Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13ActualitésNotes de lectureFrançoise Armengaud et Dominique ...

Actualités
Notes de lecture

Françoise Armengaud et Dominique Bourque (dir.). 2016. Penser la langue, l’écriture, le lesbianisme. Entretiens avec Michèle Causse

Elisa L. Walter
Référence(s) :

Françoise Armengaud et Dominique Bourque (dir.). 2016. Penser la langue, l’écriture, le lesbianisme. Entretiens avec Michèle Causse, Montréal, Les éditions sans fin.

Texte intégral

  • 1 Les années 1970-1980 représentent un moment de décentrement et d’ouverture des littératures lesbien (...)

1Publié en 2016, l’ouvrage Penser la langue, l’écriture, le lesbianisme regroupe une série d’entretiens menés avec Michèle Causse entre 1986 et 2009. Ses échanges avec Dominique Bourque, Françoise Armengaud, Francine Pelletier, Gloria Escomel, Catherine Gonnard, Lise Weil, Nadine Ltaif et Françoise Leclère « Framboise » y sont rapportés, ainsi qu’une présentation signée Suzette Robichon et une postface de Katy Barasc. Née en 1935, l’écrivaine Michèle Causse, décrite par Suzette Robichon comme « passeuse, traductrice et nomade » (présentation « Michèle Causse passeuse, traductrice, nomade », Robichon 2016 : 37), élabore au fil de ses traductions et de ses œuvres une forme adéquate pour son projet d’écriture, qui « s’inscrit dans une démarche éthique et transformationnelle non seulement de la langue, mais aussi des perceptions qu’elle médiatise sur le monde » (présentation « J’existe au nom de tout ce qui n’a pas eu lieu », Bourque 2016 : 19). Sa démarche créatrice, inscrite « dans un au-delà des régimes d’oppression » — en particulier le patriarcat —, est indissociable d’une réflexion sur le lesbianisme ainsi que du rapport au voyage et à l’exil, qui l’a dirigée vers différents lieux au cours de sa vie, notamment au Québec. À ce titre, l’édition de ce recueil d’entretiens aux Éditions sans fin, maison d’édition lesbienne de Montréal, témoigne de la prédilection de l’écrivaine à faire publier ses œuvres outre-Atlantique plutôt qu’en France1.

  • 2 Outre ses traductions, c’est aussi et surtout par la « revue de fictions et utopies amazoniennes » (...)

2 Les premières créations de Michèle Causse sont des traductions — de l’anglais et de l’italien vers le français —, exercice qu’elle pratique abondamment : elle traduit notamment Herman Melville, Barbara Deming, Ti-Grace Atkinson, Primo Levi, Michelangelo Antonioni. Ce « désir de faire advenir d’autres voix » (Robichon 2016 : 38) est pour elle une occasion parmi d’autres de faire découvrir en France des écrivaines québécoises2 — comme Jovette Marchessault, Nicole Brossard, Jeanne d’Arc Dutras — et/ou lesbiennes : en témoignent ses traductions du Ladies almanach de Djuna Barnes et de Q.E.D. de Gertrude Stein. Posture paradoxale que celle de Michèle Causse traductrice qui, malgré ce rôle de « passeuse » qu’elle assure, refuse que sa propre œuvre soit traduite, revendiquant une authenticité inscrite au sein même de la langue d’écriture choisie : alors que le français est pour elle « [u]ne facilité […] la langue du surmoi », l’anglais lui offre a contrario beaucoup plus de liberté, permettant de « laiss[er] sortir des aspects de [s]oi qu[’elle] ne laisse pas sortir en français » :

j’ai écrit deux textes en anglais parce que j’ai pu découvrir des dimensions de moi-même que je ne connaissais pas en français. […] jamais je ne les aurais écrits en français. J’en interdis la traduction. (entretien « À l’encontre de l’androlecte », Bourque 2004 : 221)

