Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13RecherchesEffet d’amorçage sur la féminisat...

Recherches

Effet d’amorçage sur la féminisation des noms de rôles

 Une étude expérimentale chez les enfants francophones de 5 ans
Priming Effect on the Feminization of Role Nouns: an Experimental Study in French-Speaking 5-Year-Olds
Zelda Cayrecastel, Céline Pozniak et Saveria Colonna

Résumés

Cet article présente une étude expérimentale pilote réalisée afin d’observer s’il est possible d’amorcer la féminisation des noms de rôles chez des enfants âgé·es de 4 à 6 ans. Le type d’amorce était manipulé. Les amorces étaient des noms féminins de rôles introduits dans des histoires lues aux enfants : il s’agissait soit de noms féminins connus des enfants (comme une princesse), soit de noms féminins rares (voire encore jamais rencontrés par les enfants, comme une capitainesse), soit de noms épicènes (comme une vétérinaire). Les cibles étaient des personnages féminins que les enfants devaient dénommer à partir d’illustration. Les résultats montrent que bien que les enfants utilisent majoritairement des formes masculines pour désigner des personnages féminins, le nombre de formes féminines produites augmente néanmoins à mesure que l’expérience progresse. Il est donc possible d’amorcer la production de formes féminines : plus les enfants sont exposé·es à des formes féminines et plus iels sont susceptibles d’en produire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Brauer et Landry (2008) parlent de condition « générique épicène ».

1Dans un essai écrit par Marie Bonafous (1969), on a relevé cette phrase : « Dans le théâtre [il y avait] deux mille jeunes chanteurs des deux sexes. » Alors que l’autrice écrit en suivant la norme du masculin générique tout le long de l’essai, pourquoi a-t-elle jugé nécessaire de spécifier que le nom chanteurs désignait aussi des chanteuses dans ce contexte ? L’enjeu d’accorder les noms se référant à des personnes au genre des personnes féminines qu’ils désignent est socioculturel et politique (Baudino 2001, Abbou 2017, Abbou, Arnold, Candea & Marignier 2018). C’est la question de l’hyperonymie du genre masculin en français : dans la langue standard, le genre grammatical masculin s’utilise fréquemment comme le genre générique pour désigner les personnes, mais comme l’illustre l’exemple de M. Bonafous, est-ce si facile de se représenter un autre genre que celui de l’homme en lisant le groupe nominal deux mille jeunes chanteurs ? Cette question a fait l’objet d’études linguistiques (voir par exemple, Houdebine-Gravaud 1989, Viennot 2014, Viennot 2018, Pérez, Barasc & Giraudo 2019). Des travaux ont également été menés dans une perspective psycholinguistique afin d’observer les représentations mentales qu’active un générique masculin par rapport à une forme linguistique incluant explicitement les genres masculin et féminin. Brauer et Landry (2008) ont par exemple soumis deux versions d’un même questionnaire à des participant·es ; dans une version, les questions étaient rédigées avec le masculin générique comme citez vos chanteurs préférés tandis que dans l’autre, une forme inclusive1 comme citez vos chanteurs/chanteuses préféré(e)s était employée. Les résultats montrent que moins de femmes sont citées dans la condition avec le masculin générique que dans la condition avec la forme inclusive. L’ensemble des études expérimentales menées dans cette perspective confirme que lors de l’interprétation, le masculin générique active davantage de représentations masculines que féminines (voir entre autres, Moulton, Robinson & Elias 1978, Gygax, Gabriel, Sarrasin, Oakhill & Garnham 2008, Gygax, Sarrasin, Lévy, Sato & Gabriel 2013). D’autres études, toujours dans une démarche expérimentale, se sont intéressées à l’influence des stéréotypes de genre lors de l’interprétation (Gygax et al. 2008, Garnham, Gabriel, Sarrasin, Gygax & Oakhill 2012, Richy & Burnett 2021) mais également lors de la production (voir von der Malsburg, Poppels & Levy 2020 pour l’anglais, Pozniak & Burnett 2021 pour une réplication en français). L’ensemble de ces résultats met en évidence un biais masculin dans l’interprétation, et l’invisibilisation dans la langue des autres genres, notamment des femmes (voir entre autres, Sczesny, Formanowicz & Moser, 2016).

2Dans une moindre mesure, cette question a également fait l’objet d’études empiriques chez les enfants afin de comprendre si l’influence du biais masculin est présente chez les enfants et à quel point cela est comparable à ce qui est observé chez les adultes (Brauer & Landry 2008, Flaherty 2001, Gygax, Schoenhals, Lévy, Luethold & Gabriel 2019, Hyde 1984, Liben, Bigler & Krogh 2002). Dans leur étude, Brauer et Landry (2008) se sont intéressés à des enfants scolarisé·es du CE1 au CM2. Les enfants devaient répondre à une question comme Sais-tu ce que font les danseurs ?, puis dessiner une personne en train de faire ce métier avant de donner un prénom à cette personne. Comme pour les adultes, les questions étaient rédigées soit avec un masculin générique (Sais-tu ce que font les danseurs ?), soit avec une forme inclusive, ici un doublet (Sais-tu ce que font les danseurs et danseuses ?). Les résultats sont les mêmes que chez les adultes, à savoir que les enfants dessinaient moins de femmes dans la condition avec le masculin générique que dans la condition inclusive. Gygax et al. (2019) montrent quant à eux que le biais masculin est présent chez les enfants francophones dès l’âge de 4 ans. Les études existantes soutiennent l’idée que lors de l’utilisation du masculin générique, le biais masculin d’interprétation observé chez les adultes se retrouve également chez les enfants. Néanmoins, si les études psycholinguistiques ont questionné l’influence de l’expression du genre dans la langue sur son traitement (sur le versant de l’interprétation ou de la production), peu (voire pas) d’études se sont penchées sur la féminisation des noms de rôles ou de métiers chez les enfants.

