Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15ActualitésNotes de lectureAïcha Limbada. 2023. La nuit de n...

Actualités
Notes de lecture

Aïcha Limbada. 2023. La nuit de noces. Une histoire de l’intimité conjugale

Mathilde Castanié
Référence(s) :

Aïcha Limbada. 2023. La nuit de noces. Une histoire de l’intimité conjugale, Paris, La Découverte, 352 p.

Entrées d’index

Rubriques :

Actualités
Haut de page

Texte intégral

1Des années 1800 aux années 1920, la nuit de noces concerne la quasi-totalité de la population française. Époux et épouses sont supposés consommer sexuellement leur union au cours de la première nuit suivant leur mariage. La nuit de noces est à la fois un rituel social, une expérience initiatique, un évènement paroxystique, une expérience émotionnelle et physique, une transition légale et sociale. La thèse de Aïcha Limbada, sur l’histoire sociale et culturelle de la nuit de noces au XIXe siècle, porte sur un ensemble de pratiques à la fois ordinaires et exceptionnelles, dans la sphère publique et dans la sphère privée, alors qu’un « processus de privatisation de la vie familiale promu par les valeurs bourgeoises » (p. 295) mène à la recherche de plus grandes intimités, et marginalise au cours d’un long XIXe siècle les rituels nuptiaux populaires ruraux.

2Le premier chapitre dévoile l'imaginaire nuptial de cette période, nourri par des romans, essais, chansons, images, pièces de théâtre, codes, grammaires, physiologies, guides, catéchismes, et accru par la culture de masse, représentant et façonnant des représentations largement négatives de la première nuit (p. 49). Cet imaginaire, sans faire de la nuit de noces un tabou, la traite tout de même comme un secret dont on devrait garder le silence. D’où la coexistence entre une culture gauloise masculine et l’ignorance absolue élevée en vertu de jeunes filles. Le décalage entre le foisonnement d’un imaginaire nuptial diffus dont pourtant une grande partie de la population (les jeunes filles) n’a pas accès jusqu’au début du XXe siècle (chapitre 2), contribue à bâtir la double-morale sexuelle structurant les ménages. La posture de la femme savante à l’inverse, dans le cadre de la procédure, devient leur meilleur moyen de contrer la tactique des maris leur imputant systématiquement la responsabilité de l’échec. En réponse aux dégâts de cette fabrique de l’ignorance féminine organisée, une littérature conjugale se dégage des années 1860, sans toutefois bouleverser les normativités construites dans la culture du secret, culture garante d’un ordre social des genres inégalitaire (chapitre 3). Mais les valeurs bourgeoises de la pudeur et de la discrétion ne sont pas toujours garanties (chapitre 4). Une augmentation du désir d’intimité dans la vie conjugale peut réécrire le scénario nuptial dit traditionnel, et convertir la chambre nuptiale en huis clos. La quête d’un lieu pour vivre sa nuit de noces, comme espace à l’abri des regards extérieurs au couple, motive la multiplication des nuit de noces en voyages de noces. En dépit d’un approfondissement et d’une intensification de l’intimité conjugale, la nuit de noces demeure nécessaire pour valider le mariage, ce qui instaure de fait un devoir conjugal (chapitre 5). Parmi les nombreux problèmes que ce devoir pose, le plus tenace d’entre eux est certainement la culture du viol nuptial (p. 195), déclinée notamment dans l’élaboration d’une incapacité de protester, d’appeler à l’aide, de se raconter victime, puisque « la notion de devoir conjugal conditionne le comportement des victimes, qui ne s’estiment pas toujours en droit de protester ou d’appeler à l’aide pendant l’agression » (p. 206). Les deux derniers chapitres entrent pleinement dans la sphère conjugale. Ils présentent la forte intensité émotionnelle des premiers rapprochements opérés avant la relation sexuelle (chapitre 6), et l’épreuve du corps à corps nuptial (chapitre 7). Là, enfin, les protagonistes peuvent véritablement être considérés comme mari et femme, si toutefois ils accomplissent dans ce corps à corps la « consommation conjugale » au sens du droit canonique, c’est-à-dire l’éjaculation de l’homme dans le vagin de la femme. Encore que l’ignorance des jeunes filles puisse se perpétuer par-delà la consommation conjugale. Nombre d’entre elles découvrent sur le tard que leurs pratiques sexuelles, manuelles et buccales par exemple, ne sont pas procréatrices (p. 73).

