Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Compte-rendusCarmen Alén Garabato & Henri Boye...

Compte-rendus

Carmen Alén Garabato & Henri Boyer, Le marché et la langue occitane au vingt-et-unième siècle : microactes glottopolitiques et substitution

2020, Limoges, Lambert-Lucas, 140 p.
Coraline Pradeau
Référence(s) :

Carmen Alén Garabato & Henri Boyer, 2020, Le marché et la langue occitane au vingt-et-unième siècle : microactes glottopolitiques et substitution, Limoges, Lambert-Lucas, 140 p.

Texte intégral

1Carmen Alén Garabato et Henri Boyer ont publié en 2020 l’ouvrage Le marché et la langue occitane au vingt-et-unième siècle : microactes glottopolitiques et substitution. Carmen Alén Garabato est professeure en sciences du langage à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, directrice du laboratoire Dipralang. Ses recherches portent sur les situations de contacts de langues (particulièrement en France et en Espagne) et leur gestion glottopolitique. Elle a publié de multiples ouvrages sur ces questions, dont le récent Identités, conflits et interventions sociolinguistiques, en 2018. Henri Boyer est professeur en sciences du langage émérite à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, membre du laboratoire Dipralang. Il a publié de nombreux travaux sur les conflits et les politiques linguistiques, dont une Introduction à la sociolinguistique parue en 2001 (rééditée en 2017), et le récent Faits et gestes d’identité en discours paru en 2016.

2L’ouvrage répond à l’observation partagée d’une visibilité accrue de l’occitan en Région Occitanie, dans la communication sociale et le paysage scriptural urbain (particulièrement dans le domaine commercial et les produits agroalimentaires). Il prend appui sur une enquête documentaire et par entretiens semi-dirigés menée dans le cadre du projet de recherche ECO OC (L’occitan face au marché), cofinancée par la Délégation générale à la langue française et aux langues de France et le laboratoire Dipralang, et coordonnée par Carmen Alén Garabato. Les auteurs interrogent les ressorts et les motivations de cet attrait pour l’occitan.

3L’ouvrage s’appuie sur un corpus de vingt-deux entretiens semi-dirigés, sur des photographies illustrant les usages de l’occitan dans le domaine commercial et sur diverses enquêtes portant sur les pratiques linguistiques et les représentations de la langue occitane. L’ouvrage est organisé en cinq parties. Il est encadré par une introduction, une table des illustrations, les fiches d’identification des entretiens cités et, en annexe, deux articles scientifiques d’Henri Boyer (1984) et de Carmen Alén Garabato (2007) sur les usages de l’occitan dans les entreprises, montrant combien ce sujet occupe leurs recherches depuis de nombreuses années.

4Le premier chapitre présente les notions théoriques qui seront développées tout au long de l’ouvrage, qui a pour cœur l’état de minor(is)ation de l’occitan (p. 11). Cette proposition graphique permet ingénieusement de rendre compte de l’intrication de deux phénomènes de domination linguistique : la minoration sociolinguistique (d’ordre qualitatif), souvent charriée de représentations négatives, qui conduit à restreindre les usages sociétaux d’une langue qui devient alors minorée ; et la minorisation démolinguistique (d’ordre quantitatif), qui concerne la diminution du nombre d’usagers de cette langue bien que celle-ci puisse, par ailleurs, avoir une forte visibilité et vitalité sociolinguistiques.

5Les auteurs reviennent sur le phénomène de patrimonialisation de la langue, abordé au fil des entretiens dans des mises en scène discursives. Un point est consacré aux « gestes d’identité dans l’ordre langagier » (p. 16), car la dynamique identitaire de micro-actes linguistiques, dits glottopolitiques, est analysée. L’échelle d’analyse « micro » est donc ici privilégiée, parmi une intéressante proposition de typologie d’actions glottopolitiques comprenant : des actions glottopolitiques globales (ou nationales), des actions territoriales (régionales, départementales, communales), familiales et locales et/ou réseaulectales (qui ne touchent qu’une partie de la société via par exemple des associations, des clubs, des groupes). Arrive, en dernier lieu, l’échelle des micro-actes glottopolitiques, menés par « des acteurs agissant sur le terrain de leur activité sociale (professionnelle singulièrement) sans forcément s’intégrer à un réseau » (p. 17).

6Enfin, un dernier préalable théorique est consacré au conflit de langues (de type diglossique) et aux représentations liées à des situations de domination linguistique. Deux pôles de résolution de ce conflit sont présentés. Le premier a pour moteur une idéologie diglossique hégémonique, contre laquelle il n’y a pas eu de loyauté massive des locuteurs de la langue minorée concernée. La substitution ethno-sociolinguistique est alors inévitable. Le second pôle se nourrit d’une contre-idéologie, selon laquelle les usagers d’une langue minorée ont témoigné d’une loyauté linguistique, maintenant et développant les usages sociétaux de cette langue tout en l’inscrivant dans un processus de normalisation sociolinguistique (définie plus loin dans l’ouvrage comme « la pleine récupération des usages sociétaux » d’une langue, p. 35). Les auteurs s’intéressent ici à une variante de cette loyauté linguistique, où la valorisation passe par une représentation patrimoniale et dynamique de la langue, « pourvoyeuse de plus-value identitaire » (p. 19), et moteur d’appellations diverses en langue occitane dans le domaine touristique.

