Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13RecherchesStéréotypes, déconstruction et mé...

Recherches

Stéréotypes, déconstruction et mémoire dans le discours du programme web brésilien « Põe na Roda »

La représentation de l’homosexualité
Estereótipos, desconstrução e memória no discurso do webprograma brasileiro « Põe na Roda » : a representação da homossexualidade
Fabiano Ormaneze et Duílio Fabbri Júnior

Résumés

Ce travail utilise les notions de mémoire discursive et de stéréotype pour analyser et comparer deux épisodes du programme web Põe na Roda (« Entrez dans la danse »), diffusé sur la chaine d’un groupe brésilien du même nom sur YouTube. Les auteurs de la vidéo se proposent d’être toujours de bonne humeur et en même temps de militer pour la cause homosexuelle. Sont utilisés pour l’analyse les épisodes « Ce n’est pas parce que je suis gay que je... » [En portugais : Não é por eu ser gay que eu...], et « 10 motifs d’aimer la Coupe pour les gays » [En portugais : 10 motivos para os gays gostarem da Copa]. La première vidéo vise à défendre la cause gay à travers une tentative de construction d’un discours niant les stéréotypes sur l’homosexualité, à l’aide d’artifices linguistiques tels que l’ironie et l’humour, pour montrer la diversité des gays au-delà des préjugés. Cependant, la deuxième vidéo, produite par le même groupe, laisse voir une contradiction car la narration aborde un thème qui, dans le préconstruit, est typiquement masculin et hétérosexuel : le football. Dans cette vidéo, le ressort de l’humour vient justement des stéréotypes que l’épisode précédent prétendait nier. Les stéréotypes font partie de la société et de l’histoire. Ainsi, même le discours qui les démonte revient à en instituer d’autres ou, parfois, à véhiculer les mêmes. En raison des dispositifs du discours et de la mémoire discursive, les stéréotypes « infiltrent » la subjectivité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Coupe du Monde en 2022 est une occasion de voir resurgir un débat important pour les études de genre : le rapport entre masculinité et sport. Par extension, elle est en outre une opportunité pour discuter la constitution du genre de manière plus générale, à partir d’un évènement qui mobilise le monde entier. Historiquement, les sports, en particulier ceux qui demandent de la résistance et de la force, ont toujours été associés à l’image de la virilité et de la masculinité. Ainsi, la plupart des règlements sportifs d’aujourd’hui sont nés dans des groupes formés par des hommes et pour les hommes, depuis l’Antiquité.

2Au Brésil, l’association entre la masculinité et le sport, surtout le football, se constitue dès l’enfance dans l’esprit de la plupart des personnes. L’existence du football féminin est assez récente dans le pays. Malgré les récits de matchs entre femmes dans les années 1920, ce n’est qu’en 1983 qu’ils ont été légalisés et ont cessé de constituer une infraction à la loi. L’association avec le masculin et, plus que cela, avec l’homme hétérosexuel, fait partie de l’imaginaire du sport dans le pays. Ainsi, un homme qui n’aime pas le football déclenche, dans de nombreux groupes, une méfiance à l’égard de sa virilité et de son hétérosexualité :

Le football est une institution masculine importante. Il est produit par la présomption de masculinité tout en participant à la production, circulation et hiérarchisation des différentes possibilités de masculinité. Puisqu’ils mettent en jeu la concurrence, la violence et le combat (considérés comme des attributs de la masculinité), les sports sont constitués comme des lieux privilégiés pour la construction de masculinités spécifiques. (Gustavo Andrada Bandeira & Fernando Seffner 2013 : 252, la traduction nous appartient)

3De même, assumer son homosexualité dans le football constitue toujours un sujet dans les cercles de conversation et dans les médias. A titre d’exemple, un reportage récent sur un portail d’information brésilien s’intitule « Qui sont les joueurs homosexuels qui ont joué lors des Coupes du monde ?1 ». Le texte ne mentionne que deux cas dans toute l’histoire.

4Partant du fait que le discours sur le genre est une construction historique, le présent travail discute de quelle manière le rapport entre genre, masculinité, homosexualité et football a été construit dans un programme web brésilien, dont la proposition initiale est celle de produire un discours militant ou, au moins, un discours qui se veut inclusif.

5Pour cela, nous nous inscrivons dans la tradition d’analyse du discours française et reprenons Jean-Jacques Courtine (1981 : 53), pour qui la notion de mémoire discursive « concerne l’existence historique de l’énoncé au sein de pratiques discursives réglées par des appareils idéologiques ». La notion de mémoire discursive, telle que définie par l’auteur, montre que le langage fait circuler des formulations antérieures, du déjà-dit, du déjà-énoncé.

6Dans cette contribution nous avons choisi d’étudier deux épisodes diffusés sur YouTube du programme web Põe na Roda (en français, en traduction libre, « Entrez dans la danse2 »). L’un d’entre eux essaie de déconstruire les discours stéréotypés sur l’homosexualité. Plus exactement, pour tenter de déconstruire un stéréotype, la vidéo met en scène, entre autres exemples, un homme gay qui aime le football. L’autre épisode discute plus en détail le rapport entre homosexualité et football. Pour ce qui nous concerne, nous nous demandons dans quelle mesure il est possible d’échapper à ces stéréotypes et quelles sont les stratégies qui prétendent résister, proposer des contre-discours. Par stéréotype, nous entendons ici une image figée, issue de la mémoire discursive, comme l’explique Ruth Amossy (1999 ; 2011), auteure à laquelle nous reviendrons ici plus tard, pour traiter plus en profondeur la question.

7Compte tenu des aspects idéologiques d’une relation entre société, langue et histoire, nous souhaitons interroger ici la limite à laquelle se heurte la déconstruction des stéréotypes. Plus précisément, nous nous demandons dans quelle mesure il est possible de résister par des contre-arguments et de déconstruire les images figées en permettant l’émergence de nouvelles images.

