Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Un siècle d’évolution de la trans...

Un siècle d’évolution de la transmission intergénérationnelle du corse

Marina Branca et Nicolas Sorba

Résumés

L’article propose de saisir un siècle d’évolution de transmission intergénérationnelle du corse. L’étude s’appuie sur une enquête inédite, que nous avons menée, et trois autres réalisées par des institutions publiques et des chercheurs. En Corse, au cours du XXe siècle, les changements sociaux sont profonds. Une des conséquences linguistiques de ces changements est présentée de 1915 à nos jours. Il s’agit de la transmission intergénérationnelle du corse. L’île passe de situations familiales majoritairement monolingues, en corse, à de nouvelles situations monolingues, en français. L’article analyse la transmission parentale en corse d’une partie, plus ou moins conséquente selon les époques, de la population insulaire. Pour la partie la plus contemporaine, les facteurs qui motivent ce choix sont mis en exergue et un portrait type des parents qui choisissent de transmettre la langue corse est dressé. L’étude de ces expérimentations dévoile que l’équilibre est précaire et largement soumis à la francophonie ambiante.

Haut de page

Notes de la rédaction

Résumé et mots clés en corse

L’articulu pruponi di spiicà un seculu d’evuluzioni di a trasmissioni intergeneraziunali di u corsu. U studiu s’arrimba à nantu à un’inchiesta inedita, fatta da no, è trè altri rializati da stituzioni è altri circadori. In Corsica, duranti u XXu seculu, i cambiamenta suciali sò prufondi. Una di i cunsiquenzi linguistichi di sti cambiamenta hè prisintata da u 1915 à oghji. Si tratta di a trasmissioni intergeneraziunali di u corsu. L’isula muta da situazioni familiali pà u più monolingui, in corsu, à novi situazioni monolingui, in francesi. L’articulu faci l’analisi di a trasmissioni parintali in corsu da un parti, più o menu impurtanti sigondu l’ebbica, di a pupulazioni isulana. Pà a parti a più cuntimpuranea, i fattori chì inghjennani sta scelta sò missi in risaltu è hè fattu un ritrattu di i caratteristichi di i parenti chì sciuvarani di trasmetta a lingua. U studiu di sti spirimentazioni palesani chì l’equilibriu hè propiu incertu è dipendi mondi di a francufunia ambianti.

lingua corsa ; lingui minuritarizati ; trasmissioni intergeneraziunali ; neolucutori ; pulitica linguistica familiali

Texte intégral

Introduction

  • 1 Désormais CTC. L’enquête datant de 2013, nous maintenons CTC alors qu’elle se nomme dorénavant Coll (...)
  • 2 À titre d’exemples : dans une affiche informative, l’association Praticalingua, qui œuvre en faveur (...)

1À la publication de l’enquête sociolinguistique de la Collectivité territoriale de Corse1 en 2013, le chiffre alarmiste de 2 % de transmission intergénérationnelle du corse a été repris en masse par les médias et la société civile2. Ce pourcentage a occulté le fait que 12 % des enquêtés déclaraient avoir des pratiques bilingues (français-corse) en famille. Nous nous sommes interrogés sur la pertinence, de nos jours, de cette distinction entre une transmission monolingue et une autre bilingue. Quels facteurs motivent les choix linguistiques des parents ? Existe-t-il un portrait type des parents qui choisissent de transmettre la langue corse ? Comment se transmet le corse aujourd’hui ?

  • 3 La Corse étant une ile fortement marquée par l’interconnaissance, nous connaissions la plupart des (...)

2Ces deux pourcentages ont donc été le point de départ d’une recherche menée directement sur le terrain entre janvier et juin 2019. Si l’enquête quantitative de la CTC donne une vue d’ensemble satisfaisante, elle reste déclarative, et nous savons combien les réponses peuvent être à la fois sous-évaluées et surévaluées en situation de minoration (Boyer, 2012). Notre recherche de terrain vise à affiner les résultats, pour voir quelle(s) réalité(s) se cache(nt) derrière ces pourcentages. Notre étude se veut originale et innovante dans le sens où il s’agit de la seule de ce type réalisée en Corse sur la transmission parentale du corse qui demeure méconnue et en proie à de nombreux fantasmes. Notre enquête est qualitative, puisqu’il a fallu chercher3 nos enquêtés parmi les quelques rares familles qui transmettent le corse à leurs enfants.

