Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13ExplorationsDiscours savants et virilistes de...

Explorations

Discours savants et virilistes de la recherche architecturale

Une expérience située
Virilistic and Academic Discourses in Architectural Research. A Situated Experience
Louis Vitalis

Résumés

Ce témoignage situé à la croisée de l’architecture et de l’épistémologie, deux domaines marqués par le masculin, montre comment leur intersection — l’épistémologie de l’architecture — est le lieu d’expression d’une virilité particulière et problématique. La production de discours savants sur la création architecturale apparait en décalage avec des attentes scientifiques, biaisée par des attitudes conquérantes, individualistes, invisibilisantes, rigidifiantes, singularisantes… Une critique située et vécue, suivant les cadres de lecture de Sandra Harding et Donna Haraway, permet de restituer le sens de ces pratiques langagières problématiques. Cet article propose de rendre compte de leurs cohérences par le repérage de schèmes épistémologiquement virilistes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 LE CORBUSIER. 1925 [1923]. Vers une architecture. In Éditions C. Grès et Cie, p. VI.

« Ainsi Vers une Architecture, parti seul l’an dernier, cette année poursuit sa route flanqué de deux appuis extrêmes qui sont d’une part le phénomène architectural urbain, par qui se situe l’architecture, d’autre part ce qu’on est convenu d’appeler de ce triste mot “art décoratif”, par quoi nous devons trouver sous nos mains et accompagnant tous nos actes, la présence constante d’un esprit architectural nous maintenant tant sous le charme des sens que dans un état de dignité virile. »
Le Corbusier1

  • 2 CANGUILHEM Georges. 2002 [1968]. « Thérapeutique, expérimentation, responsabilité » Études d’histoi (...)

« L’urgence des situations et l’individuation des objets se prêtent mal à la connaissance more geometrico. Il faut prendre son parti de l’obligation professionnelle de prendre parti. Sur ce point, les médecins, loin de se laisser imposer par une opinion puérilisée de vaines précautions oratoires, devraient prendre virilement la responsabilité de revendiquer une règle de conduite sans laquelle ils ne seraient pas ce que le public attend qu’ils soient »
Georges Canguilhem2

1Ces exergues montrent, s’il en était besoin, la présence du viril en architecture, mais aussi en épistémologie. Au vu du nombre d’hommes que l’histoire de la philosophie des sciences comme celle de l’architecture ont promu, un tel constat est attendu. La virilité n’est pas, cela dit, toujours aussi explicitement verbalisée. Inexprimée, sa présence est affaire de repérage. Aussi, partant de ces prémisses, il est logiquement possible de se demander si les deux présences viriles de ces deux domaines ne peuvent être repérées dans un même lieu de cohabitation, celui où l’épistémologie et la conception architecturale se rencontrent : la recherche en architecture.

Gender studies et feminist epistemologies en architecture ?

  • 3 Dans la continuité d’un « tournant spatial » (voir le numéro spécial des cahiers du CEDREF. 2014. « (...)
  • 4 Cf. BECHEMIN Audrey. 2019. La place du genre au sein du processus de féminisation du domaine de l’a (...)
  • 5 MILOVANOVIC Julie & GERO John S. 2019. « Exploration of gender diversity effects on design team dyn (...)

2D’un côté, les gender studies, ou études de genres, impulsées par une culture de recherche anglo-saxonne, se sont développées récemment dans les recherches françaises en architecture3. Des travaux s’attachent ainsi à rendre compte des rapports de dominations et des inégalités qui s’élaborent dans le milieu professionnel des architectes. Les architectes reconnus et médiatisés sont majoritairement masculins alors même que la proportion des femmes est importante sinon majoritaire dans les études d’architecture. Les enseignements de projet, là où se transmet la conception, exacerbent cette surreprésentation masculine4. Récemment, les stéréotypes de genre ont pu être observés au sein même des activités de conception collaboratives : des groupes mixtes favoriseraient ainsi des processus plus riches et moins focalisés sur la solution que des groupes uniquement masculins5. Mais ce que ces recherches interrogent du point de vue du genre, ce sont les pratiques architecturales. Ce texte entend décaler l’attention en thématisant le mode de production des discours scientifiques prenant pour objet ces mêmes pratiques architecturales.

  • 6 Cf. à ce sujet notamment les travaux de Lynn Hankinson, Helen Longino, Evelyn Keller, Susan Bordo, (...)
  • 7 En distinguant par exemple l’intuition et la raison, cf. LE DOEUFF Michèle. 1998. Le sexe du savoir(...)
  • 8 DESCOUTURES Virginie, VARIKAS Eleni, CHABAUD-RYCHTER Danielle & DEVREUX Anne-Marie. 2010. Sous les (...)

3D’un autre côté, les critiques des feminist epistemologies décrivent depuis les années 1980 la manière dont la domination masculine biaise la production des connaissances scientifiques6. Des travaux francophones ont montré comment des caractères associés au féminin, sinon les femmes elles-mêmes, pouvaient être exclus de l’entreprise savante jusque dans la conceptualisation de la science en général7 et dans les sciences sociales plus particulièrement8.

  • 9 Champs de recherche sécant à celui de la recherche en architecture ; une partie seulement des reche (...)
  • 10 Je souhaite remercier les relecteurs ou relectrices anonymes pour leurs commentaires attentifs et e (...)

4À la croisée de ces deux axes de travail se situe la question de savoir dans quelle mesure la recherche en architecture et les connaissances qu’elle produit sont traversées de biais sexistes. Il ne s’agit donc pas de la pratique architecturale elle-même mais des discours scientifiques qui entendent étudier le sens de cette pratique. Plus particulièrement, la focale sera mise sur la conception architecturale telle qu’elle est traitée par les sciences de la conception (design studies)9 ; cela, donc, au niveau épistémologique où les biais seraient formés. Par la suite, masculin renvoie au genre masculin assigné à des personnes de manière pas toujours pertinente10 soit, selon une acception non essentialiste, la construction psychosociale propre à des cultures et non une nécessité biologique. Viril désignera une certaine forme de cette masculinité, au sens où il y aurait des masculinités, au pluriel. Le virilisme peut, selon ma conception, s’envisager comme l’accentuation de certains traits, en particulier de ceux qui exacerbent un binarisme problématique du type individu/collectif, pouvoir/soumission, indifférence/attachement…

5Il y a deux motifs instigateurs à ce travail : un cadre de lecture et un malaise personnel, qu’il me faut maintenant préciser.

Standpoint epistemology

  • 11 HARDING Sandra. 1992. « Rethinking Standpoint Epistemology : What Is “Strong Objectivity” ? » in Fe (...)
  • 12 HARAWAY Donna. 1988. « Situated Knowledges : The Science Question in Feminism and the Privilege of (...)
  • 13 HARDING Sandra. 1992. « Rethinking Standpoint Epistemology : What Is “Strong Objectivity” ? » art. (...)

6Le cadre théorique à l’origine de cette réflexion est hérité du travail de Sandra Harding, ancré dans une épistémologie du point de vue, ou standpoint epistemology11. Très brièvement, selon ce cadre d’analyse, la connaissance scientifique dépend d’un point de vue. L’idée d’un point de vue idéal, abstrait et désincarné est spécieuse en tant que fiction impossible, tour de passe-passe magique, qui oblitère la réalité des pratiques. L’analyse épistémologique devrait plutôt partir d’un point de vue situé, celui de scientifiques se situant explicitement sur le plan du genre, de la race, de la classe. Cette idée d’un point de vue inéliminable se fonde sur les arguments de Donna Haraway pour une épistémologie située12. Sandra Harding montre comment un point de vue minoritaire est éclairant, pour éviter des biais sexistes ou androcentrés au sein même de recherches scientifiques visant l’objectivité. Reprenant la dialectique hégélienne du maitre et de l’esclave, les points de vue des dominés constituent un ancrage à partir duquel initier une recherche scientifique pertinente et éclairant des sujets d’intérêts communs. Ils permettent notamment d’observer ce que des points de vue dominants — ayant le privilège d’oublier leur propre position —, ne voient pas. Il est donc crucial dans cette perspective d’expliciter l’ancrage du point de vue dans une expérience saturée socialement et historiquement, plutôt que de laisser agir cet ancrage en véhiculant sans regard critique des postulats culturels. Ce faisant, la notion de point de vue ne devrait pas être comprise comme essentialiste ou ethnocentriste. Le point de vue d’autres personnes peut être pris en compte (Hegel tente d’envisager celui d’un esclave). L’expérience subjective permet de remettre en question la construction de sa situation de l’extérieur. La critique féministe de la féminité ouvre notamment une échappatoire à la loyauté au genre. Chaque point de vue est intrinsèquement limité et cette limite est constitutive d’un travail de recherche. L’approche de Sandra Harding entend construire un « sens collectif du point de vue13 ». Il est intéressant de noter que le but n’est pas de sombrer dans un relativisme subjectiviste, mais bien de définir les normes d’une objectivité scientifique accrue. Ces travaux permettaient alors de s’interroger sur la possibilité qu’un point de vue masculin puisse contribuer au débat, sans parler à la place des autres. Il devient ainsi possible d’esquisser un autre discours sur la recherche en architecture, interrogeant en elle les effets du genre.

