Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Dossier thématiqueRépertoires sociolinguistiques et...

Dossier thématique

Répertoires sociolinguistiques et migration(s) multiple(s). Prolongements, ruptures, ouvertures

Marine Totozani et Valeria Villa-Perez

Texte intégral

De l’étude des migrations aux migrations multiples en sciences du langage

  • 1 Une partie de ces recherches est présentée dans un chapitre collectif intitulé « Lieux et non-lieux (...)

1S’inscrivant dans le cadre d’une « thématique majeure et fondatrice de la sociolinguistique » (Deprez, 2021 : 206), ce numéro de Glottopol, consacré aux migration(s) multiple(s) se veut à la fois un prolongement, une rupture et une ouverture au regard des recherches qui se sont attachées à problématiser l’impact des migrations en sociolinguistique et en didactique des langues. En France, le champ d’études tissant les liens entre langues et migrations peut se prévaloir d’un important héritage inauguré avec l’école grenobloise depuis environ quatre décennies (Billiez, 1979 ; Dabène, 1981) et suivi d’une abondante production scientifique (pour un état des lieux cf. Canut & Guellouz, 2018). Se situent dans ce sillage les recherches et publications en sociolinguistique et sociodidactique que nous avons réalisées depuis plus d’une décennie sur le terrain stéphanois1, particulièrement sensible aux enjeux migratoires, qui constitue pour nous un laboratoire d’observation et de renouvellement des questionnements sur la complexification des itinéraires et défis engendrés par de nouvelles formes de mobilité.

2C’est dans la continuité de ces acquis de la sociolinguistique d’expression française, dont la multiplicité des trajectoires migratoires et langagières a déjà été mise en exergue, que nous nous positionnons. La notion de « circulation », problématisée dès 2006 par Christine Deprez, pionnière dans ce domaine, va dans cette direction. L’idée qu’elle induit est importante en ce qu’elle conduit à considérer « l’espace mis en jeu dans l’immigration [non] plus de façon linéaire, avec aux extrémités deux points statiques et opposés entre pays d’accueil et pays d’origine mais bien comme une circulation […] entre ces deux pôles (voire plus) » (Deprez, 2006 : 119-120). Issue des travaux d’Alain Tarrius (1992), la « circulation migratoire » est investie de manière intéressante par les sciences humaines et sociales pour la description et l’analyse de phénomènes liés à la mondialisation (Lessault, Berthomiere, 2019 : 22). Il est important de souligner que les études menées en sociologie déplacent souvent le focus de l’immigration à l’émigration ou à la rémigration (Héran, 2018) d’un pays à un autre ou plusieurs, et donc au-delà des migrations dites de retour.

  • 2 Notion qu’Abdelmalek Sayad emprunte à Marcel Mauss développée par ce dernier dans « Essai sur le do (...)
  • 3 Dans le cadre de leurs recherches multisites, Toma et Castagnone (2015) ont étudié les mouvements v (...)

3La rupture se produit au niveau de la conception du fait migratoire lui-même, puisque, imprégnées par les travaux d’Abdelmalek Sayad, nous considérons la migration comme un « fait social total »2 (1991) qui conduit à penser l’émigration et l’immigration comme étant indissociablement liées. Selon Sayad (1999 : 29), « seules des trajectoires d’immigrés intégralement reconstituées peuvent livrer le système complet des déterminations qui ayant agi avant l’émigration et continué d’agir, sous une forme modifiée, durant l’immigration, ont conduit l’immigré au point d’aboutissement actuel ». Sous cet angle, l’adjectif « multiple » accolé à « migration » (Toma, Castagnone, 2015) permet de concevoir cette dernière constituée de plusieurs étapes d’un même récit comprenant la réversibilité des situations parmi les dimensions à prendre en compte3. Les recherches effectuées en ce sens contribuent à l’évolution des représentations traditionnelles sur la migration d’un pays d’origine à un pays de destination et mettent en lumière des parcours de vie pluridirectionnels (cf. Beauchemin, 2015), même si « les facteurs qui déterminent les trajectoires de migrations individuelles restent pourtant mal connus » (Toma, Castagnone, 2015 : 70). On sait en revanche que la notion de « migration multiple », issue de la traduction en français de la version anglaise du même texte où elle est désignée par « onward mobility », met en avant les nouvelles trajectoires se produisant souvent après un séjour plus ou moins prolongé dans un premier pays d’accueil ou de transit, ainsi que toutes les phases passées, présentes et futures faisant partie d’un même processus. La perspective diachronique de l’étude de la migration évoquée par cette notion amène donc à la conceptualiser comme un processus permettant aux individus de passer d’un statut à un autre dans un continuum de changements (ibid.). Par ailleurs, s’il peut paraitre jusqu’à une certaine mesure redondant, le pluriel entre parenthèses dans le titre de cet appel à contributions remplit une fonction de rappel de la perspective plurielle, qui n’est pas seulement géographique, des migrations multiples et de leurs implications.

