras ; utilisation de couleurs ; etc.) ; j’en ai décrit un certain nombre dans une chronique précédente14.

23À côté des moyens qui concernent la variabilité des genres féminin et le masculin, on observe aussi d’autres signes et procédés qui accompagnent l’abréviation des noms d’humain, notamment le signe x :

    • 15 Courriel du 19 mai 2021 de la Conférence Universitaire des Associations d'Etudiant.e.x.s (Universit (...)

    Chèr.e.x.s étudiant.e.x.s15 : le signe x sert de marqueur de non-binarité

24Dans ces cas, on peut se demander si l’on n’est pas face à deux logiques, l’une abréviative et l’autre idéologique, qui ne poursuivent pas la même visée.

25Si le propre des abréviations est de créer une forme qui réunit les caractéristiques formelles (ou hybridées) tant féminines que masculines (ainsi que, parfois, une information concernant la non-binarité), le marquage du pluriel se fait de façon hétérogène et soulève lui aussi des questions morphologiques. En simplifiant quelque peu, la marque du pluriel peut se mettre

  • à la fin de la forme abrégée : p. ex. étudiant·e·s, vendeur.euses, lecteurices

  • ou à la fin de chaque morphème genré : vendeurs.euses.

26Cela peut se faire de façon plus ou moins cohérente :

Le nombre de signes (notamment pour marquer le pluriel)

27Vaut-il mieux écrire, au pluriel, étudiant·e·s ou étudiant·es ? Il existe des arguments pour l’un et l’autre procédé : les doubles signes rappellent plus les anciennes parenthèses – et permettent peut-être de rendre plus facilement des composantes morphologiques d’un mot abrégé. Cependant, cela n’est peut-être pas toujours nécessaire : selon certains avis, un seul point suffit et permet même une écriture moins alourdie. « Un seul point suffit pour les mots au pluriel. » recommande par exemple Eliane Viennot (2018).

L’oralisation (potentielle ou effective) de la forme abrégée

28Enfin, il se pose la question de savoir comment on oralise les formes abrégées (pour autant qu’une oralisation ait effectivement lieu). Par exemple, celle-ci peut se faire en tant que :

    • 17 Plusieurs ordres ont été proposé : ordre alternant (p. ex. f/m, puis m/f), ordre alphabétique ou or (...)

    doublet : les collaboratrices et/ou (les) collaborateurs (ou ordre inversé)17

  • forme masculine (à valeur générique) : les collaborateurs

  • forme féminine (à valeur générique) : les collaboratrices

  • forme amalgamée : les collaborateurices

  • forme avec une pause / un coup de glotte : [etydjɑ̃ tə] (ex. étudiant·e(s)), [vɑ̃dœʁʔøz] (ex. vendeur·euse).

Cohérence ou irrévérence ?

29Les formes abrégées font souvent l’objet de critiques, portant sur des points comme les suivants :

    • 18 Courriel du 5 octobre 2022.

    Les personnes intéressé-e-s peuvent prendre contact avec la soussignée.18 : ici, l’abréviation de l’adjectif n’est pas nécessaire (intéresées suffirait) ;

  • Nombreuses·x pour nombreux et nombreuses19 : hors contexte, on ne sait pas si le ‘x’ relève d’une coupe graphique ou sert à marquer la non-binarité ;


Dans cet exemple
20, on peut relever une incohérence entre le titre (Collaborateurs-trices) et ce qui suit (Collaborateur-trice-s).

Pour ne pas allonger inutilement…

30Ce texte est devenu plus long que d’autres chroniques précédentes – et n’a de ce fait rien d’une chronique abrégée. Et on peut aussi l’accuser de n’avoir abordé qu’une partie des abréviations qu’on peut observer en français : quid des formes suivantes ?

  • collab., coll. (abréviations graphiques traditionnelles)

  • collabo(s), collab(s) (forme brève par apocope)

  • 21 Cf. Kaplan 2022.

31Ainsi que d’autres néographies qui se passent de signes de ponctuation21 :

  • collaborataire

  • jardiniexe

32En français, les principes évoqués ci-dessus sont souvent en conflit les uns avec les autres : dans une abréviation telle que chanteur/teuse, le principe syllabique l’emporte sur le principe morphologique – alors que dans chanteur(ses), la terminaison, qui relève d’une coupe graphique, peut sembler difficile à interpréter.

  • 22 Cf. p. ex. Dister, Lafontaine et Moreau (2022), qui se demandent quel rôle l’école peut/doit jouer (...)