8Ajoutons que les programmes qui sont analysés ici essaient de développer une contre-argumentation face aux stéréotypes par l’humour. C’est un aspect dont il faut tenir compte dans l’analyse, car

L’humour (« c’est pour rire ») constitue plus que jamais une modalité d’expression privilégiée du monde médiatique contemporain et un lieu de production particulièrement intéressant des stéréotypes de Genre. Malgré une reconfiguration importante des scènes humoristiques et des performances de Genre qu’elles permettent (...), le lien entre humour et sexisme reste puissant, de même qu’y est souvent privilégiée la construction d’une virilité ostentatoire et méprisante pour d’autres formes de masculinités. (Marlène Coulomb-Gully 2014, en ligne).

9Bien que produits il y déjà quelque temps déjà − le premier date de 2014 ; le deuxième, de 2016, ces épisodes circulent toujours sur internet et comptabilisent le nombre de visualisations le plus élevé de la chaine YouTube citée. Ainsi, ils sont constamment en train de produire de nouveaux sens et des réaffirmations de stéréotypes de genre. Cette grande visibilité, comme on le verra, révèle également des mécanismes producteurs d’identités : les épisodes sont vus et se partagent sur internet car une grande quantité de personnes, surtout au Brésil, trouvent dans ces vidéos des résonances à leurs propres conceptions du genre.

10A ce propos, il n’est pas inutile de préciser que, dans les pratiques de circulation et consommation d’informations sur internet, plus un contenu est consulté, plus il reçoit de visibilité dans les moteurs de recherche et dans les indications faites par les algorithmes. Cette grande visibilité exponentielle conforte l’importance de la réflexion proposée ici.

11Sur internet, des mots tels que « gay », « football », « sélection brésilienne » et « joueurs » sont et ont été très recherchés pendant la Coupe du Monde 2022. Or, en raison de leurs mots-clés, les vidéos analysées dans ce travail apparaissent en tant que suggestions pour les internautes : voyons ce que cela nous dit de la permanence des stéréotypes sur le genre, de la manière dont ils ont été construits et de leur circulation.

Stéréotypes discursifs

12Enoncer signifie entrer dans un jeu de significations et images. Lorsqu’il dit quelque chose, le sujet construit des sens en interaction avec d’autres sujets à partir d’un réseau d’affiliations à l’histoire, à l’idéologie et aux conditions de production, et il projette par son énoncé une image de soi-même, de l’autre et du référent.

13Ruth Amossy et Anne Herschberg-Pierrot se sont engagées dans la démarche d’établir, à travers plusieurs publications, la relation entre le préconstruit et la notion de stéréotype, nomenclature utilisée traditionnellement par les Etudes Culturelles et par la Sociologie. Selon ces auteures, les deux notions sont liées à la mémoire discursive, car dans l’utilisation d’un stéréotype, on présuppose l’existence de quelque chose qui le précède. Le stéréotype désigne ainsi un type de construction symbolique et syntaxique qui met en jeu des préconstruits, en les synthétisant et en les prenant comme évidence, et qui met en rapport un thème à une prédication récurrente.

14Comme dit Herschberg-Pierrot (2008 : 01), « c’est en effet à l’intérieur d’un contexte énonciatif qu’ils apparaissent comme emprunt, déjà dit, faisant appel à une mémoire du texte ». Autrement dit, selon les termes d’Amossy (1991 : 21) : « Le stéréotype constitue l’équivalent de l’objet standardisé dans le domaine culturel. Il est l’image préfabriquée, toujours semblable à elle-même, que la collectivité fait monotonement circuler dans les esprits et les textes. »

15L’analyse des stéréotypes est très importante, car ce type de construction imaginaire entraine une série d’implications sociales, notamment sur les comportements, sur les évaluations et éventuellement les stigmatisations de l’Autre différent. « Un stéréotype détermine, au premier chef, des ‘consignes’, ou des ‘instructions’, pour des conduites, des comportements divers, y compris langagiers : discursifs souvent, mais pas exclusivement » (Denis Slakta 2016 : 42).

16A travers l’utilisation d’un stéréotype, le sujet tente de légitimer un discours face à un groupe, de lui conférer l’appartenance à une situation sociale et culturelle donnée. « Le stéréotype apparaît avant tout comme un instrument de catégorisation qui permet de distinguer commodément un nous d’un ils. Dans ce processus, le groupe acquiert une physionomie spécifique qui le différencie des autres. » (Amossy & Herschberg-Pierrot 1997 : 45). Il s’agit donc d’une pratique de reconnaissance (bien qu’inconsciente) d’un modèle par lequel les sujets ou les objets du discours peuvent être diffusés, catégorisés et identifiés.

17Les stéréotypes constituent une composante essentielle du processus de stigmatisation qui, comme l’expliquent Maëlle Bazin, Frédéric Lambert et Giuseppina Sapio (2020 : 16 in Adèle Simon 2021 : 510), « est un acte de langage ». L’acte de stigmatiser mobilise une série de processus discursifs qui conduisent à la déshumanisation, en raison des simplifications, qui réduisent l’humain à sa couleur de peau, à sa sexualité, à son origine ethnique, à sa maladie, etc. Les médias sont parties prenantes de ces processus, puisqu’ils participent activement à la circulation et à la cristallisation de la pensée dominante et des normes hégémoniques. Selon ces auteurs, les groupes minoritaires, stigmatisés sans cesse, doivent s’approprier l’espace médiatique et se mobiliser pour essayer de se défendre. La facilité à produire des vidéos et à les faire circuler sur internet constitue donc une opportunité pour ces groupes.

18Dans cet article, nous nous proposons de questionner quels sont les discours sur l’homosexualité qui circulent dans la société brésilienne, marquée par le machisme et par un profond conservatisme religieux. Pour objectiver les conséquences du machisme et de la difficulté d’acceptation de l’homosexualité, nous disposons des données concernant les actes violents dont les homicides : selon les statistiques du Groupe Gay de Bahia, un des plus importants et respectés dans le pays, on dénombre environ 300 assassinats de personnes homosexuelles (hommes et femmes) par an.