3Nous avons réalisé une étude pilote afin d’observer si la production de noms féminins chez des enfants âgé·es de 4 à 6 ans pouvait être amorcée dans un contexte expérimental. Nous avons fait le choix d’étudier des enfants de cet âge pour plusieurs raisons. D’une part, c’est un âge auquel les enfants sont capables de faire preuve de productivité morphologique (voir par exemple, Parisse & Maillart 2004). On peut observer cette productivité par exemple dans la production spontanée de néologismes tels que poubelleur ou démariage. D’autre part, nous faisons l’hypothèse que les enfants de cet âge sont moins soumis·es aux normes linguistiques et sociolinguistiques que ne le sont les adultes. Enfin, très peu d’études se sont intéressées aux effets d’amorçage en production chez les enfants jeunes.

4L’effet d’amorçage en production, c’est-à-dire le fait d’utiliser une forme linguistique qui a déjà été rencontrée dans la conversation, a largement été étudié expérimentalement chez les adultes. Depuis Bock (1986), de nombreuses études expérimentales ont mis en évidence un effet d’amorçage au niveau syntaxique, c’est-à-dire la tendance à utiliser une construction syntaxique précédemment produite ou entendue dans la conversation (pour une revue, voir par exemple, Pickering & Branigan 1999). L’effet d’amorçage syntaxique en production a également été observé chez les jeunes enfants. Shimpi, Gámez, Huttenlocher et Vasilyeva (2007) ont réalisé une série d’expériences auprès d’enfants anglophones mettant en évidence qu’iels étaient sensibles à l’amorçage syntaxique dès l’âge de 4 ans. Des effets d’amorçage de nature différente ont été mis en évidence en compréhension comme par exemple l’effet d’amorçage morphologique sur la reconnaissance lexicale chez des enfants en âge de lire (voir par exemple, Clahsen & Fleischhauer 2014, Hasenäcker, Beyersmann & Schroeder 2020). L’effet d’amorçage du genre grammatical a été mis en évidence chez les adultes lors de la reconnaissance lexicale (Bates, Devescovi, Hernandez & Pizzamiglio 1996) mais également en production lexicale lors d’une tâche de dénomination d’image (Jescheniak 1999). Cependant, à notre connaissance, seul l’effet d’amorçage syntaxique a été étudié en production chez les enfants en âge pré-scolaire.

Notre étude

5L’objectif de notre étude est d’observer un éventuel effet d’amorçage sur la féminisation des noms de rôles. Plus précisément, nous avons voulu observer si les enfants féminisent plus les noms après avoir été exposé·es, en guise d’amorce, à des formes féminines de noms. Notre hypothèse est que plus les enfants sont exposé·es à des formes féminines au cours de l’expérience, plus iels devraient produire de formes féminines. Différents types d’amorces ont été manipulés : des amorces féminines connues des enfants (comme une princesse), des amorces féminines rares (voire encore jamais rencontrées par les enfants, comme une capitainesse), et des amorces épicènes (comme une vétérinaire). Le but de cette manipulation a été d’observer si en entendant une nouvelle forme avec un marquage du féminin saillant, les enfants sont plus enclin·es à utiliser la morphologie du français pour marquer le féminin plutôt que d’utiliser une forme sans marquage. Ainsi, dans la condition avec en amorce une forme féminine rare, nous attendions un effet d’amorçage plus fort que dans la condition avec une amorce féminine connue (et de ce fait, moins saillante pour les enfants). La condition avec une amorce épicène était une condition contrôle pour laquelle nous attendions peu, voire pas, d’effet d’amorçage.

Méthode

Participant·es

6Vingt-six enfants monolingues francophones (dont 15 garçons) âgé·es de 4 à 6 ans (âge moyen 4 ;9, écart-type = 0.7) ont participé à l’expérience. Les enfants étaient tous·tes scolarisé·es en maternelle à Belfort, 10 étaient en moyenne et 16 en grande section. Iels ne présentaient pas de retard ou trouble du langage et nous avons demandé aux enseignantes de nous signaler les enfants éventuellement en avance ou en retard par rapport à la classe afin de ne pas les inclure dans l’étude. Aucun·e enfant ne se trouvait dans cette situation. Les parents ont donné leur consentement avant la participation de leur enfant à l’étude. Les enfants recevaient un diplôme de petit ou petite chercheuse et un livret de jeu en remerciement de leur participation. L’expérience a reçu un avis favorable du comité d’éthique de l’Université Paris 8.

Matériel

  • 2 Notons que nous avons volontairement choisi comme noms cibles des formes de féminisation particuliè (...)
  • 3 À notre connaissance, il n’existe pas de base de données adaptée aux enfants plus jeunes.
  • 4 Les items comportant la cible prisonnière ont finalement été retirés des analyses parce que le genr (...)

