Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Dossier thématiqueEntretien avec Christine Deprez

Texte intégral

1« Entretien » n’est pas le terme le plus approprié pour désigner nos échanges avec Christine Deprez. Il correspond plutôt à un souhait de notre part de la rencontrer et de lui proposer de commenter quelques questions, en relation avec la thématique du numéro 37 de la revue, plus de 15 ans après la publication de l’article « Ouvertures, nouveaux regards sur les migrations, nouvelles approches des questions langagières » paru dans Langage et Société (2006).

2« Christine Deprez, […] vos travaux sur les circulations des migrants ont décrit les phénomènes sociolinguistiques liés aux “va-et-vient” des individus entre le pays d’accueil et le pays d’origine et font désormais référence pour les sociolinguistes qui abordent ces questions. De ce fait, vos éclairages seront sans aucun doute précieux pour ce numéro de la revue qui, dans ce sillage, propose une “ouverture” aussi sur des formes récentes et plus complexes des “circulations migratoires” comportant des séjours plus ou moins prolongés dans deux, voire trois pays, avant d’arriver dans un nouveau pays. En effet, nombre de vos publications témoignent de l’intérêt que vous portez aux dynamiques entre langues et migrations. Si nous ne pouvons pas toutes les citer ici, nous rappelons à l’attention du lecteur sensible à ces problématiques votre ouvrage de référence, Les enfants bilingues : langues et familles, paru chez Didier dans la collection Credif-Essais en 1994 [1999], et le numéro 147 de la revue Langage et société (2014), que vous avez co-dirigé avec Beate Collet et Gabrielle Varro, Familles Plurilingues dans le monde. Mixités conjugales et transmission des langues qui propose une perspective internationale. »

En 2006, vous avez écrit un article intitulé « Ouvertures, nouveaux regards sur les migrations, nouvelles approches des questions langagières ». Quelles sont, à votre avis, les avancées majeures des connaissances sociolinguistiques sur les circulations migratoires ?

Il me semble que, à partir de la description de situations diverses et complexes qui s’accumulent, en France mais ailleurs aussi bien entendu la principale avancée est la prise en compte du multilinguisme qui apparait de plus en plus comme une situation courante dans le monde. C’est d’une part dû à une augmentation des mouvements de personnes et de groupe, mais aussi à un regard différent que nous portons aujourd’hui sur les questions de mobilités. Les espaces étudiés se sont élargis et enrichis, les méthodologies se sont diversifiées, des comparaisons ont été faites entre les terrains et les faits observés et on le doit à des auteurs comme Nussbaum, Mondada, Mufwene, Duchêne, De Robillard, Auzanneau, Léglise, Heller, Canut, Leconte, Thamin, Spire. C’est une avancée que l’on doit, pour beaucoup en France, aux études fines consacrées aux terrains multilingues africains. On peut aussi les envisager sous le prisme de la « superdiversité », des « régimes de langage » et d’autres notions introduites dans la sociolinguistique urbaine, il y a une dizaine d’années.

Plus en amont, mais en lien avec votre question, sur la genèse idéologique des nouvelles façons de voir les situations plurilingues, nous avons observé l’effacement progressif de la distinction entre langue régionale (langue d’ici) et langue de migration (langue d’ailleurs) et langues étrangères transmises par l’école. Les deux premiers types de langues et de situations sont alors étudiées ensemble lorsqu’on parle de « langues minorées ». Ce terme socio-politique peut prendre en compte et rassembler des terrains de contact, comme l’ont montré par exemple Éloy ou Blanchet. La démarche en question touche à la construction et la représentation des répertoires sociolinguistiques des locuteurs. La notion de « langue minorée » peut en effet les réunir. Il en est de même d’une nouvelle mobilité (mobilité de proximité) qui déconstruit l’opposition « langue rurale » / « langue urbaine ». Ce courant se marque clairement dans le changement de nom institutionnel de la Délégation générale à la langue française (DGLF) qui devient Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) et dans plusieurs ouvrages à caractère encyclopédique comme Histoire sociale des langues de France (dir. Kremnitz, Broudic, collectif HSLF, 2013), Les Langues de France (dir. Cerquiglini, 1999).

