Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Dossier thématique« Ne pas parler à la place des pr...

Dossier thématique

« Ne pas parler à la place des premiers concernés » : questionnements méthodologiques autour de la variation dialogique d’un impératif langagier dans le milieu des militants pour les droits des étrangers en France

‘Don’t speak on behalf of those concerned’: Methodological Questions about the Dialogical Variations of a Language Norm adopted by political activists campaigning for foreign nationals’ rights in France
Marie Veniard

Résumés

À partir de données tirées d’une enquête de terrain, on s’intéresse à la mise en pratique d’un règle interactionnelle en usage dans le milieu des militants pour les droits des étrangers, celle de « ne pas parler à la place des premiers concernés ». Notre point de vue sera celui de l’analyse de discours, c’est-à-dire que nous mettrons l’accent sur la dimension dialogique des énoncés. Nous ferons appel à des éléments tirés de la sociologie des mobilisations. Après avoir mis en évidence l’actualisation de cette règle méta-communicationnelle en tant que « principe », et la nécessité de prendre en compte un principe complémentaire, celui de « parler pour soi-même », l’analyse des énoncés (enregistrés ou tirés de prise de notes) souligne l’hétérogénéité des locuteurs qui se réclament de ces principes, la variation dans leur actualisation sémantique et leur dimension de dialogisme interactionnel, les énoncés étant pris dans les relations de concurrence entre les groupes militants du champ.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce terme « désigne les diverses approches qu’une société a de l’action sur le langage, qu’elle en s (...)

1Cet article porte sur une pratique de « glottopolitique1 » militante solidaire observée dans un groupe de militants pour les droits des étrangers, en France – militants français et étrangers, dont certains en situation irrégulière (« sans-papiers »). Il s’agit d’une règle méta-communicationnelle que l’on peut formuler de la manière suivante, inspirée d’énoncés relevés lors de notre enquête : « Ne pas parler à la place des premiers concernés ». Cette règle est en relation dialogique (par la négation) avec la pratique de l’appropriation discursive, dénoncée par certains militants et décrite, dans une perspective assez prescriptive, par M.-A. Paveau (2017) comme les « manières qu’ont certain.e.s locuteurices de parler à la place des autres » (2017 : 143). Nous plaçant dans une perspective explicitement descriptive, nous avons tout d’abord décrit cette pratique langagière, comme un registre (Agha, 2007), c’est-à-dire l’alliance entre un répertoire langagier et des actions sociales, ici afficher sa solidarité envers les étrangers et indexer un éthos anti-raciste (Veniard, 2022). Parmi les traits de ce répertoire, on peut mentionner la mise en avant récurrente de l’agentivité des sans-papiers ; des actes de paroles et des modes de réalisation spécifiques de certains actes de langage (l’incitation à l’action formulée avec beaucoup de modalisation par exemple) ; la gestion des interruptions qui nécessite parfois de longues séquences de réparation. Ces analyses ont permis de mettre au jour, dans ce contexte particulier, des sous-règles interactionnelles telles que « on ne donne pas d’ordre à un premier concerné », ou « on n’interrompt pas un premier concerné ». En parallèle de ce fonctionnement socio-langagier, la pratique apparait plus explicitement dans les interactions, sous la forme d’un principe, comme dans : « il est primordial que la parole des personnes concernées soit mise en avant », « On m’a déjà dit que je ne suis plus un sans-papier, je suis un soutien, j’ai pas le droit à la parole ». L’objectif de cet article est de dénaturaliser ce principe à travers sa description dans le contexte du militantisme pour les droits des étrangers. Cette situation voit différents acteurs entrer en contact : des militants par conscience dits « les soutiens », des militants sans-papiers et des militants anciens sans-papiers maintenant régularisés. Ces acteurs nouent une relation d’alliance dans la mobilisation. On traitera le principe Ne pas parler à la place des premiers concernés comme une manifestation d’idéologie langagière, catégorie de phénomènes dont Cécile Canut (2000) a mis en évidence la variabilité et la sensibilité au contexte. Ainsi, on mettra au jour l’hétérogénéité et les contradictions derrière l’apparente transparence de l’impératif.

2Notre travail, ancré en analyse de discours, présente une similitude avec les travaux d’analyse de discours portant sur des moments où des actes de nomination font polémique, ce qui nécessite d’articuler choix lexicaux, hétérogénéité énonciative et argumentation (Micheli 2013 ; Calabrese et Veniard, éds., 2018), sans que ce type de méthode n’exclue des unités plus larges, comme les formules (Krieg-Planque, 2009). Nous voudrions montrer dans cet article que ce type de description s’applique également à des unités comme les règles méta-communicationnelles. Dans cette perspective, l’objectif principal de l’analyse discursive est de montrer que le sens de l’injonction dépasse son sens compositionnel, et que ce sens est partiellement issu de l’usage et du contexte. Cependant, les travaux sur des nominations polémiques sont généralement menés sur des discours médiatiques, dont la nature favorise l’hétérogénéité montrée (au sens d’Authier-Revuz 1982). La difficulté particulière de pratiquer ce type d’analyse sur des données d’oral spontané tirées d’une enquête ethnographique repose sur un marquage moindre du dialogisme et plus largement, de l’hétérogénéité énonciative. Cette difficulté est analysée par Caroline Panis (2015) qui souligne la nécessité de recourir aux données de contextualisation tirées de l’enquête ethnographique pour pouvoir d’une part identifier les segments hétérogènes et d’autre part les caractériser.

3Après un cadrage théorique en analyse de discours, dans lequel on insistera sur le rôle du discours comme contexte, on procèdera à la dénaturalisation du principe Ne pas parler à la place des premiers concernés en mettant en évidence ses ramifications avec d’autres énoncés ; on présentera différents degrés d’appropriation du principe ; et pour finir, on montrera son intégration à des enjeux sociaux de concurrence entre groupes militants. Tout au long de l’article, on soulignera la diversité de statut des locuteurs ayant recours à ce principe.