7Il faut donc bien dire « je », partir d’un ressenti. J’ai reçu l’éducation habituellement dispensée aux hommes occidentaux et mon point de vue a été construit pour occuper cette position masculine privilégiée. Position qui est aujourd’hui celle d’un chercheur en architecture travaillant dans le domaine des sciences de la conception en France. Aussi, il y a, dans l’expérience même de la construction de ce point de vue et du processus conduisant à certaines attitudes épistémiques dans mon domaine de recherche, quelque chose d’insatisfaisant, de gênant, dont on parle peu, mais qui est le symptôme d’une violence. C’est le second motif de cette exploration :

Malaise dans la virilité

  • 14 Voir : CHU Judy Y. 2014. When Boys Become Boys : Development, Relationships, and Masculinity. New Y (...)
  • 15 Voir : WAY Niobe. 2013. Deep Secrets – Boys Friendships and the Crisis of Connection. Harvard Unive (...)
  • 16 Voir : GILLIGAN Carol & SNIDER Naomi. 2019. Pourquoi le patriarcat ? trad. fr. ROCHE Cécile. Flamma (...)

8Un certain malaise me frappe lorsque je considère la manière dont sont formés nos réflexes épistémiques, la construction de nos argumentations, les manières dont nous nous référons, réfutons, utilisons les textes de notre communauté, n’en citant pas d’autres. Le rôle de chercheur est certes le fruit de tout un apprentissage de règles, de rites, d’automatismes et de valeurs censés favoriser la qualité de la production scientifique. Mais au cours de cet apprentissage, il me semble que quelque chose se forme certes, mais tout en se tordant sous le poids d’un certain éthos masculin : celui d’un comportement linguistique viril. Si pour être chercheur il m’arrive de me conformer à certains comportements — cet article n’y échappe sans doute pas lui-même —, je n’y suis pas pour autant paisible. Aussi, la violence qui s’exerce dans les normes de la recherche en architecture me semble étrangement familière quand je pense à celles qui sont constitutives de l’éducation des garçons : l’intelligence émotionnelle pourtant très vive chez des garçons de quatre ans devient ensuite refoulée dans la construction de la masculinité14 ; l’intimité relationnelle développée lors de l’adolescence est ensuite souvent rejetée au nom d’un devenir homme15 ; la construction de la masculinité accentue souvent la dichotomie corps/esprit et la mise à l’écart de sentiments conduisant à un détachement16. Ces mécanismes genrés ne sont-ils pas recherchés dans les qualités attendues des chercheuses et chercheurs en architecture ? Une forme de violence ne serait-elle pas alors au travail dans les formations épistémiques ? Partant alors d’un point de vue masculin, il semble possible de commencer une critique de la manière dont on apprend à écrire cette recherche architecturale. Le pari de ce texte est de voir si le malaise peut être partagé, pour pouvoir ensuite être remis en cause.

  • 17 En un sens qui pourrait être dit inspiré ou hérité de DESPRET Vinciane & STENGERS Isabelle. 2011. L (...)
  • 18 GARCIA Manon. 2018. On ne nait pas soumise, on le devient. Flammarion, coll. « Climats », p. 236.
  • 19 HOOKS bell. 2021. La volonté de changer : Les hommes, la masculinité et l’amour, trad. fr. TAILLARD (...)

9Tout cela pourrait paraitre bénin, si les effets de ce virilisme n’étaient pas aussi scientifiques. Car cette force, qui forme l’épistémè en le tordant, me semble n’être pas toujours animée d’une pertinence épistémologique. Une tension viriliste, un certain stéréotype du genre masculin déterminerait ainsi nos normes de connaissance de la conception architecturale. Pour l’envisager, il me faut proposer ci-après une traduction du stéréotype au niveau de son implication épistémologique, pour ainsi réfléchir à ce que les masculinités font à la pensée17 de l’architecture, comment elles la marquent d’une certaine manière. Il s’agit de ce que la virilité — quel que soit le genre des personnes qui la performent — fait à l’épistémologie. Avec l’idée que la science s’en trouve biaisée, forcée, tordue… jusqu’à un point limite d’où les chercheurs et chercheuses eux-mêmes pourraient vouloir sortir tant il est aliénant pour eux comme pour l’objectivité scientifique. Il s’agit de rendre compte, depuis une situation particulière, de ce que Manon Garcia désigne comme « la façon dont la domination masculine mine jusqu’à la liberté des hommes eux-mêmes18 ». Mais aussi des « blessures » que le patriarcat inflige aux hommes dans la conquête de leur domination, telles que décrites par bell hooks19. Ce texte entend avant tout ouvrir un espace critique en faisant place à un vécu.

  • 20 À l’image des problèmes que pose la notion de « masculinité toxique » selon HARRINGTON Carol. 2021. (...)

10Précisons que « malaise » et « gêne » ne sont pas ici des termes analytiques ou des concepts scientifiques. Leur portée serait problématique s’il fallait les comprendre comme une manière d’individualiser un problème et d’éviter tout changement structurel20. Ces notions peuvent être comprises comme le volet perceptif d’une attitude face à un problème. Le volet de l’action — révolutionnaire ou quelle que soit sa forme — nécessite un premier moment d’identification du problème. En effet, il me semble que cet éthos viril est d’abord l’objet d’un non-dit. Il faut pouvoir faire parler ces voix étouffées, blessées par l’apprentissage de cet éthos, qui, les rares fois où elles affleurent, sont en décalage avec un système bien établi. Un changement structurel n’est donc pas exclu dès lors que l’on peut reconnaitre, en le verbalisant, que le malaise est partagé. Gêne et malaise supposent sciemment quelque chose de vague parce qu’ils renvoient à un moment pré-verbal de la perception (« ça démange mais on ne sait pas encore bien où »). Ce texte tente de nommer le problème pour pouvoir en sortir, la question de l’action n’est pas son objet principal.

Exemple : étudier virilement le care ? ou le paradoxe dont il faut sortir

11Sans être une démonstration, un exemple soutenant cette intuition peut être donné : l’idée de care, au sens anglo-saxon du courant de réflexion morale sur la sollicitude, s’introduit depuis quelques années dans la conception architecturale et son enseignement. On peut penser qu’une telle approche contribuera à diminuer certaines pratiques virilistes de l’architecture et que c’est une bonne chose. En effet, prôner le soin, l’attention aux territoires, aux habitants, à la possibilité de réparer le déjà-là plutôt que d’en faire table rase, est susceptible de transformer des démarches architecturales en un sens bénéfique.

  • 21 Voir CECCARINI Patrice. 2012. « Ethics of Care au regard de l’Architecture  : le projet architectur (...)

12Mais, de quelle manière parle-t-on du care ? La question se pose à la lecture d’un article scientifique21 qui sert d’exemple parce qu’il rassemble de manière particulièrement saillante des gestes opposés. Il développe une approche du care dans le projet d’architecture. De ce point de vue, il s’accorderait tout à fait avec la remise en cause d’une certaine masculinité virile. Mais c’est au niveau du mode de production épistémique qu’affleure le paradoxe : le care est introduit en décrédibilisant en bloc l’enseignement de l’architecture existant, en rejetant les discours sur le projet architectural développés par le passé, en fustigeant la communauté architecturale, en tournant en dérision la manière dont la discipline se pense elle-même… Il faudra bien, face à cette violence, qu’une gêne puisse s’énoncer. Et c’est à ce niveau épistémologique que le problème se pose, puisqu’il ne suffit pas d’enquêter sur la manière dont s’exerce la conception architecturale et sur les rapports de dominations à l’œuvre dans la pratique du projet. La manière dont s’énonce la connaissance de la conception architecturale en contexte académique forme un problème spécifique.

