Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Compte-rendusValeria Villa-Perez (dir.), Minor...

Compte-rendus

Valeria Villa-Perez (dir.), Minorations en chansons. Approches sociolinguistiques

2021, Louvain-la-Neuve, EME Editions, 222 p.
Christine Perego
Référence(s) :

Valeria Villa-Perez (dir), 2021, Minorations en chansons. Approches sociolinguistiques, Louvain-la-Neuve, EME Editions, 222 p.

Texte intégral

1L’ouvrage Minorations en chansons sous la direction de Valeria Villa-Perez est publié chez l’Harmattan dans la collection Proximités Sociolinguistique et langue française dirigée par Philippe Blanchet. Il s’inscrit dans la veine des approches sociolinguistiques qui envisagent les langues dans une perspective humaniste de relations et de pratiques sociales ouvertes sur l’altérité, perspective qui donne sa couleur à la collection. Constatant que la chanson reste un objet peu étudié par les (socio) linguistes, les auteur.e.s de l’ouvrage ambitionnent de lui donner sa place en tant qu’objet sociolinguistique à part entière. La chanson est présentée à la fois comme un miroir des pratiques plurielles et créatives des locuteurs et comme un outil de résistance identitaire et linguistique au service de la revitalisation, visibilisation et transmission des langues minorées.

2L’ouvrage est issu des quatrièmes rencontres scientifiques du réseau mixte algéro-français de recherche-formation et de recherche sur la Langue française et les Expressions Francophones (LaFEF) qui s’est tenu à l’université Jean Monnet de Saint Etienne en novembre 2019. On ne s’étonnera donc pas que six des dix contributions aient pour contexte l’Algérie.

3Consacrés à la question de la minoration nous ne nous étonnerons pas non plus que les articles de ce volume nous guident de l’Algérie à la Corse en passant par la Nouvelle Calédonie et Madagascar, terrains fertiles de contacts de langues, de pratiques langagières plurilingues et corolairement de phénomènes de minoration, et, par conséquent, de revendications identitaires, politiques et linguistiques.

4Au fil des contributions nous « entendons » de l’arabe dialectal, du yiddish, du corse, des langues kanaks, du malgache, du tamazight. La diversité des contextes, des thématiques et des approches sociolinguistiques tant en milieu formel qu’informel, offre un riche panorama des capacités de la chanson en tant que vecteur d’engagement à être un moyen de renverser la minoration.

5L’ouvrage est organisé en deux parties. Le premier volet est consacré aux langues minorées et à la chanson pour son rôle en tant qu’outil d’intervention sociolinguistique. Le second est dédié aux chansons, à l’engagement et aux contacts des langues.

6Les trois premières contributions nous emmènent en Kabylie.

7Mehenna Mahfoufi puise dans ses archives personnelles pour nous présenter la musique traditionnelle kabyle des XIXe et XXe siècles et plus particulièrement les chants villageois non professionnels. Dans une approche historique, nous suivons la naissance et la diffusion des différents genres musicaux et comprenons l’urgence de s’intéresser à la diffusion du riche patrimoine immatériel constitué par la chanson kabyle avant que ses derniers dépositaires ne disparaissent.

8Hakim Menguellat et Marielle Rispail proposent d’interroger la fonction de la chanson dans l’expérience de la migration interne à travers une étude de cas. Ils analysent les discours sur la chanson d’un membre d’une famille kabylophone, originaire de la région de Tizi Ouzou, habitant la région de Blida. Ils rendent compte de la complexité sociolinguistique dans laquelle s’inscrit la chanson, son ancrage dans la structure sociale et culturelle de la communauté et son rôle de revendication autant que de refuge identitaire et langagier.

9Dans une perspective sociodidactique, Nadia Berdous interroge l’appropriation et l’usage de la chanson faite par l’enseignement du tamazight. Elle analyse des manuels scolaires récents du cycle primaire (4ème et 5ème années) édités en 2018 et en 2019, à partir d’angles différents mais complémentaires : la chanson kabyle, le mouvement de revendication identitaire et la transposition didactique de ces chansons. Son propos s’articule en deux temps, d’abord l’analyse d’un corpus de quelques chansons engagées puis celle d’un corpus tiré des manuels d’enseignement du tamazight exploitant la chanson. Elle met ainsi en évidence la « timidité » des manuels scolaires à exploiter la chanson engagée kabyle comme outil de connaissance et de compréhension de « l’histoire douloureuse du peuple et de sa langue ».

10Nous quittons la Kabylie pour la Nouvelle Calédonie avec la contribution de Stéphanie Geneix-Rabault et Véronique Fillol. Par une approche pluridisciplinaire mettant en dialogue plusieurs recherches qu’elles ont menées ces dernières années, elles analysent la fonction que la chanson peut endosser en tant qu’outil d’intervention sociodidactique et sociolinguistique en faveur de la revitalisation des langues kanaks en Nouvelle Calédonie. Envisagée comme un outil « d’empowerment » dans ce contexte, la chanson permet de lutter contre l’insécurité linguistique et permet l’émancipation.

