Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Dossier thématiqueActions glottopolitiques pour les...

Dossier thématique

Actions glottopolitiques pour les oubliés des politiques linguistiques et éducatives : accueil et formation des personnes exilées et sans-papiers

Coraline Pradeau

Résumés

L’article vise à documenter les glottopolitiques mises en œuvre dans le domaine associatif pour le droit à la formation linguistique des personnes migrantes qui ne sont pas ciblées prioritairement par les politiques linguistiques institutionnelles. L’enquête repose sur dix entretiens auprès d’acteurs œuvrant à leur formation linguistique, quel que soit leur statut administratif. Six témoins sont impliqués auprès d’étudiants exilés à l’université ; quatre autres organisent des cours de français au sein d’associations de proximité. L’article présente les modalités de leur engagement et les incidences glottopolitiques de leurs actions sur les politiques institutionnelles. En pensant conjointement les échelles macro-institutionnelles et micro-individuelles, l’étude documente comment ces acteurs participent collectivement à l’élaboration de politiques linguistiques et éducatives.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Si leur niveau de français est jugé inférieur au niveau A1 du cadre européen commun de référence po (...)

1Les ressortissants non européens admis à séjourner légalement sur le territoire français – les « primo-arrivants » – doivent signer un contrat d’intégration républicaine (CIR), selon lequel ils s’engagent à suivre une formation linguistique1. Ils sont alors orientés vers un organisme de formation titulaire du marché de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Ces formations prises en charge financièrement par l’État ne sont pas accessibles à tous. Les demandeurs d’asile, les personnes déboutées du droit d’asile et sans titre de séjour, ainsi que les étrangers arrivés sur le territoire avant l’apparition du contrat d’accueil et d’intégration (l’ancienne formule du CIR) ne peuvent y prétendre. Dans le monde associatif, des acteurs s’organisent pour prendre le relais des politiques institutionnelles et assurer la formation linguistique de ces personnes (Leconte et Pradeau, à paraitre).

2L’article vise à documenter les glottopolitiques mises en œuvre dans le domaine associatif pour le droit à la formation linguistique de publics migrants qui ne sont pas ciblés prioritairement par les politiques linguistiques institutionnelles. Quelles actions glottopolitiques sont déployées ? Quelles négociations sont entreprises avec les institutions ? L’article repose sur dix entretiens menés entre mai et décembre 2020 auprès d’acteurs œuvrant à la formation linguistique d’étudiants exilés à l’université et de personnes migrantes dans des associations de proximité. L’étude se concentre d’abord sur les modalités d’engagement des témoins. Nous verrons que les points d’ancrage et les trajectoires individuels des personnes évoluant dans ces associations ne peuvent expliquer que partiellement le maintien de leur engagement bénévole et/ou de leur militantisme. Les associations dans lesquelles ils évoluent leur permettent de porter collectivement des revendications, des actes de résistance. L’article documente ces actions et leurs incidences glottopolitiques sur les politiques institutionnelles, en pensant conjointement les échelles macro-institutionnelles et micro-individuelles.

Des glottopolitiques engagées et solidaires

3Cette étude s’ancre dans une approche glottopolitique. Pour mieux comprendre le positionnement de cette recherche, revenons un instant sur deux approches qui prévalent dans l’étude des politiques linguistiques.

  • 2 L’État, ou comme il l’écrit en 1996, « une entité disposant au sein de l’État d’une certaine autono (...)

4Les politiques linguistiques sont souvent pensées comme institutionnelles et s’appliquent alors à l’action d’un État. Un autre positionnement consiste à prendre en compte les agents « formulant des recommandations touchant à la politique linguistique » (Robillard, 1997 : 230), soit les institutions religieuses, les partis politiques, les collectivités territoriales ou encore les associations culturelles nationales et internationales. Louis-Jean Calvet considère quant à lui que « n’importe quel groupe peut élaborer une politique linguistique » (Calvet, 2013 [1993] : 110). Et, en effet, d’aucuns admettent volontiers que la notion de politique linguistique peut s’appliquer à des choix individuels (Caubet, 2000 ; Deprez, 1996 ; Spolsky, 2004). Dans cette perspective, la politique linguistique intègre les acteurs sociaux dans la mise en pratique des actions effectuées dans le domaine des rapports entre langue et vie sociale (Calvet, 2013 [1993] : 112). Mais Louis-Jean Calvet pose une limite à l’intervention d’acteurs individuels sur des situations langagières. Pour lui, « seul l’État a le pouvoir et les moyens de passer au stade de la planification, de mettre en pratique ses choix politiques2 » (Calvet, 2013 [1993] : 110).

5Or, nous tenons de la sociologie « qu’aucune institution, aussi contraignante soit-elle, ne peut obliger à ce que les usages institutionnellement prescrits soient effectivement réalisés, ni empêcher que des usages non prévus se déploient » (Dubois, 2010 [1999] : 5). La notion de glottopolitique permet l’analyse d’un maillage d’actions menés au nom d’un gouvernement, d’un ministère, d’institutions, d’associations ou par des acteurs individuels (Guespin, 1984 ; Guespin et Marcellesi, 1986). Les sociolinguistes rouennais proposent une distinction entre les instances et les agents glottopolitiques. Thierry Bulot et Philippe Blanchet ont intégré l’héritage rouennais dans leurs recherches sociolinguistiques. Selon eux, pour qu’une mesure glottopolitique puisse être efficace, il faut que des individus (les agents) acceptent de la mettre en œuvre (Bulot, 2006 ; Bulot et Blanchet, 2013). Ainsi, « les instances glottopolitiques peuvent décider toute forme d’actions mais celles-ci n’ont d’efficience que dans l’acceptation – voire la soumission à ces mesures – des agents » (Bulot et Blanchet, 2013 : 78). En ce sens,

les actions des instances et des agents glottopolitiques sont parfois convergentes ou complémentaires, parfois divergentes ou contradictoires. Des phénomènes de domination, d’hégémonie, de dirigisme, de laisser-faire, de résistance ou d’autogestion critiques y sont notamment à l’œuvre. (Blanchet, 2016 : 14)

6C’est particulièrement cette dimension qui va nous intéresser, à savoir le positionnement d’agents glottopolitiques qui agissent en contre-pied d’instances glottopolitiques et qui, par leurs actions, tendent à redéfinir les politiques publiques. La recherche puise dans les apports de la sociolinguistique, de la sociologie de l’engagement militant (Sawicki et Simeant, 2009) et des politiques publiques. Elle s’inscrit, à ce titre, dans la lignée de travaux qui s’intéressent aux réactions de groupes sociaux face aux facteurs coercitifs des politiques, et aux effets qu’ils produisent en retour sur le contenu des politiques (Dubois, 2010 [1999] ; Lipsky, 1980 ; Spire, 2005).

  • 3 Le terme de témoin est ici privilégié pour référer aux personnes interviewées pour les besoins de c (...)

7Les dix agents interviewés déploient leurs actions glottopolitiques dans le domaine associatif. Six d’entre eux œuvrent à l’accompagnement, à la formation linguistique et à l’accès aux études supérieures de personnes exilées. Les quatre autres œuvrent pour la formation linguistique de personnes adultes migrantes, au sein d’associations de proximité. Ces entretiens totalisent environ six heures quinze d’enregistrement. Les profils des témoins3 sont diversifiés : étudiants, enseignants universitaires en activité ou à la retraite (avec des fonctions et des statuts divers), salariés ou bénévoles d’une association à but non lucratif. L’entretien a porté sur le bilan de leurs actions glottopolitiques, leur positionnement face aux politiques linguistiques institutionnelles et leur représentation du bénévolat et du militantisme.

8Le tableau ci-dessous présente les fonctions de chaque témoin et le milieu associatif dans lequel ils évoluent :

Témoin 1

Enseignante-chercheuse, enseignante et co-coordinatrice bénévole d’un programme de cours de français pour des personnes exilées souhaitant poursuivre des études supérieures

Témoin 2

Enseignante à l’université, enseignante bénévole dans le même programme associatif que la témoin 1

Témoin 3

Étudiant en géographie, bénévole dans l’association « Réseau Études supérieures et orientation des migrants et exilés » (Résome)

Témoin 4

Enseignant-chercheur, membre actif du réseau « Migrants dans l’Enseignement Supérieur » (MEnS)

Témoin 5

Professeure des universités émérite, bénévole à l’Agence Universitaire de la Francophonie, pour le programme « Accueil et intégration des migrants dans l’enseignement supérieur »

Témoin 6

Stagiaire dans l’association « Union des étudiants exilés », étudiante en management de projet internationaux

Témoin 7

Bénévole dans un centre social, investi dans la coordination des centres sociaux à l’échelle nationale

Témoin 8

Salariée et co-fondatrice d’une association qui met en place des actions de formation linguistique

Témoin 9

Enseignante bénévole et membre du bureau et du conseil d’administration d’une association de proximité, retraitée

Témoin 10

Salariée et chargée de projet apprentissage du français dans une association qui organise des actions de formation à l’échelle nationale

Tableau 1 : Profils des témoins

  • 4 Accueil et intégration des migrants dans l’enseignement supérieur

9Ces différents témoins déploient des forces glottopolitiques « actives », pour reprendre la formule de Louis Guespin et Jean-Baptiste Marcellesi (1986 : 24). Les témoins 1 à 6 évoluent dans des associations qui œuvrent à la reprise d’études d’étudiants exilés et à la dispense de cours de français langue étrangère (FLE). Les témoins 1 et 2 donnent des cours de FLE au sein d’un programme universitaire à destination de personnes exilées souhaitant poursuivre leurs études en France. Ce programme de formation bénévole a été institutionnalisé en diplôme universitaire à la rentrée universitaire 2020/2021. Le témoin 3 est bénévole au sein du Résome, un collectif créé en 2015 pour favoriser l’accès des personnes exilées à l’enseignement supérieur. Le témoin 4 est engagé dans le MEnS, un réseau qui s’est constitué en 2017. Ce réseau coordonne des établissements d’enseignement supérieur et des associations, engagés dans l’accueil et la formation d’étudiants et de chercheurs exilés en France. La témoin 5 est bénévole au sein de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Elle a initié un programme en 2016 – qui porte le nom d’AIMES4 depuis 2018 – pour apporter un soutien financier aux programmes d’accueil des étudiants exilés. La témoin 6 est stagiaire au sein de l’association « Union des étudiants exilés », créée par des étudiants exilés pour faciliter l’accès à l’enseignement supérieur. Les témoins 7, 8, 9 et 10 évoluent dans des associations de proximité. Ils mènent des actions de formation linguistique pour des personnes migrantes, quel que soit leur statut administratif sur le territoire. L’étude propose de se concentrer sur les modalités de leur engagement.

