Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Dossier thématiqueDe Budyšin (Allemagne, RDA, RFA) ...

Dossier thématique

De Budyšin (Allemagne, RDA, RFA) à Serbin (USA). Vers une glottopolitique « engagée » de l’espace sorabe ?

Hélène Yèche

Résumés

Si les processus de revitalisation s’articulent prioritairement autour du langage, ils permettent surtout au groupe l’expression d’un être au monde différent comme l’a montré James Costa (2018). Le récit, produit de manière collective dans le cadre de l’entreprise de revitalisation linguistique ou culturelle, a pour objectif une nouvelle interprétation du monde et de la société, une redéfinition des relations entre minorité et culture dominante, en somme un repositionnement qui peut se traduire dans certains cas par une volonté affirmée de reconquête au moyen de la langue de l’espace géographique, entreprise que l’on peut qualifier de « glottopolitique ».
La présente étude se propose ainsi d’interroger le lien particulier qui unit une langue minoritaire à un territoire – ou l’inverse. De Budyšin (Allemagne, RDA, RFA) à Serbin (USA), de la vieille Europe jusqu’aux rivages du Nouveau Monde, du sol européen au territoire nord-américain, on s’attachera à explorer les différentes formes que revêt l’espace géoculturel sorabe, en examinant successivement les notions d’extension, de variation et enfin de (re)construction de l’identité culturelle et linguistique d’une minorité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. « They (language revitalization movements) should be analyzed as human enterprises that seek to (...)
  • 2 On entend ici le terme glottopolitique dans un sens élargi tel que Jean-Baptiste Marcellesi et Loui (...)

1Si les processus de revitalisation s’articulent prioritairement autour du langage, ils permettent surtout au groupe l’expression d’un être au monde différent comme l’a montré James Costa1. Le récit, produit de manière collective dans le cadre de l’entreprise de revitalisation linguistique ou culturelle, a pour objectif une nouvelle interprétation du monde et de la société, une redéfinition des relations entre minorité et culture dominante, en somme un repositionnement qui peut se traduire dans certains cas par une volonté affirmée de reconquête au moyen de la langue de l’espace géographique, entreprise que l’on peut qualifier de « glottopolitique »2.

2La présente étude se propose ainsi d’interroger le lien particulier qui unit une langue minoritaire à un territoire – ou l’inverse. De Budyšin (Allemagne, RDA, RFA) à Serbin (USA), de la vieille Europe jusqu’aux rivages du Nouveau Monde, du sol européen au territoire nord-américain, on s’attachera à explorer les différentes formes que revêt l’espace géoculturel sorabe, en examinant successivement les notions d’extension, de variation et enfin de (re)construction de l’identité culturelle et linguistique d’une minorité.

Tout espace se déploie à la fois dans la durée et dans l’instant, et comme il est riche en virtualités, il s’ouvre sinon sur plusieurs durées, du moins sur une pluralité d’instants concomitants. Cela signifie que si l’espace est mouvant, il l’est essentiellement dans le temps. Il est situé dans ses rapports à la diachronie (ses strates temporelles) et en coupe synchronique (la compossibilité des mondes qu’il abrite). Ainsi l’espace humain est-il constante émergence ; il est saisi dans un mouvement perpétuel de reterritorialisation. La géocritique ne prétendra pas figer la représentation de l’espace, qui, pour elle, n’est pas formalisable selon une méthode axiomatique ; elle se contentera – ce qui est déjà ambitieux – d’appréhender un stade du processus de déterritorialisation. Ses résultats seront nécessairement transitoires, car la reterritorialisation à laquelle elle procède coïncidera avec le début d’une nouvelle phase de déterritorialisation. (Westphal, 2005)

  • 3 Le terme « territoire » étant l’un des mots les plus polysémiques de la géographie, on se réfère ic (...)

3Suivant une approche « géocritique », qui met l’accent sur la représentation et le rôle symbolique de l’espace, on postulera ici que l’espace humain est « constante émergence », « saisi dans un mouvement perpétuel de reterritorialisation ». Dans le cas précis de l’espace américain, on s’intéressera à la construction et à la réinterprétation de cet espace post-migration pour en faire un espace approprié : c’est en ce sens que doit s’entendre le terme « reterritorialisation », dans la transformation d’un espace en territoire3. Il s’agira d’isoler la part d’imaginaire qui explicite l’humanité de l’espace. En conséquence, on tentera d’explorer les modalités de reterritorialisation qui affectent ces espaces humains ou territoires que sont les espaces sorabe et wende de part et d’autre de l’Atlantique – en Lusace comme aux États-Unis. Serbin constitue en effet cet espace à la fois géographique et culturel du Texas qui affirme ou réaffirme aujourd’hui son identité historique « wende », de sorte que l’on pourrait le considérer, en dépit de l’absence de continuum spatial, sous l’angle d’une possible « extension » de l’espace sorabe, tant au sens matériel que symbolique.

4L’hypothèse formulée est celle d’un renouveau culturel qui, du fait de la discontinuité linguistique qui caractérise l’histoire de la communauté des Wendes du Texas, passe aujourd’hui nécessairement par une « invention de la tradition » (Hobsbawm, 2012 [1983]). Le phénomène observé sur le terrain, au sein même de la communauté des Wendes du Texas, relève d’une action y compris glottopolitique menée par des acteurs non étatiques aux USA, action engagée dont le caractère militant et religieux contraste avec l’intense politique de revitalisation linguistique régionale à l’œuvre en Lusace depuis la fin des années 1990 (Budar, 2008).

