Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursPourquoi et comment revitaliser l...

Pourquoi et comment revitaliser les langues indigènes et minorées ?

Numéro 40, publication en janvier 2024
Narcís Iglésias et Christian Lagarde

Calendrier de publication

Date limite de soumission : 30 avril 2023

Envoi des contributions à : narcis.iglesias[at]udg.edu, lagarde[at]univ-perp.fr, glottopol[at]gmail.com

Date de publication : janvier 2024

Argumentaire

L’une des missions essentielles de la sociolinguistique est de documenter l’existence même des langues, d’alerter sur leur disparition et d’inventorier et d’évaluer les modalités par lesquelles on tente de les revitaliser.

Depuis les années 1970, les préoccupations de la recherche pour le devenir de la diversité linguistique – en particulier des langues les plus fragiles, qu’elles soient indigènes ou minorées – se sont manifestées, depuis la micro-échelle des locuteurs interactants jusqu’à la macro-échelle imposée par la globalisation, selon trois directions complémentaires : l’écologie des langues (Haugen 1971, Bastardas 2000, Junyent 2017) ; la mort/disparition des langues (Crystal 2000, Nettle & Romaine 2000, Hagège 2000, Skutnabb-Kangas 2000) ; la revitalisation des langues (Giles 1977, Fishman 1991, 2001, Heller & Duchêne 2007, 2012, Costa 2016). Il va de soi qu’en filigrane se profile la question de la représentation de la diversité linguistique (Atlas des langues du monde, Breton 2003) et celle de l’évaluation de l’état des langues (Baromètre Calvet & Calvet (2012, 2017).

C’est également ce à quoi s’emploient les instances internationales, tel l’UNESCO avec son Atlas des langues en danger dans le monde publié et actualisé depuis 1996, qui tentent d’alerter les esprits avec, par exemple la conférence de Paris 2003 liée au programme « Safeguarding of Endangered Languages » ; ou, plus récemment, la proclamation par l’AG de l’ONU de la « Décennie internationale des langues autochtones : 2022-2032 ». La presse internationale de référence s’en fait aussi l’écho comme, par exemple, le tout récent numéro de Le Monde diplomatique de déc. 2022 - janv. 2023 « Identités, domination, résistance : le pouvoir des langues ».

Tout spécialement, se sont tenus à Barcelone-Vic (2017), Brasilia (2019), Girona-Perpignan (2022)1, trois Congrès Internationaux sur la Revitalisation des Langues Indigènes et Minorées, dont la singularité de l’approche était de croiser le point de vue universitaire et celui des ‘activistes’ – ces manifestations étant soutenues par l’ONG Smithsonian Center for Folklife and Cultural Heritage2.

La dénomination « langues indigènes » – généralement appliquée au pays « du Sud » – peut être considérée synonyme de celle, plus neutre, de « langues autochtones » et, si le terme ne s’était pas spécialisé géolinguistiquement, de « langues aborigènes », en ce sens qu’elles sont chronologiquement considérées premières sur un territoire donné, qu’elles précèdent des processus de colonisation de tout type (à quelque époque et n’importe où ils ont pu et peuvent se manifester) qui les mettent en concurrence et en danger. Le choix de « indigènes » entend s’inscrire dans un mouvement de contestation de cette subordination, de revendication de la perpétuation de ces langues sur la base d’actions de revitalisation. Quant à la dénomination « langues minorées » – plus volontiers appliquée aux pays « du Nord » –, elle se distingue de celle de « langues minoritaires » en ce sens qu’elle n’entend pas prendre pas en compte les aspects démographiquement quantitatifs, généralement liés au désignant « minorités », mais bien le processus (qualitatif) de subordination et de minoration, qui comporte des aspects de discrimination et de stigmatisation à l’égard de ces langues et de leurs locuteurs.

La mise en lien de ces deux catégories de langues « indigènes » et « minorées » vise à souligner, à partir de situations sociolinguistiques et de formes de développement de la culture différentes et variées, leurs points communs que sont le fait de subir la domination, d’être ainsi menacées de disparition, et de requérir de manière urgente des actes glottopolitiques et des politiques linguistiques permettant d’assurer leur survie.

C’est dans une telle perspective globale que nous lançons un appel à contributions, pour parution dans le numéro 40 de Glottopol, et que, eu égard à l’ampleur de la problématique envisagée, nous proposons d’en structurer les approches autour de trois axes de réflexion : 1. Le lien entre diversité linguistique et revitalisation ; 2. Les approches socioculturelles des communautés linguistiques ; 3. Les rapports entre langue et pouvoir.