3La langue d’origine de l’écrivaine semble donc présenter certaines limites, imposées par le fait même qu’il s’agit là de sa langue maternelle – ou plutôt « paternelle », dit-elle, « [i]mposant un surmoi très fort » (entretien « “Si je ne m’amuse pas en écrivant, je n’écris plus” », Armengaud 1990 : 86), celui du patriarcat. La question de la traduction se retrouvera, dans son œuvre, en résonnance avec les notions de l’exil et du voyage, plus généralement de l’occupation (im)possible de l’espace pour les femmes. Ainsi les Voyages de la Grande Naine en Androssie présentent-ils « [l]a nécessité pour un sujet lesbien de changer d’espace, de ne pas mourir autochtone […]. Alors elle bouge beaucoup, et elle rencontre beaucoup de paroles. C’est l’histoire d’une rencontre de paroles. » (Armengaud 1990 : 144)

  • 3 Utilisé par Michèle Causse dans Contre le sexage (2000), ce concept vient à l’origine des travaux d (...)
  • 4 De telles propositions rejoignent des recherches et créations plus contemporaines quant à l’édifica (...)

4 Car le cœur de l’écriture de Michèle Causse est un projet féministe et lesbien par, pour et dans la langue. Son activité créatrice se dresse contre ce qu’elle nomme le « sexage3 » (Bourque 2016 : 10), l’exploitation des personnes désignées comme femmes : elle travaille à élaborer une forme plus libre et harmonieuse, faite par et pour les personnes « dé/générées », c’est-à-dire qui s’écartent du fonctionnement hétérosocial. La langue est une dimension essentielle de ce projet politique, puisque celle-ci médiatise des perceptions du monde : c’est tout un système « androlectal » (Bourque 2016 : 14) de la langue que Michèle Causse s’attelle à déstructurer. Ainsi l’utilisation du pronom neutre « ul » dans son œuvre L’Interloquée (1990) lui permet de désigner tout être sans distinction de genre4 ; l’essai Requiem pour il et elle, écrit avec Katy Barasc et publié à titre posthume en 2014, s’inscrit dans une même perspective. L’écriture ainsi que le féminisme radical ont pour elle la vocation de transmettre de nouvelles visions du monde, ce « qui fait de l’écrivaine une agente de la modification. Ne pas le savoir, passer à côté, c’est ne pas faire face à un engagement éthique. » (entretien « Pour une mer des femmes », Escomel & Pelletier 1986 : 50) L’activité artistique de Michèle Causse vise à permettre aux femmes de (re)trouver leur voix — but auquel parviennent les écrivaines lesbiennes, seules selon elle à avoir « le mérite d’avoir donné une existence ontologique aux femmes » (Escomel & Pelletier 1986 : 52). Son œuvre intitulée (               ) lui permet ainsi de mettre en place ce qu’elle appelle « une phénoménologie du face-à-face » propre à la relation lesbienne, seule « éthique du féminin », « seule chance d’ontogenèse » (« Entretien avec Michèle Causse », Escomel 1987 : 61-62) qui se déploie dans l’intersubjectivité au cœur du lesbianisme :

Car il faut bien préciser que le féminin n’est pas du tout le lesbien. Le premier étant un genre produit par le masculin, la production ratée en général (heureusement) d’une projection masculine, alors qu’une lesbienne n’est la projection de personne. Elle est à l’origine d’elle-même. (Armengaud 1990 : 113)

  • 5 L’introduction de l’ouvrage Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes de 1900 à nos jours (...)

5La distinction établie entre femme et lesbienne et la notion de point de vue lesbien interrogent la possibilité d’une écriture lesbienne — de laquelle Michèle Causse exclut en tout cas toute simplification5 : « Il ne suffit pas d’être lesbienne pour faire un texte lesbien. » (Ltaif 2002 [1999] : 204) Si elle interroge la possibilité d’un nouveau langage qui serait celui des êtres sexisés, elle refuse de le considérer comme un substrat de l’androlecte à l’instar d’une écriture féminine considérée comme « encore dans l’aliénation, puisqu[e cette catégorie] formul[e] ce qui a été laissé au féminin. » (Armengaud 1990 : 148) Toute écriture lesbienne, en tant que « produite par des lesbiennes », s’élabore sous le signe de la singularité propre à chaque autrice :

Je n’en sais rien de ce que produiront d’autres lesbiennes. L’écriture, c’est une production singulière. […] nous, on sait que l’expression « écriture lesbienne » est un contresens absolu. Il y a autant d’écritures qu’en produiront les lesbiennes. (Bourque 2004 : 251-252)

