Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15ChroniquesL’utre et le neutre : la binarité...

Chroniques

L’utre et le neutre : la binarité et l’altérité

Les genres récrits : chronique n°13
Uter and neuter: binarity and alterity
Daniel Elmiger

Résumés

Contrairement au latin, qui avait encore trois genres grammaticaux, le français n’en a plus que deux, le féminin et le masculin. Si certaines stratégies de neutralisation (sémantique ou formelle) sont possibles, le neutre, en tant que genre grammatical, est absent – à moins de le recréer, ce qui nécessiterait une restructuration profonde de la morphologie du français. Néanmoins, le discours autour du neutre permet de mieux concevoir l’utre, à savoir la binarité inhérente à la langue, qui peut empêcher de conceptualiser la non-binarité.

Haut de page

Texte intégral

L’utre

  • 1 Comme cène, qui continue sa vie dans épicène, utre a également laissé une trace en français contemp (...)

1Dans la dernière chronique, nous avons réanimé, le temps d’un article, la notion de (genre) cène, qui provient de la tradition grecque, plus précisément des noms de type koinon (dont le genre varie en fonction du référent désigné : cf. Elmiger 2023). Cette fois-ci, faisons la même chose avec l’utre, que j’emprunte à la grammaire latine1. Cela étant dit, je ne vais pas commencer par le genre, comme d’habitude, mais par le nombre.

2En latin, il existe, comme en français, le singulier et le pluriel – et des restes d’une autre catégorie qu’on appelle duel, que l’on trouve aussi dans d’autres langues. Le duel s’utilise pour ce qui est perçu et nommé par deux : une paire de choses ou de personnes. En témoignent certains mots comme l’adjectif ambo/ambae (« les deux »), le numéral duo/duae (« deux ») et … le pronom uter/utra/utrum. Selon le contexte, il se traduit par « lequel (des deux) », « celui (des deux) » ou « n’importe lequel (des deux) » (Denecker 2019). Il est apparenté à uterque/utraque/utrumque (« chacun des deux, l'un et l'autre ») et d’autres formes dérivées. Partout, on retrouve l’idée d’une dualité, d’une paire ou d’un couple, comme d’ailleurs en anglais dans both ou en allemand dans beide (les deux se traduisent par : « les deux »).

  • 2 Le latin a recopié ce terme au grec, en reprenant le même procédé morphologique : en grec ancien, l (...)

3Mais quel est donc le lien avec le genre grammatical ? A priori, il n’y en a pas – à moins qu’on ne fasse entrer le tertium comparationis (ou peut-être plutôt le tertium negationis, ici). Par rapport à l’utre, qui fonde la dualité, le genre neutre est l’autre genre : ne-uter : non pas l’un des deux. Étymologiquement, le neutre s’oppose ainsi à l’utre – et grammaticalement, il se met en dehors des genres féminins et masculins : il est « ni l’un ni l’autre »2.

4Voici quelques commentaires :

  • La négation inscrite dans ne-utre peut sous-entendre une antériorité des genres utres par rapport au neutre. Cela ne correspond pas à la genèse des genres grammaticaux telle qu’on peut la reconstituer : dans les langues indoeuropéennes, le féminin serait le dernier genre à émerger, sur la base d’une opposition initiale entre animés et non animés (Elmiger 2008 : 51-54).

  • D’ailleurs, l’opposition entre animé (utre) et inanimé (neutre) demeure importante en français, par exemple au niveau des formes interrogatives et relatives :

    • qui/qu’est-ce qui : pour ce qui est animé

    • quoi/qu’est-ce que : pour ce qui est non animé

  • et elle rappelle la configuration des genres dans les langues scandinaves, qui distinguent entre le genus commune (« genre commun ») et le neutre. (En grec, c’est le γένος κοινόν (génos koinón), le « genre cène » que nous avons rencontré dans la dernière chronique.)

5Si le neutre s’oppose ainsi à l’« utre », il véhicule l’idée de la non-dualité. Qu’en est-il du neutre en français : existe-t-il encore ou pourrait-il être recréé ?

Le neutre et la neutralisation

  • 3 Michel Roché (1990) parle de « donneur » et « receveur » d’accord.
  • 4 Armoire est un bon exemple pour le fait que le genre d’un mot n’est pas toujours fixe : autrefois, (...)

