Skip to navigation – Site map

HomeNuméros37Compte-rendusYoucef Bacha, Faire des recherche...

Compte-rendus

Youcef Bacha, Faire des recherches en sciences du langage

Paroles de chercheur-e-s / Repères pour les étudiant-e-s, 2022, collection Proximités, sociolinguistique et langue française, Louvain-la-neuve, EME éditions, 236 pages
Mathieu Berthin
Bibliographical reference

Youcef Bacha, 2022, Faire des recherches en sciences du langage – Paroles de chercheur-e-s / Repères pour les étudiant-e-s, collection Proximités, sociolinguistique et langue française, Louvain-la-neuve, EME éditions, 236 pages.

Full text

1Cet ouvrage paru en 2022 est sous-titré Paroles de chercheur-e-s / Repères pour les étudiant-e-s. Dans ce sens, on comprend que l’objectif de Youcef Bacha est de construire un lien en les outils théoriques décrits par différents chercheurs en sciences du langage et les besoins de références d’étudiants et de jeunes – ou moins jeunes – chercheurs.

  • 1 Dans son introduction à Pour une didactique de l’appropriation (2017), Véronique Castellotti expliq (...)

2L’excellente préface de M. Rispail – qui indique d’ailleurs que l’ouvrage n’aurait nul besoin de préface – permet d’abord de situer l’auteur à travers son parcours puis de commenter la création de cet ouvrage. Cette courte biographie aurait d’ailleurs mérité de commencer bien avant 2019 et la période de doctorat de l’auteur ; nous découvrons en effet à la lecture de l’ouvrage combien la pensée de l’auteur s’est structurée au fil de ses expériences langagières et linguistiques, donnant lieu au postulat sur lequel repose cet ouvrage1. On apprend également que les entretiens furent publiés dans Algérie-Cultures avant d’être ici triés, sélectionnés et ordonnés de manière spécifique et calculée (p.10). En effet, parmi les 25 chercheurs questionnés dans cet ouvrage se mêlent certains des noms les plus connus et les moins attendus de la sociolinguistique francophone ; les différences de genre, d’âge et de nationalités des intervenants confèrent à ce recueil une diversité et un aspect original. Cette diversité ne va toutefois pas sans logique, le fil des entretiens liant des problématiques sociolinguistiques et didactiques algériennes et nord-africaines avec des concepts globaux.

3Un des éléments frappants lors de la lecture des entretiens est la façon par laquelle Y. Bacha amène ses interlocuteurs à expliquer et contextualiser concisément des concepts complexes. Cela vient souvent en réponse à des questions qui dégagent une simplicité – en apparence – et une aisance, qui semblent inspirer les chercheurs à une certaine décontraction – tantôt une oralité – dans leur discours. En effet, bon nombre des interrogations initiales de l’enquêteur visent à la définition, à l’explication, à la situation ou à la description ; ce n’est souvent qu’ultérieurement qu’il appelle les chercheurs à approfondir les concepts en question. Ce parler simple, tant chez Bacha que chez certains chercheurs, est donc plaisant et ne limite en aucun cas le sérieux et la cohérence des discours. Bien au contraire, le lecteur a l’opportunité de se confronter à des idées et des concepts dans un registre moins formel, moins formaté que la publication scientifique classique.

4Initialement prévus pour constituer deux tomes (p.10), les axes de ce recueil d’entretiens sont divisés en deux grandes parties. La première, « la nécessité sociolinguistique », établit d’abord un horizon des concepts propres à cette discipline. Dans cette optique, le choix du premier échange retranscrit est assez judicieux car il fait intervenir H. Boyer sur l’interdisciplinarité de la sociolinguistique. L’auteur de l’Introduction à la sociolinguistique définit ainsi la « pluriterritorialité » de ce champs disciplinaire (p.25) et détaille de manière succincte des concepts tels que le plurilinguisme, l’unilinguisme, la minoration linguistique et l’insécurité linguistique. Les entretiens suivants continuent de mettre l’accent sur des concepts liés à la diversité et l’altérité linguistique. L’axe 2 quant à lui développe l’analyse des données sociolinguistiques et constitue une base de repères intéressants pour des étudiants ou jeunes chercheurs. Finalement, la première partie se termine par une ouverture sur les problématiques de recherche nouvelles autour du plurilinguisme, du contact des langues et des représentations.

5La deuxième partie de cet ouvrage engage le domaine sociodidactique. Les entretiens de chercheurs de référence tels que Blanchet, Byram et Castellotti soutiennent fermement une éducation plurilingue et interculturelle. L’axe 2 répond à des questions méthodologiques et littéraciques touchant principalement la didactique des langues. Enfin le dernier axe de l’ouvrage expose trois entretiens dans le thème de l’approche sociodidactique, ponctués par un court texte de Y. Bacha intitulé Combattre la glottophobie, lutter pour la glottophilie. Au-delà du titre qui fait grandement écho aux travaux de P. Blanchet (2016), l’élan militant et une réelle démarche d’intervention justifient le choix de placer ce texte en conclusion de la partie sociodidactique.