19Cette statistique situe le Brésil comme « champion » en matière de violence contre les personnes homosexuelles. D’un autre côté, le pays fait les premiers pas dans la direction de criminaliser l’homophobie en visant surtout le mouvement chrétien néo-pentecôtiste, dont l’influence est grandissante au Brésil, qui considère l’homosexualité comme une menace à la famille traditionnelle et qui est responsable de mettre en circulation des discours associant l’homosexualité à la maladie, au péché, à la perversion, à la promiscuité. Au pays dont l’image à l’étranger est attachée à un préconstruit de libéralité sexuelle, surtout en raison du Carnaval, les personnes homosexuelles engagent encore des batailles pour affirmer leur place dans la politique de droits égaux.

La (tentative de) négation d’un stéréotype

20Un stéréotype est souvent combattu par un discours qui a l’intention de le nier et d’en démontrer les failles. Cependant, on sait que l’intentionnalité n’est qu’une infime partie du processus de production de significations. Dans ce cas qui nous intéresse, nous nous sommes demandé quelles ont été les images choisies par les producteurs d’une émission humoristique pour construire des contre-arguments aux stéréotypes négatifs visant l’homosexualité. Cette démarche est-elle possible dans un tel cadre discursif ? Comment cette question est-elle abordée lorsqu’il s’agit du football, un territoire si fortement lié à la masculinité hégémonique dans la culture occidentale et, en particulier, brésilienne ?

  • 3 Pour un public francophone, nous précisons qu’en portugais du Brésil, comme en français, l’expressi (...)

21Nous avons retenu ici deux épisodes du programme web Põe na Roda, diffusé par YouTube, sur la chaine web homonyme. Animée par trois jeunes — Pedro HMC, Felipe Abe et Nelson Sheep, la série est affichée comme » Humour et information hors du placard3, depuis le 15 avril 2014 ! A chaque inscrit, une paillette sera offerte pour confectionner le nouveau manteau d’Elton John ». Les vidéos, à publication hebdomadaire, ont différents formats qui alternent entre épisodes humoristiques, interviews et débats. Le groupe poste un nouvel épisode sur la chaine YouTube tous les mercredis, à 11h24. Il a environ 1,2 million d’inscrits (internautes qui reçoivent des notifications sur les nouvelles vidéos et actualisations) et ses vidéos ont déjà dépassé 30 millions de visualisations.

  • 4 A propos du numéro 24, pour le public francophone, nous précisons que, au Brésil, il existe un jeu (...)

22L’énoncé affiché comme présentation de la chaine web met en évidence le caractère humoristique et exagéré par lequel le groupe exerce son militantisme ou, au moins, son lien à la cause LGBT. L’horaire choisi pour la diffusion des vidéos est un exemple de cette caractéristique car il détourne des allusions à une sexualité gay surévaluée et détraquée et à des minauderies féminines. « 11h24 » fonctionne tant comme repère chronologique d’une rigueur burlesque (244 minutes sonne comme une précision exagérée dans un pays où les retards sont fréquents et les horaires fractionnés à une telle précision sont peu courants), que comme référence à deux numéros présents dans les préconstruits discursifs de l’univers gay.

23La première vidéo du programme web que nous allons analyser ici est intitulée Não é por ser gay que eu necessariamente... (Ce n’est pas parce que je suis gay que nécessairement je...)5, diffusée le 22 avril 2014 et, actuellement, la plus visualisée de la chaine : 3,2 millions de vues (données de début septembre 2022). La vidéo est la première d’une série de trois productions utilisant le même type d’énoncé. Les suivantes sont intitulées Não é por ser lésbica que eu necessariamente… (du 30 septembre 2014) [Ce n’est pas parce que je suis lesbienne que nécessairement je...], ayant environ 2,1 millions de visualisations, et Não é por ser bissexual que eu necessariamente... (du 26 février 2016) [Ce n’est pas parce que je suis bisexuel que nécessairement je...], avec environ 1,3 million de vues. Le deuxième épisode que nous analysons ici s’intitule 10 motivos para os gays gostarem da Copa (« 10 motifs gays pour aimer la Coupe du Monde »)6, et il totalise 293 000 visualisations au moment de la rédaction de notre contribution. Il nous a intéressés parce qu’il permet d’établir une comparaison : comment les préconstruits sur l’homosexualité, utilisés, comme nous le verrons, pour nier un stéréotype, sont-ils récupérés et, d’une certaine façon, renforcés dans d’autres épisodes produits par le même groupe ?

24Le programme web Não é por eu ser gay que necessariamente... dure 1’57’’ et ses répliques sont transcrites ci-après. Sur la vidéo, ces énoncés sont produits par différents personnages homosexuels. Certaines scènes comportent un dialogue, dont les énonciateurs sont représentés par les lettres A, B et C :

  • 7 En portugais du Brésil, l’expression utilisée est « barriga tanquinho », expression en argot pour d (...)
  • 8 Dans l’argot gay brésilien, « parler comme un chat » est la marque d’une voix efféminée.
  • 9 Cette expression, en portugais du Brésil, « um desperdício » est utilisée par les femmes quand elle (...)
  • 10 Dans l’argot gay brésilien, « arrasa » [fait des ravages] a le sens de « avoir du succès ».
  • 11 Langue Brésilienne des Signes, utilisée par les personnes sourdes.

Ce n’est pas parce que je suis gay que nécessairement je m’épile
...Que j’ai le ventre bien dessiné7
...Que je parle comme un chat8
...Que j’ai un caniche
...Que je suis un « gaspillage »9
...Je dis « arrasa »10
[En Libras11] Je dis « arrasa », mais je parle en Libras

A : ...Que je n’écoute que Madonna
B : ...Que je n’écoute que Lady Gaga
C : [en Libras] Je n’écoute aucune des deux, non plus. C’est vrai, je ne les écoute pas

...Que j’aime Glee
...Que j’ai un iphone blanc
...Que je lisse les cheveux
...Que je suis drôle
...Que j’aurais voulu être né femme
...Que je vais te draguer seulement parce que tu es un homme
...Que je n’ai que des amis gays

A : Ce n’est pas parce que je suis gay que je sais faire de la chorégraphie
B : Seulement si c’est de Britney, n’est-ce pas ?
A : Je n’en fais aucune, de toute manière.

