Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13TraductologiquesQu’est-ce qu’une politique de tra...

Traductologiques

Qu’est-ce qu’une politique de traduction ? 

What is a Politics of Translation ?
Julie Abbou, Katy Barasc, Cornelia Möser et Manuel Perez

Résumés

À travers l’exemple d’un comité de traduction que nous venons de mettre en place, nous discutons de ce qu’est une politique de traduction, d’un point de vue pratique, théorique et politique dans une revue féministe.

Haut de page

Texte intégral

1À travers l’exemple d’un comité de traduction que nous venons de mettre en place, nous voudrions discuter de ce qu’est une politique de traduction, d’un point de vue pratique, théorique et politique.

2D’un point de vue pratique, une politique de traduction touche à la matérialité des traductions, en termes de droit du travail, de propriété intellectuelle, de bonnes pratiques ou encore en termes économiques.

3D’un point de vue théorique, cela implique des questions de traductologie : 

  • Comment travailler la circulation de la pensée au prisme du marché linguistique mondial ? 

  • Comment atteindre des textes dans des langues que nous ne parlons pas ? 

  • Comment accéder à des espaces linguistiques moins prisés sur le marché des langues ?

4Si l’on associe le théorique au politique, nos interrogations renvoient au caractère féministe des traductions et de la traductologie :

  • Qu’est-ce que traduire en féministe ?

  • Que signifie une traductologie féministe ?

  • Comment le féminisme influence-t-il la pratique concrète de la traduction, l’inscription même du texte et la définition d’une compétence traductive spécifique ?

  • En tant que revue féministe, comment faisons-nous voyager les concepts et théories féministes, à travers les contextes intellectuels, politiques et scientifiques ?

  • Enfin, d’un point de vue politique, il s’agit de faire circuler les textes par-delà les espaces linguistiques et nationaux, et partant, de se poser la question de l’essentialisme en traduction ainsi que des effets politiques de la traduction.

5Dans cette présentation, nous allons discuter de ces trois points en les entremêlant.

Pourquoi former un comité de traduction ?

6La revue GLAD! est une revue francophone consacrée au langage, au genre et aux sexualités. Nourrie de la réflexion féministe sur les enjeux matériels et symboliques de la production du savoir, elle prête une forte attention aux enjeux éditoriaux en s’engageant dans une politique d’accès ouvert total et immédiat, en défendant une compréhension internationale des langues avec une ouverture à la francophonie mondiale et enfin en favorisant la circulation des savoirs par la publication régulière de traductions. 

7Même si aucune d’entre nous n’est traductrice ou traductologue, avoir une réflexion et un positionnement traductologiques nous semble une évidence : attaquer les rapports de domination, c’est les mettre sous le feu de la critique depuis différents sites, depuis différentes matérialités langagières, c’est aussi souligner les communautés hétérogènes de pensée qui relient les féminismes, c’est enfin tenir une position internationaliste (ou transnationaliste) dans la mesure où la traduction est souvent le produit de déplacements qu’il faut comprendre dans leur contexte historique et politique.

8Mais rapidement, dans l’histoire de la revue, cet engagement en faveur de la circulation de la pensée par-delà les langues s’est heurté à plusieurs difficultés. 

9D’une part, nous n’avions pas les connaissances linguistiques qui nous auraient permis d’aller au-delà de textes écrits en anglais, allemand ou en espagnol, partie certes importante de la production textuelle mondiale, mais surtout langues dominantes politiquement et/ou numériquement, alors même que nous savions à quel point le choix même des langues participe des dynamiques post-coloniales. Il était donc nécessaire que les circulations se fassent depuis des directions plus nombreuses.