6 Le travail militant, théorique et créatif de Michèle Causse est donc tout entier porté par ce travail de la langue qui fait advenir de nouvelles voix et perspectives. Pour contrer la tentative de musellement qui pèse sur les femmes, l’écrivaine n’hésite pas à user de nombreux « jeux visuels (et sonores) […] indissociables de l’écriture ». Ainsi explique-t-elle au sujet de son ouvrage (               ) : « un titre c’est toujours une imposition, ou un essai de résumé. Je voulais qu’une lectrice qui le voit y mette ce qu’elle veut » (« Entretien avec Michèle Causse », Gonnard 1989 : 70-71) — déployant par là même un espace des possibles linguistique et imaginatif, tant pour l’autrice que pour les lecteurices. Toutefois, l’écriture caussienne peut au premier abord sembler hermétique, et nécessite d’être déchiffrée. Le projet poétique et politique d’établissement d’un nouveau langage nécessite aussi un effort de lecture :

Il appartient à la lectrice de résister ou de s’imposer l’effort d’accéder à l’histoire que je vis avec les mots, dans mon corps-à-corps avec le langage. La lectrice est libre d’ignorer mon aventure humaine et langagière. Elle est libre de la trouver élitiste mais pour moi, qui la vis de l’intérieur, elle s’impose d’elle-même. […] Ici, n’oublions pas qu’il s’agit de renouveler le langage, car il existe une vraie nécessité pour un être sexué au féminin de réinventer complètement sa langue, et de plier à sa propre glorification un langage qui la veut anéantie, silencieuse, néantisée, objectifiée, réifiée. (« Entretien avec Michèle Causse », Ltaif 2002 : 212-214)

7Ainsi, si Michèle Causse garantit ne pas avoir « d’engagement envers la lectrice mais envers l’écriture », la « nouvelle grammaire » qu’elle cisèle lui permet pour autant de mettre en place une « nouvelle pensée » (Gonnard 1989 : 74) qui offre une libération ontologique à tout·e lecteurice, a fortiori lesbienne. L’écriture apparait donc comme un rapport nécessaire entre deux sujets, une figure auctoriale et une figure de réception : la littérature se révèle alors art de communication et de transmission. Le travail créatif et linguistique ne peut, en effet, fonctionner replié sur lui-même, mais s’ouvre à la réception :

Une écriture est une singularité mais non la perception qui devrait être partagée. Un texte qui n’est pas reçu n’est pas un dit mort, il est en attente de son advenue. L’isolement de qui écrit n’est pas une vraie solitude, loin de là. C’est par la médiation d’une exégèse comme la vôtre, Framboise, qu’un texte peut s’inscrire dans un lesbimoine et ne pas tomber aux oubliettes. (« Extraits d’IlliZible ! Clés de lecture des fictions de Michèle Causse. Exégèse dialogique », Leclère 2009 : 262-263)

  • 6 Cette question de recherche d’une éthique lesbienne en littérature est analysée par Aurore Turbiau (...)
  • 7 De telles réflexions ont donné lieu à des débats particulièrement denses depuis les années 1970 sur (...)

8Lecteurices et autrice travaillent donc ensemble à l’établissement d’une portée éthique de la littérature6. L’objectif essentiel de Michèle Causse est de « travaille[r] à l’abolition des genres », volonté inscrite dans la portée éthique de la langue elle-même : « c’est extrêmement facile et tout à fait possible que les genres n’apparaissent plus, au moins dans la langue, celle-ci étant impérativement inductrice de comportements éthiques. » Et c’est dans la perspective lesbienne que réside la clé de voûte de l’éthique caussienne : « Nous [les lesbiennes] sommes des êtres éthiques qui avons vu dans la langue ce qui se passait. Ce crime, nous ne le répéterons pas. Nous allons créer une langue qui donne à chaque sujet parlant la possibilité d’être écouté et de se comporter en être humain. » (Bourque 2004 : 234) Car la pratique de l’écriture est bel et bien tout à la fois poétique, politique et éthique7, chez Michèle Causse :

Refonder le langage, à mon sens, c’est la tâche à laquelle doivent s’atteler les écrivains politiques, autrement dit éthiques, les seules qui aient un regard de sujet à sujet. […] La seule façon d’être au monde découle de la pratique de l’écriture. (Leclère 2009 : 262-263)

Haut de page

Bibliographie

TURBIAU, Aurore, LACHKAR, Margot, ISLERT, Camille, BERTHIER, Manon & ANTOLIN, Alexandre. 2022. Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours. Paris : Le Cavalier Bleu, 296 p.

