Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13ChroniquesLe turc, une langue sans genre gr...

Chroniques

Le turc, une langue sans genre grammatical : la solution pour une langue plus égalitaire ?

Les genres comparés : chronique n° 1
Turkish as a Genderless Language: a Solution for a More Egalitarian Language?
Éléonore de Beaumont

Résumés

Deux stratégies coexistent aujourd’hui pour tenter de rendre la langue française plus égalitaire en matière de genre : lutter contre la prédominance du masculin dans la langue et donc dans nos représentations peut se matérialiser soit par la multiplication des marques du genre, soit au contraire par leur effacement. Pour réfléchir à cette dernière stratégie, je propose d’analyser le fonctionnement d’une langue sans genre grammatical, le turc, afin de montrer qu’une langue sans genre grammatical n’est pas forcément une langue neutre.

Haut de page

Texte intégral

Les genres comparés : une nouvelle chronique

Cette nouvelle chronique, intitulée « Les genres comparés », s’inscrit dans la continuité des deux autres chroniques de la revue GLAD !, « Les genres décrits » et « Les genres récrits », qui explorent les manifestations du genre dans la langue française. Avec « Les genres comparés », je propose d’éclairer notre réflexion sur le genre dans la langue par une approche comparative, en allant voir du côté d’autres langues et de leurs locuteurices. Il s’agira de s’intéresser à d’autres systèmes linguistiques et à leurs contraintes pour exprimer le genre, afin notamment de questionner notre habitude, en tant que francophones, à considérer la répartition des noms en deux groupes, masculin et féminin, comme « “naturelle” et nécessaire » (Michel Arrivé, 1997). On s’intéressera à la façon dont la hiérarchisation des genres se glisse dans les usages, mais aussi aux propositions subversives contemporaines pour exprimer le neutre, la fluidité ou questionner la binarité, dans d’autres langues.

Il s’agira également de s’intéresser aux politiques linguistiques mises en place dans d’autres contextes linguisticoculturels concernant les questions de genre, aux imaginaires linguistiques et culturels (Anne-Marie Houdebine 2015) ou encore aux idéologies linguistiques (Jean-Louis Chiss 2020) qui freinent ou au contraire facilitent la diffusion de discours féministes et queer critiques sur la langue, ainsi que l’évolution des usages.

Enfin, cette nouvelle chronique se veut aussi être un espace de réflexion sur les questions de plurilinguisme et des compétences interculturelles, notamment en prenant en compte le champ de la didactique des langues-cultures, où l’enseignement-apprentissage des langues est envisagé en prenant en compte les paramètres socioculturels. Il s’agira alors de voir en quoi le genre peut être un enjeu pour des locuteurices plurilingues, par exemple dans l’apprentissage des formes, mais aussi dans la négociation identitaire (Adrian Blackledge & Aneta Pavlenko, 2001), c’est-à-dire la reconfiguration de l’identité à travers de nouveaux processus de socialisation.

Travaillant plus spécifiquement sur l’enseignement-apprentissage du français à un public turcophone, je m’intéresserai particulièrement à la langue turque. Mais « Les genres comparés » est un espace ouvert : j’invite toutes les personnes qui le souhaiteraient à proposer des contributions sur d’autres langues et d’autres espaces culturels. Dans la lignée de la politique de traduction du nouveau comité de traduction de la revue, cette chronique souhaite participer à un mouvement de circulation de la pensée en valorisant la connaissance et la réflexion sur des langues moins prisées sur le marché linguistique. Les contributions concernant des langues ou des espaces culturels qui ne sont pas dominants économiquement et politiquement sont donc particulièrement bienvenues.

Les personnes intéressées pour participer à cette chronique sont invitées à nous écrire à : revue.glad[at]gmail.com

Le premier numéro de cette chronique porte sur la question de l’absence de grammaticalité du genre en turc. L’analyse du fonctionnement de la langue turque concernant le marquage du genre invite, il me semble, à questionner et réinterroger nos propres stratégies en français.