Le titre de ce numéro de Glottopol se centre sur les répertoires linguistiques du ou des locuteurs et locutrices. C’est une notion (un outil) formidable que nous a laissée Gumperz, en mettant le focus au départ sur la communauté des locuteurs, et sur leurs pratiques. Cependant, il arrive que l’analyse des formes de la langue et de leurs évolutions s’en trouve délaissée.

Du côté des migrations, à présent, on parle plus souvent de migrations d’individus. La société se dit ou se lit comme plus individualisée, plus singularisée. Nos outils en témoignent : entretiens ou histoires de vie, vidéos, approches sémiologiques du corps. Dans ce contexte, le répertoire sociolinguistique traité au niveau de l’individu devient plus changeant, au gré des rencontres, des désirs, des contraintes. Comment pourrait-il en être autrement ?

Enfin, on a remarqué l’apparition de nouvelles catégories, rapidement diffusées dans les media, comme « déplacés », « refoulés », « rentrants » ou « mineurs isolés », à côté des désignations plus anciennes comme « migrants économiques », « regroupement familial », « mariages mixtes » ou « étudiants » ; la co-présence de ces dénominations permet de mieux rendre compte de la diversité observée dans les cours de français, par exemple. Mais tous ces termes, pour être introduits dans notre vocabulaire, doivent être analysés en fonction des répertoires et pratiques langagières qui y seraient adossés.

L’un des apports principaux de votre publication est d’avoir mis au jour les rapports entre langues - espaces - mouvements migratoires à ne plus concevoir de façon linéaire.

Effectivement il y a tout ce qui est du domaine des trajectoires. Vous citez dans votre appel les trajectoires / répertoires et il me semble que la trajectoire est une notion qui peut nous intéresser beaucoup. Et comme j’ai travaillé au CEPED pendant plusieurs années avec des sociologues, des démographes, des anthropologues, des géographes, etc. – ce qui était vraiment intéressant –, j’ai compris la nécessité d’établir plus clairement notre rapport à l’espace dans toutes ses dimensions : imaginaire, symbolique, virtuel, institutionnalisé etc. mais aussi de ces espaces vécus dans une temporalité (voire dans plusieurs temporalités) personnelle. Quelque chose comme le « feuilleté » de R. Nicolaï. Il y a beaucoup à faire en sociolinguistique parce qu’elle n’est pas assez traitée, même si l’intérêt qu’elle suscite est de plus en plus grand : Juillard parle « d’espaces sociolinguistiques », moi-même de « milieu », Auzanneau, Greco, Trimaille s’intéressent aux « frontières » ; Ploog, Calinon, Thamin aux « mobilités », etc.

Ce qui m’a intéressée dans mes dernières lectures, c’est la différence entre espace et lieu. Même si tout le monde le fait, tout le monde dit : l’espace est large, c’est ouvert, le lieu c’est plus circonscrit, etc. Mais je pense que, une fois qu’on a établi une distinction entre les deux, si vous restez sur la distinction des géographes entre « espace » et « lieu », là vous avez quelque chose de la mise en relation entre les continuités et les discontinuités et le lieu. C’est l’imaginaire d’un espace autre qui fabrique une tension, un désir pour cet espace « rêvé » et qui met le migrant en mouvement (le départ) ; après, il y a le voyage qui est un moment clé et qu’on peut traiter sans doute différemment, plus comme un lieu. Mais ensuite, c’est le lieu qui nous intéresse du point de vue sociolinguistique parce qu’on peut dire grosso modo que c’est dans le lieu que se construisent les interactions qui sont justement mobilisées dans la transformation du répertoire. Si on se met dans une perspective plus individuelle, plus que du groupe – encore que le groupe il ne faille pas non plus le liquider trop vite – ce qu’il nous importe, c’est l’acquisition de nouvelles compétences, mais aussi la perte, un amuïssement de compétences. Il y a automatiquement des phénomènes de désaffection, de délaissement. Les répertoires ne sont pas seulement des pratiques qui s’additionnent, ce sont aussi des morceaux qui peuvent être laissés de côté, puis repris ou pas. Et par rapport au contexte, contexte migratoire, contexte élocutoire, je pense qu’il faut essayer de voir comment on peut articuler cette notion de lieu avec la notion de contexte et comment on peut voir le lieu non seulement comme un contenant, mais aussi comme une place (un endroit ?) où il y a des performatifs, des interactions qui se passent, des identités qui se construisent dans le discours et sur le discours. Un lieu, c’est là où quelque chose se passe ; sans être d’une grande originalité, cette idée permet de reconsidérer la difficulté que l’on a avec la notion de « contexte » – qui n’est pas toujours clairement établie.