5Après avoir rappelé les principales caractéristiques du peuple sorabe, minorité slave autochtone implantée en Allemagne depuis de nombreux siècles (Yèche, 2012, 2013, 2016), on s’intéressera à la manière dont cette communauté a évolué dans le temps dans son rapport à la langue et à l’espace, des origines historiques européennes au renouveau culturel wende aux USA.

Origines et caractéristiques de l’espace sorabe

6La notion d’espace s’entend ici d’abord au sens premier, géographique du terme. Il s’agit bien d’un espace physique, situé sur un territoire dont la réalité matérielle ne fait pas de doute mais dont l’existence politique et juridique relève d’un autre espace puisque la Lusace, territoire des Sorabes, se trouve en République fédérale d’Allemagne, au sud de la capitale Berlin.

7Le territoire historique des Sorabes, la Lusace (Lausitz en allemand, Łužica en haut-sorabe, Łužyca en bas-sorabe), est situé de nos jours aux confins de la Pologne (Silésie) et de la République tchèque (Bohême), entre les villes de Cottbus et Bautzen. Ce n’est pas un espace homogène, loin s’en faut. La Lusace se caractérise par une division à la fois géographique, religieuse, administrative et linguistique : au sud, la Haute-Lusace, pays vallonné des Sorabes catholiques relève du Land de Saxe, on y parle encore le haut-sorabe, tandis que plus au nord la Basse-Lusace, région du Spreewald ou Błota, paysage de landes et de marais protestant, fait partie du Brandebourg et le bas sorabe parlé sur le terrain y est en voie d’extinction, mais il est à nouveau enseigné, réintroduit de fait comme langue étrangère.

8La Lusace est officiellement bilingue depuis la réunification de l’Allemagne (1990). Constamment sous la menace d’une germanisation contextuelle qui condamnait leur langue, les Sorabes ont dû lutter sans relâche pour préserver leur idiome et leur culture face à l’antagonisme germano-slave. La situation évolua sensiblement après 1945, dans le contexte de la RDA, avec la promulgation des Lois sorabes (Sorbengesetz) de 1948 et 1950 qui officialisèrent le bilinguisme dans les lieux publics et firent du sorabe une langue d’enseignement. Malheureusement la loi se révéla lettre morte dans l’Allemagne communiste (Yèche, 2016). Le nombre de sorabophones s’est ainsi considérablement réduit depuis un siècle, aussi bien en raison des mutations économiques et du passage d’un monde rural à un monde industrialisé après 1945, qu’en raison d’une forte tendance à l’assimilation en faveur de l’allemand : en 1885, 78% de la population du district de Bautzen parlait le sorabe, en 1994 14% et aujourd’hui à peine 5% (Budar, 2008).

9Depuis l’unification allemande, les Sorabes bénéficient d’un nouveau cadre législatif – à la fois dans la Loi fondamentale et dans le Traité d’unification de 1990, qui garantit la conservation de leur patrimoine culturel et linguistique (Yèche, 2016). Mais Google semble l’ignorer. Julian Nyča, à l’époque étudiant en slavistique à l’université Humboldt de Berlin, a entrepris en 2011 de redonner à la géographie de la Lusace sa langue d’origine. Son projet intitulé « Lusace bilingue4 » propose « la seule et unique carte sorabe en ligne », offrant une traduction en haut-sorabe de tous les toponymes allemands et polonais sur un territoire qui dépasse de beaucoup les limites linguistiques du territoire sorabe actuel mais qui renoue ainsi, tout au moins virtuellement, avec l’image de la Lusace historique qui s’étendait de Leipzig jusqu’à Breslau, et de Berlin à Dresde. L’auteur du projet explique avoir voulu pallier le manque de visibilité de la langue sorabe, selon lui « ignorée par Google ». Il s’efforce ainsi de mettre à disposition des Sorabes d’aujourd’hui des outils de communication performants dans leur langue : il existe une version Android de la carte et Julian Nyča travaille également sur un projet sorabe Wikipedia5. Ce projet se présente comme la reconquête de l’espace géographique par la toponymie sorabe. On peut considérer cette initiative comme un procédé inédit de revitalisation linguistique virtuelle qui rejoint le combat pour la généralisation de l’affichage bilingue en Lusace mené depuis plusieurs années par les citoyens de Cottbus et Bautzen (Yèche, 2013 ; Neumann, 2013).

10La Lusace est désormais un petit pays qui fait à peine cent kilomètres de long et cinquante de large, traversé de part en part par la rivière Spree. C’est un territoire qui s’est considérablement réduit avec le temps puisque les Sorabes, à l’époque de Luther par exemple, étaient présents jusqu’aux environs de Wittenberg (Andree, 1874, 1875). Vers le milieu du XVIe siècle le sorabe occupait un territoire double de celui sur lequel il s’étend aujourd’hui et atteignait au nord-est la ligne de l’Oder. C’est surtout par le nord, l’ouest et l’est que la langue allemande a peu à peu empiété sur cette région.

  • 6 Il faut saluer au passage l’existence en français de l’exonyme Budisse qui désignait au XIXe la vil (...)

11Cette carte virtuelle de la Lusace 2.0 procède à une mise en scène de l’espace sorabe qui peut se lire comme une hétérotopie au sens foucaldien du terme, une localisation physique de l’utopie. L’espace concret, ainsi redessiné, balisé de nouvelle manière par la réintroduction de toponymes indigènes6, a pour fonction de reconstruire, affirmer et héberger l’imaginaire sorabe contemporain.