33Les critiques des formes abrégées mettent en avant ces incohérences ainsi que les difficultés à encoder et à décoder les abréviations22. La conscience morphologique des francophones ne leur permet pas toujours de faire de choix morphologiquement corrects. Ainsi, dans le cas de lecteur/lectrice, il n’est pas évident pour tout le monde comment le nom est formé (lect + eur/rice) et il n’est dès lors pas étonnant de rencontrer des formes telles que lecteur/trice ou lecteur.ice, qui font fi de la cohérence morphologique. Cependant : pourquoi serait-ce nécessaire de respecter la morphologie dans l’abréviation ? On peut y accorder une certaine importance, par exemple pour donner des consignes rédactionnelles ou veiller à une certaine cohérence formelle dans un texte, mais on ne prête pas la même attention à d’autres abréviations (comme cf., p. ex., etc.), qui s’abrègent sans trop se soucier de contraintes morphologiques.

34Quoi qu’il en soit : de lecteur.ice à lecteurice, le pas entre une forme abrégée et un nom qui a le potentiel de faire évoluer la morphologie des noms communs de personne est vite fait.

35Comment se positionner par rapport à toute cette hétérogénéité et les critiques qu’elle suscite ? « Deux âmes, hélas ! se partagent mon sein23 », suis-je tenté de dire, avec Faust : en tant que linguiste descriptiviste, je ne peux que m’émerveiller devant tant de variation qui a émergé récemment : elle semble relever tantôt d’un élan de bonne foi ou de créativité, tantôt d’insécurité ou d’erreurs. Mais je comprends aussi les personnes qui se sentent démunies par rapport à tant de variation ou qui souhaitent des procédés ou règles simples à décrire ou enseigner.

  • 24 Personnellement, je pratique les formes abrégées depuis longtemps, mais de préférence seulement pou (...)

36Ai-je un avis personnel sur la question ? Oui, et je l’explique dans une note de bas de page24, mais ce n’est qu’une opinion — et une pratique d’écriture — parmi d’autres. Plus généralement, je pense que c’est beaucoup trop tôt pour savoir comment les usages évolueront : vers plus de foisonnement formel ou vers plus de régularités ? Au vu de tout ce qu’on peut (implicitement ou explicitement) encoder, à l’écrit — ou décoder, à la lecture —, j’ai tendance à croire que la complexité décrite dans cette chronique se maintiendra, mais qu’on ira peut-être vers certaines régularités locales : tantôt sous forme de règles prescriptives, tantôt avec des procédés qui montrent une affiliation à un positionnement idéologique.

37Mais assez des conjectures, mettons un point, cette fois-ci final :

38.

Haut de page

Bibliographie

BONAMI, Olivier, BOYÉ, Gilles & KERLEROUX, Françoise. 2009. « L’allomorphie radicale et la relation flexion-construction », in Aperçus de morphologie du français, FRADIN, Bernard, KERLEROUX, Françoise & PLÉNAT, Marc (éd.). Saint-Denis : Presses Universitaires de Vincennes, 103-126.

DISTER, Anne, LAFONTAINE, Dominique & MOREAU, Marie-Louise. 2022. « L’écriture dite inclusive à l’école : quelles normes enseigner ? » La lettre de l’AIRDF 70 : p. 40-45.

ELMIGER, Daniel. 2008. « Abréger les femmes pour mieux les nommer : féminisation de la langue et techniques abréviatives » Sêméion 6, p. 119-125.

GAATONE, David. 2000. « La côte d’Adam et le problème de la dérivation linguistique du féminin » in O Feminino nas Línguas, Culturas e Literaturas, ALMEIDA, Maria Elisete & MAILLARD, Michel (éd.). Funchal : Centro Metagram : 159-168.

GAUTHEROT, Laure. 2017. « Vom Sprachfeminismus zum gendergerechten Sprachgebrauch in der BRD » Kwartalnik Neofilologiczny LXIV, 1/2017 : 39-53.

KAPLAN, Jennifer Marisa. 2022. « Pluri-Grammars for Pluri-Genders: Competing Gender Systems in the Nominal Morphology of Non-Binary French » Languages 7, 266: 34 p.

VIENNOT, Eliane. 2018 : Préconisations pour un langage inclusif. 4 p., consulté le 22 décembre 2022. URL : http://www.elianeviennot.fr/Langue/preconisations.pdf

Haut de page

Notes

1 Cf. chronique n° 8 : « Y a-t-il un guide dans la rédaction ? ». Relevons que l’expression écriture inclusive n’a pas de signification précise : elle s’applique notamment à plusieurs procédés évitant l’emploi de formes masculines à valeur générique. Dans cette chronique, je me limite aux formes abrégées, qui ont existé bien avant les années 2010. Par exemple, Larivière (2000 : 77-78) avait déjà donné des « règles d'écriture des doublets sous forme tronquée ».

