Skip to navigation – Site map

HomeIssues14Recherches« L’écriture inclusive, je ne con...

Recherches

« L’écriture inclusive, je ne connais pas très bien… mais je déteste ! » 

Liens entre connaissances linguistique et historique, orientation politique et attitudes envers l’écriture inclusive 
"Inclusive language, I don't know much about it...but I hate it!" The relationship between linguistic and historical knowledge, political orientation and attitudes towards inclusive language
Tania Sauteur, Pascal Gygax, Julia Tibblin, Lucie Escasain and Sayaka Sato

Abstracts

Although gender inclusive writing is widely polarised in public opinion, the exact causes of reluctance towards its use are not always clear. We explore the link between attitudes towards inclusive writing and different factors, such as the level of linguistic or historical knowledge of inclusive writing. We also measured the political orientation of the respondents, as well as their views on the political dimension of language, in order to assess their relationships with attitudes towards inclusive writing. The results show that the more people have historical knowledge of inclusive writing, the more they believe that inclusive writing is a response to political injunctions. The results also show that the further to the right of the political spectrum people are, the less they know about inclusive writing (its tools as well as its history) and the more they reject it. The present study provides new insights - related in particular to knowledge - into the distrust expressed by a part of the population towards new language practices aiming at more equality.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 En Suisse, on appelle partis bourgeois les partis à droite de l’échiquier politique (PLR, Centre, U (...)

1Le 11 mars 2021, une motion parlementaire suisse demandant que l’administration fédérale exclue de ses communications l’écriture inclusive était déposée. Dans le texte d’argumentation, les personnes signataires de la motion, toutes issues de partis politiques dits bourgeois1, ont avancé trois principales raisons. Premièrement, la langue française ne devrait pas être utilisée à des fins politiques. Deuxièmement, la lisibilité de la langue, qui devrait selon elles primer sur l’idéologie, serait empêchée par l’utilisation de l’écriture inclusive. Finalement, selon ces parlementaires cette question n’aurait jamais été abordée sur le plan scientifique (Parlement suisse, 2021).

  • 2 Dans notre article, nous utilisons l’expression « écriture inclusive », plus commune, et plus proch (...)

2Cet exemple de barrage politique face à l’écriture inclusive2 s’avère loin de constituer un cas isolé, autant en Suisse que dans d’autres régions linguistiques francophones comme la France, où l’Académie française s’y est à de multiples reprises opposée. Une position particulièrement cocasse lorsque l’on sait qu’elle est responsable de la disparition des dictionnaires français de termes féminins de noms de professions comme « autrice », « professeuse », « mairesse » ou encore « médecine » (Viennot, 2017). A l’heure actuelle, certains noms comme « autrice » sont réapparus dans les dictionnaires, comme Le Robert (Évain, 2019 ; Viennot, 2017). Ces réapparitions engendrent souvent des contreréactions, accompagnées d’avis tranchés et des vives contestations d’une partie importante de la classe politique à l’égard de l’écriture inclusive. Toutefois, ces réticences souvent véhémentes dépassent largement le simple champ politique (Abbou et al., 2018). La question de l’écriture inclusive s’est considérablement répandue ces dernières années dans l’opinion publique, si bien que de nombreuses recherches autant en sociolinguistique qu’en psychologie, parfois même conjointement, sont menées sur l’usage de cette pratique (Simon et al., 2020).

3Alors que depuis près de 50 ans, la littérature scientifique en psycholinguistique, linguistique et psychologie sociale documente largement les mécanismes cognitifs liés à l’utilisation de la forme grammaticale masculine comme valeur par défaut – surtout la difficulté de notre cerveau à adopter une interprétation dite « générique » du masculin (par ex., Braun et al., 2005 ; Chatard et al., 2005 ; Flaherty, 2001 ; Garnham et al., 2012 ; Gygax et al., 2008, 2009 ; Gygax et al., 2021a ; Hyde, 1984 ; Liben et al., 2002 ; Misersky et al., 2019 ; Robinson & Elias, 1978) – les raisons exactes expliquant les réticences vis-à-vis de l’écriture inclusive lui ont quelque peu échappé. Un manque tout à fait possible de combler en s’inspirant de champs annexes tels que la philosophie, le droit, la sociologie, ou encore les sciences politiques, champs ayant adopté – entre autres – un prisme politique pour expliquer ces réticentes (voir Loison et al., 2020 pour une introduction du numéro spécial de Cahiers du genre sur cette thématique).

Écriture inclusive : définition

4Avant de nous pencher sur les études existantes sur les attitudes envers l’écriture inclusive, nous devons apporter une définition précise, afin de conceptualiser les dimensions qui la constituent. Dans leur ouvrage de vulgarisation récent, basé sur 50 ans de recherches scientifiques, Pascal Gygax et al. (2021b) définissent l’écriture inclusive comme englobant « toute forme de langage qui vise à démasculiniser la langue » (p. 111). Julia Tibblin (2022) ajoute « que toutes ces stratégies [de l’écriture inclusive] permettent d’assurer une meilleure visibilité et inclusion pour tous les genres et de remettre en question la prééminence du masculin dans la langue française ». Par conséquent, l’écriture inclusive englobe des procédés divers. Nous pouvons citer entre autres les outils de reféminisation (par exemple les doublets, comme dans les lectrices et lecteurs, ou les doublets abrégés, comme dans lecteur·rices), ceux de neutralisation (notamment les termes épicènes, comme une personne, ou les reformulations par les groupes comme le lectorat) ou encore l’utilisation de l’accord de proximité, qui vise à simplement accorder au plus proche, comme dans l’expression les lecteurs et lectrices avisées. Notons que ce dernier accord ne semble avoir jamais disparu, notamment pour les termes inanimés (Abeillé et al., 2018), comme dans l’expression certaines régions et départements. L’usage des formes féminines (par exemple la présidente) lorsque l’on réfère à une femme est aussi compris dans l’écriture inclusive. Alors que les pratiques de reféminisation permettent spécifiquement de visibiliser les femmes dans le langage, celles de neutralisation consistent en l’élimination du marqueur de genre dans la langue et possèdent l’avantage d’inclure aussi les personnes non-binaires (Candea & Véron, 2021 ; Viennot, 2020). En somme, la liste des stratégies existantes est non-exhaustive, vu qu’il n’existe pas qu’une seule façon de dire le neutre ou de visibiliser tous les genres de manière égale (Alpheratz, 2018).

5Par ailleurs, il convient de spécifier que l’usage de l’écriture inclusive peut prendre différentes nominations dans la littérature, telles que : langage épicène, écriture égalitaire, langage dégenré, non-sexiste, non-exclusive ou encore non-discriminant (Elmiger, 2017). Comme mentionné précédemment, dans un souci d’harmonisation, nous utiliserons le concept d’« écriture inclusive » pour traiter de ce phénomène au sein de cet article et pour rester le plus près de ce que nous avons effectivement testé.

Attitudes envers l’écriture inclusive

6Lorsque nous avons évoqué les vives réticences à l’égard de l’écriture inclusive, nous faisions allusion à une évaluation ou une connotation négative émise par les réfractaires à cette pratique. En psychologie, nous faisons alors référence à une attitude. Gregory Maio et al. (2018) définissent cette dernière comme « une appréciation globale – positive ou négative – d’un objet ou d’un sujet qu’un individu émet à partir d’informations cognitives, affectives et comportementales » (p. 3). Norbert Schwarz (2007) ajoute que les attitudes d’une personne – malgré le fait qu’elles gardent une certaine stabilité dans le temps selon les valeurs de l’individu – sont susceptibles d’être influencées par des facteurs externes, ceux-ci faisant l’objet de nombreuses études en psychologie sociale. Par exemple, dans leur article sur les moyens de réduire les attitudes sexistes de certains hommes (et l’acceptation du sexisme chez certaines femmes), Julia C. Becker et Janet K. Swim (2011) ont montré qu’en demandant aux hommes d’être plus attentifs aux interactions sexistes autour d’eux, leur adhésion à des idées sexistes était réduite. Plus récemment, dans l’étude de Tibblin (2019) sur les facteurs influençant les attitudes des personnes interrogées à l’encontre de l’écriture inclusive, le genre des personnes interrogées ainsi que la région linguistique habitée sont apparus comme des facteurs exerçant une influence sur les attitudes. Plus précisément, les femmes présentaient des attitudes plus positives que les hommes, et les francophones habitant en France montraient des attitudes plus négatives que les francophones habitant d’autres régions (comme la Suisse). En plus, cette étude a montré que les personnes ayant des attitudes positives envers l’égalité des genres étaient plus favorables à l’écriture inclusive, comme détaillé dans la section suivante.