Suite à la publication de cet article avez-vous repéré d’autres tendances ?

On peut noter l’apparition du rôle des interactions qui a pris une place de plus en plus importante dans nos études mais également l’introduction des analyses du discours. Dans ce domaine, il y a beaucoup de malentendus avec nos collègues sociologues. On voit souvent parmi eux, le couplage de l’analyse de contenu et de l’analyse de discours. Dès lors, il arrive qu’on se contente d’extraire des citations dans le corpus pour illustrer ou pour soutenir analyses et interprétations. Alors souvent on a des corpus dans lesquels on repère trois ou quatre tendances avec des mots-clés etc., à partir desquels on construit ou reconstruit des profils, des typologies, aidés en cela par des logiciels d’analyse assistée par ordinateur. Or, l’analyse de discours en tant que telle ne sert pas à objectiver, à autoriser une interprétation, pas plus que de révéler ou de « dévoiler » l’arrière-plan des propos tenus par quelqu’un. Parmi les chercheuses et les chercheurs qui ont travaillé de façon beaucoup plus fine sur ces questions, on pense par exemple aux travaux de L. Mondada.

La prise en compte du genre doit transformer nos approches. Nous vivons un changement en profondeur sur cette question. Par rapport au genre, je peux dire que je m’intéresse actuellement à l’importance du genre dans la relation d’entretien. C’est-à-dire que, pour ne s’en tenir qu’aux entretiens, grosso modo, on peut soutenir qu’il y a une grande majorité de filles dans nos cours ou dans les colloques, de chercheuses confirmées. La plupart des entretiens qu’elles font, elles les font aussi avec des femmes ! Dans les entretiens « mixtes » (il s’agit d’un entretien homme / femme), ce n’est pas aussi aisé. Et là, je vais vous amuser avec la question de l’âge aussi : si vous êtes interviewé par une jeune étudiante, il y a toute une série de relations, de proximité, mais si vous êtes interrogé par un vieux monsieur, je crois que ce n’est pas pareil. Cela introduit un biais qui n’a encore été que peu étudié. Les collègues qui travaillent sur le genre l’ont sans doute fait, mais le rôle du genre et de l’âge dans la mise en œuvre des entretiens fait que la plupart de nos interviews nous amènent à fabriquer des catégories qui ne sont pas nécessairement celles qui pourraient apparaitre avec des hommes. C’est une espèce de renversement, parce que jusqu’en 1990, tout le travail était focalisé sur les hommes « immigrés » mais je vois qu’actuellement, quand on regarde les thèses, les mémoires de master, on trouve en général des interactions entre femmes. De la même façon, le fait d’être interrogé par quelqu’un qui connait votre langue et qui connait votre pays d’origine introduit une relation différente entre l’enquêteur et l’enquêté. Et peut-être qu’il faut aussi diversifier les sources. J’ai l’impression que parfois on fonctionne en généralisant des choses qui sont plutôt des discours féminins, et qu’on a tendance à les universaliser et à les considérer comme représentants des deux genres reconnus, hommes et femmes. J’en veux pour preuve le discours émergent, enfin audible, des femmes sur les migrations qui revendiquent maintenant leur influence dans la décision en faveur de la migration lorsqu’il s’agit de l’éducation et de l’avenir des enfants.

En partant de ce que vous venez de dire au niveau méthodologique, pensez-vous que par le biais de l’entretien ou d’autres outils que l’entretien, on pourrait faire émerger des faits nouveaux ou des choses nouvelles sur les migrations répétées et de quelle manière ? y aurait-il d’autres façons de faire ? d’autres outils méthodologiques ou des articulations de méthodes différentes pour étudier les répertoires et les interactions qui sont en lien avec les expériences multiples des locuteurs ?

