Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Dossier thématiqueRe-catégorisations sociolinguisti...

Dossier thématique

Re-catégorisations sociolinguistiques et plurimobilités. Réflexions à partir du cas italo-marocain

Valeria Villa-Perez

Résumés

Dans cette contribution nous avons interrogé quelques catégorisations sociolinguistiques relatives aux langues et aux mobilités en les mettant à l’épreuve des trajectoires migratoires pluridirectionnelles. Ainsi nous nous sommes demandé quelles notions utiliser pour décrire l’enchainement d’expériences langagières et mobilitaires des locuteurs et dans quelle(s) mesure(s) de nouvelles formes de mobilité bousculent-elles les catégorisations sociolinguistiques conventionnelles. Nous avons tenté de fournir des éléments de réponse à ce questionnement, en nous appuyant sur l’analyse qualitative des données issues d’un focus group avec des étudiantes italo-marocaines. Ont été soumis enfin des prolongements glottopolitiques sur l’inclusion en milieu universitaire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans un article sur la pratique des langues en France, Louis-Jean Calvet (2016), en partant de l’enquête de Guus Extra et Kutlay Yagmur (2013) sur le plurilinguisme en Europe, alerte sur la réduction de la diversité endogène et la progression d’une diversité exogène en France. Il écrit :

La diversité linguistique est […] en train de changer de genre. Le paysage linguistique français est à la fois le résultat de la glottophagie (l’État centralisateur a mis en péril les langues régionales) et celui des migrations (les migrants y ont importé leurs langues). Pour dire les choses différemment, lorsqu’on rencontre en France une personne dont le français n’est pas la langue maternelle, celle-ci est beaucoup plus souvent l’arabe ou le soninké que le breton ou le basque. C’est-à-dire que nous assistons à une mutation historique, que nous passons lentement d’une diversité endogène, en péril, à une diversité exogène, issue de la migration, en progression. Je l’ai dit, les langues régionales et minoritaires sont, pour la Charte européenne, tout sauf des langues de migrants. Or c’est le contraire qui se met en place sous nos yeux, une diversité d’origine exogène s’imposant à la place d’une diversité d’origine endogène. (Calvet, 2016 : 51)

2L’évolution de l’espace sociolinguistique français a été provoquée par l’action de l’État centralisateur et sous l’effet de la migration, le premier ayant causé l’affaiblissement des langues régionales – à travers l’école par exemple –, la deuxième ayant engendré le déplacement des langues, sans qu’il y ait un rapport de causalité entre les deux phénomènes. Par ailleurs, les langues des migrants, dont certaines se sont installées durablement sur un territoire donné, pourraient hypothétiquement être considérées comme des langues régionales ou minoritaires, selon Calvet. C’est sur ces langues que nous nous concentrerons et à l’aune des situations de plurimobilité.

3Il semble en effet que l’intensification des mouvements migratoires – mais surtout leur caractère répétitif – ait largement contribué à complexifier à la fois le cadre sociolinguistique décrit par L.-J. Calvet en 2016 et l’extension des catégorisations en usage. En outre, tout comme la remise en question des termes « langue régionale » ou « langue des migrants », à la lumière de cette réflexion, d’autres notions mériteraient d’être questionnées aussi, dont la diversité endogène et exogène ainsi que l’identité du « locuteur » porteur présumé de cette diversité ou sa conception de la langue dite maternelle. Nombre d’individus issus d’un parcours migratoire sont désormais des locuteurs de basque ou de corse, ayant souvent appris ces langues à l’école, et nombre de langues exogènes, tel que « l’arabe de France » (Biichlé, 2020) par exemple, se sont vraisemblablement re-territorialisées. On observe donc des cas en lien avec des réalités migratoires qui, de par leur caractère complexe, fluide et dynamique, résistent aux tentatives de classification des chercheur.e.s. Ce constat amène à s’interroger : quelles notions utiliser alors pour décrire l’enchainement d’expériences mobilitaires et langagières ? Dans quelle(s) mesure(s) de nouvelles formes de mobilité bousculent-elles les catégorisations sociolinguistiques conventionnelles ?

4À l’aune de ce questionnement, nous fournirons d’abord des éclairages théoriques sur la circulation de la notion de (pluri)mobilité et les implications sociolinguistiques sur les désignants autour des langues et de la migration ; ensuite nous présenterons notre cas d’étude et l’analyse des données recueillies dans le cadre d’une enquête de terrain réalisée à l’Université de Saint-Étienne ; enfin une mise en perspective clôturera ce travail.

De la mobilité à la plurimobilité : circulations notionnelles

L’approche sociologique

5La perspective sociologique est souvent convoquée lorsque les phénomènes langagiers sont observés en relation avec les situations de mobilité ; de ce fait des pratiques d’étude interdisciplinaires sont souvent de mise. Le tissage entre la sociolinguistique et les apports venant d’autres champs disciplinaires semble aller presque de soi et pour étudier les effets de la mobilité sur les langues, on s’appuie souvent sur des disciplines connexes et/ou de référence, dont la sociologie, l’anthropologie, la géographie, etc.

6Afin d’explorer les contours de la notion de mobilité, nous ferons notamment référence à la tradition sociologique qui l’a abordée sous deux perspectives complémentaires : « l’analyse des déplacements des individus au sein de l’espace social d’une part, et l’analyse des migrations d’autre part » (Gallez et Kaufmann, 2009 : 42), déplacements dont les temporalités seront variables pour les deux cas (des mobilités dites quotidiennes aux mobilités résidentielles). Les sociologues soulignent par ailleurs que même s’ils sont souvent associés, les termes déplacement et mobilité ne sont pas pour autant des « synonymes (Flamm, 2004 ; Kesselring, 2005 ; Kaufmann, 2008) […], on peut se déplacer beaucoup sans être socialement très mobiles. Ces considérations […] renvoient précisément à l’École de Chicago et à la définition de la mobilité comme changement » (op. cit. : 47).

7Les études sur la mobilité ont profondément changé le panorama sociologique : selon Stock (2018) il existe un avant et un après le mobility turn, suivi par l’émergence d’un new mobility turn. Les approches plus récentes ont intégré au savoir circuler de Tarrius « la dimension actorielle » (Stock, 2018 : 146). Cela revient à dire que la mobilité n’englobe pas exclusivement « l’ensemble des déplacements effectifs, mais aussi le potentiel de mobilité [des individus], appelé « motilité » par Kaufmann et al. (2003 ; 2004) ». De plus « les compétences de déplacement, y compris la confrontation à l’altérité qu’implique souvent un déplacement, ont été étudiées, d’une part pour les migrants (Ceriani, 2004), d’autre part pour les péri-urbains (Cailly, 2007) » (Stock, 2018 : 146).

8Gallez et Kaufmann (2009 : 41) indiquent qu’il existe un double biais dans l’étude de la notion de mobilité en sociologie, certain.e.s l’emploient comme « un indice, un révélateur de processus plus généraux tels que la mondialisation, l’essor du capitalisme, l’individuation, ou la modernité, plaçant au second plan la mobilité comme acte et comme expérience » (ibid.) alors que « d’autres considèrent la mobilité uniquement sous l’angle des déplacements physiques, en réduisant ainsi la complexité, et par là-même, la portée » (ibid.).

9La mobilité, telle qu’elle vient d’être décrite, comme expérience, comme phénomène complexe, est sans aucun doute un objet d’intérêt majeur pour la sociolinguistique. Toutefois pour dire et décrire les évolutions récentes et l’intensification de la complexité du processus mobilitaire, d’autres notions ont vu le jour au fil du temps, des travaux pionniers de Tarrius (1993) sur les territoires circulatoires, sur les migrations transnationales (Tarrius, 2002) jusqu’aux développements récents des migrations multiples (Toma, Castagnone, 2015) qui désignent le passage des trajectoires unidirectionnelles aux itinéraires pluridirectionnels (Beauchemin, 2015). De ce fait les migrations sont moins vues comme des moments de rupture et plus comme une continuité d’expériences.

10Le phénomène, particulièrement étudié à l’échelle européenne, se caractérise par l’émergence d’un projet migratoire « nouveau », celui d’individus se déplaçant « d’un pays européen vers un autre par un processus comportant deux étapes ou plus » (Toma, Castagnone, 2015 : 70). Dans la littérature anglophone, il s’agit d’études connues sous le nom d’onward migration (Della Puppa, Montagna, Kofman, 2021). Cette dernière peut être considérée comme une forme de réactivation de la migration et de la mobilité de citoyens qui utilisent la nationalité acquise dans un pays de l’UE, ce qui augmente leur « motilité » pour se déplacer dans un autre territoire européen. Les individus se dirigent très souvent vers des pays qui étaient des anciennes puissances coloniales dans leurs pays d’origine et qui exercent une attraction en raison des liens linguistiques, culturels, familiaux et sociaux (op. cit. : 2). C’est le cas par exemple des Italo-Bengalais qui se sont installés en Grande-Bretagne après avoir vécu plusieurs années en Italie.

11La complexité des facteurs mobilitaires se reflète sur les identités des migrants ; ainsi leurs pratiques communicatives ne peuvent plus être conçues en termes de « ethnic origins or territorial belonging, not only because of increasing transnational connections across countries, but also because many migrants go through complex mobile trajectories that profoundly influence the ways they use linguistic resources and the kinds of social networks in which they participate » (De Fina, Mazzaferro, 2021).

La perspective sociolinguistique

12Si pour certaines notions nomades (cf. Darbellay, 2012) telles que représentation, compétence etc., il est sans doute plus simple de retracer leur mobilisation dans d’autres champs que ceux dont elles sont originairement issues, comme l’appropriation de ces outils conceptuels par les sciences du langage, pour la mobilité en sociolinguistique le cadre apparait plus complexe. En effet la notion est employée au sens propre (mobilité migratoire) et figuré (mobilité linguistique) et, dans le dernier cas, elle désigne le plus souvent les processus de substitution linguistique (à partir des travaux sur le language shift…). Le terme mobilité linguistique, recensé dans le dictionnaire Sociolinguistique, Concepts de base de Marie-Louise Moreau (1997), n’est pas présent dans le Dictionnaire de la Sociolinguistique récemment publié par Langage et Société (2021). Dans ce dernier, c’est en effet le sens propre du terme mobilité qui l’emporte mais on lui préfère le mot « migration ». La recherche d’une filiation de la notion de mobilité est entre autres l’objectif du livre coordonné par Ploog, Calinon, Thamin (2020 : 223-227) pour qui la notion en question souffre d’une faible conceptualisation en sociolinguistique.

  • 1 Cahiers Internationaux de Sociolinguistique.
  • 2 Ces auteur.e.s problématisent l’immobilité forcée des migrants dans des centres de rétention admini (...)

13La « mobilité migratoire », en revanche, a fait l’objet d’un nombre de travaux plus important. En guise d’exemples, l’ouvrage dirigé par Cécile Van den Avenne (2005), Mobilités et contacts de langues ou le double numéro des CIS1, Nouveaux espaces dans de nouvelles logiques migratoires ? Entre mobilités et immobilités des acteurs, sous la direction de Gohard-Radenkovic, Veillette (2015 ; 2016). Il est aussi intéressant d’observer que des travaux sociolinguistiques récents complètent les perspectives traditionnelles en se focalisant sur l’alternance des situations de mobilité et d’immobilité2, voire exclusivement sur cette dernière (De Fina, Mazzaferro, 2021).

  • 3 International Journal of the Sociology of Language.

