Navigation – Plan du site

AccueilNuméros15VariaRecherches« Y’a pas de “Djette” ici ! » : e...

Varia
Recherches

« Y’a pas de “Djette” ici ! » : enjeux sociodiscursifs autour de la féminisation du terme DJ

“There is no ‘Djette’ here!”: Sociodiscursive issues around the feminization of the term DJ
Erica Lippert

Résumés

Le processus de la féminisation des noms de métiers, en visant à bannir les discriminations, est un enjeu sociopolitique fort et constitue une politique linguistique laborieuse en français. Prenant appui sur le cadre théorique de l’analyse du discours, cet article analyse les différentes formes de féminisation du terme DJ, dont la forme djette, et présente les résultats d’une enquête auprès de femmes pratiquant le djing. L’article se focalise tant sur les émotions éprouvées que sur les jugements de valeurs à l’égard du terme djette. Il en ressort que les femmes artistes se rangent derrière un discours normatif relevant de la linguistique spontanée, qu’elles expriment des discriminations sociales et artistiques dont elles sont victimes, et que le terme djette cristallise ces dynamiques comme un mot-témoin.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En français, la féminisation des noms de métiers et des noms en général constitue une problématique sociopolitique forte. Elle rend compte d’enjeux d’égalisation, de visibilisation de la présence féminine sur le marché du travail, et de redéfinition d’aptitudes ou de compétences portant les marques de stéréotypes masculins ou féminins (Malochet 2007, Angeloff et Arborio 2002, Lapeyre 2006).

  • 1 Béatrice Fracchiolla cite la valeur péjorative de mots féminins, par exemple les mots gars (neutre) (...)
  • 2 Selon le texte de la présentation de leur site « Les Missions ».

2Dans la perspective sociolinguistique, la féminisation des noms de métiers se heurte à des réticences : parce que les noms de métiers et de fonctions haut placées y résistent ou qu’ils sont jugés inesthétiques (Paveau 2002) ; parce que la dérivation suffixale débouche parfois sur une réticence, « en particulier les suffixes -esse, -ette ou -euse qui sont sentis comme discriminatoires » (Lenoble-Pinson 2002 : 1064) ; parce que le genre grammatical accomplit des fonctions sémantiques et fait du français une langue sexiste (Fujimura 2005, Elmiger 2022) en portant entre autres en son sein une dissymétrie sémantique (Fracchiolla 20081, Michard 2019) ; parce que l’Académie française, considérée par de nombreux.ses francophones comme une autorité linguistique (Coady 2020), déclare que sa mission est de « rendre pure2 » (Académie française, s.d.) la langue française, et ne parvient pas à un consensus sur certaines désignations (comme cheffe, voir Académie française 2019) et « refuse toute tentative pour forcer l’usage » (op.cit.). Les prescriptions au sujet des changements linguistiques sont directement reliées à des idéologies (Fracchiolla 2008) et incarnent des « résistances sociales » (Paveau 2002). De plus, la féminisation des noms de métiers touche autant un ordre linguistique qu’elle possède un impact performatif : féminiser ces noms, c’est les légitimer et mettre en lumière la présence des femmes à des fonctions diverses et importantes hiérarchiquement, techniquement, politiquement, etc.

  • 3 L’auteure y fait référence au « plafond de verre ».

3Le secteur culturel accuse un retard important à l’égard de la mise en avant des femmes (Gouyon et al. 2016). Ce secteur bénéficie de leur implication, voire de leur surreprésentation quant à la fréquentation des lieux et l’usage d’équipements culturels, des pratiques artistiques amateur, mais demeure plus valorisant pour les hommes, qui y occupent les postes les plus rémunérateurs, les moins précaires, etc. à tel point que la haute-fonctionnaire Reine Prat (2021) invite les femmes à « Exploser le plafond3 », selon le titre de son livre.

4La musicologue Susan Mcclary (2002) a démontré à quel point la musique, dans son histoire et ses imaginaires, est régie par des hommes. Le monde de la musique électronique constitue lui aussi un domaine professionnel fortement masculin, qu’il s’agisse de la quantité d’artistes représentés ou des programmateurs, directeurs et autres producteurs. De nombreux rapports, issus principalement de plateformes associatives, témoignent de ces phénomènes, tels celui de Female :pressure Facts (Female :Pressure Trouble Makers 2022) à l’échelle mondiale, celui de Claire Monod et Maria Atkina (2018) pour WODJ magazine en France, ou encore ceux, annuels, de la plateforme belge Scivias (2023).

5Si la domination masculine est tangible au sein de la musique électronique, la technologie demeure aussi, dans les imaginaires sociaux, un domaine rattaché aux compétences des hommes. Victoria Armstrong (2005 : 34) écrit à ce sujet :

Comme le remarque Sheperd (1987 :171), ‘’la grande majorité des musiques consommées dans le monde occidental s’attache, d’une manière ou d’une autre, à articuler des processus d’hégémonie masculine’’. La technologie étant déjà traditionnellement perçue comme domaine du masculin, la culture de la production musicale vient redoubler cette connotation symbolique de masculinité.

6L’intérêt de cet article est d’observer les usages et débats autour de la (non)féminisation du terme DJ. Ainsi, ce travail tente de répondre aux questions suivantes : comment les femmes évoluant comme DJ dans la sphère francophone conçoivent-elles le terme djette, qui constitue une féminisation courante ? Comment les femmes qui mixent se nomment-elles spontanément, et quelles raisons sont invoquées pour justifier ces désignations ? L’emploi d’une modalité féminisante ou épicène devient-il le siège de revendication sociales, d’émotions ?

7Par l’intermédiaire de cette étude, si j’espère participer à une réflexion sur la langue française et sur la féminisation des noms de professions, je vise surtout à comprendre si le terme djette participe à des enjeux de rupture et à une volonté de destruction du « plafond de verre », ou à des dynamiques de différenciation des expériences féminines que les DJ éprouvent. La question de l’emploi de la féminisation du terme DJ est d’ordre sociolinguistique. En effet, l’emploi du terme DJ ou du terme djette (ou d’un autre) contribue à construire des imaginaires, à influencer des relations ou des représentations sociales que la communauté francophone se fait à l’égard des DJ.

Le contexte

  • 4 Wicked Girls. (n.d.) Home [page Facebook]. Facebook. Consulté le 12 janvier 2024, https://www.faceb (...)
  • 5 Baron (2019, mai).
  • 6 Saint Klet. [@saintkletbrussels]. (28 février 2023). Full DJ Workshop for Women. [texte incrusté]. (...)

8Quelques éléments d’autobiographie méritent d’être expliqués ici, étant pertinents pour l’analyse. Évoluant dans la musique électronique comme DJ et compositrice, de manière semi-professionnelle (et parfois professionnelle selon les périodes) sous les pseudonymes dj Carie puis La Dame, j’ai eu une pratique nationale en France, mais aussi internationale au Québec, au Portugal, au Brésil et en Belgique, pays où je réside au moment où j’écris ces lignes. Ma carrière de DJ est solide : j’ai été résidente de plusieurs clubs et radios en France, en Belgique et au Portugal, je suis régulièrement invitée dans des festivals et des lieux reconnus, j’ai été accompagnée d’une agence d’artistes quelques années. De plus, je participe activement à la mise en lumière des femmes dans la musique électronique, par des initiatives associatives d’organisation évènementielle (co-fondation et gestion de l’association loi 1901 Wicked girls4 de 2011 à 2021) et par de la formation professionnelle (Future Female Sound Paris5, St Klet Bruxelles6 depuis 2021).

  • 7 Selon l’expression de Becker (1985 : 25), son pendant contraire l’outsider est un individu « consid (...)
  • 8 Comme ce témoignage récent de l’artiste Paloma Colombe, rapporté dans l’article de Solvignon 2023, (...)
  • 9 Notamment celles de 2019 de l’Académie Française (art.cit).