Haut de page

Notes

1 Les années 1970-1980 représentent un moment de décentrement et d’ouverture des littératures lesbiennes françaises par rapport à Paris – autour de laquelle les publications se centraient davantage depuis le début du xxe siècle. Michèle Causse s’inscrit ainsi dans un mouvement générationnel « où s’accentue la dimension internationale du réseau littéraire lesbien. […] Le contexte français n’est donc pas perçu comme très accueillant pour la littérature lesbienne : l’exil (relatif) ou la publication à l’étranger apparaissent parfois comme des nécessités. » (Turbiau 2022 : 125-126)

2 Outre ses traductions, c’est aussi et surtout par la « revue de fictions et utopies amazoniennes » Vlasta entre 1983 et 1985 et par les réunions militantes que Michèle Causse fait découvrir ces autrices. (Turbiau 2022 : 127)

3 Utilisé par Michèle Causse dans Contre le sexage (2000), ce concept vient à l’origine des travaux de Colette Guillaumin ; voir notamment « Pratique du pouvoir et idée de Nature (1) L’appropriation des femmes », Questions féministes, no 2,‎ 1978, p. 8-9.

4 De telles propositions rejoignent des recherches et créations plus contemporaines quant à l’édification d’un langage plus inclusif, à l’instar des travaux d’Alpheratz autour du pronom « al » dans sa Grammaire du français inclusif (2018) et ceux de Noémie Grunenwald, qui a en outre participé à la reconnaissance de Michèle Causse ces dernières années, notamment dans Sur les bouts de la langue. Traduire en féministe/s (2021). À cet égard, citons également le site michele-causse.com qui regroupe nombre d’informations et écrits autour de l’écrivaine.

5 L’introduction de l’ouvrage Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes de 1900 à nos jours rend compte de la difficulté d’établir des critères de catégorisation de littératures – et a fortiori d’écritures – lesbiennes. Si les auteurices de cet essai ont plutôt fait le choix de parler d’histoire des littératures lesbiennes au pluriel, on peut noter que concernant Michèle Causse la distinction femme/lesbienne est aussi un trait d’époque, qui ne lui est pas propre personnellement. (voir Turbiau, 2022 : 140-141)

6 Cette question de recherche d’une éthique lesbienne en littérature est analysée par Aurore Turbiau chez Michèle Causse et d’autres autrices comme Nicole Brossard. (Turbiau 2022 : 141 & 164-165) La chercheuse a également rédigé un article en ligne sur le recueil d’entretiens que nous étudions : https://lesjaseuses.hypotheses.org/1672.

7 De telles réflexions ont donné lieu à des débats particulièrement denses depuis les années 1970 sur un inédit « droit de cité » en littérature française par les femmes, notamment avec Hélène Cixous, Monique Wittig ou, plus contemporain, Noémie Grunenwald, à titre d’exemple. (Turbiau 2022 : 165)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisa L. Walter, « Françoise Armengaud et Dominique Bourque (dir.). 2016. Penser la langue, l’écriture, le lesbianisme. Entretiens avec Michèle Causse »GLAD! [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/glad/5896 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.5896

Haut de page

Auteur

Elisa L. Walter

Elisa L. Walter est diplômée de Sorbonne-Université, où elle a rédigé dans le cadre de ses recherches de Master en littératures françaises deux mémoires consacrés à l’œuvre de Renée Vivien : Poétique de Renée Vivien : entre spiritualité et désir (2021) et Le roman-poème chez Renée Vivien (2022). Elle est également membre des Jaseuses, collectif de recherche et de création féministes, en tant que jeune chercheuse et écrivaine. Ses travaux, sous ce double aspect, portent principalement sur les littératures lesbiennes, en particulier au tournant des xixe et xxe siècles, sous un angle stylistique et générique, ainsi qu’en connivence avec des perspectives queer et LGBTI.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search