1. Cadrage théorique et méthodologique

4À l’échelle de notre recherche, nous chercherons à reconstituer ce que Pierre Bourdieu appelle « l’espace des points de vue », ce qui permet de substituer aux représentations simplistes (des médias par exemple), « une représentation complexe et multiple, fondée sur l’expression des mêmes réalités dans des discours différents, parfois inconciliables » (Bourdieu, 1993 : 14). Concernant un thème qui peut être aussi délicat que la parole des concernés, le regard spécifique de la recherche académique, et plus particulièrement celui des sciences du langage, apporte un éclairage essentiel sur ces questions, du fait de l’attention portée aux échanges, à ce qui se dit tel que c’est dit (et non réécrit par le chercheur).

5Dans cette perspective, nous souscrivons à la recommandation de l’historienne Régine Robin, formulée à l’époque de ses recherches en analyse de discours : « L’analyse du discours dans sa recherche de l’émergence du populaire, de la résistance à la domination, doit éviter en effet de constituer le peuple comme l’envers fantasmatique des bourgeoisies et le penser lui-aussi dans la contradiction, les rapports de pouvoir et l’hétérogénéité discursive » (Robin, 1984 : 15).

1.1. Dialogisme

6Le rapport entre les énoncés prescriptifs sur la parole en milieu militant ressort du dialogisme, que nous aborderons dans son acception la plus générale, en cherchant à « rapporter le concept de dialogisme à la théorie de l’énoncé et à la notion de situation, telles que le cercle de Bakhtine les a développées, donc à repenser l’énonciation énoncée » (Moirand, 2010 : 4). Sophie Moirand propose de revenir à la définition posée par Valentin Volochinov : « La réalité effective du langage n’est pas un système abstrait de formes linguistiques, ni un énoncé monologique isolé, ni l’acte psycho-physiologique de réalisation de l’énoncé, mais l’évènement social de l’interaction verbale, réalisé dans l’énoncé et les énoncés » (Volochinov, 2011 : 319). L’interaction verbale située constituera la base sur laquelle nous nous appuierons pour interpréter les énoncés.

7Nous adopterons ainsi une conception dialogique de la situation de communication (Moirand 2006), dans laquelle les discours font partie du contexte, souscrivant ainsi à l’idée que la mise en contexte doit s’entendre dans le sens « où le discours est à lui-même son propre contexte, et non pas au sens où l’extra-discursif serait le contexte du discours » (Krieg-Planque, 2006 : 32). Si on aborde le dialogisme en tant que processus, en tant que phénomène social, et non via une marque en particulier (négation, concession …), il est parfois moins facile de statuer sur le caractère dialogique de tel ou tel énoncé, ou plus exactement, les interprétations sont démultipliées (Panis, 2015). Nous combinerons donc une analyse des marques, quand elles sont présentes, et une approche sémantico-pragmatique reposant sur la constitution de familles d’énoncés.

1.2. L’espace de concurrence des mouvements sociaux

8Replacer la circulation des discours dans son environnement social nécessite une conception de la vie sociale informée par d’autres disciplines. Nous aurons recours à la sociologie des mobilisations et notamment à une conception des relations entre groupes défendant une même cause comme constituant un espace de concurrence. Le sociologue Lilian Mathieu est à l’origine de cette conceptualisation (voir Him-Aquili 2018 pour une application de ce concept en sciences du langage, sur les groupes anarchistes) :

toute cause est un espace de lutte entre organisations en compétition pour l’imposition de leur définition des enjeux prioritaires du moment et des moyens à mettre en œuvre pour les atteindre ; […] ces luttes ne se limitent pas à des « disputes de cadres », à des rivalités symboliques dont l’issue dépendrait de la robustesse théorique des arguments. […] L’analyse doit, par conséquent, prendre en compte ce que l’activité de chaque organisation doit à la concurrence qui l’oppose – en dépit de leurs éventuelles convergences – aux autres unités contestataires qui s’adressent à un même public et dont sont convoitées les ressources militantes (des effectifs de nouveaux activistes prêts à consacrer une partie de leur temps) et matérielles (sous forme d’adhésions ou de dons). (Mathieu, 2012 : 38)

9Les ressources sur le terrain des mobilisations sont par exemple : les militants les plus actifs/expérimentés, les soutiens occasionnels qui viennent en manifestation, les sollicitations par les médias alternatifs, l’aide de certains syndicats ou associations (prêt de local …). Les données de l’ethnographie permettent de reconstituer cet espace de concurrence, et d’affiner l’interprétation.

2. Objet de recherche et objet d’étude : deux principes complémentaires

10Au niveau méthodologique, nous devons souligner la nécessité d’une approche onomasiologique, du fait des variations dans l’actualisation rencontrées dans les données. L’objet de recherche est donc un couple d’énoncés prototypiques, ce qui renoue avec les pratiques de la 1ère analyse de discours (Maldidier, 1971) ; tandis que l’objet d’étude est une variété d’énoncés présentant un « air de famille » qui nécessite une justification interne au corpus.

2.1. L’enquête

  • 2 Les prises de notes sont restituées selon les normes ortho-typographiques habituelles. Pour les int (...)

11Pour une meilleure compréhension du questionnement de recherche, nous présentons dès maintenant la nature des données2. Notre enquête auprès des militants pour les droits des étrangers a démarré en février 2018. Après une phase exploratoire, elle s’est déroulée par la fréquentation de deux collectifs de quartiers, un collectif de militants se mobilisant contre le racisme (droits des sans-papiers et des immigrants, racisme systémique, violences exercées par la police) et un collectif de sans-papiers engagés dans la lutte pour une régularisation de leur situation, dénonçant également le racisme systémique et les violences exercées par la police. Ces deux collectifs sont en relation d’alliance (Mathieu, 1999) et organisent ensemble de nombreuses actions (manifestations, repas de soutien, évènements de mobilisation).

12Dans ces deux collectifs auprès desquels nous avons mené notre enquête, l’idéologie est très présente, du fait de leur vocation contestataire (voir la distinction posée par M. Pette (2019) entre associations attestataires et associations contestataires dans le champ de la lutte pour les droits des étrangers). Nous renvoyons à Fogel (2019) pour la description, à partir d’une enquête ethnographique, de la situation au quotidien des sans-papiers. L’autrice traite du cas particulier de parents sans-papiers, mais de nombreuses caractéristiques sont partagées avec la population de l’enquête.