9Dans ce cadre, je me demande si les processus de féminisation des noms de métiers dans le monde de la musique se heurtent aux mêmes obstacles que ceux susmentionnés, et de quelle manière les femmes revendiquent la féminisation du nom DJ. Alors qu’il a été montré par ailleurs que les femmes artistes dans la musique électronique sont la cible de violences verbales sur les réseaux sociaux (Lippert 2023), je m’attache ici, en tant que linguiste et insider7, au terme DJ, refusant moi-même le terme djette, que je trouve dépréciatif à cause du suffixe. Ces dernières années, on assiste à une médiatisation croissante des problèmes rencontrés par les femmes dans ce domaine, que ce soit le harcèlement ou le sexisme8. Cette médiatisation est un corolaire à la circulation médiatique de la problématique de la parité dans les festivals et dans les clubs. En outre, si à la fin du XXe siècle, dans le langage familier et argotique français existait une tendance « favorable à la féminisation : rigolo/rigolote, filou/filoute, loulou/louloute […] beur/beurette » (Pogačnik 1999 :146), il me semble que les évolutions9 et les réflexions concernant les pratiques sociolinguistiques du début du XXIe siècle (activisme féministe en ligne, travaux de la sémantique énonciative de Claire Michard 2019) concourent à modifier cette dynamique.

Le mot DJ et sa féminisation

10Le terme DJ, prononcé [diːdʒe], est l’abréviation de disc-jockey, que le dictionnaire Larousse en ligne (s.d.) décrit ainsi : « (nom) animateur qui, à la radio, dans un club ou en discothèque, est chargé de programmer et de présenter des disques de variétés ». Il est intéressant de constater la non-féminisation du terme animateur dans la définition, alors même que d’autres définitions de professions en présentent les variations génériques dans ce dictionnaire en ligne (ex. : chirurgien, chirurgienne ; mécanicien, mécanicienne ; caissier, caissière, etc.). Dans Le Robert en ligne (s.d.), on trouve la définition suivante « 1. Disque-jockey. [...] 2. Personne qui crée des effets musicaux en manipulant des sons enregistrés. [...] recommandation officielle platiniste ». Et dans l’Encyclopédie Universalis : « L’abréviation DJ a remplacé dans le langage courant le terme disc-jockey, qui désigne la personne chargée de sélectionner et de diffuser la musique dans les discothèques, à la radio ou lors d’évènements festifs » (Richard s.d.).

  • 10 Voir par exemple le guide du rédacteur Mettre au féminin. Guide de féminisation des noms de métiers (...)
  • 11 Par exemple dans Cordier 2021.
  • 12 Voir Moury (2017) ou Matos (2019).

11Le terme DJ peut être considéré comme épicène (dans le sens que sa forme ne varie pas en fonction du genre), étant donné qu’il est non seulement une abréviation et un anglicisme, mais aussi qu’il n’existe pas dans les listes de recommandations de féminisation des noms de métiers et leur échappe du fait de son origine anglophone10. Ma pratique et ma fréquentation du monde des DJ francophones, depuis une quinzaine d’années, m’ont donnée à entendre les termes djane ([di.dʒɛn]), « dj féminin11 », et surtout djette ([di.dʒɛt]). Ce dernier circule par ailleurs dans les médias, ce qui prouve sa vitalité et son existence12.

  • 13 Il donne l’exemple qui suit : « clochette dénote un objet qui a une taille inférieure à celle d'une (...)

12Or, le suffixe -ette, bien qu’il signifie le féminin comme -esse et -euse, est un élément qui, selon le CNRTL « exprim[e] la petitesse, éventuellement avec une valeur péjorative, laud. ou hypocoristique » (CNRTL s.d.). Le linguiste Bernard Fradin (2003b : 51) affirme que « la suffixation en -ET est le principal procédé de formation des diminutifs en français contemporain ». De plus, cette morphologie diminutive confère aux référents différents sens : la petitesse, le jeune âge, le genre féminin, le modèle réduit, l’imitation, la faible intensité, l’approximation, et enfin l’individuation. Dans le même article, ces linguistes (2003 : 61) constatent que lorsque le référent objet a une propriété constitutive de sexe, le suffixe -ette se rattache systématiquement au féminin, « met en jeu une notion d’échelle13 » et marque le référent d’atténuation. Autrement dit, l’usage du suffixe -ette rend compte d’une taille diminuée ou d’une atténuation. En outre, dans le cas du suffixe -ette accolé à un nom de fonction ou de référent doté de pouvoir, « ces pouvoirs ou ces fonctions sont amoindris, […] ils n'ont plus les effets escomptés » (2003 : 62). L’attribution du suffixe -ette au mot DJ va le diminuer, le féminiser, et éventuellement y connotera une infantilisation, une perte de pouvoir, alors même que les pratiques DJ féminines ne bénéficient pas d’une mise en visibilité favorable et solide.

  • 14 Dont j’ai la permission de partager une capture d’écran du profil Instagram ici.

13Passons des descriptions lexicographiques à des considérations subjectives, par les actrices de terrain. Au sujet de djette, si les rejets sont à ma connaissance nombreux, il est intéressant de présenter ici des témoignages. Par exemple, à l’égard du terme djette, l’artiste Anaïs B mentionne que : « C’est hyper réducteur  ! Ce suffixe est employé en langue française pour parler d’une version miniature de quelque chose, genre voiturette pour voiture, amourette pour amour. Les femmes DJ ne sont pas la version réduite du métier de DJ, il faut nous prendre au sérieux  ! » (Vita 2022). Soall14 l’affirme presque comme un slogan, l’emploi des guillemets servant le discours rapporté qu’elle rejette, et l’émoji en forme de flèche renvoie au terme DJ au-dessus :

Image_1 : Capture d’écran de l’entête du profil Instagram de Soall15.

Image_1 : Capture d’écran de l’entête du profil Instagram de Soall15.

Soall

  • 16 Sœurs Malsaines [@soeursmalsaines]. (17 juillet 2023). On ne dit pas djette. [texte incrusté]. Inst (...)

14Et l’on peut aussi constater que le collectif parisien « Sœurs Malsaines » procède à de la correction sociolinguistique via ce que l’on peut appeler une démarche pédagogique sociolinguistique. Nous observons en effet, dans leur long texte16 reproduit ci-dessous, de nombreuses marques de la subjectivité servant à exprimer l’indignation (majuscules, points d’interrogation et d’exclamation, émotion dite, registre populaire, comparatif, etc.) mais aussi des formes prescriptives (p. ex. « on ne dit pas », qui renforce l’expression de l’émotion par un jugement de valeur sur la norme, donc de l’émotion étayée) enchâssées à une explication d’ordre métalinguistique et pédagogique :

Image_2 : Capture d’écran d’une publication Instagram du collectif d’artistes Sœurs Malsaines

Image_2 : Capture d’écran d’une publication Instagram du collectif d’artistes Sœurs Malsaines

Sœurs Malsaines

Image_3 : Capture d’écran d’une publication Instagram du collectif d’artistes Sœurs Malsaines

Image_3 : Capture d’écran d’une publication Instagram du collectif d’artistes Sœurs Malsaines

Sœurs Malsaines

Image_4 : Capture d’écran d’une publication Instagram du collectif d’artistes Sœurs Malsaines

Image_4 : Capture d’écran d’une publication Instagram du collectif d’artistes Sœurs Malsaines

Sœurs Malsaines

15Le mot djette ne concourrait pas à des représentations bénéfiques aux femmes qui pratiquent « l’art du mix ». Le dernier extrait de « Sœurs malsaines » démontre un ensemble de valeurs, d’émotions et d’arguments notamment sous la forme de discours normatif grammatical, en plus d’une résistance à la féminisation d’autres noms de métiers (« femme pompier » au lieu de pompière).

  • 17 Comme dans le site Djanetop effectuant un classement ou encore le magazine Djanemag dédié aux femme (...)
  • 18 Par exemple, il constitue le titre du site de classement Djanetop ; ou de ce site dédié aux artiste (...)