7Le deuxième chapitre offre un regard diachronique sur le conflit sociolinguistique franco-occitan, en se focalisant particulièrement sur la fin du XXe siècle jusqu’au début du XXIe siècle. Il donne à voir les transformations de la configuration ethno-sociolinguistique de l’espace occitan. Les deux auteurs rappellent les étapes de la substitution programmée de l’occitan vers un unilinguisme français, et ce depuis l’annexion des terres occitanes à la couronne de France au Moyen-âge, en passant par la Révolution et la IIIe République. La notion de francitan est développée ; elle correspond à l’interlangue historique où le français s’est installé dans la communication orale, soit lors de la période révolutionnaire, puis de la première moitié du XIXe siècle. Bien que durant la IIIe République, la scolarité obligatoire et la politique d’assimilation linguistique rêvée par l’Abbé Grégoire visent une substitution programmée de l’occitan, son usage reste dominant à la campagne et important en ville. Un tournant a lieu après la Deuxième Guerre mondiale ; le français s’impose alors sur l’occitan, avec la démocratisation de l’enseignement et le développement de médias en langue française.

  • 1 GUESPIN, Louis, MARCELLESI, Jean-Baptiste, 1986, « Pour la glottopolitique ». Langages, n° 83, p. 5 (...)

8Les auteurs évoquent plus en détail la situation contemporaine de l’occitan en faisant une intéressante distinction entre des politiques linguistiques de par en haut (à comprendre institutionnelles) et des politiques linguistiques de par en bas (on est bien ici dans l’approche glottopolitique de Louis Guespin et Jean-Baptiste Marcellesi1, où des actions menées individuellement sont prises en compte dans l’analyse sociolinguistique). Le cadre institutionnel est posé en premier lieu. Il est rappelé la reconnaissance limitée des langues régionales, et parmi elles de l’occitan, bien que des avancées soient soulignées en la matière (notamment la signature, et non la ratification, de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires et l’ajout d’un article 75-1 à la Constitution selon lequel « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France »). L’enseignement de l’occitan à l’école est possible depuis la loi Deixonne de 1951 et les circulaires Savary des années quatre-vingt, et plus en plus d’élèves souhaitent l’apprendre. Pour autant, son organisation dépend de la bonne volonté des Régions, des académies et des écoles, et l’idéologie unilinguiste française entrave un plus grand développement des filières bilingues. En conséquence, l’occitan est peu transmis ; sa fonction communicative s’est perdue quand, en parallèle, sa valeur symbolique s’est maintenue voire renforcée. La présentation à grands traits des politiques linguistiques de par en bas fait écho au numéro de Glottopol (n° 36) dans lequel ce compte-rendu trouve place. Il est ici question de glottopolitiques ascendantes menées dans l’objectif de développer l’utilisation et la transmission de l’occitan. Elles sont menées en grande partie par des associations de locuteurs et de défenseurs du patrimoine occitan (notamment par des publications et des manifestations culturelles) et, également par des structures infra-étatiques (dans le cadre de glottopolitiques territoriales) telles que l’Office public de la langue occitane, créé en 2016.

9Le troisième chapitre présente les processus expliquant la présence de l’occitan dans le commerce. Les auteurs font état des stratégies de normalisation linguistique institutionnelles ou militantes. Ils indiquent que la normalisation est menée par une politique de par en haut. La normativisation est un préalable à la normalisation linguistique ; elle implique l’usage d’une variété linguistique normée par les usagers. La normalisation est alors d’autant mieux acceptée par la population que les représentations négatives en contexte diglossique (notamment dans le domaine économique) sont contrecarrées. Parmi les stratégies de normalisation évoquées, notons la création en 1996 d’un Servici de la lenga occitana (mis en place conjointement par la Région Languedoc-Roussillon et l’Université Paul-Valéry Montpellier III) pour accompagner les usages ponctuels de l’occitan. En 2006, un label Òc per l’Occitan (Oui pour l’Occitan) a été créé à l’attention des entreprises et des associations engagées en faveur de l’occitan. Enfin, une marque proposée au niveau départemental, « Tarn, cœur d’Occitanie », promeut le patrimoine occitan, notamment culturel et linguistique.

10D’autres processus expliquant la présence de l’occitan dans le commerce sont plus rapidement proposés à l’analyse. Des stratégies de glocalisation sont également à l’œuvre, soit des stratégies commerciales pour cibler des consommateurs. L’exploitation du patrimoine linguistique occitan s’avère alors rentable en termes marketing. Une célébration identitaire ou encore des stratégies de terroirisation sont évoquées, définies comme des « stratégies d’ancrage territorial de certains produits du terroir » (p. 45), notamment par la langue alors gage d’authenticité.