10D’autre part, nous découvrions les hauts murs et les miradors de la publication académique mondiale : non seulement le prix des droits de traduction était souvent exorbitant pour une revue à très petit budget comme la nôtre, mais en plus les éditeurs carnassiers imposaient de garder la propriété des droits sur les traductions que nous publiions, alors même que la question du copyleft et des licences libres fondent la politique de la revue. Ce fut ainsi le cas avec la traduction d’un article d’une chercheuse féministe anglophone, dont l’éditeur a ajouté au prix conséquent des droits une contrainte non négociable pour garder la main sur la version traduite du texte. D’ailleurs, l’autrice elle-même est intervenue pour faire aboutir le projet de cette traduction. Ce problème précis nous semble paradigmatique de celui souvent rencontré en traduction/édition de l’anglais au français de textes d’études féministes ou décoloniales, à savoir la différence d’ampleur et de pouvoir des structures qui s’y intéressent et les publient. Toutefois, il reflète aussi l’aspect positif de la solidarité féministe manifestée par l’autrice qui nous a aidées à trouver une solution, faisant preuve ainsi d’une ironie piquante compte tenu de ses positions à l’égard de l’institution académique. Pour notre part, nous croyons que non seulement les idées doivent circuler par-delà les espaces nationaux et les langues mais aussi que cette circulation doit être libre et gratuite. 

11Nous avons également fait face à la tension existant entre les deux actrices majeures du monde de la traduction académique : les traductrices dont c’était le métier et les chercheuses qui pratiquaient une activité de traduction non rémunérée dans le cadre de leur recherche, voire de leur militantisme. Cela soulevait le problème de la place du travail dans un monde académique qui se voit plus volontiers comme un site de vocations que comme un espace de travail salarié offrant des conditions de travail décentes. Mais cela soulevait aussi la question des tarifs et des contrats de travail : nous nous retrouvions à embaucher des personnes auto-entrepreneur.es, tandis que nous faisions signer des contrats d’auteur.es à nos contributrices et contributeurs sans les rémunérer.

12Bref, notre entreprise de placer la traduction au cœur d’une stratégie critique d’édition féministe s’avérait plus ardue que ce que nous avions imaginé.

13Dans cette démarche, nous avons amorcé une collaboration avec FELiCiTE, le groupe de recherche « Féminismes en ligne : Circulation, Traduction, Édition ». Cette collaboration s’est matérialisée dans un premier temps par un numéro thématique de GLAD! sur les traductologies féministes (https://journals.openedition.org/​glad/​1943), puis par une volonté, au-delà de ce numéro, de donner une plus large place à la traductologie et de mieux accompagner ces questions au sein de la revue, en dotant cette dernière d’un comité de traduction.

14Pour ce faire, les personnes du comité de rédaction travaillant sur ces questions ont été contactées mais nous voulions aussi inclure des personnes proches de la revue, par exemple des traductrices ou encore des collègues impliqué.es dans d’autres contextes de réflexion féministe sur la traduction, comme le projet FELiCiTE. À l’heure où est écrit ce texte, le comité de traduction est composé de Noémie Grunenwald, Manuel Pérez, Cornelia Möser, Katy Barasc et Julie Abbou.

15Lors de sa première réunion, le comité de traduction a fixé ses objectifs dont le plus important est de réfléchir au contenu et à la mise en place d’une politique de traduction. De notre point de vue, une telle politique comprend la question des traductions interlangues, mais aussi des questions théoriques, inter-disciplinaires, ou encore des questions spécifiques comme par exemple celle de l’auto-traduction.

16Plus concrètement, se donner une politique de traduction implique aussi la nécessité de s’occuper des questions de droits de traduction et d’accès. Nous souhaitons publier des textes libres de droit, dans la lignée de nos institutions qui nous poussent à rendre plus accessibles nos travaux. Or, dans la réalité, une multitude de problèmes pratiques se cachent derrière ces déclarations généralement positives : par exemple, le fait qu’une partie des textes que nous voulons traduire ne soit accessible que par l’achat des droits dont ils ne sont pas libres. Par la création d’un comité de traduction, des moyens de différents laboratoires ou autres institutions pourront être mutualisés afin d’améliorer la fluidité des ressources à disposition et faciliter ainsi la possibilité de payer ces droits. Mais cela concerne aussi la question des droits de traduction des publications originales de la revue GLAD! qui travaille bien plus volontiers avec des revues partageant sa politique, comme la revue brésilienne Linguagem e Ensino. Toutefois, les revues libres sont trop peu nombreuses pour travailler exclusivement avec elles. Nous avons donc décidé de travailler avec celles qui peuvent ne pas être libres (c’est-à-dire qui recourent au copyright voire au paywall pour interdire la circulation de leurs textes), à condition que nous puissions fixer les droits de la version traduite de nos textes (en copyleft, donc).