Quelle place pour le bénévolat dans l’accueil et la formation linguistique ?

10La délégation institutionnelle de la formation linguistique des migrants vers le bénévolat associatif n’est pas nouvelle (Leclercq, 2012 ; Zeiter, 2019). La légitimité de ce recours au bénévolat est à questionner. Est-il justifié dans la formation et l’accompagnement des personnes migrantes ? Est-il voué à disparaitre une fois que les besoins identifiés sont pris en charge ?

11Une autre question se profile : est-il dans l’intérêt de l’État d’entretenir la pratique du bénévolat ? Pour Maud Simonet (2018), l’État a un rôle-clef dans la fabrique du bénévolat ; il est un objet et un instrument des politiques publiques. On trouve un exemple plus récent de délégation dans le monde universitaire. Un appel à projets a été lancé en 2019 par l’AUF auprès des établissements partenaires de l’enseignement supérieur. Il encourage les enseignants-chercheurs en didactique des langues à « assurer à titre gracieux un transfert de compétence […] vers les bénévoles des associations », enseignant auprès de publics migrants5. Cet appel, lancé avec l’appui du ministère de l’Intérieur, est conçu pour aider à la qualité des cours de FLE que les associations doivent offrir, en complément de l’offre de formation institutionnelle intégrée dans le contrat d’intégration républicaine.

12Les témoins ont un positionnement différent sur la place du bénévolat dans les glottopolitiques de formation linguistique de personnes migrantes. Pour certains, le bénévolat ne doit pas permettre de remplacer le travail rétribué. Le témoin 4 a tenu à exclure progressivement toute forme du bénévolat de son université de rattachement et à rémunérer les enseignants et personnels administratifs qui s’occupent des étudiants exilés, sur le principe que leur accueil et leur formation est de la responsabilité sociale des universités, inscrite dans le code de l’éducation. La témoin 1 a exprimé un vrai soulagement face à l’institutionnalisation du programme de formation linguistique en diplôme universitaire « passerelle », qui permet de rémunérer les enseignants de FLE et d’officialiser un statut étudiant aux apprenants. Son positionnement éthique était mis à mal en assurant la coordination des cours. Les enseignants bénévoles étaient majoritairement des personnels avec un statut précaire au sein de l’université (elle bénéficiait elle-même d’un contrat à durée déterminée au moment de l’entretien) :

  • 6 Retranscription des tours de parole : TEM1 pour témoin 1, et CP pour Coraline Pradeau.
  • 7 Le nom de la témoin 2 a été supprimé. Toute astérisque renvoie à un extrait du corpus effacé pour a (...)

TEM16 : [...] Les gens qui sont investis à l’intérieur des cours, c’est que des précaires, y compris les vacataires, tu vois. Et c’est pas la première fois et du coup je me dis, enfin, c’est un peu abusé, c’est les gens les plus précaires qui donnent du temps et, la fac, elle ne les paie pas, alors qu’ils sont déjà méga précaires et hyper mal traités, tout ça. Et du coup, j’étais là, putain mais en même temps je suis un peu en train de cautionner ça quoi. Du coup, je suis quand même vachement soulagée que tout ça, ça s’institutionnalise et l’année prochaine avec ***7 [TEM2], on voulait vraiment réserver l’association pour des questions plus importantes comme le logement, comme… des questions de base quoi.

13L’institutionnalisation des cours de FLE bénévoles en DU permet de dégager du temps pour aider les étudiants dans des difficultés urgentes, et ainsi maintenir une activité bénévole portée sur des questions sociales urgentes. C’est ici une expression du cercle vertueux de la pratique bénévole. Comme le résume la sociologue Dan Ferrand-Bechmann (1992 : 10) : « Le bénévolat enfin prépare toujours sa propre mort : soit vers salarié, soit vers d’autres services de bénévolat ».

14La précarité de certains bénéficiaires peut amener à questionner la légitimité des actions bénévoles qui ne répondent pas directement à des besoins primordiaux, car : « Comment assurer un détour soit par l’éducation, soit par la mobilisation collective, face à des personnes dont la survie immédiate n’est guère assurée ? » (Havard Duclos et Nicourd, 2005a : 70). La glottopolitique n’échappe pas à cette « pression de l’urgence » :

TEM1 : […] parce que moi j’insiste beaucoup au MEnS Île-de-France pour cette question du logement en disant vous êtes gentils, mais je leur ai dit je suis hyper mal à l’aise. Il y a des gens qui viennent me voir à la fin du cours pour me dire qu’ils ont fait une heure à pied pour venir en cours, tout ça pour faire deux heures de cours. On est en hiver et qu’ils vont retourner dormir dans la tente et qu’ils n’ont pas de quoi se payer un ticket de métro. Je sais pas, mais moi je me trouve un peu inutile en fait quand on vient me dire ça.

15Un autre positionnement consiste à défendre la légitimité du bénévolat dans notre société. Pour la témoin 1, l’image de l’État-providence n’est plus suffisante pour penser et organiser des actions de solidarité. Ne pas s’organiser localement pour pallier à une déficience des politiques étatiques reviendrait alors à partager la responsabilité de cette non-intervention. Et, en effet, l’État-providence, tout comme le parti politique – principales formes de solidarité émergentes au XIXe siècle – sont aujourd’hui affaiblies (Sebastiani, 2004). D’autres formes de solidarité, notamment issues de la « société civile », s’organisent.

16La pratique bénévole participe également à entretenir les liens sociaux entre individus. Pour la témoin 5, le bénévolat, bien qu’il soit « une façon de gérer la pénurie », crée un tissu social qui assoit la société française. Les témoins 5, 7 et 8 défendent un mélange « harmonieux » bénévolat-salariat, qui permettraient à des personnes de s’engager dans des causes qui leur tiennent à cœur au côté de professionnels prêts à les former. Cette position rejoint, en un sens, celle du témoin 3. Pour lui, le bénévolat apporte une dimension militante essentielle, celle d’être au contact des personnes, de veiller à ce que leurs besoins et leurs difficultés soient reconnus :

CP : […] Est-ce que pour toi, c’est quelque chose, oui il faut faire du bénévolat, il faut mener ces actions là ou au contraire effectivement c’est aussi reconnaitre que l’État derrière n’a pas à s’en occuper, tu vois ce que je veux dire ?

TEM3 : On a eu des débats, en sein du… entre nous. Pendant pas mal de temps, notamment au début, c’est vrai que le Résome était sur cette position qu’en fait on pallie un manque de ressources de l’État et que le Résome devait disparaitre avec des victoires, que l’État reprendrait le flambeau quoi. Moi je suis moins sur cette position parce que ça nous permet quand même de connaitre ce qui se passe, d’être sur le terrain quoi, de savoir où sont les problèmes, si ça va, si ça va pas et je sais pas. On a eu pas mal de débats. Moi, personnellement, je pense quand même que le militantisme est très important pour être au contact du réel, quoi. […] C’est vrai que c’était lourd pour nous mais, en même temps, ça a été une source de savoir ce qui se passe réellement absolument gigantesque. On a pu réagir à plein de trucs grâce à ces permanences donc je sais pas (rires).

17Ce positionnement est partagé par la témoin 6. À la question de savoir si l’accueil des étudiants exilés devrait être un service public dans l’université française ou rester du ressort de l’associatif et du bénévolat, elle répond qu’une personne militante aura toujours plus à cœur de « faire changer les choses ». L’action dépasse ici les questions glottopolitiques et la problématique de l’accompagnement linguistique pour tenter de prendre à bras le corps tous les problèmes sociaux auxquels sont confrontées ces personnes exilées.