13Dans ce cadre, la difficulté à sortir du paradoxe consiste à ne pas reproduire le geste viril conquérant en voulant établir une « nouvelle » forme de recherche en architecture. Une certaine dialectique progressiste ou révolutionnaire accepte la violence comme un mal nécessaire au changement, qui détruit ce qui existe pour le supplanter. Peut-on toutefois aussi simplement échapper à la violence dès lors que l’on se pose la question des possibilités alternatives ? Je partirais plutôt du constat d’une multiplicité des manières de faire de la recherche. Nul besoin de détruire ce qui existe déjà. Mais, si certaines de ces manières de faire, associées ici au virilisme, engendrent un malaise et s’il apparait que ce malaise est partagé, alors il n’y a même pas à prôner leur destruction. C’est plutôt sous la forme d’un pas de côté, qu’autre chose peut être tenté, en misant sur le fait qu’échapper au malaise est un mobile suffisant. Il ne suit pas pour autant que cette « autre chose » se réclame d’une nouveauté ou d’un progrès. Des ressources existent déjà. Elles peuvent être trouvées parmi la diversité des attitudes épistémiques qu’elles soient ou non masculines (selon l’idée d’une diversité des masculinités).

Cinq schématismes d’une épistémologie viriliste de l’architecture

  • 22 HEYNEN Hilde. 2007. « L’inscription du genre dans l’architecture » Perspective. Actualité en histoi (...)
  • 23 Étude citée par HEYNEN Hilde. 2007. « L’inscription du genre dans l’architecture » Art. cit.
  • 24 Cf. la recension de plusieurs travaux établie par Heynen, Hilde. 2007. « L’inscription du genre dan (...)
  • 25 Cf. CHADOIN Olivier. 2007. « Construction sociale d’un corps professionnel et féminisation  : le ca (...)
  • 26 Cf. la synthèse de FAULKNER Wendy. 2001. « The technology question in feminism : A view from femini (...)

14Pour explorer ces traits virils des discours savants sur la conception architecturale, je propose une typologie personnelle de schèmes qui a été élaborée par une exploration en deux temps. À défaut d’études portant la question spécifiquement au niveau de l’épistémologie de la conception architecturale, j’ai, dans un premier temps, retenu les caractères communs à ceux déjà repérés par des études sur les traits genrés de l’architecture et de la conception22. À savoir : les hommes architectes sont systématiquement plus sollicités aux jurys académiques pour porter des jugements sur les projets23. La personne joue un rôle clé dans des réseaux de distinction qui ne retiennent qu’un créateur alors que la production d’un édifice est éminemment collective. La conception de bâtiments publics neufs est considérée comme plus importante que d’autres bâtiments ou opérations notamment sur le bâti existant. Des mécanismes d’effacement des sources sont à l’œuvre dans des mouvements architecturaux qui gomment leur généalogie24. Historiquement la profession montre que les hommes exercent l’architecture proportionnellement plutôt en libéral et moins en salariat, qu’ils mènent les activités les plus valorisées par un système de valeurs genrés et patriarcal (commande publique, construction neuve…) délaissant des fonctions supports ou dites « impures » (gestion, conseil, médiation, aménagement intérieur,…)25. On peut ajouter les traits propres à l’imaginaire culturel de la technologie dont l’architecture fait partie : les hommes seraient des concepteurs centrés sur l’artefact plus que sur les personnes et usagers et auraient une approche planificatrice plus que relationnelle ou bricoleuse. Ils sont associés à une technologie « hard », celle des artefacts visibles (machines, usines et fusées) et moins au « soft » du quotidien26. De plus, le chantier incarne un lieu identifié comme masculin : d’une matérialité risquée et de la confrontation avec les acteurs du bâtiment.

15Cela permettait dans un second temps de poser la question de ce que ces traits genrés signifient à un niveau épistémologique. Ce qui suit ne s’appuie donc plus sur des sources, mais est une proposition d’hypothèses exploratoires qui traduisent ces traits, non plus au niveau de la pratique architecturale elle-même, mais au niveau de la production de discours savants à son sujet. Il s’agissait, aidé des résultats de ces études, de s’arrêter sur ces brefs instants vécus où la virilité produit un malaise dans la recherche, d’être attentif à ces moments d’hésitation trop vite étouffés. Amplifier ces micro-perceptions en les généralisant permettait d’imaginer leur portée. De cette exploration j’ai tiré cinq schèmes comportementaux :

  1. le conquérant,

  2. l’individualiste,

  3. le point de vue invisible,

  4. le dur et solide,

  5. la singularité irréductible.

16Ces schèmes d’une épistémologie viriliste s’appliquent de manière variable et partielle aux différentes portions du champ scientifique de l’architecture. D’autres schèmes pourraient sans doute être identifiés. Ils se recoupent d’ailleurs parfois en partie ou sont, en tout cas, en relation. Ils pourraient également faire l’objet d’une subdivision plus fine, distinguant dans un schème deux comportements différents. Cette courte liste appelle à un travail ultérieur d’élucidation conceptuelle. Les schèmes sont rassemblés ici dans une forme typique, donc exagérée pour exprimer ce qu’il en coute aux sciences de la conception. L’exagération entend aussi porter le malaise au-delà d’un seuil perceptif où les problèmes épistémologiques deviennent saillants. Ils pourront ainsi servir d’hypothèses pour des travaux ultérieurs. Ce sont, en ce sens, des fictions théoriques enracinées dans l’expérience genrée. Je tenterai à la suite d’indiquer quelques pistes pour de possibles pas de côtés qui m’apparaissent, depuis ma position, émancipateurs.

Une épistémologie conquérante (schème A)

17Selon cette figure typique exagérée, la création de nouvelles théories de la conception est une norme l’emportant largement sur la possibilité inverse de composer avec les théories et travaux de recherche déjà-là. Au-delà des batailles rangées armées de références et de non-citations excluantes, les discours savants entretiennent un rapport privilégié à la construction neuve. Il me semble que les textes de recherches existants sont avant tout jugés, scrutés d’un regard extérieur, objectifiés, pour y déceler des défauts. Cela justifie dans son propre travail de recherche de recommencer à neuf. Être dans l’opposition fait exister. L’intérêt des recherches sur la conception architecturale semble se mesurer aux nouveaux territoires ouverts et parcourus. Cela provoque une fuite en avant motivée par l’horizon de terres nouvelles : on ne se pose jamais trop sérieusement la question de savoir si, parmi les terres déjà défrichées, certaines seraient fertiles pour déployer son questionnement. On ne s’attarde jamais trop à la même place. Découvrir est plus important que comprendre. La norme exigeante qui en découle pèse sur les chercheurs comme une obligation de performance. Elle ne manque pas de fabriquer des syndromes de l’imposteur chez tous les doctorants et doctorantes aspirant à une certaine honnêteté intellectuelle.

18Une conséquence dans cette spéculation est, selon moi, que la reproductibilité des résultats de ces recherches scientifiques reste un principe vide dont peuvent se bercer les chercheurs et les chercheuses puisque personne ne s’attèle à un tel travail de vérification. Il faudrait pour cela travailler des univers textuels anciens et déjà défrichés. Chacun peut sans trop de mal vanter la reproductibilité des résultats qu’il a obtenus, car le risque que la reproduction soit effectivement mise en œuvre est quasi nul. Les textes s’élèvent ainsi dans la tour d’ivoire d’une cité scientifique que rien ne distingue d’un village de Potemkine.

Pour faire un pas de côté…

  • 27 TIERCELIN Claudine. 2014-2015. La connaissance pratique in cours au Collège de France : http://www. (...)

19Une échappatoire serait d’arrêter de se positionner en situation extérieure et de se mettre à utiliser les textes existants, à faire fonctionner les modèles et théories de la conception déjà élaborés plutôt que de surajouter un énième modèle qui ne sera utilisé par personne… quitte à perfectionner le modèle à l’aune d’une nouvelle utilisation. Une telle critique (par l’utilisation), opérant de l’intérieur, pourrait être bien plus fertile qu’une critique externe. Des ressources pourraient sans doute être trouvées dans le cours que Claudine Tiercelin donna sur la connaissance pratique27. La pratique de la recherche scientifique et ses vertus épistémiques seraient à penser à l’articulation de savoirs propositionnels et de savoir-faire sans réduire les uns aux autres. En ce cas, refaire une expérience ou reprendre le fil d’un raisonnement relèverait d’un savoir-faire plus pertinent que de juger simplement de leurs résultats en scrutant de l’extérieur les propositions énoncées par d’autres chercheurs et chercheuses.

Une épistémologie individualiste (schème B)

20Selon cette figure typique exagérée, chacun réinvente la roue de la conception architecturale de son côté. Il y aurait, dans cette caricature, autant de nouvelles théories de la conception que de chercheurs et chercheuses en sciences de la conception. Personne ne prend alors soin de réparer les théories. S’occuper des théories déjà existantes est jugé indigne. S’y livrer apporte trop peu de reconnaissance.