14Un autre un champ d’étude en plein essor et encore peu exploré considère les trajectoires migratoires au prisme de leur complexité et répétitivité, comme dans le cas des mobilités multiples. Dans ce sillon, on peut mentionner les recherches sur l’évolution du répertoire des Italo-Nigériens (Goglia, 2021), installés en Grande-Bretagne, et qui va de pair avec le changement du paysage migratoire, aspect souligné par l’intitulé du numéro des IJSL3 Changing faces of transnational communities in Britain (Curdt-Christiansen, Hua, Wei, 2021). Au Luxembourg, Tavares (2018) a aussi étudié ce phénomène et approfondi le cas des Capverdiens qui s’établissent dans le duché après avoir vécu au Portugal.

  • 4 Nous avons présenté pour la première fois notre recherche sur le cas des étudiant.e.s italo-marocai (...)

15La France est également concernée par des migrations successives décrites dans un premier temps par Deprez (2006) avec le terme de circulation et dans un deuxième temps par de nouvelles dénominations qui mettent en exergue des situations encore plus hétéroclites. Pour les décrire en milieu sociolinguistique, nous avons élaboré la notion de plurimobilité (Azzara, Villa-Perez, 2020 : 144-145) : le préfixe pluri souligne la réitération de la mobilité, et le substantif choisi, moins connoté que celui de migration, permet de considérer à la fois les migrations subies et choisies et leur versant sociolinguistique et sociodidactique. Nous avons mis en évidence le phénomène en question en nous interrogeant sur les comportements langagiers d’étudiant.e.s italo-marocain.e.s et italo-tunisien.ne.s4 inscrit.e.s à l’université de Saint-Étienne et établi.e.s dans la région Rhône-Alpes, seuls ou avec leurs familles (Villa-Perez, 2021a). D’autres territoires sont concernés par les mêmes dynamiques : en Occitanie s’établissent aussi des Italo-Marocain.e.s ou des Hispano-Maghrébins, fait dont nous avons rendu compte dans un travail sur la formation des migrants adultes (Azzara, Villa-Perez, 2020).

16Nous avons opté pour la notion de plurimobilité, issue également des travaux en sociologie. Dans ce domaine, elle désigne les déplacements quotidiens urbains, régionaux, transfrontaliers etc. des individus qui se multiplient jusqu’à engendrer une forme « complexe de mobilité » (Haicault, 2000 : 158) et qui a une « place pivot dans l’expérience sociale du quotidien » (op. cit. : 25). En effet, c’est le caractère à la fois ordinaire et complexe qu’on attribue aux déplacements quotidiens qui fait à notre sens l’intérêt de l’adaptation de la notion de plurimobilité en sociolinguistique dans la mesure où c’est l’immobilité qui risque de revêtir de plus en plus un caractère d’exceptionnalité dans nos sociétés, à l’instar du monolinguisme.

Catégorisations sociolinguistiques et (pluri)mobilité

17Revenons maintenant aux constats formulés au début de ce volet, à savoir des carences dans la conceptualisation du sens figuré de la mobilité en sociolinguistique. Nous allons avancer quelques pistes pour nourrir la réflexion sur ce sujet en listant les catégories qui guideront la suite de notre cheminement théorique :

  1. les notions qui décrivent le déplacement des langues et de leurs locuteurs (langue déterritorialisée, langues de/en héritage, langues immigrée, langue en migration…) ;

  2. les notions qui expliquent les processus d’hybridation d’une langue comme conséquence du déplacement de cette dernière (par exemple le phénomène d’acclimatation) ;

  3. les notions qui disent l’évolution, la reconfiguration des langues à l’échelle de l’usage d’un individu (le répertoire verbal, langagier, plurilingue etc) ainsi que la pluralité des ressources à disposition du locuteur.

18Ces trois points seront à présent élucidés et problématisés à l’aune de la notion de plurimobilité, dont les manifestations en sociolinguistique sont souvent de l’ordre de l’implicite.

Langue immigrée, de/en héritage, en migration…

  • 5 Cf. le n°34 de Glottopol consacré à cette notion et dirigé par C. Lagarde.
  • 6 Il n’est pas sans intérêt de revenir sur une nuance émergée dans la littérature sociolinguistique i (...)
  • 7 Sur les liens entre langue, patrimoine et patrimonialisation cf. R. Colonna, 2022.

19Les catégories qui font référence à la mobilité des langues et des locuteurs mettent tantôt l’accent sur l’aspect géographique lié au pays de départ ou d’arrivée – tel est le cas des notions de langue d’origine et langues de France5 –, tantôt sur les déplacements en opérant un glissement qui consiste à attribuer à l’objet langue le mouvement du sujet – comme pour les termes langue immigrée6 (ou Mots immigrés, cf. Orsenna, Cerquiglini, 2022), langue déterritorialisée (Vermes, 1988) ou langue en migration. D’autres dénominations évoquent l’aspect dynamique de la mobilité en termes de transmission ou de passation, traduits par les notions de langue d’héritage ou langue patrimoniale7. Ici, nous aborderons deux d’entre elles : langues en migration et d’héritage.

20Pour expliquer le changement qu’implique le déplacement d’une langue d’un pays A à un pays B, Christine Deprez (2021 : 205) utilise le terme langues en migration qui désigne « ce que la mobilité fait aux langues déterritorialisées en matière d’usages, de transmission et d’évolution des formes de contact. Leur caractéristique sociolinguistique est d’être utilisées à la fois dans le pays d’origine et dans le nouveau pays ». La chercheuse mentionne également la possibilité qu’avec le temps ces langues évoluent « de manière sensiblement différente dans les deux espaces » (ibid.), car « d’une génération à une autre, les langues d’origine évoluent au contact des langues dominantes : apparition importante d’emprunts, néologismes, modification de la prononciation, usages récurrents d’expressions figées, références culturelles et identitaires partagées sur internet, notamment dans le parler des jeunes » (Deprez, 2021 : 207)

21Une autre notion dans laquelle on lit en filigrane l’influence de la mobilité est celle d’heritage language (désormais HL). Ces études ont une longue tradition en Amérique du Nord, et parmi les pionniers de ce champ il y a par exemple Einar Haugen, Joshua Fishman, Lester W. J., Seifert and Uriel Weinreich qui ont travaillé sur l’impact des réalités multilingues sur les comportements langagiers des locuteurs, des réalités qu’ils connaissaient pour en être issus (Brown, Bousquette, 2018 : 202). La portée de ces recherches est telle qu’elles peuvent constituer à elles seules une branche de la linguistique appelée heritage language linguistics (ibid.). Parmi les auteurs de référence du domaine, nous citerons Fishman (2001) qui, aux États-Unis, définit l’HL comme « language of personal relevance other than English » et en distingue trois catégories : les langues indigènes (par exemple le navajo), coloniales (l’allemand) et de la migration (par exemple le Somali) ; il s’agit de langues qui peuvent (ou non) être utilisées régulièrement à la maison et dans la communauté.

  • 8 C’est nous qui soulignons.

22Cette notion est traduite en français, d’après Marinette Matthey (2017 : 6), « selon les contextes, par langue patrimoniale, langue d’origine, langue ancestrale8 », la première étant « porteuse d’un jugement axiologique, qui induit une valorisation de la langue considérée » (ibid.) ; on retrouve aussi le terme de langue en héritage (Fibbi, Matthey, 2010) qui met l’accent sur la transmission familiale de l’espagnol et de l’italien en Suisse des grands-parents aux petits-enfants. On pourra aussi se demander comment « qualifier » les langues des Italo-Marocain.e.s, et notamment l’italien ou l’arabe marocain : langues en migration ? d’héritage ? Suivant la catégorisation des HL de Fishman, l’italien peut difficilement être considéré comme une langue indigène, une langue coloniale ou une langue de la migration (si cette dernière doit aussi être parlée dans le pays d’origine et si celui-ci est le Maroc). Si cette dernière condition s’applique aussi à la notion de langue en migration, la conclusion pourrait être la même. Ce qui est sans doute problématique pour ces notions est d’une part les implications du terme héritage puisqu’on ne peut pas savoir si cette langue est aussi transmise/héritée dans et par l’environnement familial ; d’autre part ces langues, qu’elles pointent le patrimoine ou la migration, renvoient le locuteur à son passé et le suspendent dans une condition migratoire statique. De plus ces désignants ne prennent pas en compte la dimension dynamique des catégorisations ou les re-catégorisations engendrées par les migrations multiples.

23Les processus de catégorisation ne sont pas neutres, comme on sait, et ses effets sont longuement analysés par Canut et al. (2018 : 182 et suiv.) selon lesquels « la sociolinguistique française est largement dominée par la reprise non questionnée des catégories dominantes […]. Déterminant, ce déni aboutit pourtant à la création de registres ou de langues sur le principe du cycle nomination/différenciation/identification>catégorisation>hiérarchisation (Canut, 2007a, 2008) » (op. cit. : 184). Vue sous cet angle « toute catégorisation d’un lecte (par exemple celle conférant à celui-ci la qualité de “langue”) s’opère toujours relativement à d’autres lectes. Qui dit catégorisation dit situation de contact et réciproquement, puisqu’en l’absence de distinction entre lectes, et donc de catégorisation, on ne peut parler de situation de contact » (Trimaille, Matthey, 2013). Une langue de la migration s’opposerait donc à la langue du pays d’accueil qui ne l’est pas, en instaurant de fait des rapports de subordination.

  • 9 C’est nous qui soulignons dans cette citation.

24Rappelons enfin au sujet des opérations de catégorisation des objets linguistiques qu’elles mettent en jeu deux dimensions, l’intention et l’extension : « l’intension9 détermine les critères définitoires d’une catégorie, l’extension regroupe l’ensemble des objets qui entrent dans une catégorie […] (Trimaille, 2021a : 35) ». Nous formulons l’hypothèse selon laquelle la (pluri)mobilité, en tant que phénomène sociolinguistique, affaiblit l’extension de certaines catégorisations faisant référence aux langues et à leurs migrations, autrement dit l’étendue des objets pouvant faire partie de ces catégories, ne serait-ce que par les interrogations sur les dimensions identitaires ou sur le pays dit d’origine, les considérations et ressentis disparates et évolutifs des locuteurs vis-à-vis de leurs langues. Dans de telles situations, on peut tendre à l’élaboration de nouvelles notions ou à la problématisation d’outils conceptuels existants. Nous reviendrons plus loin sur les alternatives envisageables.

L’acclimatation

  • 10 Un exemple particulier d’acclimatation et de (pluri)mobilité à la fois est celui du tabarchino, une (...)

25Parmi les manifestations de la mobilité en sociolinguistique, nous avons mentionné les notions qui expliquent les processus d’hybridation d’une langue comme conséquence du déplacement de cette dernière. Cet exemple, évoqué précédemment et prévu dans l’intention de la catégorie « langue en migration » de Deprez, est expliqué à travers la notion d’acclimatation10 linguistique empruntée à l’écologie et décrite de la sorte par Calvet :

L’acclimatation est pour sa part le fait, pour les […] espèces déplacées, non seulement de survivre mais aussi de se reproduire. Il en va de même pour les langues, que déplacent leurs locuteurs. Elles peuvent survivre un temps, coexister avec d’autres langues dans une niche écolinguistique donnée, mais elles peuvent aussi prendre racine. […] Les langues s’adaptent, prennent en quelque sorte des couleurs locales. (Calvet, 2007 : 155)

26Cela relèverait donc d’une « évidence : une “même langue” (ou du moins ce que la linguistique tend à considérer comme une “même langue”, le français, le portugais, etc.) prend des formes différentes dans ses différents espaces » (Calvet, 2007 : 155-156). Tel a été le cas des langues polonaises et portugaises qui se sont acclimatées en France (Deprez, 2021) ou encore de l’arabe de France d’après Luc Biichlé (2020).