  • 12 D’habitude, au Brésil, l’équipe de São Paulo Futebol Clube est accusée par les homophobes d’être un (...)

A : Ce n’est pas parce que je suis gay que je suis supporteur de l’équipe de São Paulo12
B : Non ?

...Que je vais en enfer

...Que je suis passif

A : ...Que je porte un col en V jusqu’au nombril
B : Jusqu’à la poitrine je peux ?

A : Ce n’est pas parce que je suis gay que je n’entretiens pas une relation stable
B : Depuis huit ans
A : <grimace> Et demi !
C : ...Ou que j’ai ces applications pour chercher des rencontres sexuelles

A : ...Que je suis coiffeur
B : Mais je le suis !

A : ...Que j’enlève la chemise quand je vais en boite
B : Mais je l’enlève !

A : Ce n’est pas parce que je suis gay que j’ai nécessairement choisi d’être gay
B : Mais si je pouvais choisir, eh bien, je le choisirais
A : Oui, moi aussi.

A : Ce n’est pas parce que je suis gay que mon père n’est pas fier de moi
B : Ou qu’on ne peut pas construire une famille comme la tienne !

25 Tout le discours du programme web se présente comme constitué à partir des préconstruits récurrents de l’imaginaire brésilien sur ce que signifie être gay. Dans toutes les séquences, ce qu’on voit et on entend, ce sont des images sur l’homosexualité qui circulent socialement, qui font partie de la mémoire discursive collective. Dans quelques cas, ils se constituent déjà comme stéréotypes.

26Les images véhiculées ont été forgées à différents moments : certaines sont très anciennes (« j’aurais voulu être né femme ») et rappellent l’association entre homosexualité et féminité. Dans cet imaginaire, être gay serait une espèce de déviation du sexe biologique. Cette image est verbalisée par le plus âgé des participants de la vidéo, qui a déjà plus de 40 ans. Nous pouvons associer l’image de l’acte de lisser ses cheveux au même désir supposé d’être femme, mais cette image apparait dans une phrase qui laisse de la place à de l’ambigüité : « Je lisse les cheveux ». Doit-on comprendre qu’il lisse ses propres cheveux, dans une relation d’agent et patient de l’action ? Ou bien est-il coiffeur, un métier que l’émission elle-même présente comme un préconstruit de l’homosexuel ?

27Le préconstruit du « choix sexuel », terminologie qui, pendant longtemps, a été utilisée pour catégoriser l’homosexualité, relève de la même logique du choix d’être femme (« je voudrais être né femme »). C’est à cela que réfère la scène « Ce n’est pas parce que je suis gay que j’ai nécessairement choisi d’être gay », renforcé dans la séquence : « Mais si je pouvais, je le choisirais ». Comme on peut voir, la vidéo pose le fait qu’il existe un stéréotype sur l’homosexualité et, à partir de cela, elle met en scène une série de manifestations du discours transverse qui le véhicule (Courtine 1981 ; Alain Lecomte 1981). Prenons, par exemple, l’extrait :

28« [C´est n’est pas parce que je suis gay] que je vais te draguer seulement parce que tu es un homme ».

29On reprend d’abord, comme effet du préconstruit, l’image du gay comme un détraqué sexuel, qui ne se soucie d’aucun autre critère en dehors de la sexualité. Ici, les sujets de sexe masculin sont nommés de deux manières : l’homosexuel est désigné par son orientation sexuelle (« gay ») et l’hétéro par son identité de genre : « homme ». Ce qu’on établit dans cet extrait est une distinction claire entre être « gay » et être « homme ». Ce découpage se renforce encore avec l’énoncé subséquent : « [Ce n’est pas parce que je suis gay...] que je n’ai que des amis gays ».

30Du point de vue visuel, il y a encore un autre indice qui évoque le stéréotype et la mémoire partagée sur les genres. Dans la prétention de dénoncer l’inefficacité par simplification des préconstruits sur les homosexuels, les deux acteurs de la vidéo n’adoptent aucune gestualité qui serait considérée, par préconstruit, comme féminine. C’est sans doute pour cela que Pedro, qui interprète le gay, laisse voir une partie des poils de la poitrine sortant du col de son t-shirt. Après tout, dans l’imaginaire stéréotypé que la vidéo prétend nier, les homosexuels s’épileraient.

31Non seulement aucun des deux n’a de gestes nettement efféminés, mais en outre le discours mis en scène se présente sous la forme d’une modalisation : les mots « Hétéro » et « Gay » sont projetés sur l’écran, pendant une manifestation de tendresse où l’hétéro embrasse le gay (et non le contraire, comme il serait attendu par le préconstruit que l’émission elle-même a essayé de nier quelques minutes plus tôt).

Figure 1 — Scène du programme web — Amis hétéros

Figure 1 — Scène du programme web — Amis hétéros

Source : Capture d’écran prise par les auteurs le 12/08/2022.

32Le préconstruit véhiculé par la vidéo touche également les pratiques culturelles et leur évolution historique. C’est ce qui explique la mention de la chanteuse Madonna, associée au monde gay surtout dans les années 1980 et 1990, mais aussi de Britney Spears et Lady Gaga, chanteuses internationales supposées faire l’unanimité chez les gays par les préconstruits sur leur culture. La relation entre le monde gay et les icônes de la culture pop se matérialise aussi avec la mention de la série TV américaine Glee.

33Dans la tentative de produire un discours qui prétend à la destruction des préconstruits et, par conséquent, des stéréotypes, les producteurs de la vidéo choisissent aussi différents clichés sur l’hétérosexualité et la masculinité. C’est ce que montre la séquence « [Ce n’est pas parce que je suis gay que nécessairement je...] suis supporteur de l’équipe São Paulo », où l’acteur apparait habillé avec le t-shirt d’une autre équipe, Corinthians. Pour produire du sens, la vidéo récupère une insulte commune proférée par les adversaires du São Paulo Football Club : celui-ci serait une équipe de gays, en opposition à celle considérée, dans le préconstruit, comme un espace de masculinité maximale : l’équipe Corinthians. La construction de l’identité passe ici par la référence à une sorte de frontière qui ne devrait jamais être dépassée : celle du personnage antagoniste. Même dans le domaine du football, où il existe une relation intrinsèque entre la virilité et la masculinité, des niveaux sont créés dans le discours pour signifier qu’il y aurait des manières plus ou moins masculines d’aimer le sport. Ainsi, dans cette définition par opposition, ce qu’on est dépend de ce qu’on n’est pas.