7Nous avons utilisé en guise d’amorce et de cible les formes féminines de noms de rôles (ou de métiers) du vocabulaire enfantin. Plus exactement, huit formes féminines, dont quatre rares ainsi que quatre noms épicènes précédés d’un déterminant féminin ont été utilisés comme amorce. Douze formes féminines rares ont été utilisées comme cible2. Les formes utilisées comme amorce et comme cible, ainsi que leur fréquence lexicale, sont respectivement présentées dans les tableaux 1 et 2. Pour estimer les fréquences lexicales, nous avons utilisé la base de données MANULEX (Lété, Sprenger-Charolles & Colé 2004) qui compile des manuels scolaires destinés aux enfants de primaire. Nous avons interrogé la base de données concernant les fréquences d’occurrence dans les manuels scolaires de CP (6 ans)3. Les formes féminines rares (amorces et cibles) étaient inexistantes dans le corpus (excepté prisonnière, dont la fréquence reste extrêmement basse = 0.38/million)4. En revanche, leur forme masculine apparaissait bien dans les manuels de CP (excepté sorcier qui n’apparait qu’à partir du CE1). Sous leur forme masculine, il s’agit de noms relativement fréquents et connus des enfants (fréquence moyenne = 36.3/million). Notons que nous avons considéré comme connu des enfants de 5 ans un nom tel que pirate même si celui-ci n’apparait que très rarement dans les manuels de CP (0.59/million). Afin de contrôler un éventuel effet de la morphologie sur nos résultats, nous avons volontairement choisi des noms de cible avec des suffixes différents au féminin. Nous n’avons pas contrôlé la stéréotypie de genre des noms utilisés car, d’une part, pour beaucoup des noms choisis parmi le vocabulaire enfantin, nous ne disposions pas de leur score de stéréotypie. D’autre part, nous avons dû faire un choix dans les contraintes à prendre en compte dans la construction de notre matériel. Nous avons choisi de contrôler la fréquence des formes féminines amorces et cibles, celle-ci reflétant (au moins en partie) leur stéréotypie de genre, les formes féminines rares correspondant vraisemblablement à des noms stéréotypés masculin et inversement pour les formes féminines fréquentes dans la langue. Pour certains des noms, différentes formes féminines sont possibles (par exemple, chasseuse et chasseresse). Ce qui nous intéresse dans les réponses des enfants, ce sont les formes féminines produites, peu importe qu’elles soient en usage ou pas. Ainsi, nous acceptons par exemple la forme facteuse pour factrice (nous reviendrons plus en détail sur le codage des réponses des enfants dans les résultats). Notons par ailleurs que les règles de formation du féminin des noms de métiers en français restent sujettes à discussion et que plusieurs formes peuvent coexister (par exemple, docteure, doctoresse, docteuse, doctrice ou encore une docteur).

Tableau 1. Noms amorces dans chaque condition, la fréquence estimée pour un million de mots est donnée entre parenthèses.

Féminines rares

Féminines connues

Épicènes

capitainesse (0)

princesse (99.06)

vétérinaire (3.96)

soldate (0)

sorcière (113.85)

cycliste (8.25)

aviatrice (0)

coiffeuse (6.38)

acrobate (35.36)

cordonnière (0)

marchande (15.75)

photographe (30.03)

Tableau 2. Noms cibles, la fréquence estimée pour un million de mots est donnée entre parenthèses.

doctoresse (0)

jardinière (0)

piratesse (0)

factrice (0)

pompière (0)

ogresse (0)

chasseuse (0)

chevalière (0)

bucheronne (0)

dompteuse (0)

prisonnière (.38)

peintresse (0)

8Les amorces et les cibles étaient insérées dans de petites histoires qui suivaient toujours le même schéma narratif. Un personnage féminin (l’amorce) est introduit dans l’histoire et on montre son illustration à l’enfant. Puis ce personnage rencontre un protagoniste masculin que l’enfant doit elle-même ou lui-même dénommer à partir de son illustration. Ensuite, intervient dans l’histoire un nouveau personnage féminin au nom rare (la cible) que l’enfant doit à nouveau dénommer à partir d’une illustration. Douze histoires ont ainsi été créées avec les 12 cibles présentées dans le tableau 2 ; quatre d’entre elles avaient comme amorce une forme féminine rare, quatre autres avaient une forme féminine plus couramment utilisée et quatre autres, un nom épicène (connu des enfants) précédé d’un déterminant féminin. Pour les deux noms amorces qui commençaient par une voyelle, nous avons choisi de les faire précéder d’un adjectif épicène commençant par une consonne afin de pouvoir, lors de la deuxième reprise du nom amorce, utiliser le déterminant la dans toutes les histoires (la célèbre aviatrice, la timide acrobate). Un exemple d’histoire dans la condition amorce féminine rare est donné en (1), les illustrations correspondantes (à savoir le personnage féminin amorce, le personnage masculin et le personnage féminin cible) sont présentées dans la figure 1. L’ensemble des illustrations utilisées a été spécifiquement créé pour cette expérimentation par Léna Göhring.

(1) Une célèbre aviatrice [amorce] rentre chez elle alors que la nuit est en train de tomber. Elle s’apprête à ouvrir sa porte quand une voix la fait sursauter : c’est… le mécanicien [protagoniste masculin à dénommer]. Il est en train de chercher son chiot. La célèbre aviatrice lui dit qu’elle n’a pas vu l’animal et qu’elle en est désolée. Heureusement, il suffit de quelques instants pour entendre un aboiement ; le chiot a retrouvé son chemin grâce à… la bucheronne [cible à dénommer].

Figure 1. Illustrations pour l’histoire présentée en (1).

Figure 1. Illustrations pour l’histoire présentée en (1).

9Les noms amorces ont été distribués dans trois listes expérimentales (trois albums d’histoires illustrés accessibles sur OSF, https://osf.io/​pg2us/​) suivant un carré latin de façon à ce que chaque cible apparaisse dans les trois conditions expérimentales (i.e. avec une amorce féminine soit rare, soit connue, soit connue épicène) et que chaque enfant voit toutes les conditions expérimentales, mais jamais plusieurs fois la même cible ou la même amorce.

Procédure

10Les 26 enfants ont été testé·es individuellement dans leur école. Durant la semaine de passation, l’expérimentatrice a participé aux rituels des deux classes de maternelle (les temps de jeux, les histoires lues par les institutrices, les temps de récréation, etc.) afin que les enfants s’habituent à sa présence. Avant chaque entretien, toujours dans le but de mettre l’enfant à l’aise, l’expérimentatrice lui posait des questions comme quel était son âge ou sa couleur préférée. Puis l’expérimentatrice montrait le matériel d’enregistrement et demandait la permission à l’enfant de l’enregistrer ; à ce moment, elle expliquait qu’elle allait lire différentes petites histoires dans lesquelles il allait falloir nommer certains personnages illustrés. Le nombre de pronoms sujets et objets ainsi que le nombre d’adjectifs marqués en genre se référant à chaque personnage était contrôlé pour qu’il soit le même dans toutes les histoires. Par conséquent, si l’expérimentatrice devait relancer l’enfant pour obtenir sa réponse, elle faisait attention à ne pas utiliser de pronom genré mais des formulations comme Comment tu appellerais ce personnage/cette personne ? (au lieu de par exemple Comment elle s’appelle ?). L’enregistrement des entretiens a ensuite servi à coder les réponses des enfants comme expliqué dans la section suivante.