Oui, il y a des chercheurs qui utilisent des entretiens groupés, des focus group, ce n’est pas inintéressant. Quant aux méthodes, cela me fait penser à une de mes étudiantes qui a imaginé une autre façon de faire : « on vous laisse le micro et débrouillez-vous, enregistrez les choses que vous faites vous-même ». C’est intéressant aussi. Je veux dire que tout ce qui peut nous décoller de ce sacro-saint entretien comme la pièce maitresse, c’est peut-être pas mal. L’entretien est tellement formaté dans nos têtes, on en voit à la télé, on en voit partout… C’est peut-être bien si on propose d’autres façons de voir les choses.

Pour les entretiens, on le sait bien, il s’agit de déclarations sur les pratiques ou de représentations, alors que si on parvient à enregistrer de vraies interactions, là, peut-être qu’on arriverait à mettre le doigt sur quelque chose, comme vous dites, en donnant le micro aux gens…

S. Chady, dont j’ai dirigé la thèse, a travaillé sur le répertoire multilingue des jeunes à l’Ile Maurice et elle a voulu aller plus loin. On sait bien qu’au-delà d’un certain nombre d’entretiens, ils perdent leur singularité. Alors elle a laissé les micros aux jeunes gens de son enquête pour leur donner la possibilité de construire eux-mêmes quelque chose avec des téléphones, des caméras, etc. Une bonne partie de ses analyses porte sur ces corpus. Les lycéens étaient amusés et très à l’aise, ils ont suffisamment l’habitude des téléphones, des enregistrements, des vidéos, Instagram…

Il y aurait sans doute un peu plus d’agentivité de la part de l’informateur qui n’est plus un simple « informateur »…

Mais oui, bien sûr, car celui qui vous écoute est toujours en train de se dire « qu’est-ce qu’elle veut que je lui dise, celle-là ? ». Maintenant, on dispose de milliers d’entretiens, mais la société a beaucoup changé et on peut essayer de voir comment étudier ces nouvelles pratiques et s’en servir. Donc il faut peut-être un peu d’imagination. Pour ce qui est de la langue liée à l’action c’est différent. On n’a pas beaucoup travaillé sur la différence entre l’entretien en tête-à-tête et la langue en action, plus proche de la pragmatique (je pense pourtant aux corpus de P. Lambert dans les ateliers de mécanique ou à M. Heller dans les plateformes d’appels téléphoniques). Les entretiens avec le micro, pour moi, c’est trop réducteur. J’ai fait des entretiens en vidéo avec de vieilles dames du Cap Vert et très vite on passait de l’entretien à la conversation et elles étaient tout à fait ravies qu’on leur fasse un film. Pour elles, c’était un vrai plaisir, une valorisation considérable. Un échange, une forme de « don-contre don ». À la fin de l’entretien, on partage la vidéo, on en donne un exemplaire puis elles en font ce qu’elles veulent.

La transmission des langues a occupé une place particulière dans vos recherches. Quel regard portez-vous aujourd’hui sur l’Enquête Histoire Familiale effectuée dans le cadre du recensement de 1999 ?

La position de F. Héran se battant pour intégrer un volet linguistique à l’EHF (Enquête Histoire Famille) de l’INED est tout à fait remarquable. Le long travail d’analyse auquel j’ai été conviée, les rencontres régulières et interdisciplinaires m’ont permis d’observer deux évolutions marquantes. Les données écrites par le locuteur ou le recenseur (espagnol, murcien, algérien, auvergnat, chinois, mandarin, etc.), pour être prises en compte, posaient la question du nom des langues, des variétés et du standard. La question de la catégorisation, de la définition même du mot « langue », si bien traitée par A. Tabouret-Keller, ne se posait pas à mes collègues précédemment. Par ailleurs, d’un point de vue pratique, comment passer de 6 000 items recueillis aux 400 langues retenues pour l’analyse quantitative ? On verra la complexité de ce travail et des modes de présentation des données dans Condon et Regnard, 2010, Hommes et migrations.

  • 1 Deprez Christine, 2000, « Le jeu des langues dans les familles bilingues d’origine étrangère », Est (...)

Les études sociolinguistiques sur les répertoires des migrants dans des contextes de superdiversité ont montré que « la langue utilisée n’est pas toujours celle que l’on attend » (Deprez, 20001 : 69), que la prévisibilité est mise à mal. En contexte de « (super)diversité », ne serait-ce pas cette répétitivité des expériences langagières qui nous ferait laisser de côté le besoin de les catégoriser forcément ?