  • 7 Cf. « Wenden, die, noch ehe es eine »Mark« gab, in demjenigen Landesteile wohnten, der später Mark (...)

12Peuple autochtone dont les origines remontent au VIe siècle, les Sorabes de Lusace constituent une minorité linguistique et culturelle slave unique au sein de l’espace germanophone. Au début de la chronique historique qu’il consacra intégralement au peuple sorabe en 1862, l’écrivain allemand Theodor Fontane annonce son intention de relater la « préhistoire de la Marche » de Brandebourg, c’est-à-dire selon lui l’histoire des « Sorbes qui, avant même qu’il n’y ait une Marche, habitaient la région qui s’appela ensuite la Marche de Brandebourg7. »

13Le sorabe est une langue qui appartient au groupe balto-slave occidental de la famille des langues indo-européennes, au même titre que le polonais et le tchèque. On note la coexistence de deux idiomes : haut et bas sorabe, plus quelques dialectes intermédiaires (région de Slepo-Schleife).

14Les Sorabes de Lusace sont les descendants de tribus slaves implantées dans la région située entre l’Oder et l’Elbe pendant les grandes invasions, plus particulièrement de deux tribus de peuples slaves venus s’établir dans l’Est de l’Allemagne vers le VIe siècle, les Lusici et les Milceni. La première trace écrite de leur présence est attestée aux environs de l’an 630 dans la chronique du moine franconien Fredegard (Chronicarum).

  • 8 Cf. « Dans les environs de la ville [de Bautzen], où l’on voit beaucoup de descendants des anciens (...)

15On trouve mention de ce peuple indigène sous différentes appellations au cours de l’histoire : Sorbes, Sorabes, Lusaciens, Serbes de Lusace, Vindes... Une étude parue en France en 1827 utilise même le terme peu flatteur de « Vandales8 ».

16À partir du milieu du XIXe siècle, c’est l’appellation générique « Wendes » qui domine pour désigner ce peuple slave, et c’est d’ailleurs celle qui a traversé les océans et s’est imposée jusqu’à nos jours sur le sol américain et australien où l’on rencontre encore aujourd’hui des descendants des Wendes du Texas aussi bien que des Wendes d’Australie (Texas Wends/ Australian Wends).

17Ces immigrants venus s’installer de l’autre côté de l’océan sont à l’origine d’une extension de l’espace sorabe qui se manifeste d’abord à l’œil du géographe. Si quelques toponymes du Brandebourg, tels Boston et Philadelphia, rappellent l’attrait qu’exerça le Nouveau Monde sur les populations allemandes au XVIIIe siècle, il est frappant de constater le phénomène corollaire sur le sol américain – qui a vu un siècle et demi plus tard l’apparition de nombreux toponymes typiquement allemands (Berlin, East Berlin, Mannheim, Weimar, Bismarck, …) et tchèques également (Praha).

18Parmi les nombreux toponymes allemands et tchèques présents dans les comtés de Fayette et de Lee dans l’État américain du Texas, un toponyme sorabe caractéristique ne manque pas d’interpeller le chercheur européen : Serbin. La toponymie alors ne tarde pas à quitter les rivages de la stricte compréhension du langage pour croiser les préoccupations de l’historien.

19La cartographie des environs d’Austin au Texas témoigne en effet aujourd’hui de l’existence d’un espace déterritorialisé, fondé et entretenu par les descendants des migrants sorabes aux États-Unis, et qui se trouve depuis quelques décennies en phase de revitalisation ou reterritorialisation.

Le cas de Serbin – Wendish Land : extension de l’espace sorabe au Texas

20Fondé en 1845, 28ème État des États-Unis, le Texas a immédiatement ouvert ses frontières aux colons européens. L’arrivée massive d’immigrants en provenance d’Allemagne a eu un impact direct sur la toponymie comme on peut le constater sur la carte. New Ulm est l’exemple-type de ces nombreuses villes texanes dont le nom reflète les origines européennes de leurs fondateurs (en 1850, 20 % de la population du Texas était d’origine allemande).

21Au beau milieu de l’État américain du Texas, dans le comté de Lee, à moins d’une centaine de kilomètres d’Austin, près de la ville de Giddings, sur la route agricole 2239, un panneau rappelle au visiteur l’histoire de Serbin.

  • 9 Le Roi de Prusse Frédéric Guillaume III faisait pression dans les années 1830-1840 pour unifier les (...)

22Serbin est le lieu d’implantation historique de la principale colonie sorabe aux États-Unis, forte d’environ 500 personnes en provenance des environs de Bautzen en Haute-Lusace (Hochkirch), arrivée en 1854 sous la conduite du pasteur luthérien Jan Kilian (1811-1884). Cette communauté se distingue par son nombre important, mais également par le projet spirituel qui l’a guidée, puisqu’il s’agissait pour ces luthériens conservateurs de pouvoir exercer leur foi en toute liberté9.

23Le nom Serbin date seulement de 1860, au moment où un bureau de poste fut installé. Avant cela, le lieu était connu sous le nom de Low Pin Oak Settlement, 4000 acres achetés au nom du groupe par Carl Lehman et Johann Dube en 1855 et divisés ensuite en lots de fermes et d’habitations individuelles. Une parcelle de 95 acres fut également acquise par la communauté luthérienne pour l’église et l’école. Une cinquantaine de familles vivaient là en 1857, principalement des fermiers cultivant le maïs et le coton. À la fin du XIXe, la construction du chemin de fer à deux miles à l’est de Serbin conduisit à un déplacement des activités commerciales et à la fondation d’une communauté d’abord baptisée New Serbin ou Serbin Switch, qui devint Northrup en 1892 au moment de la construction de la gare. Le bureau de poste de Serbin ferma ses portes en 1909. La petite localité déclina au XXe siècle au profit de sa voisine Giddings (Dalton Garret).

