Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Compte rendu de lectureCatherine Adam, 2020, Bilinguisme...

Compte rendu de lecture

Catherine Adam, 2020, Bilinguisme scolaire

Familles, écoles, identités en Bretagne, éd. Peter Lang, coll. « Langue, multilinguisme et changement social », Berlin.
Marie-Jeanne Verny
Référence(s) :

Catherine Adam, 2020, Bilinguisme scolaire. Familles, écoles, identités en Bretagne, éd. Peter Lang, coll. « Langue, multilinguisme et changement social », Berlin.

Texte intégral

1Cet ouvrage, comme l’indique la quatrième de couverture, propose une réflexion sur le bilinguisme scolaire à partir du cas de la scolarisation en classes primaires bilingues en Bretagne. L’objectif de la recherche est d’étudier les représentations que se font les parents d’élèves et, dans une moindre mesure, les enfants concernés, quant au choix de ce type de scolarisation, à partir d’une vaste enquête sous les deux formes d’un questionnaire et d’entretiens semi-directifs. Le terrain en a été soigneusement défini : 3 points différents de la Bretagne offrant tous les trois les trois filières bilingues bretonnes :

  • Enseignement bilingue à parité horaire en école publique

  • Enseignement bilingue à parité horaire en école privée confessionnelle

  • Enseignement immersif en filière associative Diwan de statut privé.

2Le traitement de l’enquête est précédé par un long exposé méthodologique sur le « cadre théorique » et les « réflexions épistémologiques » (chapitre 1) qui s’ajoute à 30 pages d’introduction, théorique elle aussi. Si on salue l’honnêteté intellectuelle de l’auteure qui n’a entrepris son étude de corpus qu’une fois lestée d’un solide bagage théorique, on regrette que ces 90 pages n’aient pas été condensées : on se serait contenté d’une bonne bibliographie, bien organisée, qui figure par ailleurs dans l’ouvrage. Et on aurait préféré, dans ce chapitre 1, une présentation synthétique des apports théoriques les plus convaincants.

3Plus intéressante, en revanche, se trouve être la présentation précise des spécificités bretonnes quant à la contextualisation sociolinguistique de la langue (chapitre 2) ou aux trois systèmes scolaires (chapitre 3), situation très spécifique, qui n’a pas son équivalent en occitan, et que l’on pourrait comparer au terrain basque.

4Le corpus recueilli est très abondant. L’analyse des réponses au questionnaire et des propos tenus, illustrée de schémas, met en lumière un continuum dans les motivations des parents réparties en 8 groupes. Les conclusions sur la typologie de ces motivations des parents et de leurs reflets (étudiés avec précision et dans leur complexité) dans les propos des enfants sont intéressantes et on adhère sans peine aux catégories définies, de A à G en allant des stratégies d’utilité et des choix pragmatiques (A) à un engagement plus militant (G) vers la transmission d’une langue et d’une culture.

5Mais on regrette des lacunes dans les questions posées :

  • on ne demande pas aux parents quel système ils ont choisi, ni les raisons de leur choix, alors que les trois filières d’enseignement bilingue du breton ont été soigneusement définies au début de l’ouvrage, et alors que l’auteure a choisi ses trois lieux d’investigation en fonction de la présence, dans chacun d’eux, de ces trois types d’enseignement.

  • on ne demande pas aux parents s’ils appartiennent à une association ou non, alors que l’influence de ces associations est clairement étudiée par ailleurs.

6Or il aurait été intéressant d’établir une corrélation entre les « types » de parents (de A à G) et leur choix de tel ou tel système ainsi que leur appartenance ou non à une association de type militant.

7On peut enfin, de façon plus générale, regretter que ce travail considérable, qui témoigne d’une grande honnêteté intellectuelle et d’un grand souci du détail (au détriment, parfois, de la vision synthétique) soit desservi par un certain laisser-aller éditorial. Visiblement, la relecture professionnelle a été insuffisante et a laissé échapper beaucoup de redites, de maladresses d’expression et de négligences de langue.

8Il reste que ce livre contient d’utiles synthèses sur la situation du breton en diachronie et en synchronie, illustrées de schémas fort utiles et que l’enquête de terrain apporte d’utiles éclairages sur les motivations des parents.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Jeanne Verny, « Catherine Adam, 2020, Bilinguisme scolaire »Glottopol [En ligne], 35 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.314

Haut de page

Auteur

Marie-Jeanne Verny

UR LLACS – Langues, Littérature, arts et cultures des Suds – Université Paul-Valéry Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search