  • 11 L’étude IDOS (2013 : 9) rappelle à ce titre le surnom de « il marocchino » encore utilisé en Italie (...)
  • 12 Colucci (2018 : 13) affirme à ce sujet que « continuer à considérer l’Italie comme un pays de “réce (...)

27Il est possible que l’arabe marocain parlé par nos informatrices italiennes soit aussi dans ce cas de figure. Lorsqu’on sait que la communauté marocaine d’Italie fait partie des plus enracinées et anciennes dans ce pays – les premiers Marocains, des hommes seuls11 s’y sont établis à partir des années 1970 (IDOS, 2013 : 9) – l’acclimatation de l’arabe marocain en Italie est une hypothèse plausible qui mériterait d’être explorée. D’un point de vue temporel, le phénomène migratoire en soi en Italie est structurel au moins depuis les années 1970 et l’Italie ne peut plus être considérée comme un pays d’immigration récent12, contrairement aux discours ayant circulé dans les médias et en politique (Colucci, 2018 : 12).

28À l’avenir on pourra probablement s’interroger sur le devenir de l’arabe marocain dans son parcours de plurimobilité de l’Italie à la France et les hybridations possibles engendrées par une nouvelle migration. Dans ce cas, pourra-t-on toujours considérer qu’il s’agit d’une acclimatation ? Est-ce que cette métaphore suggère le déplacement d’un point A à un point B ? ou prévoit-elle un circuit plus complexe d’un point A à un point B à un point C… ?

Répertoires sociolinguistiques

29L’itinéraire conceptuel proposé jusqu’ici visait à interroger un certain nombre d’instruments notionnels et leur (in)efficacité pour décrire le versant langagier de la plurimobilité. Les limites identifiées, et la nécessaire évaluation de la complexité de certaines situations sociolinguistiques, ont été avancées par d’autres chercheurs. Elles sont décrites ainsi par Philippe Blanchet dans un article de 2003 :

Il apparait clairement que, avec la défunte « Langue système clos synchronique homogène » se pose la question de l’emploi même du terme langue pour nous. L.-J. Calvet (1993 : 3-4) a insisté sur le fait que « les langues n’existent pas sans les gens qui les parlent » (ni sans les représentations qu’ils s’en font […]) et que la notion de langue elle-même est un modèle (1999 : 32) abstrait à partir des pratiques « qui constituent les langues » (ibid. : 15). C’est ce que D. de Robillard appelle « linguistifier les langues » (ici même). On pourrait donc substituer au terme langue, encombrant, celui de pratiques linguistiques. (Blanchet, 2003 : 300)

30La problématisation des alternatives débouche sur les pratiques linguistiques, puis sur celle de répertoire linguistique. Blanchet mentionne également la notion centrale de continuum. En effet, « à la suite de Gumperz et Hymes, des créolistes (notamment L.-F. Prudent), des travaux sur le continuum et sur le plurilinguisme (notamment individuel), s’est développé l’usage du terme répertoire (linguistique) » (op. cit. : 300). Toutefois les deux notions citées plus haut prennent peu en compte la perspective des locuteur.trice.s, et

D. de Robillard rappelle (2001 : 26) que “là où le linguiste a l’impression de voir utiliser des langues, le locuteur utilise de la langue”. On pourrait donc substituer au terme langue, celui de répertoire linguistique. Mais ce serait oublier que pour les locuteurs et les sociétés existent aussi des langues, individuées et institutionnalisées par ces représentations (ordinaires et savantes) qui ont un effet agissant sur ces entités prises comme telles, sur les pratiques et les répertoires […]. (Blanchet, 2003 : 300-301).

31On assiste ici à la rencontre de deux visions distinctes mais complémentaires : l’image englobante du locuteur qui malgré la multiplicité d’objets langagiers ne les différencie pas et celle de l’analyse qui les décompose. Cette multiplicité pourrait se retrouver dans un concept comme celui de répertoire, mais s’agit-il d’une transposition plausible pour les locuteurs ? En outre, la prise en compte des locuteurs va de pair, comme le souligne Blanchet, avec la prise en compte de leurs représentations : « mettre en œuvre une pensée complexe c’est alors poser que les phénomènes sociolinguistiques concernent une triade en hélice faite de langues, de pratiques et de représentations » (ibid.).

  • 13 Blommaert et Backus (2013 : 22-23) distinguent quatre niveaux de compétences (« maximum, partial, m (...)

32Les discours sur l’instabilité de la langue se sont multipliés pendant les dernières décennies et ont sans doute été amplifiés par les travaux sur la « superdiversité » et la globalisation qui ont changé la conception de la migration et la façon de traiter et étudier les langues et les cultures (De Fina et Mazzaferro, 2021), même s’ils ont pour diverses raisons, que nous ne détaillerons pas ici, fait l’objet de critiques (voir Budach, de Saint-Georges, 2017 : 71-73). À côté de la fragilisation de la langue, on évoque la nécessité de se pencher sur le renouveau de la notion de compétence13 qui appellerait « [a] revision in light of the highly unequal patterns of distribution of communicative resources resulting in the often ‘truncated’ and ‘unfinished’ character of communication » (Blommaert et Backus, 2013 : 14).

33Pour l’analyse des données de notre enquête, nous nous inspirons des recherches portant spécifiquement sur la notion de répertoire (cf. Villa-Perez, 2021a pour un état des lieux plus approfondi sur la notion) qui nous semble être la plus adaptée pour dire et comprendre les pratiques plurielles des locuteurs ayant vécu la plurimobilité. En effet, la reconfiguration du répertoire en situation migratoire s’explique non seulement par la pluralité des ressources acquises avant, après et pendant une ou plusieurs expériences de mobilité mais surtout par la multiplicité de situations qui ont rendu possible leur appropriation et qui produisent autant de compétences et connaissances chez les locuteurs.

34Nous pouvons par exemple convoquer les travaux de Blommaert et Backus (2013 : 14-21) qui lient les réflexions sur la construction du répertoire aux mutations sociétales provoquées par les migrations. Ils envisagent les diverses trajectoires d’apprentissage linguistique et leurs temporalités selon les âges de la vie, la dimension biographique du sujet, les différents niveaux de compétences. On pourrait presque résumer cela en affirmant que les « répertoires sont le résultat d’expériences d’apprentissage polycentriques » (op. cit. : 21) et « gardent en mémoire la mobilité » (op. cit. : 28). De plus, les répertoires peuvent être vus comme des « biographies indexicales » : leur étude permettrait de découvrir les itinéraires sociaux et culturels des individus, la manière dont ils les gèrent et comment ils se situent dans les différents milieux dans lesquels ils ont vécu ou qu’ils ont visité au cours de leur vies (Blommaert, Backus, 2013 : 28).

35C’est en nous appuyant sur ces études que nous avons défini comme suit le « répertoire sociolinguistique » des locuteurs en plurimobilité (Villa-Perez, 2021a) : « une gamme de ressources langagières individuelles dont le locuteur dispose – placées sur un continuum – acquises dans des processus formels et informels d’appropriation des langues (d’héritage, des pays de naissance ou d’accueil…), de leurs variétés, registres et fonctions, incluant à la fois les connaissances sociolinguistiques de et sur ces langues (y compris minorées) (Villa, 2014) et variétés » (ibid.). Y jouent un rôle central « les représentations sur les langues pratiquées, connues et/ou côtoyées et le réservoir de savoirs expérientiels sur les usages et contextes d’emploi d’un répertoire individuel et/ou communautaire (cf. « répertoire représentationnel » Villa-Perez, 2018) » (ibid.).

36Ce sera donc cet outil théorique qui guidera nos observations analytiques dans la section suivante, car contrairement aux notions passées en revue jusqu’à présent, celle de répertoire nous semble se soustraire au procédé « nomination/ différenciation/ identification> catégorisation> hiérarchisation » observé par Canut et al. (2018) et cité plus haut.

La mobilité des Italo-Marocain.e.s en France

37Nous allons à présent poursuivre cette réflexion en nous focalisant cette fois-ci sur des données contextuelles et des indications méthodologiques avant de présenter notre analyse qualitative.

Préalables contextuels : une communauté entre France et Italie

  • 14 Ministero del lavoro e delle politiche sociali.

38Dans l’histoire des migrations en Italie, la communauté marocaine fait partie des plus anciennes, enracinées et stables dans ce pays (MLPS14, 2020 : 13). En 2020, on comptait 428 835 (11,9 %) de Marocain.e.s résidant.e.s, un chiffre qui les place à la première position du classement parmi les communautés non européennes. On constate aussi un taux élevé des ressortissant.e.s marocain.e.s ayant obtenu la nationalité italienne pendant les dernières années : sur 971 000 citoyen.e.s ayant acquis la nationalité en 2020, 14 % (190 787) étaient Marocain.e.s (ibid.)

  • 15 Anagrafe degli italiani residenti all’estero (État civil des Italiens résidants à l’étranger).
  • 16 C’est nous qui traduisons.
  • 17 C’est nous qui traduisons.

39L’obtention du passeport italien facilite la mobilité des Italo-Marocain.e.s en Europe mais complique la tâche du chercheur.e dans l’analyse des statistiques sur l’émigration. En effet, les chiffres AIRE15 ne précisent pas, parmi les Italiens expatriés, le nombre de ceux et celles ayant obtenu la citoyenneté par naturalisation. On peut en revanche s’appuyer sur les données des Rapports sur les Italiens dans le monde (RIM) dont certains font état du phénomène de plurimobilité. Le volume de 2020 consacre deux pages à « la dynamique migratoire des “nouveaux” citoyens italiens16 », phénomène modeste qui peut être vu « comme une dynamique émergente dans le panorama migratoire international17 » (Fondazione Migrantes, 2020 : 13).

40Selon cette étude, sur la période 2012-2018, parmi les 935 000 étrangers devenus Italiens, presque 61 000 se sont ensuite établis à l’étranger. L’Union européenne est la destination privilégiée : 97 % des citoyens originaires du Bangladesh, du Ghana et 94 % du Maroc ou du Pakistan, choisissent de partir dans un autre pays européen lorsqu’ils obtiennent la citoyenneté italienne. À une échelle globale, le RIM (op. cit. : 14) souligne que les communautés albanaises et marocaines émigrent moins que les autres après l’obtention de la nationalité italienne (respectivement 1 % et 9 % entre 2012 et 2018). Cela semble en contradiction avec les résultats de l’enquête ISTAT (2020) sur Identité et Parcours d’Intégration des jeunes issus des deuxièmes générations qui fait état de la mobilité des étudiant.e.s italophones ou le souhait de vivre à l’étranger de 51,6 % des jeunes marocains, 51,4 % des Philippins et 45,8 % des Albanais.

  • 18 Voir à propos du projet éducatif des enfants motivant une nouvelle mobilité, l’enquête réalisée en (...)
  • 19 Cf. Villa-Perez, Tomc (2022) et le cas de l’élève italo-marocaine inscrite à l’école primaire de Ta (...)
  • 20 Nous renvoyons à titre d’exemples, pour la chronologie du phénomène et visibilité dans la Loire, à (...)