24Aujourd’hui, Serbin est un lieu-dit sur la route 2239 où ne subsistent que deux ou trois propriétés. Il ne reste pratiquement aucune trace de la ville florissante de la deuxième moitié du XIXe, si ce n’est un nom pour le moins exotique.

  • 10 Il a été repris dans la trilogie de Maria Kubasch/Kubašec Bosćij Serbin (Sébastien Serbin ou le Sor (...)

25« Serbin » est un toponyme particulièrement caractéristique du phénomène d’extension de l’espace sorabe au-delà des frontières européennes. Il ne s’agit pas d’un terme allemand (courant dans cette région de forte immigration germanique), mais bien d’un terme sorabe qualifiant finalement plus les habitants du lieu que le lieu lui-même, contrairement à ce qui semble communément admis ici où l’on trouve en général la mention « Wendish Land ». Le terme Serbin, qui aurait été choisi par Jan Kilian pour désigner l’endroit où vivent les Sorabes, ne se réfère pas directement au sol. Il est une forme originellement concurrente de Serb, puisqu’on note que « Serbe » se dit en serbo-croate Srbin au singulier. C’est devenu un patronyme particulièrement répandu en Lusace dans la région de Kamjenc/ Kamenz10. Ethnonyme, puis patronyme, Serbin a donc terminé son parcours aux États-Unis comme toponyme allogène renvoyant sémantiquement à l’origine géographique de ses habitants en désignant nommément leur ethnicité.

26Ce toponyme-ethnonyme fonde l’extension de l’espace sorabe consécutive à l’immigration d’une importante communauté de Lusace au Texas à partir du milieu du XIXe siècle par l’inscription du langage dans le sol américain. Serbin apparait comme un toponyme particulièrement performatif au sens où il entérine l’acquisition de terres américaines par les migrants sorabes et signale la volonté de reterritorialisation de l’espace texan par l’action humaine, tout à fait caractéristique des hétérotopies et signe précurseur de glottopolitique.

27L’empreinte du groupe sur la terre d’accueil a fait l’objet d’une récente cartographie qui permet d’apprécier la division et la répartition de l’espace entre les colons (cf. carte de 2013).

  • 11 Le Ben Nevis est le nom du navire qui transporta la plus importante communauté de Sorabes vers les (...)

28Plus de 150 ans après l’arrivée au port de Galveston du navire Ben Nevis11, quelles sont les principales caractéristiques de l’espace wende aux États-Unis ? On note principalement deux variations par rapport à l’espace sorabe d’origine : l’une concerne la langue ; l’autre, le culte.

Les Wendes du Texas – variation de l’espace sorabe

Variation linguistique : du sorabe vers l’allemand, puis l’anglais

29Il faut tout d’abord noter l’assimilation rapide des Wendes du Texas (similaire à celle des Wendes d’Australie) au profit de la communauté allemande. Contrairement à ce qui s’est produit en Lusace, où les Sorabes ont su longtemps résister à la germanisation dans le domaine privé (Yèche, 2016), les Wendes du Texas ne sont pas parvenus à maintenir vivante la tradition linguistique au-delà de la première moitié du XXe siècle. On assiste à une situation de discontinuité linguistique quasi totale après 1920 (date du dernier service religieux en sorabe).

30La situation de double minorité (minority of minorities) face à une société dominante anglophone a contraint les Wendes à se rallier à la communauté germanique, plus nombreuse. L’abandon du sorabe comme langue de communication fut précipité par l’intégration économique de la communauté wende à l’espace texan via la communauté germanique (qui a servi de tampon par rapport à la société dominante américaine). Des témoignages notent que certains immigrés qui ne parlaient que le sorabe ont appris l’allemand une fois au Texas. Il semble qu’une seule langue minoritaire puisse se maintenir dans un contexte allogène. L’allemand (en réalité un dialecte vieux-saxon) est d’ailleurs encore de nos jours une langue en usage dans le comté de Lee et à Austin. Le déclin du sorabe a commencé dès la fin du XIXe puisque déjà l’épitaphe sur la tombe du pasteur Jan Kilian fut rédigée en allemand (en 1884). On note un déclin rapide du culte en sorabe au profit de l’allemand dès 1876. Le journal de Giddings « Deutsches Volksblatt » fondé en octobre 1899 a publié quelques éditons en sorabe à ses débuts pour paraitre ensuite uniquement en allemand jusqu’à sa disparition en 1949 pour cause de déclin de l’allemand. Le dernier locuteur natif wende est décédé en 1996 comme l’indique une plaque commémorative à l’entrée du musée de Serbin.

31L’espace wende américain est définitivement un espace germanophone, mais de culture sorabe et non germanique. Il est particulièrement frappant de noter aujourd’hui que de nombreux descendants croyaient sincèrement être d’origine allemande avant de redécouvrir leurs racines wendes.

Variation confessionnelle : la monoculture protestante

32Si l’abandon du sorabe comme langue de communication fut précipité par l’intégration économique de la communauté wende à l’espace texan via la communauté germanique, les Wendes sont toutefois parvenus à maintenir leurs traditions, au premier rang desquelles figure la pratique religieuse qui fut à l’origine de leur exil.