3Afin de mieux comprendre la situation actuelle, notre réflexion passera préalablement, nécessairement, par une analyse des profonds changements sociaux connus en Corse lors du XXe siècle, agissant, inévitablement, sur les pratiques linguistiques.

L’étiolement de la transmission du corse au cours du XXe siècle

4L’étude de trois publications, issues d’enquêtes, imbriquée à l’analyse globale de la situation sociolinguistique de la Corse, permettra de remonter le temps, à l’aide d’un découpage par trois tranches de 30 ans correspondant à trois périodes de changements sociaux, de 1915 jusqu’à 2005. L’étude vise à comprendre les enjeux de la transmission du corse et à dégager les motivations explicites puis sous-jacentes de la transmission d’une langue minorée au cours d’un siècle qui connut de profonds changements sociaux.

Présentation des enquêtes étudiées

  • 4 Désormais INSEE.

5La première enquête, publiée en 2002 par l’Institut national de la statistique et des études économiques4, s’intitule « Étude de l’Histoire Familiale ». Elle a été menée en France, en 1999, à l’occasion du recensement de la population par l’Institut national d’études démographiques auprès de 380 000 adultes. En Corse, 2 943 questionnaires ont été administrés. Cette large enquête comportait 22 questions relatives à la famille de l’enquêté réparties en cinq sections dont une dernière qui nous intéresse particulièrement : « Transmission familiale des langues et des parlers ». Elle comporte quatre questions dont trois relatives aux pratiques linguistiques :

« En quelles langues, dialectes ou ‘patois’ vos parents vous parlaient-ils d’habitude quand vous étiez enfant, vers l’âge de 5 ans ? »

« En quelles langues, dialectes ou ‘patois’ parlez-vous à vos jeunes enfants quand ils avaient 5 ans (ou leur parlez-vous maintenant s’ils sont plus jeunes) ? »

« Et actuellement, vous arrive-t-il de discuter avec des proches (conjoints, parents, amis, collègues, commerçants…) dans d’autres langues que le français ? »

6À l’échelle nationale, l’enquête a été analysée dans un rapport intitulé « La dynamique des langues en France au fil du XXe siècle » (Héran et al., 2002). Pour la Corse, nous relevons les analyses de Janik (2004) et Moracchini (2005).

  • 5 « Une enquête sociolinguistique à Corte (Corse) », nous traduisons.

7La deuxième enquête, s’intitulant « Un’indagine sociolinguistica a Corte (Corsica) »5, de moindre envergure, a été conduite par Grob (1987) dans la ville de Corte entre 1983 et 1984. Le nombre limité de personnes enquêtées (une trentaine de personnes) comme le précise l’auteur, donne « une approche un peu superficielle […] mais comme telle indiquera au moins des tendances ou dévoilera des questions qu’on ne s’était peut-être pas encore posées » (Grob, 1987 : 35).

  • 6 Il s’agit de la partie 3.2, au titre révélateur : « Quand l’école prend le relais d’une transmissio (...)

8La troisième enquête, publiée par la CTC (2013), s’intitule « Inchiesta suciolinguistica nant’à a lingua corsa : cumpetenze, usi è ripresentazione / Enquête sociolinguistique sur la langue corse : compétences, usages et représentations ». L’enquête, réalisée auprès d’un échantillon de 508 habitants de la Corse âgés de dix-huit ans et plus, a été établie, comme précisé dans l’introduction, sur du déclaratif. L’étude visait à connaitre les représentations des insulaires à l’égard de la langue corse, leurs compétences linguistiques et, dans une moindre mesure, leurs pratiques. Trois parties du document abordent intrinsèquement la transmission intergénérationnelle du corse6.

9L’examen des trois périodes qui suivent s’appuiera sur les données de ces trois enquêtes (INSEE, CTC et J. Grob).

1915-1945 : l’entre deux langues

  • 7 A Cispra, revue politique et culturelle bilingue, ne connut qu’un seul numéro, en 1914, mais aura u (...)