16Reste aussi le terme djane17, qui semble dérivé de l’anglais puisqu’il existe seulement dans le Urban Dictionnary. Ce terme semble beaucoup moins utilisé dans la sphère francophone, mais il importe de vérifier s’il peut pallier ou se substituer au terme djette ou DJ. Le terme n’existe pas dans le Cambridge Dictionary, ni dans le Oxford English Dictionary. Selon Wiktionary (2022), il s’agit d’une désignation pour les DJ féminines. Le terme djane circule quoi qu’il en soit dans les médias anglophones18, existe dans le Wiktionary allemand (2022) et dans le monde de la musique électronique, et on peut se demander s’il est adopté par les francophones.

Interroger les DJ : éléments de méthodologie et de contextualisation

  • 19 Women of Color.

17Pour répondre à mes questions, à savoir les conditions d’emploi du terme djette et la réception émotionnelle et linguistique du terme djette chez les femmes artistes francophones, j’ai voulu profiter de ma condition d’insider et interroger un échantillon d’individus en partant de mon réseau. C’est à ce dernier que je me suis adressée en premier et à qui j’ai envoyé le questionnaire, rendu accessible entre le 20 juin et le 5 juillet 2023. Je me suis toutefois appliquée à dépasser ce cercle, en cherchant à toucher des communautés spécifiques (LGBTQIA+, WOC19), des francophones non européennes, des personnes n’évoluant pas dans les mêmes esthétiques musicales que les miennes, mais aussi en essayant d’atteindre le maximum de personnes à la notoriété plus importante, à la carrière plus affirmée.

  • 20 Global Female DJ Meeting. (s.d.) Home. [Page Facebook]. Facebook. Consulté le 12 janvier 2024. http (...)
  • 21 Plus précisément, l’Instagram de l’association loi 1901 Future Female Sound France, de laquelle je (...)

18Dans ce cadre, je me suis servie des réseaux sociaux numériques (Facebook, Instagram), des outils de messagerie (Messenger, WhatsApp), j’ai posté dans des groupes non-mixtes (comme « Global Female DJ Meeting », un groupe que j’ai créé en 202020, « Future Female Sound France », un groupe privé sur Facebook) et via des sites ou pages plus fréquentés par des femmes (Future Female Sound et She Said.so21) et j’ai compté sur la possibilité d’y partager (et demander le partage) des informations.

19Dans la perspective de cet article, j’ai élaboré un questionnaire à partir de l’ouvrage du sociologue François de Singly (2020). Cette méthode m’a servi de guide notamment pour : (i) la formulation et l’ordre des questions, comme l’attention aux mots introductifs, « ne mettre qu’une question par question » (2020 :154) ; (ii) la formulation et l’ordre des réponses, comme la mise à disposition de réponses extrêmes et « centristes » (2020 :156) ; (iii) « garantir la protection des personnes » (2020 :144) soit expliquer les objectifs de l’enquête et l’utilisation des données, leur anonymisation ; (iv) le codage.

20Le questionnaire comporte trois questions fermées (voir infra en annexe, ces questions concernent le lieu de résidence de la personne, le français comme langue première ou seconde, la désignation employée pour désigner une femme qui mixe) et trois questions ouvertes (la raison pour laquelle elles utilisent le terme choisi – entre dj, djette, djane ou « autre » – leur ressenti lorsqu’une personne les appelle « djette », leur réaction si une personne les appelle de la sorte). J’ai collecté les réponses des 78 personnes grâce à l’outil Google Forms, puis j’ai réuni les résultats dans un document Excel en séparant les réponses.

21Je me suis basée sur les travaux de Raphaël Micheli (2014) et de Dario Galati et Barbara Sini (2000), afin d’examiner l’expression de l’émotion (pathos) dans les textes et le lexique émotionnel, ainsi que de ceux de Dominique Maingueneau (2021) afin d’étudier les modalités énonciatives des réponses. Raphaël Micheli conceptualise trois types d’expressions de l’émotion : l’émotion dite (niveau lexical et sémantique, émotion dénotée), l’émotion montrée (niveau sémiotique, symbolique, elle est connotée) et l’émotion étayée (niveau discursif qui se base sur un jugement de valeur potentiellement partagé entre instance énonciatrice et destinataire). Dario Galati et Barbara Sini ont créé une liste de 143 termes émotionnels, qui a été enrichie par Christian Plantin (2020) notamment par la prise en compte de synonymes et d’antonymes des termes de base, mais aussi la dérivation suffixale. Maingueneau (op.cit.) propose d’analyser des productions verbales non seulement en situant socialement l’expression des énonciateurs et énonciatrices, mais ses travaux offrent aussi une solide base pour examiner la façon dont la subjectivité surgit des énoncés (amplificateurs, modalisateurs, etc.).

Résultats

  • 22 Il s’agit d’une hypothèse, difficilement vérifiable, mais provenant d’expériences personnelles. Lor (...)

22La présente étude repose sur un échantillon des réponses provenant de 78 femmes de plus de 18 ans. Les deux premières questions, à choix multiples, s’attachaient à identifier le lieu de résidence des femmes ainsi que leur rapport à la langue française. Parmi ces femmes DJ, 89 % habitent en Europe (Belgique, Suisse, France), 2,7 % au Québec, 1,3 % au Maghreb, 4,3 % sur l’ile de la Réunion, 2,7 % en Afrique. La faible quantité d’individus hors Europe s’explique à la fois par le fait que, étant Française, mon réseau est implanté sur ce continent, mais aussi par le fait que le nombre de DJ sur le continent africain semble proportionnellement moins important22 qu’en Europe. Il faut aussi relever la faible présence de personnes francophones en Asie et en Océanie, qui explique en partie leur absence dans cet échantillon. Les femmes interrogées parlent parfois le français comme langue seconde à 19,2 % (15 personnes sur 78).

23Ce questionnaire, sous forme de réflexion métalinguistique, proposait à la question n° 3 un choix multiple (avec une option à réponse ouverte, « autre ») concernant l’usage « dj – djette – djane – autres », car ce sont les termes qui selon moi circulent le plus dans les médias et sur les réseaux sociaux numériques. Le tableau suivant en présente les réponses :

Tableau 1_ Termes choisis par les enquêtées

Terminologie employée

Pourcentage de réponses en %

Nombre de réponses

DJ

87,1

68

Djette

7,7

6

Dj ou Djette

1,3

1

Nom de scène

2,6

2

Autres (« faiseuse de boom »)

1,3

1

  • 23 Les extraits du corpus se trouvent en italique et entre guillemets, et ont été conservés dans leur (...)

24Penchons-nous sur les justifications qui orientent de tels choix23.

Des justifications linguistiques et idéologiques

  • 24 J’étiquèterai les répondantes avec R et leur numéro par la suite (pour cette citation R63, répondan (...)

25À la question n° 4 (requérant une réponse ouverte) de savoir pourquoi les enquêtées utilisent la désignation choisie dans la question n° 3, la première raison invoquée (35 répondantes) est d’ordre linguistique, plus précisément grammatical. Concernant le terme DJ, les interrogées affirment que l’on ne peut guère accorder en genre un « acronyme » (5 réponses), une « abréviation » (5 réponses) ou un anglicisme (14 réponses). Les répondantes justifient donc leur choix en évoquant une règle, ce qu’elles considèrent comme le respect d’un standard grammatical, sans faire référence aux autres moyens de marquer le genre du mot DJ, comme l’article (un, une DJ) ou l’adjectif (une grande DJ) (ex. : R63 « Parce que un terme anglophone donc sans genre24 » ou R35 « abréviation anglaise de Disc Jockey »). Effectivement, en anglais, les noms n’ont pas de genre grammatical et il n’y a pas d’accord en genre ; mais en français les noms ont un genre grammatical, qui apparait à travers la morphosyntaxe. Selon Jonathan Guilford (1999 : 71) » la nécessité d'adapter des éléments pris dans un système grammatical étranger au fonctionnement intrinsèque d'un système grammatical autochtone crée une sorte d'incertitude dans l'usage, et l'élaboration inconsciente de microsystèmes destinés à résoudre cette incertitude ». Or, cette incertitude n’est que peu mentionnée (seulement deux occurrences : R48 « elle me semble la plus adéquate » et R37 « je crois que le mot jockette n’existe pas », je souligne).