7Notre recherche s’inscrit dans cette même lignée en quantifiant les attitudes des personnes à l’égard de l’écriture inclusive pour tenter de les mettre en lien avec d’autres variables.

Pourquoi tant de réticences ?

8 Comme nous l’avons exposé en introduction, une virulente controverse publique sévit dans le débat sur l’écriture inclusive (Abbou et al. 2018 ; Michaud 2021). Face à ce constat, la recherche s’est mobilisée afin de dégager des éléments permettant d’expliquer une telle opposition. Même si les justifications ne sont pas encore claires, plusieurs pistes ont été proposées.

9En premier lieu, plusieurs travaux scientifiques ont démontré que la sensibilité politique peut influencer le jugement de l’écriture inclusive. C’est le cas de l’étude d’Anne Dister et Marie-Louise Moreau (2006) qui s’est intéressée à la dénomination des candidates durant les élections européennes de 1989 et de 2004 en France et Belgique. Cette dernière a montré que la propension à utiliser les formes féminines (un des nombreux outils d’écriture inclusive) pour caractériser les candidates durant ces élections – et donc à présenter une attitude ouverte à cet égard – dépendait de l’opinion politique ; les partis se situant à gauche de l’échiquier politique étaient ceux qui féminisaient le plus leurs communications. Dans un autre contexte que celui de la politique, une étude menée au sein de certaines universités françaises a également mis en évidence que le choix de ces établissements d’utiliser ou non l’écriture inclusive sous forme de doublets dans leur communication était influencé par la tradition politique historique de l’institution et de l’orientation politique majoritaire du corps enseignant (Burnett & Pozniak, 2021). Plus précisément, les autrices de cette recherche ont observé que les administrations universitaires engagées politiquement à gauche, à tradition humaniste, utilisaient et recommandaient davantage l’écriture inclusive – par exemple dans leurs brochures de cursus – en comparaison aux écoles réputées comme conservatrices. Cette perspective politique du débat n’est pas sans rappeler les nombreux travaux en philosophie, droit, sociologie, sciences politiques et linguistique sur les rapports de pouvoir en jeu dans les débats sur l’écriture inclusive, dans de nombreux pays (par ex., en France : Baudino, 2001, Coady, 2020 ; en Allemagne : Hergenhan, 2020 ; en Belgique : Simon & Vanhal, 2022). La présentation détaillée de ce courant d’étude dépasse l’étendue de notre article, mais retenons tout de même que les registres discursifs et argumentatifs des personnes réticentes à l’écriture inclusive sont également caractéristiques d’une rhétorique plus générale, antiféministe, de la droite conservatrice (par ex., Loison et al., 2020), donc de nature politique.

10Par la suite, d’autres recherches ont mis en exergue un lien existant entre les attitudes sexistes et les attitudes vis-à-vis de l’écriture inclusive. Dans leur étude, Sabine Sczesny et al. (2015) ont révélé que le niveau de sexisme influençait la disposition à utiliser l’écriture inclusive dans la langue allemande : plus une personne présentait des attitudes sexistes, moins celle-ci était encline à utiliser le langage inclusif. Dans une perspective similaire, la recherche de Tibblin (2019), qui s’est intéressée au cas de la langue française, a confirmé les résultats de l’étude précédente. Elle a également révélé l’existence d’un lien entre les attitudes d’une personne envers l’écriture inclusive et l’évaluation d’un texte appliquant cette pratique. Plus les attitudes étaient négatives, plus les personnes se montraient critiques envers son utilisation.

11Enfin, la manière dont l’écriture inclusive est appréhendée peut également être influencée par la notion d’habitude, selon certaines études en psycholinguistique. C’est en tout cas ce que Magdalena Formanowicz et al. (2015) ont montré dans leur étude sur le soutien apporté ou non par la population à des initiatives politiques recourant à l’écriture inclusive. Effectivement, leurs résultats indiquaient que l’Autriche, pays familier avec l’écriture inclusive, soutenait davantage tous types d’initiatives lorsque cet usage était appliqué. À l’inverse, la Pologne, où l’écriture inclusive est presque absente, évaluait moins favorablement les propositions politiques dans lesquelles des formes inclusives étaient intégrées. De la même manière, l’introduction du pronom hen en suédois, pouvant désigner soit une personne dont le genre est inconnu ou une personne non-binaire, a suscité de nombreuses réactions négatives au début de son usage. Le temps était le principal prédicteur de son acceptation. En effet, à mesure que le temps passait, son usage devenait plus courant et les attitudes négatives laissaient place aux attitudes positives (Gustafsson Sendén et al., 2015). Cela implique que plus l’écriture inclusive est considérée comme une pratique commune, plus celle-ci sera associée à des attitudes positives.

Notre étude

12Il apparait pertinent de relever que la majorité des études susmentionnées mettent en avant l’influence de valeurs et croyances idéologiques – principalement le sexisme et l’orientation politique – pour expliquer les attitudes négatives à l’encontre de l’écriture inclusive. Afin de continuer à explorer les potentielles raisons motivant certaines personnes à fermement s’opposer à l’écriture inclusive, nous nous penchons tout d’abord sur (1) l’orientation politique et (2) les habitudes d’usage, pour reprendre des éléments déjà testés dans la littérature. Ensuite, nous élargissons l’exploration à (3) la connaissance vis-à-vis de cette pratique et de ces usages (dimensions historique et linguistique), ainsi que (4) les opinions quant à la dimension politique de la langue.

13Pour ce faire, nous avons distribué un questionnaire en ligne (voir le détail de la procédure dans la partie « Matériel et procédure »), composé d’une partie constituée de l’échelle des attitudes envers l’écriture inclusive de Tibblin (2020), de l’orientation politique et des habitudes d’usage de l’écriture inclusive, et d’une partie – nouvelle – conçue spécifiquement pour l’exploration de nouveaux facteurs. Notre questionnaire sur les connaissances liées à l’écriture inclusive est composé des deux dimensions suivantes : une historique et une linguistique. A cette mesure des connaissances, nous avons ajouté une mesure permettant d’évaluer les opinions des personnes interrogées quant à la dimension politique de la langue.

Hypothèses

14Nous pensons tout d’abord – comme l’ont montré d’autres études – que les liens entre orientation politique et attitudes envers l’écriture inclusive (plus une personne est à droite plus ses attitudes seront négatives), et habitudes d’usage et attitudes envers l’écriture inclusive (plus une personne a des attitudes positives, plus elles utilisent l’écriture inclusive) seront présents. Nous nous attendons également à plusieurs autres liens. Typiquement, nous pensons que plus les personnes ont des connaissances sur les différents outils d’écriture inclusive, plus leurs attitudes envers ce type d’écriture seront positives. Finalement, nous pensons également que prendre conscience de la dimension politique de la langue influencera ces attitudes.

Méthode

Population

15L’échantillon était constitué de 252 personnes dont 92 % francophones de Suisse romande. Pour les besoins de l’étude, nous n’avons retenu que les personnes dont la première langue était le français (N =233). Les personnes restantes étaient âgées de 13 à 68 ans (= 25.90 ; ET = 8.79). Parmi ces personnes, 59 % (N = 137) s’identifiaient comme « femme », 30 % (N = 69) comme « homme », 9 % (N = 20) comme « non-binaire », 2 % (N = 5) comme « agenre » et finalement 1 % (N = 2) comme « genderfluid » ou « queer ». En outre, 68 % (N = 159) des personnes interrogées étaient en formation. Les personnes étudiant la psychologie à l’Université de Fribourg (N =112) ont obtenu 30 minutes de points d’expérience en guise de rémunération. Toutes les personnes ayant participé à l’étude ont donné préalablement leur consentement éclairé au début du questionnaire. L’étude a été menée conformément à la Déclaration d’Helsinki.