34Un autre préconstruit utilisé pour nier les stéréotypes sur l’homosexualité concerne les relations amoureuses. Historiquement, on a associé l’homosexualité à l’idée de promiscuité (discours qui a son origine dans les récits bibliques de Sodome et Gomorrhe). L’interpellation idéologique, le poids de la tradition chrétienne et de l’histoire sur la formation imaginaire du couple hétéro, qui n’a commencé à considérer comme légitime la dissolution matrimoniale que depuis quelques décennies, aident à créer l’idée des gays comme étant peu enclins à des relations durables. « Ce n’est pas parce que je suis gay que je n’ai pas une relation stable », dit un des personnages. A cela, son compagnon complète : « Depuis huit ans ». Il est, cependant, corrigé immédiatement, avec une expression d’aversion au visage : « [huit ans] et demi ». Il est intéressant d’observer ici que la négation de l’idée de superficialité dans les relations homosexuelles est accompagnée de la mise en circulation d’un préconstruit typique des couples hétérosexuels : les hommes, en général, sont considérés comme ceux qui oublient les dates importantes, qui ne se rappellent pas des détails. Les femmes, par contre, les corrigent.

35Les paroles du jeune homme qui corrige son partenaire prétendent renforcer l’existence de rapports durables entre les gays, mais en même temps elles reposent sur la mémoire du modèle hétéronormatif : l’un des deux ne se rappelle pas, l’autre corrige. Or, pour matérialiser cette mémoire, la correction provient exactement du partenaire qui a plus de traits considérés comme efféminés. Quelque chose échappe, « ça parle avant ». Même en essayant de l’éviter, il se produit ici une réaffirmation de stéréotype.

36Si le but de la vidéo était de démontrer la diversité des gays au-delà d’un préconstruit homogénéisant, le programme web a mobilisé aussi les « énoncés divisés », dont parle Michel Pêcheux en préfaçant le texte de Courtine (1981). « L’énoncé divisé » apporte au matérialisable « le fait qu’une formation discursive est constitutivement hantée par son autre : la contradiction motrice ne résulte pas du choc de “corpus contrastés”, censés véhiculer chacun l’homogénéité des antagonistes, mais de cet effet de surdétermination par lequel de l’altérité vient affecter le même » (Pêcheux, 1981 : 7).

37La contradiction constitutive du discours sur l’homosexualité — mobilisant des préconstruits, leur négation et leur affirmation — émerge à partir des effets de surdétermination installés. Des sens se mélangent, se fondent et se transforment. Ce processus permet qu’une formation discursive donnée — dans ce cas, marquée par le discours de la diversité des gays — incorpore ses propres énoncés ou ceux issus d’autres formations discursives pour les réfuter ou pour produire d’autres sens. Prenons comme exemple les extraits suivants, exemplaires de cet « énoncé divisé » :

« A : [Ce n’est parce que je suis gay] que je porte un col en V jusqu’au nombril.
B : Jusqu’à la poitrine, je peux ? »

38ou alors :

« A : [Ce n’est parce que je suis gay] que je suis coiffeur.
B : Mais je le suis. »

39Dans les deux cas, on voit des scènes où deux gays dialoguent. Tandis que les premiers (A) réfutent le préconstruit qui les associe à un type de vêtement et à un métier, les seconds (B) le renforcent. Ces énoncés divisés reprennent et explicitent aussi les sens apportés par l’adverbe « nécessairement » qui apparait sur le nom de la vidéo. Dans les « énoncés divisés », on nie d’abord les images qui sont en position dominante dans l’interdiscours. Ensuite, on permet une affiliation à ces images.

40Si on résume la construction de cette vidéo, on relève dans l’énonciation la tentative de nier un ensemble de préconstruits qui, par leur caractère dominant et figé, correspondent à la définition du stéréotype, selon Ruth Amossy et Anne Herschberg-Pierrot (1997). Pour affirmer la diversité des gays, la vidéo véhicule un mouvement discursif qui contrarie l’image stéréotypée du gay notamment urbain, de classe moyenne supérieure (iphone blanc, caniche), inséré dans un standard esthétique (ventre bien dessiné, col en V, épilé, cheveux lissés), efféminé (parler comme un chat, vouloir être une femme, être passif), extrêmement érotisé/sexualisé (inscrits sur une application web pour chercher des rapports sexuels) et ayant certaines habilités professionnelles et personnelles (être coiffeur et faire de la chorégraphie), opposé à l’idée de (fonder une) famille.

41Au Brésil, le discours sur la famille est assez représentatif de la situation actuelle du militantisme gay, étant donné que, par la législation, la nomination de « famille » est restreinte aux noyaux hétérosexuels. Dans l’énoncé « Ce n’est pas parce que je suis gay que mon père n’est pas fier de moi » // Ou que nous ne pouvons pas construire une famille comme la tienne ! », la vidéo met aussi en scène l’image que les locuteurs donnent de leurs interlocuteurs, à savoir leur public.

42Le pronom « la tienne » est une façon de mentionner le standard hétéronormatif, qui est associé à l’autre, mais que d’une certaine façon constitue également les locuteurs. Bien que la vidéo évoque des images qui peuvent circuler aussi parmi les gays sur eux-mêmes, l’utilisation de ce pronom déplace vers les hétérosexuels la responsabilité de la genèse des discours stéréotypés. Ainsi, ce pronom évoque précisément à qui s’adresse la vidéo, c’est-à-dire qui est en position de devoir déconstruire ces stéréotypes et qui est en position de responsable des images destinées à être réfutées. Selon Pêcheux (1969), ce sont les places que chacun s’attribue à soi, attribue à l’autre ainsi qu’au référent.