Si on se met dans l’histoire de prévisibilité, oui, on sait que dans tel contexte, les langues ont plutôt tendance à disparaitre au bout de la 4ème génération. Par ailleurs, concernant la prévisibilité, il y a peut-être deux approches. Je pense qu’en premier il y a l’approche de Calvet qui, quand il travaille sur le poids des langues, est vraiment dans ce créneau-là ; et après, il y avait toutes les biographies individuelles dans lesquelles vous pouvez trouver des langues ou des comportements inattendus. J’ai eu par exemple le cas d’un monsieur italien qui a appris des langues en prison. Il faut donc essayer de donner une place discursive ouverte pour éviter d’être trop pris par nos propres catégories.

Je trouve que la notion d’exemple illustratif, en tant que figure rhétorique, est intéressante quand vous voulez soutenir une idée. Grâce à sa forme presque littéraire, il reste en mémoire plus aisément car il véhicule une histoire. Il y a une présence qu’on fait émerger dans ce qu’on est en train d’écrire. Et cette personne peut être considérée comme emblématique pour argumenter ce que je suis en train de dire, c’est pour cela que les exemples des écrivains sont si pertinents. Je me souviens très bien dans les écrits de Nancy Houston dans Nord perdu à propos de son bilinguisme et de ses relations avec sa maman. Le passage par la réflexivité des autobiographies littéraires, c’est une façon de mieux se comprendre et de partager des expériences mais aussi des commentaires avec les lecteurs. Ce sont des rapprochements vers la prise en compte de la personne qui est valorisée par ce qu’elle vous dit. La notion que j’utilise dans ces cas est celle de l’anecdote significative. Je demande : « racontez-moi un truc ou une anecdote ». Et dans ce que les gens disent, l’important c’est l’interprétation du fait signifiant, par exemple, si quelqu’un vous dit « quand j’étais en primaire, tout allait bien, je parlais ceci avec ma maman… mais tout a changé le jour où j’ai déménagé, le jour où ma grand-mère est venue habiter à la maison… ». Dans ce genre de formule, c’est la personne elle-même qui vous donne la clef du changement. C’est une causalité qui est réfléchie, car il s’agit de l’avis de la personne sur ce qui a été déterminant sur les changements qu’elle a vécus et ses conséquences sur l’évolution de son répertoire. C’est ce qui fait l’intérêt des biographies, à la différence de la chronologie commune : l’organisation personnelle du temps et de l’espace.

  • 2 Nous faisons référence à des contributions présentes dans l’ouvrage : DE FINA Anna, MAZZAFERRO Gera (...)

C’était très intéressant ce que vous disiez sur les langues en prison parce qu’à côté des travaux sur la mobilité, il y a des recherches sur l’immobilité2 dans les centres de rétention administrative.

Effectivement il y a des anthropologues qui s’intéressent aux migrations africaines et à ce qu’il se passe dans ce qu’on appelle des points de « stand by ». Ils travaillent sur les récits des Subsahariens qui sont retenus dans des pays de transit, en Lybie ou en Mauritanie. Ces jeunes attendent que quelque chose se passe... Il y a aussi ces camps d’accueil à Lesbos ou en Turquie. Les récits de leurs aventures occupent leurs trop longues journées, mais c’est aussi là qu’ils se croisent et s’apprennent leurs langues.

  • 3 Deprez Christine, 2021, « Langues en migration », dans Langage et société, Hors série 1, p. 205-209

Nous avons particulièrement apprécié votre entrée « Langues en migration » parue dans le « Dictionnaire de la sociolinguistique » de Langage et Société (2021). Vous proposez ce terme pour « souligner ce que la mobilité fait aux langues déterritorialisées en matière d’usages, de transmission et d’évolution des formes de contact »3. C’est une expression qui apporte des nuances intéressantes et utiles par rapport à d’autres qui lui sont proches comme « langues des migrants », « langues des immigrants » ou « langues d’origine » (ibid.). Quelle lumière permet-elle d’apporter à l’étude de phénomènes migratoires complexes ?