Résultats

Codage des réponses

  • 5 Il faut noter ici que les réponses des enfants étant à l’oral, pour les quatre noms cibles en -eur, (...)

11Concernant les réponses des enfants sur la cible, nous avons codé les formes masculines produites (par exemple, un chasseur), les formes féminines marquées (par exemple, une chasseuse) et enfin les formes non marquées produites avec un déterminant féminin (par exemple, une chasseur5). Comme mentionné précédemment, nous acceptons plusieurs formes féminines pour une même cible (par exemple, jardinière et jardinieuse). Nous reviendrons dans la discussion sur la créativité dont ont pu faire preuve les enfants dans leur production des formes féminines. En revanche, un certain nombre de réponses était inexploitable (23 % de la totalité des observations) ; il s’agissait de périphrases comme une dame qui fait de la peinture, de formes épicènes comme l’artiste et bien sûr de cas où les enfants ne donnaient pas de réponses.

12Nous avons par ailleurs dû retirer des analyses les items avec la cible prisonnière parce qu’elle n’était pas reconnue comme un personnage féminin sur l’illustration, ainsi qu’un item de l’album 3 à cause d’une erreur d’édition.

Méthode d’analyse

13Les résultats ont été analysés avec le logiciel R (R Core Team 2013, version 4.2.1) via l’interface RStudio (Allaire 2012). Pour les analyses, c’est le raisonnement bayésien qui a été retenu et nous avons eu recours au package brms dans R (Bürkner 2017, Carpenter, Gelman, Hoffman, Lee, Goodrich, Betancourt, Brubaker, Guo, Li & Riddell 2017, Bürkner & Charpentier 2020). Les analyses bayésiennes présentent en effet plusieurs avantages (voir Sorensen, Hohenstein & Vasishth 2016). Tout d’abord, il est possible de faire tourner avec succès un modèle maximal (Barr, Lévy, Scheepers & Tily 2013) même avec un nombre limité d’observations, comme c’est le cas dans les études expérimentales en sciences humaines. Ces analyses nous permettent également de tester directement notre hypothèse d’intérêt (et non l’hypothèse nulle, comme c’est le cas dans le cadre fréquentiste). Cela permet également de nous libérer de la décision binaire (significatif/non significatif) afin d’avoir une approche plus fine et graduée des données. Une autre raison pour préférer les modèles bayésiens est la nature multinomiale de notre variable dépendante. Les réponses des enfants ont en effet été codées suivant trois modalités : forme masculine, forme féminine marquée et non marquée. Or les rares packages permettant de traiter les modèles multinomiaux en statistiques fréquentistes ne permettent pas d’intégrer au modèle les deux variables aléatoires (participant·es et items). C’est pour ces raisons que nous avons eu recours aux modèles bayésiens. Pour chaque paramètre du modèle (variable) et leur interaction, nous reportons le coefficient estimé (coef.est.), l’intervalle de crédibilité (CrI — valeurs entre lesquelles il y a 95 % de chances d’avoir la vraie valeur des coefficients estimés ; Morey, Hoekstra, Rouder, Lee & Wagenmakers 2016), et la probabilité que les coefficients soient supérieurs ou inférieurs à 0 (P(coef.<ou>0), probabilité qu’il y ait un effet ou non). En s’inspirant d’Engelmann, Granlund, Kolak, Szreder, Ambridge, Pine & Theakston (2019) et de Pozniak & Burnett (2021), nous retiendrons qu’une probabilité entre .8 et .9 soutient modérément l’existence d’un effet (weak evidence) et qu’une probabilité supérieure à .9 soutient fortement l’existence d’un effet (strong evidence). Pour des raisons de lisibilité, les résultats avec une probabilité inférieure à .8 ne sont pas reportés mais sont accessibles sur OSF (https://osf.io/​pg2us/​). Pour plus d’informations sur le fonctionnement des modèles bayésiens, nous renvoyons les lecteurices à (entre autres) Kruschke (2014), McElreath (2020) et Thiberge (2020).

14Le modèle multinomial que nous avons utilisé prend comme niveau de référence les réponses masculines. Ceci signifie que les résultats obtenus pour les deux autres formes féminines (marquées et non marquées) sont toujours interprétés par rapport aux formes masculines. En ce qui concerne les prédicteurs (variables manipulées), nous avons regardé l’influence sur les formes produites du type d’amorce (amorce féminine rare, féminine connue ou épicène) et de l’ordre d’apparition des items dans l’expérience, ainsi que leur interaction. L’amorce ayant trois modalités, nous avons, pour les analyses statistiques, codé deux prédicteurs avec à chaque fois la même modalité comme niveau de référence (ici les amorces épicènes) : le premier prédicteur compare la modalité amorce féminine rare à celle épicène, le second prédicteur compare la modalité amorce féminine connue à celle épicène. Pour visualiser l’effet d’ordre d’apparition des histoires dans l’expérience, dans le graphique 2, nous avons codé la variable ordre de manière binaire (première moitié vs seconde moitié) : pour chaque enfant, les six premières histoires étaient codées comme appartenant à la première moitié de l’expérience, et les six dernières étaient codées comme faisant partie de la seconde moitié de l’expérience. Cependant dans le modèle statistique, la variable ordre était codée comme une variable continue.