18L’action bénévole a aussi une visée d’émancipation sociale, héritage de l’éducation populaire (Havard Duclos et Nicourd, 2005a : 39-48). Cette dimension est particulièrement prégnante dans le discours du témoin 7 :

TEM7 : […] Je pense qu’il y a des choses à imaginer qui pourraient être bien plus performantes, performantes au sens de l’apprentissage linguistique et au sens de ce que ça produirait sur le lien social, le lien social au sens attention moi quand je parle de lien social je ne parle pas, je ne parle pas de lien social, comment dire, du vivre ensemble, on cause ensemble. Je parle d’un lien social un peu comme le définit… merde comment il s’appelle le sociologue, merde je ne sais plus, ça va me revenir, mais en gros un lien c’est quelque chose qui marche dans les deux sens. C’est donner et recevoir, je reçois, en l’occurrence une association qui m’apprend quelque chose, qui me fait gagner en indépendance, en autonomie, etc., etc. mais je donne en retour quelque chose. C’est ça, un lien. Si le truc est déséquilibré, c’est pas du lien, c’est de l’assistanat et pas ce qu’on veut reproduire. Et c’est pas ce qui est efficace sur l’intégration, même si je n’aime pas ce mot là, sur le fait de vivre dans une société où les gens sont reconnus pour ce qu’ils sont.

19Cette ambition est parfaitement illustrée par l’association « l’Union des étudiants exilés », une association créée par des étudiants exilés pour des étudiants exilés :

TEM6 : […] Je trouve que c’est aussi intéressant de dire que si on travaille sur la question de l’intégration des exilés, il faut qu’il y ait des exilés dans l’action en train d’être menée parce que sinon on reste toujours dans cette situation, un peu, de dépendance. Bah on va faire les choses pour vous mais ce qui est intéressant, c’est de faire les choses avec eux, par eux, pour que la chose soit comprise. Et puis je trouve aussi qu’en terme de message qu’on peut donner aux bénéficiaires, au public qu’on peut toucher, c’est encore plus valorisant.

  • 8 « Le terme de “ressortissants” des politiques publiques désigne communément les individus, les grou (...)

20Ainsi, les populations migrantes – ressortissantes des politiques linguistiques8 (Warin, 1999) – sont directement impliquées dans la construction des glottopolitiques. Ces pratiques contribuent à l’idéal d’une politique glottonomique tournée vers une autogestion, où les questions proviennent des besoins réels des usagers du langage (Guespin, 1984 : 23), et où les locuteurs font partie prenante des débats et des décisions glottopolitiques (Guespin et Marcellesi, 1986 : 26).

Le travail bénévole des agents glottopolitiques

  • 9 Trois témoins (6, 8 et 10) évoluent dans un emploi associatif, qu’ils valorisent par rapport à d’au (...)

21Le titre de cette section reprend celui de l’ouvrage de la sociologue Maud Simonet, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ? (2010), qui propose d’étudier la figure du « travailleur en bénévole » sous l’angle de la sociologie du travail9. La question a son importance : pourquoi est-ce que les témoins sont-ils prêts à mettre à profit leurs compétences pour un travail bénévole ? Les sociologues Bénédicte Havard Duclos et Sandrine Nicourd ont repéré quatre points d’ancrage qui expliquent que l’engagement se maintient dans les associations de solidarité :

[…] les individus construisent dans ces espaces un sens, une signification pour les autres (être utile, faire reculer la misère, l’injustice), mais également pour leur propre trajectoire (donner un sens à sa vie) ; ils y trouvent aussi des gratifications (des rencontres, du plaisir, des opportunités professionnelles) ; ils sont enfin en correspondance avec les engagements valorisés de leur époque. (Havard Duclos et Nicourd, 2005a : 16-17)

22Sur ce dernier point en particulier, la témoin 1 explique le soutien que le programme de formation reçoit de son université par l’image positive qu’il renvoie en termes politiques :

TEM1 : Moi j’ai repris le truc [à comprendre la coordination] à un moment où il y avait un poste administratif à mi-temps qui nous était affilié, au moment où l’équipe présidentielle [de l’Université] souhaite afficher sa tolérance et son côté un peu de gauche. Donc, clairement, nous on était à la mode, tu vois ce que je veux dire.

23Les témoins ont pu rendre compte de la responsabilité morale qu’il y avait à s’organiser pour l’accueil et la formation linguistique de personnes migrantes, soit parce que les compétences requises concordaient avec leur domaine professionnel (témoin 1), ou parce qu’il y avait une nécessité urgente à répondre à la « crise » migratoire de 2015 (témoins 2 et 5).

  • 10 La notion de trajectoire est à entendre comme une « série des positions successivement occupées par (...)

24L’expérience associative permet également de prendre contrôle sur sa trajectoire biographique10. Ainsi, la témoin 9 explique que son long engagement auprès de plusieurs centres sociaux parisiens (vingt-trois ans de bénévolat, au moment de l’entretien) a commencé par une recommandation médicale. Face à des soucis personnels, son médecin traitant lui avait recommandé de faire du bénévolat pour démarrer une nouvelle activité et se « changer les idées ». Quant au témoin 7, son engagement bénévole dans un centre social est parti de son besoin de « faire un petit break côté professionnel ». Il explique également son engagement auprès de populations migrantes par son histoire familiale :

TEM7 : Ce qui a motivé peut-être au départ mon intérêt, c’est ce que j’explique a posteriori mais je pense que c’est pas inintéressant, c’est que je suis double culture et donc à la fois algérienne du côté de mon père et français, française du côté de ma mère et avec deux grand-mères à l’opposé, une que j’ai pas connue, enfin que j’ai connue jusqu’à un an, qui était du côté de mon père et qui était analphabète, et une autre qui était directrice d’école en Normandie et qui… adepte de la pédagogie Freinet, très engagée sur diverses choses et je pense que c’est pas complètement un hasard si… (rires).

25L’expression « a posteriori », dans le discours du témoin 7, renvoie à l’illusion biographique de Pierre Bourdieu (1986) ou à la tentation de construire, après coup, des continuités dans la construction de son récit de vie. Comme le notent Bénédicte Havard Duclos et Sandrine Nicourd :

Les expériences associatives sont pour certains militants des moyens de résoudre les contradictions de leur histoire sociale en leur permettant de construire des continuités et de la cohérence, là où il pourrait y avoir des discontinuités et dissonances. (Havard Duclos et Nicourd, 2005a : 75)

  • 11 La sociologie le définit comme « toute forme de participation durable à une action collective visan (...)

26Enfin, les témoins 2, 3, 5, 7 et 9 associent leur engagement bénévole à un militantisme11, liés à des affinités politiques de gauche et d’extrême gauche. Pour autant, tous les témoins ne déclarent pas poursuivre un engagement militant. Il semblerait que la perception d’une rémunération et l’évolution dans un cadre professionnel empêchent les témoins 6 et 8 de se considérer « militantes ». La témoin 6 se déclarant elle-même « militante » dans différentes associations, je lui pose la question suivante :

CP : Est-ce que tu dirais que ton stage est militant pour toi ? Ou est-ce que tu le positionnes différemment, dans un autre registre, parce que c’est un stage de fin d’études ?

TEM6 : Je le mettrais sur un plan différent. Effectivement c’est un stage de fin d’études ; j’ai une rémunération à la clé ; j’ai des horaires de travail qui sont fixes, même s’il y a souvent des fois on dépasse le quota d’heures, mais c’est pas très grave. Je commence à passer du côté militant au côté plus professionnel engagé.

27La témoin 1 a mené une expérience de militantisme politique syndical lors de ses années étudiantes, qu’elle différencie de son bénévolat actuel au sein du programme de formation pour les étudiants exilés :

TEM1 : […] mais je ne comparerais pas ça [son activité de militantisme politique] à une action bénévole, c’est vraiment assez différent quand même.

CP : Pourquoi ?

TEM1 : Pourquoi c’est différent ? Parce que c’est beaucoup plus idéologique au sens où c’est… Pas l’action syndicale, pas le fait de défendre les droits des étudiants puisque bon, ça peut être des trucs hyper concrets, organisation de caisses de grève, aller voir dans les conseils, des trucs vraiment concrets mais des trucs politiques, c’est pas… Je ne dis pas que ça n’a pas d’utilité. Au contraire, je pense que c’est vraiment essentiel, mais moi j’en suis partie parce que c’est vraiment un combat de longue haleine, quoi. C’est pas comme si tu voyais l’utilité immédiate de descendre en manifestation, c’est horrible ce que je suis en train de dire (rires) mais tu ne vois pas quelqu’un sortir à la fin avec un problème résolu, tu vois ce que je veux dire ?

CP : C’est là où tu mets la différence ?

TEM1 : Ouais le bénévolat, c’est quand même plus facile, au sens c’est consensuel, quoi. Alors que quand tu milites politiquement, tu peux te faire attaquer pour le truc que tu es en train de faire gratuitement, tu vois ce que je veux dire ?

28Le « temps long » des revendications défendues dans un engagement politique est mis en perspective avec le « temps court » des incidences glottopolitiques d’entraide et de solidarité. Le bénévolat constituerait également un engagement nécessairement valorisé dans l’opinion publique, contrairement au militantisme.