Le français, une langue au genre grammatical binaire et dissymétrique

1Grâce à près de cinquante ans de linguistique francophone féministe et queer, on connait bien aujourd’hui les problèmes créés par le fonctionnement du genre grammatical en français : l’invisibilisation des référents féminins à travers, notamment, la valeur dite « générique » du genre grammatical masculin (Pascal Gygax et al. 2019 ; Célia Richy & Heather Burnett, 2021) ; la hiérarchisation créée par le binarisme, qui permet au masculin de signifier l’humain, reléguant les femmes au rang de « femelle de l’humain » (Claire Michard 2003) ; ou encore la binarité inhérente à la langue française, qui impose un « diktat binaire du genre » (Véronique Perry 2017 : 31), c’est-à-dire que, d’un point de vue normatif, elle oblige toustes les francophones à se genrer soit au masculin soit au féminin (Vinay Swamy & Louisa Mackenzie 2022).

  • 1 En gardant à l’esprit que la langue n’est qu’un facteur parmi d’autres, mais un facteur qui a son i (...)

2Les nouveaux usages qui se diffusent depuis une quarantaine d’années dans le monde francophone, et en particulier la francophonie dite du Nord global, peuvent se résumer à deux objectifs principaux : visibiliser les référents féminins (les étudiantes et les étudiants, les étudiant·es) et/ou éviter le binarisme de la langue française (les auditeurices, iel, un·e chercheureuse…). Plusieurs stratégies se dégagent alors : une multiplication des marques de genre, qui peut viser une visibilisation des référents féminins et/ou au contraire une remise en question de la binarité (les étudiant·es peut ainsi à la fois rendre les référents féminins plus visibles et intégrer les personnes qui se situent à différents endroits du spectre du genre), la création de nouvelles marques de genre pour sortir de la binarité (comme al, voir le travail d’Alpheratz, 2018) ou un effacement des marques du genre pour éviter les représentations masculines systématiques (comme le conseille notamment l’Office Québécois de la Langue Française depuis les années 1990 avec le langage épicène : parler de personnel enseignant au lieu des enseignants, du public au lieu des spectateurs…). Suivons cette dernière logique jusqu’au bout : et si une langue sans genre grammatical était la solution pour plus d’égalité dans les discours1 ?

Une langue sans genre grammatical : le cas du turc

3Prenons un exemple concret : la langue turque, une langue sans genre grammatical. En tant que francophones, on pense souvent que la répartition en genres grammaticaux est évidente, presque « naturelle » (Arrivé, 1997). Mais en réalité, la majorité des langues dans le monde n’ont pas de genre grammatical.

4Alors, qu’est-ce que ça change ?

5D’abord, en turc, les substantifs n’ont pas de genre grammatical, même lorsqu’ils désignent des êtres humains. Le mot arkadaş, par exemple, désigne une personne avec qui on possède un lien d’amitié (une amie, un ami, un·e ami·e), mais ne donne aucune indication sur l’identité de genre du référent extralinguistique. C’est un peu comme en anglais : si je vous dis my friend came, vous ne pouvez pas savoir si je parle d’un homme, d’une femme ou d’une personne non-binaire (sauf si vous avez le contexte).

6Ensuite, et c’est sans doute plus surprenant encore pour les locuteurices habitué·es à cette omniprésence du genre grammatical dans leur langue première, les pronoms n’ont pas de genre grammatical. En français, par exemple, pour désigner les délocuté·es au singulier, on a « il » et « elle » (et « on »). En anglais, « he », « she », « it » (un neutre, mais qui ne s’applique pas aux humains), et maintenant « they » (un neutre qui s’applique aux humains). En turc, il n’y a qu’un seul pronom pour dire tout ça : «  o ». (Le français fonctionne de la même manière avec les pronoms P1 et P2 : « je », « tu », « nous » et « vous » ne sont pas genrés non plus.)

7Évidemment, il n’y a donc pas d’accord en genre pour les adjectifs et les participes. Imaginez un monde dans lequel on n’aurait pas à apprendre les accords du participe passé…

8Les substantifs et les pronoms sont donc véritablement neutres d’un point de vue référentiel, linguistique : ils ne donnent aucune indication sur l’identité de genre du référent extralinguistique. Par exemple, si on veut dire que son amie / ami / ami·e est venu·e, on dit : arkadaşım geldi. Sans contexte (ce qui n’arrive pas souvent), la traduction la plus appropriée de cette phrase serait donc sans doute : « mon ami·e est venu·e », où les points médians permettent de neutraliser l’identité de genre de la personne, et donc de laisser la porte ouverte à toutes les identités. Mais ce n’est pas non plus une traduction complètement satisfaisante, car cette neutralité linguistique en turc n’a pas la connotation militante et/ou perçue comme polémique que peuvent avoir les points médians en français : au contraire, elle est habituelle.