Analyse des réponses

15Le graphique 1 présente les réponses selon le type d’amorce (amorce épicène vs féminine rare vs féminine connue). Un premier résultat, visible sur le graphique 1 et confirmé par les analyses, est que les enfants ont produit de manière générale, quelle que soit l’amorce, moins de formes féminines marquées (coef.est. =-1.39, CrI[-2.57, -0.26], P(coef.<0) =0.99) et non marquées (coef.est. =-2.99, CrI[-4.67, -1.82], P(coef.<0) =1) par rapport aux formes masculines.

Graphique 1. Pourcentage de formes produites selon le type d’amorce.

Graphique 1. Pourcentage de formes produites selon le type d’amorce.

16Le graphique 2 présente les réponses des enfants selon le type d’amorce et le moment de l’expérience (première moitié vs seconde moitié). Nous constatons qu’il y a plus de formes féminines produites dans la seconde partie par rapport à la première partie de l’expérience, et ce quelles que soient les conditions expérimentales (29.8 % dans la seconde partie vs 16.5 % dans la première partie) alors que c’est l’inverse pour les formes masculines produites (61.5 % dans la seconde partie vs 76.2 % dans la première partie). Cette augmentation des formes féminines est confirmée par le modèle (soutien fort d’un effet : coef.est. =0.87, CrI[-0.43, 2.41], P(coef.>0) =0.92). De plus, sur le graphique 2, on peut voir que moins de formes féminines non marquées après une amorce féminine rare sont produites dans la seconde partie par rapport à la première partie de l’expérience (6.1 % vs 10.8 %), tandis que c’est l’inverse après une amorce épicène (11.5 % dans la seconde partie vs 2.5 % dans la première partie). Ceci alors que la proportion de formes masculines produites après ces deux types d’amorces varie dans le même sens entre la première partie et la seconde moitié de l’expérience (75.7 % vs 69.7 % pour la condition amorce féminine rare et 70 % vs 57.7 % pour la condition amorce épicène). Les analyses soutiennent fortement l’existence d’un effet (coef.est. =-1.45, CrI[-4.39, 0.72], P(coef.<0) =0.90).

Graphique 2. Pourcentage de formes produites selon le type d’amorce et le moment de l’expérience.

Graphique 2. Pourcentage de formes produites selon le type d’amorce et le moment de l’expérience.

17Concernant les effets modérément soutenus (weak evidence), on peut voir sur le graphique 1 que les formes féminines marquées sont moins produites après une amorce féminine connue qu’après une amorce épicène (22.1 % vs 28.8 %), contrairement aux formes masculines produites (68.8 % après une amorce féminine connue vs 65.2 % après une amorce épicène) (coef.est. =-3.80, CrI[-14.81, 4.51], P(coef.<0) =0.80). Sur le graphique 2, on peut voir que cette proportion de formes féminines marquées produites après une amorce épicène et après une amorce féminine connue ne varie pas de la même manière suivant le moment de l’expérience. Entre la première et la seconde partie de l’expérience, l’augmentation des formes féminines marquées est plus importante dans la condition amorce féminine connue (6.2 % vs 33.3 %) que dans la condition amorce épicène (27.5 % vs 30.8 %). Cette observation est soutenue par le modèle (soutien modéré : coef.est. =1.46, CrI[-1.35, 5.18], P(coef.>0) =0.84).

Discussion

18Un des principaux résultats observés est la majorité de formes masculines utilisées par les enfants pour désigner des personnages féminins. Ceci est cohérent avec ce qu’on observe chez les adultes, à savoir la prédominance du masculin dit générique. Nos résultats montrent cependant que la production de formes féminines marquées augmente à mesure que l’expérience progresse ; même si le féminin n’est pas la forme spontanément produite, il est possible d’amorcer la production de formes féminines. Plus l’enfant est exposé·e à des formes féminines au cours de l’expérience et plus iel est susceptible d’en produire. Nous pouvons interpréter ce résultat comme une certaine souplesse de la part des jeunes enfants vis-à-vis des normes sociolinguistiques. Il faudrait néanmoins adapter ce type d’expérience aux adultes afin d’observer si on peut amorcer la féminisation des noms de rôles et de métiers de la même façon.

19D’autre part, les résultats révèlent que l’augmentation des formes féminines marquées produites entre la première et seconde partie de l’expérience est moindre après une amorce épicène qu’après une amorce féminine. L’effet d’amorçage dû à une amorce féminine connue n’apparait pas dès le début de l’expérience mais augmente au cours de l’expérience alors qu’il est sensiblement le même tout au long de l’expérience dans le cas d’une amorce épicène. En d’autres termes, alors que la proportion de formes féminines marquées produites après une amorce féminine augmente au cours de l’expérience, le nombre de formes féminines marquées produites après une amorce épicène, relativement élevé dès le début de l’expérience, ne varie pas. Il s’agit là d’une différence entre les deux types d’amorce, épicène et féminine, que nous n’avions pas prédite et d’autres investigations seraient nécessaires pour pouvoir l’interpréter.

20Enfin, sur l’ensemble de l’expérience, les résultats n’ont pas révélé que l’effet d’amorçage était plus important avec des formes féminisées (connues ou rares) en amorce. Néanmoins, si on regarde l’évolution des réponses au cours de l’expérience, on observe que moins de formes féminines non marquées ont été produites après une amorce féminine rare dans la seconde moitié de l’expérience par rapport à la première. Dans la seconde moitié de l’expérience, les formes féminines non marquées produites dans la condition amorce féminine rare diminuent au profit des formes féminines marquées, suggérant que l’effet d’amorçage dans la condition amorce féminine rare augmente à mesure que l’expérience progresse. En revanche, les résultats ne nous permettent pas de conclure à une différence entre l’effet de nos deux types d’amorce féminine (connue et rare).

  • 6 Misersky et al. ont obtenu un score de stéréotypie pour 422 noms de métiers dans différentes langue (...)
  • 7 Les noms de métiers infirmier et instituteur obtiennent respectivement les scores de .72 et .74 sur (...)