  • 4 Voir l’appel à contribution « Les intermédiaires de la migration » pour le numéro 38 de la Revue de (...)

4Enfin, l’une des ambitions de ce numéro est de contribuer à l’ouverture d’un « nouveau » chantier pour l’étude des migrations en sciences du langage. Le champ des migrations multiples, en plein essor en sciences sociales, n’a pas encore trouvé suffisamment d’échos dans la littérature en sociolinguistique et en didactique des langues qui est pour le moment lacunaire et mérite réflexion. En France, pays qui depuis plusieurs années représente l’une des étapes d’une mobilité au moins triangulaire d’individus ou de familles originaires par exemple du Maghreb (mais pas seulement) ayant résidé en Italie (Villa-Perez, 2021 ; Totozani, 2018a) ou en Espagne, la question commence à attirer de plus en plus l’attention des chercheur.e.s et des intervenant.e.s du terrain. Les recherches mettent en évidence les trajectoires intra-européennes de migrants en plurimobilité (Azzara, Villa-Perez, 2020) provenant originairement de pays tiers et laissent entrevoir une nouvelle réalité migratoire. Les mêmes mouvements s’observent aussi en Suisse ou au Luxembourg (Tavares, 2018) où de nombreux Brésiliens et Capverdiens s’installent après avoir vécu au Portugal ou ailleurs en Europe. La Grande-Bretagne est aussi concernée, devenue une étape migratoire des Italo-Bengalais (Della Puppa, King, 2019) ou des Italo-Nigériens (Goglia, 2021). Mais l’Europe n’est pas un contexte exclusif des migrations multiples qui s’observent également à l’échelle d’autres continents : entre l’Algérie, la France et le Canada (Thamin, Ali-Bencherif, Calinon, Mahieddine, Ploog, 2019), en Asie, en Océanie… Les travaux effectués jusqu’à présent, principalement en sociologie et en anthropologie, ont montré que d’une part, ce qui rend possibles les migrations répétées, c’est la possession d’un passeport d’un pays appartenant à l’UE (De Hoon, Vink, Schmeets, 2019), obtenu lors d’une première migration, qui facilite la circulation en Europe. D’autre part, ce sont des « compétences sociales », « un savoir-circuler » (Lessault, Berthomiere, 2019 : 39), la présence d’un réseau familial et/ou amical (Beauchemin, 2015), dans le troisième, voire le quatrième pays d’installation qui semblent être des facteurs déterminants pour envisager d’un autre projet migratoire. En effet, le rôle du réseau, au sein d’une pluralité d’acteurs intermédiaires de la migration4 couvre un champ d’investigation émergeant. Moins déterminante, en revanche, semble être la connaissance préalable de la langue du nouveau pays choisi pour un projet éducatif ou professionnel, comme le montrent les parcours des migrants décrits dans une partie des contributions qui suivront.

Cheminement du numéro

5Le présent numéro, composé de deux entretiens et six articles, témoigne une fois de plus de l’intérêt constant et renouvelé des sciences du langage pour les problématiques articulant langues et migrations (multiples). Quatre compte-rendus d’ouvrages choisis en fonction de leur(s) proximité(s) (diverses) avec les questionnements constituant ce dossier sont proposées en complément par Mathieu Berthin, Annemarie Dinvaut, Marielle Rispail et Marine Totozani. Il n’est pas inutile de mentionner à ce titre que nous avons reçu une vingtaine de propositions dont certaines ne s’inscrivaient pas entièrement dans le cadre de la nouveauté des axes proposés par l’appel à contributions. À l’image du cheminement qui nous a amenées à nous intéresser aux migrations multiples et que nous avons pris le soin de retracer et d’esquisser ci-dessus – prolongement, rupture, ouverture –, deux entretiens réalisés par les coordinatrices avec François Héran et Christine Deprez vont ouvrir ce dossier, un choix en accord avec l’expertise des deux chercheur.e.s et leur attention réciproque aux faits linguistiques et sociétaux.