10Durant cette période, le corse est en quelque sorte pris entre deux feux. D’un côté, des militants de la langue ambitionnent d’affirmer le corse comme langue de France et, d’un autre côté, d’autres militants souhaitent garantir l’italianité de l’idiome insulaire. Ces deux idéologies linguistiques se retrouvent notamment à travers les publications des deux revues phares de l’entre-deux-guerres héritières de la revue A Cispra7 : L’Annu Corsu et A Muvra (Sorba, 2019). Concomitamment à cette bataille idéologique, la pratique du corse par la population est encore très vivace. D’ailleurs, la réception familiale du corse est plutôt habituelle qu’occasionnelle (Janik, 2004). C’est peut-être cette vitalité qui fait que la population participe finalement assez peu à ces débats dont la linguistique n’est, comme souvent (Costa, 2010), en réalité qu’un objet pour des fins autres. Le niveau de corsophonie n’est pas alors une préoccupation majeure puisqu’environ 70 % (Moracchini, 2005 : 22) des parents des personnes nées à cette époque et résidant en Corse en 1999 (date de la réalisation de l’enquête de l’INSEE publiée en 2002) parlent corse. Ce chiffre augmente avec les personnes nées en Corse durant cette période.

11Lorsqu’on a connaissance de ces chiffres, il n’est plus étonnant de constater des pourcentages élevés au sujet de la transmission intergénérationnelle en langue corse, comparés à ceux que nous observerons plus loin concernant les autres périodes étudiées. Un pic de 82 % est relevé de 1915 à 1919 (Héran et al., 2002 : 4). Certes ce chiffre chute jusqu’à 30 % de 1935 à 1939 (ibidem) mais avec un pourcentage de 65 % de 1925 à 1929 (ibid.). L’enquête de la CTC confirme ce constat en estimant que plus de 40 % des plus de 65 ans ont reçu une transmission familiale du corse à l’âge de six ans (CTC, 2013 : 24).

12Ces pourcentages élevés n’empêchent pas la présence du français quelque 80 ans plus tard à quasiment 100 % dans les familles (enquête CTC). Par contre, cet héritage linguistique familial engendre une corsophonie active avec des proches, en 1999 (enquête INSEE), dans plus de 50 % des cas. La compétence orale en 2012 des personnes résidant en Corse et nées durant cette période dépasse logiquement les 60 % (enquête CTC). 36 % des personnes résidant en Corse et nées de 1915 à 1945 déclarent parler le corse avec leur conjoint ou leur conjointe et 25 % autant en corse qu’en français. 26 % de cette même génération parlent toujours en corse avec leurs enfants et 37 % en corse et en français (CTC, 2013 : 37).

1945-1975 : de la traversée du désert au Riacquistu

  • 8 Nous pensons ici, par exemple, au journal A tramuntana fresca è sana, première prose journalistique (...)

13Les prémices d’une élaboration linguistique, apparues dès la fin du XIXe siècle8, semblent s’être évaporées en une cinquantaine d’années. Ettori file la métaphore de « la traversée du désert » (Ettori, 1992 : 250) pour qualifier cette période et illustrer ce creux dans la construction de la langue corse. Ces trente années, de 1945 à 1975, sont aussi marquées par l’exclusion puis l’intégration du corse dans la loi Deixonne autorisant l’enseignement des langues régionales. En effet, à la proclamation de la loi en 1951, l’enseignement des langues régionales basque, catalan, breton et occitan devint possible. Ce n’est pas le cas du corse car coupable, d’une part, d’appartenir à une aire linguistique italienne et, d’autre part, de ne pas avoir atteint un degré suffisant d’unification et de codification pour aspirer à être enseigné dans les écoles de la République. L’alsacien connut un sort similaire pour sa proximité avec l’allemand. L’extension de la loi Deixonne au bénéfice du corse coïncide avec un large mouvement de réappropriation culturelle et linguistique nommé Riacquistu. Une situation conflictuelle, notamment linguistique, apparait avec une volonté claire de revitaliser la langue corse.

14Cette réaction fait face à un recul d’un ensemble de faits intrinsèquement liés, du moins dans les représentations collectives, à l’identité corse dont la transmission de la langue corse. Les pourcentages relevés à ce sujet de 1915 à 1945 ne se retrouvent plus. En effet, de 1945 à 1975 la transmission du corse en famille va chuter fortement passant de 43 % en 1945 à 10 % en 1975 (INSEE, 2002). Ce pourcentage est le plus faible observé depuis 1915, où l’on observait alors un pic de 82 %. De plus, la réception et la transmission sont toujours plus occasionnelles qu’habituelles (Janik, 2004). Inévitablement, cela a des conséquences sur les compétences linguistiques des personnes nées durant cette période. 52 % des personnes nées entre 1947 et 1962 habitants en Corse en 2012 estiment avoir une compétence orale qui varie de « bien à assez bien » (CTC, 2013 : 58). En revanche, les personnes nées entre 1963 et 1977 ne sont plus que 32 % (ibid.) à déclarer avoir ces compétences orales. Pour les personnes nées de 1945 à 1975, l’utilisation du corse en famille est encore avérée en 2012 à 52 % mais elle n’est le premier choix linguistique que pour 8 % des sondés. La langue parlée avec leurs enfants n’est pratiquement jamais uniquement le corse (1 %), alors que 7 % déclarent parler corse et français avec leurs enfants. Des personnes nées de 1945 à 1975, en 1999, plus aucune ne déclare utiliser toujours le corse pour communiquer avec son conjoint ou sa conjointe. 13 % des personnes interrogées révèlent parler autant français que corse avec leur compagnon ou compagne (ibid.). Le français s’impose clairement au sein des familles corses durant ces trois décennies.