Autre épisode, autre discours ?

43Passons maintenant à l’analyse de la vidéo « 10 motifs d’aimer la Coupe pour les gays ». Dans cet épisode, le groupe profite de la réalisation des jeux au Brésil, en 2014, pour produire de l’humour, en partant du préconstruit que le football est en rapport avec la virilité et que les gays, donc, ne le valoriseraient pas. Ci-après, la transcription des énoncés de la vidéo qui, au total, dure 4’15’’. Au début, avant la présentation des « motifs », des arguments sont exposés comme étant ceux qui, à l’époque, composaient les discours d’opposition à l’organisation de la Coupe du Monde au Brésil :

  • 13 Commentateur de matchs de la principale chaine TV du pays, Rede Globo, considéré comme ennuyeux par (...)

Surfacturation des œuvres
Protestations
Manque de structure
Structure ?
Pagaille
Embouteillages
Galvão Bueno13

  • 14 Dans les mois qui ont précédé la Coupe du Monde au Brésil (2014), c’était courant d’employer l’expr (...)
  • 15 En portugais du Brésil, « gringo », c’est l’argot pour désigner les étrangers.
  • 16 Il s’agit du nom d’une application qui est aussi un réseau social numérique concentré sur les homme (...)

Quel est le bon côté de la Coupe ?
On a 10 motifs !
1. 12 nouveaux stades pour que Madonna puisse faire son show.
2. En finir enfin avec cette affaire de dire « imaginez quand ce sera la Coupe14 ». Je n’en peux plus... Tout ce qui arrive c’est « Imaginez quand ce sera la Coupe... », « Imaginez quand ce sera la Coupe »...
Gringos15 au Grindr16

  • 17 L’expression « chupa » est de l’argot utilisé pour ridiculiser l’opposant. Elle signifie « suce ! » (...)
  • 18 Mention à la taille des fesses du joueur appartenant à la sélection brésilienne à l´époque.

Profiter du moment du but pour serrer dans tes bras ton ami hétéro
Acheter l’album de la Coupe avec les photos des beaux joueurs
La Coupe peut faire que les gays apprennent beaucoup plus les uns avec les autres
A[personnage gay] : Quelle est cette équipe qui porte un maillot rouge ?
B[personnage hétéro] : L’Espagne !
A : Ah... l’équipe du petit ami de Shakira
A : Et cet uniforme blanc perlé ?
B : Blanc c’est l’Angleterre.
A : Ah, bon, l’équipe du Beckham.
B : Non, non... Beckham ne joue plus, mec. Il fait des photos en slip... Je croyais que tu le savais. Il n’a pas une petite amie chanteuse ?
A : Tu parles de Victoria, des Spice [Girls] ? Elle n’est plus chanteuse. Elle est styliste. J’ai cru aussi que tu le savais.
7. Des animaux si mignons, habillés avec la chemise de la sélection.
8. A : Et supporter... n’est pas si étrange pour nous
B : ‘Chupa’17 !
C : Tout de suite !
9. A : Les joueurs de Grèce..
B : Les espagnols...
C : La sélection de l’Italie
D : La Croatie...
E : [frustré] Le Brésil....
10. A : Le grand motif...
B : Un super motif vraiment...
C : Hyper
D : Super
B : Immense
C : Géant par sa propre nature...
Tous, à l’unisson : les fesses de Huck18.

44La formulation du discours de cette vidéo reprend précisément la plupart des préconstruits que le groupe cherchait à nier pour défendre la diversité des gays dans l’épisode analysé précédemment. Ainsi, sont réaffirmées ici les images du gay comme fan de chanteuses internationales (Shakira, Spice Girls, Madonna) et comme réduit à sa dimension érotique.

45Si, dans la première vidéo, le but était de démontrer que les gays ne correspondaient pas uniquement à une image de sexualité sans pudeur ou détraquée, on observe dans cette nouvelle vidéo que sur les 10 motifs indiqués, six ont un rapport avec la pratique sexuelle (motifs 3, 4, 5, 8, 9 et 10), y compris en faisant la promotion de l’image d’un gay qui essaie d’obtenir des contacts sexuels avec des hétéros, ce qui avait été repoussé dans l’autre épisode. On reprend, par exemple, l’image du gay qui utilise des applications pour rencontrer des partenaires sexuels (« Grindr »), questionnée dans l’épisode précédent (« [Ce n’est pas parce que je suis gay que nécessairement j’ai] une application pour chercher des relations sexuelles »).

46En outre, le préconstruit du gay qui est toujours à la mode apparait dans cette vidéo. Dans la construction du motif 6, par exemple, le personnage homosexuel porte une chemise de la sélection brésilienne où on peut lire « Calvin Klein », symbole de style et de mode. Les standards de beauté et superficialité sont aussi largement repris.

47En parlant de la possibilité d’échange d’informations entre hétéros et gays, deux images sont mobilisées, se constituant comme des stéréotypes : l’hétéro qui connait tout sur le football (positions des joueurs, équipes, désignation des joueurs) et le gay qui sait tout de la vie des célébrités et connait les différentes nuances des couleurs (« blanc perlé », par exemple). L’énoncé « Je croyais que tu le savais » en parlant de l’ignorance des personnages est un exemple de cette mémoire partagée. « Comment, en étant gay, tu ne sais pas que Beckham fait la publicité pour des slips ? ».

48Dans le préconstruit sur l’homosexualité et l’hétérosexualité, quelles sont, pour employer une nomenclature de Pêcheux (1983), les « choses-à-savoir » ?

49Dans le cas de ce programme web, les stéréotypes sont utilisés pour susciter le comique annoncé par la chaine déjà dans sa définition comme espace d’« humour et information ». Mais, si l’humour est bien présent, quelles sont les informations qui peuvent être diffusées ? Quels sont les discours possibles dans le genre discursif de l’humour ?