26Parmi les justifications d’ordre (socio)linguistique, on retrouve 15 réponses instituant le terme DJ comme une norme, un standard, un mot choisi « par défaut » (R5). Par exemple R66 mentionne que « c’est tout simplement l’appellation la plus normale », R61 « langage commun » ou R62 « la plus simple et efficace ». Ces explications appartiennent au domaine épi-linguistique, étant donné qu’elles rendent compte d’un discours normatif sur la langue.

27Il ressort de ce qui précède que les femmes (indépendamment de ce questionnaire ou influencées par le questionnaire) se livrent à une activité métalinguistique non experte (Meunier et Rosier 2014), une « linguistique spontanée » (Paveau 2005 : 96), et ce faisant, elles actualisent la pratique DJ via leur parole. Autrement dit, l’activité épilinguistique quant à la (non)féminisation ou à l’usage de DJ, un anglicisme (qui deviendrait alors épicène en français), les pousse à réfléchir à cette (non)féminisation et à son impact sur leur réalité sociodiscursive, artistique. Les réponses justifiant l’usage de l’anglicisme nous montrent aussi que le terme DJ est soumis aux dynamiques sociolinguistiques qui font de l’anglais la lingua franca des Dj dans le monde. De plus, on peut qualifier cette attitude de non-purisme linguistique, étant donné que personne n’a proposé platiniste, ni aucun équivalent francisé.

28Une autre raison mentionnée en faveur de l’usage du terme DJ est qu’il permettrait d’évacuer la question du genre sur le nom (22 réponses en faveur de l’usage du terme DJ ; toutefois il n’évacue pas la question du genre dans les articles et les expansions du nom), il s’agit donc d’une ambition de parité (socio)linguistique. Par exemple, les interrogées disent :

R24 « c'est important d'avoir des professions aux dénominations identiques pour toustes. » ;

R42 « L'accentuation du genre dans ce cas est une auto-ségrégation » ;

R56 « Égalité, DJ non genré » ;

R63 « je penses que le faite de choisir une seule désignation qui englobe les hommes/ femmes et personnes non binaire permet de nommer sans choisir un genre et laisser la place aux personnes ne souhaitant pas être dans la catégorie homme ou femme »).

29Dans ces cas, ce choix implique une idéologie féministe : l’effacement de la présence féminine par la dénomination DJ (dite « neutre » 7 occurrences, R8 « le titre convient aux deux genres […] ») vise l’égalité représentationnelle. Par ce choix linguistique, elles tendent à égaliser les compétences des hommes et des femmes et donc à briser les différenciations infériorisant les femmes dans cette pratique. Ce terme permet aussi de laisser éventuellement l’espace aux personnes non-binaires pour s’approprier cette désignation, voire peut-être pour se prémunir de commentaires sexistes et d’autres violences verbales.

30Notons que cinq répondantes déclarent que le terme djette leur permet d’affirmer leur condition féminine dans une pratique au sein de laquelle le masculin domine. Cet emploi relève donc aussi d’une idéologie féministe. Je transcris ici leurs justifications :

R33 « Important pour moi de marquer le genre comme auteurice » ;

R21 « On comprend de suite que c’est une femme Dj » ;

R11 « Pour reprendre le flambeau des Suffragettes » ;

R49 « Pcq je revendique être une femme dj. Ça raconte autre chose » ;

R54 « un clin d’œil aux faiseuses d’anges ».

31Il est intéressant de noter que les interrogées confèrent au terme djette une différenciation, voire une essentialisation des compétences féminines et qu’elles associent la pratique à des imaginaires politiques (« suffragettes », donc des militantes), intellectuels (« auteurice »), voire historiques (les faiseur.euses d’ange renvoyant aux pratiquant.es de l’avortement clandestin).

32En admettant que le questionnaire ait pu orienter les réponses, dans la mesure où il proposait un choix multiple pour la question n° 3 au sujet des désignations (dont une option « libre »), on trouve des arguments en défaveur des termes djette (18 occurrences) ou djane (3 occurrences) lorsque les interrogées justifient l’emploi de DJ (dans les réponses à la question n° 4 : « Pourquoi utilisez-vous la désignation que vous avez choisie ? »). L’expression du rejet s’appuie sur des arguments linguistiques et sémantiques articulés parfois à une dimension émotionnelle. En effet, le terme djette est présenté comme stigmatisant dans 18 réponses parce qu’il donne lieu à : la diminution (5 occurrences), la réduction (« réducteur » 7 occurrences), il est « rabaissant », « infantilisant », « péjoratif », « énervant », ou renvoie à une « poupée » ou un objet « mignon » (1 occurrence pour chacun des termes). L’activité métalinguistique se double ici d’une réflexion d’ordre social et axiologique, les arguments de rejet de djette s’insérant dans un discours d’affirmation d’égalité des compétences et du talent.

Marques linguistiques de l’émotion au regard de djette

  • 25 Question n°5 : « Si une personne vous appelle "djette", comment vous sentez-vous ? ».

33Dans cette contribution, j’ai choisi d’aborder aussi la réception émotionnelle et le jugement/l’opinion sur l’usages des termes, posant et déplaçant ainsi la question de la sociolinguistique à l’ethnolinguistique. Autrement dit, je vise l’étude des mots comme représentations émotionnelles et culturelles, et j’essaye de montrer en quoi le terme djette peut devenir l’objet d’un refus et d’une exaspération de la constante diminution/dévalorisation des femmes dans les activités de DJ. Pour développer cette réflexion, le questionnaire contenait une question25 concernant la réception (émotionnelle) du terme djette, pour voir si les réponses expliciteraient de l’indignation, du rejet, voire du mépris à l’égard du mot et ce qu’il connote. Si la majorité des interrogées emploie le terme DJ, il faut cependant constater que sur le plan émotionnel, toutes ne reçoivent pas le terme djette de la même façon.

34Premier constat : la quasi-moitié des interrogées (35 personnes) répondent que l’usage du terme djette à leur égard les conduit à se sentir diminuées ou infantilisées. Elles décrivent qu’elles perçoivent une réduction de l’importance de leurs compétences, de leur valeur, de leur notoriété et de leur âge (de leur maturité, de leur expérience). C’est une attitude émotionnelle à l’égard de la langue, mais aussi de la pratique, qui reflète une comparaison. On peut faire l’hypothèse que les femmes se sentent diminuées ou infantilisées par rapport aux hommes, qui, au contraire d’elles, jouissent de statuts dominants. Les termes exprimant cette diminution sont les suivants : « c’est réducteur » ou « réduite » (8 occurrences du radical réduc-), « petit/ petite » (7 occurrences), « infantilisée / infantilisant » (6 occurrences), « enfantin », « diminuée » (5 occurrences du radical diminu-), « infériorisée / inférieure » (3 occurrences du radical infér-), « rabaissée » (2 occurrences), « nulle », « minorée », « débutante », « amoindrie », « dévalorisée », le comparatif d’infériorité « moins importante qu’un homme », la négation « pas particulièrement puissante », « pas prise au sérieux ». Ces références à la valeur diminutive du terme djette se fondent aussi sur l’acceptation sociale, la considération et la visibilité dont les femmes expriment indirectement le manque. Dans ce sens, les rapports de l’association Scivias, de Claire Monod et Maria Atkina et de la plateforme Female :pressure susmentionnés le stipulent : la carrière et le développement des femmes DJ et productrices de musique électronique est plus laborieuse, plus difficile que celle des hommes. La désignation djette peut donc contribuer à renforcer les difficultés éprouvées. Dans les réponses exprimant la réduction, il y a aussi des références à des êtres/objets émanant d’imaginaires et d’usages populaires et quotidiens, à qui les interrogées confèrent aussi de l’absurdité, une réduction ou des normes de féminité jugées inappropriées : « Schtroumpfette », « Mistinguette » et « une mélange entre une toute petite dj et une fourchette ».