41La France fait partie des pays choisis par les Italo-Marocains et, comme nous l’avons souligné plus haut, selon nos recherches de terrain, ce phénomène est particulièrement marqué dans la région Rhône-Alpes, sans doute en raison de la proximité géographique avec l’Italie ainsi que de l’existence d’un réseau amical et familial transnational. Suite à nos observations sur le terrain scolaire et universitaire de Saint-Étienne, il est possible d’affirmer que la mobilité des Italo-Marocains vers la France, et cette région en particulier, est en passe de devenir structurelle, comme le montre la succession des fratries dans nos classes ou l’inscription de 5 à 10 étudiant.e.s en première année de langues étrangères et appliquées. Outre des raisons économiques, une nouvelle migration en France est souvent motivée par un projet éducatif18 et formatif. En effet, dans la région, la présence d’étudiant.e.s et élèves19 de nationalité italienne dont la famille est d’origine nord-africaine est attestée20 de l’école maternelle à l’université. Cette dernière est le terrain de l’enquête que nous allons présenter.

Précisions méthodologiques

  • 21 Voici les conventions de transcription des extraits : + pause ; ? montée intonative ; : allongement (...)
  • 22 On soulignera aussi que les pères de Na. et Ka. ont vécu dans d’autres pays – l’Espagne par exemple (...)

42La présente analyse qualitative se fonde sur des observables21 recueillis lors d’un focus group d’une durée d’une heure qui s’est déroulé en 2021 avec trois étudiantes italo-marocaines. Ces dernières, originaires des régions italiennes du Latium (Na., 21 ans), de Calabre (My., 19 ans) et du Val d’Aoste (Ka., 20 ans), sont inscrites en première année de licence en langues étrangères et appliquées à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne et ont entrepris un parcours de mobilité (multiple) seules ou avec leurs familles entre le Maroc, l’Italie et la France22.

43Au niveau de la méthodologie d’analyse des données, il sera question d’abord de tenter un essai de segmentation du répertoire complexe des informatrices, autrement dit de « catégoriser, plutôt que “découper” (donc disjoindre), […] opérer un “zoom avant” qui établit un segment du continuum en objet grossi, le distingue provisoirement du reste du contexte continu, et permet de l’examiner en détail » (Blanchet, 2003 : 302). Ensuite on opérera en conclusion « le “zoom arrière” […] qui permet de réinsérer le segment dans le continuum, dans le contexte global, donc de le relativiser et de le mettre en perspective. » (ibid.).

« Zoom avant »

44Parmi les remarques significatives produites par les étudiantes à propos de leur usage/connaissance des langues dans l’entretien focalisé, nous avons choisi de rendre visibles certains segments de leurs discours qui nous permettront de montrer le caractère inopérant des notions examinées dans notre revue théorique pour décrire la situation langagière d’un informateur ayant fait l’expérience de la plurimobilité.

Renversement des perspectives

  • 23 Cela se concrétise pour nos informatrices par la pratique ininterrompue de l’italien depuis leur ar (...)

45S’il est vrai que l’existence des langues pour les locuteurs relève de l’évidence, comme le souligne Blanchet (2003), cela est aussi documenté par les discours spontanés des étudiantes interrogées qui montrent des formes de loyauté linguistique23 accompagnées par un registre d’ordre émotif ainsi que par un attachement à la norme. Prenons l’exemple de Ka. et la construction discursive utilisée pour présenter l’italien en tant que langue première : « Ka. : en arabe je ne sais pas décliner un verbe je ne sais pas analyser une phrase c’est-à-dire je ne connais pas la grammaire je ne connais pas ces choses-là donc je ne peux pas dire que l’italien, je veux dire, l’arabe n’est pas ma première langue ».

46Les propos de Ka. font écho à l’approche ethnométhodologique de Mondada selon laquelle « toute catégorisation d’objets linguistiques se distribue sur un continuum dont l’un des pôles serait l’activité des utilisateurs ordinaires et l’autre celle des scientifiques » (citée par Trimaille, 2021a : 37) et peut donner lieu à diverses interprétations. En effet,

la catégorisation [a] toujours une finalité pratique : comme un linguiste peut manifester sa compétence et sa légitimité professionnelles, son affiliation théorique, mais aussi son engagement en mobilisant certaines procédures de catégorisation au détriment d’autres, un locuteur peut accomplir ou non son appartenance à une communauté (sociale, ethnique, linguistique) en catégorisant une forme comme appartenant ou non à tel ou tel ensemble de ressources.(op. cit. : 38)

47Ici l’activité de l’utilisatrice met en évidence une catégorisation personnelle et normée de la langue première, élaborée à travers des formulations par contraste : on apprend ce que devrait être la compétence d’un locuteur d’une langue dite maternelle à travers les « incompétences » grammaticales en arabe marocain. Le sentiment de maitrise formelle de l’italien semble précéder les motivations identitaires pour la définition de la langue première. L’hypothèse de sacralisation de l’italien pour les locutrices semble se dessiner ultérieurement lorsque nous leur avons proposé des extraits de chansons rap et trap italiennes de chanteurs de première et de deuxième génération issus de la migration. Ces textes (Ferrari, 2018) ont été choisis comme déclencheurs des discours (Villa-Perez, 2021b) sur les répertoires en raison de la présence d’une forte hétérogénéité et pluralité linguistiques, d’alternances codiques, mélanges et néologismes, emprunts (Auzanneau, 2001), en posant l’hypothèse que ces extraits pouvaient produire un effet d’identification projective ou au contraire des prises de distance vis-à-vis de ces pratiques langagières.

48Dans l’extrait suivant l’amorce hésitante de My. (oui mais), et la réplique de Ka. qui décrit le registre d’italien de la chanson observée comme étant du « langage parlé » (usa molto il linguaggio parlato), semblent suggérer le modèle d’italien visé par les locutrices. Si elles se reconnaissent dans l’alternance codique italien /arabe dialectal mise en scène, le modèle d’italien en revanche ne semble pas leur correspondre.

49Observons l’exemple :

Extrait 1

Na. ma infatti l’unico che conosco che parla l’[arab.bo] in italia ::: nelle sue canzoni è Ghali

mais en effet le seul que je connais qui parle en arabe en italie dans ses chansons est Ghali

My. ma infatti non è che introduce tanto tanto arabo dentro il rap

mais en fait il n’introduit pas beaucoup d’arabe dans le rap

Va. ma :: secondo voi no :: queste canzoni mostrano in qualche modo in cui voi giovani parlate?

mais :: à votre avis :: ces chansons montrent-elles votre façon de parler ?

Na. sì cento per cento

oui à cent pour cent

My. sì però :: (sembra esitare)

oui mais:: (elle semble hésiter)

Ka. usa molto cioè il linguaggio parlato

il utilise beaucoup le langage parlé

My. sì se ::

oui si ::

Va. nel senso che mischiare l’arabo e l’italiano per voi è una cosa normale?

autrement dit pour vous mélanger l’arabe et l’italien est une chose courante ?

My. ah:: (ride) per noi sì a casa sì

ah :: (elle rit) oui pour nous à la maison oui

Na. sì sì

oui oui

Ka. sì

oui

50On remarquera également des considérations d’ordre général sur la présence de l’arabe dialectal dans la chanson italienne et sa rareté. Ensuite les informatrices confirment que parler l’arabe marocain et l’italien est une pratique courante pour elles, par exemple dans la sphère familiale. Mais là où l’analyste voit un tout représenté par l’alternance codique, l’informatrice se concentre sur un système en particulier et sur sa variété sans doute jugée trop informelle.

51Penchons-nous maintenant sur les cas du contact entre les langues et notamment sur le phénomène d’acclimatation de l’arabe marocain, hypothèse déjà soulevée dans la section théorique de cet article dont nous avons essayé d’examiner la dimension lexicale. Nous l’avons abordée avec les étudiantes ayant réfléchi et fourni une liste de mots qui à leur sens pouvaient avoir subi une influence de l’italien.

Extrait 2

Va. […] riprendiamo le parole in arabo che ritenete siano italianizzate?

peut-on reprendre les paroles en arabe dont vous pensez qu’elles sont italianisées?

My. allora le devo leggere o:: ? komisariya commissariato lavatris lavatrice telekomand telecomando cabl cavo konsuliya consolato kamiyu camion kamija camicia tilifun telefono pomada pomata djiakita giacca lamba lampadario forchita forchetta frigo frigo sandala sandali za’ faran zafferano qutun cotone motor motorino

alors dois-je lire ou? komisariya commissariat lavatris machine à laver telekomand telecommande cabl cabke konsuliya consulat kamiyu camion kamija chemise tilifun telephone pomada pomade djiakita veste lamba lustre forchita fourchette frigo frigo sandala nus-pieds za’ faran safran Qutun coton motor scooter

Va. tra queste parole secondo me ce ne sono tante che assomigliano al francese quindi non so ::

à mon sens parmi ces mots il y en a beaucoup qui ressemblent au français donc je ne sais pas

My. c’è tipo ::

par exemple

Ka. cabl

My. cabl che non ero molto sicura con Na.

cabl je n’étais pas vraiment sûre avec Na.

Ka. anche telekomand anche però penso che

même telekomand je pense que

My. telekomand

Ka. però penso che il marocchino l’abbia preso più dal francese ::

je pense que le marocain l’a pris plus du français:::

52L’entretien devient une occasion de se confronter, énumérer et discuter les exemples présentés y compris lorsque des doutes sur l’origine des mots surgissent (« nous n’étions pas sûres avec Na. »). Toutefois, la plupart des mots en derija fournis par les informatrices, et lus par My. dans le deuxième tour de parole de ce passage, ne peuvent pas être considérés comme des hybridations ou des emprunts à l’italien. Certains mots ont été empruntés à l’arabe aussi bien en français qu’en italien tels que safran ou coton, d’autres empruntés au français. Le phénomène de l’emprunt au français (ou à l’espagnol) est commun pour l’arabe marocain et lié « à la place importante qu’occupent les anciennes langues coloniales sur le “marché linguistique” du pays » (Ziamari, Caubet, Miller, Vicente, 2020 : 51-52).

53Revenons à la liste de mots établie par les étudiantes. On peut admettre par hypothèse que c’est surtout la connaissance et dominance de l’italien dans le répertoire qui semble avoir guidé leur réflexion métalinguistique sur la base d’une recherche de ressemblances, ce qui suggère que la proximité entre les langues est aussi une question de subjectivité pour les informatrices. En effet même si le français fait partie de leurs répertoires, leur activité descriptive ne montre pas de rapprochements immédiats entre le marocain et le français et l’italien devient facilement une portée d’entrée vers la derija.

  • 24 Traduction : ah mais je pense que ça c’est c’est comment dire les générations qui sont allées en it (...)

54Après avoir conscientisé une question initialement un peu vague pour elles – l’influence de l’italien sur le marocain – les discours des étudiantes convergent sur ce point. Na. affirme « ah ma io credo che quelli là siano come dire le generazioni che sono andate in italia e dopo abbiano cambiato un po’ il dialetto24 ». Le commentaire folk de l’étudiante sur « les changements du dialecte » va dans le sens de certains travaux qui énumèrent des spécificités concernant la variation de l’arabe de France : « différences lexicales, morphosyntaxiques et accentuelles, registre de langue plus familier, présence de plus de segments originaires du français, affaiblissement de la paire minimale [k] vs [q], etc. (cf. Biichlé 2014, 2016) » (Biichlé, 2020 : 149).

  • 25 Nous remercions Dominique Caubet, professeure émérite de l’INALCO Paris, pour ces éclairages à prop (...)
  • 26 À ce titre nous renvoyons aux travaux de Correia-Labaye 2005 (citée par Deprez, 2006 : 122) qui a d (...)
  • 27 Trad. : Genre par exemple convertir lorsque je parle par exemple avec quelqu’un un marocain pour lu (...)