50Pour dire que les gays peuvent aimer et regarder le football, les mêmes stéréotypes, qui infiltrent nos vies, sont recyclés : d’un côté, l’idée de virilité des joueurs et, de l’autre, le gay qui aime les divas pop, la mode et qui est intéressé tout le temps par le sexe. Dans l’épisode précédemment analysé, il était affirmé que « c’est ne pas parce que je suis gay que nécessairement je vais te draguer seulement parce que tu es un homme » ; or dans l’épisode suivant, les matchs de football sont mis en avant comme prétexte à des approches sexuelles (« profiter du moment du but pour serrer dans tes bras ton ami hétéro »). Les épisodes créent ainsi des catégories : il y aurait des manières masculines et des manières gays de suivre le football.

51Dans un pays qui s’intéresse autant au football que le Brésil, personne ne créerait une vidéo destinée aux homme hétéros, ayant comme objectif de leur expliquer les raisons d’aimer le football. Dès lors, la création de la vidéo est déjà une manière de démontrer que ce sport n’est pas pour les gays, sauf pour des raisons liées aux stéréotypes récupérés et renégociés.

52Bien qu’elles soient produites par des homosexuels, les images qui défendent leur argumentation tirent leur origine dans les stéréotypes sur une supposée standardisation de ce que serait la culture gay, standardisation contre laquelle la première vidéo essayait d’argumenter. Dans la deuxième vidéo, le (supposé) militantisme en faveur de la cause homosexuelle ne peut être reconnu que si l’interlocuteur est capable d’identifier l’exagération présente dans les expressions corporelles et dans les actions qui accompagnent les dires.

53Il est ironique de constater que ce n’est que si l’interlocuteur de la vidéo identifie les différentes voix présentes qu’il sera ratifié comme interlocuteur. La (possible) identification de la démarche militante, l’interprétation des affirmations comme s’inscrivant uniquement dans le genre de l’humour ou bien leur interprétation comme réaffirmant des stéréotypes constitueront des effets de sens ; ils dépendront de la position des sujets interlocuteurs, de la formation discursive où ceux-ci s’inscrivent.

54Le programme web censé ouvrir un lieu de résistance ou de militantisme met en scène un geste d’affiliation au même discours dominant, à ce qui se stabilise dans l’histoire et se matérialise comme une contradiction. Bien qu’ils se présentent comme militants et peut-être circulent de cette façon, surtout au sein des groupes gays, les épisodes analysés n’arrivent pas à interroger les structures figées, car c’est toujours à partir d’elles que les acteurs se constituent en tant que sujets. Cela interroge le poids de la mémoire et suscite une réflexion sur sa permanence en tant que discours, qui semble ici remplacé plutôt que déconstruit. Pour contre-argumenter en matière de stéréotypes, le sujet, par la force du figement des images dans le mémoire discursive, s’approprie d’autres stéréotypes.

55Pour autant, il ne s’agit en aucun cas de méconnaitre l’importance des formes de contre-argumentation aux stéréotypes, car, à chaque fois qu’elles sont formulées, elles déposent dans la mémoire discursive des nouvelles images et manières de dire, qui feront partie de ce que le sujet sera capable de dire.

Considérations finales : qu’est-ce que le sujet est capable « de mettre dans la danse ? »

56Le sujet, malgré l’illusion d’être à l’origine du discours, ne peut dire que ce qu’il peut formuler dans sa formation discursive. Des sens sont produits, des discours circulent, mais leur interprétation dépend d’une part du lieu d’où le locuteur parle et d’autre part des images que le locuteur projette sur l’interlocuteur.

57Les stéréotypes sont partie prenante de la société et de l’histoire. Même le discours qui les déconstruit revient à en instituer d’autres ou, parfois, il conforte les mêmes. À cause des dispositifs du discours et de la mémoire discursive, les stéréotypes « infiltrent » la subjectivité.

58À quoi servent donc les contre-stéréotypes sur l’homosexualité ? À nier les stéréotypes ? À montrer la diversité existante dans la catégorie, au-delà des étiquetages ? Ou bien à créer une nouvelle identité, laissant le soin de repérer qu’il s’agit d’une démarche militante à la charge de l’interlocuteur capable d’identifier l’ironie et l’humour ?

59Dans la circulation entre les formations discursives, l’intentionnalité ne peut pas faire contrepoids facilement aux raisons historico-idéologiques qui interpellent et marquent inconsciemment le sujet. L’analyse des corpus montre que le travail de déconstruction des stéréotypes passe aussi par l’émergence de nouveaux sens et discours au sein même des groupes concernés par les stéréotypes à déconstruire. On nie ici, on affirme à nouveau là-bas, on se contredit plus loin, tel que l’analyse des vidéos traitées ici l’a montré. Chacun « met dans la danse » les sens qui lui sont accessibles.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY Ruth. 1991. Les Idées Reçues. Sémiologie du Stéréotype. Paris : Éditions Nathan.

AMOSSY Ruth. 2011. Imagens de si no discurso e na construção do ethos. São Paulo, Brésil : Contexto : 119-144.

AMOSSY Ruth & HERSCHBERG-PIERROT Anne. 1997. Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société. Paris : Nathan Université.

AMOSSY Ruth & HERSCHBERG-PIERROT Anne. 2011. Stéréotypes et Clichés. Langue, discours, société. Paris : Armand Colin.

BAZIN Maëlle, LAMBERT Frédéric & SAPIO Giuseppina (dir.). 2020. Stigmatiser. Discours médiatiques et norme sociales. Lormont : Éd. Le Bord de l’eau.

BANDEIRA Gustavo Andrada & SEFFNER Fernando. 2013. « Futebol, gênero, masculinidade e homofobia : Um jogo dentro do jogo » Espaço Plural 29(4) : 246-270.

COURTINE Jean-Jacques. 1981. « Quelques problèmes théoriques et méthodologiques en analyse du discours, à propos du discours communiste adressé aux chrétiens » Langages 62 : 9-128.

COULOMB-GULLY Marlène. 2014. « Inoculer le Genre » Revue française des sciences de l’information et de la communication 4 : http://journals.openedition.org/rfsic/837. Consulté le 10 octobre 2022.