35Par ailleurs, parmi les émotions négatives, il ressort du dépouillement des réponses des énoncés exprimant de la colère (7 occurrences) et de la gêne (2 occurrences) qui touchent la dimension émotionnelle de l’usage de djette. Pour exprimer cette émotion les interrogées usent de termes et d’expressions énumérés ici exhaustivement :

Tableau 2_Modalités de l’expression des émotions négatives à l’encontre du terme djette

Type d’expression émotionnelle

Exemple

Modalité discursive employée

Émotion dite

R3 « énervée » / R16 « ça m’énerve »

R17 « c’est très agaçant »

R47 « super énervé.e »

R4 « mon âme grince »

R42 « c’est dérangeant »

R39 « je suis mal à l’aise »

Adjectif – verbe + complément d’objet direct

Amplification par l’adverbe

Métaphore

C’est + adjectif

Locution adjectivale

Émotion étayée

R6 « encore un ou une qui n’a toujours pas compris »

R2 « J'ai toujours trouvé ce terme infantilisant, ‘ah tu es djette ! Dixit c'est ton hobby ( et non un metier ) »

L’ajout de l’adverbe toujours dans la négation implique qu’il existe, depuis un certain temps, des explications et/ou débats circulant sur la question ou autour de la connotation négative du terme djette, il peut aussi marquer l’exaspération

Le terme dixit ainsi que le guillemet servent l’introduction de discours rapporté, d’une instance énonciatrice imaginée qui, en usant du terme djette, institue les femmes en tant qu’amatrices

36Examinons maintenant les énoncés portant un jugement esthétique (4 occurrences), eux aussi donnant lieu à des émotions négatives. Deux personnes affirment que le terme djette est « ringard » (R12) ; une autre affirme qu’elle « trouve cela inesthétique » (R76) tandis qu’une Québécoise répond que « ça donne quétaine » (de mauvais gout, R16). L’emploi du qualificatif ringard fait référence à un terme qui a pu être employé, devenu démodé. On peut se demander, dans la lignée de Laurence Rosier (2014), si ce jugement esthétique s’attaque au graphisme du mot, à sa prononciation ou bien à sa valeur sémantique.

37On trouve aussi des réponses exprimant l’ignorance d’autrui, et donc le manque de correction sociolinguistique, expliquant pourquoi le terme djette continue de circuler (10 occurrences). Selon ces interrogées, les utilisateurs et utilisatrices du terme djette sont ignorantes du fait :

  • qu’il existe un débat sur le sens réducteur de ce mot et l’impact social que son usage engrange (exemples : R63 « Jimagine juste que la personne nest pas au faite sur les debats quil y a eu autour de l'utilisation du terme djette » ; R6 « encore un ou une qui n’a toujours pas compris » ; R70 « C'est ok tout le monde n'a pas forcément conscience de ce que ce suffixe représente » ; R67 « j’ai pitié pour cette personne qui n est pas au fait des termes corrects » ; R75 « Je donne le bénéfice du doute » ; R74 « souvent ce sont des personnes qui ne sont pas informés.ees » ; R54 « souvent c'est de l'ignorance » ; R72 « si la personne ne s'en rend pas compte et le fais sans partir d'une mauvaise intention »)

  • que certaines personnes méconnaissent les termes usités (R55 « Fasse à un.e ignare »).

38Cependant, tout le monde ne partage pas le même avis sur l’emploi de djette, étant donné que cinq personnes l’emploient. Notons également que les émotions ressenties à partir des jugements de valeur sur le terme djette ne sont pas systématiquement négatives, étant donné que 15 personnes expriment leur indifférence (ex. : R63 « cela ne me dérange pas » ; R40 « ça m’est égal » ; R62 « aucune sensation » ; R30 « Ça va. Assez neutre. En conversation ça passe »). On peut se demander si ces personnes adoptent une position d’indifférence à l’encontre des mots (linguistique) ou à l’encontre de l’impact que le terme djette peut avoir (social).

De l’éducation sociolinguistique

39La dernière question portait sur les réactions à la désignation djette : « Si une personne vous appelle “djette”, comment-réagissez-vous (et pourquoi) ? », et invitait à une réponse ouverte. Mon attente première était que les concernées allaient s’engager dans une démarche pédagogique explicative. Autrement dit, les femmes DJ, lorsqu’elles sont désignées par le terme djette, engageraient la conversation à des fins éducatives, dans le but de souligner la réduction linguistique et sociale ou conceptuelle du suffixe -ette. Cette représentation de la prise en charge pédagogique par les femmes passe par le partage discursif des problématiques féministes (Nave 2005 : 170). Catherine Nave affirme dans ce sens que le féminisme est une pédagogie mais on peut étendre cette interprétation de manière à interroger le rôle de l’éducation dans les luttes féministes au sein de la musique électronique.

40S’il est impossible de vérifier leur engagement dans la réalité, on peut tout de même observer que les répondantes envisagent la démarche pédagogique, ne la rejettent pas. Dans cette perspective, 38 personnes disent opérer une rectification linguistique, et 16 répondent qu’elles donnent une explication d’ordre sociolinguistique à la personne qui utiliserait djette. Dans ce dernier cas, les interrogées déclarent établir un lien, dans leur explication à autrui, entre l’emploi du suffixe -ette et la diminution qu’il connote. Les expressions désignant la pédagogie, l’évaluation ou la correction sont nombreuses (R63 « je vais lui expliquer » ; R24 « j’essaie d’expliquer » ; R5 « rectifie » ; R41 « je la corrige » ; R18 « je corrige systématiquement », etc.). Lorsque les interrogées affirment se fonder sur la grammaire, soit elles délivrent un discours normatif, en passant par une « affirmation énonciative » (Meunier et Rosier 2014 : 3), c’est-à-dire qu’elles recourent à une référence extérieure, soit elles affirment que la règle est « naturelle ». Les exemples suivants illustrent particulièrement bien la démarche pédagogique et l’effacement énonciatif sur le plan normatif :

R18 « je corrige systématiquement pour “dj”. Le mot “djette” est dévalorisant et il n'existe pas. le suffixe “ette” désigne certes le féminin, mais aussi quelque chose de plus petit. On galère suffisamment si en plus on accepte cette appellation “plus petit que dj”, on se tire une balle dans le pied »

R52 « J'explique tout le temps que c'est DJ et pourquoi. Une fois expliqué les gens comprennent à chaque fois. »

R61 « Dépendant du contexte, soit je réagis directement en interrompant la conversation et expliquant l'aspect réducteur du mot, soit j'attends que la conversation se termine avant de réagir. Il me semble important d'insister sur l'importance des mots, parfois l'intention qui est celle de célébrer la présence féminine (dans son sens élargie) sur la scène se transforme en un renforcement d'un sexisme bien ancré. »

R37 « j explique gentillement que ce n'est pas correcte ni linguistiquement ni filosophiquement. J'essaie de l expliquer parce que parfois les gens répetent des mots sans y reflechir et inconsciemment les idées s'incrustent dans le cerveau. Le sufixe “ette” en français est souvent utilisé comme un diminutif, on veut pas absorber l idée que une femme dj est plus petite, moins forte, etc que un homme dj. »

41On voit ici que les interrogées font appel à des savoirs de références linguistiques qui font appel à l’évidence (« le mot […] n’existe pas » ; l’explication autour du suffixe ; « ce n’est pas correcte ») et à une justification émotionnelle et axiologique (« est dévalorisant »). Selon la R18, le terme djette représente une modalité descriptive concourant à entraver non seulement les représentations des femmes Dj, mais aussi à freiner leur développement. R37 adopte une démarche psychologique et sociolinguistique spontanée, visant la destruction de stéréotypes dévalorisants les femmes. R61 souligne le paradoxe émergeant entre la volonté de mise en lumière des pratiques artistiques féminines, les mots qui s’y rattachent et le sexisme dont les femmes souffrent sur le plan social, professionnel et linguistique.