55Le terme emprunté à l’italien serait lavatris, lavatrice en italien (machine à laver), inconnu au Maroc25. Un seul exemple peut difficilement être considéré comme étant représentatif d’une éventuelle acclimatation ; cela mérite naturellement d’élargir le spectre d’informateurs et de mener des recherches de terrain ultérieures. Toutefois, nous avons essayé de vérifier à travers nos questions si l’usage des mots listés était partagé et compris par d’autres locuteurs italo-marocains. En effet, le sentiment d’un décalage26 par rapport aux locuteurs vivant au Maroc peut être un des symptômes d’une acclimatation éventuelle. Les tentatives conversationnelles menées pour obtenir des éclaircissements au sujet de l’acclimatation n’ont pas vraiment abouti mais cet échange a enclenché une discussion sur les formes d’hybridations. Ka. affirme italianiser plein de mots (ah beh io italianizzo un sacco di parole). Na. précise amusée qu’elle adapte des mots italiens « en changeant la fin pour faire comme si c’était de l’arabe ». À ce propos, My. fournit un exemple d’hybridation entre l’italien et la derija comme dans la forme verbale « converti-ti-ch » (tipo ad esempio convertire mentre ad esempio parlo con qualcuno un marocchino per farglielo capire dico converti-ti-ch è sempre la stessa parola ma aggiungo ti-ti-ch27).

56Au-delà des convergences examinées, ce sont aussi les divergences des pratiques qui nous intéressent. En effet, l’étude des répertoires permet d’aborder leur hétérogénéité même dans le cas de locuteurs ayant des parcours et des expériences langagières similaires. Il s’agit de la dimension subjective qui participe de la reconfiguration du répertoire et qui a été évoquée à maintes reprises dans le cadre théorique de cette contribution. Il convient de noter que cela va dans le sens des travaux (Trimaille, 2021b : 10) qui mettent en question la « tendance à l’homogénéisation » microlinguistique des parlers des jeunes dont on souligne « le caractère pluriel, pluri-scalaire et mouvant des environnements (…) et la façon dont ils les investissent […] » (Auzanneau, Trimaille, 2017 : 355 cités par Trimaille, 2021b : 11).

57Dans ce sillon l’imprévisibilité des comportements communicatifs se manifeste aussi par la pratique de langues liées à une deuxième voire troisième expérience de mobilité. Dans l’exemple 3, Na. affirme alterner l’italien et l’anglais avec sa sœur.

Extrait 3

Na. allora io parlo::: con mia sorella italiano e inglese e inglese lo usiamo quando non vogliamo far capire a mia madre qualcosa :: a mio padre

alors moi je parle:: avec ma sœur italien et anglais et l’anglais nous l’utilisons quand nous ne voulons pas faire comprendre quelque chose à ma mère :: ou à mon père

(rires collectifs)

Na. nel senso se parlo l’arabo capiscono

parce que si je parle arabe ils comprennent

Va. (ride)

Na. quindi uso l’inglese perché io ho fatto anche due anni in inghilterra però

donc j’utilise l’anglais parce que j’ai passé aussi deux ans en angleterre

Va. prima dell’Italia?

avant d’aller vivre en italie?

Na. però a casa italiano con l’altri fratelli

mais à la maison l’italien mes frères

58La nécessité de motiver l’emploi de l’anglais et la relation causale explicitée « j’utilise l’anglais parce que » par l’informatrice, nous semblent un point sur lequel il convient de s’arrêter. En effet, la pratique de l’anglais n’est pas corrélée par l’informatrice à sa formation scolaire et/ou universitaire mais à une mobilité antérieure de deux ans au Royaume-Uni avec sa famille, suivie d’un retour en Italie pendant deux ans, puis de la mobilité vers la France. De ce fait il serait légitime de se demander quelle catégorisation serait adaptée pour qualifier l’anglais. En effet il pourrait s’agir à la fois d’une langue présente dans les curricula, d’une « langue en migration », d’une langue d’emprunt, etc… Cet exemple nous semble confirmer l’inefficacité des désignants examinés dans le volet théorique : dans le cas de l’anglais, on est face à un processus de re-catégorisation mouvant : de langue scolaire en Italie, à langue de la migration et de l’école en Angleterre, à langue académique en France ou utilisée en famille... De manière corollaire, l’italien subit aussi une re-catégorisation : langue première et de l’école, puis langue en migration et académique, etc. De ce fait, le recours à la notion de répertoire nous semble embrasser davantage l’aspect dynamique, évolutif et contextualisé de la plurimobilité, en évitant le phénomène de réification et figement typique des catégorisations.

Savoirs (socio)linguistiques

59L’analyse présentée ici porte sur un volet particulier des ressources constituant le répertoire, celles qui ont trait aux savoirs (socio)linguistiques et langagiers informels fondés sur une pluriexpérience des locuteurs, cette dernière étant une source de connaissance déterminante en milieu migratoire. Dans l’extrait suivant Naj., originaire du Latium, se concentre quant à elle sur la lecture d’un couplet qui alterne l’italien et à la variété d’italien de Rome. Ce sera Kad. qui habitait au Val d’Aoste à reconnaitre en premier la variété régionale (« questo è romano ») et à Naj. d’en donner la confirmation en l’utilisant.

Extrait 4

Na. questa è Roma che te chiama sono io ::: che ve ::

c’est Rome qui t’appelle c’est moi qui vous::

My. ve incastro

Je vais vous piéger

(…)

Ka. questo è romano

c’est du romain celui-ci

My. sì

oui

Na. sì questo è romano popo :: (per proprio)

oui c’est du romain en effet

Ka. romano romano

vraiment du romain

60L’extrait analysé est intéressant dans la mesure où il met en évidence la sensibilisation acquise en Italie quant à la variation diatopique et surtout la « compétence de reconnaissance » (Blommaert, Backus, 2013 : 22) des étudiantes, autrement dit la capacité de reconnaitre et identifier des langues même si on ne les utilise pas ou si on ne les comprend pas forcement (op. cit. : 18), comme pour l’exemple du romain. On pourrait donc se demander dans quelle mesure la sensibilité à la variation pourrait être réinvestie dans l’étude d’autres langues.

61Ensuite, cette séquence déclenche une discussion sur les dialectes d’Italie : Kad. fournit spontanément un exemple de mot en romain qu’elle connait (pischelli pour ragazzi), fait qui permet à la chercheure de rebondir pour lui demander de traduire ce mot dans un dialecte du Val d’Aoste sans passer par la médiation de l’italien. Elle connait le terme « bocia » et lorsqu’on lui demande des précisions sur son origine, elle affirme que ce mot étant utilisé aussi par les Milanais il doit s’agir du dialecte lombard :

Extrait 5

Va. scusate ma voi da quali regioni venite ?

pardon de quelles régions êtes-vous?

Na. i pischelli

les gamins

[…]

Ka. io val d’aosta

moi du val d’aoste

[…]

Va. ma come si dice in valle d’aosta pischello ?

comment dit-on pischello au val d’aoste?

Kad. cosa ?

pardon ?

Val. pischello come si dice in valle d’aosta ?

pischello comment dit-on pischello au val d’aoste?

Ka. penso sia bocia normalmente

je pense que ça devrait être bocia normalement

Va. e in che dialetto?

et de quel dialecte s’agit-il ?

[…]

Ka. ma so che lo dicono anche i milanesi:: quindi penso che sia quello:: lombardo

mais je sais que les milanais utilisent ce mot aussi:: donc je pense qu’il doit s’agir du lombard.

  • 28 Au niveau prosodique, lexical ou syntaxique, la présence de la variation diatopique révèle l’origin (...)

62Si on considère que le répertoire est le résultat d’apprentissages formels et informels comprenant également des situations d’exposition, on comprend pourquoi Kad. peut fournir la traduction du mot pischello (bocia) sans qu’elle considère pour autant connaitre ou parler les dialectes de la région italienne d’origine ou qu’elle en soit consciente28. Ainsi au-delà de la pratique pleine d’une langue d’Italie, les compétences fragmentaires ou les micro-savoirs qui composent le répertoire individuel des locutrices montrent une connaissance de certains aspects du répertoire communautaire italien. Les représentations et comportements hiérarchisants font pressentir la disparition de certaines variétés de leurs répertoires. En outre, c’est aussi pour les mêmes raisons que l’une des étudiantes prend ses distances avec le calabrais dont elle a pourtant une compétence en réception. Dans la majorité des cas, lorsque on évoque la question des langues connues et/ou comprises, la compétence passive d’un dialecte d’Italie par les migrants n’émerge que si la question est soulevée par la chercheuse. Les entretiens réalisés avec les étudiant.e.s à Saint-Étienne confirment une tendance déjà observée lors de nos différentes enquêtes de terrain entamées en 2009 en Italie : la connaissance d’un dialecte est rarement mentionnée comme faisant partie du répertoire et de facto n’est pas considérée comme une compétence par les migrants et par les Italiens.

63Les échanges antérieurs sollicités à travers l’observation des extraits des chansons, nous conduisent maintenant vers une autre perspective relative aux savoirs expérientiels acquis dans le milieu environnant ou familial. Il s’agit des compétences plurilittéraciques des informatrices : les extraits présents sous forme écrite ont été lus en plusieurs langues, dont la variété d’arabe de la chanson « Willy Willy » (du chanteur Ghali).

Extrait 6

  • 29 Les expressions en arabe du passage de cette chanson ont été rendues de la manière suivante par Fer (...)

My. ndir lhala sans pitié29

Ka. fratello Ma 3la balich

Na. wily wily, nari nari (ride)

Va. questa è di ghali forse la conoscete

celle-ci est de ghali vous la connaissez peut-être

Naj. wily wily sì e forse [...] è :::anche dialetto marocchino

wily wily oui et peut-être c’est aussi de l’arabe marocain

Myr. wily wily è tipo:: come::: cavoli no?

wily wily c’est comme:: mince n’est-pas?

Kad. ahi ahi (ride)

ahi ahi

Naj. nari nari (ride)

nari nari (elle rit)

64Cela a stimulé une discussion entre les participantes sur la variété d’arabe et sur le rendu de l’expression en italien. Na. affirme qu’il s’agit de dialecte marocain, My. et Ka. tentent ensuite de traduire l’exclamation willy willy nari nari respectivement avec cavoli, no et ahi, ahi. Cette activité de « traduction orale sommaire ou approximative » d’un écrit révèle une autre facette des compétences expérientielles des informatrices, formellement envisagée comme la compétence de médiation par le CERCL (2018 : 117), qui traduisent du marocain à l’italien sans doute pour inclure la chercheuse dans l’interaction. Enfin nous ajouterons une remarque accessoire d’ordre méthodologique concernant l’emploi d’extraits de chansons qui nous est suggérée par un détail conversationnel récurrent. Il s’agit du rire des étudiantes qui accompagnent la lecture des couplets en arabe maghrébin. Nous nous n’attarderons pas sur les raisons de la réaction provoquée par la lecture et traduction de la chanson qui ont probablement trait à son contenu ; en revanche il est possible d’affirmer que ce procédé a contribué à créer une proximité et un rapprochement entre la chercheuse et les informatrices et entre elles, ce qui a par conséquent rendu plus fluide l’entretien focalisé.