Matériel et procédure

16Nous avons décidé de travailler avec un questionnaire distribué en ligne (avec le logiciel Qualtrics, 2022, https://www.qualtrics.com/​), de sorte que les personnes puissent prendre part à l’étude dans le lieu et au moment qu’elles souhaitaient, afin de diminuer le biais de désirabilité sociale (Butori & Parguel, 2012 ; Labov, 1972). En ce qui concerne la distribution du questionnaire, il a été rendu accessible au public à partir du 26 novembre 2021, et la collecte de données s'est déroulée entre cette date et le 15 janvier 2022. Le questionnaire a été principalement diffusé via les réseaux sociaux tels qu'Instagram et WhatsApp. De plus, sa circulation a été favorisée par des partages effectués par des connaissances sur leurs profils privés, ainsi que par l'envoi par e-mail à des personnes n'ayant pas accès aux réseaux sociaux.

17L’étude se déroulait en plusieurs parties. Tout d’abord, un message d’introduction ainsi que le formulaire de consentement étaient présentés (les personnes interrogées devaient accepter de donner leur consentement pour commencer l’étude). Ensuite, un bloc sur les attitudes envers l’écriture inclusive était suivi d’un bloc sur l’usage de l’écriture inclusive, sur les connaissances de ce qu’est l’écriture inclusive (divisé selon deux dimensions : historique et linguistique) et sur les opinions quant à la dimension politique de la langue. Le questionnaire se terminait par un bloc sur une évaluation de néologismes (partie exploratoire liée aux connaissances) et quelques questions sociodémographiques. Alors que l’ordre de présentation des différentes parties, ainsi que des questions démographiques, ne différait pas, celui des items au sein des divers blocs était systématiquement randomisé.

Score d’attitude vis-à-vis de l’écriture inclusive et de ses usages

18 Nous avons utilisé deux échelles développées par Tibblin (2019) et utilisées par Tibblin et al. (2021) (voir les explications de ces échelles ci-dessous). Une première sur les attitudes envers l’écriture inclusive, et une deuxième sur ses usages. Les items des deux échelles ont été présentés dans un ordre aléatoire afin d’éviter d’éventuels effets d’ordre. L’échelle mesurant les attitudes envers l’écriture inclusive comprend huit items, tandis que celle concernant ses usages comportait six items3.

  • 4 Une échelle de Likert est un outil psychométrique mesurant les attitudes, constituée de différentes (...)

19L’échelle sur les attitudes envers l’écriture inclusive consiste en des items reflétant des potentielles réticences que les personnes pourraient avoir à propos de l’écriture inclusive et plus généralement la manière dont elles appréhendent cet outil (par ex., Nous n’allons jamais nous débarrasser des préjugés de genre tant qu’ils sont incorporés dans notre langue). Quant à la deuxième échelle (sur l’usage), celle-ci est constituée d’items exprimant l’adhésion à l’écriture inclusive selon six genres textuels différents : conversations informelles, conversations formelles, journaux, cadre scolaire, textes littéraires et textes officiels ou juridiques. Les personnes interrogées devaient alors indiquer si elles estiment que l’usage de cet outil est convenable pour chacun de ces genres (Je trouve qu’il est convenable d’utiliser l’écriture inclusive dans des textes officiels et juridiques). Pour répondre aux items des deux échelles, il était demandé de choisir une réponse sur une échelle de Likert4 à six points allant de « 1 = Pas du tout d’accord » à « 6 = Tout à fait d’accord ». Ce choix de proposer une échelle de Likert sans milieu pour ces deux construits se justifie par la nécessité de réussir à distinguer une attitude positive versus une attitude négative à l’encontre de l’écriture inclusive. Cela obligeait les personnes à se positionner sur les différents éléments et nous permettait une lecture plus claire des résultats (Yang et al., 2010).

20En termes d’interprétation des résultats, les scores les plus élevés – en agrégeant les deux échelles (voir commentaire ci-dessous) – indiquaient une attitude et une ouverture plus positive vis-à-vis de l’écriture inclusive, tandis que les plus bas représentaient une attitude plus négative et défavorable de cet outil. Il est à noter que cette échelle a été inversée pour cinq items pour le construit sur l’attitude et aucun pour celui sur l’usage5. Notons finalement que la corrélation6 entre les deux échelles était telle (= .85, 95 % CI [.81 ;.88], p < .001) – impliquant que les deux échelles mesurent probablement exactement le même construit – que nous avons créé un score dit composite en calculant une moyenne entre les deux échelles. Cette procédure diffère légèrement de Tibblin (2019) et Tibblin et al. (2022) qui n’ont utilisé que la première échelle comme mesure des attitudes envers l’écriture inclusive.

Orientation politique

21Pour mesurer l’orientation politique des personnes interrogées, nous avons utilisé un seul item, comme dans l’étude d’Améthyste Molin et al. (2021). L’item demande simplement aux personnes interrogées de se situer sur une échelle en sept points allant de « 1 = extrême gauche », « 4 = centre » à « 7 = extrême droite ».

Connaissance de l’écriture inclusive

22 La deuxième partie de l’étude était composée de deux échelles visant à mesurer la connaissance générale que les personnes ont de l’écriture inclusive. Les items ont été développés dans le cadre de notre étude. L’objectif ici était de voir à quel point la personne était familière, ou non, avec différents aspects historiques (dix items) et linguistiques (dix items) qui constituent cet outil langagier. Nous avons construit ces deux échelles de connaissances en nous inspirant de différentes sources. Tout d’abord, nous avons parcouru certains quizz élaborés par des associations et agences spécialisées dans la formation à l’écriture inclusive (par ex., UniQ en son genre). Ensuite, les travaux d'Alpheratz (2018, 2019), linguiste et spécialiste sur le genre neutre à l’université de la Sorbonne, nous ont permis d’élaborer une partie des items. Finalement, les ouvrages de vulgarisation Le français est à nous de Maria Candea et Laélia Véron (2021) et Non ! Le masculin ne l’emporte pas d’Éliane Viennot (2017), nous ont permis de compléter l’échelle de connaissance historique. Un tableau détaillant plus exhaustivement toutes les références utilisées pour la rédaction des énoncés se trouve dans le document Matériel supplémentaire7. Notons que tous les items sont basés sur des faits avérés par des recherches scientifiques, de façon à mesurer des connaissances plutôt que des attitudes. Par exemple, les travaux de Viennot (par ex., 2021) nous ont permis de créer l’item Certains grammairiens du XVIIe se sont offusqués de l’utilisation du masculin comme valeur par défaut.

23Pour répondre à l’ensemble des items, une échelle de Likert à sept points allant de « 1 = C’est certain, cette affirmation n’est pas correcte » à « 7 = C’est certain, cette affirmation est correcte » était proposée aux personnes interrogées pour les deux échelles de connaissance. Les réponses entre ces deux pôles n’étaient pas commentées. Contrairement au premier questionnaire sur les attitudes, nous avons décidé de proposer cette fois-ci un milieu ( = 4). Dans la situation où les personnes interrogées n’avaient aucune idée de la réponse à la question, il était nécessaire de leur proposer une alternative en cas d’indécision et de ne pas forcer la réponse. L’échelle de connaissance historique a été inversée pour trois items.

Opinions sur la dimension politique de la langue

24L’échelle sur la dimension politique de la langue mélangeait des items sur la langue de manière générale (par ex., La langue est le reflet d'une société) et des items relatifs à l’écriture inclusive (par ex., Les institutions publiques qui imposent l'écriture inclusive montrent l'exemple). L’échelle visait à évaluer l’opinion des personnes interrogées quant au poids politique de la langue et quant à l’idée que la langue a toujours été politique. Dit autrement, il s’agit d’évaluer si les personnes interrogées considèrent le débat autour de la question de l’écriture inclusive comme politique. En effet, la langue, étant donné les forces symboliques qu’elle véhicule et forgeant une certaine réalité sociale, n’a probablement jamais été neutre (Bourdieu, 1980). Ainsi, la langue a un caractère fondamentalement politique et doit être considérée comme un outil de lutte (Abbou et al., 2018).