Les associations comme structures de sociabilité : une échelle d’analyse pivot entre les instances et les agents

29L’engagement des témoins ne s’explique pas que par des points d’ancrage et des trajectoires individuels. Ces dernières peuvent expliquer les dynamiques d’engagement des bénévoles, à condition d’être articulées au contexte où elles se produisent, à l’analyse des conditions sociales et organisationnelles qui les alimentent (Nicourd, 2009 ; Havard Duclos et Nicourd, 2005a : 16 ; Havard Duclos et Nicourd, 2005b). Comme Pierre Bourdieu l’écrit :

On ne peut comprendre une trajectoire […] qu’à condition d’avoir préalablement construit les états successifs du champ dans lequel elle s’est déroulée, donc l’ensemble des relations objectives qui ont uni l’agent considéré – au moins dans un certain nombre d’états pertinents – à l’ensemble des autres agents engagés dans le même champ et affrontés au même espace des possibles. (Bourdieu, 1986 : 72)

30Une sociolinguistique de l’engagement militant gagnerait à privilégier une analyse fondée sur une articulation d’échelles entre les niveaux macro, méso et micro. L’analyse, au niveau méso, des associations comme « structures de sociabilité » permet d’articuler les incidences glottopolitiques aux échelles macro-institutionnelles et micro-individuelles. À l’issue d’un colloque organisé par des collègues historiens sur les structures de sociabilité, Louis Guespin se réjouit de l’intérêt qu’il y a à mobiliser cette notion pour la linguistique :

Vous posez une question qui nous concerne donc pleinement : peut-on regrouper, nommer, décrire, des structures intermédiaires, opératoires et dotées d’un certain degré de réalité, entre les macro-structures de la classe sociale et les micro-structures de l’individualité ? Sous l’infinie diversité des formes, du parti politique au groupement temporaire ad hoc, du club au syndicat, peut-on lire une logique des structures de sociabilité ? […] Pour les investigateurs du groupe, la structure de sociabilité c’est « un groupe ou groupement permanent ou temporaire, quel que soit son degré d’institutionnalisation, auquel on choisit de participer ». Il s’agit d’inclure et de limiter : d’inclure les structures associatives dans un ensemble plus englobant, et d’écarter l’intersubjectif, l’aléatoire de la conversation personnelle non-institutionnalisée. (Guespin, 1985 : 122)

  • 12 Toutes deux portent « une attention égale aux processus et [à] la dialectique permanente entre hist (...)

31Et, de fait, la structure de sociabilité permettrait ici de saisir la portée des trajectoires bénévoles et/ou militantes dans toute leur complexité. À l’échelle micro, l’analyse mettrait en lumière les logiques discursives à l’œuvre quand les agents se font le relais de positionnements défendus à l’échelle de la structure de sociabilité, lorsqu’ « ils se font porte-parole du groupe auxquels ils appartiennent » et que « leur “nous” apparait comme un corps unifié » (Amossy, 2010 : 165). À la conviction de Louis Guespin que le travail est une dimension essentielle de l’analyse des structures de sociabilité (1985 : 124), je souhaite proposer un autre pont entre la sociolinguistique et la sociologie du bénévolat. La notion de carrière, en de nombreux points semblable à celle de trajectoire12, est utile pour rendre compte que l’engagement est un processus qui s’inscrit dans « des formes différenciées et variables dans le temps » (Filleule, 2001 : 201). Dans son ouvrage Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, Maud Simonet (2010) choisit de mobiliser la notion de carrière dans son acception en sociologie du travail, en s’appuyant sur la notion de « carrière invisible » développée par la sociologue américaine Arlene Kaplan Daniels. L’analyse des carrières invisibles bénévoles est articulée à celle des autres carrières dans lesquelles les bénévoles s’inscrivent (carrière familiale et/ou carrière professionnelle). Cette piste semble fructueuse également en sociolinguistique, pour analyser les trajectoires individuelles des bénévoles, leurs modalités d’engagement et les actions glottopolitiques menées à titre individuel (ou collectif) au nom de la structure.

32Au niveau méso, l’objectif serait de travailler (dans une logique immersive) à la compréhension des processus conduisant à la création, l’organisation et le maintien des structures de sociabilité que sont les associations. Serait associée à cette analyse, l’étude des contraintes institutionnelles et politiques qui ont poussé des individus à se réunir dans ces structures. Ce niveau méso est une échelle d’analyse cruciale pour la glottopolitique :

L’action du langage sur la société nous semble devoir être prise largement en compte dans toute étude à fins glottopolitiques. À cet effet, il reste un travail considérable à fournir, sur les instances intermédiaires entre langue et parole, entre société et individu, si nous voulons hausser la sociolinguistique à la hauteur de guide pour une glottopolitique adéquate. (Guespin et Marcellesi, 1986 : 12)

33Au niveau macro, il s’agirait d’étudier le contexte historique, politique et social de production de l’engagement bénévole. Une étude plus approfondie des politiques linguistiques institutionnelles pourrait donner à voir les soubassements idéologiques qui ont motivé la planification puis l’aménagement linguistiques d’actions dans lesquels (ou contre lesquels) les agents bénévoles « travaillent ». L’analyse viserait donc à enchevêtrer les trois dimensions suivantes :

Figure 1 : Perspective d’analyse glottopolitique de l’engagement

  • 13 En sociologie politique, une des acceptions de la notion considère l’institution comme « toute orga (...)

34À mes yeux, les notions de structure de sociabilité et de glottopolitique permettent également de résoudre un conflit en science politique, ce qui nous montre combien les ponts interdisciplinaires sont essentiels en sciences humaines et sociales. L’analyse glottopolitique permet de dépasser l’opposition entre les approches top-down et bottom-up en analyse des politiques publiques (Goggin, Lester, Toole et Bowman, 1990). Elle invite à considérer la mise en œuvre d’actions sur le langage en pensant conjointement les faits des instances et des agents, et en prenant le parti que des acteurs peuvent contribuer à construire des politiques publiques. L’analyse des glottopolitiques envers les étudiants exilés s’inscrit tout à fait dans ce double mouvement – entre le « en haut » et le « en bas » –, soit entre les actions menées au nom de l’université, comme instance institutionnelle13, et les actions menées à titre individuel ou collectif (au nom d’une association par exemple) par les agents :

TEM4 : D’ailleurs, je dois dire que même dans mon université, j’ai tout de suite trouvé des administratifs et des profs qui ont dit, nous on va avec. La direction du centre de FLE a dit, tu peux compter à 200 % sur moi, même je travaillerai jour et nuit pour les accueillir. Donc, après, il faut toujours constituer une équipe où ça marche. Et ça peut partir d’en haut, d’en bas. Et on voit que quand ça part d’en bas, ça part tout aussi bien que quand ça part d’en haut. C’est quelquefois plus facile quand ça vient d’en haut, parce que les financements, c’est plus facile de dégager des financements quand on est vice-président que si on est dans son bureau juste pour accueillir des étudiants à l’international. Et c’est aujourd’hui la différence qu’on voit entre les universités qui sont chartées [à comprendre qui ont signé la charte du MEnS] et celles qui sont encore que observatrices. Souvent, ça veut dire que ça n’a pas encore infusé jusqu’au niveau politique, la prise de conscience. C’est un travail qui se mature en interne. Et puis y en a d’autres, c’est venu tout de suite parce que voilà le président était convaincu et il a dit là je fais signer, je fais voter à mon conseil d’administration. Donc c’est dans tous les sens...

35L’étude vise à rendre compte des « confrontations sociales » (Guespin, 1985 : 129) entre les instances d’« en haut » et les agents d’ « en bas ».

Négociations et incidences glottopolitiques

36Les actions glottopolitiques menées par les témoins visent à ce qu’il existe des cours de français pour toute personne désireuse de s’engager dans un parcours d’apprentissage linguistique, que cette personne ait ou non un titre de séjour.

  • 14 Pour une analyse plus précise, se référer à l’article « Glottopolitiques vis-à-vis des exilés et de (...)
  • 15 Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

37Les actions menées pour faciliter la reprise d’étude des personnes exilées dans l’enseignement supérieur ont eu des répercussions institutionnelles14. À l’échelle des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, le réseau MEnS s’est agrandi de dix-sept établissements partenaires, à ses débuts, à quarante établissements en 2020. Trente-deux établissements ont ratifié la charte du MEnS, ce qui implique un engagement signé de la présidence à mettre en place un programme d’accompagnement pour les étudiants exilés. Dix-neuf établissements ont proposé pour l’année universitaire 2019-2020 un diplôme d’université intitulé « DU Passerelle – Étudiants en exil », habilité par le MESRI15 avec l’aide du réseau MEnS. À l’échelle des ministères, le programme AIMES de l’AUF a vu ses fonds plus que décupler en l’espace de quatre ans. L’augmentation des fonds récoltés a permis de financer de plus nombreux programmes de formation (vingt-cinq en 2016, trente-sept en 2017 et quarante-trois en 2018). Enfin, à l’échelle de l’État, le MESRI a ouvert les droits aux logements et aux bourses sur critères sociaux aux étudiants réfugiés ou sous protection subsidiaire inscrits dans les DU passerelles.

38Ces négociations sont plus ou moins facilitées selon le positionnement des agents évoluant au sein des institutions sollicitées face aux revendications défendues, ce qui montre bien qu’il est impossible de considérer l’« institution » comme une organisation monolithique :

CP : […] Quand est-ce que ton action a été facilitée ou au contraire entravée, rendue difficile par d’autres organismes ? Tu vois ce que je veux dire ?

  • 16 Thierry Mandon, alors secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

TEM3 : Ouais, elle a été… au niveau du ministère, elle a été entendue. On va dire juste entendue, un peu écoutée. Lorsque c’était… moi je venais de rentrer [dans l’association Résome] lorsque c’était François Hollande président... ah je sais plus le nom, Thierry quelque chose16… Quand c’était François Hollande, on était entendus. Et dès que c’est passé Macron, le ministère a totalement fermé les écoutilles et donc là on s’est sentis très, beaucoup plus éloignés du ministère et voilà, sans écoute.