  • 1 Caroline MULLER, « Retirer les guillemets. A propos de l’étude du viol conjugal et du nécessaire an (...)
  • 2 Voir par exemple Honoré de BALZAC, Physiologie du mariage ou Alexandre DUMAS, L’Ami des femmes, 186 (...)
  • 3 Marion PHILIP, « « Une action dont on rougit mesme dans les solitudes les plus secrètes » : enquête (...)
  • 4 Sur le viol conjugal dans les ouvrages médicaux destinés au grand public, voir Pauline MORTAS, « «  (...)

3Si de plus en plus d’essais féministes et de travaux historiques ont pour ambition de sonder la profondeur historique du consentement, nous avons là un ouvrage déterminant, car riche en témoignages de femmes. Des paroles inattendues et rares sont exhumées, compte tenu de la spécificité des pratiques langagières dans l’espace judiciaire. Jusque-là, la question du viol conjugal au XIXe siècle était au mieux pensée par le prisme d’un trop fragile anachronisme raisonné1, au pire comme une plaisanterie balzacienne ou dumasienne2 sans importance. Mais, à l’instar des XVIIe et XVIIIe siècle3, des viols commis dans l’intimité conjugale se repèrent bien dans les sources judiciaires4. Des femmes qui n’auraient jamais parlé autrement sont, face à l’institution, « sommées de faire le récit de leurs malheurs » (p. 205).

4À l’important corpus documentaire mobilisé en vue de saisir l’imaginaire et les normes (études médicales, écrits juridiques et religieux, manuels conjugaux, essais, productions fictionnelles, écrits personnels, articles de presse, cartes postales etc) Aïcha Limbada a ajouté des archives judiciaires, permettant une approche au plus près des corps, des sensibilités, de l’expérience vécue.

  • 5 Anne BRAMBERG, Procédures matrimoniales et droit canonique, Paris, Ellipses, 2011

5Des procédures matrimoniales canoniques exceptionnelles, appelées « causes matrimoniales », permettent depuis le Moyen Âge de séparer époux et épouses religieusement – certains cas étant prévus par le droit canonique5. Aïcha Limbada a pu avoir accès aux causes matrimoniales jugées par le tribunal d’appel du Saint-Siège, en deuxième instance. Là des mentions de nuit de noces apparaissent dans 223 des 274 causes matrimoniales françaises évoquées dans les Libri Decretorum de la Congrégation du Concile entre 1880 et 1908, soit 81 % des affaires. La grande majorité de ces procédures se situent après le rétablissement du droit au divorce en France (une dizaine de cas pour les deux premières décennies du XIXe siècle, environ 230 cas après la loi Naquet, et entre une vingtaine et une cinquantaine par an après 1884). Aïcha Limbada est la première à étudier cet important corpus de témoignages personnels. Si l’on pourrait s’attendre à ce que ce corpus soit une entrée dans la nuit de noces par ses difficultés et ses malheurs – compte tenu du fait que c’est la rupture du lien conjugal qui donne naissance à l’archive – il se trouve que la confrontation de ces témoignages avec d’autres corpus « ne change pas foncièrement la donne » (p. 16). L’ensemble des sources présente des nuits de noces au mieux difficiles ou inaccomplies, au pire humiliantes et violentes.