42Dans cette perspective, on trouve aussi des témoignages autour des difficultés et questionnements qu’éprouve la population (masculine) à féminiser les noms de métiers :

R16 « Pour moi la traduction littérale de “djette” est “petite DJ”. J'essaie de reprendre les personnes mais c'est pas toujours évident à recevoir comme remarque. La dernière fois que j'ai précisé à une personne (un musicien en l’occurrence) que je préférais qu'on m'appelle DJ, il m'a dit qu'on ne savait plus comment nommer les femmes. Par ailleurs, je suis autrice radiophonique et je tiens aussi à la féminisation du nom commun de mon activité. »

R23 « Je fais remarqué qu'on dit DJ car c'est un acronyme. Souvent d'ailleurs les gens ont tendance à faire comprendre qu'iels ne savent pas trop quel mot utiliser donc je leur donne l'appellation que je préfère »

43Ici, les interrogées montrent à quel point la démarche pédagogique est délicate, dans la mesure où les interlocuteurs et interlocutrices ne parviennent pas à trouver les désignations « correctes » (au sens linguistique ou émotionnel ?). Les DJ deviennent alors les porte-paroles portant la légitimité sociolinguistique de leurs propres désignations.

44Certaines des réponses rendent toutefois compte de l’exaspération des interlocuteurs et interlocutrices face à ces démarches (exemple : R6 « Je ne réagis plus car tu passes toujours pour la fille relou quand tu explique la raison »), voire de la propre lassitude des femmes au temps qu’elles doivent accorder à l’éducation et qu’elles passent à répéter les mêmes explications (exemples : R14 « Je dit plus rien car blasée de répéter encore et encore » ; R54 « Encore et toujours la pédagogie ( et oui on te réduit et tu explique...), maison-maisonnette, voiture-voiturette, bref “ette” c'est un diminutif... » ; R28 « c'est devenu passe partout et un peu la flemme de reprendre constamment les gens qui l'utilisent » ; R46 « Je ne dis rien pour ne pas perdre mon temps »), bien que l’attitude pédagogique et bienveillante soit soulignée par ailleurs dans d’autres réponses (exemples « avec bienveillance » ; « gentiment / gentillement » 3 occurrences ; « je prends le temps »).

Conclusion et ouverture

45Cet article a tenté de décrire l’utilisation du terme DJ parmi les femmes pratiquant cet art, et la manière dont cet usage est reçu. Il cherche à comprendre si sa (non-)féminisation peut devenir le lieu de revendications sociales et le siège d’émotions liées à des jugements de valeur. L’étude se base sur des réponses à un questionnaire qui a été complété par 78 DJ francophones, majoritairement européennes. Si la féminisation des noms de métiers a pu faire débat et a finalement abouti à un consensus et à des normes approuvées par l’Académie française, les dictionnaires et les institutions (Office Québécois de la Langue Française, Service de la langue française de Fédération Wallonie Bruxelles, etc.), il n’existe pourtant pas à ce jour d’accord au sujet des formes féminines à utiliser pour le terme DJ.

46Premièrement, les réponses ont montré que les femmes interrogées optent préférentiellement pour le terme DJ (84,5 %, 65 personnes) non féminisé sur le nom, en se rangeant derrière un discours linguistique normatif (58 % de celles qui optent pour DJ, soit 37 personnes) ou en justifiant le choix de ce terme comme vecteur d’égalité hommes-femmes dans ces pratiques. Cette attitude est associée à un discours féministe (34,9 % des personnes défendant le terme DJ, soit 23 personnes) prônant l’égalité entre les femmes et les hommes, ce secteur accusant d’une domination masculine sur le plan quantitatif et représentationnel.

47Deuxièmement, on a observé que, tandis que la majorité des répondantes a marqué une préférence pour la désignation non suffixée de DJ, le terme djette suscite chez la moitié des interrogées une émotion négative ou un rejet, dans la mesure il est considéré comme réducteur… par rapport à celui utilisé pour les hommes. C’est en comparaison à ces derniers, implicitement, que les femmes avancent que le terme diminue leur valeur, leur talent. Si le terme DJ englobe les hommes et les femmes, les premiers bénéficient cependant de plus de visibilité et de facilité dans ces pratiques et cette profession. Ces résultats montrent donc que l’usage du terme féminisé en -ette concourt selon les femmes à ancrer leur invisibilisation, leur diminution, voire la dévalorisation verbale et sociale dont elles sont victimes dans ce secteur. On a pu observer que la plupart des répondantes connaissent les débats et le rejet de la forme féminine djette, bien qu’une partie seulement déclare effectuer à ce sujet une démarche pédagogique d’explication, de conversation, de réflexion métalinguistique.

48Finalement, on retrouve chez ces non-linguistes des conceptions foucaldiennes de la langue, qui devient lieu et levier du pouvoir et de domination, levier qu’elles essayent de manier pour mieux réussir à assoir leur force. C’est donc aussi par l’usage du terme non genré que les femmes cherchent à assurer l’égalité homme/femme dans cette pratique, quand bien même institutionnellement la féminisation des noms de métiers contribue à la mise en avant de leur existence et de leurs compétences.

49Plusieurs pistes permettraient d’élargir ces réflexions, repousser les limites de cette étude : (1) les femmes associent-elles un article défini/indéfini masculin (un/le) ou féminin (une/la) au terme DJ à leur encontre ? (2) Existe-t-il (officiellement ou officieusement) d’autres noms de métiers féminisés qui suscitent le rejet des femmes ? Comment ces dernières les prennent-elles en charge émotionnellement ? Entrent-elles dans une démarche pédagogique ? (3) Comment les DJ sont-elles représentées dans les médias, sur les réseaux sociaux ? Observe-t-on une diminution de leur valeur par rapport aux hommes, une érotisation, une évaluation de leurs pratiques artistiques ? (4) Comment les hommes, ou les détracteurs et les détractrices de la politique linguistique de la féminisation des noms de métiers s’expriment-iels à ce sujet ?

Haut de page

Bibliographie

ANGELOFF, Tania, ARBORIO, Anne-Marie. (2002). Des hommes dans des “métiers de femmes” : mixité au travail et espaces professionnels dévalorisés. Sociologia del Lavoro, n° 85, 123-135.

ARMSTRONG Victoria. (2005). Techno, Identité, Corps : Les expériences féminines dans la dance music. Mouvements, 2005/5, nº 42, 32-42. https://doi.org//10.3917/mouv.042.0032

BECKER, Howard. (1985). Outsiders : Études de sociologie de la déviance. Éditions Métailié.

COADY, Ann. (2020). Jardin à la française ou parc à l’anglaise ? Les idéologies linguistiques : des freins au langage non sexiste. Cahiers du Genre, (2), 59-83.

ELMIGER, Daniel. (2022). Les guides de langue non sexiste / inclusive dans les langues romanes : un genre textuel évolutif. In Benjamin FAGARD & Gabrielle LE TALLEC-LLORET (Éds.), Entre masculin et féminin. Français et langues romanes (p. 119-136). Presses de la Sorbonne Nouvelle.

FRACCHIOLLA, Béatrice. (2008). Anthropologie de la communication : la question du féminin en français. Corela [En ligne], 6-2 | 2008, mis en ligne le 15 décembre 2008, http://journals.openedition.org /corela/286, https://doi.org/10.4000/corela.286

FRADIN, Bernard, HATHOUT, Nabil, MEUNIER, Fanny. (2003). La suffixation en -et et la question de la productivité. Langue française, 140, 56-78.

FRADIN, Bernard. (2003b). Le traitement de la suffixation en -et. Langages, 37ᵉ année,152, 51-77.

FUJIMURA, Itsuko. (2005). La féminisation des noms de métiers et des titres dans la presse française (1988-2001). Mots. Les langages du politique, 78 | 2005, 37-52. https://doi.org/10.4000/mots.355

GALATI, Dario, SINI, Barbara. (2000). Les structures sémantiques du lexique français des émotions. In Marianne DOURY, Christian PLANTIN, Véronique TRAVERSO (Éds.) Les émotions dans les interactions (p. 75-87). Presses Universitaires de Lyon.

GOUYON, Marie, PATUREAU, Frédérique, VOLAT, Gwendoline. (2016). La lente féminisation des professions culturelles. Culture études, 2, 1-20. https://doi.org/10.3917/cule.162.0001

GUILFORD, Johnathan. (1999). L’attribution du genre aux emprunts à l’Anglais. La Linguistique 35 (1), 65-85.