6L’invitation de François Héran, titulaire de la Chaire « Migrations et sociétés » au Collège de France, dans ce numéro, répond à la nécessité de mieux contextualiser la portée et les enjeux migratoires au cœur des thématiques et des recherches des contributeurs et contributrices de ce dossier. Problématisation des chiffres, des migrations multiples, des terminologies et des catégories employées, une rétrospective sur l’Enquête Famille de 1999, ces sujets fondamentaux abordés, parmi d’autres, par François Héran, contiennent en outre des pistes pour des approfondissements ultérieurs en sciences du langage.

7L’entretien avec Christine Deprez, professeure émérite à l’Université Paris Descartes, est le fruit du croisement de réflexions développées dans le cadre d’échanges écrits avec la chercheuse et poursuivies lors d’une discussion orale à l’image de ces pas de côté méthodologiques qu’elle pousse à imaginer et à entreprendre pour sortir des chemins battus, afin d’explorer ces recoins des trajectoires et des répertoires qui sont invisibles en surface. Le texte qui en est issu propose une problématisation dense des migrations/trajectoires multiples en sociolinguistique tant au niveau conceptuel qu’au niveau méthodologique.

8Venons-en maintenant aux contributions. Le fil rouge qui les connecte, à des degrés divers, est la reconfiguration du répertoire linguistique des locuteurs à partir d’une question sous-jacente : comment les répertoires des locuteurs se restructurent-ils autour de (et en contact avec) la langue du nouveau pays d’accueil ? Dans ce cadre, d’une façon plus ou moins poussée, tous les axes sociolinguistique ou didactique mentionnés dans l’appel à contribution ont été développés par les auteur.e.s : les politiques linguistiques familiales, l’aspect idéologique ou représentationnel, la dimension épistémologique des migrations multiples, les phénomènes d’hybridation linguistique, les milieux éducatifs et l’inclusion (de l’école primaire à l’université), les apprentissages formels et informels, la formation initiale et continue… Il en va de même pour la vision des migrations multiples comme « fait social total » puisque les trajectoires (re)tracées et étudiées dans les contributions le sont en rapport avec les pays de départ, d’arrivée et de transit et même avec de nouveaux projets migratoires à venir, en mettant en lumière les contextes et dimensions plurielles de ces trajectoires.

9L’itinéraire du numéro commence en Grande-Bretagne où les recherches sur les migrations multiples connaissent un essor important depuis quelques années. Ainsi, la contribution de Francesco Goglia (Italian-Tunisians and Italian-Moroccans in the UK: onward migration and reshaped linguistic repertoires) se situe dans le champ émergeant des travaux portant un éclairage sociolinguistique sur l’onward migration au Royaume-Uni. Il s’intéresse à la plurimobilité intraeuropéenne de familles italo-tunisiennes et italo-marocaines jusqu’à leur arrivée au Royaume-Uni. En se détachant de la littérature sur les politiques linguistiques familiales qui met en avant le rôle de « décideurs » des parents, il observe que ce sont les enfants qui se chargent du maintien de l’italien, langue la plus en danger du répertoire. La sauvegarde de la variété d’arabe parlée en famille semble pour l’heure être assurée par les parents. Sont aussi évoquées les raisons à la base de leur nouveau départ, dont les projets éducatifs et l’attractivité de la langue anglaise. De ce fait, le défi de devoir apprendre une langue qui ne fait pas partie des répertoires linguistiques familiaux n’est pas un facteur de dissuasion pour une nouvelle mobilité : « In line with other studies on onward migration, this study showed that there was no linguistic preparation for the onward migration which was not planned in advance, but became an available option after naturalisation » (p. 30).

10Dans ce sillage, Anamaria Ioniță et Monica Vlad (Les (pluri)mobilités étudiantes : intégration, adaptation, réciprocité. Le cas des étudiants en médecine venus faire leurs études à l’Université Ovidius de Constanta en Roumanie) s’intéressent aux plurimobilités « choisies » en analysant des mobilités estudiantines universitaires vers la Roumanie, précédées parfois de trajectoires multiples, comme dans le cas des sujets interrogés. Il s’agit « d’individus qui n’en sont pas à leur première expérience de mobilité mais à la deuxième, voire la troisième, chacune ayant une origine spécifique » (p. 37), par exemple de la Somalie à la Finlande vers la Roumanie. « Les concepts de « territorialité » et de « plurimobilité » deviennent par conséquent ici centraux, étant donné que les mobilités plurielles se font entre pays souvent éloignés, à travers lesquels seuls des liens affectifs, familiaux, tenant à des représentations, peuvent être tissés afin de pouvoir reconstruire des cohérences et des « archipels » individuels » (ibid.). Certaines des notions convoquées dans les analyses effectuées dans le cadre de cette contribution – réciprocité, territorialité, intégration académique, circularité – complexifient le questionnement sur les plurimobilités en mettant en évidence le renouvellement du profil de l’enseignant réflexif en milieu universitaire.