17Une autre tâche pratique et concrète, dont ce comité de traduction a la charge, est de chercher et de proposer des textes à traduire. Mettre en commun les compétences linguistiques permet ainsi d’élargir le cercle des langues habituellement traduites et d’œuvrer en faveur d’une démarche plus diverse et inclusive. Mais comment connaitre des textes dont nous ignorons les langues ? Une possibilité est certainement la participation aux échanges internationaux sur les politiques de traduction féministe. Une telle participation permettrait de rencontrer des chercheuses et des chercheurs travaillant sur ces questions dans d’autres pays et pourrait idéalement mener à la création d’un réseau d’échanges plus pérenne que les projets à durée déterminée. Une autre idée est de passer par des collègues étrangères ou transnationales et de les inclure dans nos échanges. 

18Le nouveau comité pourra aussi prendre en charge le suivi des articles de traductologie publiés dans la revue GLAD!. Ce suivi, mais aussi les traductions réalisées pour la revue, peuvent faire émerger des problèmes de politique de traduction plus généraux et instaurer ainsi un va-et-vient entre débat théorique et débat concret sur une question spécifique. Nous voyons deux avantages à cette circulation : l’évitement de tout figement de notre politique de traduction par son ancrage dans une pratique concrète et, partant, la formulation régulière de ses principes rendue possible par nos échanges.

19L’état actuel de notre projet de politique de traduction nous conduit à envisager la publication ponctuelle de ces derniers dans Les Traductologiques, nouvelle rubrique dont se dote la revue GLAD!, sorte de chronique de traductologie rassemblant non seulement nos réflexions propres mais aussi celles qui sont venues les stimuler, quelle que soit leur origine, et dont ce texte est la première expression.

20Un des projets en chantier est la conception d’un numéro consacré à la linguistique féministe internationale. Il s’agira de mettre en commun nos capacités et nos connaissances linguistiques afin de trouver des contributions en langues diverses, les plus nombreuses possibles. En dehors des pistes déjà identifiées portant sur l’allemand ou l’anglais, nous prêterons attention à la circulation de langues moins majoritaires et des recherches qui leur sont consacrées.

21Afin d’enrichir notre réflexion sur la pratique de « penser en langues », notre comité propose de discuter notre tentative d’institutionnaliser en quelque sorte des pratiques de politiques de traduction. Celles-ci se déroulent souvent dans l’espace privatisé du travail dit personnel, dans la mesure où des traducteurices se prononcent individuellement dans des notes sur des questions dont nous souhaitons discuter collectivement le caractère politique. Rendre politique ce qui est vu comme privé et individuel en le discutant collectivement est une démarche féministe.

22Le comité de traduction définit une politique de traduction qui articule les différents volets précédemment énoncés : déterminer les pratiques traductives et donc nécessairement leurs postures et prémisses tant théoriques qu’épistémologiques. 

23En ce sens, plusieurs questions inhérentes au projet même d’un « atelier » de traduction ont émergé : 

  • Celle du lien entre traduction et herméneutique : comment les pratiques de traduction pré-supposent-elles une herméneutique (sourde ou explicite) de la langue et entre les langues ? Dans la manière de traduire un texte s’exprime une vision ou herméneutique de la langue et du rapport que les langues entretiennent entre elles, rapport pas toujours explicite, au contraire. Afin de trouver une politique de traduction éditoriale pour la revue, il faudrait donc dans un premier temps « dépister », rendre visibles et analyser ces herméneutiques pour pouvoir les discuter ensemble et les unes contre les autres. S’ajoute bien évidemment à cette question d’un point de vue féministe celle d’une herméneutique du genre inscrite dans la pratique de la traduction et ceci à de multiples égards, par exemple à l’égard du traitement d’éléments de langage sexistes : faut-il rendre et donc transmettre le sexisme d’un texte original dans sa traduction ou vaut-il mieux « l’adoucir » ? Plus généralement : que faire des politiques sexuelles du langage d’un texte qui peuvent témoigner du sexisme mais aussi, au contraire, d’une volonté de dépasser le sexisme langagier ; comment interpréter et transférer la politique sexuelle d’un.e auteur.e dans une autre langue ; avec la multiplication des perspectives féministes sur les politiques sexuelles et celles du langage, comment proposer une politique de traduction praticable pour la revue, ou autrement dit, comment rendre compte de la multiplicité des approches en traductologie féministe sans pour autant tomber dans un « anything goes » ou une posture qui éviterait le conflit ?