9Cette propriété de la langue turque nous invite à nous questionner : a-t-on vraiment besoin de connaitre l’identité de genre des personnes dont on parle ? Est-ce nécessaire au bon fonctionnement de la communication ? Pour cette étudiante turque de l’Université Galatasaray, qui apprend le français, ce n’est pas le cas : 

  • 2 Citation originale, récoltée dans le cadre de ma recherche doctorale sur l’enseignement-apprentissa (...)

De nombreuses langues de la famille des langues indo-européennes ont une telle distinction, je ne pense pas que ces distinctions servent réellement à quelque chose. Le turc est une langue sans genre et il n’y a pas de confusion de sens. (étudiante G21)2

10L’idée que les genres grammaticaux ne sont pas vraiment nécessaires a d’ailleurs été abordée dans la tradition grammaticale. Véronique Perry montre par exemple la façon dont Edward Sapir analyse le genre grammatical comme un concept inutile à la cohérence du discours. Elle résume ainsi ce qu’on peut retenir de son analyse : 

– la « masculinité » et la « féminité » sont des attributions bêtement et grossièrement matérielles, des « accidents philosophiques » qui infectent la langue et opèrent dans le discours et la communication une relation forcée entre qualité, personne et action ;

– cette construction idéelle du genre métaphorise abusivement et artificiellement le sexe sur une expression binaire au niveau de la morphosyntaxe et du lexique. (Perry 2011 : 95)

11Cette distinction est donc non seulement inutile, la plupart du temps, à la communication, mais elle participe en plus d’une catégorisation binaire des êtres humains, à travers ce que Véronique Perry appelle une métaphorisation abusive. Une langue sans genre grammatical est donc sans doute un système plus adapté pour permettre à toutes les personnes de s’exprimer, quelle que soit leur identité de genre : les hommes, les femmes et les personnes qui ne se reconnaissent pas dans ces deux pôles normatifs du genre ont alors les mêmes ressources grammaticales pour parler d’elleux.

12Cette neutralité touche par conséquent aussi aux questions d’orientation sexuelle. Un enseignant français homosexuel m’a ainsi raconté combien la langue turque lui avait permis d’être à l’aise pour parler de son compagnon : dans les contextes de communication qui n’étaient pas forcément safe du point de vue de l’homophobie, parler de son compagnon sans avoir à mentionner son identité de genre lui permettait d’en parler en tant que personne singulière, et non pas d’attirer l’attention de ses interlocuteurices sur son homosexualité. Finalement, cela permettait, s’il le souhaitait, de ne pas faire de son homosexualité une donnée de la conversation (comme l’hétérosexualité, qui ne l’est pas habituellement). Néanmoins, cette stratégie implique aussi de laisser le champ libre aux stéréotypes : en tant que norme sociale extrêmement puissante, l’hétérosexualité est peut-être la grille de lecture adoptée par l’interlocuteurice, qui va alors plaquer ses idées reçues sur la description du/de la délocuté·e. Adoptée par honte ou par peur, cette stratégie peut aussi protéger læ locuteurice, dans une société qui discrimine encore les orientations sexuelles qui diffèrent de la norme hétérosexuelle.

Trop beau pour être vrai : une langue sans genre n’est pas (forcément) une langue neutre

  • 3 « Le fait d'exprimer ou de taire le sexe/genre dans le langage n'est pas en soi sexiste ou non sexi (...)

13Ce tableau presque idyllique de la langue turque présente ses limites. En effet, « expressing or concealing sex in language is not in itself sexist or non-sexist. The decision question is whether references to sex are symmetrical, that is, whether women and men are treated linguistically in the same or an equal manner3 » (Dagmar Stahlberg et al. 2007: 167). Une langue sans genre grammatical n’est pas une langue qui ne fait aucune référence à l’identité de genre : les langues disposent notamment d’outils lexicaux.