2 Les offres d’emploi se caractérisent par le fait que les personnes recherchées peuvent être nommées, mais pas encore identifiées (référence générique). Dans les présentations d’équipes, les abréviations s’utilisent pour parler de groupes de personnes identifiées mixtes.

3 Dans cette chronique, le radical peut être complexe : col+lab : j’espère que cette simplification n’irritera pas trop les morphologues…

4 Cela pourrait se faire, bien sûr : mais les formes de type collabora(teur)/trice semblent beaucoup moins fréquentes que celles où la base est une forme entière : collaborateur/trice.

5 En cas de formes telles que étudiant·e·s, on peut aussi parler d’abréviation téléscopable.

6 Dans certaines variétés du français, cela n’est pas le cas : les formes féminines se distinguent à l’oral des formes masculines. La terminaison féminine peut aussi faire l’objet d’une emphase contextuelle, p. ex. [kɔ.sɔ.vaʁø].

7 Rappelons qu’à l’oral, le féminin ne se forme souvent pas en ajoutant un -e à la forme masculine, mais en ajoutant une consonne [etydiɑ̃] / [etydiɑ̃t]. Mais il est difficile de proposer un système simple qui convient à l’écrit et à l’oral (cf. Gaatone 2000).

8 Mais pas rare non plus : cf. vérifi·c·a·t·eur, vérifi·c·a·t·rice, fourn·iss·eur, fourn·iss·euse (parfois aussi : fourn·iss·eur·e).

9 Gautherot (2017: 47) parle dans ce cas de stratégie de graphostilistische Störung (« dérangement graphostylistique »).

10 Je remercie Stéphanie Lignon pour ses conseils théoriques. Elle n’est cependant pas responsable de la cohérence de ce que j’écris dans cette chronique.

11 Cependant, elles sont parfois conseillées délibérément pour les doublets abrégés, p. ex. par l’Office québécois de la langue française : https://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=5350

12 Je me souviens d’occurrences du début des années 2000, mais sans en trouver des traces écrites.

13 Le trait d’union (-), qui relie des mots ou des parties de mots (p. ex. peut-être, a-t-elle, est-ce) est souvent appelé tiret : je réserve ce nom à un autre trait (–) plus long qui fonctionne plutôt comme signe de ponctuation (p. ex. : la pédanterie – mais pas seulement – demande de faire la distinction entre les deux signes).

14 Chronique n° 2 : « Écriture inclusive : extension du domaine des signes qui font ou défont la différence » (https://journals.openedition.org/glad/880) et le texte sur lequelle elle se base : « Une genre de nouvelle discrimination chromatique » https://journals.openedition.org/glad/842

15 Courriel du 19 mai 2021 de la Conférence Universitaire des Associations d'Etudiant.e.x.s (Université de Genève).

16 https://www.ramboliweb.com/html/info.asp?infoID=5546

17 Plusieurs ordres ont été proposé : ordre alternant (p. ex. f/m, puis m/f), ordre alphabétique ou ordre de majorité (mentionner d’abord le groupe majoritaire). Parfois, on recommande de tenir compte des formes à accorder – ou de mettre en avant les formes féminines – ou masculines. Ai-je oublié quelque chose ? Probablement que oui…

18 Courriel du 5 octobre 2022.

19 https://eeudf.org/communication/2019/10/15/ecrire-en-inclusif/

20 https://www.unine.ch/ia/home/collaborateurs.html

21 Cf. Kaplan 2022.

22 Cf. p. ex. Dister, Lafontaine et Moreau (2022), qui se demandent quel rôle l’école peut/doit jouer en matière d’écriture inclusive.

23 « Zwei Seelen wohnen, ach! in meiner Brust »; traduction de Gérard de Nerval: https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Goethe-Nerval_-_Faust_Garnier.djvu/75

24 Personnellement, je pratique les formes abrégées depuis longtemps, mais de préférence seulement pour les abréviations continues (étudiant·e, étudiant·e·s) qui n’engendrent pas d’incohérence orthographique (donc je n’abrège pas chère/cher). Si une abréviation discontinue est incontournable (ou si l’on me demande un conseil), je préfère une coupe morphologique avec la base verbale (« base courte », p. ex. collaborateur/-atrice) à d’autres procédés, mais préfère en général ne pas abréger.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5689/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Elmiger, « Variété inclusive et vérité morphologique : petite typologie des noms communs de personne abrégés »GLAD! [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/glad/5689 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.5689

Haut de page

Auteur

Daniel Elmiger

Daniel Elmiger est linguiste et travaille à l’Université de Genève. Parmi ses intérêts de recherche figurent divers domaines en lien avec la politique linguistique, notamment l’enseignement des langues et le langage non sexiste dans les discours et les textes administratifs.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search