33Le deuxième marqueur important qui diffère au Texas concerne donc le culte. Les Wendes du Texas ont réussi à conserver la pratique religieuse luthérienne, la « vraie foi » dont la sauvegarde les mena à l’exil. De facto, la dualité confessionnelle de l’espace sorabe allemand a disparu avec l’entreprise de Jan Kilian qui visait précisément à préserver une communauté protestante pure en émigrant aux États-Unis. Mais là encore, on note une forte concurrence de l’allemand en tant que langue de culte, qui conduira à plusieurs scissions au sein de la congrégation, et à l’abandon rapide du culte en sorabe au profit de l’allemand dès 1867. Malgré ce changement d’idiome, la pratique religieuse a survécu jusqu’à aujourd’hui et on note encore la présence d’un service religieux en allemand lors du Festival Wende de 2017. Ainsi un constat s’impose : la foi fut sauve, pas la langue (Malinkowa, 2009 : 185).

34Toutefois, le dynamisme et la cohésion de la congrégation apparait comme l’une des grandes forces de la communauté wende, si ce n’est la principale. La vie culturelle des Wendes du Texas s’est effectivement développée autour de la paroisse luthérienne de l’église Saint Paul, dont le nouveau bâtiment a été érigé en 1871 à deux miles de Serbin, à mi-chemin entre Serbin et Northrup, devenant ainsi le centre de la vie culturelle sorabe et l’un des piliers de la communauté protestante. La congrégation du pasteur Kilian a trouvé une terre d’exil idéale au Texas, au sein de la communauté protestante du Synode du Missouri fondée dès 1847 par des pasteurs luthériens saxons.

35Après le déclin économique de la colonie, l’identité culturelle de Serbin s’est donc réfugiée dans la pratique religieuse – et dans les faits géographiques, l’église St.Paul représente aujourd’hui le territoire des Wendes du Texas, au sens symbolique du terme plus encore que dans sa dimension spatiale, puisque c’est sur ce patrimoine paroissial que s’est implanté le renouveau culturel wende du Texas.

36En 1980, l’église fit donation du bâtiment de l’école paroissiale à la société des Wendes du Texas afin de promouvoir l’héritage sorabe sur le sol américain dans le cadre d’un musée. Ce legs patrimonial a joué un rôle-clé dans l’entreprise de « reterritorialisation » menée par la communauté wende. Le Texas Wendish Museum devint alors l’incarnation de la tradition retrouvée, symboliquement représentée par l’affichage en sorabe.

37Les bâtiments abritent non seulement un musée qui retrace l’histoire de la migration vers les États-Unis, mais également une bibliothèque comprenant d’anciens ouvrages en sorabe et en allemand, ainsi qu’une boutique-librairie. Des ateliers d’aide à la recherche généalogique sont régulièrement proposés. Des liens sont entretenus avec la communauté sorabe allemande de Lusace depuis les années 1960 ainsi qu’avec les Wendes présents en Iowa et surtout avec ceux d’Australie.

(Re)construction : Texas Wendish Heritage Society (TWHS)

38Alors que le déclin de la langue était pratiquement complet, la communauté des Wendes du Texas a réagi au début des années 1970 en affirmant sa volonté de préserver l’héritage du passé. En raison de la double rupture avec la communauté d’origine en Lusace (rupture dans le temps/ discontinuité dans l’espace) qui a entravé la transmission de la tradition, il a fallu réintroduire, voire réinventer la tradition. La revitalisation s’est accomplie au sein de la communauté par le biais de la création d’une association de protection du patrimoine sorabe, la Texas Wendish Heritage Society (TWHS) et de son festival annuel, le Wendish Fest.

39La création de la TWHS a été précédée par un mouvement général de retour aux sources à la fin des années 1960, encouragé par plusieurs publications sur l’histoire des Wendes du Texas et entretenu par l’histoire religieuse soulignant le rôle pionnier des Wendes dans la fondation du Synode du Missouri.

40Mais l’intérêt pour les détails historiques a surtout été supplanté par un vif engouement pour le folklore sorabe. En août 1972, cinq femmes ont décidé de fonder le Wendish Culture Club afin d’être autorisées à faire la promotion de leurs productions artisanales présentées comme authentiquement wendes lors du Festival des cultures populaires de San Antonio, Texas Folklife Festival (fondé par l’université du Texas en 1972 pour célébrer la diversité des cultures) : présentation d’ouvrages de broderie, au crochet, démonstration de décoration des œufs de Pâques, pratiques médicales (Lebenswecker), chants en sorabe, etc.

41En 1975, une bannière figurant la silhouette du navire Ben Nevis rappelle l’épopée des immigrants venus de Lusace. En 1977, le nom est modifié et l’association devient la TWHS, avec pour emblème le navire du grand voyage. Selon Hobsbawm, les « traditions inventées utilisent, dans la mesure du possible, l’histoire comme source de légitimation de l’action et comme ciment de la cohésion du groupe » (Hobsbawm, 1995 [1983]). On note en particulier le choix des caractères gothiques dans le titre de la Newsletter, censés faire le lien avec l’héritage du passé (caractères utilisés pour la publication du Deutsches Volksblatt) qui répond à cette fonction de légitimation.