21Par voie de conséquence, il me semble que les normes de validité des connaissances produites ne peuvent plus être partagées ; chacun applique à soi-même sa propre normativité épistémique. Certes comme il faut bien appuyer sa légitimité sur l’autorité des quelques sources fameuses, les chercheurs et chercheuses citent ici et là Karl Popper, Gaston Bachelard, Thomas Kuhn… extraites en fragments partiels, de provenance lointaine puis combinées à loisir, ces citations s’adaptent à toutes les intentions possibles, sans trop modifier le travail de recherche.

22Sous cette exagération typique, il me semble que la recherche sur la conception architecturale n’est pas d’abord un travail collectif impersonnel, mais un travail d’individus dont on retiendra les noms de quelques chercheurs et chercheuses quand bien même ils n’auraient pas été seuls. Ainsi, l’indignation que suscitent d’éventuelles « chapelles » ou « écoles » dans la recherche en architecture est inversement proportionnelle au risque de les voir réellement exister. Cette répulsion, du point de vue d’une psychanalyse de la connaissance objective bachelardienne, signifie en négatif la survalorisation des individus isolés. La productivité scientifique rendue possible par un collectif de chercheurs et de chercheuses est empêchée tant que chacun et chacune s’imaginent être un paradigme autodidacte ; maitre d’une région de la connaissance non partagée.

Pour faire un pas de côté…

23Une échappatoire serait d’arrêter de présupposer sa supériorité individuelle sur le groupe, d’engager un travail collectif, de construire des espaces d’intimité collective. En se libérant de l’injonction à la performance individuelle, il devrait être possible d’admettre enfin la possibilité de s’appuyer sur les textes des autres avant de chercher à s’en démarquer. Il s’agirait finalement de s’engager dans un travail de care épistémologique visant à prendre soin du travail des autres scientifiques, à le perfectionner pour le pousser un peu plus loin... voire, pour reprendre la métaphore architecturale, à réhabiliter et rénover des savoirs anciens.

  • 28 SCHMID Anne-Françoise & MAMBRINI-DOUDET Muriel. 2019. Épistémologie générique. Manuel pour les scie (...)

24Des ressources pourraient être trouvées dans le « principe de générosité » formulé par Anne-Françoise Schmid ; cherchant à acter la multiplicité des disciplines et des philosophies sans que cela soit uniquement l’effet pervers du choix de l’une d’elles. L’idée est alors de construire des techniques de passage d’une posture à une autre, pour que le pot commun des sciences et des philosophies puisse se partager sans logique de propriétaires28.

Une épistémologie invisibilisant les points de vue (schème C)

25Selon cette figure typique exagérée, le point de vue propre du chercheur ou de la chercheuse n’est pas explicité comme tel, mais pris comme naturel. Comme si le cadre d’analyse n’était pas construit, comme si c’était le seul cadre possible, comme si ce cadre était hégémonique. Ainsi, la multiplicité des langages théoriques parlant d’un même sujet est niée. La conception architecturale prise comme terrain de recherche conduit pourtant, il me semble, à des résultats différents selon qu’elle est étudiée d’un point de vue internaliste (Dominique Raynaud) ou externaliste (Michel Callon), avec le modèle C-K (Armand Hatchuel et Benoït Weil) ou avec le modèle FBS (John Gero)… mais la transparence n’étant pas faite sur ces cadres de lecture, ces différences sont rapidement prises pour des contradictions. Puis, par glissement, on est conduit au besoin de juger, de décider du vrai du faux, c’est-à-dire en général d’imposer son point de vue. Les controverses scientifiques tendent alors à n’être que des polémiques. Le discours scientifique me semble alors confondre l’objet empirique et l’objet scientifique : n’envisageant pas que plusieurs objets scientifiques puissent être construits pour parler d’un même objet empirique, le chercheur et la chercheuse se mettent à parler directement du réel sans s’apercevoir qu’ils en parlent dans un langage et que ce langage est particulier. Dans cette perspective, le langage de la recherche est, selon moi, pensé comme force-neutre. Il s’impose en se soustrayant à la possibilité même de la critique. Le point de vue voudrait se faire passer pour la norme. Rendu implicite, il s’impose comme un primat sur le point de vue de l’autre.

Pour faire un pas de côté…

26Une échappatoire consisterait à ralentir l’empressement qui conduit à asséner des résultats, pour prendre le temps d’expliciter à soi-même et aux les autres le point de vue, le cadre conceptuel qui les produit. Et, par cette attention, laisser la possibilité à d’autres points de vue d’avoir le même objet. Il s’agirait alors d’un principe de force-faible, d’une élaboration de connaissances scientifiques qui soit d’autant plus fiable et pertinente qu’elle s’autorise ouvertement à dialoguer avec des connaissances contradictoires en respectant l’existence en droit d’autres discours. Sandra Harding pose que :

  • 29 « Le fait que les sujets de la connaissance soient incarnés et situés socialement implique qu’ils n (...)

the fact that subjects of knowledge are embodied and socially located has the consequence that they are not fundamentally different from objects of knowledge. We should assume causal symmetry in the sense that the same kinds of social forces that shape objects of knowledge also shape (but do not determine) knowers and their scientific projects29.

27Si en tant que chercheurs et chercheuses l’objectif est de faire la lumière sur la conception architecturale et ce qui détermine les activités des architectes, cette symétrie montre la ressource qu’il y a à faire la lumière sur les outils d’analyse, toujours particuliers, avec lesquels l’éclairage est produit.

Une épistémologie dure et impénétrable (schème D)

28Selon cette figure typique exagérée, la fiabilité attendue des connaissances scientifiques de la conception architecturale est pensée en termes de solidité et de permanence. La scientificité, sans doute en partie parce qu’elle est une exigence assez nouvelle dans un domaine artistique comme l’architecture, se nimbe d’une aura dont il faut — pour pouvoir dire qu’on y est — redoubler dans le sérieux et la rigidité. J’ai l’impression qu’elle s’exprime alors de deux manières au moins. D’une part, et à l’inverse de l’invisibilisation du point de vue, ces manières apparaissent parfois lorsqu’un chercheur ou une chercheuse commence à vouloir justifier le choix de son cadre d’analyse au point de remonter dans les justifications de justifications qui finissent par construire un bloc indéboulonnable autour de quelques maigres résultats. D’autre part, il existe une sorte de respect convenu et surjoué par lequel les chercheurs et chercheuses ne s’autorisent pas à discuter des travaux de leurs pairs, n’étant pas spécialistes de leur domaine. Implicitement, ils souhaitent surtout que ces derniers ne s’aventurent pas à débattre de leur propre domaine. La solidité des discours devient une imperméabilité, un édifice étanche. Ce faisant une obscurité s’insèrerait au cœur de la recherche elle-même. Ne pouvant se saisir des résultats de ses pairs en vertu d’une frontière indépassable, l’application de principes vérificationnistes ou de falsifiabilité est rendue impossible.

Pour faire un pas de côté…

  • 30 HARAWAY Donna. 2020. Vivre avec le trouble trad. fr. GARCIA Vivien. Les éditions des mondes à faire (...)
  • 31 Sur l’articulation entre vulnérabilité, émotion et rationalité de la recherche, voir le texte paru (...)
  • 32 Merci au relecteur ou à la relectrice anonyme pour avoir suggéré cette réflexion.

29Une échappatoire serait d’arrêter de survaloriser la notion de scientificité et d’accepter de la définir comme fragilité. Le trouble qui en découle devient alors le quotidien du travail de recherche : théoriser avec le trouble, faire de la science avec le trouble, pourrait-on dire en allant chercher des ressources dans le travail de Donna Haraway. Il s’agirait alors de faire une science qui ne postule pas une base, un socle propre et stable sur lequel s’installer30. Les connaissances scientifiques de la conception architecturale posséderaient alors une plasticité telle qu’elles soient vulnérables31, sensibles à des remaniements ultérieurs. Une telle souplesse ouvrirait un espace plus facilement accessible à la prise de parole au lieu de renforcer les syndromes de l’imposteur des minoritaires et minorés32.

Une épistémologie de la singularité irréductible (schème E)

  • 33 Sans doute est-elle réductrice, mais entre réduction et réductionnisme, il y a une distinction qui (...)