11La dernière contribution du premier volet, proposée par Magali Cécile Bertrand, s’intitule « je ne parle pas yiddish, mais je le chante très bien » et se fonde sur une observation participante au sein d’une chorale à Strasbourg. Comme le titre le mentionne, très peu des participant.e.s savent parler en yiddish, mais ils/elles s’efforcent de le chanter au mieux. Construite sur l’analyse d’entretiens, la recherche met en lumière les différentes représentations sociolinguistiques (de valeur et de pratiques) qui esquissent les territoires et répertoires linguistiques comme musicaux, de sept choristes.

12Le second volet de l’ouvrage s’ouvre avec la contribution de Fatma-Fatiha Ferhani qui décrit la portée sociale de la chanson algérienne actuelle et engagée politiquement. Après un regard historique d’ensemble sur ce genre né du « melhoun » (poésie orale populaire), elle analyse les thématiques socio-politiques qui émergent dans la chanson de deux artistes : Baaziz et Raja Meziane. Analysant très précisément deux chansons considérées comme « œuvre globale des deux artistes », l’auteure montre comment « l’audace et la témérité de contenu de la chanson engagée semblent libérer davantage les formes linguistiques et, par souci d’exprimer la réalité crue de manière quasi documentaire, lui permettent de livrer davantage d’usages bruts du parler dans la diversité de ses variantes ».

13Il s’agit aussi de chanson militante en contexte algérien dans la contribution de Malika Kebbas, Attika Abbès-Kara et Kamila Oulebsir-Oukil. Elles analysent les discours « subversifs » des chansons dans le contexte de la crise politique du Hirak. À travers trois chansons, largement diffusées sur les réseaux sociaux, les chercheures soulignent la présence d’une pluralité linguistique (sous forme de langues, d’emprunts et d’alternance codique) et de genres en émettant l’hypothèse qu’il s’agirait d’une stratégie permettant d’introduire le dialogisme discursif et intertextuel.

14Dans la contribution suivante il est question de poésie musicale urbaine dans le contexte algérien. Mohammed Zakaria Ali-Bencherif s’intéresse à la mise en mots dans les chansons rai et rap de la harga, l’immigration clandestine conséquence de la hogra, ce mal-être dû à un sentiment d’injustice et d’abus de pouvoir. Le corpus d’étude est constitué de textes de chansons qui mettent en mots et en discours l’immigration, l’exil et la harga. La chanson est considérée « comme un exutoire pour dire les rêves et l’espoir dans un contexte de répression et d’injustice ». Principalement structurée autour d’une analyse de contenu, la recherche met également en lumière certaines particularités sociolangagières et sociodiscursives.

15Brigitte Rasoloniaina observe la mise en mots de la capitale malgache Antananarivo dans douze kalon’ny fahiny, « chants d’autrefois » ou « de jadis », encore chantés aujourd’hui. Après une présentation des caractéristiques de ce genre, la chercheure analyse les mises en mots de l’urbanisation et se demande si la ville était, pour ces artistes, un espace de revendication nationaliste et identitaire. L’utilisation d’un malgache standard soigné et rythmé dans les opérettes la conduit à poser l’hypothèse d’une « stratégie qui permettait aux auteurs-compositeurs de cette époque où on devait revendiquer l’indépendance, de montrer un nationalisme « irréprochable » auprès de leurs concitoyens tout en renforçant la centralité sociolinguistique d’Antananarivo.

16L’ouvrage se clôt avec l’article d’Alain Di Meglio et Nicolas Sorba qui esquissent « la grande fresque de la chanson corse ». Leur présentation est déclinée et illustrée en cinq chapitres selon cinq fonctions du chant corse qu’ils jugent primordiales « entendre, apprendre, être, agir et créer ». Ils abordent ainsi successivement par l’analyse des chants les problématiques liées à la langue, à l’école, aux traditions, aux luttes, pour terminer sur le constat que « les Corses créent beaucoup plus en corse qu’en français, inversant ainsi le caractère diglossique que l’on retrouve partout ailleurs ».

17Notre plus grand regret sera lui aussi sans surprise. Quelle frustration de ne pas entendre les langues et les chants évoqués au fil des contributions ! C’est pourquoi nous attendons avec impatience la potentielle édition d’un CD accompagnant l’ouvrage, évoquée par l’auteure dans une note de bas de page.

18Si l’ouvrage s’inscrit dans la lignée des recherches qui ont fait la part belle à la chanson, et notamment celles de Louis-Jean Calvet, il apporte un regard neuf et ouvre la voie pour des réflexions qui s’annoncent riches sur cette question complexe et plurielle de la minoration linguistique en envisageant de multiples pistes de résistances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Perego, « Valeria Villa-Perez (dir.), Minorations en chansons. Approches sociolinguistiques »Glottopol [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/1958 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.1958

Haut de page

Auteur

Christine Perego

Laboratoire CLLE-Montaigne, université Bordeaux Montaigne

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search