11Le quatrième chapitre présente les principaux résultats de l’enquête qualitative et quantitative ECO OC. Les chercheurs se sont d’abord attachés à une étude documentaire visant à recueillir le nom des entreprises (commerciales) en Région Occitanie comportant de l’occitan (ou du francitan) et/ou des désignants identitaires (« Oc », « occitan », « Occitanie »), et observent ces dénominations dans une approche diachronique. Quoique le phénomène soit minoritaire, une augmentation du recours à l’occitan est observable chez les petites entreprises, principalement de tourisme et de produits agroalimentaires. Les chercheurs se sont aussi intéressés à la dénomination de produits agroalimentaires, notamment les pâtes, les bières et les vins où la dynamique de l’usage de l’occitan est particulièrement visible. Une place importante est laissée aux témoignages des artisans et des commerçants, qui présentent les histoires à l’origine des nombreuses créativités désignatives de leurs produits (données à voir également par des photographies).

  • 2 HELLER Monica, 2008, « Repenser le plurilinguisme : langue, postcolonialisme et la nouvelle économi (...)

12Le cinquième chapitre révèle les éléments d’analyse de l’enquête ECO OC. Les patrons d’entreprises défendent une vision réelle et moderne de l’occitan et s’inscrivent pour la plupart dans un processus de normalisation linguistique, en témoignant d’une conscience linguistique dans leur usage de l’occitan et d’un respect de la norme. Les chercheurs observent une rupture de la transmission de l’occitan comme héritage, et une transmission en tant que patrimoine. De fait, les phénomènes sociolinguistiques décrits au long de l’ouvrage s’inscrivent, selon eux, dans une patrimonialisation de la langue, et non dans une folklorisation. Ces micro-actes glottopolitiques ne sont pas entrepris pour tirer profit de stéréotypes pittoresques, même si les auteurs reconnaissent une certaine « marchandisation de l’authenticité » (p. 94) (en empruntant cette formule à Monica Heller, 20082). Cette patrimonialisation n’est pas synonyme d’immobilisme ou de fermeture. Les commerçants et artisans interrogés sont très attachés à leur territoire et, en même temps, ouverts vers l’international. Tous témoignent d’un respect de l’occitan en réintégrant cette langue, qui fait déjà partie de leur biographie langagière, dans leurs activités professionnelles.

13Les chercheurs notent que l’occitan n’est plus une langue dialectisée d’une communauté linguistique, mais plutôt une langue de travail ou encore un code dans un ou des réseaux. Il ne faut pas voir dans ces micro-actes linguistiques la production d’une contre-idéologie diglossique. Ils ne visent pas une normalisation linguistique militante sur le plan macro-glottopolitique. Il n’y pas de revendication de s’inscrire dans un renversement de la substitution. Ces micro-actes glottopolitiques constituent bel et bien une façon de sortir du conflit franco-occitan, bien qu’il n’y ait pas de projet de contrecarrer ce conflit diglossique pluriséculaire.

14Une normativisation de l’occitan est observable, et plus seulement chez les élites. Les enquêtés font souvent le choix d’une variante normée, selon une graphie classique ou « savante » ; ils font la démarche d’aller « chercher » la bonne graphie pour la dénomination de leur entreprise ou de leurs produits. Et si certains font le choix d’une graphie « phonétique » pour que les non-occitanophones prononcent correctement le nom, ils disent éprouver une « frustration » à ne pas avoir opté pour la graphie « correcte » (p. 100).

15Les auteurs en concluent que les langues régionales contribuent au développement économique régional et local. Ces micro-actes glottopolitiques s’inscrivent dans un mouvement altermondialiste, de considération pour les origines et les terroirs, et dans une modernité écoresponsable. Surtout, ils produisent une valorisation et une légitimité socio-culturelles au patrimoine occitan. Cet ouvrage facile d’accès, à la lecture agréable et qui fait la belle part aux témoignages des enquêtés est en lui-même un acte glottopolitique. En donnant de la visibilité à ces micro-actes linguistiques, il concourt à la dynamique en faveur de l’occitan qu’il décrit et documente avec beaucoup de soin.

Haut de page

Notes

1 GUESPIN, Louis, MARCELLESI, Jean-Baptiste, 1986, « Pour la glottopolitique ». Langages, n° 83, p. 5-34.

2 HELLER Monica, 2008, « Repenser le plurilinguisme : langue, postcolonialisme et la nouvelle économie mondialisée », Diversité urbaine, numéro hors-série, p. 163-176.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coraline Pradeau, « Carmen Alén Garabato & Henri Boyer, Le marché et la langue occitane au vingt-et-unième siècle : microactes glottopolitiques et substitution »Glottopol [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/1943 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.1943

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search