25Quatre items ont été inversés pour cette échelle. Notons finalement que l’ordre de présentation des échelles de connaissances et de l’échelle sur la dimension politique a été constant : (1) échelle de connaissance historique, (2) opinions quant à la dimension politique de la langue, et (3) échelle de connaissance linguistique. Nous avons estimé que cet ordre était le plus logique afin d’éviter que certaines parties influencent les réponses aux autres parties.

Identification de néologismes

  • 8 Ce terme – même s’il est de plus en plus fréquent - est encore perçu comme un néologisme dans l'opi (...)

26Pour terminer, nous avons ajouté une dernière dimension exploratoire sur la reconnaissance de néologismes liés à l’écriture inclusive. Une liste de mots présentait 20 noms de métiers, dont dix étaient des vrais néologismes (comme professeure8) et dix des faux néologismes (comme professeuse). Les personnes interrogées recevaient comme consigne de cocher tous les mots qui, selon elles, étaient de véritables néologismes. Les vingt étaient présentés de manière randomisée. Un faux néologisme était comptabilisé avec –1 point, alors qu’un vrai néologisme obtenait +1 point. Le score représente la soustraction du nombre de vrais néologismes reconnus par le nombre de faux néologismes également choisis. Par conséquent, le score maximal pour ce bloc est de dix points dans le cas où la personne a coché les dix bons néologismes.

Questions sociodémographiques

27Finalement, onze questions sociodémographiques terminaient le questionnaire. Les personnes interrogées devaient indiquer – entre autres – dans cette dernière partie les connaissances antérieures qu’elles avaient quant au langage inclusif en répondant à la question Avant ce questionnaire, connaissiez-vous le langage inclusif ? A cet effet, elles devaient choisir une réponse parmi les cinq suivantes : « Non, pas du tout », « Non, à peine », « Oui, mais seulement un peu », « Oui, plutôt bien » et finalement « Oui, très bien ». Nous n’avons pas utilisé ces deux questions lors de nos analyses, tant notre échantillon pensait n’avoir que très peu de connaissances de l’écriture inclusive (65 % entre « Non, à peine » et « Oui, mais seulement un peu » ; mais voir les résultats sur notre score de connaissance). De plus, les personnes interrogées devaient également donner une indication sur leur usage personnel du langage inclusif en répondant à l’interrogation Utilisez-vous le langage inclusif ? A nouveau, elles devaient donner une réponse parmi cinq assertions : « Non, jamais », « Oui, mais très rarement », « Oui, de temps en temps », « Oui la plupart du temps » et « Oui, toujours ».

Résultats

28Toutes les analyses ont été faites à l’aide du logiciel RStudio version 1.4.1717 (R Core Team, 2021). Ci-dessous, nous présentons l’ensemble des corrélations que nous avons effectuées. Tous les scripts d’analyses et les données sont accessibles sur OSF9.

Lien entre orientation politique, connaissances, opinions, usages et attitude envers l’écriture inclusive

29 Étant donné nos différentes hypothèses, nous avons effectué une série de corrélations afin d’évaluer les liens (linéaires) entre les attitudes envers l’écriture inclusive et les différents facteurs qui nous intéressaient. Le Tableau 1 nous donne un résumé des différentes corrélations.

Tableau 1. Coefficients de corrélation (Pearson) et intervalles de confiance (95 %) des différentes corrélations entre connaissances, opinions sur la dimension politique, orientation politique, attitudes envers l’écriture inclusive et usage.

Variable

M

SD

1

2

3

4

5

1. Connaissance historique

4.36

0.80

2. Opinion quant à la dimension politique du langage

5.19

1.13

.49**

[.39, .58]

3. Connaissance linguistique

5.08

1.04

.26**

.26**

[.14, .38]

[.14, .38]

4. Orientation politique

2.60

1.27

-.31**

-.57**

-.16*

[-.42, -.19]

[-.65, -.48]

[-.29, -.04]

5. Usage

2.10

1.10

.40**

.62**

.25**

-.49**

[.29, .51]

[.53, .69]

[.13, .37]

[-.58, -.38]

6. Attitudes envers l'écriture inclusive

4.56

1.35

.37**

.86**

.20**

-.58**

.68**

[.26, .48]

[.82, .89]

[.08, .32]

[-.66, -.49]

[.60, .74]

M et SD sont utilisés pour représenter la moyenne et l'écart-type, respectivement. Les valeurs entre crochets indiquent l'intervalle de confiance à 95 % pour chaque corrélation. L'intervalle de confiance est une plage plausible de corrélations de population qui pourraient avoir causé la corrélation de l'échantillon (Cumming, 2014). * indique p<0.05. ** indique p<0.01.

30Comme attendu, les résultats montrent une corrélation importante entre l’orientation politique et les attitudes envers l’écriture inclusive, r(231) = -.58, 95 % CI [-.66 ;-.49], p<.001, ainsi qu’entre les habitudes d’utilisation et les attitudes envers l’écriture inclusive, r(231) = .68, 95 % CI [.60 ;.74], p<.001. Comme l’ont montré des études précédentes (Burnett & Pozniak, 2021 ; Dister & Moreau, 2006), les personnes situées davantage à droite de l’échiquier politique ont tendance à avoir des attitudes plus négatives envers l’écriture inclusive. De plus, les individus ayant des attitudes positives envers l’écriture inclusive ont tendance à l’utiliser plus fréquemment.

  • 10 Pour vérifier la fidélité des échelles de connaissance ainsi que celle sur les opinions envers la d (...)

31 À ces corrélations relativement logiques, au vu de la littérature existante, viennent s’ajouter des corrélations plus remarquables. Les résultats montrent des corrélations entre les connaissances de l’écriture inclusive et les attitudes envers l’écriture inclusive (connaissances historiques : r(231) = .37, 95 % CI [.26 ;.48], p<.001 ; connaissance linguistique : r(231) = .20, 95 % CI [.08 ;.32], p<.001)10. Plus les personnes ont des connaissances sur l’écriture inclusive, plus elles ont des attitudes positives envers celle-ci. A ces corrélations, viennent s’ajouter celles qui suggèrent que plus une personne est à droite de l’échiquier politique, moins elle a de connaissance historique sur l’écriture inclusive, r(231) = -.31, 95 % CI [-.42, -.19], p<.001, et moins elle a de connaissance linguistique à ce sujet, r(231) = -.16, 95 % CI [-.29, -.04], p<.01.

32Une corrélation apparait également entre les opinions quant à la dimension politique de la langue et les attitudes envers l’écriture inclusive, r(231) = .86, 95 % CI [.82 ;.89], p<.001, ainsi qu’entre entre les opinions sur la dimension politique de la langue et les habitudes d’utilisation, r(231) = .62, 95 % CI [.53 ;.69], p<.001. Il semble que la conscience de la dimension politique de la langue soit fortement liée aux attitudes positives envers l’écriture inclusive et ses pratiques. Plus une personne a conscience que la langue est politique, plus elle aura des attitudes positives envers l’écriture inclusive et plus elle l’utilisera.

Lien entre variables liées à la connaissance

33Nous avions ajouté dans notre questionnaire une variable exploratoire liée aux connaissances de l’écriture inclusive : la reconnaissance de mots comme étant ou n’étant pas de véritables néologismes. Pour explorer si cette échelle pourrait également constituer une mesure intéressante de la connaissance de l’écriture inclusive, nous avons effectué des corrélations entre les trois échelles de connaissances (voir le Tableau 2).

Tableau 2. Coefficients de corrélation (Pearson) et intervalles de confiance (95 %) des différentes corrélations entre les échelles mesurant les connaissances de l’écriture inclusive.

Variable

M

SD

1

2

1. Connaissance historique

4.36

0.80

2. Connaissance linguistique

5.08

1.04

.26**

[.14, .38]

3. Connaissance des néologismes

0.59

2.61

.37**

.12

[.25, .48]

[-.01, .24]

M et SD sont utilisés pour représenter la moyenne et l'écart-type, respectivement. Les valeurs entre crochets indiquent l'intervalle de confiance à 95 % pour chaque corrélation. L'intervalle de confiance est une plage plausible de corrélations de population qui pourraient avoir causé la corrélation de l'échantillon (Cumming, 2014). * indique p < 0.05. ** indique p < 0.01.