13Le champ de la lutte des sans-papiers est partiellement structuré, notamment dans des villes comme Paris et Lille. Certains collectifs sont anciens et animés par des figures de la lutte des sans-papiers, dont certains disposent d’un journal vendu en manifestation (« La voix des sans-papiers »), des militants animent une émission de radio (« La voix des sans-papiers », sur la radio militante Fréquence Paris Plurielle). Dans leurs titres, journal et émission de radio actualisent ce qui sera considéré comme un corolaire à « Ne pas parler à la place », à savoir l’impératif de « parler pour soi-même ».

2.2. Deux principes complémentaires et des variantes

  • 3 L’extrait (1) illustre la nécessaire connexion entre les deux principes : ils doivent fonctionner e (...)

14Il est nécessaire de prendre en compte ce principe complémentaire de « parler pour soi » (faire entendre sa voix), sans lequel on ne peut pas comprendre certains énoncés3. Le lien entre les deux repose sur un interdiscours militant, ancré dans l’histoire des luttes ouvrières.

15L’extrait suivant présente un impératif, « syndiquez-vous », qui, replacé dans une perspective dialogique peut ainsi être compris autrement que comme un ordre signalant exclusivement un rapport de pouvoir.

  • 4 Tous les noms ont été anonymisés.

(1). 16/10/18, réunion du collectif de sans-papiers, François4, d’un syndicat dit « de lutte » (vs de négociation) est invité à parler du travail (prise de notes).

Un membre du collectif de sans-papiers : « qu’est-ce qui vous empêche de faire une lutte comme en 2008 2009 ? »

François : « qu’est-ce qui vous empêche vous de prendre votre lutte en main ? […] il faut que les collectifs viennent voir les syndicats … réclamez qu’on travaille ensemble … la lutte elle doit vous appartenir … à vous la lutte des sans-papiers … syndiquez-vous. »

16L’interaction commence par une question d’un militant sans-papiers, question qui est presque une sollicitation pour que les syndicats lancent une série de grèves comme celle de 2008-2009, faisant référence à une mobilisation importante et victorieuse dans l’histoire de la communauté des militants pour les droits des étrangers. La réponse du syndicaliste constitue une injonction à mettre en œuvre la nécessité de « faire par soi-même » (« prendre votre lutte en main », « la lutte doit vous appartenir », « à vous la lutte », « syndiquez-vous »). Toutefois, le syndicat conserve une place (syntaxique, sémantique) auprès des sans-papiers ce qui témoigne de la relation d’alliance (« réclamez qu’on travaille ensemble », « que les collectifs viennent voir les syndicats »).

17Ce passage voit la rencontre entre les deux principes : pratiquer « ne pas parler », pour les militants par conscience, s’articule avec l’injonction à pratiquer « faire pour soi », dont nous faisons l’hypothèse que dérive « parler pour soi-même ».

  • 5 On entend par interdiscours un espace discursif extérieur à un discours donné, qui fait constitutiv (...)
  • 6 Bien sûr, la notion d’autonomie circule dans d’autres champs sociaux (l’action sociale, l’accompagn (...)

18En effet, l’énoncé du syndicaliste « la lutte, elle doit vous appartenir », comporte une part d’interdiscours5 militant à travers l’évocation de l’énoncé de la citation de K. Marx (Ducoulombier, 2011) : « L’émancipation de la classe ouvrière doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes », énoncé qui figure dans les statuts de l’Association internationale des Travailleurs (Première Internationale, 1864). La notion d’autonomie des acteurs dans leur lutte figure en bonne place dans l’interdiscours militant6. Dans l’extrait (1), de nombreuses formulations y renvoient (« à vous la lutte des sans-papiers »). Elle se traduit par l’adoption de certaines pratiques, telles que les pratiques non-hiérarchiques de prises de décisions (fonctionnement dit « horizontal »). La méta-règle de communication « Ne pas parler à la place des premiers concernés » en est une émanation au niveau langagier. Sur cette base, il nous semble possible de considérer que « parler pour soi-même » dérive du plus général « faire par soi-même ».

19Chacun de ces énoncés se trouve aussi, dans ce contexte de mobilisation politique, en relation dialogique avec d’autres énoncés circulants dans les discours dominants, dans un dialogisme interactionnel matérialisé par la négation et son pendant, l’affirmation. Ainsi, « ne pas parler à la place » entre en dialogue avec « on peut s’approprier la parole de l’autre » (l’appropriation discursive mentionnée en introduction) tandis que « parler pour soi-même » fait écho à « on peut laisser les autres parler à notre place ». Par nature, les relations dialogiques se nouent en contexte et ne sont pas binaires, les énoncés échos proposés ne se veulent pas une liste limitative. On parlera là de dialogisme externe à la communauté des militants.

20On relève également un dialogisme interne à la communauté. Compte tenu de la situation de mobilisation politique et de la présence de deux groupes d’acteurs posés comme complémentaires, ces deux impératifs entretiennent une relation énonciative basée sur la complémentarité des personnes de l’interlocution directe (vs la non-personne) : je parle pour moi-mêmetu ne parles pas à la place des concernés ; je ne parle pas à la place des concernéstu parles pour toi-même (couple illustré en (1)). Dans la mesure où les deux énoncés ne sont pas nécessairement actualisés en même temps, mais que l’actualisation de l’un suppose l’existence de l’autre, nous postulons que leur relation est de nature préconstruite et fondée sur du dialogisme interactionnel (je-tu).

21L’altérité mise en actes par ces énoncés dans le discours en train de se tenir est donc double : de chaque énoncé avec son propre espace de dialogisme et entre les deux énoncés eux-mêmes.