42Depuis 1978, un festival culturel, « Wendish Fest », est organisé tous les ans fin septembre, destiné à célébrer l’identité wende à travers la démonstration d’un certain folklore typiquement sorabe, principalement la décoration des œufs de Pâques : or il n’y a pas eu transmission de la tradition au sein des familles, mais réintroduction des différentes techniques de décoration. On assiste depuis 4 ou 5 ans au renouveau de certaines traditions à l’occasion du festival : Weldon Mersiovsky, qui est l’une des figures-clés du renouveau wende au Texas, arpente la pelouse en costume de braška, maitre de cérémonie des noces wendes et il prend soin d’expliquer sa démarche au micro (en anglais américain !) afin de familiariser le public avec cette coutume oubliée. Même chose en direction du jeune public : des enfants mettent en scène la Noce des oiseaux, coutume sorabe du début d’année civile qui fait aussi les délices des écoles du renouveau sorabe en Lusace ; Ron Schatte joue le Rumpliche ; Vivian Dube réinvente le « bonnet » (sic) de visite en le déclinant dans des coloris vifs. On sait par exemple que les costumes de fête qui sont l’emblème des Sorabes en Lusace sont très rares au Texas, puisque les immigrants n’ont pu les emporter lors de leur voyage. Par contre les « bonnets » ont été portées par les femmes de Serbin et alentour jusque dans les années 1970 dans la vie de tous les jours : la confection de nouveaux « bonnets » s’inscrit dans une continuité coutumière attestée (Dube, 2017).

  • 12 Cf. « Descriptif du cours de langue sorabe en ligne. Objectifs : familiariser tous ceux qui s’intér (...)

43En dépit de la réintroduction de certaines coutumes, la discontinuité linguistique demeure. Pour toutes les questions de langue sorabe, les Wendes du Texas font appel à des spécialistes hors des États-Unis : on peut citer en particulier Gerald Stone, Martin Strauch et Truda Malinkowa. Les personnes interrogées lors du Wendish Fest de l’automne 2017 manifestaient peu d’intérêt pour la langue, même si Charles Wukasch, auteur d’une grammaire sorabe et d’un cours pour débutant, proposait depuis plusieurs années l’apprentissage du sorabe (en ligne et en anglais). Depuis un voyage à Bautzen où il a participé (à notre initiative) à l’école d’été 2018 (Sorbische Sommerschule), Weldon Mersiovsky manifeste aujourd’hui la volonté de faire renaitre l’intérêt pour la langue sorabe : il propose en effet depuis le début de l’année 2020 un cours d’introduction à la langue sorabe destiné à orienter les futurs apprenants vers les cours de sorabe niveau A1-B1 disponibles gratuitement en ligne et conçus par l’Université technologique de Dresde (TU-Dresden) avec le soutien de la Fondation pour le peuple sorabe (Sorbisch Online Lernen)12. Le projet de revitalisation linguistique du sorabe au Texas est modeste, mais il peut désormais s’appuyer sur de solides outils de communication pensés pour l’ère digitale et pourrait contribuer à enrichir encore le patrimoine culturel et la conscience identitaire des Wendes du Texas.

44Mais l’aspect le plus remarquable du renouveau culturel wende au Texas réside certainement dans la transformation d’une coutume en symbole identitaire, dans l’invention d’une tradition : les Wendish noodles sont devenues en quelques décennies la marque de fabrique de la communauté wende. Plat décrit par tous les anciens comme traditionnel dans les familles wendes du Texas, servi en particulier lors des fêtes religieuses (Noël, Pâques, mais également pour Thanksgiving – influence culturelle de la terre d’accueil), il est un des produits phare de l’identité wende à Serbin. L’origine de ce produit demeure confuse puisqu’il n’a pas d’équivalent dans l’espace sorabe européen. S’agit-il d’une tradition allemande plus que wende ? Il est en tous cas attesté dès la fin du XIXe siècle et jouit d’une grande popularité dans le comté de Lee. Servies à chaque Wendish Fest, ce plat est devenu le porte-drapeau de l’identité wende retrouvée et se trouve décliné, comme le veut l’usage de la marchandisation de la culture à l’époque contemporaine, en de nombreux produits dérivés (livres de recettes, T-Shirt, …) (Yèche, 2017).

  • 13 Voir à ce sujet la parution du livre de souvenirs de Ray Spitzenberger en novembre 2018 qui témoign (...)

45Les deux principaux marqueurs de la communauté des Wendes du Texas – le souvenir de la langue sorabe conservé par le truchement de langue allemande et le luthéranisme conservateur – ont contribué à l’émergence d’une variation de l’espace sorabe d’origine dont la vitalité s’est confirmée par l’adoption d’une nouvelle pratique culturelle érigée en folklore. Les Wendish Noodles sont devenues un signe identitaire fort et incontournable de la communauté wende du Texas13. Il fut en outre à l’origine de la formation du Culture Club qui donna naissance à la TWHS, aujourd’hui en charge de la préservation de cet héritage sorabe.

46Le territoire est fondamentalement l’un des éléments clés de l’identité des populations autochtones ou indigènes :

  • 14 Cf. Thomas King à propos des Indiens d’Amérique : « La terre a toujours été un élément déterminant (...)

Land has always been a defining element of Aboriginal culture. Land contains the languages, the stories, and the histories of a people. It provides water, air, shelter, and food. Land participates in the ceremonies and the songs. And land is home. […] For Non-Natives, land is primarily a commodity, something that has value for what you can take from it or what you can get for it. (King, 2013)14

47L’espace sorabe de part et d’autre de l’Atlantique offre un exemple complexe d’inscription de l’histoire de cette minorité slave en terrain exogène, dans le sol germanique puis américain.

