Skip to navigation – Site map

HomeNuméros36Compte-rendusPloog Katja, Calinon Anne-Sophie ...

Compte-rendus

Ploog Katja, Calinon Anne-Sophie et Thamin Nathalie, (dirs), Mobilité. Histoire et émergence d’un concept en sociolinguistique

2020, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces discursifs », 352 p.
Valeria Villa-Perez
Bibliographical reference

Ploog Katja, Calinon Anne-Sophie et Thamin Nathalie, (dirs), 2020, Mobilité. Histoire et émergence d’un concept en sociolinguistique, Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces discursifs », 352 p.

Full text

1« L’imaginaire de la mobilité est aujourd’hui très vivace et prend appui sur de multiples éléments concrets de la vie occidentalisée : nous utilisons un navigateur pour nous déplacer sur internet, nous possédons un ou plusieurs téléphones mobiles, nous sommes parfois des utilisateurs nomades d’un serveur informatique […], nous devons nous déplacer rapidement et aisément dans une économie de la communication et de la mobilité, etc. » (p.153). Le constat qui émerge dans ces premières lignes est aussi le fil conducteur du volume dont nous rendons compte ici : la mobilité, sous différentes formes, est fortement convoquée dans notre quotidien. En dépit de sa large mobilisation dans les discours, peut-on affirmer que cette notion est questionnée et conceptualisée à hauteur de son expansion en sciences du langage ?

2C’est à cette question que s’attache à répondre, entre autres, l’ouvrage Mobilité et Histoire et émergence d’un concept en sociolinguistique, sous la direction de Katja Ploog, Anne-Sophie Calinon et Nathalie Thamin, qui observe une diffusion non proportionnelle aux conceptualisations théoriques de la mobilité, notamment en sociolinguistique, malgré « l’étrange consensus autour d’un concept flou » (p. 9). Notion à succès dont l’étude devrait être accompagnée par une certaine distanciation et prise de recul en raison par exemple des idéologies mobilitaires sous-jacentes : « Les enjeux de la mobilité – linguistique ou autre – doivent être abordés dans le cadre d’une définition large et socialement située de ce qu’est la mobilité, en tenant compte de la composante idéologique propre à cette question et en interrogeant les usages de cette idéologie » (p. 97).

3Venons-en à la structure du volume collectif. Ce dernier est organisé en cinq chapitres, les trois premiers sont enrichis par la perspective de trois chercheur.e.s en droit, philosophie et sociologie. Le premier chapitre présente l’examen critique de la notion d’un point de vue sociolinguistique ; il est suivi par l’éclairage de Christophe Mincke sur les liens entre prisons et mobilité avec quelques prolongements portant sur des questions spécifiquement linguistiques. Puis l’emploi de cette notion est inséré dans le discours social (chap. 2) et accompagné par le regard de Jean-François Dupeyron qui, dans son « court-traité de la mobilité » (p. 139), observe « l’homme en tant qu’être spatial » (p. 141). Le troisième chapitre se centre sur l’ancrage de la mobilité en sciences humaines et sociales ; s’ensuit la lecture de Constance De Gourcy (chap. 3) qui pointe les liens entre la mobilité et le projet migratoire. Le quatrième retrace les filiations de la mobilité en sociolinguistique. Le cinquième, et dernier chapitre, se concentre sur la mobilité du sujet (locuteur) et ses espaces discursifs. Ce rapide tour d’horizon met en exergue la complémentarité de tous les volets et approches présentés dans l’ouvrage.

4Nous nous concentrerons en particulier sur deux chapitres qui illustrent d’une part la médiatisation scientifique à travers un état de l’art et d’autre part une poursuite de ses filiations. Le chapitre 1 se fonde sur une analyse de corpus autour de la mobilité en étudiant de manière très fine les occurrences de la notion dans six revues ayant un « ancrage sociolinguistique, et une visée sociolinguistique, didactique ou linguistique » (il s’agit des Cahiers internationaux de sociolinguistique, Études de linguistique appliquée, Glottopol, Le Français aujourd’hui, Langage et société et Langages, p. 17-18). Le corpus est constitué de 212 articles, parus dans ces revues entre 2010 et 2014, et mentionnant le terme mobilité. Les résultats de ces occurrences mettent clairement en évidence une thématisation remarquable (p. 19) ainsi qu’un pic temporel.

5Le chapitre 4 passe en revue une vaste littérature européenne et américaine. Cette dernière, et le champ de la sociolinguistique en particulier, est le point de départ des chercheuses qui ne manquent pas de souligner d’emblée la difficulté traductive des concepts scientifiques, de l’anglais au français par exemple, et les biais possibles (p. 219). Pour cette raison les auteures ont fait le choix de laisser les extraits et concepts en version originale. Ainsi on documente et on fait dialoguer les notions d’assimilation linguistique, mobilité linguistique avec celle de language shift, cette dernière constituant une « impulsion majeure pour la réflexion sur le changement des pratiques langagières, et, in fine le changement de langue » (p. 223). On voit explicitement dans quelle mesure la sociolinguistique a pu intégrer une approche de la mobilité langagière. La trajectoire d’analyse s’étend ensuite de manière très intéressante à la prise en compte de la variation, aux apports de la linguistique interactionnelle, de l’indexicalité sociale (cf. par exemple la mobilité du signe p. 237), etc.

  • 1 Cf. CHEVROT Jean-Pierre, 2016, La Sociolinguistique au risque de l’interdisciplinarité : le cas des (...)

6Cet ouvrage, pour ses multiples apports et diversité des perspectives étayées, offre matière à réflexion sur l’autonomie de la notion de mobilité en (socio)linguistique. Il rappelle en outre l’importance du nécessaire dialogue interdisciplinaire pour l’étude et la problématisation des notions et concepts considérablement circulants. Si la démarche va presque de soi pour la sociolinguistique, champ « intrinsèquement interdisciplinaire »1, cet échange est fécond de part et d’autre comme le met en exergue le juriste et sociologue Christophe Mincke ayant accepté « l’invitation au dialogue avec les sociolinguistes » (p. 76), « défi qu’il est autant plus tentant de relever que les échanges par-delà les frontières sont enrichissants. » (p.75).

Top of page

Notes

1 Cf. CHEVROT Jean-Pierre, 2016, La Sociolinguistique au risque de l’interdisciplinarité : le cas des sciences cognitives et des STIC, http://cle.ens-lyon.fr/plurilangues/langue/domaine-de-la-linguistique/la-sociolinguistique-au-risque-de-l-interdisciplinarite-le-cas-des-sciences-cognitives-et-des-stic.

Top of page

References

Electronic reference

Valeria Villa-Perez, “Ploog Katja, Calinon Anne-Sophie et Thamin Nathalie, (dirs), Mobilité. Histoire et émergence d’un concept en sociolinguistiqueGlottopol [Online], 36 | 2022, Online since 01 January 2022, connection on 24 May 2024. URL: http://journals.openedition.org/glottopol/1969; DOI: https://doi.org/10.4000/glottopol.1969

Top of page

Copyright

The text and other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search