22Cette complémentarité noue la relation entre les deux groupes de participants, telles que les relations sont conceptualisées le plus souvent : un couple de catégories binaires, les sans-papiers et les soutiens, auxquelles sont associées des attributs (au sens de Sacks) qui dans notre cas sont des injonctions sur la parole. Chaque groupe peut être nommé de manière différente (les soutiens / les Français ; les sans-papiers, les étrangers par exemple, cf extraits plus bas), sans que cela ne change référentiellement la catégorie ainsi créée (voir Veniard 2019 sur la grande variabilité des justifications des dénominations en milieu militant). Ce cadrage binaire masque la diversité des acteurs : anciens sans-papiers, soutiens compatriotes n’ayant jamais été sans-papiers, militants sans-papiers expérimentés vs novices, soutiens dans un collectif politique vs ceux des associations, statut des personnes dans le champ …

23De la même manière que les groupes sont institués en regard l’un de l’autre, la relation entre les deux énoncés, « Ne pas parler à la place » et « Parler pour soi-même », est préconstruite. Nous entendons ce préconstruit au sens générique d’un énoncé implicite, sur lequel repose l’énoncé attesté et que l’on reconstitue par l’analyse. Il s’agit d’un effet du discours (voir l’effet préconstruit, Henry 1975). C’est dialogique au sens où dire l’un, c’est supposer (préconstruire) l’autre. La relation entre ces deux énoncés repose sur un effet de préconstruit appuyé sur du dialogisme interactionnel.

2.3. Variation dans la formulation

24Parmi les variantes, on relève que la parole est très fortement associée à la décision.

(2). 8/5/19 – Réunion collectifs de sans-papiers avec des syndicats, journal de terrain.

V. : « s’assurer que les premiers concernés, tous les sans-papiers qui vont se lancer dans cette lutte puissent décider » ; « que les sans-papiers soient en poids prédominant dans toutes les décisions » ; « que les personnes qui vont s’engager dans la lutte vont discuter et décider ensemble » (nous soulignons en caractères gras).

25La récurrence de ces énoncés nous amène à considérer les énoncés mettant en avant la prise de décision par les personnes sans-papiers comme des actualisations de « Ne pas parler ».

26On relève également un marquage explicite de l’injonction, dans certaines formulations, qu’il s’agisse strictement de « ne pas parler » mais aussi des énoncés considérés comme apparentés (« doit décider », « la décision, c’est à nous ») :

(3). 26 mars 2019, réunion du collectif de sans-papiers, A. (soutien), au sujet d’une discussion sur les règles de fonctionnement du collectif de sans-papiers : « on ne PEUT pas dominer votre parole ».

(4). 15/5/19, réunion entre des représentants des collectifs sans-papiers, avec des soutiens. Y : « la décision, c’est à nous » (à propos de choix de stratégie, grève vs occupation)

(5). Réunion du collectif de sans-papiers, 18/6/19, à propos d’une dépense non prévue, engagée par des individus dans le cadre d’une activité du collectif : « pour le match de football, on n’avait pas prévu la dépense de nourriture, le collectif doit décider, on prend dans la caisse du collectif »

27En (3), l’insistance sur « peut » et la négation souligne son interprétation comme une interdiction (vs possibilité). On relève également le verbe « devoir », l’impersonnel « il faut », sur la nécessité que la discussion aboutisse à un accord, et plus haut, en (1), le mode impératif.

2.4. Le choix d’une posture descriptive (vs normative)

28À partir du constat d’une relation d’alliance entre les groupes, je choisis de ne pas me focaliser sur la question de savoir si les uns et les autres font bien ce qu’ils disent. D’abord, parce que cela n’est pas une question d’analyse de discours ; ensuite parce que ce serait adopter le point de vue des militants dans l’analyse, celui de l’efficacité de la règle méta-discursive ; aussi parce que cela oriente l’analyse vers les rapports de pouvoir entre les acteurs, les soutiens aux sans-papiers. J’ai choisi d’adopter le point de vue de la coopération, à savoir ce qui noue les acteurs entre eux plutôt que ce qui les sépare ou les oppose. Cette perspective n’empêche pas de donner au conflit sa pleine place : il faut le considérer comme partie prenante du contexte dans le milieu militant qui est un milieu conflictuel, les disputes ou prises de parole peuvent être virulentes, violentes, entrainant des remaniements dans les groupes et des inimitiés, qui, le temps long de l’enquête permet de l’observer, ne durent pas toujours.

29Pour des raisons épistémologiques et méthodologiques, je n’adopte pas, dans cette recherche, la problématique de l’autonomie des militants sans-papiers. D’un point de vue épistémologique, se poser cette question, c’est indirectement, supposer que ces personnes sans-papiers ne seraient pas capables de décider des raisons de leur engagement et de leur degré d’implication dans les actions militantes. Or, de nombreuses observations de terrain révèlent que l’engagement des militants sans-papiers dans leur lutte est très raisonné : les réunions sont l’occasion d’avoir accès à des informations (grèves du travail prévues, résultats concrets de la mobilisation des associations (ex : remboursement de frais de transport)), or l’information est une denrée chère, dont la récolte suppose de « rester sur le qui-vive » (Canut, 2021) ; les réunions sont également l’occasion de poser des questions sur sa situation aux sans-papiers expérimentés et soutiens présents ; de retrouver des amis parmi les autres militants, soutiens et sans-papiers ; de se ménager la possibilité de participer aux actions que l’on juge efficaces.

30Comme d’autres militants, les militants sans-papiers adaptent le degré de leur engagement à l’envergure de l’évènement. Par ailleurs, ils mènent de front plusieurs voies de régularisation, parmi lesquelles il faut replacer la mobilisation politique : demande d’asile, avec recours, régularisation par le travail, régularisation par la vie privée (conjoint(e) français(e), enfant). Chacun des groupes trouve des bénéfices secondaires au militantisme de terrain. Cela dit, il n’en reste pas moins que le statut des deux groupes d’acteurs est asymétrique, du point de vue bien sûr de la sécurité de la situation administrative, et de la connaissance du militantisme et de ses acteurs en France, et, parfois, de la maitrise du français.