30Selon cette figure typique exagérée, les objets conçus et les processus de conception des architectes passent pour être radicalement singuliers. De là, des chercheurs et chercheuses en concluent à leur incomparabilité systématique, mais aussi à l’impossibilité de toute généralité dans la connaissance de la conception architecturale. La généralité passe pour être réductionniste33 : elle nierait la singularité irréductible des individualités au sujet desquelles une recherche est menée. De cette surdifférenciation, Kant disait — croyant la voir dans sa lecture de Herder — qu’elle conduisait in fine à l’impossibilité de penser. Étant radicale, elle conduit à l’impossibilité de prédiquer un sujet particulier sous un terme général concernant un collectif d’entités. Mais qu’est-ce qui impose de penser que réduire un phénomène de conception par sa traduction dans une modélisation signifie que d’autres modélisations ne lui sont pas applicables ? Ni qu’aucune discussion entre différentes manières de modéliser n’est possible ? Ni qu’aucun nouveau modèle ne peut être élaboré ? En somme, il me semble que l’argument de la singularité irréductible confond ce qui est dit de la réalité, avec la réalité elle-même et recoupe ainsi le schème C d’une épistémologie invisibilisant les points de vue.

31Une conséquence dans cette spéculation est, selon moi, que les chercheurs et chercheuses sont conduits à généraliser la spécificité — plutôt que d’envisager une généralité spécifique. Toute tentative de généraliser étant jugée a priori impossible parce que réduisant abusivement la réalité, elle est systématiquement rejetée. De ce fait, les chercheurs et chercheuses s’empêchent d’envisager qu’une généralité puisse opérer à partir de points de vue particuliers et de leurs langages théoriques spécifiques ; au sens où il n’y aurait de généralités qu’au sein de ces cadres. Une des conséquences est le rejet des formes de scientificités classiques (objectivité, contrôle des biais, analyse,…) au profit d’une survalorisation de la singularité. Cette survalorisation conclut a priori à l’inadéquation des cadres épistémologiques élaborés ailleurs qu’en architecture. Cela induit un régionalisme épistémologique qui de concert avec le schème individualiste décrit au schème B restreint les régions à autant d’individus. Mais à la différence du schème B, individualiste, qui agit comme un rapport de distinction entre individus chercheurs et chercheuses, ce schème E agit au niveau de la manière dont ils considèrent leurs objets d’étude.

Pour faire un pas de côté…

  • 34 STENGERS Isabelle. 1991. « Le pouvoir des concepts » in Les concepts scientifiques. Invention et po (...)

32Une échappatoire serait d’arrêter de toujours commencer par le spécifique, par ce qui distingue pour commencer par ce qui est commun, ce qui est en partage et regroupe pour, ainsi, produire du comparable. Ce procédé doit s’accompagner du principe évoqué précédemment d’explicitation des points de vue, au risque de retomber dans la domination. Ainsi, produire du comparable ne signifie pas homogénéiser. Une fois la possibilité de la généralité admise, des différences peuvent voir le jour. Elles ont d’autant plus de sens qu’elles diffèrent par rapport à un point de référence commun. La réflexion d’Isabelle Stengers concernant les concepts scientifiques peut être une ressource intéressante. Elle montre que si les concepts scientifiques autorisent une généralisation et permettent de s’extraire de la diversité singulière du réel, ils ne sont pas pour autant nécessaires : leur apparition est un évènement historique. En distinguant la généralisation conceptuelle du pouvoir de juger que certains individus en tirent, elle indique une situation dans laquelle « si certaines généralisations sont possibles, aucun [récit] ne pourra prétendre autoriser un jugement qui fasse l’économie du même type d’enquête pour d’autres cas34 ».

                                                     * * *

33Ces schèmes rassemblent un certain nombre de traits discursifs épistémiquement dérangeants. Rencontrés auparavant ici et là, ils semblaient trop épars pour y prêter vraiment attention. Ils étaient trop fragmentés pour se prêter à une explication. L’intérêt de cette lecture au prisme du genre est qu’elle donne soudain cohérence à un ensemble de difficultés épistémologiques qui, sans cela, semblaient dispersées et sans liens. Le stéréotype viril les rassemble et les articule, suggérant qu’elles ne sont ni fortuites ni anodines. En faisant système, les schèmes témoignent qu’un problème plus structurel serait à l’œuvre, ordonnant des micro-perceptions, et des doutes vites cachés, en une question signifiante.

34Ces schèmes sont aussi discutables : en particulier, au schème E, la critique d’une spécificité généralisée au nom d’une généralité spécifique me semble nécessiter un examen plus approfondi. L’imposition d’une généralité n’est-elle pas un trait saillant d’une domination masculine de la nature ? Est-ce suffisant d’adjoindre à cette généralité une condition d’application spécifique pour en annuler la violence ? À l’inverse la spécificité généralisée conduit-elle nécessairement à l’impossibilité d’un discours scientifique ? Un questionnement des normes viriles de nos discours savants serait ainsi une source de réflexion épistémologique fertile.

La question de la spécificité architecturale

35Ces considérations sont-elles spécifiques à une épistémologie de la conception architecturale ou s’appliquent-elles de manière plus générale à d’autres régions scientifiques ? La position que je souhaite défendre est celle qui dérive d’un point de vue situé dans un champ de recherche particulier : si généraliser a priori peut paraitre tentant, c’est justement sur le caractère préjudiciable d’un tel réflexe que je voudrai pouvoir rester attentif. On pourra alors penser que ces limites épistémologiques sont contingentes au domaine des sciences de la conception et de l’architecture. Je propose pour construire une objection potentielle de considérer trois sortes d’arguments — psychologique, ontologique et culturel — qui pourraient sous-tendre l’idée contradictoire d’une nécessité de ces schèmes virilistes dans le champ des connaissances de l’architecture : des motifs ontologiques expliqueraient, par exemple, la présence de comportements discursifs virils dans la recherche en architecture. Mais plutôt que de se tenir à l’extérieur de ces trois positions argumentatives pour les réfuter, c’est en explicitant leur construction, et envisageant ainsi leur défaillance, que la nécessité de ces normes épistémologiques peut apparaitre contestable. En cela, les limites virilistes à cette épistémologie ne seraient pas une fatalité.

L’argument psychologique : le parallélisme architecte/chercheur en architecture

36Parce que formés à l’architecture, les chercheurs et chercheuses en architecture auraient acquis certains traits psychologiques propres à l’architecte agissant jusque dans son comportement discursif savant. Cet argument est particulièrement valide lorsqu’il repose sur une certaine figure d’architecte dont Le Corbusier, cité en exergue, joue un rôle clé dans les représentations collectives. La figure de ce type imaginaire d’architecte est celle d’un homme faisant table rase du passé pour inventer, seul et sans aide, une forme originale qu’il édifie ensuite, moyennant l’aide d’auxiliaires anonymes qui sont plutôt, lors du chantier en particulier, des opposants au projet lui mettant des bâtons dans les roues. Malgré l’adversité il parvient à ériger des monuments qui résisteront au temps par leur solidité. Dans sa généralité, l’argument concerne l’ensemble des schèmes.

37Les chercheurs et chercheuses en architecture seraient-ils contraints à une posture d’architecte dans leur travail de recherche ? Si cet argument vaut, alors il faut envisager que les transformations des figures d’architectes et des imaginaires qu’elles peuplent ont des effets sur l’épistémologie de la conception architecturale. Or, on sait que d’autres figures d’architectes se développent et importent de plus en plus dans les représentations sociales de l’architecture : l’importance de faire avec l’existant, des opérations de réhabilitations, de rénovations et des projets participatifs, mais aussi des architectes qui exercent des activités d’assistance à la maitrise d’ouvrage (AMO) et d’accompagnement, s’accroit. Toutes ces nouvelles manières d’être architectes devraient conduire à terme à un renouvellement qui — selon l’hypothèse d’un parallélisme architecte/scientifique — conduirait aussi au renouvellement des discours savants en architecture.

L’argument ontologique : la conformité de l’étude de la conception à son objet

38La singularité de l’objet architectural déterminerait la singularité de la connaissance des objets architecturaux. Un édifice est en général spécifique, situé dans un site lui-même singulier auquel il répond et soumis à un assemblage de contraintes particulières et locales. Son élaboration nécessite un travail de conception chaque fois recommencé. De cela, il découlerait que les sciences de la conception héritent des propriétés de l’objet dont elles cherchent à rendre compte. Chaque théorie serait aussi unique que son objet, non transposable. Aucun énoncé ne pourrait prétendre avoir de valeur générale ni servir ailleurs à quelque autre chercheur. Cet argument concerne ainsi principalement le schème E d’une épistémologie de la singularité irréductible.

39Est-on pourtant contraint d’identifier la conception à la science de la conception ? Si quelque chose les sépare, c’est ce qu’il faut appeler une « distance épistémologique », soit ce qui peut distinguer l’objet du discours, du discours sur l’objet. Et partant d’un tel écart, il est possible de voir que les objectifs des activités de conception et des sciences de la conception se distinguent également (produire des transformations spatiales / produire des discours scientifiques au sujet de ces transformations). De même, les normes qui s’appliquent à une activité pourraient être différenciées de celles qui s’appliquent à l’autre. Dans ce cas, une telle distance n’est pas une abstraction, au sens d’une manière d’éviter ou de désincarner les points de vue. Elle est, au contraire, une manière de mieux situer les points de vue en différenciant celui des concepteurs et conceptrices de ceux des chercheurs et chercheuses.