21D’un point de vue descriptif, si on s’intéresse au type de réponses féminines marquées qu’ont donné les enfants (présentées dans le tableau en Annexe), nous observons que le nom qui a été le plus souvent féminisé grâce à la suffixation est jardinière pour lequel nous avons obtenu autant de jardinière que de planteuse et des occurrences uniques de jardinieuse, jardineuse, fermière et terreuse. Ensuite, les cibles les plus souvent féminisées (bien que dans une moindre mesure que jardinière) sont peintresse, factrice et doctoresse. La forme peintresse n’a jamais été produite mais à la place, nous avons observé deux occurrences de peinturière ainsi que les occurrences uniques de peintière, peintissienne, peintureuse, institutrice et maitresse. Pour doctoresse, nous avons observé deux occurrences de docteuse, deux de infirmière et une de soigneuse. Enfin pour factrice, nous avons observé deux occurrences de facteuse, une de factrice, une de postière et une de courrieuse. Nous pouvons noter que les cibles les plus souvent féminisées par les enfants correspondaient aussi aux métiers les moins stéréotypés masculin parmi nos cibles (facteur, jardinier et docteur obtiennent respectivement un score de .37, .36 et .29, sur l’échelle de Misersky, Gygax, Canal & Gabriel 2014)6. De plus, pour les cibles doctoresse et peintresse, certaines réponses des enfants étaient certes des formes féminines mais qui correspondaient à des noms de métiers plus stéréotypés féminin (infirmière et institutrice)7 que ne le sont docteur et peintre. Rappelons que nous ne disposons pas des scores de stéréotypie pour la majorité de nos cibles (dont peintre) et que l’effet de la stéréotypie sur les réponses des enfants n’a pas été contrôlé dans cette expérience. De plus, dans le contexte de notre expérience, l’effet de ce facteur est difficilement dissociable de l’effet de la fréquence d’usage, le masculin générique étant plus fréquemment utilisé pour des professions stéréotypées masculines que féminines et inversement (chirurgiens sera plus souvent utilisé pour référer aux chirurgiennes et chirurgiens et infirmières pour référer aux infirmières et infirmiers).

22Plus généralement, les effets d’amorçage (ou d’exposition) que nous observons peuvent être de différentes natures. Ils peuvent être interprétés comme un effet d’amorçage linguistique des formes féminines sur la production des enfants. Dans ce cas, se pose également la question de la nature de cet effet d’amorçage : est-ce que ce sont certains suffixes précis (comme par exemple — esse ou -euse) qui sont responsables de l’effet d’amorçage, ou bien est-ce à un niveau morphologique plus général que se déclenche la formation féminine ? Le fait que nous ne retrouvions pas nécessairement les mêmes suffixes en amorces et dans les réponses des enfants soutient plutôt l’hypothèse que l’effet observé n’est pas dû à un suffixe en particulier. Une autre interprétation des effets que nous observons est cependant possible. Ils peuvent être le résultat d’un facteur sociolinguistique plutôt que purement linguistique : l’utilisation de formes féminines marquées signale aux enfants la possibilité de recourir à des formes féminines alors que leur usage est moins accepté dans d’autres situations. Comme dit dans l’introduction, il s’agit là d’une étude pilote et d’autres investigations sont nécessaires pour mieux comprendre la nature des effets observés.

23Pour conclure, nous voudrions revenir sur l’intérêt de l’approche expérimentale dans l’étude de la représentation du genre dans la langue (voir entre autres, von der Malsburg, Poppels & Levy 2020, Richy & Burnett 2021, Pozniak & Burnett 2021, Xiao, Strickland & Peperkamp 2022). Les recherches psycholinguistiques sur le genre gagneraient à être développées afin d’appréhender l’interaction entre la représentation du genre et le traitement linguistique, non seulement chez les locuteurices adultes, mais également chez les enfants en train d’acquérir leur(s) langue(s).

Haut de page

Bibliographie

ABBOU Julie, ARNOLD Aron, CANDEA Maria, & MARIGNIER Noémie. 2018. « Qui a peur de l’écriture inclusive ? Entre délire eschatologique et peur d’émasculation » Entretien. Semen 44. DOI : org/10.4000/semen.10800

ABBOU Julie. 2017. « (Typo)graphies anarchistes. Où le genre révèle l’espace politique de la langue » Mots. Les langages du politique 113. DOI : org/10.4000/mots.22637

ALLAIRE Joseph J. 2012. “RStudio: integrated development environment for R” Boston, MA, 770(394): 165-171.

BARR Dale J., LEVY Roger, SCHEEPERS Christoph & TILY Harry J. 2013. “Random effects structure for confirmatory hypothesis testing: Keep it maximal” Journal of memory and language 68(3): 255-278.

BATES Elizabeth, DEVESCOVI Antonella, HERNANDEZ Arturo & PIZZAMIGLIO Luigi. 1996. “Gender priming in Italian.” Perception & Psychophysics 58 : 992-1004.

BAUDINO Claudie. (2001). Politique de la langue et différence sexuelle : la politisation du genre des noms de métier. Paris : L’Harmattan.

BOCK J. Kathryn. 1986. “Syntactic persistence in language production” Cognitive Psychology 18 : 355-387.

BONAFOUS Marie. 1969. La révolution culturelle chinoise. L’amitié par le livre.

BRAUER Markus & LANDRY Michaël. 2008. « Un ministre peut-il tomber enceinte ? L’impact du générique masculin sur les représentations mentales. » L’année psychologique 108(2) : 243-272.

BÜRKNER Paul-Christian & CHARPENTIER Emmanuel. 2020. “Modeling monotonic effects of ordinal predictors in Bayesian regression models” British Journal of Mathematical and Statistical Psychology 73(3): 420-451.

BÜRKNER Paul-Christian. 2017. “brms: An R package for Bayesian multilevel models using Stan” Journal of statistical software 80: 1-28.