65Nous poursuivons notre analyse avec l’extrait 7 qui révèle des connaissances développées par l’observation et notamment la confrontation des pratiques langagières. Ici Na. compare implicitement le répertoire sociolinguistique des Italiens à celui des Français en s’appuyant sur un exemple d’emprunt. C’est l’incompréhension d’une amie italienne d’expressions en derija, en l’occurrence wallah, qui fait émerger cette réflexion sur la circulation des langues (ici en France même les Français utilisent wallah) :

Extrait 7

Na. in Italia una cosa che ho notato in italia è che per esempio io mi ricordo che è che se io dicevo ad una mia amica wallah hella lei non capiva zero

en italie il y a une chose que j’ai remarquée en italie par exemple je me rappelle que si je disais à une copine wallah hella elle ne comprenait pas du tout

My. ti guardavano male

on te regardait de travers

Na. ti guardano male +++ qui in francia wallah lo dicono pure i francesi nel senso

on te regarde de travers +++ ici en france même les français utilisent wallah

My. sì:: wallah + wesh

oui:: wallah + wesh

Ka. wesh è arabo?

wesh c’est de l’arabe?

My. algerino penso

algérien je crois

66L’entretien assume une fonction presque transformative et concourt au partage de réflexions et observations collectives sur la langue et la variation. Ka. par exemple demande à My. si wesh est un mot arabe, question à laquelle elle fournit une réponse correcte en le reconnaissant comme de l’algérien. En effet Caubet (2015) précise à ce sujet « d’un point de vue étymologique, le mot [wesh] puise sa source dans l’arabe algérien. Il est utilisé principalement dans le « parler jeune » pour s’apostropher depuis ses débuts, aux alentours de 1983 » et ajoute que « durant les années 90, le mot traverse la Méditerranée et entre dans le vocabulaire de la jeunesse française » puis il sera recensé par le Petit Robert en 2009 (ibid.).

67L’extrait examiné, ainsi que la remarque sur l’origine du terme en arabe algérien, soulève la question sur l’émergence de ces savoirs non scolaires sur les répertoires ou sur la variation. L’immersion, le contact et la rencontre des langues en mobilité dans des situations informelles peuvent être une réponse, un aspect dont nous avons aussi discuté dans l’extrait 5, à propos de l’exposition aux variétés régionales et dialectales en Italie. Ces phénomènes sont amplifiés par « la circulation de produits culturels facilitée par la mobilité – non linéaire et non uni-directionnelle – des sujets, des médias et des réseaux sociaux [qui] renforce l’exposition, de part et d’autre, à des variétés ou des façons de parler différentes » (Trimaille, 2021b : 9-10).

68Ce que nous avons défini comme des savoirs non scolaires peuvent être considérés comme des savoirs (socio)linguistiques sur lesquels des compétences sociolinguistiques viendront se sédimenter. L’emploi de cette notion, parfois critiquée, appelle des précautions si on a l’ambition d’en redéfinir les contours, tel que le préconisent Blommaert et Backus cités plus haut. En revanche pour contribuer à la réflexion sur son étendue en relation avec les segments du répertoire, il est sans doute possible d’inverser le point d’observation et de considérer que « l’acquisition de la compétence sociolinguistique, loin de constituer une étape finale de la capacité à communiquer, est plutôt un processus qui guide l’acquisition de compétences formelles. Dans ce sens, nous pensons que la compétence sociolinguistique dynamise l’apprentissage d’autres compétences (discursives, grammaticales, etc.) » (Nussbaum, Unamuno, 2006 : 62).

  • 30 Cela ne concerne pas Ka. car elle vivait au Val d’Aoste où le français fait partie du paysage et de (...)

69Dans ce sillage, nous verrons comment, toujours à travers une activité de comparaison, on peut trouver un appui pour appréhender le répertoire communautaire et activer des considérations spécifiques sur une langue nouvelle. Ici les remarques portent sur la langue française, non parlée en Italie dans le cercle familial et récemment entrée dans le répertoire30 des deux étudiantes My. et Na., une expérience qualifiée de « cauchemar » par cette dernière.

Extrait 8

Na. e poi io me ne sono andata dall’italia che ho fatto la terza media io quando me ne sono andata dall’Italia ero :: la terza media ::ho fatto due anni e poi sono venuta qui e quindi è stato un incubo il francese ::

et ensuite j’ai quitté l’italie quand j’étais en troisième quand je suis partie d’italie j’étais ::: en troisième:: j’ai fait deux ans et ensuite je suis venue ici et donc le français a été un cauchemar

Va. e purtroppo è per tanti ragazzi italiani::

malheureusement c’est le cas pour beaucoup de jeunes italiens

Na. perché qua ci hanno il problema del :: che quello che scrivi non è quello che pronunci

Parce que ici il y a aussi le problème du :: ce qu’on écrit ne correspond pas à ce qu’on prononce

Ka. vero

vrai

My. ma anche la struttura nel :: modo di scrivere :: della frase

mais aussi la structure ::: la façon d’écrire la phrase

Ka. ma è simile nella struttura ma è proprio nelle parole ci son certe lettere che devi scrivere e non pronunci o oppure certe cose che pronunci ma non scrivi :: (ride)

Mais la structure est similaire ce sont vraiment les mots il y a des lettres qu’on doit écrire et on ne prononce pas ou bien des choses qu’on prononce mais qu’on n’écrit pas (elle rit)

70L’activité métalinguistique des étudiantes semble encore une fois être influencée par la comparaison avec l’italien, une langue dite phonétique dont l’orthographe correspond à sa prononciation à la différence du français. Ainsi nous postulons que la plurimobilité, en faisant confronter les locutrices à un large spectre de situations et contextes langagiers, culturels, etc., va au-delà de la connaissance d’une ou plusieurs langues en migration. Cela permettrait de multiplier leurs grilles d’interprétation des situations et comportements communicatifs voire de s’appuyer sur ces connaissances intuitives, informelles ou métalinguistiques pour les apprentissages.

« Zoom arrière » : prolongements glottopolitiques

71Au terme de ces réflexions, nous tenterons de procéder à la mise en perspective déjà annoncée, en partant des principaux résultats de notre analyse qualitative. Nous avons remarqué que lorsqu’on combine mobilité et complexité un autre terme émerge : « l’imprévisibilité » (« unpredictability », Budach, de Saint-Georges, 2017 : 67). Cela provoque des situations souvent inclassables ou difficilement résumables aux concepts traditionnellement utilisés pour faire référence aux langues en contexte migratoire. En effet l’activité de catégorisation comporte une réification qui va à l’encontre du versant langagier évolutif des migrations multiples, ces dernières étant susceptibles de provoquer des re-catégorisations des langues. Ainsi, pour prendre du champ par rapport à ce phénomène de figement, nous avons fait le choix de mobiliser la notion de répertoire sociolinguistique et c’est sur le devenir de ce dernier, en contexte universitaire, que portera à présent notre interrogation à propos des étudiant.e.s en plurimobilité.

72On pourrait se demander d’une part si les étudiant.e.s peuvent réinvestir leur capital expérientiel, par exemple dans le cadre de leurs projets formatifs. Dit autrement que deviennent ces ressources, compétences et savoirs ? Sont-elles connues et/ou sollicitées par les professeurs ou au contraire l’université participe-t-elle à un « retour en arrière » en favorisant des pratiques monolingues, normatives voire « tubulaires » (Escudé, 2014 : 2) ? S’il est possible d’affirmer que dans le contexte scolaire l’approche plurilingue est largement répandue et les enseignant.e.s sont de plus en plus sensibles et sensibilisé.e.s, peut-on faire le même constat en milieu universitaire ?

73Les généralisations ne seront pas de mise mais il nous semble important de faire émerger la parole d’un étudiant italo-marocain interrogé lorsque nous avons entamé nos enquêtes sur les plurimobilités en 2017. Il relate une expérience antérieure vécue dans une filière scientifique d’une université française.

  • 31 Traduction : M. je vous parlais de mon expérience en sciences horrible parce qu’il est vrai que c’é (...)

M. io vi parlavo della mia esperienza […] a scienze orribile perché va bene era il mio primo anno comunque sia avevo un po’ di difficoltà […] quando sono andato dalla prof a parlare con lei dicendole che ho giusto delle leggere difficoltà in francese e che vorrei tipo che quando scrive parlasse perché quando scrive non sento e a matematica […] non si scrivono le due tre pagine che scriviamo qui di corso ma io ad ogni corso di analisi uscivo con diciassette diciotto pagine di corso per cui se non capisci una frase non capisci una dimostrazione non capisci sei fregato ! a matematica salti un td e […] e devi lavorarci almeno come minimo una o due settimane per recuperare perché da soli è impossibile quando sono andato a vedere la prof dicendole che ho queste leggere difficoltà in francese mi ha fatto semplicemente (batte le mani velocemente) Monsieur il faut travailler le français (imitando l’impostazione della voce) ed è finita li la mia conversazione […] ma qui non contano il fatto se sei straniero magari non in tutte le facoltà ma ci sono delle facoltà in cui non c’è nessuna differenza31.

74L’intuition et le besoin manifesté par l’étudiant sur l’association de l’oral aux pratiques littéraciques en mathématiques met en évidence d’une part le processus de re-catégorisation en œuvre pour le français – langue d’héritage dans un premier temps, puis langue de l’école, ensuite langue du nouveau pays d’accueil et académique – d’autre part l’évolution de ses besoins.

75Cela guidera nos lignes conclusives qui se veulent en même temps une réflexion glottopolitique. Si la glottophagie citée en introduction semble de plus en plus affaiblie et contestée à l’école, la question reste entière dans le domaine universitaire. En effet, nous devrions « nous assurer que nos milieux d’éducation encouragent l’inclusion de la diversité […] et des répertoires linguistiques pluriels vécus par les étudiants et les professeurs » (Blanchet, Bergeron, Lebon-Eyquem, 2022 : 114). Mais cela demanderait d’entreprendre une nouvelle étude, recontextualisant et interrogeant, à l’échelle de l’université, l’intention et l’extension d’une autre catégorie : l’inclusion.

Haut de page

Bibliographie

AUZANNEAU Michelle, 2001, « Identités africaines : le rap comme lieu d’expression », Cahiers d’Études Africaines, p. 711-734.

AZZARA Noël, VILLA-PEREZ Valeria, 2020, « Plurilanguaging et évaluation bienveillante. Une étude de cas sur les migrants adultes en plurimobilité », dans Annemarie Dinvaut, Luc Biichlé (dirs.), Mieux vivre en langues, ou comment passer de l’insécurité à la bienveillance, la bientraitance, la coopération, Paris, L’Harmattan, p. 143-164.

BAGNA Carla, MACHETTI Sabrina, VEDOVELLI Massimo, 2003, « Italiano e lingue immigrate : verso un plurilinguismo consapevole o verso una varietà di contatto », dans Ada Valentini et al. (dirs.), Ecologia linguistica, Atti del XXXVI Congresso Internazionale di Studi della SLI, Roma, Bulzoni, p. 201-222.

BEAUCHEMIN Chris, 2015, « Migrations entre l’Afrique et l’Europe (MAFE) : comprendre les migrations au-delà de l’immigration », Population, vol. 70, p. 7-12.

BIICHLE Luc, 2020, « Qu’advient-il de l’arabe de France ? Mise en perspective sociolinguistique... », Les « langues de France » : 20 ans après, Glottopol, n° 34, p. 147-160, https://journals.openedition.org/glottopol/493, consulté le 21.12.2021.

BLANCHET Philippe, 2003, « Contacts, continuum, hétérogénéité, polynomie, organisation “chaotique”, pratiques sociales, interventions… Quels modèles ? : pour une (socio)linguistique de la “complexité” », Cahiers Internationaux de Sociolinguistique, n°8, p. 279-308.

BLANCHET Philippe, BERGERON Christian, LEBON-EYQUEM Mylène, 2022, « Étude exploratoire d’expériences de glottophobie en Provence réalisée auprès d’étudiants et d’étudiantes de l’université d’Aix-Marseille », Glottopol n°36, p. 99-130, http://journals.openedition.org/glottopol/973, consulté le 10.06.2022.