14En turc, il existe des mots pour désigner les hommes et les femmes, mais leur fonctionnement sémantique met en lumière une hiérarchisation en faveur du masculin. Je m’explique. Il existe :

une femme : kadın                        

un homme : erkek                            

une fille : kız

un garçon : erkek çocuk
(littéralement « un enfant mâle »)

15Ces termes peuvent être ajoutés à des substantifs neutres, pour former des mots composés (comme ici erkek çocuk). On trouve par exemple :

  • erkek arkadaş : un petit-ami

  • kız arkadaş : une petite-amie

16Ou, sur le même modèle (kardeş étant le mot neutre désignant un frère ou une sœur, ou plutôt un·e adelphe) : 

  • erkek kardeş : un frère

  • kız kardeş : une sœur

17Pour chacune de ces paires, on ajoute donc un indicateur de l’identité de genre à un substantif neutre. Mais, à y regarder de plus près, ces indicateurs de l’identité de genre ne sont pas anodins : l’indicateur pour les femmes possède toujours le trait sémantique /enfant/, tandis que l’indicateur pour les hommes possède toujours le trait sémantique /adulte/. Il n’existe d’ailleurs pas de substantif pour désigner les « garçons », qui serait équivalent au substantif permettant de désigner les « filles ». Ces constructions lexicales participent à une forme d’infantilisation des femmes.

  • 4 Gygax et al. 2019 ont montré que les stéréotypes de genre jouent un rôle important dans nos interpr (...)

18La formation de mots composés qui permettent de préciser le genre de la personne dont on parle crée également des situations de dissymétrie dans le marquage du genre. Dans une étude publiée en 1999, Frederike Braun a présenté des courts textes rédigés en anglais à des étudiant·es en traduction à Istanbul, qui devaient les traduire en turc. Elle leur a proposé un texte de type fait-divers concernant un accident de la route, en faisant varier les stimuli par rapport aux stéréotypes : dans l’un des cas, a child (un·e enfant : stimuli neutre) était la victime, dans d’autres a secretary (un·e secrétaire : domaine stéréotypé féminin) ou a basketball player (un·e joueur/euse de basket : domaine stéréotypé masculin). Comme les substantifs sont neutres en anglais, le seul indice de l’identité de genre du délocuté était le pronom utilisé : he ou she. Alors que l’identité de genre de la victime dans ce contexte (un accident de la route) ne semble pas être une donnée importante, avec un stimuli neutre Braun constate que le féminin est marqué dans 50 % des traductions en turc d’un texte utilisant le pronom she, tandis que le masculin n’est marqué que dans 5 % des traductions en turc d’un texte utilisant le pronom he. Pour les domaines stéréotypés féminins, comme le secrétariat, la chercheuse remarque que le féminin n’est presque pas marqué4. Ozan Deniz Yalçınkaya (2020) montre aussi que certains termes sont davantage utilisés avec un marqueur féminin, car ils correspondent à des métiers stéréotypés masculins en Turquie, comme kadın doktor (une médecin, littéralement « une femme médecin »).

19Le marquage du genre n’est pas en soi une mauvaise stratégie, puisque les études de psycholinguistique montrent qu’il permet de contrer les représentations stéréotypées. C’est d’ailleurs l’un des arguments qui sous-tend la politique linguistique de (re)féminisation/démasculinisation des noms de métiers. Dans une langue sans genre grammatical, il est peut-être nécessaire d’en passer par un indicateur lexical de l’identité de genre de la personne dont on parle, afin de faire évoluer les valeurs référentielles. Le problème réside dans la dissymétrie de ce marquage qui contribue à faire de l’homme l’humain par défaut. C’est d’ailleurs ce qu’analyse Claire Michard au sujet de la langue française : 

Je fais donc l’hypothèse que les traits sémantiques de sexe et d’humanité ont des poids inverses selon qu’il s’agit des notions de femme ou d’homme et, en conséquence, du genre féminin ou du genre masculin. La notion d’homme est pleinement déterminée en tant qu’humain : /humain/ est le trait sémantique catégorisant […]. Tandis que la notion de femme est pleinement déterminée en tant que femelle : /femelle/ est le trait sémantique catégorisant […]. (2003 : 73)

20Il me semble qu’on pourrait appliquer cette analyse à la langue turque, en faisant un pas de côté, dans la mesure où on constate la même différence de valeurs référentielles : le marquage fait apparaitre les femmes en tant que sexe/genre, car, comme le dit Claire Michard, « le sens du féminin ne permet pas l’accès à l’humain général ». En français, comme en turc, c’est là que se glisse le sexisme : dans la hiérarchisation des sexes/genres (et dans la binarité normative).