48L’affichage bilingue en Lusace demeure au XXIe siècle un combat de tous les jours pour l’identité sorabe, tandis que la destruction du territoire sorabe par l’exploitation massive du lignite conduit à nouveau au déracinement d’une population dont les villages sont déplacés (Yèche, 2013). L’espace sorabe européen est manifestement aujourd’hui un espace en mutation, en phase de redéfinition, et surtout d’extension au sein même de la géographie européenne. Le phénomène est caractéristique du mouvement de renouveau culturel qui a vu le jour en Lusace dans les années 1990, à la faveur du contexte postsocialiste.

49Mais ce territoire renait outre-Atlantique grâce aux efforts renouvelés des Wendes du Texas. Car Serbin connait aujourd’hui un renouveau culturel indéniable, fondé sur l’invention de la tradition. Ces traditions « réinventées » sont un produit de la modernité qui vise à réintroduire des repères stables dans un monde soumis au changement et de plus en plus confronté à l’altérité, à la diversité culturelle.

50L’espace wende du Texas est plus qu’une extension de l’espace sorabe, il s’impose aujourd’hui comme un espace culturel autonome, sous l’action y compris glottopolitique d’un milieu associatif et militant américain, qui, tout en se fondant sur l’héritage et la transmission, se situe en marge de tout interventionnisme.

Haut de page

Bibliographie

ANDREE Richard, 2016 [1874], Wendische Wanderstudien: Zur Kunde der Lausitz und der Sorbenwenden, saxoniabuch, Dresden.

ANDREE Richard, 1875, « Das sprachgebiet der lausitzer Wenden vom 16. Jahrhundert bis zur gegenwart, Prag, 1873 » dans Abel Hovelacque, Langues, races, nationalités, Ernest Leroux, Paris.

BAUD Pascal, BOURGEAT Serge, BRAS Catherine, 2003 [rééd. 2013], Dictionnaire de géographie, Hatier, coll. « Initial », Paris.

BUDAR Ludmila, 2008, « Die Idee des Modellprojekts Witaj », 10 Jahre Modellprojetk Witaj (1998-2008), Sorbischer Schulverein e.V., Bautzen.

COSTA James, 2018, « What is language revitalisation about? Some insights from Occitania » publié le 01/08/2018, https://occitan.hypotheses.org/55 (page consultée le 7 avril 2021).

DALTON GARRET Daphne, n. d., « Serbin, TX », Handbook of Texas Online, http://www.tshaonline.org/handbook/online/articles/hns33, page consultée le 7 avril 2021.

DUBE Vivian, 2017, « Bonnets ! » URL : http://texaswendish.org/2017/07/28/bonnets/, page consultée le 7 avril 2021.

FONTANE Theodor, 1862, Wanderungen durch die Mark Brandenburg, Verlag Wilhelm Hertz, Berlin.

GUESPIN Louis, MARCELLESI Jean-Baptiste, 1986, « Pour la glottopolitique », Langages, no 83, p. 5-31.

HOBSBAWM Eric, 1995, « Inventer des traditions », Introduction au recueil d’études publié sous la direction de E. Hobsbawm & T. Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 1-14, traduit par André Mary, Karim Fghoul, Jean Boutier, Enquête [En ligne], n° 2 1995, URL : http://enquete.revues.org/319. consultée le 7 avril 2021.

HOBSBAWM Eric, 2012 [1983], The Invention of Tradition, Edited by Eric Hobsbawm, Terence Ranger, Columbia University Press, New York.

KING Thomas, 2013, The Inconvenient Indian: A Curious Account of Native People in North America, University of Minnesota Press.

MALINKOWA Trudla, 2009, Shores of Hope. Wends Go Overseas, Concordia University Press, Austin.

NEUMANN Ines, « Ein Anstoß aufzuhorchen. Sorbische Ansagen in Bussen und Bahnen sind ein Novum », Nowy Casnik, 30/01/2013.

N. B., 1827, « Situation de l’Église catholique dans la Haute-Lusace », dans Tablettes du clergé et des amis de la religion, Volume 12, Juillet 1827, p. 44-130, Rivals et Demonville (éditeurs), Paris.

SOLÈRES Isabelle, 2006, « La minorité sorbe du Brandebourg vue par l’écrivain prussien Theodor Fontane (1819-1898) », Les Cahiers du MIMMOC [En ligne], n° 2. URL : http://mimmoc.revues.org/224, page consultée le 7 avril 2021.

SPITZENBERGER Ray, 2018, It Must Be the Noodles & Other Wendish Stories from Mama’s Texas Kitchen, CreateSpace Independent Publishing Platform, North Charleston.

WESTPHAL Bertrand, 2005, « Pour une approche géocritique des textes », SFLGC (Vox Poetica) 30/09/2005, non paginé, URL : http://www.vox-poetica.org/sflgc/biblio/gcr.htm, page consultée le 7 avril 2021.

YÈCHE Hélène, 2012, « Image et Instrumentalisation de la culture sorabe dans l’ancienne RDA », Revue du Centre Européen d’Etudes Slaves - Représentations culturelles et historiques slaves, n° 1 [En ligne] URL : http://etudesslaves.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=182

YÈCHE Hélène, 2013, « Les Sorabes : une minorité invisible ? », Belgeo [En ligne], n° 3, URL : http://belgeo.revues.org/11570, page consultée le 7 avril 2021.

YÈCHE Hélène, 2016, « La place de la culture sorabe dans le système éducatif allemand depuis 1945 », Allemagne d’aujourd’hui, n°216, Avril-Juin 2016, p. 154-163.