11C’est aussi sur la voie de la dimension réflexive et transformative engagée par la récursivité d’un dispositif de formation continue que nous emmène Dimitra Tzaztou (Le dessin réflexif : un outil et une démarche pour éclaircir les trajectoires multiples et les répertoires plurilingues des élèves immigrés et réfugiés en Grèce). Sa recherche action, conduite dans des écoles primaires grecques, cible entre autres l’approfondissement des connaissances et de questions liées au plurilinguisme et au pluriculturalisme des enseignant.e.s. Au cœur de son article, les pratiques enseignantes autour du dessin réflexif, outil et démarche d’étude des trajectoires multiples, mettent en lumière les « trajectoires d’exil » d’élèves venant du Kurdistan, de Syrie, d’Albanie… En effet, la Grèce est, à l’intérieur d’un projet de migration multiple déjà construit, un pays de « transit » ou provisoire avant un nouveau départ vers l’Allemagne ou l’Angleterre. Dans ce mouvement, au niveau didactique, « le dessin s’est […] avéré un moyen qui favorise la meilleure connaissance du capital plurilingue et pluriculturel entre camarades, transforme les rôles et les dynamiques en classe et fait évoluer les représentations des enseignant.e.s et des élèves » (p. 68).

12C’est aussi dans des pays de transit que Fabio Scetti et Ana Raquel Matias (L’enseignement bilingue et les rapports de pouvoir des langues dans des contextes migratoires : le cas des communautés portugaises en Amérique du Nord et capverdiennes au Portugal) ont mené leur étude comparée, située à Montréal et Bridgeport, villes d’arrivée et de départ vers d’autres États et provinces en Amérique du Nord, et Lisbonne, point de passage de nombreux Capverdiens qui poursuivent une trajectoire multiple à travers l’Europe. Cette contribution aborde les politiques éducatives visant la promotion des langues minoritaires en situation migratoire : au Portugal, le capverdien parlé dans les banlieues de Lisbonne, et au Canada et aux États-Unis, le portugais parlé par les migrants portugais dans leurs communautés respectives. Les deux recherches problématisent l’évolution dynamique des langues, l’enseignement bilingue et les attitudes des locuteurs : « Au Portugal, au sein de la communauté capverdienne, l’introduction du capverdien dans l’enseignement public a été expérimentée dans des quartiers défavorisés de la banlieue lisboète. Cela, en visant à une amélioration du statut social de cette langue minoritaire, très largement répandue, favorise une meilleure réussite scolaire chez les élèves de ces quartiers et essaie de contenir leur départ successif vers d’autres pays européens » (p. 85).

13La réussite scolaire est aussi implicitement évoquée dans l’article de Dominique Pichard Doustin (Migration multiple et reconfiguration du répertoire sociolinguistique : le cas d’EANA d’un lycée professionnel industriel) à partir d’une enquête réalisée dans un lycée professionnel industriel en France. On y rencontre « Ali [qui] parle tchétchène, russe et allemand. […] Ali a appris l’allemand lors de ses étapes migratoires en Allemagne et en Autriche, langue à laquelle il a recours pour communiquer en Europe. Il a également appris à lire et à écrire en Autriche » (p. 98-99), mais aussi Aziz : « à son arrivée en France, Aziz parle pachto, dari (le persan d’Afghanistan) et farsi (le persan d’Iran), anglais […], quelques mots de norvégien (bokmal et nynorsk) » (p. 99). L’auteure s’interroge sur les facteurs qui pourraient être à l’origine d’une progression différenciée dans l’apprentissage de deux variétés du français, le français standard et le français langue professionnelle, en questionnant de ce fait l’influence de la migration multiple sur l’apprentissage du FLE/FLS en classe ordinaire par des élèves dits allophones nouvellement arrivés et non scolarisés antérieurement.