6J’ai développé ailleurs (Elmiger 2015) le statut du genre neutre en français moderne : je vais donc m’en tenir à quelques considérations sommaires, ici. Si l’on étudie le genre grammatical des noms, il ne s’observe pas nécessairement dans l’élément noyau (en général : un nom), mais dans les mots qui les entourent, qu’on appelle parfois éléments satellites3 : les déterminants, adjectifs, pronoms, etc. Pour donner un exemple : sans contexte, on ne peut pas savoir quel est le genre d’un nom comme armoire. Nous savons qu’il est de genre féminin parce qu’on dit une nouvelle armoire.4 La plupart du temps, le genre grammatical d’un nom est fixe et unique (la table vs le tabouret) ; tantôt il est sujet à variation (une ou un alvéole) ou indéterminé (l’élève, hors contexte).

7Si le système des genres grammaticaux du latin était ternaire (féminin, masculin, neutre), celui du français moderne ne connait plus de neutre : les mots satellites qui s’accordent selon le genre sont de genre féminin (la, une, cette, heureuse) ou masculin (le, un, ce, heureux) ; le fait que parfois, il n’existe qu’une seule forme (p. ex. l’, des, plusieurs, aimables) ne permet pas de présupposer un genre neutre, car il s’agit plutôt une neutralisation occasionnelle de l’opposition masculin-féminin que d’un genre grammatical à part entière.

8Le fonctionnement du français est ainsi bien binaire, ce qui se traduit aussi dans les noms et mots satellites qui s’utilisent pour désigner des personnes. Généralement, ils existent au féminin et au masculin :

  • la, une, quelle (etc.) amie, sœur, collaboratrice, étudiante, etc.

  • le, un, quel (etc.) ami, frère, collaborateur, étudiant, etc.

9Pour ce qui est des noms communs de personne (ou noms d’humain), cela concerne des dizaines de milliers de formes. Seule une partie d’entre eux sont invariables :

  • architecte, comptable, bassiste, locataire, etc.

  • 5 Dans les langues qui disposent d’un genre neutre (comme l’allemand), on constate que les formes du (...)
  • 6 Cf. Kaplan (2022) pour d’autres propositions.

10Créer ou (dans une perspective diachronique) recréer un genre neutre en français signifie ainsi qu’il faudrait disposer de formes ne correspondant ni aux formes masculines ni aux formes féminines actuelles, et cela pour l’ensemble des noms (les noyaux du genre), mais aussi pour toutes les formes satellites (les déterminants, pronoms, adjectifs, etc.)5. Cet exercice est non négligeable, mais il a déjà été fait, p. ex. dans la Grammaire du français inclusif d’Alpheratz (2018) ou dans Davy Borde (2016), qui proposent tout un système de formes neutres qui s’ajoutent à la binarité traditionnelle du français. À part dans ces systèmes ou dans d’autres propositions6, qui restent plus ou moins expérimentaux et confidentiels, le français ne dispose plus de neutre comme genre grammatical. Pourquoi alors continue-t-on à parler de neutre (ou de fonction de neutre, attribué au masculin), en français ?

11Dans certains cas, on peut parler non pas de genre neutre, mais de neutralisation : notamment quand :

  1. au lieu de deux formes distinctes, il n’en a qu’une seule ou

  2. quand on ne choisit qu’une seule qui est censée s’utiliser de façon généralisante.

  • 7 La recherche psycholinguistique s’intéresse à la façon dont ces deux lectures sont apprises et trai (...)

12Dans le premier cas, on peut penser aux formes épicènes, qui font que l’élève autonome – sans autres éléments satellites – n’est pas déterminé quant au genre : on peut parler d’une neutralisation formelle. Le second cas concerne les formes masculines (plus rarement féminines) qui s’utilisent avec une intention générique, censées produire une neutralisation sémantique. Ainsi, les habitants peuvent référer, de façon généralisante, à l’ensemble des personnes habitant un endroit – ou, de manière spécifique, seulement aux hommes de ce groupe7.