BLOMMAERT Jan, BACKUS Ad, 2013, « Superdiverse Repertoires and the Individual », dans Ingrid de Saint Georges, Jean-Jacques Weber (dirs.), Multilingualism and multimodality : current challenges for educational studies, Springer, p. 11-32.

BROWN Joshua R., BOUSQUETTE Joshua, 2018, « Heritage languages in North America: Sociolinguistic approaches », Journal of Language Contact 11(2), p. 201-207.

BUDACH Gabriele, de SAINT GEORGES Ingrid, 2017, « Superdiversity and language », dans Suresh Canagarajah, The Routledge Handbook of Migration and Language, p. 63-78.

CALVET Louis-Jean, 2007, « Approche sociolinguistique de l’avenir du français dans le monde », Hérodote, 2007/3, n°126, p. 153-160.

CALVET Louis-Jean, 2016, « Pratiques des langues en France. Oui, mais de quoi parlons-nous ? », Langage et Société, n°155, p. 39-59.

CANUT Cécile, DANOS Félix, HIM-AQUILLI Manon, PANIS Caroline, 2018, Le langage une pratique sociale. Éléments d’une sociolinguistique politique, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 388 p.

CAUBET Dominique, 2015, La véritable histoire du mot « wesh » https://blogs.mediapart.fr/hazies-mousli/blog/221015/la-veritable-histoire-du-mot-wesh, consulté le 21.12.2021.

CERCL, 2018, Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer. Volume complémentaire avec de nouveaux descripteurs, Conseil de l’Europe.

COLONNA Romain, 2022, « La patrimonialisation des langues (minorées) : une voie (obligatoire) vers le marché ? », Carmen Alén Garabato, Henri Boyer (dirs), Nouveaux usages socio-économiques des « langues régionales » de France au XXIe siècle, Langage et Société, n°175, p. 23-49.

COLUCCI Michele, 2018, Storia dell’immigrazione straniera in Italia dal 1945 ai giorni nostri, Roma, Carocci editore, 243 p.

CURDT-CHRISTIANSEN Xiao Lan, HUA Zhu, WEI Li, 2021, Changing faces of transnational communities in Britain, International Journal of the Sociology of Language, (269), p. 3-13.

DARBELLAY Frédéric (dir.), 2012, La circulation des savoirs. Interdisciplinarité, concepts nomades, analogies, métaphores, Berne, Peter Lang.

DE FINA Anna, MAZZAFERRO Gerardo, 2021, Exploring (Im)mobilities: Language Practices, Discourses and Imaginaries, Bristol, Multilingual Matters.

DELLA PUPPA Francesco, MONTAGNA Nicola, 2021, KOFMAN Eleonore, « Onward migration and intra-European mobilities: a critical and theoretical overview », International Migration, 59/1, p. 1-13.

DEPREZ Christine, 2006, « Ouvertures nouveaux regards sur les migrations, nouvelles approches des questions langagières », François Gadet, Gabrielle Varro (dirs.), Le “scandale” du bilinguisme. Langues en contact et plurilinguismes, Langage et société, n°116, p. 119-126.

DEPREZ Christine, 2021, « Langues en migration », Josiane Boutet, James Costa (dirs.), Dictionnaire de Sociolinguistique, Langage et société, Hors série 1, p. 205-209.

ESCUDE Pierre, 2014, « De l’intercompréhension comme moteur d’activités en classe », Tréma, 42, http://journals.openedition.org/trema/3187, consulté le 10.06.2022.

EXTRA Guus, YAGMUR Kutlay, 2013, L’Europe riche de ses langues. Tendances des politiques et des pratiques du plurilinguisme en Europe, Cambridge, Cambridge University Press.

FERRARI Jacopo 2018, « La lingua dei rapper figli dell’immigrazione in Italia », Lingue e culture dei media, vol. 2, n°1, p. 155-172.

FIBBI Rosita, MATTHEY Marinette, 2010, « Petits-enfants de migrants italiens et espagnols en Suisse », Hommes & migrations, n° 1288, p. 58-69 http://journals.openedition.org/hommesmigrations/857, consulté le 21.12.2021.

FISHMAN Joshua A., 2001, « 300-plus years of heritage language education in the United States », dans Peyton Joy Kreeft, Ranard Donald et McGinnis Scott (eds.), Heritage languages in America: Preserving a national resource, Washington, DC & McHenry, IL, Center for Applied Linguistics & Delta Systems, p. 8-98.

FONDAZIONE MIGRANTES, 2020, Rapporto italiani nel mondo, Roma, Tav Editrice, https://www.migrantes.it/wp-content/uploads/sites/50/2020/10/Sintesi_RIM2020.pdf, consulté le 21.12. 2021.

GALLEZ Carolin, KAUFMANN Vincent, 2009, « Aux racines de la mobilité en sciences sociales. Contribution au cadre d’analyse socio-historique de la mobilité urbaine », dans Mathieu Flonneau, Vincent Guigueno, De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ? Rennes, PUR, p. 41-55.

GOGLIA Francesco, 2021, « Migrazione secondaria e repertori linguistici complessi: il caso degli italo-nigeriani in Inghilterra », dans Sabina Machetti, Elena Favilla (dirs.), Studi AITLA, Milano, Officinaventuno, p. 187-198.

GOHARD-RADENKOVIC Aline, VEILLETTE Josianne (dirs.), 2015, Nouveaux espaces dans de nouvelles logiques migratoires ? Entre mobilités et immobilités des acteurs, Cahiers internationaux de Sociolinguistique, n°8.

GOHARD-RADENKOVIC Aline, VEILLETTE Josianne (dirs.), 2016, Nouveaux espaces dans de nouvelles logiques migratoires ? Entre mobilités et immobilités des acteurs (suite), Cahiers internationaux de Sociolinguistique, n°9.

HAICAULT Monica, 2000, L’expérience sociale du quotidien : corps, espace, temps, Ottawa, Les Presses de l’université d’Ottawa.

IDOS, 2013, I.P.R.IT. Immigrazione Percorsi di Regolarità in Italia. Prospettive di collaborazione italo-marocchina, Guida del Ministero dell’Interno, Roma, Edizioni IDOS.

ISTAT, 2020, Identità e percorsi d’integrazione delle seconde generazioni in Italia, Roma, Istituto Nazionale di Statistica, https://www.istat.it/it/files//2020/04/Identit%C3%A0-e-percorsi.pdf, consulté le 20.12.2021.

MATTHEY Marinette, 2017, « La famille comme lieu de transmission des langues minoritaires ou minorisées. Éléments de réflexion pour un cadrage politico-théorique », Insaniyat Revue algérienne d’anthropologie et de sciences sociales, Centre de recherches en Anthropologie Sociale et Culturelle, 21 (76), p. 27-40.

MINISTERO DEL LAVORO E DELLE POLITICHE SOCIALI, 2020, La comunità marocchina in Italia. Rapporto annuale sulla presenza dei migranti, Anpal, https://www.lavoro.gov.it/documenti-e-norme/studi-e-statistiche/Documents/Rapporti%20annuali%20sulle%20comunit%C3%A0%20migranti%20in%20Italia%20-%20anno%202020/Marocco-rapporto-2020.pdf, consulté le 20.12.2021.

MOREAU Marie-Louise, 1997, Sociolinguistique : les concepts de base, Paris, Éditions Mardaga.

NUSSBAUM Luci, UNAMUNO Virginia, 2006, « La compétence sociolinguistique, pour quoi faire ? », dans Lorenza Mondada, Simona Pekarek Doehler (dirs), La notion de compétence : études critiques, Bulletin Vals-Asla, n°84, p. 47-65.

ORSENNA Erik, CERQUIGLINI Bernard, 2022, Les mots immigrés, Paris, Stock, 120 p.

PLOOG Katja, CALINON Anne-Sophie, THAMIN Nathalie, 2020, Mobilité. Histoire et émergence d’un concept en sociolinguistique, Paris, L’Harmattan, coll. Espaces Discursifs, 352 p.

STOCK Mathis, 2018, « Habiter la ville en mouvements », Europe en mouvement, pp. 145-155.

TARRIUS Alain, 1993, « Territoires circulatoires et espaces urbains : Différentiation des groupes migrants », Les annales de la recherche urbaine, p. 51-60.

TARRIUS Alain, 2002, La mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades des économies souterraines, Paris, Balland, 169 p.

TAVARES Bernardino, 2018, Cape Verdean Migration Trajectories into Luxembourg: A Multisited Sociolinguistic Investigation, Thèse de doctorat, University of Luxembourg.

THAMIN Nathalie, ALI-BENCHERIF Mohammed Zakaria, CALINON Anne-Sophie, MAHIEDDINE Azzeddine, PLOOG Katja, 2019, Mobilités dans l’espace migratoire Algérie, France, Canada, Aix-Marseille, Presses Universitaires de Provence.

TOMA Sorana, CASTAGNONE Eleonora, 2015, « Quels sont les facteurs de migration multiple en Europe ? Les migrations sénégalaises entre la France, l’Italie et l’Espagne », Population, vol. 70, p. 69-101.

TOSO Fiorenzo, 2011, « Comunità tabarchina » dans Enciclopedia dell’Italiano, Istituto della Enciclopedia Italiana Treccani, https://www.treccani.it/enciclopedia/comunita-tabarchina_%28Enciclopedia-dell%27Italiano%29/, consulté le 23.12.2021.

TRIMAILLE Cyril, MATTHEY Marinette, 2013, « Catégorisations » dans Jacky Simonin et Sylvie Wharton, Sociolinguistique du contact : Dictionnaire des termes et concepts [en ligne], Lyon, ENS Éditions, http://books.openedition.org/enseditions/12414>, consulté le 20.12.2021.

TRIMAILLE Cyril, 2021a, « Catégorisation » dans Josiane Boutet, James Costa (dirs.), Dictionnaire de Sociolinguistique, Langage et société, HS 1, p. 35-40.

TRIMAILLE Cyril, 2021b, « Introduction » dans Cyril Trimaille, Christophe Pereira, Karima Ziamari, Médéric Gasquet-Cyrus (dirs.), Sociolinguistique des pratiques langagières des jeunes. Faire genre, faire style, faire groupe autour de la Méditerranée, Grenoble, UGA, p. 7-22.

VAN DEN AVENNE Cécile, 2005, Mobilités et contacts de langues, Paris, L’Harmattan.

VERMES Geneviève, 1988, « Vingt-cinq communautés linguistiques de la France », Les langues immigrées, Tome 2, Paris, L’Harmattan.

VILLA-PEREZ Valeria, 2021a, « Répertoire sociolinguistique, expérience biographique et parcours de plurimobilité : des notions imbriquées ? », Cahiers Internationaux de Sociolinguistique, n°19, 2/2021, pp. 101-126, https://www.cairn.info/revue-cahiers-internationaux-de-sociolinguistique-2021-2-page-101.htm, consulté le 23.02.2022.

VILLA-PEREZ Valeria (dir.), 2021b, « Introduction : La chanson, un objet sociolinguistique », dans Valeria Villa-Perez, (dir.), Minorations en chansons. Approches sociolinguistiques, Louvain-La- Neuve, EME/ACADEMIA, p.7-18.

VILLA-PEREZ Valeria, TOMC Sandra, 2022, « La glottopolitique en (inter)action. Sur les microactes conversationnels des agents d’une communauté d’apprentissage », Émilie Lebreton, Fabienne Leconte, Coraline Pradeau (dirs.), Glottopolitiques engagées et solidaires : contextes, idéologies et histoires, Glottopol, n°36, 1/2022, p. 282-303.