HERSCHBERG-PIERROT Anne. 2008. « Stéréotypie et stratégie discursive dans le discours de Lieuvain (Madame Bovary, II, 8) » Institut de Textes et Manuscrits : http://www.item.ens.fr/articles-en-ligne/cliches-stereotypie-et-strategie-discursive-dans-le-discours/. Consulté le 10 octobre 2022.

LECOMTE Alain. 1981. « Comment Einstein raconte comment Newton expliquait la lumière (ou le rôle de la mémoire interdiscursive dans le processus explicatif) » Revue européenne des Sciences sociales 56 : 69-93.

PÊCHEUX Michel. 1969. Analyse Automatique du Discours. Paris : Maspero.

PÊCHEUX Michel. 1981. « L’étrange miroir d’analyse du discours » Langage 62 : 5-8.

PÊCHEUX Michel. 1983. Discours : Structure ou Événement. Illinois University Press.

SIMON Adèle. 2021. « Maëlle BAZIN, Frédéric LAMBERT, Giuseppina SAPIO (dirs), Stigmatiser. Discours médiatiques et normes sociales » Question de communication 39 : https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/26159

SLAKTA Denis (dir.). 2016. Stéréotype : sémiologie d’un concept. Caen : Presses universitaires de Caen.

Haut de page

Notes

1 https://www.uol.com.br/esporte/futebol/colunas/rafael-reis/2022/06/03/quem-sao-os-jogadores-gays-que-disputaram-a-copa-do-mundo.htm. Consulté le 14/10/2022.

2 La chaine est disponible en : https://www.youtube.com/user/canalpoenaroda. Consulté pour la dernière fois le 13/10/2022.

3 Pour un public francophone, nous précisons qu’en portugais du Brésil, comme en français, l’expression fora do armário « hors du placard », fait allusion à l’homosexualité assumée. Estar no armário « être dans le placard » a le sens de réprimer son orientation sexuelle face à la société, aux amis et à la famille.

4 A propos du numéro 24, pour le public francophone, nous précisons que, au Brésil, il existe un jeu de hasard connu comme Jogo do Bicho (« Jeu des Bêtes »), où les paris sont faits sur des numéros qui représentent des animaux. Le numéro 24 est le veado (« cerf »), qui, dans l’imaginaire brésilien, aurait des mouvements efféminés, raison par laquelle, de façon péjorative, cette expression est devenue une façon de faire référence aux homosexuels. Le numéro 11 fait référence à une blague posant celui-ci comme le numéro préféré des gays : « l’un » derrière « l’autre », référence à connotation érotico-sexuelle.

5 La vidéo est disponible en : https://www.youtube.com/watch ?v =f5E5U_LO2c4&t =17s. Consulté pour la dernière fois le 13/10/2022.

6 La vidéo est disponible en : https://www.youtube.com/watch ?v =Z1bGTBbUzz4&t =5s. Consulté pour la dernière fois le 13/10/2022.

7 En portugais du Brésil, l’expression utilisée est « barriga tanquinho », expression en argot pour définir les abdomens bien dessinés.

8 Dans l’argot gay brésilien, « parler comme un chat » est la marque d’une voix efféminée.

9 Cette expression, en portugais du Brésil, « um desperdício » est utilisée par les femmes quand elles voient un bel homme homosexuel, et veut dire que c´est « un gaspillage » puisque de ce fait il y a un bel homme hétérosexuel en moins.

10 Dans l’argot gay brésilien, « arrasa » [fait des ravages] a le sens de « avoir du succès ».

11 Langue Brésilienne des Signes, utilisée par les personnes sourdes.

12 D’habitude, au Brésil, l’équipe de São Paulo Futebol Clube est accusée par les homophobes d’être une équipe moins masculine que les autres. Ces accusations et ces expressions péjoratives ont été déjà abordées dans des campagnes antihomophobie dans le football brésilien. Dans le contexte de la réaffirmation de la masculinité et de la virilité hétérosexuelles par le football, il est extrêmement machiste et méprisant pour une équipe d’être qualifiée comme gay.

13 Commentateur de matchs de la principale chaine TV du pays, Rede Globo, considéré comme ennuyeux par beaucoup de téléspectateurs.

14 Dans les mois qui ont précédé la Coupe du Monde au Brésil (2014), c’était courant d’employer l’expression « Imaginez quand ce sera la Coupe » pour afficher son scepticisme envers les institutions brésiliennes et l’infrastructure du pays, suggérant que pendant les jeux les conditions du pays allaient empirer.

15 En portugais du Brésil, « gringo », c’est l’argot pour désigner les étrangers.

16 Il s’agit du nom d’une application qui est aussi un réseau social numérique concentré sur les hommes gays et bisexuels. Il emploie la géolocalisation pour indiquer la distance entre les utilisateurs connectés.

17 L’expression « chupa » est de l’argot utilisé pour ridiculiser l’opposant. Elle signifie « suce ! ». Fait mention au sexe oral.

18 Mention à la taille des fesses du joueur appartenant à la sélection brésilienne à l´époque.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 — Scène du programme web — Amis hétéros
Crédits Source : Capture d’écran prise par les auteurs le 12/08/2022.
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/5952/img-1.png
Fichier image/png, 395k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabiano Ormaneze et Duílio Fabbri Júnior, « Stéréotypes, déconstruction et mémoire dans le discours du programme web brésilien « Põe na Roda » »GLAD! [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/glad/5952 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.5952

Haut de page

Auteurs

Fabiano Ormaneze

Fabiano Ormaneze est Docteur en Linguistique, spécialiste d’analyse du discours médiatique, à l’université Unicamp, Brésil. Professeur du Centro Universitário Anchieta, Jundiaí, Brésil. Ses centres d’intérêt en recherches portent sur le genre, les médias, les biographies et la politique.

Duílio Fabbri Júnior

Duílio Fabbri Júnior est Docteur en Linguistique, spécialiste d’analyse du discours médiatique, à UFSCar, Brésil. Professeur du Centro Universitário Salesiano, Americana, Brésil. Ses centres d’intérêt en recherches portent sur le genre, internet, la politique et la télévision.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search