6L’institution ecclésiastique, pour avoir fait de la sexualité conjugale un devoir, se trouve transformée en « un espace pour dénoncer des violences conjugales, y compris sexuelles, exprimer leurs souffrances et y mettre fin en étant réhabilitées moralement et socialement par une sentence positive – ce que le divorce civil, mal vu dans l’opinion publique, ne permet certainement pas aussi bien. » (p. 299) Le « viol légal » n’est plus, dès lors, seulement un vague imaginaire flottant au-dessus des lits conjugaux, mais se trouve incarné, subi, réel. « La qualification de la nuit de noces comme un viol par des femmes ou par leurs proches est le signe que les critiques du mariage comme « viol légal » circulent et sont connues soit par les déposantes elles-mêmes, soit par les avocats qui leur conseillent de mobiliser cet argument. » (p. 203). Les trois derniers chapitres en particulier sont riches en témoignages d’épouses, qui n’auraient pu raconter ces violences à l’extérieur de cet espace ecclésiastique. Certaines racontent des viols sans utiliser le mot, comme Madeleine X. dit plutôt « toutes les fois que je sortais je faisais le souhait d’être écrasée sous le débris du pont où je passais ». Plus généralement les femmes utilisent les mots « posséder » ou « prendre ». Ou alors elles qualifient leurs maris de « sauvage », « brute ». Parler devient, pour ces femmes, une épreuve pénible, dont elles soulignent elles-mêmes son caractère contraignant. Stéphanie G. dit qu’ « il est extrêmement pénible pour moi d’entrer dans ces détails ; mais, sur vos instances je déclare que j’ai fait toutes les oppositions et résistances qu’une femme peut faire ». Toutes n’ont pas, bien sûr, la capacité de parler même sur instance des juges. Certaines même ne parviennent pas à dire à haute voix aux juges ce que leurs maris ont fait, aussi elles pallient le silence oral par le témoignage écrit, et complètent leur déposition par des lettres au tribunal diocésain. À la pénibilité de parler en femme victime à un tribunal d’hommes de faits profondément honteux s’ajoute aussi la misogynie et le conservatisme des juges, enclins à reproduire dans l’espace judiciaire la violence des rapports de domination de genre.

7Cependant le corpus documentaire a pour limite de surreprésenter les classes dominantes, à la fois dans les causes matrimoniales (dans plus de 70 % des cas étudiés les procédures religieuses concernent la noblesse et la grande bourgeoisie, tandis que les personnes issues des classes populaires ne comptent que 17 %), mais aussi dans l’imaginaire social de la nuit de noces, forgé par des essayistes, romanciers, médecins, eux-mêmes issus des classes les plus favorisées. L’imaginaire social de la nuit de noces est-il alors un imaginaire des classes dominantes ? L’hypothèse pourrait partir de la grande ignorance en matière sexuelle des oies blanches de la bourgeoisie et de la noblesse. Pourtant, les différences sociales quant à la sexualité entre milieux urbains et ruraux, aisés ou modeste, demeurent plus difficiles à cerner, puisque les usages varient d’un canton à un autre, d’une commune à une autre, comme l’avait déjà démontré Anne-Marie Sohn dans Du premier baiser à l’alcôve (1996, p. 573), « il n’y a pas nécessairement de corrélation entre ignorance du mariage, virginité et milieu social » (p. 63). C’est toutefois cette prégnance de l’imaginaire social de la nuit de noces qui impulse une évolution dans le siècle. Les valeurs bourgeoises privatisent la nuit de noces par un processus confondant finalement alcôve nuptiale et chambre nuptiale.

8Événement majeur de la rentrée 2023 des sciences sociales, La nuit de noces est une grande contribution à l’histoire de la virginité, des incapacités sexuelles, des impuissances, de la primosexualité, de la sexualité conjugale, des violences sexuelles. C’est aussi une contribution à la fin de l’androcentrisme hédoniste d’une partie de l’historiographie des sexualités au XIXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Caroline MULLER, « Retirer les guillemets. A propos de l’étude du viol conjugal et du nécessaire anachronisme » [https://consciences.hypotheses.org/768]

2 Voir par exemple Honoré de BALZAC, Physiologie du mariage ou Alexandre DUMAS, L’Ami des femmes, 1864 (préface)

3 Marion PHILIP, « « Une action dont on rougit mesme dans les solitudes les plus secrètes » : enquête sur les violences sexuelles conjugales (Paris, XVIIe-XVIIIe siècle) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 52, 2020

4 Sur le viol conjugal dans les ouvrages médicaux destinés au grand public, voir Pauline MORTAS, « « Métamorphose », « épreuve terrible » ou « viol légal » ? Les manuels conjugaux et la défloration (France, XIXe-XXe siècles) », Historiens et Géographies, n° 449, février 2020

5 Anne BRAMBERG, Procédures matrimoniales et droit canonique, Paris, Ellipses, 2011

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Castanié, « Aïcha Limbada. 2023. La nuit de noces. Une histoire de l’intimité conjugale »GLAD! [En ligne], 15 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/glad/7435 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.7435

Haut de page

Auteur

Mathilde Castanié

Mathilde Castanié a soutenu un mémoire de master sur l’histoire sociale et culturelle des victimes de viol au XIXe siècle à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search