CARPENTER Bob, GELMAN Andrew, HOFFMAN Matthew D., LEE Daniel, GOODRICH Ben, BETANCOURT Michael, BRUBAKER Marcus A., GUO Jiqiang, LI Peter & RIDDELL Allen. 2017. “Stan: A probabilistic programming language” Journal of statistical software 76(1). DOI: 10.18637/jss.v076.i01

CLAHSEN Harald & FLEISCHHAUER Elizabeth. 2014. “Morphological priming in child German” Journal of Child Language 41(6), 1305-1333. DOI: 10.1017/S0305000913000494

ENGELMANN Felix, GRANLUND Sonia, KOLAK Joanna, SZREDER Marta, AMBRIDGE Ben, PINE Julian, THEAKSTON Anna & LIEVEN Elena. 2019. “How the input shapes the acquisition of verb morphology: Elicited production and computational modeling in two highly inflected languages” Cognitive Psychology 110: 30-69.

FLAHERTY Mary. 2001. “How a Language Gender System Creeps into Perception” Journal of Cross-Cultural Psychology 32(1), 18-31. DOI: 10.1177/0022022101032001005

Garnham Alan, Gabriel Ute, Sarrasin Oriane, Gygax Pascal & Oakhill Jane. 2012. “Gender representation in different languages and grammatical marking on pronouns: When beauticians, musicians, and mechanics remain men” Discourse Processes 49(6): 481-500. DOI: 10.1080/0163853X.2012.688184

GYGAX Pascal, GABRIEL Ute, SARRASIN Oriane, OAKHILL Jane & GARNHAM Alan. 2008. “Generically intended, but specifically interpreted: When beauticians, musicians, and mechanics are all men” Language and cognitive processes 23(3): 464-485.

GYGAX Pascal, SARRASIN Oriane, LÉVY Arik, SATO Sakaya & GABRIEL Ute. 2013. « La représentation mentale du genre pendant la lecture : état actuel de la recherche francophone en psycholinguistique » Journal of French Language Studies. DOI: 10.1017/S0959269512000439

GYGAX Pascal, SCHOENHALS Lucie, LÉVY Arik, LUETHOLD Patrick & GABRIEL Ute. 2019. “Exploring the Onset of a Male-Biased Interpretation of Masculine Generics Among French Speaking Kindergarten Children” Frontiers in Psychology 10:1225. DOI: 10.3389/fpsyg.2019.01225

HASENÄCKER Jana, BEYERSMANN Elisabeth & SCHROEDER Sacha. 2020. “Morphological priming in children: Disentangling the effects of school-grade and reading skill” Scientific Studies of Reading 24(6), 484-499. DOI : 10.1080/10888438.2020.1729768

HOUDEBINE-GRAVAUD Anne-Marie. 1989. L’une n’est pas l’autre (ou genre et sexe en français contemporain). Actes du colloque tenu à Paris X-Nanterre les 14-15-16 décembre 1988, Paris. Genre et langage.

HYDE Janet S. 1984. “Children’s understanding of sexist language” Dev. Psychol. 20, 697-706. DOI: 10.1037//0012-1649.20.4.697

JESCHENIAK Jörg D. 1999. “Gender Priming in Picture Naming: Modality and Baseline Effects” Journal of Psycholinguistic Research 28: 729-737. DOI: 10.1023/A:1023229329967

KRUSCHKE John K. 2014. Doing Bayesian data analysis: A tutorial with R, JAGS, and Stan.

LÉTÉ Bernard, SPRENGER-CHAROLLES Liliane & COLÉ Pascale. 2004. “MANULEX: A grade-level lexical database from French elementary school readers” Behavior Research Methods, Instruments & Computers 36(1): 156-166.

LIBEN Lynn S., BIGLER Rebecca S. & KROGH Holleen R. 2002. “Language at work: children’s gendered interpretations of occupational titles” Child Development 73: 810-828.

MCELREATH Richard. 2020. Statistical rethinking: A Bayesian course with examples in R and Stan. Chapman and Hall/CRC.

MISERSKY Julie, GYGAX Pascal, CANAL Paolo, GABRIEL Ute. 2014. “Norms on the gender perception of role nouns in Czech, English, French, German, Italian, Norwegian, and Slovak” Behavior Research Methods 46(3): 841‑871.

MOREY Richard D., HOEKSTRA Rink, ROUDER Jeffrey N., LEE Michael D. & WAGENMAKERS Eric-Jan. 2016. “The fallacy of placing confidence in confidence intervals” Psychonomic bulletin & review 23(1): 103-123.

MOULTON Janice, ROBISON George M. & ELIAS Cherin. 1978. “Sex bias in language use: Neutral pronouns that aren’t” American Psychologist 33: 1032-1036.

PARISSE Christophe & MAILLART Christelle. 2004. « Le développement morphosyntaxique des enfants présentant des troubles de développement du langage : données francophones. » Enfance 56 : 20-35. DOI : 10.3917/enf.561.0020

PÉREZ Manuel, BARASC Katy & GIRAUDO Hélène. 2019. « Des(dés)accords grammaticaux dans la dénomination écrite de la personne en France : un tumulte graphique entre passions tristes et passions joyeuses » GLAD ! 07. DOI: 10.4000/glad.1666

PICKERING Martin J. & BRANIGAN Holly P. 1999. “Syntactic priming in language production” Trends in Cognitive Sciences 3: 136-141.

POZNIAK Céline & BURNETT Heather. 2021. “Failures of Gricean reasoning and the role of stereotypes in the production of gender marking in French” Glossa: a journal of general linguistics 6(1). DOI: 10.5334/gjgl.1310

R CORE TEAM. 2013. R: A language and environment for statistical computing.