34Contrairement aux corrélations présentées sur les autres variables, certains liens entre la reconnaissance des néologismes et les autres facteurs de connaissance sont relativement faibles. Nous le voyons dans le coefficient de corrélation entre connaissance linguistique et reconnaissance des néologismes, r(231) = .12, 95 % CI [-.01, .24], p>.05. Par contre, il existe un lien intéressant entre connaissance historique et reconnaissance des néologismes, r(231) = .37, 95 % CI [.25, .48], p<.001. Si certains facteurs qui sous-tendent la reconnaissance des néologismes semblent se rapprocher de ceux qui sous-tendent la connaissance de l’écriture inclusive (de manière générale), d’autres facteurs rentrent également en jeu.

35Pour terminer, notons que nous avons également considéré l’âge des personnes interrogées pour évaluer le lien entre l’âge et certains facteurs, mais la distribution de l’âge des personnes interrogées étant fortement biaisée (effet plancher) : en effet, une majorité des personnes se situait autour de 20 ans (voir la Figure 1). A titre exploratoire, nous avons tout de même effectué une corrélation de Kendau, ne montrant aucun lien entre l’âge des personnes interrogées et les attitudes envers l’écriture inclusive, τb = -.002, p>.05.

Figure 1. Distribution de l’âge de notre échantillon, avec courbe de distribution.

Figure 1. Distribution de l’âge de notre échantillon, avec courbe de distribution.

Discussion

36Puisque le débat autour de la pratique qu’est l’écriture inclusive polarise toujours l’opinion publique (Frammery, 2020), nous avons cherché à saisir et identifier les facteurs à la base des réticences qu’elle suscite. Dans un premier temps, cette recherche a été menée afin d’évaluer le lien entre orientation politique et attitudes envers l’écriture inclusive. Les résultats ont montré que plus une personne se situe à droite de l’échiquier politique, plus elle a des attitudes négatives envers l’écriture inclusive. L’influence et la manière dont l’orientation politique peut potentiellement cristalliser la discussion autour de l’écriture inclusive – particulièrement dans les milieux conservateurs – a fait l’objet de différentes études (Abbou et al., 2018 ; Michaud, 2021). Selon Abbou et al. (2018), plusieurs explications quant à la crispation autour de l’écriture inclusive sont avancées, comme l’association de cette pratique aux groupes et institutions politiques ancrées à gauche, ou encore les véhémentes critiques émises envers l’écriture inclusive par certaines personnalités politiquement positionnées à droite. Comme mentionné dans l’introduction, les rhétoriques opposées à l’écriture inclusive se nourrissent principalement d’arguments antiféministes et réactionnaires (par ex., Michaud, 2021), et ont pour fonction d’affirmer et de légitimer un certain pouvoir politique (par ex., Loison et al., 2020). Nos résultats corroborent ces études : les personnes politiquement ancrées à gauche se sont montrées plus ouvertes et positives à l’égard de l’écriture inclusive, alors que celles à droite étaient les plus fermées sur le sujet (à l'instar de Brick & Wilks, 2002 ; Burnett & Bonami, 2019 ; Burnett & Pozniak, 2021). De plus, nous pouvons considérer nos résultats comme guère surprenants, puisque la question de l’écriture inclusive est parfois considérée – à tort – comme l’apanage des milieux féministes (Abbou, 2017b ; Van Compernolle, 2009), mouvements positionnés plus à gauche de l’échiquier politique.

37Ensuite, les résultats ont également confirmé le lien entre attitudes envers l’écriture inclusive et l’utilisation de l’écriture inclusive. Si le lien de causalité entre ces deux variables nous semble relativement logique – plus une personne aura des attitudes positives envers le langage inclusif, plus elle aura tendance à l’utiliser – ce résultat rappelle les études (par ex., Formanowicz et al., 2015) qui montrent que plus les personnes sont exposées de manière régulière à des textes utilisant l’écriture inclusive, plus elles sont favorables à des initiatives recourant à celle-ci. Notons tout de même qu’il soit possible qu’une partie du lien suive une causalité différente. Certaines personnes utilisent déjà, ou ont peut-être utilisé certaines formes d’écriture inclusive (par ex., les accords de proximité, des épicènes, …) sans forcément être conscientes que ce sont des formes d’écriture inclusive. Une fois conscientes de l’inclusivité de certaines de leurs pratiques (voir la discussion ci-dessous sur le lien entre connaissances et attitudes), ces personnes se rendent potentiellement compte que l’écriture inclusive n’est peut-être pas si difficile et leurs attitudes deviennent plus positives envers cette pratique. Ces effets de médiation, des connaissances ou de découverte (par ex., « ah, l’écriture inclusive, c’est ça ! »), mériteraient des études plus approfondies.

38Dans notre étude, nous avons également exploré le lien entre orientation politique et connaissances liées à l’écriture inclusive et ainsi montré que plus une personne est à droite de l’échiquier politique, moins elle possède de connaissances sur ce qu’est l’écriture inclusive (historiquement et linguistiquement). Par rapport aux connaissances, nous nous attendions – de manière générale – à ce que plus une personne ait de bonnes connaissances sur cette pratique, plus elle présente des attitudes positives et se montre favorable vis-à-vis de l’écriture inclusive. Les résultats ont effectivement corroboré notre hypothèse, la corrélation la plus importante étant entre connaissance historique et attitudes envers l’écriture inclusive. Notre étude montre donc qu’une partie des réticences – et donc des attitudes négatives – exprimées par les personnes à l’égard de l’écriture inclusive (plus à droite de l’échiquier politique) peuvent être expliquées par le fait que celles-ci méconnaissent cet outil, ainsi que ses origines. Ce constat nous rappelle l’étude de Heather Burnett et Céline Bonami (2019) – qui donnent l’exemple des anglicismes et ayant récolté des réactions similaires – suggérant que toute nouvelle pratique langagière (en tous cas qui parait nouvelle) est accueillie à prime abord avec de la défiance.

39La prédiction du niveau de connaissances de l’écriture inclusive sur les attitudes à son égard que nous avons trouvée peut être mise en perspective avec les compétences linguistiques. En effet, les recherches de Sara Koeser et Sabine Sczesny (2014), Koeser et al. (2015), ainsi qu’Elisabeth A. Kuhn et Ute Gabriel (2014) soulignent l’importance d’une utilisation fréquente et de la connaissance de l’écriture inclusive pour renforcer l’attitude favorable des individus vis-à-vis de cet outil et/ou son utilisation. Koeser et Sczesny (2014), par exemple – en se basant sur le modèle de persuasion « Elaboration Likelihood Model » (Petty & Cacioppo, 1986) – ont élaboré des arguments en faveur de l’écriture inclusive. Après avoir été exposées à ces arguments, les personnes interrogées avaient tendance à plus utiliser certains outils d’écriture inclusive, même si leurs attitudes envers l’écriture inclusive changeaient finalement peu. Koeser et al. (2015), ont également montré qu’après avoir été simplement exposées à des textes contenant des doublets (par ex., « mécaniciennes et mécaniciens »), certaines femmes avaient tendance à plus les utiliser elles-mêmes. Pour les hommes interrogés, c'était également le cas, mais seulement après qu’on leur avait explicitement signalé la présence de doublets dans les textes. En termes pratiques, ces résultats, ainsi que les nôtres, suggèrent que des interventions basées sur les connaissances de l’écriture inclusive – en intégrant une partie historique – pourraient être bénéfiques pour initier un large public à cette forme d’écriture. Ceci est très important, car comme le montrent nos données, certaines personnes à droite de l’échiquier politique semblent manquer de connaissances sur ce sujet.

40Pour terminer, nos résultats suggèrent fortement que les opinions quant à la dimension politique de la langue (et de l’écriture inclusive) sont à la base des attitudes envers l’écriture inclusive. C’est-à-dire que plus une personne perçoit la langue comme un objet politique, plus elle a tendance à avoir des attitudes positives envers l’écriture inclusive, et plus elle a tendance à l’utiliser. Ceci semble s’aligner avec toutes les positions théoriques qui considèrent la langue comme un objet politique (par ex., Abbou, 2017a ; Butler, 2006, 2008 ; Candea, 2017 ; Gérardin-Laverge, 2019 ; Wittig, 2007).