1975-2005 : une réappropriation linguistique en action à l’aide de la transmission intergénérationnelle ?

15Dans les années 1970, le Riacquistu propulse la langue comme le principal référent identitaire. L’idée de voir succomber l’identité corse par la perte de l’usage de la langue corse se propage. La question linguistique est alors au centre du débat. Les problématiques liées à l’orthographe sont globalement réglées par les préconisations de Geronimi et Marchetti (1971) qui serviront de base, notamment, à l’enseignement du corse.

16Des années 1970 aux années 1990, une sociolinguistique corse prend corps et a l’intention de faire reculer la diglossie notamment en diffusant le corse dans de nouveaux espaces langagiers. L’école et les médias sont les principaux lieux visés. Les résultats au sujet de ces deux secteurs doivent être jugés comme positifs puisque si l’on compare la situation du corse en 2005 à celle de 1975 (Comiti, 2005), sa présence s’est nettement accrue. Ces constats ne suffisent pas à masquer le recul des pratiques informelles et usuelles.

17Si l’on se réfère à l’enquête de l’INSEE, on constate que la transmission intergénérationnelle du corse concerne 10 % de la population insulaire de 1975 à 1979 et 9 % de 1985 à 1986. Cela signifie que la courbe descendante observée depuis 1915 connait toujours la même direction. En revanche, si l’on se penche sur les résultats de l’enquête commandée par la CTC, nous observons qu’1 % des personnes interrogées nées de 1975 à 2005 déclare parler exclusivement le corse avec leurs enfants et 12 % disent utiliser le corse et le français. Il y a donc, si ce n’est une hausse, une stabilité au cours de ces trente ans. En revanche, les compétences orales des personnes nées durant les trois décennies de cette partie sont en net recul puisque celles nées entre 1978-1987, habitant la Corse en 2012, sont 26 % à le maitriser correctement puis celles nées entre 1988-1994 sont 23 % (enquête CTC). Ils sont 45 % à parler le corse en famille et 14 % à utiliser prioritairement le corse. Toujours selon les résultats de l’enquête menée pour la CTC, 6 % des personnes interrogées nées entre 1978-1987 déclarent avoir eu comme première langue le corse et 5 % le corse et le français. 2 % des personnes interrogées nées entre 1988-1994 déclarent avoir eu comme première langue le corse et 15 % le corse et le français.

Bilan et tendances des trois périodes étudiées

18La volonté de réappropriation linguistique, en action à partir des années 1970, n’a pas permis, au début du XXIe siècle, de relancer la transmission intergénérationnelle du corse : « On constate l’affirmation d’un abandon progressif du corse dans le domaine de la famille (observable souvent à l’intérieur d’une même famille), malgré sa revalorisation générale dont les parlants en général sont conscients » (Grob, 1987 : 27). Il y a eu une focalisation, de la part des militants du corse, de promouvoir la langue à l’école et dans les médias, durant ces trente ans. L’usage privé n’a, en définitive, jamais été au centre des revendications. Le remède à la culpabilisation passe encore aujourd’hui par l’école : « C’est à l’école de transmettre le gout et les bases de la langue corse » (CTC, 2013 : 48) ; tout en se satisfaisant des avancées du corse dans le milieu scolaire : « Si le corse n’est clairement pas une langue maternelle très utilisée à la maison, il est en revanche une langue qui fait partie intégrante du parcours scolaire des jeunes habitants de l’ile » (op. cit. : 49).