14Avec Valeria Villa-Perez (Re-catégorisations sociolinguistiques et plurimobilités. Réflexions à partir du cas italo-marocain) on reste toujours en France pour suivre les trajectoires d’étudiants italo-marocains vivant à Saint-Étienne. Les besoins de l’enquête amènent l’auteure à convoquer trois catégories de notions : des « notions qui décrivent le déplacement des langues et de leurs locuteurs » (p. 110), des « notions qui expliquent les processus d’hybridation d’une langue comme conséquence du déplacement de cette dernière » (ibid.) et des « notions qui disent l’évolution, la reconfiguration des langues à l’échelle de l’usage d’un individu » (p. 111). En se transformant en banc d’essai, les trajectoires migratoires étudiées montrent d’une part la fragilité, voire l’inefficacité des notions à la disposition du chercheur pour analyser des situations complexes. D’autre part, elles soulignent la nécessité d’envisager « un processus de re-catégorisation » permettant de prendre en compte le caractère évolutif de ces situations. L’article offre un important état de l’art des recherches sur la migration multiple et comporte, en prolongement de ses analyses, un questionnement tant didactique que politique autour de la place et du devenir du capital expérientiel des étudiants au sein des universités françaises.

15Le pari de contribuer aux réflexions sur l’insuffisance des conceptualisations du versant langagier des paradigmes migratoires qui ne prendraient pas en compte la pluralité des trajectoires des individus, et surtout leur influence sur les pratiques et choix langagiers représente la dominante qui traverse les contributions du numéro 37 de Glottopol. La proposition forte qui en ressort met en avant la nécessité de réorienter le débat vers le « fait social total » qui permettrait de les saisir dans toute leur complexité.

L’heure des remerciements

16Nous ne pouvons pas clore cette introduction qui coïncide avec la fin d’un projet collectif de longue haleine, sans rendre hommage à celles et à ceux qui y ont participé et ont collaboré à son aboutissement. Notre mot de la fin leur est réservé : merci aux contributeurs et contributrices qui l’ont construit et nourri de nouveaux questionnements ; à Christine Deprez et à François Héran pour les nouvelles « ouvertures » ; à Clara Mortamet pour ses éclairages et son accompagnement efficace ; aux collègues qui ont accepté de faire partie du comité de lecture de ce numéro et qui ont contribué, à travers leur expertise, à sa qualité ; à la rédaction de la revue Glottopol pour les suggestions enrichissantes ; à Marielle Rispail, toujours là, pour ses conseils avisés ; à Laura Odasso et Michelle Auzanneau, tisseuses de liens.

Haut de page

Bibliographie

AZZARA Noël, VILLA-PEREZ Valeria, 2020, « Plurilanguaging et évaluation bienveillante. Une étude de cas sur les migrants adultes en plurimobilité » dans Dinvaut Annemarie, Biichlé Luc (dirs.), Mieux vivre en langues, ou comment passer de l’insécurité à la bienveillance, la bientraitance, la coopération, Paris, L’Harmattan, p. 143-164.

BEAUCHEMIN Cris, 2015, « Migrations entre l’Afrique et l’Europe (MAFE) : Comprendre les migrations au-delà de l’immigration », Population, vol. 70, p. 7-12.

BILLIEZ Jacqueline, 1979, Analyse des besoins du public francophone en langues et cultures d’origine des populations migrantes : application au contexte médico-hospitalier, Thèse de troisième cycle, université Grenoble-III.

CANUT Cécile, GUELLOUZ Mariem, 2018, Pratiques langagières, expériences migratoires, Langage et Société, n°165, 222 p.

DABENE Louise, 1981, « L’espace migratoire : un champ d’analyses » dans Dabène Louise (dir.), Langues et Migrations, Grenoble, Publications de l’université de Langues et Lettres de Grenoble, p. 7-19.

DE HOON Marloes, VINK Maarten, SCHMEETS Hans, 2019, « A ticket to mobility? Naturalisation and subsequent migration of refugees after obtaining asylum in the Netherlands », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 46, p. 1185-1204.

DELLA PUPPA Francesco, KING Russell, 2019, « The new ‘twice migrants’: motivations, experiences and disillusionments of Italian-Bangladeshis relocating to London », Journal of Ethnic and Migration Studies, n°45, 11, p. 1936-1952.

DEPREZ Christine, 2006, « Ouvertures nouveaux regards sur les migrations, nouvelles approches des questions langagières », Varro Gabrielle, Gadet Françoise (dirs.), Le “scandale” du bilinguisme. Langues en contact et plurilinguismes, Langage et société, n°116, p. 119-126.