Perspectives

41Bien que cette recherche ait permis de mettre en lumière spécifiquement les liens entre niveaux de connaissance et attitudes à l’égard de l’écriture inclusive, la méthode choisie (questionnaire en ligne) comporte certains désavantages. En premier lieu, nous avons constaté que beaucoup de personnes commençaient le questionnaire mais ne le terminaient pas (150 personnes ont commencé l’étude sans la terminer). Étant donné que le message de distribution de l’étude n’évoquait pas le sujet sur lequel elle portait, il est possible que les personnes ayant une aversion pour l’écriture inclusive n’aient pas souhaité terminer le questionnaire lorsque celles-ci en ont saisi le thème. Nous avons donc potentiellement perdu les données de personnes plus conservatrices ayant des attitudes négatives à l’égard de l’écriture inclusive. Des études futures pourraient interroger spécifiquement des populations plus conservatrices que celle testée dans notre étude, et utiliser des démarches (expérimentales) plus implicites. Il serait peut-être aussi intéressant d’éviter la population étudiante, probablement déjà sensibilisée à ces questions, en testant par exemple des personnes issues de différentes filières de formations et/ou de différentes tranches d’âge. Il serait en outre pertinent de récolter des données qualitatives lors de prochaines études similaires, en travaillant par exemple avec des entretiens semi-structurés ou en ajoutant un espace commentaires pour chaque énoncé comme dans Tibblin (2019). Cela pourrait permettre de saisir le sens que les personnes attribuent à leurs réponses ainsi que de comprendre en détail leurs opinions (Poisson, 2009). Dans cette optique et après avoir montré que les niveaux de connaissance prédisent en partie les réticences vis-à-vis de l’écriture inclusive, notre questionnaire peut servir de base pour de prochaines études portant sur la thématique.

42Ensuite, la présente étude rappelle le rôle de l’orientation politique dans la prédiction des attitudes des personnes au sujet de l’écriture inclusive. Cela confirme qu’une personne politisée à droite, par exemple une personne politiquement engagée au sein d’un parti conservateur, a davantage de chance de présenter une attitude fermée et réticente sur le sujet. Il y a donc bel et bien une polarisation du débat en fonction de l’orientation politique à laquelle on s’identifie. Néanmoins, nos données ne nous permettent pas d’identifier précisément les mécanismes exacts de ce lien, même si nous avons identifié quelques facteurs expliquant ce lien (par ex., manque de connaissances, peu de sensibilité à la dimension politique de la langue…). De prochaines études devraient peut-être se concentrer sur les différents mécanismes de modération et de médiation de ces différents facteurs (par ex., l’envie que le monde ne change pas). Ceci nous permettrait de mieux comprendre les liens de causalité entre les facteurs étudiés.

43Si nous considérons les implications pratiques de ce travail, celui-ci suggère que des interventions basées sur une amélioration des connaissances ainsi que sur une sensibilisation aux enjeux politiques de la langue – d’un point de vue général, mais aussi spécifique à l’écriture inclusive – permettraient probablement de rendre les attitudes envers l’écriture inclusive plus positives et, par effet de domino, promouvoir son utilisation. À notre connaissance, il n’existe que quelques études scientifiques ayant évalué l’efficacité d’interventions pratiques sur les attitudes des adultes envers l’écriture inclusive (Prentice, 1994 ; Koeser & Sczesny, 2014), et aucune sur les attitudes des enfants envers l’écriture inclusive. Nous pourrions néanmoins imaginer des interventions scolaires visant à faire connaitre les différents outils d’écriture inclusive (y compris ceux qui ne sont encore forcément stabilisés), ainsi qu’à sensibiliser les élèves de différents âges aux tenants et aboutissants de ceux-ci. Ces interventions pourraient amener les enfants à adopter des attitudes positives envers l’écriture inclusive, et peut-être même envers d’autres pratiques (non-linguistiques) visant à plus d’égalité entre les genres.

44En conclusion et bien que nous ayons montré l’intérêt d’une analyse au travers du prisme de la connaissance, il s’avère néanmoins nécessaire de rappeler, comme le soulignent Mona Gérardin-Laverge (2019) et Monique Wittig (2007) dans leurs travaux, que le langage demeure une question éminemment politique. Si les récentes motions politiques en Suisse – qui visent à bannir les outils de féminisation dans les administrations cantonales – ont pu en partie reposer sur une absence de connaissances en la matière, elles ne s’inscrivent probablement pas moins dans une certaine idéologie conservatrice et réactionnaire.

Top of page

Bibliography

ABEILLÉ Anne, AN Aixiu & SHIRAÏSHI Aoi. 2018. « L’accord de proximité du déterminant en français » Discours. Revue de linguistique, psycholinguistique et informatique. A journal of linguistics, psycholinguistics and computational linguistics 22, Art. 22 : https://doi.org/10.4000/discours.9542

ABBOU Julie. 2017a. « (Typo)graphies anarchistes. Où le genre révèle l’espace politique de la langue » Mots 113, 53‑72 : https://doi.org/10.4000/mots.22637

ABBOU Julie. 2017b. « Cultures politiques du discours  : Féminisme, anarchisme et rhétorique ». Argumentation et Analyse du Discours 18, Article 18 : https://doi.org/10.4000/aad.2329

ABBOU Julie, ARNOLD Aron, CANDEA Maria & MARIGNIER Noémie. 2018. « Qui a peur de l’écriture inclusive ? Entre délire eschatologique et peur d’émasculation. Entretien ». Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours 44, Article 44 : https://doi.org/10.4000/semen.10800

ALPHERATZ. 2018. « Français inclusif : Conceptualisation et analyse linguistique ». SHS Web of Conferences 46, 13003: https://doi.org/10.1051/shsconf/20184613003

ALPHERATZ. 2019. « Français inclusif  : Du discours à la langue ? » Le Discours et la Langue Revue de linguistique française et d'analyse du discours 111, 53-74 : https://hal-emse.ccsd.cnrs.fr/STIH/hal-02323626v2

BAUDINO Claudie. 2001. « Politique de la langue et différence sexuelle, la politisation du genre des noms de métier ». L'Harmattan.

BECKER Julia. C. & SWIM Janet. K. 2011. « Seeing the Unseen: Attention to Daily Encounters with Sexism as Way to Reduce Sexist Beliefs ». Psychology of Women Quarterly, 35, 227‑242 : https://doi.org/10.1177/0361684310397509

BOURDIEU Pierre. 1980. Le sens pratique. Éditions de Minuit.

BRAUN Friederike, SCZENY Sabine & STAHLBERG Dagmar. 2005. « Cognitive Effects of Masculine Generics in German: An Overview of Empirical Findings » Communications 30(1), 1‑2: https://doi.org/10.1515/comm.2005.30.1.1

BRICK Noëlle & WILKS Clarissa. 2002. « Les partis politiques et la féminisation des noms de métier » Journal of French Language Studies 12(1), 43‑53 : https://doi.org/10.1017/S0959269502000133

BURNETT Heather & BONAMI Olivier. 2019. « Linguistic prescription, ideological structure, and the actuation of linguistic changes: Grammatical gender in French parliamentary debates » Language in Society 48(1), 65‑93: https://doi.org/10.1017/S0047404518001161

BURNETT Heather & POZNIAK Céline. 2021. « Political dimensions of gender inclusive writing in Parisian universities » Journal of Sociolinguistics, josl.12489: https://doi.org/10.1111/josl.12489

BUTLER Judith. 2006. Trouble dans le genre : Le féminisme et la subversion de l’identité (Cynthia KRAUS, Trad.). La Découverte.

BUTLER Judith. 2008. Le pouvoir des mots : Politique du performatif (Charlotte NORDMANN, Trad.). Éditions Amsterdam.

BUTORI Raphaëlle & PARGUEL Béatrice. 2012. « Les biais de réponse – Impact du mode de collecte des données et de l’attractivité de l’enquêteur » AFM 20 : https://shs.hal.science/halshs-00636228

CANDEA Maria. 2017. « Le langage est politique » BALLAST. https://www.revue-ballast.fr/maria-candea-langage-politique/

CANDEA Maria & VÉRON Laélia. 2021. Le français est à nous. La Découverte.