40La critique par la distance épistémologique renforce ainsi la critique du premier argument psychologique : si un détachement des enjeux et des normes des deux activités est possible, alors les représentations des figures des architectes peuvent changer dans l’imaginaire de la profession sans que l’épistémologie soit elle-même conduite à changer… et réciproquement. Il n’y a donc aucune raison d’attendre. Les changements à opérer dans les sciences de la conception devraient pouvoir être discutés de manière indépendante de l’architecture et des architectes.

L’argument culturel : un patrimoine matériel et artistique

  • 35 J’entends parfois dans les écoles d’architecture parler de « voir un concept » ou de « juger un con (...)

41La culture architecturale est le fruit d’une histoire dont l’héritage le plus visible est celui qui reste dans la pierre. L’architecture se juge alors sur pièce, quelles que soient les idées ou les méthodes : l’architecture vaut par les architectures qu’elle produit. Ainsi, l’édification matérielle, le chantier, la construction forment une finalité qui conduit à une survalorisation du concret sur l’abstrait. Dans cette hiérarchie des valeurs se logerait une difficulté à conceptualiser, à subsumer plusieurs réalités matérielles sous un concept plus général. La pensée serait au même niveau que la matière35. Cet argument concerne ainsi d’abord les schèmes C (invisibilisation des points de vue) et E (singularité irréductible). L’histoire veut également que l’architecture ait fait partie des beaux-arts, en France et dans de nombreux pays d’Europe. Cet héritage, bien qu’il ne soit pas toujours assumé, resterait présent sous la forme d’une culture de la distinction au moyen d’œuvres d’auteurs. Il conduirait les chercheurs à penser leurs travaux de recherches comme des œuvres leur permettant de se distinguer dans un champ concurrentiel. Ici les schèmes A (conquérant) et B (individualiste) se trouvent alors aussi concernés.

  • 36 BESSIERE Céline & GOLLAC Sibylle. 2020. Le genre du capital : Comment la famille reproduit les inég (...)
  • 37 KAHN Louis. 1996. Silence et lumière, trad. fr. BELLAIGUE Mathilde & DEVILLERS Christian. Éditions (...)

42La question de l’œuvre et de la matérialité recoupe en architecture des questions de patrimoine. Du point de vue du genre, cela renvoie à des transmissions patrilinéaires ; le patrimoine immobilier est le plus souvent transmis aux hommes36. De même que le patronyme marque en occident les continuités père/enfants, les œuvres architecturales porteraient la marque de leurs auteurs sans qu’il soit besoin d’expliquer les continuités avec leurs créateurs virils par le discours. « Silence et lumière » disait Louis Kahn37, la matière se passe de mots. Cette culture architecturale justifierait un certain rapport au langage et au non-dit ; à l’absence d’explicitation des cadres discursifs et des points de vue, à une présence qui devrait s’imposer par sa solidité ou sa singularité.

  • 38 FAULKNER Wendy. 2001. « The technology question in feminism : A view from feminist technology studi (...)

43Cet argument renvoie en un sens à l’argument psychologique de la formation architecturale des chercheurs. Mais il lui donne une force accrue en assujettissant les comportements épistémiques à un phénomène de reproduction sociale ou d’habitus culturel. C’est aussi un argument diffus, qui n’autorise pas une explication formelle, mais seulement une tendance. Ses effets réels me semblent difficilement contrôlables et limitent la portée de cet argument et on pourrait leur opposer de multiples positionnements d’architectes rejetant le titre d’artiste, se revendiquant intellectuels, ou autre… Pourtant ce jeu de discours, d’une part rejoue toujours le jeu de la performance distinctive genrée (dans ce cas la volonté d’une marque persisterait justement dans la différenciation) ; et d’autre part, en tant que discours, ils ne sont pas les indices transparents des pratiques et représentations effectives (le positionnement intellectualiste peut très bien être pensé comme devant se refléter dans la matière) ; enfin, puisque l’argument s’ancre dans la sphère culturelle, il faut donc remarquer que la science y appartient aussi de fait et que les cultures (architecturale, scientifique, artistique,…) ne sont pas étanches. Ainsi, l’acculturation à des pratiques scientifiques effectives ne saurait constituer une thérapeutique garantie. En effet, les politiques actuelles de financement et de gestion de la recherche accentuent les dynamiques concurrentielles dans ce domaine aussi. Les normativités genrées font système. Les études des technologies insistent sur une interaction, une coproduction entre la société dans laquelle un artefact est produit et la codification genrée que cet artefact détermine en retour38. Les chercheurs et chercheuses dans les sciences de l’architecture sont pris dans une interaction avec une certaine culture scientifique plus générale.

  • 39 Le doctorat en architecture en France est créé par le décret n° 2005-734 du 30 juin 2005.

44Ainsi, les facteurs déterminants de ces comportements épistémiques sont multiples. Ils se mêlent parfois de manière curieuse. Les tenants de la recherche architecturale et de la recherche sur la conception se réclament souvent d’une spécificité (le projet, la complexité, la matérialité, la poétique,…) à partir de laquelle ils revendiquent le droit à une différence épistémologique (d’où un régionalisme). Certes, il y a là une manière de résister à la mise au pas d’une recherche en architecture à qui l’on demande de se régler sur des normes universitaires. Car l’application des standards et critères internationaux d’évaluation de la recherche force l’architecture, mais aussi les disciplines artistiques et de design, à jouer le jeu des doctorats39 et autres productions mesurables pour devenir visibles dans les classements académiques compétitifs. S’il est sain de questionner ses processus de normalisation, il serait tout aussi pertinent de s’interroger sur les spécificités au nom desquelles y résister, sur l’héritage que véhiculent ses spécificités et les valeurs qu’elles favorisent.

Ouverture, fragmentation, reprise de la question

45J’ai tenté d’indiquer en quoi une certaine virilité a un cout pour la recherche en architecture. Si l’on s’accorde sur le fait que ce cout est trop élevé, il devient opportun de s’en dégager, et cela dans un but au moins épistémologique : pour la qualité de la recherche.

  • 40 SCHMID Anne-Françoise. 2016. « Libérer épistémologiquement le féminisme » in After the ”Speculative (...)
  • 41 Ibid., p. 52-57.

46Une question accompagne néanmoins l’écriture de ce texte : ces schèmes sont-ils finalement si masculins que ce qu’on a laissé penser jusqu’ici ? Sont-ils liés à des traits performés dans des socialisations masculines ? Répondre en refermant le système — en voulant avoir raison — semble inopportun. Une réponse indirecte m’est suggérée par la philosophe des sciences Anne-Françoise Schmid : il s’agirait de traiter ces schèmes comme des variables « sans leur donner une identité, ne plus en faire des relations continues et réversibles entre différences et identités40 ». Et ainsi, échapper à l’attrait éventuel d’une logique de la surdétermination qui pense une science à laquelle on devrait ajouter des traits compris comme féminins pour la rendre plus inclusive ou à laquelle des traits masculins, déjà surajoutés, devraient être soustraits. Mais procéder plutôt à une sous-détermination à partir d’ingrédients épistémologiques, de telle manière que l’on puisse construire à un niveau partiel, fragmentaire des ingrédients qui « nous » importent en sciences en se libérant d’une fidélité au genre41. Qu’importe, en dernière instance, si ces traits comportementaux ne sont pas reconnus comme masculins. Tant mieux en un certain sens, si les masculinités peuvent se ré-ouvrir et se redéployer en dehors de stéréotypes.

47En ce cas, ces schèmes servent d’hypothèses. Ces dernières importent si elles permettent d’ouvrir à l’inconnu vivifiant, à une étrangeté dans la norme. Ces hypothèses seraient pour moi le point de départ d’une enquête plus « objective » pour voir ce qui peut se partager au sens de la construction du point de vue collectif conceptualisé par Sandra Harding. Elles pourront être mises en jeu dans d’autres enquêtes, il ne m’appartient pas d’en présager. Il fallait d’abord les énoncer, les rendre disponibles.

Haut de page

Bibliographie

AYOUTI Thomas. 2022. « Présence des émotions, vulnérabilité critique » MuseMedusa 10 : https://musemedusa.com/dossier-10/presence-des-emotions-vulnerabilite-critique/

BECHEMIN Audrey. 2019. La place du genre au sein du processus de féminisation du domaine de l’architecture. Un regard sur les enseignantes de projet et sur la population étudiante. Mémoire de postmaster. Paris : Hesam Université & ENSA La Villette.