  • 8 À côté du masculin, le féminin peut également avoir une valeur générique (cf. la chronique n° 7 : « (...)
  • 9 Retenons tout de même que tous les usages neutralisants ne sont pas critiqués. Quand le « donneur » (...)

13Que pouvons-nous retenir de cela ? Même si le président de la République française proclame qu’en français, « le masculin fait le neutre » (L’Élysée 2023), ce n’est pas très précis : le français n’a pas de genre grammatical neutre, mais connait différentes formes de neutralisation. La neutralisation sémantique du masculin, qu’on connait sous la formule « masculin générique »8, est discutable9 (et fait l’objet d’un large débat) et si certaines formes (notamment épicènes) permettent une neutralisation formelle, ce n’est guère un procédé applicable universellement, car il implique une modification formelle de dizaines de milliers de noms et adjectifs alternant entre le féminin et le masculin.

14Il reste une question, et de taille : à quoi servirait au juste un genre neutre, en français ? Si jusqu’à présent, il était majoritairement question de la référence généralisante (une forme pour éviter le dédoublement féminin + masculin), une autre considération a graduellement pris de l’importance, ces dernières années : le neutre conviendrait mieux qu’un genre « utre » aux personnes qui ont une identité de genre non binaire.

Autres sens de neutre

15La conception grammaticale du (genre) neutre n’est pas la seule qui existe : souvent, neutre s’utilise d’autres façons. Notons d’abord que le neutre contient de manière inhérente une certaine ambivalence, que j’exemplifie avec l’allemand :

    • 10 Ou : agenré. Selon le point de vue, sexe (assigné et hétérodéterminé) ou genre (autodéterminé) peuv (...)

    tantôt, le neutre s’oppose à une dualité (de type féminin/masculin), tout en restant dans le domaine du vivant (p. ex. en allemand das Kind (« l’enfant », qui est ainsi conçu comme asexué10),

  • et tantôt, il s’utilise pour le non-humain, voire le non-animé (p. ex. das Ding (« la chose »), qui rappelle la distinction qui vs quoi, en français.

  • 11 En allemand, la fille (das Mädchen) comme, traditionnellement, la (jeune) femme non mariée (das Frä (...)

16Cette ambigüité a pour conséquence que l’utilisation du neutre (dans les langues qui en disposent) pour parler d’humains contient toujours le risque d’une asexuation, voire d’une réification : ainsi, en allemand ou en anglais, les personnes non binaires ne revendiquent pas le pronom neutre (pronoms es, it) pour cette raison11.

  • 12 Cf. à ce propos le titre de Thérèse Moreau (1991) : Le langage n’est pas neutre : Réflexions sur le (...)

17D’autres significations ou connotations de neutre peuvent également entrer en jeu et favoriser (ou défavoriser) son emploi, p. ex. l’impartialité ou le refus de prendre position (p. ex. un pays neutre)12 ou le caractère détaché, impersonnel, pâle ou mat (p. ex. un style neutre, une couleur neutre).

18Neutre, comme genre, appartient aux termes polysémiques qui oscillent entre différents cadres conceptuels, entre la langue, les identités de genre et d’autres domaines. Dans sa thèse de doctorat, Loïs Crémier présente « trois régimes d’interprétation du neutre », interprétés comme « trois effets de sens distincts de la neutralité » :

  • « la double négation, l’indétermination ou le mélange entre ce qui est dit masculin et ce qui est dit féminin, entre homme et femme »,

  • « le travail de sabotage de cette distinction entre les genres », « pour se défaire du genre ou pour construire d’autres rapports genrés » et

  • « un domaine référentiel à part entière dans le système de genre, défini par rapport aux notions d’homme et de femme suivant la figure du spectre, de l’échelon, de la constellation ou d’autres métaphores visuelles et spatiales déployées dans une communauté donnée » (Crémier 2023a : 37).

19Pour ce qui est du langage, ces différentes conceptions peuvent entrainer diverses (méta)stratégies en matière d’« écriture inclusive », qui ne sont en général pas mutuellement excluantes dans la pratique de l’écriture. Crémier détaille trois types d’interventions sur la grammaire : « tandis que la rédaction épicène vise l’élision de la marque du genre, la féminisation ou « démasculinisation » […] cherche à marquer le féminin (grammatical) ; la créativité linguistique non-binaire vise elle aussi à (re)marquer des positionnalités invisibilisées, mais elle marque plutôt des genres qui s’expriment au-delà de la binarité homme/femme » (Crémier 2023b : 2).