Si vous saviez les heures que j’ai passées sur ces trois pages ! C’est sûr que dans « langue en migration », il y a un changement par rapport à « langue de migration ». Je n’en ai pas mesuré tous les effets, mais il me semble qu’on passe à un autre niveau, qui permet de considérer la langue comme un être, comme une matière vivante, de lui redonner sa place par rapport à « langue de migration ».

Et par rapport au pluriel de langues en migration…

Il est intéressant de voir ce qu’on peut faire avec ce petit pas de côté. Je pense au livre de Weinreich (1953) « Langues en contact ». Il est vrai qu’on objectivise, on en fait un objet quand on dit « langues en migration ». En fait c’est plutôt les pratiques langagières qui nous intéressent que les langues… parce que la question de « qu’est-ce qu’une langue » reste sous-jacente… Je vais vous raconter une anecdote à ce propos. Lorsqu’on travaillait avec François Héran, à un moment, un de mes collègues me disait « Qu’est-ce que c’est que ça ! Vous les linguistes vous ne savez même pas ce que c’est qu’une langue ! ».

En conclusion de votre texte de 2006, vous formuliez quatre propositions d’ouverture pour les recherches futures sur les migrations. Vous écriviez : « 1. Travailler davantage de façon comparative (Green 2002) : comparaison entre « ici » et « là-bas », entre migration ancienne et migration nouvelle de même origine […] ; 2. Repenser le poids de nos terminologies […] et celui de l’idéologie monolingue […] ; 3. Exercer plus que jamais une sociolinguistique du locuteur […] ; 4. Réévaluer le rapport entre langue et espace […] (Deprez, 2006 : 126). Au vu des phénomènes mobilitaires émergents mis à l’honneur par ce numéro de Glottopol concernant les migrations multiples et la reconfiguration du répertoire sociolinguistique, quelles ouvertures possibles envisagez-vous en 2022 pour les recherches en sociolinguistique ?

Concernant le locuteur, j’aurais envie de vous dire : chaque fois qu’on est amené à dire « langue », regardons si pratiques langagières ne conviendrait pas mieux, ou si on ne peut pas utiliser une terminologie moins confuse.

En fait, la question est : « qu’est-ce qui vous intéresse ? ». Si vous vous intéressez au locuteur, le terme « langue » n’a pas de sens, ce qui a du sens, c’est ce qu’il dit, la variation et les pratiques. C’est extrêmement difficile de sortir de cette histoire de langue et c’est pour cela qu’il faut bien comprendre ce qu’on veut savoir, ce que l’on recherche. Peut-on se passer du mot langue ? Y a-t-il un autre terme, une autre façon de s’exprimer ? Car « langue » est une facilité. Si on s’intéresse aux « pratiques langagières » c’est sans doute mieux. Et pour revenir à votre thème et à ce qui vous intéresse, si on disait : modification des pratiques et des répertoires ?

3***

4Cet entretien s’est construit à partir d’une grille en sept questions. S’en sont suivis des échanges par mail. Puis une visioconférence qui a donné lieu à la réalisation d’un entretien original, dont les questions comme les réponses ne sont pas à sens unique, qui s’intéresse à des « anecdotes significatives » et veille à récolter une parole inattendue et en action. Issu principalement de cette rencontre, le texte proposé reprend également des éléments de notre correspondance écrite.

5Nous tenons à remercier chaleureusement Christine Deprez pour le temps consacré, le moment instructif et constructif passé ensemble, ses éclairages et les nouvelles « trajectoires » qu’elle contribue à tracer encore une fois en sociolinguistique française.

Haut de page

Notes

1 Deprez Christine, 2000, « Le jeu des langues dans les familles bilingues d’origine étrangère », Estudios de Sociolingüística 1, p. 59-74.

2 Nous faisons référence à des contributions présentes dans l’ouvrage : DE FINA Anna, MAZZAFERRO Gerardo (dirs), 2021, Exploring (Im)mobilities: Language Practices, Discourses and Imaginaries, Bristol, Multilingual Matters.

3 Deprez Christine, 2021, « Langues en migration », dans Langage et société, Hors série 1, p. 205-209.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valeria Villa-Perez et Marine Totozani, « Entretien avec Christine Deprez »Glottopol [En ligne], 37 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/2832 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.2832

Haut de page

Auteurs

Valeria Villa-Perez

Articles du même auteur

Marine Totozani

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search