  • Celle de l’obstacle épistémologique de l’essentialisation : comment sortir de l’aporie à laquelle conduisent la traduction pour transmettre « le sens » et la désessentialisation d’un originel ? En d’autres termes, quel est l’écart entre traduire la langue et transmettre le sens ? Ici aussi, il s’agit d’éviter la réification des idées de culture nationale par l’exposition de la multiplicité des usages d’une langue en traduction lorsque l’usage d’un concept au détriment d’un autre peut afficher des inscriptions théoriques, sociales ou politiques. L’obstacle épistémologique de l’essentialisation se confond sans aucun doute avec l’usage essentialisant de « l’intraduisible », utilisé pour réifier, comme il est dit précédemment, « une culture nationale », avec des relents encore hégéliens... L’intraduisible est mobilisé comme figure ou comme masque d’une telle immobilisation : il s’agit donc d’en finir avec cette fiction, en prenant le risque évoqué un peu plus bas des remous sémantiques. Une des pistes de réponse peut consister à faire apparaitre la traductrice. D’abord en la nommant, en lui donnant une auctorialité qui visibilise les couches de sens qui font le texte, mais aussi en lui laissant la parole au moyen des notes. Prendre le risque de laisser de l’incompris, du défaut de sens ou à l’inverse de l’excès de sens peut savérer pertinent et ouvrir également la réflexion sur les métaphores genrées de la traduction (cf. le texte de Lori Chamberlain, traduit par Samantha Saïdi : https://journals.openedition.org/​glad/​2057), et en premier lieu sur la nécessité de se séparer définitivement de la métaphore de la fidélité. Une herméneutique de la langue, du féminisme, mais aussi de l’antinationalisme, donc.

    • 1 Grünenwald, Noémie. 2021. Sur les bouts de la langue. Traduire en féministe/s. Éditions la Contre-A (...)

    Celle de savoir comment la pratique de la traduction exige de repenser notre rapport à l’écriture (selon les analyses de Noémie Grünenwald1). Cette question conduit au débat (initié dans le n° 9 de GLAD! consacré aux traductologies féministes) afférent à la subalternité de la traductrice — ce qui fait retour sur la question de l’essentialité d’une source textuelle — et aux implications des politiques de traduction sur l’étendue et la forme de la réception d’un texte, le Nachleben de Benjamin. (Faire) traduire des textes transforme ainsi l’espace de la pensée féministe en l’enrichissant de perspectives différentes. Par ailleurs, la manière de les traduire — y compris le choix des maisons d’édition, de la traductrice, de la préface, etc. — a des répercussions inévitables sur leur réception bien que cette dernière ne soit pas entièrement maitrisable. Ainsi, la traduction de Trouble dans le genre de Judith Butler, par exemple, dont le titre traduit en allemand fait allusion à un texte de Sigmund Freud (Das Unbehagen der Geschlechter) a été interprétée par Sabine Hark comme une mise en opposition éditoriale de ce texte, mise en opposition qui aurait contribué à son rejet par une bonne partie de la recherche féministe et sur le genre en Allemagne. Un autre exemple concerne la version en français du même livre Trouble dans le genre a fait l’objet de traductions « sauvages » pendant quinze ans, période au cours de laquelle il a été considéré comme intraduisible en français par le monde institutionnel. Or, à l’issue de cette période, il a enfin donné lieu à une traduction formelle ou officielle, ce qui n’a pas manqué de créer un conflit entre ce monde institutionnel — et donc prestigieux — et les premières traductrices « sauvages » de louvrage. Ces deux exemples affichent une relative impuissance des féministes dans la traduction des textes féministes et ils ne sont que deux parmi d’autres. Néanmoins, d’autres espaces existent — et GLAD! aspire certainement à en être un — où des féministes interviennent plus puissamment dans les processus de traduction. Ainsi les traductrices féministes sont non seulement une forme de personnel de service mais aussi des « power brokers » pour reprendre les mots de Patricia Hill Collins, c’est-à-dire des courtières puissantes intervenant dans l’échange, voire le trafic mondial des idées (Hill Collins 2017, xii). 