CHATARD Armand, GUIMOND Serge & MARTINOT Delphine. 2005. « Impact de la féminisation lexicale des professions sur l’auto-efficacité des élèves : Une remise en cause de l’universalisme masculin ? » L’Année Psychologique 105, 249‑272 : https://doi.org/10.3406/psy.2005.29694

COADY Ann. 2020. « Jardin à la française ou parc à l’anglaise ? Les idéologies linguistiques : des freins au langage non sexiste » Cahiers du Genre, 69, 59‑83 : https://doi.org/10.3917/cdge.069.0059

CUMMING Geoff. 2014. « The new statistics: Why and how » Psychological Science, 25, 7‑29: https://doi.org/10.1177/0956797613504966

DE FÉO Agnès. 2018. « Pourquoi on n’a aucun mal à dire coiffeuse et beaucoup plus à dire professeuse » Slate.fr. https://www.slate.fr/story/156221/feminisation-metiers-pouvoir

DISTER Anne & MOREAU Marie-Louise. 2006. « Dis-moi comment tu féminises, je te dirai pour qui tu votes. Les dénominations des candidates dans les élections européennes de 1989 et de 2004 en Belgique et en France » Langage et société 115 : https://doi.org/10.3917/ls.115.0005

ELMIGER Daniel. 2017. « Binarité du genre grammatical – binarité des écritures  ? » Mots. Les langages du politique 113, 37‑52 : https://doi.org/10.4000/mots.22624

ÉVAIN Aurore. 2019. En compagnie. Histoire d’autrice de l’époque latine à nos jours. Editions IXe.

FLAHERTY Mary. 2001. « How a language gender system creeps into perception » Journal of Cross-Cultural Psychology 32, 18‑31.

FORMANOWICZ Magdalena, CISLAK Aleksandra., HORVATH Lisa K. & SCZESNY Sabine. 2015. « Capturing socially motivated linguistic change: How the use of gender-fair language affects support for social initiatives in Austria and Poland » Frontiers in Psychology 6, 1617: https://doi.org/10.3389/fpsyg.2015.01617

FRAMMERY Catherine. 2020. « L’écriture inclusive, mère de toutes les batailles ? » Le Temps. https://www.letemps.ch/societe/lecriture-inclusive-mere-toutes-batailles

GARNHAM Alan, GABRIEL Ute, SARRASIN Oriane, GYGAX Pascal & OAKHILL Jane. 2012. « Gender Representation in Different Languages and Grammatical Marking on Pronouns : When Beauticians, Musicians, and Mechanics Remain Men » Discourse Processes 49(6), 481‑500 : https://doi.org/10.1080/0163853X.2012.688184

GÉRARDIN-LAVERGE Mona. 2019. « Le langage est un lieu de lutte. La performativité du langage ordinaire dans la construction du genre et les luttes féministes : Résumé de thèse » GLAD ! 06 : https://doi.org/10.4000/glad.1560

GUSTAFSSON SENDÉN Marie, BÄCK Emma A. & LINDQVIST Anna. 2015. « Introducing a gender-neutral pronoun in a natural gender language: the influence of time on attitudes and behavior » Frontiers in psychology 6. doi: 10.3389/fpsyg.2015.00893.

GYGAX Pascal, GABRIEL Ute, SARRASIN Oriane, OAKHILL Jane & GARNHAM Alan. 2008. « Generically intended, but specifically interpreted: When beauticians, musicians and mechanics are all men » Language and Cognitive Processes 23: https://doi.org/10.1080/01690960701702035

GYGAX Pascal, GABRIEL Ute, SARRASIN Oriane, OAKHILL Jane & GARNHAM Alan. 2009. « Some grammatical rules are more difficult than others: The case of the generic interpretation of the masculine » European Journal of Psychology of Education 24(2), 235‑246: https://doi.org/10.1007/BF03173014

GYGAX Pascal, SATO Sayaka, ÖTTL Anton & GABRIEL Ute. 2021a. « The masculine form in grammatically gendered languages and its multiple interpretations: A challenge for our cognitive system » Language Sciences 83, 101328: https://doi.org/10.1016/j.langsci.2020.101328

GYGAX Pascal, ZUFFEREY Sandrine & GABRIEL Ute. 2021b. Le cerveau pense-t-il au masculin ? Le Robert.

HERGENHAM Jutta. 2020. « Langage non sexiste et antiféminisme en Allemagne (A. Ecochard, Trad.) ». Cahiers du genre, 69, 85‑107. https://doi.org/10.3917/cdge.069.0085

HYDE Janet S. 1984. « Children’s understanding of sexist language » Developmental psychology 20, 697‑706: https://doi.org/10.1037/0012-1649.20.4.697

KOESER Sara, KUHN Elisabeth A. & SCZESNY Sabine. 2015. « Just reading? How gender-fair language triggers readers’ use of gender-fair forms » Journal of language and social psychology 34(3), 343‑357: https://doi.org/10.1177/0261927X14561119

KOESER Sara & SCZESNY Sabine. 2014. « Promoting gender-fair language : The impact of arguments onlLanguage use, attitudes, and cognitions » Journal of language and social psychology 33(5), 548‑560 : https://doi.org/10.1177/0261927X14541280

KUHN Elisabeth A. & GABRIEL Ute. 2014. « Actual and potential gender-fair language use: The role of language competence and the motivation to use accurate language » Journal of language and social psychology 33: https://doi.org/10.1177/0261927X13504297

LABOV William. 1972. Sociolinguistic Patterns. Basil Blackwell.

LIBEN Lynn S., BIGLER Rebecca S. & KROGH Holleen R. 2002. « Language at work: Children’s gendered interpretations of occupational titles » Child Development 73(3), 810‑828: https://doi.org/10.1111/1467-8624.00440

LOISON Marie, PERRIER Gwenaëlle & NOÛS Camille. 2020. « Introduction. L’écriture inclusive est politique : Une spécificité française ? » Cahiers du Genre 69, 5‑29 : https://doi.org/10.3917/cdge.069.0005

MAIO Gregory R., VERPLANKEN Bas & HADDOCK Geoffrey. 2018. The Psychology of Attitudes and Attitude Change. SAGE.

MICHAUD Héloïse. 2021. « Rhétoriques réactionnaires et antiféminisme en France : La controverse de l’écriture inclusive » Politique et Sociétés 40(1), 87‑107 : https://doi.org/10.7202/1075742ar

MISERSKY Julia, MAJID Asifa & SNIJDERS Tineke M. 2019. « Grammatical Gender in German Influences How Role-Nouns Are Interpreted : Evidence from ERPs » Discourse Processes 56(8), 643‑654: https://doi.org/10.1080/0163853X.2018.1541382

MOLIN Améthyste, SIMOND Amélie, SATO Sayaka, JAEGGI Tiziana, GYGAX Pascal & MEUWLY Nathalie. 2021. « Linking political and feminist ideology with openness towards non-binary gender: The development and initial validation of a scale to measure subjective openness towards non-binary gender (ONBG) » Journal of gender studies 30(8), 901‑914: https://doi.org/10.1080/09589236.2020.1844644

PARLEMENT SUISSE. 2021. Le respect des règles de la langue française prime sur l’idéologie, no 21.3143 : https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft ?AffairId =20213143

PETTY Richard & CACIOPPO John. 1986. « The Elaboration Likelihood Model of Persuasion ». Dans Advances in Experimental Social Psychology, édité par BERKOWITZ, Leonard, 19 :123‑205. Academic Press. https://doi.org/10.1016/S0065-2601(08)60214-2

POISSON Yves. 2009. « L’approche qualitative et l’approche quantitative dans les recherches en éducation » Revue des sciences de l’éducation 9(3), 369‑378 : https://doi.org/10.7202/900420ar

PRENTICE Deborah A. 1994. « Do language reforms change our way of thinking » Journal of Language and Social Psychology 13(1), 3‑19.

R CORE TEAM. 2021. R : A Language and Environment for Statistical Computing (4.1.1). R Foundation for Statistical Computing : https://www.R-project.org

ROBINSON George M. & ELIAS Cherin. 1978. « "Neutral" Pronouns That Aren’t » American Psychologist 33(11), 1032‑1036.