LAPEYRE, Nathalie. (2006). Les professions face aux enjeux de la féminisation, Octarès.

LENOBLE-PINSON, Michèle. (2002). Compte-rendu de MATHIEU, Marie-Jo (eds.). Extension du féminin. Les incertitudes de la langue. Honoré Champion.

LIPPERT, Erica. (2023). Violences verbales à l'encontre des femmes artistes sur Facebook : étude des commentaires sur les pages Traxmag et Electronews. Sextant, dir. Laurence ROSIER, Les Femmes sur la Toile, 121-137. https://doi.org/10.4000/sextant.864

MAINGUENEAU, Dominique. (2021). Discours et analyse du discours : Une introduction. Armand Colin.

McCLARY, Susan. (2002). Feminine Endings: Music, Gender, & Sexuality (2nd ed.). University of Minnesota Press.

MALOCHET, Guillaume. (2007). La féminisation des métiers et des professions. Quand la sociologie du travail croise le genre. Sociologies pratiques, 14, 91-99. https://doi.org/10.3917/sopr.014.0091.

MEUNIER, Déborah, ROSIER, Laurence. (2014). Quand le savoir s’emmêle… La construction discursive de la norme chez les locuteurs non experts. Les Carnets du Cediscor, 12, 99–113. https://doi.org/10.4000/cediscor.943

MICHARD, Claire. (2019). Humain/Femelle de l’humain. Effet idéologique du rapport de sexage et notion de sexe en française. Éditions sans fin.

MICHELI, Raphael. (2014). Les émotions dans les discours : Modèle d’analyse, perspectives empiriques. De Boeck Supérieur.

MOREAU, Marie-Louise, DISTER, Anne. (2014, 3e ed.). Mettre au féminin. Guide de féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre. Fédération Wallonie-Bruxelles. URL : http://www.languefrancaise.cfwb.be/index.php?eID=tx_nawsecuredl&u=0&g=0&hash=ba73a928942b8eddaa12271d0f76165f4b539531&file=fileadmin/sites/sgll/upload/lf_super_editor/publicat/collection-guide/interieur_FWB_brochure_Fem_light.pdf.

NAVE, Catherine. (2005). Le féminisme comme pédagogie. Travail, genre et sociétés, 13, 168-170. https://doi.org/10.3917/tgs.013.0168

PAVEAU, Marie-Anne. (2002). La féminisation des noms de métiers : résistances sociales et solutions linguistiques. Le français aujourd'hui, vol. 136, no. 1, 121-128.

PAVEAU, Marie-Anne. (2005). Linguistique populaire et enseignement de la langue : des catégories communes ?. Le français aujourd’hui, vol. 4, no. 151, 95-107.

PLANTIN, Christian. (2020). Une méthode d’approche de l’émotion dans le discours et les interactions. SHS Web of Conférences, 81.

POGAČNIK, Vladimir. (1999). Les ressources et les blocages de la féminisation des noms en français. Linguistica, vol. 39, n° 1, 145-152. https://doi.org/10.4312/linguistica.39.1.145-152

PRAT, Reine. (2021). Exploser le plafond. Précis de féminisme à l’usage du monde la culture. Rue de l’échiquier.

ROSIER, Laurence. (2014). Les amoureux de la langue et la laideur des mots : biographie langagière et praxis lexicale. In Patrick Haillet et alii (Éds.), Lexique et discours. Champion.

de SINGLY, François. (2020). Le questionnaire. Armand Colin.

Sitographie

(les liens ont été consultés le 12 janvier 2024)

ACADÉMIE FRANÇAISE (2019, mars). La féminisation des noms de métiers et de fonctions. URL: https://www.academie-francaise.fr/sites/academie-francaise.fr/files/rapport_feminisation_noms_de_metier_et_de_fonction.pdf.

ACADÉMIE FRANÇAISE. Les missions. (n.d.) URL : https://www.academie-francaise.fr/linstitution/les-missions# :~ :text =La %20mission %20confi %C3 %A9e %20 %C3 %A0 %20l,(Article %2024 %20des %20statuts.).

BARON, Yves (2019, 20 mai) Future Female Sounds, l’organisation qui met en lumière les femmes DJ. Madame Figaro. https://madame.lefigaro.fr/business/future-female-sounds-lorganisation-qui-met-en-lumiere-les-femmes-dj-200519-165204.

CORDIER, Émilie (2021, 2 décembre). Le classement des 100 meilleurs DJs féminin a été dévoilé, selon Djanemag. Electro News. https://electro-news.eu/classement-100-meilleurs-djs-feminins-djanemag-2021/.

Disc-Jockey, disc-jockeys. (s.d.). Dictionnaire du Larousse en ligne, https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/disc-jockey/25822.

DJ. (s.d.). Le Robert en ligne. https://dictionnaire.lerobert.com/definition/dj. Consulté le 3 juillet 2023.

DJ (s.d.). Grand dictionnaire terminologique. https://shorturl.at/eqF26.

DJ (s.d.). Britannica Dictionnary. https://www.britannica.com/dictionary/DJ.

DJane. (2022, 7 Mai). Dans Wiktionary. https://en.wiktionary.org/wiki/DJane.

-ETTE (s.d.). Dans CNRTL. https://shorturl.at/qxJN8

FEMALE:PRESSURE TROUBLE MAKERS. (2022). Female:Pressure, facts. URL : https://femalepressure.net/FACTS2022-femalepressure-print.pdf

GARCIA, Sophie. (2020, 1er juin). Musique : en Ouganda, les Africaines prennent le contrôle des platines. Le Monde. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/06/01/musique-en-ouganda-les-africaines-prennent-le-controle-des-platines_6041414_3212.html.

GLOBAL FEMALE DJ MEETING. (s.d.) Home. [Page Facebook]. Facebook. https://www.facebook.com/groups/181757366421733/.

MATOS, Laure (2019, 18 juin). Au Mali, des jeunes femmes se forment pour devenir Djettes. TV5 Monde. https://information.tv5monde.com/afrique/au-mali-des-jeunes-femmes-se-forment-pour-devenir-djettes-4547 ?page =5.

MONOD, Claire, ATKINA, Maria. (2018). « Inégalité de genre et musique électronique en 2018 », WODJ. https://wodjmag.com/enquete-2018-femmes-et-minorites-de-clubs-france.pdf

MOURY, Gaelle. (2017, 16 août). Quelques femmes dans le monde d’hommes electro. Le Soir. https://www.lesoir.be/109515/article/2017-08-16/quelques-femmes-dans-le-monde-dhommes-de-lelectro

RICHARD, Ron. (s.d.). DJ (disc-jockey). Dans Encyclopœdia Universalis. https://www.universalis.fr/encyclopedie/dj/.

RUELLAN, Léonie. (2020, 28 septembre). La Dj Rebekah part en guerre contre les violences sexuelles dans la dance music. Tsugi. URL : https://www.tsugi.fr/la-dj-rebekah-part-en-guerre-contre-les-violences-sexuelles-dans-la-dance-music/.

SAINT KLET. [@saintkletbrussels]. (2023, 28 février). Full DJ Workshop for Women. [texte incrusté]. Instagram. https://www.instagram.com/p/CpM_tQYtC94/ ?hl =fr.

SCIVIAS. (2023). Où sont les femmes et les minorités de genre ? Étude sur 13 festivals de musique en Fédération Wallonie-Bruxelles. URL: https://drive.google.com/file/d/1eBsrAKJ5jtHmdkyMFWc3wAUrjswvCjpE/view.

SHEPHERD, John. (1987). Music and Male Hegemony. In Richard LEPPERT & Susan MCCLARY (Éds.), Music and Society: The politics of composition, performance and reception (p. 151-172). Cambridge University Press.

SHESAID.SO FRANCE. (s.d.). Home. [Page Facebook]. Facebook. 2024. https://www.facebook.com/shesaidso.fr/.

SOALL. [@soall_dj]. (n.d.). Home. [profil Instagram]. Instagram. https://www.instagram.com/soall_dj/?hl=fr.