39Le positionnement institutionnel des universités à l’égard des actions développées pour les étudiants exilés dépend également des agents qui composent les conseils centraux :

TEM5 : J’étais avec *** [TEM2] à sa remise de diplôme. Je ne sais pas si vous y étiez, c’était en février sans doute. Et bien il y avait le président d’université et le vice-président des relations internationales. Ils étaient là et ils ont passé une heure ou deux. D’autres universités par exemple***, et bien le gars qui s’en occupe, il se bat contre des moulins à vent. Personne ne l’aide, il a sa petite équipe d’enseignants mais aucune reconnaissance, aucun soutien au niveau de la présidence et tout ça quoi. Ça varie énormément.

40Une autre négociation en cours vise à ce que la demande d’admission préalable (DAP) en première année de licence dans une université française soit simplifiée pour les personnes demandeurs d’asile et sans-papier. Malgré des relances, la demande de rendez-vous n’a pas été entendue auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Pour autant, la mairie de Paris a accepté de recevoir les membres de l’association :

CP : Pourquoi c’est du coup avec la mairie de Paris et pas avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche ?

TEM6 : Parce que c’est beaucoup plus simple, vu qu’on est une association parisienne, de rentrer en contact avec la mairie de Paris. Pour donner un petit exemple, la mairie de Paris a mis deux mois et demi avant de répondre à notre demande d’entretien et on a eu cet entretien. Le ministère de l’Enseignement supérieur, on a envoyé la demande plus ou moins en même moment et là ça fait six mois qu’on n’a toujours pas de réponse.

41Certaines revendications ne sont pas entendues, malgré des actions glottopolitiques visant à interpeller les institutions. Les témoins 7, 8, 9 et 10 évoluent dans des structures membres du collectif national « Le Français pour tous » et, en ce sens, s’opposent au fait que les compétences en langue française soient un critère d’attribution pour l’accès à un titre de séjour durable et que des compétences à l’écrit soient demandées pour l’obtention de la nationalité. Le collectif s’oppose également à ce que la politique d’« intégration linguistique » de l’État soit prioritairement axée vers les publics primo-arrivants. Les actions entreprises (plaidoyers, manifestations) n’ont pas permis d’entamer un dialogue avec les institutions, les revendications devant paraitre trop éloignées de la ligne politique poursuivie par le ministère de l’Intérieur :

CP : Plus clairement, est-ce tu as l’impression que les actions qui ont été faites, elles permettent de faire bouger les lignes ? Est-ce qu’elles ont un certain écho ?

TEM8 : Pour l’instant non. Je trouve que c’est quand même beaucoup de mobilisation et il ne s’est pas passé grand-chose quand même.

42Un constat partagé par la témoin 10 :

CP : Si je reviens juste un moment sur le B1 écrit, vous dites que vous avez interpellé le Gouvernement. Est-ce qu’il y a un dialogue qui a été fait avec des personnes qui travaillent dans les différentes institutions étatiques ?

TEM10 : On a essayé, le dialogue ne se forme pas trop. Ils ont accusé réception mais on se s’attendait pas trop à ce qu’ils nous disent ah excusez-moi, on n’avait pas vu, on va tout changer (rires). Ça serait tellement bien, j’adorerais tellement (rires). Non, il n’y a pas vraiment de dialogue qui s’est fait.

43Des actions de contournement et de résistance sont entreprises pour pallier le désengagement des instances sur les revendications portées.

Contournements et actes de résistance glottopolitiques

44Des stratégies de résistance sont menées pour que la formation linguistique soit accessible à toute personne migrante, quel que soit son statut administratif, et ce, malgré les différentes pressions coercitives exercées par les institutions. Le choix même du terme « exilé » vise à neutraliser la distinction entre les réfugiés, les personnes sous protection subsidiaire, les demandeurs d’asile ou encore les « sans-papiers », les déboutés du droit d’asile.

45À l’université, l’enjeu est de défendre l’accès aux formations à tous. La témoin 1 a assumé un positionnement glottopolitique en reprenant la coordination du programme de formation associatif. Les formateurs sont contraints de procéder à une sélection des apprenants, au vu du nombre de places réduites qu’offre le programme. Elle a défendu le choix de ne pas sélectionner les apprenants selon que leur projet d’études académiques soit compatible avec l’offre de formation de l’université (orientée sur des études en littérature, langues et arts) :

TEM1 : […] D’habitude, on est censés sélectionner en fonction du niveau et des métiers et j’ai dit que je ne voulais pas le faire. J’ai dit que je voulais garder les femmes et que je ne voulais pas discriminer en fonction des métiers et on a pris des gens qui étaient agriculteurs dans leur pays donc tu vois, par exemple, le mec qui vivait en tente, il vient de Calais. Il a passé deux ans à Calais. C’est sa troisième année en France. Donc on a pris un public qu’on n’avait pas pris jusqu’ici. Notamment parce que je me suis dit que, comme les gens qu’on prenait cette année, c’est des gens qui seraient privilégiés au sein du DU passerelle de l’année prochaine, donc ça veut dire que ce serait des gens qui potentiellement pourraient avoir un statut l’année prochaine avec une carte étudiant. Donc je me suis dit, c’est dégueulasse de prendre que des riches qui ont déjà plus de chances d’accéder à ça. Donc, du coup, on a décidé de mélanger en terme social, ce qui fait qu’on s’est retrouvés avec des situations un peu voilà… un peu étranges aussi bien dans l’apprentissage, que dans ce qu’on était capables de donner, nous, comme association. Je ne suis pas sûre que c’était un bon choix mais voilà.

46Face à l’institutionnalisation du programme en DU, la témoin soulève le risque de laisser de côté les personnes les plus précaires :

CP : L’effet indésirable de cette reconnaissance politique, c’est que finalement y ait une sélection où on laisse les plus précaires sur le carreau, en gros quoi.

TEM1 : Oui complètement et en même temps, moi je fais partie des gens qui ont complètement soutenu le DU à *** et je pense que c’est vraiment une bonne chose et que voilà, c’est pas parce qu’ils sont riches et privilégiés dans leur pays qu’il ne faut pas les aider ici. C’est pas du tout mon discours, mais c’est juste que clairement, oui, on est d’accord, ça veut dire… une sélection comme on l’a fait cette année, on la fera pas pour le DU. Même si avec *** [TEM2] on a dit en conseil d’université à *** qu’on ferait pas de discrimination de statut et qu’on prendrait aussi bien des réfugiés que des demandeurs d’asile. On a eu une question très rigolote (rires) mais ça tu n’es pas obligée de le reporter parce que ça te ne sert à rien, mais ça me fait rigoler. Il y a quelqu’un qui a dit au conseil mais alors ça veut dire qu’on va prendre des sans-papiers ? (rires)

  • 17 En l’état actuel du droit, les universités sont tenues d’inscrire les étudiants internationaux sans (...)

47Une attention toute particulière est portée à rappeler que l’université n’a pas le droit de demander des papiers d’identité valides pour réaliser une inscription académique. Les personnes exilées, quel que soit leur statut, demandeurs d’asile ou déboutés, doivent pouvoir accéder à des formations supérieures au même titre que tout à chacun17. Les témoins 3 et 6, à travers leurs actions glottopolitiques, veillent tout particulièrement à ce que ce principe soit connu des services administratifs et œuvrent pour simplifier les demandes d’inscription des demandeurs d’asile et sans-papiers.

48Face aux revendications portées pour que les étudiants exilés et sans-papiers puissent bénéficier des mêmes avantages que les étudiants réfugiés (bourses sur critère social, logement en résidence étudiante Crous), le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche adopte un double positionnement. L’instance s’oppose officiellement à ce que les étudiants avec un statut de demandeurs d’asile puissent obtenir ces aides, et s’aligne sur le positionnement du ministère de l’Intérieur. En off, le cabinet ministériel tolère que des fonds leur soient versés pour leur formation et leur accompagnement dans la reprise d’études :

TEM4 : En gros, le Gouvernement nous a dit, on n’écrira jamais rien sur les demandeurs d’asile, en tout cas Vidal, elle l’a dit. Je ne peux rien écrire parce que, là, c’est la guerre avec le ministère de l’Intérieur, la guerre, pour des raisons politiques parce qu’ils ne veulent pas en entendre parler point. Mais vous pouvez faire tout ce que vous voulez, les accueillir etc., même leur trouver des bourses par le CROUS, pas des bourses officielles, pas les bourses sur critère social, ça on peut pas, parce que ça il faut l’inscrire dans la loi, dans la réglementation. […] Même au ministère de l’Intérieur, on nous dit ok, on l’affichera pas parce que politiquement on ne peut pas, mais vous pouvez et on fait. […] Donc il y a des gens qui se démènent dans les CROUS, des assistantes sociales.