31Il reste que cette position d’extériorité – à la question de savoir si la parole des personnes sans-papiers est bien favorisée par ce type de pratiques – est parfois difficile à tenir, tant la nécessité de ne pas parler à la place des premiers concernés est moralement impérieuse. Je choisis l’inconfort de cette difficulté, parce que je pense qu’il y a un intérêt heuristique à mettre cette question de côté dans une recherche sur le langage, au moins, dans la circulation de cette recherche dans le cercle académique.

32Après avoir recensé les ramifications de « Ne pas parler à la place », il convient maintenant d’articuler le système du discours, qui régit ce qui peut et doit être dit, aux pratiques socio-langagières à travers lesquelles le sens de ce principe se construit.

3. Appropriation vs méconnaissance du principe

33S'il est difficile de savoir avec précision qui connait ou non l’impératif, on peut dire que les militants soutiens le conscientisent le plus souvent, d’autant plus que certains ont une activité politique par ailleurs et ont une très grande réflexivité sur leurs pratiques langagières. Le principe est fréquemment mentionné dans des textes écrits par et pour des soutiens, par exemple dans l’extrait suivant, qui constitue une critique de l’appropriation discursive (supposément) réalisée par certains acteurs :

(6). « Il semble important de rappeler encore une fois qu’il est primordial que la parole des personnes concernées soit mise en avant, les personnes en « soutien » ne parle pas mieux de la situation que celleux qui la vive. Merci donc aux journalistes de faire l’effort de venir parler aux premier.e.s concerné.e.s et aux soutiens de ne pas se mettre en avant. Surtout dans une situation comme celle-ci » (10/10/2019, post Face-book sur la page d’un collectif de sans-papiers, orthographe d’origine).

34Dans ce message posté sur Facebook, qui critique le compte-rendu qu’un journal local a fait de la mort d’un jeune exilé dans un squat, l’impératif de « Ne pas parler » est explicite (« aux soutiens de ne pas se mettre en avant ») et se concilie avec l’idée de favoriser le « Parler pour soi-même » (cf « faire l’effort de venir parler aux premier.e.s concerné.e.s »). Les deux impératifs sont dans une relation de réciprocité, sous-tendue par les attributs de chacune des catégories d’acteurs.

35Du côté des militants sans-papiers, anciens sans-papiers ou soutiens compatriotes, la connaissance de l’impératif est variable. Les porte-parole de collectifs de sans-papiers le connaissent (voir extraits en 5.3), mais on rencontre parfois des acteurs du champ qui manifestement ne le connaissent pas :

(7). L. me dit (octobre 2020) en me parlant d’un moment où il soutenait activement les sans-papiers : « Oui des fois je prenais la parole avec eux / je prenais la parole genre oui nous les sans-papiers / mais moi j’avais mon papier dans la poche comme vous quoi ». Ce locuteur assume de prendre la parole à la place des autres, pour la bonne cause, pour « ceux qui ont du mal avec le français », dit-il. (notes de terrain, octobre 2020).

36Ce locuteur n’a jamais été sans-papier. Il est franco-sénégalais, a fait des études en France (un BTS), il travaille dans le ferroviaire et est aussi élu à une mairie d’arrondissement depuis 2020. Il est délégué d’un foyer de travailleurs immigrés, dans lequel logent des sans-papiers, soutient leur cause via son engagement auprès d’un collectif qui milite pour les droits des résidents des foyers. Sa double compétence linguistique et culturelle lui permet de dénouer de nombreuses situations. L. fait une interprétation de l’action des soutiens que ces derniers ne reconnaitraient pas : il reconnait parler à la place des personnes sans-papiers et interprète ainsi l’action des soutiens non-compatriotes.

4. Variations dialogiques

37Dans la phase d’analyse du dialogisme, nous aurons recours à une analyse classique en analyse de discours, analyse appuyée sur des marqueurs dialogiques, mais elle ne saurait à elle seule rendre compte de la circulation dialogique du double impératif. Ainsi nous analysons parfois des énoncés ne présentant pas de marques dialogiques autres qu’un lexique actualisant l’impératif. C’est la convergence des phénomènes observés qui constituera la base de notre argumentation. Recourir à la méthodologie de l’enquête ethnographique en analyse de discours demande quelques ajustements méthodologiques.

38Par ailleurs, nous analysons des extraits de transcription, mais également des fragments d’énoncés notés à la volée, sur le moment le plus souvent. Ce choix méthodologique est rendu nécessaire par la problématique, le dialogisme envisagé comme un processus et non comme un résultat.

39En commentant trois extraits choisis pour la variété des situations d’interlocution qu’ils illustrent, nous soulignerons à la fois la variété des locuteurs qui produisent ces énoncés, les modifications sémantiques dont ces actualisations s’accompagnent et leur relation avec les deux énoncés prototypiques en relation dialogique. Le contenu sémantique de cette complémentarité est variable dans la mesure où il s’actualise en interaction. La contextualisation permettra d’interpréter les énoncés en rapport avec l’espace de concurrence des mouvements sociaux.

4.1. Faire appel au principe pour soi ou pour d’autres

40On peut faire appel au principe pour soi-même (8) ou pour d’autres (9).

(8). 6/11/18, notes de terrain. Une militante du collectif de soutiens rentre d’une réunion avec un collectif de défense des foyers de travailleurs migrants. Elle s’adresse à des militants soutiens en parlant d’un moment où les représentants du collectif de sans-papiers n’étaient pas encore arrivés à la réunion. C’est une réunion de debrief après un conflit ayant émergé lors d’un évènement, entre les sans-papiers et le collectif pour les foyers. La militante commente l’attitude du porte-parole de ce collectif pour les foyers : « ils voulaient me faire parler pour les sans-papiers mais au bout d’un moment j’ai refusé ».

41L’impératif « Ne pas parler à la place » est ici mentionné de façon explicite, et la militante, par son refus, manifeste son attachement à cette pratique langagière. On peut interpréter cette réaction comme une critique des pratiques du collectif pour les foyers, et cela pour plusieurs raisons : d’une part du fait de ma connaissance des rapports entre les collectifs (le collectif pour les foyers étant perçu comme plus institutionnel du fait de ses rapports avec les gérants des foyers, alors que le collectif de soutiens défend une posture plus contestataire) ; d’autre part, du fait de l’opposition apparait dans la dichotomisation de deux groupes (« ils » vs « je ») ; et, enfin, en raison de la confirmation qu’apportent les extraits suivants.