  • Celle de l’auto-traduction comme épreuve intertextuelle privilégiée, une « équivalence sans identité » comme le travail de Wittig par exemple. Dans la réflexion sur le « penser entre les langues », cette question est bien évidemment cruciale puisqu’elle concerne toutes celles et ceux qui écrivent et pensent en plusieurs langues et sont donc parfois contraint.es à « se traduire » pour intégrer des cercles de discussion. Cette position liminaire a beau être marquée par la difficulté à limiter sa pensée — difficulté constitutive de la traduction se confrontant tôt ou tard à la problématique de l’intraduisible — elle ne s’en trouve pas moins enrichie par la pratique traductive puisque cette dernière crée de nouvelles perspectives et dévoile parfois les spécificités d’un contexte linguistique. En se traduisant, on prend conscience des allusions potentiellement véhiculées par les mots proposés pour la traduction dans la langue d’accueil, allusions qui déplacent le sens ou le contexte, produisent des ouvertures mais dévoilent aussi des conformismes rhétoriques s’inscrivant parfois malgré nous dans nos expressions. L’auto-traduction peut être une technique parmi d’autres visant la mise au jour de nos propres biais, de nos propres inscriptions théoriques, politiques, mais aussi sociales et culturelles. 

24Toutes ces interrogations nous semblent renvoyer à la question centrale du caractère situé du savoir sans lequel le traduire en féministe manquerait de fondement, caractère non exclusif de la recherche dune attention ou dune sensibilité maximales dans laccomplissement du processus et rejetant l’idée naïve d’une possible transparence totale de nos inscriptions.

25Dans ce sens, le dialogue avec les éditrices féministes — qui sont également des traductrices — sur leur politique de traduction et leur place dans l’espace marchand et androcentré de circulation nous semble aussi primordial. Comme évoqué précédemment, ce dialogue ne peut faire abstraction de la question des personnes à qui est confiée la traduction : chercheuses inscrivant leur pratique dans un cadre réflexif et analytique constitutif dune recherche ou bien traductrices bénéficiant dun contrat de travail avec la maison d’édition ? Dans le cas dun rapport commercial de rémunération, comment peut se négocier une discussion herméneutique ? 

26Pour conclure, nous espérons avoir montré dans les lignes ci-dessus, au travers d’un cas concret de politique de traduction, l’entremêlement étroit du pratique, du théorique et du politique que les questions de traduction suscitent. Nous espérons également avoir montré comment le regard féministe, ou plutôt une pratique féministe de la traduction et de la traductologie, peut faire apparaitre cet entremêlement en formulant des questions critiques ne séparant pas l’ouvrage pratique de la traductrice de ses dimensions matérielles, théoriques, symboliques et épistémologiques. 

27Reste à concrétiser ces enjeux en une politique de traduction effective.

Haut de page

Bibliographie

HILL COLLINS, Patricia. 2017. « Preface : On Translation and Intellectual Activism. » in Feminist translation studies. Local and transnational perspectives, CASTRO, Olga et ERGUN, Emek, (éd.). London : Routledge, Taylor & Francis Group, xi-xvi.