49Les associations de proximité doivent également développer des stratégies de résistance pour contourner les pressions coercitives des instances institutionnelles. Un marché public par appel d’offres piloté par le ministère de l’Intérieur, appelé BOP 104 « intégration et accès à la nationalité française », finance des actions linguistiques visant l’intégration de personnes migrantes. Le public-cible est composé uniquement de ressortissants étrangers hors Union européenne, en situation régulière et signataires d’un contrat d’intégration républicaine (CIR) depuis moins de cinq ans. La mise en œuvre de ce programme a pu mettre à mal les associations qui accueillent tout type de public, sans sélection sur critère administratif :

TEM9 : Il y a quelques années, la préfecture s’est mise en tête de faire remplir un tableau aux associations et aux centres sociaux. Ce tableau relève d’une ligne qui s’appelle le BOP 104. Le BOP 104, en fait, il s’agissait de mettre les noms et prénoms et les numéros des personnes qui avaient un CIR. C’est un contrat d’intégration républicain, ou contrat d’intégration républicaine. Donc, on ne devait accepter dans les associations et dans les centres sociaux que des gens qui relevaient d’un CIR, c’est donc qui avaient un contrat d’intégration républicaine. En tant que centres sociaux, la position des centres sociaux et de la fédération a tout de suite été immédiate en disant, les centres sociaux accueillent d’une façon inconditionnelle tous les gens qui veulent bénéficier d’un parcours linguistique, on ne peut pas trier les gens entre ceux qui ont des papiers, ceux qui n’en ont pas. Bon, ça a été très compliqué parce qu’en fait ce BOP 104, il était quand même suspendu à des subventions. Donc on a bien compris que si on répondait pas, ce qui était contre nos valeurs, je le dis fort, c’était contre nos valeurs de dignité, de respect, bah on allait être sanctionnés et la sanction, c’était l’argent.

50Devant cette contrainte faite aux associations, les agents glottopolitiques mettent en œuvre des actions de contournement pour maintenir leur activité. La témoin 8 est co-fondatrice d’une association qui délivre des formations linguistiques. Elle fait acte de résistance glottopolitique en décidant de ne pas répondre aux contraintes prévues du programme BOP 104, et en développant une stratégie d’indépendance financière face à cet appel d’offres pour se tourner plus globalement vers la politique de la ville :

TEM8 : […] Après en ce qui concerne les financements, c’est un peu le nerf de la guerre, mais après ça dépend pour quel financement, en fait. Il y a des financements où c’est plus facile de dire carrément que les gens sont sans-papiers, après il y en a d’autres pour qui c’est plus compliqué. Mais c’est un petit jeu aussi. On sait qu’on va demander beaucoup à la politique de la ville parce qu’à ***, la politique de la ville, elle soutient nos formations. Elle s’en fiche entre guillemets à qui c’est donné. Elle ne nous demande pas de compte, alors que d’autres financeurs notamment le BOP 104, lui demande plus de comptes auxquels nous, on ne répond pas […].

CP : Et ça ne vous pose pas de souci ?

TEM8 : Pour l’instant, ça ne nous pose pas de souci. Après, c’est justement un jeu. On ne met pas en difficulté l’association avec ce financement-là, parce que nous on a fait le choix de ne pas leur demander beaucoup. Du coup, on leur demande 2500 €. Au pire, si on doit les rendre, eh bien on leur rendra, voilà. Et la politique de la ville est notre plus grand financeur et de leur côté à ***, pour eux, c’est pas grave. Il y a un peu de ça aussi, c’est d’aller là où c’est un peu plus sûr. La région, on ne fait pas de demande parce que c’est trop à droite. Le département, on n’a jamais été financés. Enfin, voilà, c’est aussi de voir où c’est possible et pour l’instant ça fonctionne et donc tant mieux.

51Une même stratégie d’adaptation aux positionnements des financeurs est développée par le centre social où évolue le témoin 7. Le succès de l’organisation d’un « stage jeunes », financé sur la politique de la ville, permet de contrebalancer la baisse des financements accordés aux ateliers sociolinguistiques :

TEM7 : Il y avait un accord tacite pour continuer à nous financer en sachant très bien qu’on avait des sans-papiers ou des non primo-arrivants, parce qu’on a aussi des Français ou des Européens. Ceux-là, ils ne sont plus finançables au titre du BOP 104, qui est le critère de formation unique. Donc, premier niveau, un modus vivendi on va dire, mais très vite ça s’est crispé, surtout à la lumière de changements d’acteurs au niveau de la préfecture, à *** je parle. On s’est retrouvés face à un mur. Et là, il a fallu réorienter les choses et représenter un peu autrement les ateliers sociolinguistiques, en faisant en sorte que ce soit plus au titre du BOP 104, et donc ce qu’on a obtenu c’est que la baisse du BOP104 soit un peu compensée, un peu seulement, par le BOP 147 qui est le crédit politique de la ville.

52La témoin 10 explique que la plus grande partie des actions linguistiques menées au sein de son association sont financées par des fondations privées :

TEM10 : […] On se pose la question de manière générale à *** [nom de l’association] de faire attention de ne pas faire à la place du Gouvernement, sans avoir été subventionnés. Même au niveau juridique, là on sort un peu mais je ne vais pas faire trop d’aparté. L’association accompagne les personnes pour qu’elles puissent déposer en préfecture… Les méandres administratifs pour arriver à comprendre et déposer des choses à la préfecture sont compliqués. D’ailleurs, les préfectures renvoient aux associations, mais les associations ne sont pas subventionnées pour ça et c’est assez étrange. Et pour l’apprentissage du français, il y a un manquement et c’est pas pour autant qu’on est subventionnés. La majorité de nos financements, en étant très général à *** [nom de l’association], ce ne sont pas des subventions publiques, il y en a quand même mais…

  • 18 J’ai pu me rendre compte, en assistant pour une mission d’expertise à un entretien initial du contr (...)

53Il est intéressant de montrer combien les actions glottopolitiques, qui pallient ici un besoin identifié, sont prises en charge par une action bénévole et par le financement majoritaire de bailleurs de fonds privés. Pour autant, les instances glottopolitiques sont amenées à s’appuyer sur les « bonnes pratiques » de ces associations lorsqu’elles servent leur intérêt, à l’instar des associations qui aident le travail des préfectures18.

Quand les instances s’appuient sur des actions glottopolitiques pour légitimer leur argumentaire politique

54Le succès des actions menées pour faciliter la reprise d’étude des personnes exilées dans l’enseignement supérieur a été salué par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, lors d’un communiqué de presse en avril 2019. Elle s’est félicitée de l’habilitation des « DU Passerelle – Étudiants en exil » par le MESRI et de l’ouverture des bourses et logements Crous pour les étudiants réfugiés qui y sont inscrits, à la rentrée universitaire 2019/2020. On notera que ce communiqué ne fait ni état des actions bénévoles qui ont permis l’institutionnalisation de ces DU, ni des négociations qui ont permis l’ouverture des droits aux logements ou aux bourses :

Le Comité interministériel à l’intégration de juin 2018 a montré l’engagement du Gouvernement pour faire en sorte que nous accueillions mieux les étudiants réfugiés et bénéficiaires de la protection subsidiaire. J’ai souhaité que nous allions plus loin encore car l’un des enjeux majeurs des étudiants en exil est de pouvoir commencer ou reprendre des études dans des conditions décentes, avec une véritable perspective d’insertion professionnelle et sociale. En ouvrant l’accès à l’ensemble des dispositifs d’aide qu’offre l’État, nous augmentons les chances de succès. Je sais pouvoir compter sur la mobilisation de l’ensemble de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche pour cela19.

55À l’occasion d’une autre enquête, j’ai pu réaliser un entretien avec une agente évoluant au sein du ministère de l’Intérieur, chargée de l’intégration des réfugiés (que l’on va appeler témoin 11). Face à ma question sur la légitimité de ne pas inclure les demandeurs d’asile dans les dispositifs de formation linguistique de l’OFII, elle m’entretient d’une expérimentation en cours pour soixante « demandeurs d’asile relocalisés » – à comprendre, arrivés par bateau sur les côtes européennes et accueillis par l’État français – qui ont une forte chance d’obtenir une protection internationale :

TEM11 : […] Et ces personnes-là, euh, peuvent bénéficier éventuellement de cours de français, mais ce sont des cours, pas par l’OFII, ce ne sont pas des cours officiels. Ce sont des cours dispensés par des associations sociolinguistiques dans les territoires.

CP : Ah oui, d’accord, ok.

TEM11 : Donc l’expé, elle est assez modeste. Mais c’est quand même, ça existe déjà plus ou moins, comme vous le disiez, il y a certaines associations clairement qui donnent des cours de français quel que soit le statut de la personne. On va pas aller vérifier, mais c’est quand même important dans le sens où ça envoie un message politique assez fort de dire l’État soutient, pour ce public-là, l’anticipation de l’apprentissage linguistique en vue de son intégration future.

CP : Est-ce que cette expérimentation a un nom ? Est-ce qu’on peut se renseigner sur ce projet ?

TEM11 : Bah c’est moi en fait qui peux vous renseigner… (rires) 

CP : Ah ok ! (rires)

TEM11 : C’est si modeste qu’on va dire que c’est moi le chef de projet de ce truc-là. (rires)

CP : D’accord, il n’y a pas eu d’article de presse ?

TEM11 : Nan.

CP : Ou de communication officielle ?

TEM11 : Nan, franchement nan, parce que c’est vraiment très modeste pour le moment, euh… donc c’est pas du tout, euh... Enfin, bon, si quand même, j’y pense. Il y a un mois de ça, il y a un nouveau rapport parlementaire qui est paru sur l’intégration professionnelle des réfugiés par les parlementaires M. Barrot et Mme Dupont et ils font des recommandations pour renforcer l’intégration professionnelle des réfugiés. Et parmi ces recommandations, donc moi évidemment je l’ai lu, j’ai été assez étonnée de voir que dans la recommandation n° 9, ils parlent de cette expérimentation justement en invitant à la mettre pleinement en avant.