BESSIÈRE Céline & GOLLAC Sibylle. 2020. Le genre du capital : Comment la famille reproduit les inégalités. La Découverte, coll. « L’envers des faits ».

CECCARINI Patrice. 2012. « Ethics of Care au regard de l’Architecture  : le projet architectural comme projet réparateur, soignant et thérapeutique » Spécificités 5(1) : p. 57‑76.

CHADOIN Olivier. 2007. « Construction sociale d’un corps professionnel et féminisation  : le cas du métier d’architecte au tournant des années 90 » Interrogations ? 5 : https://www.revue-interrogations.org/construction-sociale-d-un-corps.

CHU Judy Y. 2014. When Boys Become Boys: Development, Relationships, and Masculinity. New York University Press.

DADOUR Stéphanie (dir.). 2018. « L’architecture, une question de féminisme » D’architectures 268 : 71-95.

DE LA BELLACASA María Puig. 2014. Les savoirs situés de Sandra Harding et Donna Haraway. Science et épistémologies féministes. L’Harmattan, coll. « Ouverture Philosophique ».

DENÈFLE Sylvette (éd.). 2013. Femmes et villes. Presses universitaires François-Rabelais.

DESCOUTURES Virginie, VARIKAS Eleni, CHABAUD-RYCHTER Danielle & DEVREUX Anne-Marie. 2010. Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques de Max Weber à Bruno Latour. La Découverte.

DESPRET Vinciane & STENGERS Isabelle. 2011. Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ?. La Découverte, coll. « Les empêcheurs de tourner en rond ».

FAULKNER Wendy. 2001. « The technology question in feminism: A view from feminist technology studies » Women’s Studies International Forum 24-1: 7995.

GARCIA Manon. 2018. On ne nait pas soumise, on le devient. Flammarion, coll. « Climats ».

GILLIGAN Carol & SNIDER Naomi. 2019. Pourquoi le patriarcat ? trad. fr. ROCHE Cécile. Flammarion.

HARAWAY Donna. 1988. « Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective » Feminist Studies 14(3): 575599.

HARAWAY Donna. 2020. Vivre avec le trouble trad. fr. GARCIA Vivien. Les éditions des mondes à faire.

HARDING Sandra. 1992. « Rethinking Standpoint Epistemology: What Is “Strong Objectivity”? » in Feminist Epistemologies, ALCOFF Linda & POTTER Elizabeth (éd.). Routledge: 4982.

HARRINGTON Carol. 2021. « What is “Toxic Masculinity” and Why Does it Matter? » Men and Masculinities 24(2) : 345-352.

HEYNEN Hilde. 2007. « L’inscription du genre dans l’architecture » Perspective. Actualité en histoire de l’art 4 : 693‑708.

HOOKS bell. 2021. La volonté de changer : Les hommes, la masculinité et l’amour, trad. fr. TAILLARD Alex. Editions Divergences.

KAHN Louis. 1996. Silence et lumière, trad. fr. BELLAIGUE Mathilde & DEVILLERS Christian. Éditions du Linteau.

LAPEYRE Nathalie. 2004. « Les femmes architectes  : entre créativité et gestion de la quotidienneté » Empan, 53(1) : 48‑55.

LE DOEUFF Michèle. 1998. Le sexe du savoir. Aubier, coll. « Alto ».

MILOVANOVIC Julie & GERO John S. Avril 2019. « Exploration of gender diversity effects on design team dynamics » Proceedings of the 2nd SIG conference, 23-24 avril 2019. Human Behavior in Design.

SCHMID Anne-Françoise. 2016. « Libérer épistémologiquement le féminisme » in After the ”Speculative Turn”: Realism, Philosophy, and Feminism, KOLOZOVA Katerina, JOY Eilen A. & WOODARD Ben (éd.). Punctum Books : 39-57.

SCHMID Anne-Françoise & MAMBRINI-DOUDET Muriel. 2019. Épistémologie générique. Manuel pour les sciences futures. Kimé, coll. « Philosophie en cours ».

STENGERS Isabelle. 1991. « Le pouvoir des concepts » in Les concepts scientifiques. Invention et pouvoir, STENGERS Isabelle & SCHLANGER Judith (éd.). Gallimard, coll. « folio essais » : 29‑66.

TIERCELIN Claudine. 2013-2014. Métaphysique des espèces naturelles (suite et fin) in Cours au Collège de France : https://www.college-de-france.fr/site/claudine-tiercelin/course-2013-2014.htm.

TIERCELIN Claudine. 2014-2015. La connaissance pratique in cours au Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/claudine-tiercelin/course-2014-2015.htm.

WAJCMAN Judy. 2010. « Feminist theories of technology » Cambridge Journal of Economics 34(1) : 143152.

WAY Niobe. 2013. Deep Secrets – Boys Friendships and the Crisis of Connection. Harvard University Press.

Haut de page

Notes

1 LE CORBUSIER. 1925 [1923]. Vers une architecture. In Éditions C. Grès et Cie, p. VI.

2 CANGUILHEM Georges. 2002 [1968]. « Thérapeutique, expérimentation, responsabilité » Études d’histoire et de philosophie des sciences, concernant la vie et le vivant. Librairie Philosophique J. Vrin : 383-391, p. 389.

3 Dans la continuité d’un « tournant spatial » (voir le numéro spécial des cahiers du CEDREF. 2014. « Le tournant spatial dans les études genre » : https://journals.openedition.org/cedref/838, consulté le 11/09/2020), les recherches sur la ville ont intégré cette dimension (voir par exemple DENÈFLE Sylvette (éd.). 2013. Femmes et villes. Presses universitaires François-Rabelais). Le domaine de l’architecture suit logiquement cette direction tout en posant des problèmes spécifiques. Voir par exemple la journée d’étude « Recherches sur les mobilisations et les pratiques féministes de réappropriation des espaces architecturaux et urbains » en 2018 à l’ENSA de Montpellier (https://umrausser.hypotheses.org/6675, consulté le 11/09/202) ; le colloque « Dynamiques de genre et métiers de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage » organisé par le réseau RAMAU en février 2021 (https://www.ramau.archi.fr/spip.php ?breve864, consulté le 04/07/2020) ou encore le dossier coordonné par la chercheuse Stéphanie Dadour (DADOUR Stéphanie (dir.). 2018. « L’architecture, une question de féminisme » D’architectures 268 : 71-95) et son entretien dans un média de grande audience (https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/06/08/stephanie-dadour-les-etudiantes-en-architecture-sont-demandeuses-de-modeles-de-femmes-reconnues-par-la-profession_6042102_3246.html, consulté le 22/07/2020).

4 Cf. BECHEMIN Audrey. 2019. La place du genre au sein du processus de féminisation du domaine de l’architecture. Un regard sur les enseignantes de projet et sur la population étudiante. Mémoire de postmaster. Paris : Hesam Université & ENSA La Villette, poursuivi en thèse (https://pave.hypotheses.org/audrey-bechemin, consulté le 04/07/2020).

5 MILOVANOVIC Julie & GERO John S. 2019. « Exploration of gender diversity effects on design team dynamics » Proceedings of the 2nd SIG conference, 23-24 avril 2019. Human Behavior in Design.

6 Cf. à ce sujet notamment les travaux de Lynn Hankinson, Helen Longino, Evelyn Keller, Susan Bordo, Elizabeth Fee ou encore Ruth Hubbard.

7 En distinguant par exemple l’intuition et la raison, cf. LE DOEUFF Michèle. 1998. Le sexe du savoir. Aubier, coll. « Alto ».

8 DESCOUTURES Virginie, VARIKAS Eleni, CHABAUD-RYCHTER Danielle & DEVREUX Anne-Marie. 2010. Sous les sciences sociales, le genre. Relectures critiques de Max Weber à Bruno Latour. La Découverte.

9 Champs de recherche sécant à celui de la recherche en architecture ; une partie seulement des recherches en architectures s’inscrivent dans les sciences de la conception qui regroupent aussi d’autres disciplines comme l’ingénierie, la systémique ou le graphisme.

10 Je souhaite remercier les relecteurs ou relectrices anonymes pour leurs commentaires attentifs et en particulier ici, d’avoir attiré mon attention et suggéré cette formulation insistant sur l’assignation plutôt que l’identification.