Stratégies de désutralisation (débinarisation)

20Cette typologie n’est pas sans rappeler les (méta)stratégies communément déployées dans les guides de langue non sexiste / inclusive, qui traditionnellement distinguent entre trois types d’approche :

  • la visibilisation (des femmes) par les doublets (femmes et hommes, étudiant·e·s, etc.) ;

  • la neutralisation (utilisation de formes épicènes ou ne distinguant pas entre féminin et masculin : les collectifs ou des formes comme la personne, l’individu, etc.) ;

  • l’évitement de la référence humaine (p. ex. carte estudiantine au lieu de carte d’étudiant).

21Plus récemment, avec la prise en considération d’identités non binaires, la visée de certains guides s’est affinée. Ainsi, dans un exemplaire récent (Les 3 sex* et Club Sexu 2021), on trouve la structure suivante :

(1) L’écriture épicène

(2) La féminisation

(3) L’écriture non binaire

22Tant (1) que (3) sont des stratégies de neutralisation formelle, puisqu’on évite des formes binaires (simples, à valeur générique, ou doubles, car binaires). Parmi les formes mentionnées, on trouve des

  • pronoms : iel, ille, el, ol, etc. (au lieu de elle/il) ; cellui, celleux, ceuses (celle/celui)

  • déterminants : lea, lo, lia, lu (au lieu de la/le) ; maon (ma/mon)

  • adjectifs : belleau (belle/beau) ; heureuxe (heureuse/heureux)

  • noms communs : amix (amie/ami), toncle (tante, oncle), travailleureuse (travailleuse, travailleur)

    • 13 Pour les formes abrégées, cf. la chronique n° 11.

    doubles tronqués avec points (et autre marque graphique) : étudiant*s, étudiant·e·x·s13

23Il y aurait beaucoup à dire sur ces formes, notamment celles qui fusionnent des éléments féminins et masculins (comme toustes ou travailleureuse). Je m’en tiens à quelques commentaires.

  • Selon notre conception du genre grammatical, ces formes n’ont pas de genre hors contexte : il faut s’attendre à une certaine diversité dans l’accord des éléments satellites – à moins que ces éléments soient eux-mêmes non binaires.

  • Éliane Viennot14 recommande d’utiliser au féminin des formes telles qu’auditeurice ou visiteureuse – tandis qu’autriceur et visiteuseur seraient tout aussi imaginables, au masculin…

  • Certaines formes ont une oralisation incertaine (amix) ou ne se distinguent qu’à l’écrit (tousses) de formes homophones masculines (tous).

24Avec ces formes, on étend le champ de la non-binarité. Mais si la langue devient ainsi un peu moins utre, elle ne devient pas totalement neutre, pour autant.

Conclusion

25En français, la binarité des genres (grammaticaux, mais aussi des identités de genre) reste encore très prégnante – et si elle est remise en question, cela semble se faire plutôt dans des milieux spécialisés que dans le grand public.

26Le français moderne ne connait pas de genre grammatical neutre. Si l’instauration d’un neutre (avec tout ce que cela implique pour plusieurs dizaines de milliers de formes) peut constituer une visée stratégique pour certain·e·s, celle-ci semble toutefois difficilement envisageable pour l’ensemble de la communauté linguistique francophone. De plus en plus, la neutralisation sémantique (par l’emploi de formes à visée générique) est contestée, au profit de formes formellement neutralisées. Aux formes épicènes traditionnelles (bibliothécaire) s’ajoutent de nouvelles formes (toustes, auditeurices).