42Dans ce second exemple, à l’inverse, le principe est convoqué par d’autres que la locutrice, Ma, dans du discours rapporté. Celle-ci raconte qu’on lui a refusé l’accès à la parole du fait de son statut d’ancienne sans-papiers désormais régularisée.

(9). Echange informel suite à une réunion internationale de collectifs de sans-papiers, 24/4/2020. Ma., est une ancienne sans-papiers. M. et F. sont des femmes soutiens. D’autres personnes sont à la même table (sans-papiers, anciens sans-papiers, soutiens).

1 Ma. : quand même on n’aime pas qqn qui dit la vérité

2 M : les femmes ont droit à la parole [X : ouais] ben ouais attends c’est normal hein

3 Ma : M.

4 M : (à la cantonade) laissez la parler, elle a plein de choses à vous dire

5 Ma : On m’a déjà [dit que je ne suis plus un sans-papier je suis un soutien j’ai pas le droit à la parole

6 M : [ben: SI toi t’es

7 Ma : Dès que la manif termine je rentre je suis un soutien je fais comme les soutiens / la manif termine je pars chez moi je suis un soutien maintenant

8 F. : ouais mais c’est ridicule parce que toi t’as toute l’histoire du xxx donc au contraire tu peux apprendre plein de choses à tous ceux qui arrivent / en plus de ça y a pas beaucoup de femmes donc c’est normal que tu sois largement représentative du peu de femmes qu’il y a tu vois

9 X : Elle est courageuse quand même / vraiment

10 Ma : maintenant je dis / je vous suis vous vous arrêtez je m’arrête / Vous rentrez je rentre

11 F. (à X) : non mais sa parole est légitime en plus

43Par la suite, Ma répètera « c’est eux [les sans-papiers] qui décident » (cf. 2.2), elle n’a plus son mot à dire. À la fois elle s’approprie le principe de « Ne pas parler » du fait de son changement de statut (cf « je vous suis » ; « la manif termine, je pars chez moi, je suis un soutien maintenant », « c’est eux qui décident »), mais cette prise de position, dans le contexte présent, intervient comme un reproche qu’on lui fait : on lui reproche de prendre la parole, alors qu’elle n’est plus sans-papiers. Elle conteste cette explication (tour 1 « on n’aime pas quelqu’un qui dit la vérité »). Ce jugement est également contesté par deux militantes soutien, qui déplacent la question sur le terrain du genre et mettent en avant sa légitimité de femme connaissant la situation des sans-papiers, qui surpasserait son statut administratif. Là encore, le principe comporte, dans son actualisation, une dimension de reproche, de critique de l’attitude d’autres acteurs du champ. Par ailleurs, on constate que, pour ces militantes soutiens, et aussi pour certains sans-papiers, les anciens sans-papiers sont légitimes à s’exprimer au nom des sans-papiers.

4.2. Entre militants sans-papiers

44L’extrait présenté maintenant fournit une bonne illustration des modifications que peut rencontrer le double principe dans une interaction qui met en jeu des rapports de concurrence entre des groupes militants. Nous indiquons entre crochets les phases de l’interaction.

(10). Journal de terrain. La scène se passe le 19 février 2019, lors d’une réunion qui s’inscrit dans un cadre dit unitaire, c’est-à-dire un cadre dans lequel différentes organisations se réunissent pour mener une campagne commune. Les extraits de prise de note qui suivent ont été pris lors d’une réunion du sous-groupe « Syndicats et collectifs sans-papiers », dont la tâche est de préparer des actions, notamment des grèves. Ce contexte de petit groupe favorise la prise de parole des sans-papiers, qui constituent plus de la moitié des participants. Au début de la réunion, une représentante d’un syndicat a proposé de « faire monter la dynamique avec une action », de « faire de grosses réunions », et notamment une réunion de type AG, pour « que les sans-papiers soient entre eux et qu’ils puissent discuter entre eux », stratégie visant à favoriser « Parler pour soi-même ». Les deux principes sont connus et partagés par l’ensemble des présents et présentes.

D. est un des porte-parole d’un collectif de sans-papiers. Il tient les propos suivants : « le problème des sans-papiers ne peut pas être réglé sans les sans-papiers » « vous pouvez faire beaucoup de choses pour les sans-papiers, c’est vrai, mais ce que les sans-papiers ont dans le cœur, la souffrance qu’ils ont, vous ne savez pas, alors je vous demande de leur laisser la parole […] le collectif [nom d’un collectif de soutiens], ils sont venus nous trouver, ils nous ont expliqué leur action, on est sorti discuter avec les gens ». Il oppose ainsi sa vie d’avant, limitée au foyer, avec ce que lui a apporté ce collectif de soutiens. Il précise aussi que, pendant la négociation avec la préfecture, « il n’y avait pas une personne du collectif [nom du collectif de soutiens], il n’y avait que des sans-papiers ». [1 appropriation]

Un camarade sans-papier du même collectif ajoute : « aller à la préfecture et parler en face c’est quelque chose qui est un petit peu difficile pour nous ». [2 la pratique de « Parler pour soi » vs le principe]

Suite à ces prises de parole, M., porte-parole d’un autre collectif de sans-papiers, s’adresse à D. et donne sa position : « le mot que tu dis donner la parole aux sans-papiers oui mais les Blancs et les soutiens sont derrière nous », « à chaque fois que tu trouves un frère il faut lui expliquer comment on lutte », « il faut essayer de causer ensemble / comment / quels mots on parle » [3 Réappropriation]

D. reprend la parole pour lui répondre en mentionnant des points de fonctionnement du collectif : « chez nous il n’y a pas une personne qui prend une décision tout seul » « moi j’ai plus de 300 et quelques personnes qui me suivent ». [4 Concurrence]

  • 7 Du fait qu’il s’agit d’une prise de note, je ne commenterai pas les formes verbales utilisées, afin (...)