DEPREZ Christine, 2021, « Langues en migration », Josiane Boutet, James Costa, (dirs.), Dictionnaire de la sociolinguistique, Langage & société, hors-série, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, p. 205-209.

GOGLIA Francesco, 2021, « Migrazione secondaria e repertori linguistici complessi: il caso degli italo-nigeriani in Inghilterra », dans Sabrina Machetti, Maria Elena Favilla (dirs.), Lingue in contatto e linguistica applicata: individui e società, Studi AITLA, Milano, Officinaventuno, p. 185-198.

HÉRAN François, 2018, Migrations et sociétés, Paris, Collège de France.

LESSAULT David, BERTHOMIERE William, 2019, « Le champ migratoire. Une notion fondatrice des théories contemporaines des migrations internationales » dans Scioldo-Zurcher Yann, Hily Marie-Antoinette, Ma Mung Emmanuel (dirs.), Étudier les migrations internationales, Tours, Migrations, p. 21-50.

SAYAD Abdelmalek, 1999, La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré », Éditions du Seuil, Paris.

SAYAD Abdelmalek, 1991, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité, Bruxelles, De Boek-Wesmal, 331 p.

TARRIUS Alain, 1992, « Territoires circulatoires et étapes urbaines des transmigrant(e)s », Regards croisés sur l’économie, n° 8, p. 63-70.

TAVARES Bernardino, 2018, Cape Verdean Migration Trajectories into Luxembourg: A Multisited Sociolinguistic Investigation, Thèse de doctorat, University of Luxembourg.

THAMIN Nathalie, ALI-BENCHERIF Mohammed Zakaria, CALINON Anne-Sophie, MAHIEDDINE Azzeddine, PLOOG Katja, 2019, Mobilités dans l’espace migratoire Algérie, France, Canada, Aix-Marseille, Presses Universitaires de Provence.

TOMA Sorana, CASTAGNONE Eleonora, 2015, « Quels sont les facteurs de migration multiple en Europe ? Les migrations sénégalaises entre la France, l’Italie et l’Espagne », Population, vol. 70, p. 69-101.

TOTOZANI Marine, 2018, « Circulations migratoires, circulations langagières, didactiques », Conférence dans le cadre du Séminaire DIPRALANG 2017-2018, le 26 février.

VILLA-PEREZ Valeria, TOTOZANI Marine, TOMC Sandra, RISPAIL Marielle, JEANNOT-PIETROY Céline, 2021, « Lieux et non-lieux du terrain en sociolinguistique et en didactique des langues », dans Évelyne Lloze, Emmanuel Marigno (dirs.), Approches comparatistes, intermédiales et interculturelles. Vingt-cinq ans de recherche interdisciplinaire au CELEC, Éditions Orbis Tertius, p. 323-343.

VILLA-PEREZ Valeria, 2021, « Répertoire sociolinguistique, expérience biographique et parcours de plurimobilité : des notions imbriquées ? », Cahiers Internationaux de Sociolinguistique, n°19, 2/2021, pp. 101-126, https://www.cairn.info/revue-cahiers-internationaux-de-sociolinguistique-2021-2-page-101.htm, consulté le 15.05.2022.

Haut de page

Notes

1 Une partie de ces recherches est présentée dans un chapitre collectif intitulé « Lieux et non-lieux du terrain en sociolinguistique et en didactique des langues » (voir Villa-Perez, Totozani, Tomc, Rispail, Jeannot Pietroy, 2021).

2 Notion qu’Abdelmalek Sayad emprunte à Marcel Mauss développée par ce dernier dans « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés primitives » et publié pour la première fois en 1923-1924 dans la revue Année sociologique.

3 Dans le cadre de leurs recherches multisites, Toma et Castagnone (2015) ont étudié les mouvements vers l’Italie et l’Espagne de Sénégalais établis depuis un certain temps en France. Le processus inverse a aussi été étudié : des mobilités entre le Sénégal et l’Italie ou l’Espagne se poursuivant dans un second temps vers la France.

4 Voir l’appel à contribution « Les intermédiaires de la migration » pour le numéro 38 de la Revue des Migrations Internationales à paraitre en 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Totozani et Valeria Villa-Perez, « Répertoires sociolinguistiques et migration(s) multiple(s). Prolongements, ruptures, ouvertures »Glottopol [En ligne], 37 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/2767 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.2767

Haut de page

Auteurs

Marine Totozani

Université Jean Monnet Saint-Étienne

Articles du même auteur

Valeria Villa-Perez

Université Jean Monnet Saint-Étienne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search