Concernant le premier axe, « Diversité linguistique et revitalisation », on s’interrogera sur la problématique de l’articulation entre recherche théorique et praxis militante ; sur l’histoire de la diversité par le biais du rapport entre langues et territoires ; sur les problèmes de documentation et de codification des langues indigènes et minorées (lexique et grammaire) ; sur le statut des langues indigènes en tant que L1 ou L2, comme langues étrangères ou d’origine, et leur rapport aux langues globales ; sur leur lien et leur outillage face au domaine des technologies modernes et surtout postmodernes.

Pour ce qui est des « Approches socioculturelles des communautés linguistiques », qui constituent le deuxième axe, au-delà d’une réflexion générale sur les langues en tant que véhicules des cultures, on abordera les questions du rôle intellectuel et culturel des langues indigènes et minorées, de l’étude des pratiques et des savoirs socioculturels et de leurs transferts ; des représentations sociolinguistiques à travers les attitudes et les idéologies linguistiques ; enfin, celle, cruciale pour leur revitalisation, des néo-locuteurs et, par leur intermédiaire, de leur revernacularisation.

Le troisième axe prend en considération les questions idéologiques liées au rapport « Langue et pouvoir ». En premier lieu, la place des langues indigènes et minorées entre décolonisation, États et globalisation ; puis, le domaine des politiques linguistiques et de la planification linguistique, assorties de leurs déclinaisons : instances et modalités de la standardisation ; droits linguistiques ; valorisation des langues et de leurs locuteurs.

Procédure de soumission et d’évaluation

Les contributions devront suivre les recommandations habituelles de la revue : https://journals.openedition.org/glottopol/434

Elles seront évaluées en double lecture en aveugle, par un Comité scientifique mixte (comité scientifique du IIIe CIRLIM et comité scientifique de Glottopol).

Bibliographie

Bastardas i Boada, Albert (2000), Ecologia de les llengües: medi, contacte i dinàmica, Barcelona, Proa.

Breton, Roland (2003), Atlas des langues du monde, Paris, Autrement.

Calvet, Alain & Louis-Jean Calvet (2012, 2017), Baromètre des langues du monde. https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France/Agir-pour-les-langues/Innover-dans-le-domaine-des-langues-et-du-numerique/Soutenir-et-encourager-la-diversite-linguistique-dans-le-domaine-numerique/Barometre-des-langues-dans-le-monde-2017

Costa, James (2016), Revitalising language in Provence: a critical approach, Chichester / Malden, John Wiley & Sons Ltd.

Crystal, David (2000), Language Death, Cambridge University Press.

Duchêne, Alexandre & Monica, Heller (eds.) (2012), Language in Late Capitalism. Pride and Profit, London, Routledge.

Fishman, Joshua (1991), Reversing Language Shift, Clevedon, Multilingual Matters.

Fishman, Joshua (ed.) (2001), Can threatened languages be saved?, Clevedon, Multilingual Matters.

Giles, Howard (ed.) (1977), Language, ethnicity, and intergroup relations, London, Academic Press.

Haugen, Einar (1971), “The ecology of language”, The Linguistic Reporter, supplement 25, p. 19-26.

Heller, Monica & Alexandre, Duchêne (2007), Discourses of Endangerment: Ideology and Interest in the Defense of Languages, London, Continuum.

Junyent, Carme (2017), La diversidad lingüística: una invitación a reconocerla, comprenderla e incorporarla, Barcelona, Horsori.

Le Monde diplomatique (2023), Identités, domination, résistance : le pouvoir des langues, collection « Manière de voir » [Descamps, Philippe, ed.], décembre 2022-janvier 2023.

Nettle, Daniel & Suzanne, Romaine (2000), Vanishing Voices The Extinction of the World's Languages, Oxford University Press,

Skutnabb-Kangas, Tove (2000), Linguistic genocide in education - or worldwide diversity and human rights? London, Routledge.

UNESCO (2003), Language vitality and endangerment. Conference : International Expert Meeting on the UNESCO Programme, Paris, 2003, https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000183699

UNESCO (2010), Atlas des langues en danger dans le monde [Moseley, Christopher ed.] https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000189451

UNESCO (2022), Décennie internationale des langues autochtones, IDIL 2022-2032, https://fr.unesco.org/idil2022-2032

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search