27Toute neutralisation présuppose une binarité (ou pluralité) dont les variations sont gommées. Pour ce qui est des noms communs de personne et de leurs éléments satellites, le neutre implique l’existence de l’utre, qui peut être contextuellement évité, mais guère être esquivé complètement. Longtemps, la dualité des genres a été trop omniprésente pour être remise en question : il n’est dès lors pas surprenant que l’utre n’ait pas été nommé, en français, la dualité masculin/féminin étant posée comme unique manière de concevoir les genres. Désormais, les voix réclamant une révision de cette conceptualisation se font entendre de plus en plus clairement. Elles se servent d’un nouveau vocabulaire : on parle de binarité (au lieu d’utre) pour désigner la dualité traditionnelle – et de débinarisation (au lieu de neutralisation) pour considérer autrement les enjeux liés aux genres, en français. Si la neutralisation se conceptualise d’abord en fonction de la dualité, la débinarisation a davantage pour vocation de la mettre au défi. Les stratégies de débinarisation (illustrées ci-dessus) ou les systèmes globaux (tels que ceux de Borde 2016 ou Alpheratz 2018) ont pour l’instant un caractère expérimental et sont loin d’être prêts à être normalisés, voire codifiés. L’avenir montrera quelles formes non binaires resteront d’usage confidentiel et lesquelles ont le potentiel de mettre au défi la binarité traditionnelle.

Haut de page

Bibliographie

ALPHERATZ. (2018). Grammaire du français inclusif. Éditions Vent Solars.

BORDE, Davy. (2016). Tirons la langue. Plaidoyer contre le sexisme dans la langue française. Les éditions Utopia.

CRÉMIER, Loïs. (2023a). Ce qu'iels font au neutre : analyse sémiotique des guides de communication inclusive au Québec francophone actuel [thèse de doctorat]. Université du Québec à Montréal.

CRÉMIER, Loïs. (2023b). Ce qu’iels font au neutre : analyse sémiotique des guides de communication inclusive au Québec francophone actuel. GLAD !, 14. https://doi.org/10.4000/glad.6266

D, Typhaine. (2019). La Pérille Mortelle. GLAD!, 6. https://doi.org/10.4000/glad.1489

DENECKER, Tim. (2019). Ambo legēre? The ‘dual number’ in Latin grammaticography up to the early medieval artes. Glotta, 95, 101-134. https://doi.org/10.13109/glot.2019.95.1.101

ELMIGER Daniel. (2015). Masculin, féminin : et le neutre ? Le statut du genre neutre en français contemporain et les propositions de ‹ neutralisation › de la langue. Implications philosophiques, 29 juin 2015, consulté le 15 décembre 2023. https://www.implications-philosophiques.org/masculin-feminin-et-le-neutre/

ELMIGER Daniel. (2017). Binarité du genre grammatical – binarité des écritures ? Mots. Les langages du politique, 113, 37-52. https://doi.org/10.4000/mots.22624

ELMIGER Daniel. (2023). Les épicènes : une notion caméléonesque. GLAD !, 14 (Les genres récrits n° 12). https://doi.org/10.4000/glad.6637

L'Élysée. (2023). Discours du Président de la République à l'occasion de l'inauguration de la Cité internationale de la langue française. 31 octobre 2023. https://www.elysee.fr/front/pdf/elysee-module-21835-fr.pdf

GYGAX, Pascal, ZUFFEREY, Sandrine, & GABRIEL, Ute Gabriel. (2021). Le cerveau pense-t-il au masculin ? Cerveau, langage et représentations sexistes. Le Robert.

KAPLAN, Jennifer Marisa. (2022). Pluri-Grammars for Pluri-Genders: Competing Gender Systems in the Nominal Morphology of Non-Binary French. Languages, 7(266). https://doi.org/10.3390/languages7040266

LES 3 SEX*, & CLUB SEXU. (2021). Apprendre à nous écrire. Guide et politique d’écriture inclusive. GUILBAULT FITZBAY, Magali. (Ed.).

MOREAU, Thérèse. (1991). Le langage n’est pas neutre : Réflexions sur les discriminations touchant les femmes et les hommes dans l’information professionnelle et guide de rédaction non discriminatoire. Association suisse pour l’orientation scolaire et professionnelle.

ROCHÉ, Michel. (1990). Neutre et pseudo-neutre en français. Cahiers de Grammaire, 15, 123-155.