YÈCHE Hélène, 2017, « Wendish Culture Being Reinvented in Serbin », October 2017, URL : http://texaswendish.org/2017/10/20/wendish-culture-being-reinvented-in-serbin/, page consultée le 7 avril 2021.

Haut de page

Notes

1 Cf. « They (language revitalization movements) should be analyzed as human enterprises that seek to provide collective interpretations of the world, using language as a prism. »/ Traduction : Les mouvements de revitalisation devraient être analysés en tant que projets humains visant à fournir des interprétations collectives du monde en utilisant le prisme du langage. (Costa, 2018).

2 On entend ici le terme glottopolitique dans un sens élargi tel que Jean-Baptiste Marcellesi et Louis Guespin en proposent la définition et qui « désigne les diverses approches qu’une société a de l’action sur le langage » (Guespin, Marcellesi, 1986 : 5).

3 Le terme « territoire » étant l’un des mots les plus polysémiques de la géographie, on se réfère ici à la définition du territoire comme « espace socialisé, approprié par ses habitants, quelle que soit sa taille ». Cf. Dictionnaire de géographie, 2003 [rééd. 2013].

4 http://www.lausitz.la/serbskakarta.html, page consultée le 7 avril 2021.

5 Ainsi que l’auteur a pu nous le confirmer dans un échange de courriels du 19-20 septembre 2017.

6 Il faut saluer au passage l’existence en français de l’exonyme Budisse qui désignait au XIXe la ville de Bautzen. Le terme de Bawtzen apparait en 1511, mais ne deviendra une appellation officielle sous sa forme actuelle qu'en 1868 ; la ville était jusque-là désignée sous le nom de Budussin, Budissin. Ce nom fait la preuve de la prise en compte de la spécificité ethnique sorabe dans l’Est de l’Allemagne puisque le terme renvoie explicitement à l’appellation sorabe de la ville. Il reflète probablement aussi l’importance culturelle de la communauté sorabe à l’époque au point de se trouver reflétée et transposée au moment de la francisation du terme.

7 Cf. « Wenden, die, noch ehe es eine »Mark« gab, in demjenigen Landesteile wohnten, der später Mark Brandenburg hieß. » (Fontane, 1862 ; Solères, 2006).

8 Cf. « Dans les environs de la ville [de Bautzen], où l’on voit beaucoup de descendants des anciens Vandales, on prêche dans leur langue. Près du grand chapitre, il y a une école pour les jeunes catholiques des Communes allemandes et vandales » (Tablettes du clergé et des amis de la religion, Volume 12, Juillet 1827 : 46).

9 Le Roi de Prusse Frédéric Guillaume III faisait pression dans les années 1830-1840 pour unifier les églises protestantes réformée et luthérienne, ce qui a déclenché une vague d’émigration.

10 Il a été repris dans la trilogie de Maria Kubasch/Kubašec Bosćij Serbin (Sébastien Serbin ou le Sorabe), ainsi que par Jurij Brězan dans son Krabat druha kniha / Krabat oder die Bewahrung der Welt, ouvrage dans lequel Krabat et Serbin deviennent interchangeables. Je remercie Jean Kudela, fondateur et titulaire de la chaire de sorabe à l’INALCO à partir de 1984 pour cette précision qui atteste l’ancrage de ce patronyme dans la culture littéraire sorabe au XXe siècle.

11 Le Ben Nevis est le nom du navire qui transporta la plus importante communauté de Sorabes vers les États-Unis en 1854.

12 Cf. « Descriptif du cours de langue sorabe en ligne. Objectifs : familiariser tous ceux qui s’intéressent au langage sorabe avec les bases de la langue pour les aider à déterminer s’ils souhaitent poursuivre et approfondir l’apprentissage ». /Wendish Class Outline : Objective: To acquaint anyone interested in the Wendish language with the basics of the language to help them determine if they would like to pursue learning it in more detail. » Wendish Language Course- February 8, 2020 URL : http://texaswendish.org/2020/02/07/wendish-language-course-february-82020, page consultée le 7 avril 2021.

13 Voir à ce sujet la parution du livre de souvenirs de Ray Spitzenberger en novembre 2018 qui témoigne du phénomène puisque son titre s’articule précisément autour de cette recette emblématique : « It Must Be the Noodles & Other Wendish Stories from Mama’s Texas Kitchen » (Spitzenberger, 2018).

14 Cf. Thomas King à propos des Indiens d’Amérique : « La terre a toujours été un élément déterminant de la culture aborigène. La terre contient les langues, les récits et l’histoire d’un peuple. Elle procure l’eau, l’air, la sécurité et la nourriture. La terre participe aux cérémonies et aux chants. Et la terre, c’est la maison. […] Pour les non-autochtones, la terre est d’abord et avant tout une marchandise, quelque chose dont la valeur est liée à ce qu’on peut en extraire ou en tirer. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Yèche, « De Budyšin (Allemagne, RDA, RFA) à Serbin (USA). Vers une glottopolitique « engagée » de l’espace sorabe ? »Glottopol [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/1324 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.1324

Haut de page

Auteur

Hélène Yèche

helene.yeche[at]univ-poitiers.fr
professeure de civilisation allemande à l’Université de Poitiers, est membre du laboratoire MIMMOC (EA 3812). Elle a travaillé sur la production littéraire en RDA et l’imaginaire français de la RDA. Elle s’intéresse aux questions identitaires : mémoires, espaces, images, revitalisation linguistique.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search