SCHWARZ Norbert. 2007. « Attitude construction: Evaluation in context » Social Cognition 25(5), 638‑656: https://doi.org/10.1521/soco.2007.25.5.638

SCZESNY Sabine, MOSER Franziska & WOOD Wendy. 2015. « Beyond sexist beliefs: How do people decide to use gender-inclusive language? » Personality and Social Psychology Bulletin 41(7), 943‑954: https://doi.org/10.1177/0146167215585727

SIMON Anne-Catherine, BENZITOUN Christophe & GYGAX Pascal. (2020, octobre 11). « Écriture inclusive : Un premier bilan de la controverse ». The Conversation. http://theconversation.com/ecriture-inclusive-un-premier-bilan-de-la-controverse-147630

SIMON Anne-Catherine & VANHAL Clémence. 2022. « Renforcement de la féminisation et écriture inclusive : Étude sur un corpus de presse et de textes politiques » Langue française, 215, 81-102.

TIBBLIN Julia. 2019. Le langage inclusif : Attitudes et évaluation de texte. Une étude quantitative des attitudes envers le langage inclusif et leur influence sur l’évaluation d’un texte. Mémoire de Master en linguistique et sciences du langage. Lund : Université de Lund.

TIBBLIN Julia, WEIJER Joost, GRANFELDT Jonas & GYGAX Pascal. 2022. « There are more women in joggeur·euses than in joggeurs: On the effects of gender-fair forms on perceived gender ratios in French role nouns » Journal of French Language Studies 1‑24: https://doi.org/10.1017/S0959269522000217

TIBBLIN Julia. 2020. « Les attitudes envers l’écriture inclusive des francophones et leur effet sur l’évaluation d’un texte » SHS Web of Conferences 78, 13006 : https://doi.org/10.1051/shsconf/20207813006

TIBBLIN Julia. 2022. Langage inclusif, la longue quête d’une langue égalitaire [Antenne jeunes IDHL Amnesty International] : https://open.spotify.com/show/0tXpgJ4lTfN57BSncpOOyk ?si =2f2412d790904bb2

VAN COMPERNOLLE Rémi A. 2009. « Emphatic ne in informal spoken French and implications for foreign language pedagogy » International Journal of Applied Linguistics 19(1), 47‑65: https://doi.org/10.1111/j.1473-4192.2009.00213.x

VIENNOT Éliane. 2017. Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin !. Editions IXe.

VIENNOT Éliane. 2020. « Langage égalitaire : Vers une rationalisation des procédés et des approches » Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique 146, 149‑160 : https://doi.org/10.4000/chrhc.14838

VIENNOT Éliane. 2021. En finir avec l’homme. Éditions iXe.

WITTIG Monique. 2007. La pensée straight. Éditions Amsterdam.

YANG Yongwei, HARKNESS Janet A., CHIN Tzu-Yun & VILLAR Ana. 2010. « Response styles and culture » dans Survey methods in multinational, multiregional, and multicultural contexts (p. 203‑223). John Wiley & Sons, Inc: https://doi.org/10.1002/9780470609927.ch12

Top of page

Notes

1 En Suisse, on appelle partis bourgeois les partis à droite de l’échiquier politique (PLR, Centre, UDC, et d’autres petits partis)

2 Dans notre article, nous utilisons l’expression « écriture inclusive », plus commune, et plus proche de ce que nous avons testé, même si l’expression « langage inclusif » serait plus précise, tant elle fait également référence à l’oralité.

3 Voir Matériel supplémentaire sur OSF : https://osf.io/ucz38/ ?view_only =efd4e3d719c24211a9080a176fef3abf

4 Une échelle de Likert est un outil psychométrique mesurant les attitudes, constituée de différentes affirmations pour lesquelles les personnes interrogées donnent leur degré d’accord ou de désaccord.

5 Voir Matériel supplémentaire sur OSF : https://osf.io/ucz38/ ?view_only =efd4e3d719c24211a9080a176fef3abf

6 Un coefficient de corrélation décrit la relation entre deux (ou plus de deux) variables, de telle sorte qu’une forte corrélation (coefficient élevé), signifie que si une des variables augmente, l’autre le fera également. Le coefficient de corrélation de Pearson, r, que nous utilisons dans notre article, est une mesure standardisée de la force de la relation entre deux variables. Il peut prendre n'importe quelle valeur, de -1 (lorsqu'une variable change, l'autre change dans la direction opposée) à +1 (lorsqu'une variable change, l'autre change dans la même direction dans la même mesure), en passant par 0 (lorsqu'une variable change, l'autre ne change pas du tout) (Field, 2014). Plus ce coefficient est proche de -1 ou +1, plus l'association entre les deux variables est forte, jusqu'à être parfaite. L’annotation 95% CI indique la plage de valeurs probables dans laquelle se situe la « vraie » valeur, avec un niveau de confiance de 95%. Pour terminer, lorsque la corrélation est réelle, c’est-à-dire qu’un lien existe, le coefficient de probabilité p sera plus petit que .05 (seuil accepté en psychologie).

7 Voir sur OSF : https://osf.io/ucz38/ ?view_only =efd4e3d719c24211a9080a176fef3abf

8 Ce terme – même s’il est de plus en plus fréquent - est encore perçu comme un néologisme dans l'opinion publique, comme le souligne l’article de De Féo de 2018 dans le magazine en ligne Slate : https://www.slate.fr/story/156221/feminisation-metiers-pouvoir.

9 https://osf.io/ucz38/ ?view_only =efd4e3d719c24211a9080a176fef3abf

10 Pour vérifier la fidélité des échelles de connaissance ainsi que celle sur les opinions envers la dimension politique de la langue, nous avons mesuré leur consistance interne (c’est-à-dire, dans quelle mesure toutes les questions mesurent de manière cohérente le même concept ou la même dimension psychologique). Ainsi, les dix items de l’échelle de la connaissance historique ont une consistance interne acceptable, α de Cronbach brut = .70. C’est également le cas pour les dix items de la connaissance linguistique qui présentent un α de Cronbach brut = .72, ainsi que pour les dix items de l’échelle de connaissance politique qui ont une bonne consistance interne, α de Cronbach brut = .81.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Distribution de l’âge de notre échantillon, avec courbe de distribution.
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/6400/img-1.png
File image/png, 32k
Top of page

References

Electronic reference

Tania Sauteur, Pascal Gygax, Julia Tibblin, Lucie Escasain and Sayaka Sato, “« L’écriture inclusive, je ne connais pas très bien… mais je déteste ! » ”GLAD! [Online], 14 | 2023, Online since 12 July 2023, connection on 24 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/glad/6400; DOI: https://doi.org/10.4000/glad.6400

Top of page

About the authors

Tania Sauteur

Tania Sauteur réalise actuellement un Master en neurosciences cognitives à l’Université de Fribourg, après avoir obtenu un Bachelor en Science de la psychologie en 2022 dans la même institution. Ses intérêts scientifiques s’inscrivent principalement dans le domaine de la psycholinguistique, avec un accent particulier sur l’étude de l’utilisation du langage dans nos représentations du genre.

Pascal Gygax

Pascal Gygax dirige l’équipe de Psycholinguistique et Psychologie Sociale Appliquée de l’Université de Fribourg. Ses travaux portent principalement sur la manière dont notre cerveau traite la marque grammaticale masculine. Avec ses collègues Sandrine Zufferey et Ute Gabriel, il a publié un livre grand public sur le sujet aux Éditions Le Robert, Le cerveau pense-t-il au masculin ? Cerveau, langage et représentations sexistes.

Julia Tibblin

Julia Tibblin est doctorante en linguistique française à l’université de Lund en Suède. Dans sa recherche, elle utilise des méthodes psycholinguistiques pour étudier le traitement des formes inclusives en français et les représentations mentales qu’elles génèrent.

Lucie Escasain

Lucie Escasain est doctorante au sein de l’équipe de Psycholinguistique et Psychologie Sociale Appliquée à l’Université de Fribourg. Sa thèse porte sur l’influence des stéréotypes de genre et du langage inclusif sur les aspirations professionnelles des jeunes, en particulier sur les métiers de santé. Elle travaille également dans la recherche en santé publique.

Sayaka Sato

Sayaka Sato est chercheuse séniore au département de psychologie de l'Université de Fribourg. Ses recherches portent principalement sur l'impact de la langue sur la pensée et la cognition, avec une attention particulière aux informations relatives au genre grammatical et aux stéréotypes de genre.

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search