SŒURS MALSAINES. [@soeursmalsaines]. (2023, 17 juillet). On ne dit pas djette.[texte incrusté]. Instagram. https://www.instagram.com/p/CuzZOZvNlH5/ ?img_index =1.

SOLVIGNON, Marie. (2023, 21 juin). Paloma Colombe raconte comment son dernier DJ set s’est transformé en cauchemar. Les Inrockuptibles. https://www.lesinrocks.com/musique/paloma-colombe-raconte-comment-son-dernier-dj-set-sest-transforme-en-cauchemar-574317-21-06-2023/

STRUMBERGER, Werner. (2022, mai). The DJ, not DJANE. C/O Vienna. https://www.co-vienna.com/en/people/dj-not-djane/

VITA, Ricardo. (2022, octobre). Dj Anaïs B : « Tout est possible. L’impossible prend juste plus de temps. Forbes Afrique. https://forbesafrique.com/dj-anais-b-tout-est-possible-limpossible-prend-juste-plus-de-temps/

WICKED GIRLS. (n.d.) Home [page Facebook]. Facebook. https://www.facebook.com/Wickedgirlsblog/?locale=fr_FR.

Haut de page

Annexe

Comment nomme-t-on les femmes qui mixent ?

Q1 : Où habitez-vous / d'où venez-vous ?

  • Maghreb

  • Europe

  • Afrique subsaharienne

  • Amérique du Nord

  • Asie

  • Autre

Q2 : Le français est-il votre langue première ou secondaire ?

  • Première

  • Secondaire

  • Autre

Q3 : Comment appelez-vous une femme qui mixe ?

  • Dj

  • Djette

  • Djane

  • Autre

Q4 : Pourquoi utilisez-vous la désignation que vous avez choisie dans la question précédente ?
(réponse longue)

Q5 : Si une personne vous appelle « djette » comment vous sentez-vous ? (réponse longue)

Q6 : Si une personne vous appelle « djette », comment-réagissez-vous (et pourquoi) ? (réponse longue)

Haut de page

Notes

1 Béatrice Fracchiolla cite la valeur péjorative de mots féminins, par exemple les mots gars (neutre) > garce (négatif, péjoratif) ou compère (ami) > commère (bavarde).

2 Selon le texte de la présentation de leur site « Les Missions ».

3 L’auteure y fait référence au « plafond de verre ».

4 Wicked Girls. (n.d.) Home [page Facebook]. Facebook. Consulté le 12 janvier 2024, https://www.facebook.com/Wickedgirlsblog/?locale=fr_FR.

5 Baron (2019, mai).

6 Saint Klet. [@saintkletbrussels]. (28 février 2023). Full DJ Workshop for Women. [texte incrusté]. Instagram. https://www.instagram.com/p/CpM_tQYtC94/?hl=fr.

7 Selon l’expression de Becker (1985 : 25), son pendant contraire l’outsider est un individu « considéré comme étranger au groupe ». Il en découle que l’insider est un individu endogène à une communauté. Pratiquant, à titre semi-professionnel et parfois professionnel, le métier de DJ et productrice de musique électronique depuis plus de 15 ans, je fais donc partie de cette communauté et en comprends (et vis) les enjeux, les contraintes, les termes, etc. Je suis par ailleurs titulaire d’un doctorat en Lettres, Langues et Traductologie.

8 Comme ce témoignage récent de l’artiste Paloma Colombe, rapporté dans l’article de Solvignon 2023, ou celui de Dj Rebekah rapporté dans Ruellan 2020.

9 Notamment celles de 2019 de l’Académie Française (art.cit).

10 Voir par exemple le guide du rédacteur Mettre au féminin. Guide de féminisation des noms de métiers de Fédération Wallonie Bruxelles (Moreau et Dister 2014), ou le texte de l’Académie Française (2019) susmentionné.

11 Par exemple dans Cordier 2021.

12 Voir Moury (2017) ou Matos (2019).

13 Il donne l’exemple qui suit : « clochette dénote un objet qui a une taille inférieure à celle d'une cloche, laquelle est censée avoir la taille standard pour les cloches. Autres exemples de RI : balisette, brossette, brochurette, châtelet, maisonnette... ».

14 Dont j’ai la permission de partager une capture d’écran du profil Instagram ici.

15 Soall, [@soall_dj] (n.d.). Home. [profil Instagram]. Instagram. https://www.instagram.com/soall_dj/?hl=fr.

16 Sœurs Malsaines [@soeursmalsaines]. (17 juillet 2023). On ne dit pas djette. [texte incrusté]. Instagram. https://www.instagram.com/p/CuzZOZvNlH5/?img_index=1.

17 Comme dans le site Djanetop effectuant un classement ou encore le magazine Djanemag dédié aux femmes DJ.

18 Par exemple, il constitue le titre du site de classement Djanetop ; ou de ce site dédié aux artistes féminines Djanemag ; il est réfuté par l’artiste Susanne Kirchmayr dans Strumberger 2022.

19 Women of Color.

20 Global Female DJ Meeting. (s.d.) Home. [Page Facebook]. Facebook. Consulté le 12 janvier 2024. https://www.facebook.com/groups/181757366421733/.

21 Plus précisément, l’Instagram de l’association loi 1901 Future Female Sound France, de laquelle je suis membre active, ou Shesaid.so France. (s.d.). Home. [Page Facebook]. Facebook. Consulté le 12 janvier 2024. https://www.facebook.com/shesaidso.fr/.

22 Il s’agit d’une hypothèse, difficilement vérifiable, mais provenant d’expériences personnelles. Lors d’un séjour à Kinshasa visant la formation de femmes au Djing en 2022, nous n’avons trouvé que deux femmes reconnues et pratiquant ce métier. Même constat avec l’association sénégalaise Kimpavita, avec qui nous avons cherché des femmes DJ au Bénin, en vain. Les Ivoiriennes ne sont pas nombreuses, bien que Asna et dj Chabela semblent dominer le marché de la capitale Abidjan. Le collectif Nyege Nyege met des femmes non francophones en avant, comme en témoigne l’article de Sophie Garcia (2020).

23 Les extraits du corpus se trouvent en italique et entre guillemets, et ont été conservés dans leur forme originale (pas de correction grammaticale ou orthographique).

24 J’étiquèterai les répondantes avec R et leur numéro par la suite (pour cette citation R63, répondante n° 63).

25 Question n°5 : « Si une personne vous appelle "djette", comment vous sentez-vous ? ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image_1 : Capture d’écran de l’entête du profil Instagram de Soall15.
Crédits Soall
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/7757/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Titre Image_2 : Capture d’écran d’une publication Instagram du collectif d’artistes Sœurs Malsaines
Crédits Sœurs Malsaines
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/7757/img-2.png
Fichier image/png, 387k
Titre Image_3 : Capture d’écran d’une publication Instagram du collectif d’artistes Sœurs Malsaines
Crédits Sœurs Malsaines
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/7757/img-3.png
Fichier image/png, 500k
Titre Image_4 : Capture d’écran d’une publication Instagram du collectif d’artistes Sœurs Malsaines
Crédits Sœurs Malsaines
URL http://journals.openedition.org/glad/docannexe/image/7757/img-4.png
Fichier image/png, 983k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erica Lippert, « « Y’a pas de “Djette” ici ! » : enjeux sociodiscursifs autour de la féminisation du terme DJ »GLAD! [En ligne], 15 | 2023, mis en ligne le 01 décembre 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/glad/7757 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glad.7757

Haut de page

Auteur

Erica Lippert

Erica Lippert est docteure et chercheuse en Science du Langage, se spécialisant en analyse du discours. Sa thèse explore, d’un point de vue discursif, argumentatif et sémiotique, les discours écologiques émis par les activistes, les influenceur·euses, les journaux et les poticien·nes en ligne. C’est devenu sa spécialité : les modalités iconodiscursives des discours environnementaux. En parallèle, elle s’intéresse aussi aux imaginaires sociodiscursifs à l’égard des artistes de musiques actuelles (électronique, rap) et aux mèmes internet.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search