21Pour Claire Michard, finalement, l’objectif doit être « l’abolition de la pertinence linguistique de la notion de sexe » (2003 : 78). Et il me semble que c’est ce à quoi les langues sans genre nous invitent à réfléchir. Mais elles nous invitent aussi à penser les liens entre le genre grammatical et les discriminations de genre dans la société : pour Claire Michard, cette pertinence linguistique de la notion de sexe est « produite par le rapport de pouvoir construisant les classes de sexe, qui est un rapport fondateur de la société » (2003 : 78). Or, si la langue turque n’a pas de genre grammatical, la société turque (par exemple) n’est pas exempte de multiples discriminations de genre. Cette abolition de la pertinence linguistique de la notion de sexe doit donc accompagner la lutte antipatriarcale : l’évolution linguistique n’est pas utile seule, en revanche, elle est nécessaire à la lutte sociale et politique contre le patriarcat.

22Deux interrogations importantes demeurent néanmoins. D’abord, si ces deux stratégies (multiplier/effacer les marques de genre) sont deux « manifestations d’une volonté de résistance au cispatriarcat » (Swamy 2022 : 194), il s’agit de faire attention à ce qu’elles ne s’annulent pas mutuellement : en multipliant les marques de genre, freine-t-on la possibilité qu’ensuite un seul genre grammatical ait une véritable valeur générique ? Mais est-ce vraiment souhaitable, notamment pour certaines personnes trans, pour qui la multiplication des marques de genre peut s’avérer nécessaire, salutaire, pour être reconnues ?

23D’autre part, que faire de l’envie de revendiquer une identité à travers la créativité langagière, à travers la subversion des normes prescriptives ? Des propositions multiples pour débinariser la langue, ne serait-ce que concernant les pronoms (al, ul, ol, iel, yel…) ? Ces usages ne se placent pas tout à fait sur le même plan : sans forcément vouloir s’imposer comme de nouvelles normes, il me semble qu’ils permettent, de façon salutaire, de rappeler que la langue peut/doit être fondamentalement politique, quelle que soit sa structure grammaticale.

Haut de page

Bibliographie

Alpheratz. 2018. Français inclusif  : Conceptualisation et analyse linguistique. SHS Web of Conferences, 46. https://doi.org/10.1051/shsconf/20184613003

Arrivé, Michel. 1997. Coup d’œil sur les conceptions du genre grammatical. Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 141(1), 81‑96. https://doi.org/10.3406/crai.1997.15705

Blackledge, Adrian, & Pavlenko, Aneta. 2001. Negotiation of identities in multilingual contexts. International Journal of Bilingualism, 5(3), 243‑257. https://doi.org/10.1177/13670069010050030101

Braun, Frederike. 1999. Gender in a genderless language: The case of Turkish. In Y. Suleiman, Language and Society in the Middle East and North Africa. Routledge.

Chatard-Pannetier, Armand, Guimont, Serge, & Martinot, Delphine. 2005. Impact de la féminisation lexicale des professions sur l’auto-efficacité des élèves  : Une remise en cause de l’universalisme masculin  ? L’Année psychologique, 105(2), 249‑272. https://doi.org/10.3406/psy.2005.29694

Chiss, Jean-Louis. 2020. Du français et de la notion de « langue de culture »  : Historicités et contextualisations. Langue française, 208(4), 21‑34. https://doi.org/10.3917/lf.208.0021

Gygax, Pascal, Elmiger, Daniel, Zufferey, Sandrine, Garnham, Alan, Sczesny, Sabine, von Stockhausen, Lisa, Braun, Friederike, & Oakhill, Jane. 2019. A Language Index of Grammatical Gender Dimensions to Study the Impact of Grammatical Gender on the Way We Perceive Women and Men. Frontiers in Psychology, 10. https://www.frontiersin.org/article/10.3389/fpsyg.2019.01604