56Cette « expérimentation » a bien entendu lieu depuis des décennies dans les associations de proximité, qui n’ont pas attendu le feu vert du ministère pour accueillir les demandeurs d’asile dans leurs actions de solidarité. Les agents du ministère de l’Intérieur le savent bien. La prise en charge des demandeurs d’asile « relocalisés » n’est pas anodine. Elle est bien entendu à resituer dans le contexte de la « crise des migrants » de 2015, où les arrivées par bateau de migrants ont engendré une vague de « compassion » dans l’opinion publique et médiatique. La prise en charge de ces demandeurs d’asile répond en ce sens à un engagement valorisé, même s’il laisse de côté la très grande majorité d’entre eux. La gêne de l’agente s’explique par la modestie de cette action : soixante personnes sont « éventuellement » concernées, qui n’ont pas le droit de rejoindre à titre expérimental les « cours officiels » du contrat d’intégration républicaine. L’action est invisible, et se limite à un financement exceptionnel délivré à des associations.

  • 20 Un rapport du député parlementaire Aurélien Taché, 72 propositions pour une politique ambitieuse d’ (...)

57Le rapport des députés Barrot et Dupont relatif à l’intégration professionnelle des demandeurs d’asile et des réfugiés (2020) préconise en effet de « favoriser un accès anticipé de certains demandeurs d’asile aux formations linguistiques en créant une forme de “pré-contrat d’intégration républicaine20” » (Barrot et Dupont, 2020 : 64). La gêne de l’agente s’explique aussi par le fait qu’elle n’a pas été au courant de l’utilisation de son « expérimentation » dans l’argumentaire des députés :

Dans ce cadre, ils invitent le Gouvernement à mettre pleinement en œuvre l’action n° 17 de la stratégie nationale pour l’accueil et l’intégration des réfugiés projetant d’expérimenter les cours de français pour les demandeurs d’asile inscrits dans le cadre de programmes spécifiques (relocalisation, visa au titre de l’asile). Prévue en 2018, cette action a été peu mise en œuvre puisque moins d’une centaine de personnes ont bénéficié de cette mesure. (Barrot et Dupont, 2020 : 64)

58Le rapport ne mentionne pas que cette action a été mise en œuvre à l’occasion d’ateliers sociolinguistiques, dans le milieu associatif, ni que « l’expérimentation » a bien lieu depuis des décennies dans des associations de proximité. Ici, les actions glottopolitiques servent d’exemples pour la planification de futurs aménagements linguistiques. Les cours de français dans les associations de proximité font figure de « bonne pratique » à institutionnaliser.

Conclusion

59L’article, ancré dans une perspective de recherche pluridisciplinaire, met en avant le feuilletage complexe des échelles d’influence dans la construction des politiques linguistiques et éducatives, en puisant dans les apports de la sociologie et de la science politique. L’objectif était d’articuler les échelles macro-institutionnelles et micro-individuelles, en confrontant décisions politiques et pratiques déclarées d’acteurs censées contribuer à leur mise en œuvre. Ont été étudiées les modalités d’engagement de dix agents œuvrant dans le domaine associatif pour un droit inconditionnel à la formation linguistique des personnes migrantes, quel que soit leur statut administratif. Tous déploient des actions pour faire entendre leurs revendications auprès d’instances, la majorité le fait ici à titre bénévole, en complément d’une carrière familiale et professionnelle. La légitimité du bénévolat a été questionnée. D’aucuns défendent la nécessité de s’organiser localement pour pallier les manques des politiques publiques. D’autres envisagent leur action bénévole comme vouée à disparaitre et à être assurée par les instances institutionnelles, une fois leurs revendications entendues. Les associations, comme « structures de sociabilité » (Guespin, 1985), sont le lieu où l’engagement, parfois militant, se crée, s’organise et s’entretient. Une analyse plus complète des glottopolitiques engagées et solidaires dans la formation linguistique des adultes migrants devrait prendre en compte les processus d’influence et d’incidence entre les échelles macro-institutionnelle, méso et micro-individuelle. L’article a pu montrer que ces agents participent collectivement à la construction des politiques linguistiques et éducatives.

60Il a été question de montrer comment des actions glottopolitiques engagées peuvent avoir un impact sur le contenu de ces politiques. Ici, les négociations et revendications ont permis d’ouvrir des diplômes universitaires en langue française (DU) pour les étudiants exilés à l’université, d’ouvrir le droit à des logements et bourses Crous aux étudiants réfugiés inscrits dans ces DU. Certaines revendications ne sont pas accordées par les instances, notamment celles visant à garantir des formations linguistiques institutionnelles à toute personne migrante, sans distinction de statut. Des stratégies de contournement et de résistance glottopolitique permettent aux agents de poursuivre leurs activités de formation. Ainsi, plusieurs réponses sont faites face aux pressions exercées aux associations pour se conformer au marché public du « BOP 104 », exclusivement destiné aux primo-arrivants signataires du CIR : ne pas remplir les listes d’émargement demandant le numéro CIR des apprenants et trouver d’autres financements leur permettant de ne pas dépendre exclusivement de ce marché public. Parce que le ministère de l’Intérieur et le MESRI refusent d’ouvrir les bourses sur critère sociaux à tous les étudiants exilés inscrits dans les DU passerelles, des arrangements sont trouvés pour accorder des bourses exceptionnelles et neutraliser la distinction entre les différents statuts administratifs des étudiants. Enfin, ces actions de solidarité peuvent être reprises à bon compte par les décideurs politiques lorsqu’elles permettent de défendre leur argumentaire politique, ou encore servir de « bonnes pratiques » à reproduire pour la planification de futurs aménagements linguistiques.

Haut de page

Bibliographie

AMOSSY Ruth, 2010, La présentation de soi, Presses universitaires de France, Paris.

BARROT Jean-Noël, DUPONT Stella, 2020, Rapport d’information déposé en application de l’article 146 du règlement par la commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire relatif à l’intégration professionnelle des demandeurs d’asile et des réfugiés, URL : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion_fin/l15b3357_rapport-information# (consulté le 22/03/2021).

BLANCHET Philippe, 2012 [2000], La linguistique de terrain, méthode et théorie. Une approche ethnosociolinguistique de la complexité, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

BLANCHET Philippe, 2016, « Les apports d’une perspective glottopolitique en didactique du français », dans Philippe, Blanchet (coord.), Politiques linguistiques et enseignement-apprentissage de français : quelles perspectives pour la pluralité linguistique ? EME Éditions, Louvain-la-Neuve, p. 11-18.

BOURDIEU Pierre, 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 62-63, p. 69-72, URL : https://www.persee.fr/doc/arss_0335-5322_1986_num_62_1_2317 (consulté le 22/03/2021).

BULOT Thierry, 2006, La langue vivante. L’identité sociolinguistique des Cauchois, L’Harmattan, Paris.

BULOT Thierry, BLANCHET Philippe, 2013, Une introduction à la sociolinguistique : pour l’étude des dynamiques de la langue française dans le monde, Éditions des archives contemporaines, Paris.

BUTON François, 2010, « Histoires d’institutions. Réflexions sur l’historicité des faits institutionnels », Raisons politiques, vol. 40, n° 4, p. 21-41, URL : https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2010-4-page-21.htm (consulté le 22/03/2021).

CALVET Louis-Jean, 1996, Les Politiques linguistiques, Presses Universitaires de France, Paris.

CALVET Louis-Jean, 2013 [1993], La sociolinguistique, Presses Universitaires de France, Paris.

CAUBET Dominique, 2000, « Politiques linguistiques individuelles au Maroc : arabe marocain, arabe standard, français, anglais, coexistence pacifique », dans Pierre, Dumont et Christine, Santodomingo (dir.), La Coexistence des langues dans l’espace francophone, approche macrosociolinguistique : deuxièmes journées scientifiques du Réseau de L’AUF Sociolinguistique et dynamique des langues, AUPELF-UREF, Montréal, Paris, p. 235‑242.

DEPREZ Christine, 1996, « Politique linguistique familiale : le rôle des femmes », dans Caroline Juillard et Louis-Jean Calvet (dir.), Les politiques linguistiques, mythes et réalités : premières journées scientifiques du Réseau thématique de recherche sociolinguistique et dynamique des langues, FMA, AUPELF-UREF, Beyrouth, Montréal, p. 155–161.

DUBOIS Vincent, 2010 [1999], La vie au guichet : relation administrative et traitement de la misère, Economica, Paris.

FERRAND-BECHMANN Dan, 1992, Bénévolat et solidarité, Syros-Alternatives, Paris.

FILLEULE Olivier, 2001, « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de sciences politiques, vol. 51, n° 1-2, p. 199-215, URL : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-science-politique-2001-1-page-199.htm (consulté le 22/03/2021).

GUESPIN Louis, 1984, « Matériaux pour une glottopolitique », Cahiers de linguistique sociale, n° 7, Publication de l’Université de Rouen, Mont-Saint-Aignan, p. 1-23.

GUESPIN Louis, 1985, « Les structures de sociabilité, un niveau d’analyse pour l’approche du langage », La Pensée, n° 244, p. 120-129, URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k62023092/f122.item (consulté le 22/03/2021).

GUESPIN Louis, MARCELLESI Jean-Baptiste, 1986, « Pour la glottopolitique », Langages, n° 83, p. 5-34, https://www.persee.fr/doc/lgge_0458-726x_1986_num_21_83_2493 (consulté le 22/03/2021).