45On peut constater au fil de ces échanges la malléabilité de l’impératif. Cette prise de note7 en direct, qui donne une vue partielle de l’interaction, s’ouvre sur un militant qui fait une longue prise de parole [1] dans laquelle il s’approprie « Parler pour soi-même » (« il n’y avait pas une personne du collectif [nom du collectif de soutiens], il n’y avait que des sans-papiers ») mais également « Ne pas parler à la place » dont il use sur un mode injonctif, comme en 5.1 (« je vous demande de leur laisser la parole »). Un camarade du même collectif ajoute une remarque pour restreindre la portée de l’appropriation de « Parler pour soi » [2] en soulignant les difficultés rencontrées lors d’un rendez-vous avec les autorités. Il pointe vers la mise en pratique de la prise de parole, par opposition avec sa dimension de principe idéologique qui était au centre de l’intervention précédente.

  • 8 X. Dunezat (2008) insiste sur l’importance de ce critère.

46Suite à ces prises de parole des deux militants sans-papiers, un autre militant sans-papiers prend la parole à son tour. M. est porte-parole, lui aussi, d’un collectif de sans-papiers, expérimenté,8 lui aussi et plus ancien dans la mobilisation. Il renchérit sur « Parler pour soi-même » (« la parole aux sans-papiers, oui ») mais apporte une modification sémantique substantielle [3] à parler pour soi-même en donnant une place aux soutiens (« derrière nous »). Par cette réappropriation, il vient, non pas nécessairement contredire, mais au moins se positionner par rapport au locuteur précédent, dans un contexte où plusieurs membres actifs du collectif dont M. est porte-parole et un des principaux animateurs, ont rejoint le collectif de D. Il me semble que cette intervention illustre l’émulation, la concurrence entre les porte-parole de deux collectifs en vue à cette période. Cette interprétation me semble être confirmée par la réaction de D. [4] qui affirme la légitimité du fonctionnement de son collectif, par la prise de décision collective (vs par un chef ou un bureau restreint), fortement valorisée dans le champ (cf section 1.1 sur l’autonomie), et le nombre de membres du collectif.

Conclusion

47Nous avons pu montrer le fonctionnement de « ne pas parler à la place » et « parler pour soi-même » comme principe méta-communicationnel dont le sens se construit, dialogiquement en situation. Incidemment, ce travail montre l’intérêt de dépasser un classement sémantico-pragmatique (qui serait par exemple la recension des variations) pour adopter une double perspective interactionnelle, qui place les enjeux du langage comme partie prenante de la situation sociale et des activités en cours, et interdiscursive, qui intègre les discours produits avant ou ailleurs dans l’élaboration du sens.

48L’analyse discursive montre en effet que le sens de la règle méta-communicationnelle dépasse son sens compositionnel : d’une part « ne pas parler à la place » peut vouloir dire des choses aussi diverses que « adopter des pratiques qui laissent la place à la parole de l’autre », « inciter (fortement) l’autre à prendre la parole » ; d’autre part, dans les groupes observés, la règle méta-communicationnelle (sa pratique, sa mention) constitue une ressource pour se distinguer d’un autre locuteur / groupe : la dynamique concurrentielle est constitutive du sens de l’injonction à « Ne pas parler à la place ».

49Tout au long de cet article, il nous a semblé important de restituer la complexité de la situation. On pourrait penser au vu de ces extraits que celle-ci est assez claire : les uns (militants soutiens) affirmeraient « ne pas parler à la place des premiers concernés », les pratiques contraires étant considérées comme déviantes ; les autres (militants sans-papiers) affirmeraient « parler pour eux-mêmes ». On aurait alors en miroir ces deux groupes, chacun avec une pratique langagière complémentaire de l’autre, dans une relation logique (pour que « Parler pour soi-même » puisse se mettre en œuvre, on a besoin que d’autres réalisent « Ne pas parler à la place »). Mais les données révèlent que la situation est plus complexe parce que ces deux énoncés de base se définissent, se déterminent mutuellement : ils sont en relation dialogique ; parce que la bipartition des acteurs est une homogénéisation qui masque certaines tensions entre les groupes ; et enfin parce que les acteurs ne sont pas tous d’accord sur le sens à donner à « Ne pas parler à la place des premiers concernés ».

Haut de page

Bibliographie

AGHA, Asif, 2007, « Registers of Language », dans A. Duranti, éd., A Companion to Linguistic Anthropology, John Wiley & Sons, Ltd, p. 23‑45.

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline, 2019, La Représentation du Discours Autre, De Gruyter, Berlin.

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline, 1995, Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire, Larousse, Paris.

AUTHIER-REVUZ, Jacqueline, 1982, « Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l’autre dans le discours », DRLAV, n°26, p. 91‑151.

BOURDIEU, Pierre, éd., 1993, La Misère du monde, Seuil, Paris.

CALABRESE, Laura, et VENIARD Marie, éds., 2018, Penser les mots, dire la migration, Academia, Louvain-la-Neuve.

CANUT, Cécile, 2021, « « Chercher sa vie »… Rester sur le qui-vive », dans Laurence Le Ferrec et Marie Veniard, éds, Langage et migration. Perspectives pluridisciplinaires, Lambert Lucas, Limoges, p. 25‑42.

CANUT, Cécile, 2000, « Subjectivité, imaginaires et fantasmes des langues : la mise en discours “épilinguistique” », Langage et société, n° 93, p. 71‑97.

DUCOULOMBIER, Romain, 2011, « « C’est la classe ouvrière qui doit faire la révolution. » », dans Ducoulombier, Romain, De Lénine à Castro, Le Cavalier Bleu, Paris, p. 31‑35.

DUNEZAT, Xavier, 2008, « La division sexuelle du travail militant dans les assemblées générales : le cas des mouvements de « sans » », Amnis. Revue de civilisation contemporaine Europes/Amériques, n°8, 11p.

FOGEL, Frédérique, 2019, Parenté sans papiers, Éditions Dépaysage, Paris.