ZIAMARI Karima, CAUBET Dominique, MILLER Catherine, VICENTE Ángeles, 2020, « Matériaux d’enquête autour des usages jeunes dans quatre villes marocaines. Casablanca, Meknès, Tétouan, Marrakech », dans Cyril Trimaille, Christophe Pereira, Karima Ziamari, Médéric Gasquet-Cyrus (dirs.), Sociolinguistique des pratiques langagières des jeunes. Faire genre, faire style, faire groupe autour de la Méditerranée, Grenoble, UGA, p. 23-79.

Haut de page

Notes

1 Cahiers Internationaux de Sociolinguistique.

2 Ces auteur.e.s problématisent l’immobilité forcée des migrants dans des centres de rétention administrative en Italie.

3 International Journal of the Sociology of Language.

4 Nous avons présenté pour la première fois notre recherche sur le cas des étudiant.e.s italo-marocain.e.s et tunisien.e.s en 2017 dans « Médiation et contact des langues à l’université. Les cas d’étudiant.e.s italien.ne.s issu.e.s de l’immigration et nouvellement arrivé.e.s en France », Colloque ACEDLE qui s’est tenu à l’Université Bordeaux Montaigne (19-21 Janvier 2017).

5 Cf. le n°34 de Glottopol consacré à cette notion et dirigé par C. Lagarde.

6 Il n’est pas sans intérêt de revenir sur une nuance émergée dans la littérature sociolinguistique italienne il y a une quinzaine d’années lorsque Bagna et al. (2003 : 203) faisaient la distinction, entre les « langues immigrées » (lingue immigrate), ayant une présence stable et visible (par exemple par le biais du marquage linguistique urbain des enseignes etc.), enracinées socialement et capables de modifier le paysage linguistique local, et les « langues de migrants » (lingue di migranti), les idiomes des communautés qui ne s’enracinent pas dans le territoire local mais circulent dans l’espace social.

7 Sur les liens entre langue, patrimoine et patrimonialisation cf. R. Colonna, 2022.

8 C’est nous qui soulignons.

9 C’est nous qui soulignons dans cette citation.

10 Un exemple particulier d’acclimatation et de (pluri)mobilité à la fois est celui du tabarchino, une langue (dialecte ligurien) aujourd’hui parlée au Sud-ouest de la Sardaigne en Italie à Caloforte et à Calasetta, mais initialement établie en Tunisie. En effet, le nom de cette langue vient de Tabarca, où s’était installée une communauté de commerçants liguriens au XVIe siècle. Certains membres de cette communauté se sont ensuite déplacés en Sardaigne au XVIIIe siècle. Le lexique du tabarchino se fonde sur le génois ; sont attestés des emprunts à l’arabe, au français et au sicilien ainsi qu’une composante sarde liée au domaine agricole (Toso, 2011). Le tabarchino constitue selon Toso un « exemple de minorité linguistique historique et un cas exceptionnel d’une variété hétéroglotte, protégé par la loi régionale 26/1997 mais non reconnu comme langue minoritaire par la loi 482/1999 » (c’est nous qui traduisons, ibid.). (Rappelons que la loi 482/1999 encadre la liste des douze minorités linguistiques d’Italie).

11 L’étude IDOS (2013 : 9) rappelle à ce titre le surnom de « il marocchino » encore utilisé en Italie pour désigner un vendeur ambulant étranger quelle qu’elle soit son origine nationale. Les hommes marocains arrivés en Italie dans les années 1970 étaient en effet très souvent des commerçants ambulants ou employés dans l’agriculture.

12 Colucci (2018 : 13) affirme à ce sujet que « continuer à considérer l’Italie comme un pays de “récente” immigration est erroné. Cela ne permet pas de prendre en compte la dimension structurelle que ce phénomène a atteint à partir des années 1970/1980 et perpétue cette connotation d’exception, d’émergence, d’étonnement par rapport à la situation migratoire injustifiée déjà en 1979, lorsque CENSIS a publié le premier rapport sur les travailleurs étrangers en Italie : une attitude destinée à devenir encore plus inacceptable au fil du temps » (traduit par nos soins).

13 Blommaert et Backus (2013 : 22-23) distinguent quatre niveaux de compétences (« maximum, partial, minimal, recognizing ») ainsi que de nombreux niveaux d’apprentissages linguistiques (op. cit. : 16-21).

14 Ministero del lavoro e delle politiche sociali.

15 Anagrafe degli italiani residenti all’estero (État civil des Italiens résidants à l’étranger).

16 C’est nous qui traduisons.

17 C’est nous qui traduisons.

18 Voir à propos du projet éducatif des enfants motivant une nouvelle mobilité, l’enquête réalisée en 2022 par Loïse Rivoirard, sous notre direction à l’université de Saint-Étienne, dans le cadre de son mémoire de Master 2 intitulé Les narratives : un espace de reconstruction identitaire des locuteurs plurilingues ? Le cas des Italo-Marocains issus d’une double migration à Saint-Étienne.

19 Cf. Villa-Perez, Tomc (2022) et le cas de l’élève italo-marocaine inscrite à l’école primaire de Tarentaize dont nous rendons compte dans le numéro 36 de Glottopol.

20 Nous renvoyons à titre d’exemples, pour la chronologie du phénomène et visibilité dans la Loire, à deux articles datant respectivement de 2015 et 2016 parus dans le périodique régional Le Progrès : « Première rentrée en France pour le jeune Italien Ismaïl. Adaptation. Ismaïl, bientôt 10 ans, a fait ses premiers pas à l’école élémentaire du Soleil. Arrivé d’Italie cet été, avec ses parents et son grand frère, il bénéficie pendant un an du dispositif d’accueil et de scolarisation des élèves allophones dont Isabelle Graci est la coordinatrice départementale. » https://www.leprogres.fr/loire/2015/09/02/premiere-rentree-en-france-pour-le-jeune-italien-ismail ; « …aujourd’hui, il est en 6e à Fauriel. Un an après, nouvelle visite à Ismaïl chez lui dans une petite rue du Crêt-de-Roc » https://www.leprogres.fr/loire/2016/09/04/aujourd-hui-il-est-en-6e-a-fauriel.

21 Voici les conventions de transcription des extraits : + pause ; ? montée intonative ; : allongement ; souligné chevauchement ; XXX segment inaudible ; italique mots dans d’autres langues que l’italien ; […] commentaire du transcripteur. Les participantes sont désignées par les deux premières lettres de leur prénom, dans un souci d’égalité dans la politique de représentation. Les tours de parole en italien sont alternés par la traduction en français signalée par l’usage de l’italique.

22 On soulignera aussi que les pères de Na. et Ka. ont vécu dans d’autres pays – l’Espagne par exemple – entre leur départ du Maroc et leur installation en Italie.

23 Cela se concrétise pour nos informatrices par la pratique ininterrompue de l’italien depuis leur arrivée en France, le choix d’une filière dans laquelle étudier l’italien à l’université, la présence et le maintien d’un réseau transnational ainsi que la transmission et pratique de l’italien avec la fratrie. Sur le rôle de cette dernière pour le maintien de l’italien voir aussi l’article de F. Goglia dans ce numéro.

24 Traduction : ah mais je pense que ça c’est c’est comment dire les générations qui sont allées en italie et ensuite ont un peu changé le dialecte.

25 Nous remercions Dominique Caubet, professeure émérite de l’INALCO Paris, pour ces éclairages à propos des exemples en derija fournis par les étudiantes.

26 À ce titre nous renvoyons aux travaux de Correia-Labaye 2005 (citée par Deprez, 2006 : 122) qui a décrit « l’émergence d’une forme locale du portugais parlée par les jeunes de parents émigrés et montré que ses traits caractéristiques, notamment phonétiques […], étaient fortement influencés à la fois par le parler rural des parents […] et par le contact avec le français » (ibid.).

27 Trad. : Genre par exemple convertir lorsque je parle par exemple avec quelqu’un un marocain pour lui faire comprendre je dis converti-ti-ch c’est toujours le même mot mais j’ajoute ti-ti-ch.

28 Au niveau prosodique, lexical ou syntaxique, la présence de la variation diatopique révèle l’origine régionale des informatrices en Italie. En guise d’exemple, dans le premier tour de parole de l’exemple 1, nous avons précisé le détail phonétique suivant : l’allongement de la consonne [b] en position intervocalique, typique de l’italien régional central, de Na. qui vient de Rome (cf. l’exemple « d’[arab.bo] ») ; par ailleurs cette informatrice pendant l’entretien alterne souvent l’italien à la variété régionale d’italien de Rome. De même My. utilise le pronom « voi » (vous), au lieu de « lei » (elle) forme de politesse de l’italien standard, usage qui est encore répandu dans l’italien méridional (aspettate prof). Nous pouvons évoquer encore la suppression de l’article déterminatif devant le pronom possessif quand on se réfère aux noms de parenté. Ka. utilise l’expression « mio papà » (mon papa) au lieu de « mio padre » (mon père) ou « il mio papà », une caractéristique morphosyntaxique de la variété régionale septentrionale.

29 Les expressions en arabe du passage de cette chanson ont été rendues de la manière suivante par Ferrari (2018 : 164) qui a étudié les alternances codiques : l’exclamation « nari nari, willy willy » a été traduite en italien par « oddio ! » ou « mamma mia » (mon dieu) ; « ndir lhala » avec « facciamo casino » et « 3la balich » par « non mi interessa ».

30 Cela ne concerne pas Ka. car elle vivait au Val d’Aoste où le français fait partie du paysage et de la politique linguistique de la région.

31 Traduction : M. je vous parlais de mon expérience en sciences horrible parce qu’il est vrai que c’était ma première année mais quoiqu’il en soit j’avais quelques difficultés quand je suis allé voir la prof pour lui en parler pour lui dire que j’avais juste quelques difficultés en français et que je voudrais genre que quand elle écrit elle parle en même temps parce que quand elle écrit je n’entends pas et en mathématiques on n’écrit pas deux trois pages de cours comme ici mais à chaque cours d’analyse je sortais avec dix-sept dix-huit pages de cours donc si tu ne comprends pas une phrase si tu ne comprends pas une démonstration si tu ne comprends pas tu es foutu ! en mathématiques si tu rates un td tu dois y travailler une ou deux semaines au moins pour rattraper parce que tout seul c’est impossible quand je suis allé voir la prof pour lui dire que j’avais de petites difficultés en français elle m’a fait tout simplement (il bat les mains très vite) Monsieur il faut travailler le français (en imitant la voix) et la conversation s’est arrêtée là mais ici on ne prend en compte le fait que tu sois étranger ce n’est peut-être pas le cas dans toutes les facultés mais il y a des facultés dans lesquelles il n’y a aucune différence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valeria Villa-Perez, « Re-catégorisations sociolinguistiques et plurimobilités. Réflexions à partir du cas italo-marocain »Glottopol [En ligne], 37 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/2459 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.2459

Haut de page

Auteur

Valeria Villa-Perez

valeria.villa[at]univ-st-etienne.fr
Université Jean Monnet Saint-Etienne, Unité de Recherche ECLLA
Valeria Villa-Perez est maitresse de conférences en sociolinguistique et didactique des langues à l’Université Jean Monnet Saint-Étienne et membre d’ECLLA. Ses travaux portent principalement sur les langues (minorées) et les migrations, les dialectes d’Italie, le plurilinguisme, les représentations sociales, les politiques linguistiques et éducatives, la formation des enseignant.e.s.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search