Houdebine, Anne-Marie. 2015. De l’imaginaire linguistique à l’imaginaire culturel. La linguistique, 51(1), 3‑40. https://doi.org/10.3917/ling.511.0003

Michard, Claire. 2003. La notion de sexe en français  : Attribut naturel ou marque de la classe de sexe appropriée ? Langage et société, 106(4), 63‑80. https://doi.org/10.3917/ls.106.0063

Perry, Véronique. 2011. Aspects du genre dans la didactique de l’anglais [Thèse de doctorat, Toulouse 3]. https://www.theses.fr/2011TOU30149

Perry, Véronique. 2017. Edward Sapir et l’épistémologie constructiviste « genre et langage » en France  : Un héritage passé sous silence. In Genre et sciences du langage  : Enjeux et perspectives, Presses universitaires de la Méditerranée, 21‑39.

Richy, Célia, & Burnett, Heather. 2021. Démêler les effets des stéréotypes et le genre grammatical dans le biais masculin  : Une approche expérimentale. GLAD !. Revue sur le langage, le genre, les sexualités, 10. http://journals.openedition.org/glad/2839

Stahlberg, Dagmar, Braun, Friederike, Irmen, Lisa, & Sczesny, Sabine. 2007. Representation of the Sexes in Language. In Fielder K., Social Communication, 163‑187.

Swamy, Vinay et Mackenzie, Louisa. 2022. Devenir non-binaire en français contemporain, Le Manuscrit éditions.

Swamy, Vinay. 2022. Un déclic Gestalt pour la langue française. In Swamy V. & Mackenzie L., Devenir non-binaire en français contemporain. Le Manuscrit Éditions.

Yalçinkaya, Ozan Deniz. 2020. Gender-sensitive language in Turkish and English: Changing perceptions. Türkbilig, 39, 1-14.

Haut de page

Notes

1 En gardant à l’esprit que la langue n’est qu’un facteur parmi d’autres, mais un facteur qui a son importance, pour rendre la société plus égalitaire. Restons-en ici à la question des discours, qui ont une influence sur nos représentations et donc sur la société (l’étude d’Armand Chatard-Pannetier et al. 2005 montre par exemple que le genre grammatical utilisé pour présenter des métiers influence l’auto-efficacité des jeunes femmes, c’est-à-dire leur confiance dans leur capacité à réussir dans ces métiers).

2 Citation originale, récoltée dans le cadre de ma recherche doctorale sur l’enseignement-apprentissage du français en Turquie : « Hint-Avrupa dil ailesinde birçok dilde bu şekilde bir ayrım var, bu ayrımların gerçek bir amaca hizmet ettiğini düşünmüyorum. Türkçe cinsiyetsiz bir dil ve anlam karmaşası olmuyor. »

3 « Le fait d'exprimer ou de taire le sexe/genre dans le langage n'est pas en soi sexiste ou non sexiste. La question qui se pose est de savoir si les références au sexe/genre sont symétriques, c'est-à-dire si les femmes et les hommes sont traité·es linguistiquement de la même manière ou de manière égale. » (ma traduction)

4 Gygax et al. 2019 ont montré que les stéréotypes de genre jouent un rôle important dans nos interprétations de la référence extralinguistique en particulier pour les langues sans genre grammatical.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éléonore de Beaumont, « Le turc, une langue sans genre grammatical : la solution pour une langue plus égalitaire ?  »GLAD! [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 31 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/glad/5927 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.5927

Haut de page

Auteur

Éléonore de Beaumont

Éléonore de Beaumont est doctorante en sciences du langage, membre de l’équipe de recherche en didactique des langues et sociolinguistiques de l’ATILF. Sa thèse porte sur l’enseignement du genre grammatical à un public turcophone, dont la langue première n’a pas de genre, dans le cadre du FLE (Français Langue Étrangère). Elle travaille notamment sur les possibilités de l’enseignement d’un langage plus inclusif en classe de FLE et sur ses conséquences en matière de représentations sociolinguistiques des apprenant·es.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search