GUESPIN, Louis et MARCELLESI, Jean-Baptiste, 1986, « Pour la glottopolitique », Langages, n°21(83), p. 5‑34.

HENRY, Paul, 1975. « Constructions relatives et articulations discursives », Langages, n° 9, p. 81‑98.

HIM-AQUILI, Manon, 2018, « Distribuer le pouvoir comme on distribue la parole : le rituel des « tours de parole » dans des assemblées générales anarchistes/autonomes », Semen, n°43, 18 p.

KRIEG-PLANQUE, Alice, 2009, La notion de « formule » en analyse du discours. Cadre théorique et méthodologique, Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon.

KRIEG-PLANQUE, Alice, 2006, « “Formules” et ‘lieux discursifs’ : propositions pour l’analyse du discours politique », Semen, n°21, p. 19‑47.

MALDIDIER, Denise, 1971, « Lecture des discours de De Gaulle par six quotidiens parisiens : 13 mai 1958 », Langue française, n°9, p. 34‑46.

MATHIEU, Lilian. 2012, L’espace des mouvements sociaux, Les éditions du Croquant, Vulaine-sur-Seine.

MATHIEU, Lilian, 1999, « Une mobilisation improbable : l’occupation de l’église Saint-Nizier par les prostituées lyonnaises », Revue française de sociologie, n°40, p. 475‑499.

MICHELI, Raphaël, 2013, « Les querelles de mots dans le discours politique : modèle d’analyse et étude de cas à partir d’une polémique sur le mot “rigueur ” », Argumentation et Analyse du Discours, n°10, en ligne.

MOIRAND, Sophie, 2010, « Retour sur une approche dialogique du discours. La question polyphonique ou dialogique en sciences du langage », dans Marion Colas-Blaise, Mohamed Kara, Laurent Perrin, et André Petitjean, éds., La question polyphonique ou dialogique en sciences du langage, Université de Lorraine, Metz, p. 375‑398.

MOIRAND, Sophie, 2006, « Entre discours et mémoire : le dialogisme à l’épreuve de la presse ordinaire », Tranel, n° 44, p. 39‑55.

PANIS, Caroline, 2015, « Ces discours qui ne vont pas de soi », Corela. Cognition, représentation, langage, 17, en ligne.

PAVEAU, Marie-Anne, 2017, « Le discours des vulnérables. Proposition théorique et politique ». Cadernos de Linguagem e Sociedade, n°18, p. 135‑157.

PETTE, Mathilde, 2019, « Heurs et malheurs de la cause des migrants à Calais (1994-2016) », dans Annalisa Lendaro éd., La crise de l’accueil. Frontières, droits, résistances, La Découverte, Paris, p. 209-230.

ROBIN, Régine, 1984, « Le discours social et ses usages », Cahiers de recherche sociologique, n°2, p 5-17.

SITRI Frédérique, 2015, Parcours en analyse du discours : enjeux et méthode. Autour d’écrits professionnels, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, mémoire d’HDR.

VENIARD, Marie, 2022, « “Ne pas parler à la place des premiers concernés”. Etude d’une pratique politique d’éthique langagière chez des militants politiques pour les droits des étrangers en France », La notion de “voix” en sociolinguistique et sciences sociales, Nouvelle Revue Synergies Canada, n° 15, https://journal.lib.uoguelph.ca

VENIARD, Marie, 2019, « Le choix des mots : une forme de lutte à part entière », De Facto, journal de l’Institut des Migrations, 4 p.

VOLOCHINOV, Valentin N., 2011 [1929], Le marxisme et la philosophie du langage (auparavant attribué à Mikhail Bakhtine), Les éditions de Minuit, Paris.

Haut de page

Notes

1 Ce terme « désigne les diverses approches qu’une société a de l’action sur le langage, qu’elle en soit ou non consciente » (Guespin et Marcellesi 1986 : 5). Dans cet article, nous considérerons une fraction de la société, sous la forme de groupes de militants, français et étrangers, pour les droits des étrangers.

2 Les prises de notes sont restituées selon les normes ortho-typographiques habituelles. Pour les interactions transcrites, on note en majuscules l’intonation accentuée, [ le chevauchement, et / la pause courte.

3 L’extrait (1) illustre la nécessaire connexion entre les deux principes : ils doivent fonctionner ensemble pour que l’alliance dans la mobilisation soit productive. On pourrait même parler de deux dimensions d’un même principe, mais nous préférons conserver deux énoncés différents pour éviter un métalangage trop éloigné des données et risquer des généralisations contre-productives.

4 Tous les noms ont été anonymisés.

5 On entend par interdiscours un espace discursif extérieur à un discours donné, qui fait constitutivement irruption à l’intérieur de celui-ci (Authier-Revuz, 1995 : 257). Voir Sitri 2015 pour une mise au point sur le concept.

6 Bien sûr, la notion d’autonomie circule dans d’autres champs sociaux (l’action sociale, l’accompagnement de personnes en situation de handicap par exemple). Mais son actualisation, ainsi que ses sources peuvent être différentes, bien que des liens soient susceptibles d’être établis.

7 Du fait qu’il s’agit d’une prise de note, je ne commenterai pas les formes verbales utilisées, afin d’éviter les interprétations hasardeuses.

8 X. Dunezat (2008) insiste sur l’importance de ce critère.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Veniard, « « Ne pas parler à la place des premiers concernés » : questionnements méthodologiques autour de la variation dialogique d’un impératif langagier dans le milieu des militants pour les droits des étrangers en France »Glottopol [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/1698 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.1698

Haut de page

Auteur

Marie Veniard

Université de Paris, EDA (EA 4170). marie.veniard[at]parisdescartes.fr
Marie Veniard est linguiste spécialisée en analyse de discours. Maitresse de conférences à l’université de Paris (anciennement Paris Descartes) et rattachée au laboratoire EDA, elle a mené des travaux sur les discours médiatiques, institutionnels et politiques sur l’immigration. Elle mène actuellement une enquête sur la parole militante, auprès de militants pour les droits des étrangers et de militants sans-papiers.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search