11 HARDING Sandra. 1992. « Rethinking Standpoint Epistemology : What Is “Strong Objectivity” ? » in Feminist Epistemologies, ALCOFF Linda & POTTER Elizabeth (éd.). Routledge : 49‑82 (à défaut d’une traduction française, il est possible de signaler la présentation critique de María Puig de la Bellacasa, qui traduit standpoint epistemology par « épistémologie du positionnement » (DE LA BELLACASA María Puig. 2014. Les savoirs situés de Sandra Harding et Donna Haraway . Science et épistémologies féministes. L’Harmattan, coll. « Ouverture Philosophique »).

12 HARAWAY Donna. 1988. « Situated Knowledges : The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective » Feminist Studies 14(3) : 575599.

13 HARDING Sandra. 1992. « Rethinking Standpoint Epistemology : What Is “Strong Objectivity” ? » art. cit, : 66, ma traduction.

14 Voir : CHU Judy Y. 2014. When Boys Become Boys : Development, Relationships, and Masculinity. New York University Press.

15 Voir : WAY Niobe. 2013. Deep Secrets – Boys Friendships and the Crisis of Connection. Harvard University Press.

16 Voir : GILLIGAN Carol & SNIDER Naomi. 2019. Pourquoi le patriarcat ? trad. fr. ROCHE Cécile. Flammarion).

17 En un sens qui pourrait être dit inspiré ou hérité de DESPRET Vinciane & STENGERS Isabelle. 2011. Les faiseuses d’histoires. Que font les femmes à la pensée ?. La Découverte, coll. « Les empêcheurs de tourner en rond ». Un héritage qui ne se veut pas le décalque symétrique, binaire, mais plutôt l’induction d’une question, l’ouverture d’une enquête où le genre peut (ré)apparaître étrange malgré l’assignation.

18 GARCIA Manon. 2018. On ne nait pas soumise, on le devient. Flammarion, coll. « Climats », p. 236.

19 HOOKS bell. 2021. La volonté de changer : Les hommes, la masculinité et l’amour, trad. fr. TAILLARD Alex. Editions Divergences. Voir notamment pp. 35, 172, 225.

20 À l’image des problèmes que pose la notion de « masculinité toxique » selon HARRINGTON Carol. 2021. « What is “Toxic Masculinity” and Why Does it Matter ? » Men and Masculinities 24(2) : 345-352.

21 Voir CECCARINI Patrice. 2012. « Ethics of Care au regard de l’Architecture  : le projet architectural comme projet réparateur, soignant et thérapeutique » Spécificités 5(1) : p. 57‑76. La référence à cet article, parmi d’autres exemples, ne vise pas à en condamner la démarche, ce serait reproduire le geste même à l’origine de la gêne. Mais, tout en reconnaissant la part thérapeutique de cette place donnée au care, il importe selon moi de pouvoir rester attentif à la manière dont les concepts s’énoncent.

22 HEYNEN Hilde. 2007. « L’inscription du genre dans l’architecture » Perspective. Actualité en histoire de l’art 4 : 693‑708 ; CHADOIN Olivier. 2007. « Construction sociale d’un corps professionnel et féminisation  : le cas du métier d’architecte au tournant des années 90 » Interrogations ? 5 : https://www.revue-interrogations.org/construction-sociale-d-un-corps ; LAPEYRE Nathalie. 2004. « Les femmes architectes  : entre créativité et gestion de la quotidienneté » Empan, 53(1) : 48‑5 ; FAULKNER Wendy. 2001. « The technology question in feminism : A view from feminist technology studies » Women’s Studies International Forum 24-1 : 7995 ; MILOVANOVIC Julie & GERO John S. Avril 2019. « Exploration of gender diversity effects on design team dynamics » Art. cit. ; WAJCMAN Judy. 2010. « Feminist theories of technology » Cambridge Journal of Economics 34(1) : 143‑152.

23 Étude citée par HEYNEN Hilde. 2007. « L’inscription du genre dans l’architecture » Art. cit.

24 Cf. la recension de plusieurs travaux établie par Heynen, Hilde. 2007. « L’inscription du genre dans l’architecture » Art. cit.

25 Cf. CHADOIN Olivier. 2007. « Construction sociale d’un corps professionnel et féminisation  : le cas du métier d’architecte au tournant des années 90 » Art. cit. Position qui a pu toutefois être critiquée au regard de données plus récentes, cf. LAPEYRE Nathalie. 2004. « Les femmes architectes  : entre créativité et gestion de la quotidienneté » Art. cit.

26 Cf. la synthèse de FAULKNER Wendy. 2001. « The technology question in feminism : A view from feminist technology studies »vArt. cit.. En tant qu’images, des décalages avec les pratiques réelles existent.

27 TIERCELIN Claudine. 2014-2015. La connaissance pratique in cours au Collège de France : http://www.college-de-france.fr/site/claudine-tiercelin/course-2014-2015.htm.

28 SCHMID Anne-Françoise & MAMBRINI-DOUDET Muriel. 2019. Épistémologie générique. Manuel pour les sciences futures. Kimé, coll. « Philosophie en cours », p. 189‑192.

29 « Le fait que les sujets de la connaissance soient incarnés et situés socialement implique qu’ils ne sont pas fondamentalement différents des objets de connaissance. Nous devrions supposer une symétrie causale en ce sens que les mêmes types de forces sociales qui façonnent les objets de connaissance façonnent également (mais ne déterminent pas) les scientifiques et leurs projets de recherche » HARDING Sandra. 1992. « Rethinking Standpoint Epistemology : What Is “Strong Objectivity” ? » art. cit, : p. 64, ma traduction.

30 HARAWAY Donna. 2020. Vivre avec le trouble trad. fr. GARCIA Vivien. Les éditions des mondes à faire. Voir en particulier la note 49 p.83-84 et plus généralement sur la sympoièse, les p. 63-84.

31 Sur l’articulation entre vulnérabilité, émotion et rationalité de la recherche, voir le texte paru après la 1ère rédaction de cet article : AYOUTI Thomas. 2022. « Présence des émotions, vulnérabilité critique » MuseMedusa 10 : https://musemedusa.com/dossier-10/presence-des-emotions-vulnerabilite-critique/

32 Merci au relecteur ou à la relectrice anonyme pour avoir suggéré cette réflexion.

33 Sans doute est-elle réductrice, mais entre réduction et réductionnisme, il y a une distinction qui semble parfois ne pas avoir cours dans la recherche en architecture. La philosophe des sciences Claudine Tiercelin indique que des modèles de réductions différents peuvent être élaborés et que concernant certaines disciplines comme la biologie, il faut être attentif à trouver un modèle adapté. Mais cela ne signifie pas néanmoins renoncer à la réduction « car si l’on veut expliquer, il faut réduire, ce qui ne veut pas dire éliminer », cf. le cours du 26 mars 2014 de TIERCELIN Claudine. 2013-2014. Métaphysique des espèces naturelles (suite et fin) in Cours au Collège de France : https://www.college-de-france.fr/site/claudine-tiercelin/course-2013-2014.htm.

34 STENGERS Isabelle. 1991. « Le pouvoir des concepts » in Les concepts scientifiques. Invention et pouvoir STENGERS Isabelle & SCHLANGER Judith (éd.). Gallimard, coll. « folio essais » : 29‑66, p. 35.

35 J’entends parfois dans les écoles d’architecture parler de « voir un concept » ou de « juger un concept beau ».

36 BESSIERE Céline & GOLLAC Sibylle. 2020. Le genre du capital : Comment la famille reproduit les inégalités. La Découverte, coll. « L’envers des faits ».

37 KAHN Louis. 1996. Silence et lumière, trad. fr. BELLAIGUE Mathilde & DEVILLERS Christian. Éditions du Linteau. Ce livre qui regroupe un choix de conférences et d’entretiens tire son titre de la conférence donné le 12 février 1969 à l’ETH de Zurich sous le titre « Silence and light ».

38 FAULKNER Wendy. 2001. « The technology question in feminism : A view from feminist technology studies » Art. cit.

39 Le doctorat en architecture en France est créé par le décret n° 2005-734 du 30 juin 2005.

40 SCHMID Anne-Françoise. 2016. « Libérer épistémologiquement le féminisme » in After the ”Speculative Turn” : Realism, Philosophy, and Feminism KOLOZOVA Katerina, JOY Eilen A. & WOODARD Ben (éd.). Punctum Books : 39-57. p. 44.

41 Ibid., p. 52-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Vitalis, « Discours savants et virilistes de la recherche architecturale »GLAD! [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/glad/5802 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.5802

Haut de page

Auteur

Louis Vitalis

Louis Vitalis est architecte, docteur en architecture, maitre de conférences associé à l’ENSA Paris La Villette. Ses recherches portent sur l’épistémologie des sciences de la conception ainsi que sur l’anticipation des usages et l’utilisation d’autres sciences pour le projet d’architecture.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search