RICHY Célia & BURNETT Heather. 2021. « Démêler les effets des stéréotypes et le genre grammatical dans le biais masculin : une approche expérimentale » GLAD ! 10. DOI: 10.4000/glad.2839

SCZESNY Sabine, FORMANOWICZ Magda & MOSER Franziska. 2016. “Can gender-fair language reduce gender stereotyping and discrimination?” Frontiers in psychology 7: 25. DOI: 10.3389/fpsyg.2016.00025

SHIMPI Priya M., GÁMEZ Perla B., HUTTENLOCHER Janelien & VASILYEVA Marina. 2007. “Syntactic priming in 3- and 4-year-old children: evidence for abstract representations of transitive and dative forms” Developmental Psychology 43(6):1334-1346. DOI: 10.1037/0012-1649.43.6.1334

SORENSEN Tanner, HOHENSTEIN Sven & VASISHTH Shravan. 2016. “Bayesian Linear Mixed Models Using Stan: A Tutorial for Psychologists, Linguists, and Cognitive Scientists.” Quantitative Methods for Psychology 12(3) : 175–200. DOI : 10.20982/tqmp.12.3.p175

THIBERGE Gabriel. 2020. Acquisition et maîtrise des interrogatives partielles en français : La variation sociolinguistique comme outil interactionnel. Thèse de doctorat. Université Paris Cité.

VIENNOT Éliane. 2014. Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin ! Éditions IXE.

VIENNOT Éliane. 2018. Le langage inclusif. Pourquoi ? Comment ? Éditions IXe.

VON DER MALSBURG Titus, POPPELS Till & LEVY Roger P. 2020. “Implicit gender bias in linguistic descriptions for expected events: The cases of the 2016 US and 2017 UK election” Psychological Science. DOI: 10.1177/0956797619890619

XIAO Hualin, STRICKLAND Brent & PEPERKAMP Sharon. 2022. “How fair is gender-fair language? Insights from gender ratio estimations in French” Journal of Language and Social Psychology 1-25. DOI : 10.1177/0261927X221084643

Haut de page

Annexe

Annexe : Tableau des formes féminines marquées produites par les enfants.

Cible

Réponse

Nombre d’occurrence

jardinière

jardinière

4

planteuse

4

terreuse

2

jardineuse

1

jardinieuse

1

fermière

1

peintresse

peinturière

2

peintière

1

peintissienne

1

peintureuse

1

institutrice

1

maitresse

1

factrice

facteuse

2

factrice

1

courrieuse

1

postière

1

doctoresse

infirmière

2

docteuse

2

soigneuse

1

dompteuse

dompteuse

1

dresseuse

1

cirquière

1

spectatrice

1

bucheronne

bucheronne

2

coupeuse de bois

1

chasseuse

chasseuse

2

policière

2

ogresse

ogresse

2

sorcière

1

chevalière

chevalière

3

pompière

pompière

2

Haut de page

Notes

1 Brauer et Landry (2008) parlent de condition « générique épicène ».

2 Notons que nous avons volontairement choisi comme noms cibles des formes de féminisation particulièrement saillantes et rares (comme par exemple peintresse) alors que leur forme masculine ou, dans certains cas, épicène (un·e peintre) est fréquente dans la langue. Notre idée était de voir si nous pouvions faire produire dans nos conditions expérimentales des formes auxquelles les enfants n’ont jamais été exposé·es.

3 À notre connaissance, il n’existe pas de base de données adaptée aux enfants plus jeunes.

4 Les items comportant la cible prisonnière ont finalement été retirés des analyses parce que le genre du personnage sur l’illustration s’est avéré ambigu (voir codage des réponses).

5 Il faut noter ici que les réponses des enfants étant à l’oral, pour les quatre noms cibles en -eur, nous ne pouvons pas savoir si les enfants ont voulu produire une chasseur ou une chasseure. Précédées d’un article féminin, ces réponses ont été codées comme féminines non (phonologiquement) marquées en opposition aux formes féminines marquées comme une chasseuse.

6 Misersky et al. ont obtenu un score de stéréotypie pour 422 noms de métiers dans différentes langues dont le français. Pour chaque métier/rôle, ce score représente la proportion de femmes et d’hommes donnée par les participant·es de l’étude comme reflétant la réalité. Les scores ainsi obtenus vont de 0 à 1, 0 représente une occupation 100 % masculine et 1, 100 % féminine. Par exemple, manucure obtient un score de .9 alors que colonel, un score de .1.

7 Les noms de métiers infirmier et instituteur obtiennent respectivement les scores de .72 et .74 sur l’échelle de Misersky.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Illustrations pour l’histoire présentée en (1).
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5716/img-1.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Graphique 1. Pourcentage de formes produites selon le type d’amorce.
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5716/img-2.png
Fichier image/png, 165k
Titre Graphique 2. Pourcentage de formes produites selon le type d’amorce et le moment de l’expérience.
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5716/img-3.png
Fichier image/png, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zelda Cayrecastel, Céline Pozniak et Saveria Colonna, « Effet d’amorçage sur la féminisation des noms de rôles »GLAD! [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/glad/5716 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.5716

Haut de page

Auteurs

Zelda Cayrecastel

Zelda Cayrecastel est étudiante en Master de Sciences du langage à l’Université Paris 8 et a réalisé plusieurs stages de recherche au laboratoire Structures Formelles du langage. Ses intérêts portent sur le langage égalitaire en psycholinguistique et sur ses représentations dans la littérature francophone.

Céline Pozniak

Céline Pozniak est MCF à l’Université Paris 8 et membre du laboratoire Structures Formelles du Langage (CNRS & Paris 8). Linguiste expérimentale et psycholinguiste, ses recherches portent sur le traitement du langage et plus récemment sur la variation sociolinguistique.

Saveria Colonna

Saveria Colonna est professeure à l’Université Paris 8 et membre du laboratoire Structures Formelles du Langage (CNRS & Paris 8). Psycholinguiste, ses recherches portent sur les processus cognitifs qui sous-tendent le traitement et l’acquisition du langage.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search