GOGGIN Malcom L., LESTER James P., O’TOOLE Laurence et BOWMAN Ann O., 1990, Implementation theory and practice: a third generation, Glenview, Scott, Foresman; Boston, Mass, Little, Brown.

HAVARD DUCLOS Bénédicte, NICOURD Sandrine, 2005a, Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité, Payot, Paris.

HAVARD DUCLOS Bénédicte, NICOURD Sandrine, 2005b, « Le bénévolat n’est pas le résultat d’une volonté individuelle », Pensée plurielle, 1, n° 9, p. 61-73. URL : https://www.cairn.info/revue-pensee-plurielle-2005-1-page-61.htm (consulté le 22/03/2021).

LECLERCQ Véronique, 2012, « La formation des migrants en France depuis l’alphabétisation des années 60 », dans Hervé, Adami, Véronique, Leclercq (éds.), Les migrants face aux langues des pays d’accueil : Acquisition en milieu naturel et formation, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, p. 173-196.

LECONTE Fabienne, PRADEAU Coraline, à paraitre en 2022, « Glottopolitiques vis-à-vis des exilés et des mineurs non accompagnés en France », Études de linguistique appliquée, n°203.

LIPSKY Michael, 1980, Street-level bureaucracy: dilemmas of the individual in public services, Russel sage Foundation, New-York.

NICOURD Sandrine, 2009, « Introduction : Pourquoi s’intéresser au travail militant ? », dans Sandrine, Nicourd, (dir.), Le travail militant, Presses universitaires de Rennes, Rennes, p. 13-23.

ROBILLARD Didier de, 1997, « Planification », dans Marie-Louise Moreau (dir.), Sociolinguistique, concepts de base, Mardaga, Bruxelles, p. 229-230.

SAWICKI Frédéric, SIMEANT Johanna, 2009, « Décloisonner la sociologie de l’engagement militant. Note critique sur quelques tendances récentes des travaux français », Sociologie du travail, vol. 51, n° 1, URL : http://journals.openedition.org/sdt/16032 (consulté le 22/03/2021).

SEBASTIANI Chiara, 2004, « La solidarité : discours, politiques et pratiques », dans Marc-Henry, Soulet (éd). Solidarité : exigence morale ou obligation publique ?, Academic Press Fribourg, Fribourg, p. 21-47.

SIMONET Maud, 2010, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, La Dispute, Paris.

SIMONET Maud, 2018, Le travail gratuit : la nouvelle exploitation ?, Textuel, Paris.

SPIRE Alexis, 2005, Étrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Bernard Grasset, Paris.

SPOLSKY Bernard, 2004, Language policy, Cambridge University Press, New York.

TACHÉ Aurélien, 2018, 72 propositions pour une politique ambitieuse d’intégration des étrangers arrivant en France, Rapport au Premier ministre. URL : https://www.vie-publique.fr/rapport/37165-72-propositions-pour-une-politique-ambitieuse-dintegration-des-etranger (consulté le 22/03/2021).

WARIN Philippe, 1999, « Les “ressortissants” dans l’analyse des politiques publiques », Revue française de science politique, 49, n° 1, p. 103-120, URL : https://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1999_num_49_1_395357 (consulté le 22/03/2021).

ZEITER Anne-Christel, 2019, « Des discours de référence à l’action. Quelques paradoxes de la transmission du français par des bénévoles actifs dans l’accueil des migrants », dans Anne, Dister, Sophie, Piron. (éds.) Les discours de référence sur la langue française, Presses de l’Université Saint-Louis, Bruxelles, p. 101-126.

Haut de page

Notes

1 Si leur niveau de français est jugé inférieur au niveau A1 du cadre européen commun de référence pour les langues.

2 L’État, ou comme il l’écrit en 1996, « une entité disposant au sein de l’État d’une certaine autonomie politique » (Calvet, 1996 : 11).

3 Le terme de témoin est ici privilégié pour référer aux personnes interviewées pour les besoins de cette recherche, « terme largement adopté depuis les années 2000 » en sociolinguistique dans les travaux d’enquêtes (Blanchet, 2012 [2000] : 45-46).

4 Accueil et intégration des migrants dans l’enseignement supérieur

5 Cet appel à projets « Formation de formateurs » est disponible à cette adresse : https://www.auf.org/nouvelles/appels-a-candidatures/programme-aimes-accueil-integration-migrants-lenseignement-superieur-appel-a-projets-2019-bis-formation-de-formateurs/(consulté le 22/03/2021).

6 Retranscription des tours de parole : TEM1 pour témoin 1, et CP pour Coraline Pradeau.

7 Le nom de la témoin 2 a été supprimé. Toute astérisque renvoie à un extrait du corpus effacé pour anonymiser le témoignage des témoins.

8 « Le terme de “ressortissants” des politiques publiques désigne communément les individus, les groupes socio-professionnels et les institutions à qui les politiques sont destinées » (Warin, 1999 : 103).

9 Trois témoins (6, 8 et 10) évoluent dans un emploi associatif, qu’ils valorisent par rapport à d’autres métiers car « doté d’un supplément d’âme », et ne sont donc pas inclus dans cette partie (Havard Duclos et Nicourd, 2005a : 138).

10 La notion de trajectoire est à entendre comme une « série des positions successivement occupées par un même agent (ou un même groupe) dans un espace lui-même en devenir et soumis à d’incessantes transformations » (Bourdieu, 1986 : 71)

11 La sociologie le définit comme « toute forme de participation durable à une action collective visant la défense ou la promotion d’une cause » (Sawicki et Siméant, 2009 : en ligne).

12 Toutes deux portent « une attention égale aux processus et [à] la dialectique permanente entre histoire individuelle et institution et plus généralement [aux] contextes » (Filleule, 2001 : 200).

13 En sociologie politique, une des acceptions de la notion considère l’institution comme « toute organisation fonctionnant de façon régulière dans la société, selon des règles explicites (notamment juridiques) mais aussi implicites, et sur un ressort précis. École, hôpital, asile, prison, etc., on retrouve les organisations que Erving Goffman, Pierre Bourdieu, Michel Foucault, et bien d’autres après eux, ont étudiées et critiquées comme instruments de domination, d’oppression et/ou de reproduction sociale » (Buton, 2010 : 23).

14 Pour une analyse plus précise, se référer à l’article « Glottopolitiques vis-à-vis des exilés et des mineurs non accompagnés en France » (Leconte et Pradeau, à paraitre).

15 Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

16 Thierry Mandon, alors secrétaire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

17 En l’état actuel du droit, les universités sont tenues d’inscrire les étudiants internationaux sans vérifier la régularité de leur séjour. Les seules dispositions pour l’admission des étudiants étrangers sont listées dans les articles D612-11 à D612-18 du code de l’éducation. En vertu des articles des articles D. 612-7 et D. 612-8, les candidats étrangers régulièrement inscrits bénéficient des mêmes droits que les étudiants français en termes de transfert, inscription dans un deuxième établissement public d’enseignement supérieur, réorientation… Les universités n’ont pas les compétences pour contrôler les statuts administratifs des étudiants, qui demeurent propre aux services du ministère de l’Intérieur. En effet, les étudiants sont dans l’impossibilité de présenter un titre de séjour lors de leur inscription car ce titre leur sera délivré, dans la plupart des cas, postérieurement à cette même inscription. Selon les articles L. 313-7 et R. 313-7 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA), les étrangers qui demandent une carte de séjour « étudiant » doivent préalablement présenter un certificat d’inscription dans un établissement d’enseignement. Enfin, la circulaire n° 2002-214 du 15 octobre 2002 relative aux conditions d’inscription des étudiants étrangers dans les établissements d’enseignement supérieur précise que « toute demande d’inscription doit être examinée au fond de manière circonstanciée, la situation du demandeur devant toujours être prise en compte, nonobstant les conditions d’entrée en France ».

18 J’ai pu me rendre compte, en assistant pour une mission d’expertise à un entretien initial du contrat d’intégration républicaine en plateforme OFII, que l’agente en charge de l’entretien renvoyait pour les différentes questions d’hébergement, de réunification familiale, d’assistance sociale à des associations de solidarité, et distribuait leurs prospectus.

19 Le communiqué de presse est disponible à cette adresse : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid140994/les-etudiants-refugies-et-beneficiaires-de-la-protection-subsidiaire-auront-acces-aux-bourses-et-aux-logements-du-crous-a-la-rentree-2019.html (consulté le 22/03/2021).

20 Un rapport du député parlementaire Aurélien Taché, 72 propositions pour une politique ambitieuse d’intégration des étrangers arrivant en France, proposait déjà d’inclure les demandeurs d’asile dans les cours de langue de l’OFII (Taché, 2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coraline Pradeau, « Actions glottopolitiques pour les oubliés des politiques linguistiques et éducatives : accueil et formation des personnes exilées et sans-papiers »Glottopol [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/1756 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.1756

Haut de page

Auteur

Coraline Pradeau

Université de Rouen Normandie, DYLIS (EA 7474), en délégation à l’Université de la Nouvelle-Calédonie, ERALO
Coraline Pradeau est maitresse de conférences en sciences du langage, actuellement en délégation à l’Université de la Nouvelle-Calédonie. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2018, est publiée aux Presses Sorbonne Nouvelle sous le titre Politiques linguistiques d’immigration et didactique du français. Regards croisés sur la France, la Belgique, la Suisse et le Québec (2021).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search