Haut de page

Notes

1 Grünenwald, Noémie. 2021. Sur les bouts de la langue. Traduire en féministe/s. Éditions la Contre-Allée

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Abbou, Katy Barasc, Cornelia Möser et Manuel Perez, « Qu’est-ce qu’une politique de traduction ?  »GLAD! [En ligne], 13 | 2022, mis en ligne le 31 décembre 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/glad/6050 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.6050

Haut de page

Auteurs

Julie Abbou

Titulaire d’un doctorat de Sciences du Langage (Aix-Marseille Université) sur les modifications du genre linguistique pour des motifs politiques, Julie Abbou mène des recherches sur les apports théoriques réciproques des études de genre et des sciences du langage. Elle travaille également sur les dimensions sémiotiques du genre grammatical, ainsi qu’en rhétorique sur le traitement du genre dans différents types de discours. Récemment, elle a co-dirigé l’ouvrage Gender, Language and the Periphery. Grammatical and social gender from the margins (John Benjamins) et publié des articles dans des revues telles que Semen, Mots les langages du politique, Current issues in Language Planning, etc.

Articles du même auteur

Katy Barasc

Katy Barasc est philosophe, essayiste et poète. Ancienne professeure en Classes Préparatoires aux Grandes Écoles, elle a fait partie du comité de rédaction de la revue Masques. Actuellement, elle s’intéresse aux relations entre langue et genre, en particulier à la dénomination de la personne et à la pronominalisation. Parmi ses publications récentes, mentionnons son ouvrage co-écrit avec Michèle Causse Requiem pour Il et Elle paru aux éditions iXe en 2014 et son texte Dé-marque et pro-nomination : pour une autre phénoménologie de la languécriture, publié aux Presses universitaires de Paris Nanterre en 2019, suite à sa participation au colloque La notion d’humanité dans la pensée contemporaine tenu à Nanterre en mars 2017. Elle a rédigé l’entrée Causse Michèle du Dictionnaire des féministes – France XVIIIe-XXIe siècles (2017). Parallèlement à son chantier philosophique, elle préside la Maison des mémoires-Centre Joë Bousquet de Carcassonne et poursuit son œuvre de poète : Que ferions-nous de ce silence ? est paru aux Éditions Noir & Blanc en 2012.

Articles du même auteur

Cornelia Möser

Cornelia Möser est chargée de recherche au CNRS. Elle travaille dans l’équipe Genre, Travail, Mobilités au Cresppa (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris) et est membre associée du Centre Marc Bloch à Berlin.

Articles du même auteur

  • Traduire c’est produire [Texte intégral]
    Les débats féministes sur le genre en France et en Allemagne
    Translating is Productive. The French and German Feminist Gender Debates
    Paru dans GLAD!, 09 | 2020

Manuel Perez

Université de Toulouse Jean Jaurès (UT2J) — Laboratoire CLLE (Cognition, Langues, Langages, Ergonomie – UMR 5263) – INSPÉ Toulouse — Occitanie-Pyrénées — manuel.perez@univ-tlse2.fr
Manuel Pérez est Docteur en Sciences du langage et membre associé du laboratoire CLLE (Cognition, Langues, Langages, Ergonomie – UMR 5263). À l’origine professeur des écoles, il est depuis 2015 formateur à l’INSPÉ de Toulouse-Occitanie-Pyrénées en didactique des langues-cultures. Ses travaux portent sur l’acquisition de l’orthographe et des aspects graphomoteurs de l’écriture par de jeunes enfants, sur le plurilinguisme ainsi que sur la comparaison des langues en contexte scolaire. Sa participation à des colloques nationaux ou internationaux a donné lieu à diverses publications parmi lesquelles :
Pérez, M., Giraudo, H. (2019). Familiarité, complexité orthographique et encodage dans les dictées de mots en 2ème élémentaire (CE1). In. B. Kervyn, M. Dreyfus, C. Brissaud (Dir.), 2019, L’écriture dès le début de l’école primaire. Pratiques enseignantes et performances des élèves, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. Études sur l’éducation.
Pérez, M. & Giraudo, H. (2016). Effets d’encodages visuel (lecture) et visuo-graphomoteur (copie) sur les productions en dictée de pseudomots en 1ère et 2ème années élémentaires. In. M.-F., Morin, C., Gonçalves & D., Alamargot (Éds). Perspectives actuelles sur l’apprentissage de la lecture et de l’écriture/Contributions about learning to read and write, 338-363. Sherbrooke : éditions de l’Université de Sherbrooke.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search