6Globalement, la perspective éducative est sous-jacente dans l’ensemble de l’ouvrage ; elle revient à multiples reprises au gré des interventions de Y. Bacha et des questionnés. On peut en déduire que ce dernier adopte la sociodidactique telle que définie par M. Rispail (2005, p.100), c’est-à-dire un entremêlement de la didactique et de la sociolinguistique « qui se donnerait pour objet d’étude la vie des langues dans et à travers l’école, dans leurs interactions avec leurs autres usages sociaux » ; car une des finalités de la réflexion de Bacha est d’« établir l’interdisciplinarité entre les langues de “socialisation” et celles de “scolarisation” » afin de « tisser un rapport dialectique entre le dehors et le dedans, entre l’enfant et l’élève, entre la situation d’apprentissage et celle d’usage » (p. 234).

7La position de Bacha dans ce livre est à la fois complexe et multiple ; étant coordinateur de cet ouvrage, on peut noter par ses interventions sa position de chercheur. Ainsi, le fait de rompre les cloisons entre les différentes disciplines et concepts, le fait d’apporter des exemples concrets et actuels pour illustrer des notions de sociolinguistique ou de didactique, le fait d’amener ses interlocuteurs à expliquer et détailler leurs idées renvoient l’auteur dans un rôle de vulgarisateur qui prétend mettre les savoirs scientifiques à la portée du lecteur. Dans sa démarche, Bacha est également interviewer, conduisant au long des 26 entretiens les chercheurs vers l’explication et l’interprétation des certains concepts et idées. Le travail de coordination et l’exercice d’articulation des paroles de ces 25 chercheurs lui confèrent également un rôle d’enquêteur dont le but est de dresser un panorama complet, varié et surtout censé du travail scientifique francophone moderne en sciences du langage. Enfin, le coordinateur-chercheur-vulgarisateur-interviewer-enquêteur adopte un registre engagé, comme par exemple dans ses interventions à la fin de chacune de deux parties du livre. Il ponctue ainsi la première partie dédiée à la sociolinguistique par un éloge de l’interculture-action en partant du contexte socioculturel algérien vers des considérations pédagogico-didactiques visant à promouvoir l’altérité et le « co-culturel », se référant au passage au modèle complexe de la compétence culturelle de C. Puren (2011) afin de proposer une déconstruction des stéréotypes tenaces et d’incompréhension culturelle pour la constitution d’une culture basée sur la compréhension de l’Autre (p.121).

8En somme, dans cet ouvrage, Y. Bacha diversifie les approches et les contextes, multiplie les facettes et les perspectives afin de proposer au lecteur – principalement mais non seulement étudiant-e – une vision globale et engagée des grands axes de recherche en sciences du langage durant ces dernières décennies.

Top of page

Bibliography

Blanchet Philippe, 2016, Discriminations : combattre la glottophobie, Paris, Éd. Textuel, coll. Petite Encyclopédie critique.

Castellotti Véronique, 2017, Pour une didactique de l’appropriation : diversité, compréhension, relation, Paris, Didier.

Puren Christian, 2011, Modèle complexe de la compétence culturelle (composantes historiques trans-, méta-, inter-, pluri-, co-culturelles) : exemples de validation et d’application actuelle. Disponible en ligne : www.christianpuren.com.

Rispail Marielle, 2005, Plurilinguisme. Pratiques langagières. Enseignement : pour une socio-didactique des langues. Dossier d’Habilitation à diriger des recherches en Sciences du Langage, Université Rennes 2-Haute-Bretagne, 13 septembre 2005.

Top of page

Notes

1 Dans son introduction à Pour une didactique de l’appropriation (2017), Véronique Castellotti explique ainsi que présenter son autobiographie langagière est une pièce cruciale pour « montrer comment cette ‘orientation de pensée’ s’est élaborée, plus profondément, dans des expériences de vie » (p.10).

Top of page

References

Electronic reference

Mathieu Berthin, “Youcef Bacha, Faire des recherches en sciences du langageGlottopol [Online], 37 | 2022, Online since 01 July 2022, connection on 21 May 2024. URL: http://journals.openedition.org/glottopol/2622; DOI: https://doi.org/10.4000/glottopol.2622

Top of page

About the author

Mathieu Berthin

Université Jean Monnet Saint-Étienne

Top of page

Copyright

CC-BY-4.0

The text only may be used under licence CC BY 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search