Haut de page

Notes

1 Comme cène, qui continue sa vie dans épicène, utre a également laissé une trace en français contemporain, quoique dans un tout autre domaine : celui de la religion. Les utraquistes sont des hussites (doctrine fondée par Jan Hus en Bohème, au XIIIe siècle) qui avaient une position spécifique concernant l’eucharistie chrétienne : celle-ci devait se prendre sous les deux espèces (sub utraque specie), c’est-à-dire le pain et le vin. En linguistique, on parle aussi d’utrum par rapport à des langues comme le néerlandais et les langues scandinaves, où le féminin et le masculin, en tant que genre commun (ou utrum) s’opposent au genre neutre.

2 Le latin a recopié ce terme au grec, en reprenant le même procédé morphologique : en grec ancien, le genre neutre était nommé γένος οὐδέτερον (genos oudeteron) ; ουδ – ετερον signifiant « aucun des deux ».

3 Michel Roché (1990) parle de « donneur » et « receveur » d’accord.

4 Armoire est un bon exemple pour le fait que le genre d’un mot n’est pas toujours fixe : autrefois, on disait aussi un armoire.

5 Dans les langues qui disposent d’un genre neutre (comme l’allemand), on constate que les formes du neutre ne sont pas toujours uniques, mais que certaines sont identiques à ceux d’autres genres. Ainsi, on a certes un déterminant neutre au nominatif (das Kind (« l’enfant ») vs. der Vater, die Mutter (« le père, la mère »), mais la forme du datif est la même qu’au masculin (dem Kind, dem Vater, der Mutter, « à l’enfant, au père, à la mère »). Si de telles formes syncrétiques sont inhérentes à une langue qui dispose déjà d’un neutre, on peut se demander si elles ne seraient pas à éviter dans le cas d’une réintroduction du neutre dans une langue qui n’en disposait pas.

6 Cf. Kaplan (2022) pour d’autres propositions.

7 La recherche psycholinguistique s’intéresse à la façon dont ces deux lectures sont apprises et traitées dans le cerveau. Pascal Gygax, Sandrine Zufferey et Ute Gabriel (2021) montrent que durant l’acquisition de la langue, le sens spécifique des noms masculins est appris en premier et s’active cognitivement avant l’interprétation générique.

8 À côté du masculin, le féminin peut également avoir une valeur générique (cf. la chronique n° 7 : « Le féminin générique ou : une généricité peut en cacher une autre »). Il peut même s’utiliser de manière universelle : cf. Typhaine D (2019) ainsi que le Manifeste de la féminine universelle (https://typhaine-d.com/index.php/actualites/234-manifeste-de-la-feminine-universelle).

9 Retenons tout de même que tous les usages neutralisants ne sont pas critiqués. Quand le « donneur » d’accord n’a pas de genre, on utilise en général des élément satellites au masculin, p. ex. Ça, c’est dangereux. (pronom démonstratif), Attendre est ennuyeux. (infinitif), Que tu sois partie sans attendre n’est pas gentil. (subordonnée en position de sujet), ‘Fleure’ est mal écrit. (usage autonymique). (Elmiger 2015).

10 Ou : agenré. Selon le point de vue, sexe (assigné et hétérodéterminé) ou genre (autodéterminé) peuvent mieux convenir. En tant que linguiste, j’ai tendance à privilégier genre pour ce qui a un lien avec le langage et à utiliser plutôt identité de genre (au lieu de genre) pour ce qui relève des humains.

11 En allemand, la fille (das Mädchen) comme, traditionnellement, la (jeune) femme non mariée (das Fräulein, « mademoiselle ») sont des neutres et ne sont désignées par un terme féminin (die Frau, « femme ») qu’à l’âge adulte (et mariée)…

12 Cf. à ce propos le titre de Thérèse Moreau (1991) : Le langage n’est pas neutre : Réflexions sur les discriminations touchant les femmes et les hommes dans l’information.

13 Pour les formes abrégées, cf. la chronique n° 11.

14 https://www.elianeviennot.fr/Langue-mots.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Elmiger, « L’utre et le neutre : la binarité et l’altérité »GLAD! [En ligne], 15 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/glad/7120 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.7120

Haut de page

Auteur

Daniel Elmiger

Daniel Elmiger est linguiste et travaille à l’Université de Genève. Parmi ses intérêts de recherche figurent divers domaines en lien avec la politique linguistique, notamment l’enseignement des langues et la langue non sexiste / inclusive ainsi que les rapports entre genres et langage.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search