19Certes, on observe une stagnation et non plus une courbe descendante sur la dernière tranche étudiée mais il faut aussi admettre qu’il ne reste plus beaucoup de pourcentages pour atteindre un résultat vierge. Nous sommes face à un phénomène très avancé de substitution du corse par le français dans les familles. Si l’on considère la transmission intergénérationnelle d’une langue comme un indice majeur de santé de celle-ci (UNESCO, 2003 : 13), il apparait en 90 ans une diminution extrêmement forte.

20Malgré ce constat de substitution avancée, il existe encore des familles, même si elles sont extrêmement minoritaires aujourd’hui, dans lesquelles le corse est présent et se transmet.

Regards sur la transmission intergénérationnelle actuelle du corse

21La transmission intergénérationnelle du corse, qui au premier abord semblerait être une transmission « naturelle », l’est-elle vraiment au regard de la situation sociolinguistique corse et à sa dynamique langagière ? Qui sont ces personnes qui transmettent le corse à leurs enfants aujourd’hui ? Quelles sont leurs motivations ? L’étude que nous avons réalisée sur la transmission intergénérationnelle actuelle tentera d’apporter des éléments de réponse à ces diverses questions.

Description de l’enquête de terrain

22Afin de constituer notre échantillon nous avons cherché des familles où au moins un des deux parents s’adressaient en corse de façon occasionnelle ou habituelle à ses enfants. Un autre critère de sélection de l’échantillon était l’âge des enfants, entre 6 et 11 ans, soit des enfants scolarisés en cycle 2 et 3. Ainsi, si l’on reprend notre découpage, nous nous insérons bien dans la dernière tranche, puisque les enfants sont nés entre 2008 et 2013. Cette tranche semblait particulièrement intéressante car elle permettait d’avoir une discussion spontanée avec des enfants sur leur vision de la langue, mais également évaluer leurs compétences et étudier leur rapport entre la maison et l’école, puisque c’est au primaire que l’apprentissage du corse est le plus développé.

  • 9 Dans cet article, les éléments relevés n’apparaitront pas notamment parce qu’il était difficile de (...)

23Les rencontres se déroulaient en trois temps. D’abord un entretien uniquement avec les parents, puis un entretien uniquement avec le ou les enfants, enfin une évaluation des compétences à destination des enfants9. La discussion était orientée par des questionnaires que nous avions établis auparavant. Les deux questionnaires possédaient un tronc commun qui s’intéressait aux compétences, aux pratiques ainsi qu’aux représentations des langues utilisées par les enquêtés. Une autre part était spécifique aux parents et aux enfants. La plupart des questions étaient ouvertes afin de favoriser le développement d’une réflexion. Les parents, qui répondaient en même temps au questionnaire, pouvaient également échanger leurs points de vue.

24Le protocole mis en place avait pour objectif de minimiser l’aspect déclaratif des réponses. En effet, depuis la prise de contact avec les familles jusqu’à l’entretien nous avons voulu instaurer une communication exclusivement corsophone, du moins en ce qui nous concerne. Les informateurs, qui étaient toujours au moins locuteurs passifs, n’ont pas eu de problème de compréhension et étaient libres de répondre en français ou en corse. Cela permettait d’emblée de corroborer certains dires avec les faits et soumettre les enquêtés à un test supplémentaire invisible de leurs compétences linguistiques. Aussi, plusieurs enfants qui n’osaient pas répondre en corse à leurs parents ont franchi le pas dans ce cadre précis. Dans certains cas, l’aspect formel de la discussion semblait davantage les rassurer que les discussions familiales informelles.

25Le croisement de nos résultats avec ceux de l’enquête de la CTC (2013) constitue donc l’essentiel de notre matériel d’étude. Cela nous a permis de porter une analyse globale qui tient compte des similitudes et des différences des familles interrogées, dans le cadre sociolinguistique actuel.

Les acteurs de la transmission : l’émergence d’un nouveau profil

26Contrairement aux générations nées avant la seconde guerre mondiale, la génération d’adultes du corpus, nés approximativement entre 1970 et 1985, n’a majoritairement pas reçu le corse de façon habituelle en famille (Héran et al., 2002). D’après l’enquête « Étude de l’histoire familiale » de l’INSEE/INED en 1999, pour cette génération, la transmission habituelle du corse aux enfants de 5 ans était d’environ 10 %. Le français serait la première langue de socialisation pour 73 % des personnes nées entre 1978 et 1987 (CTC, 2013 : 24). Toutefois, il ne faut pas sous-estimer l’importance, à l’époque, d’un environnement social corsophone conséquent bien que déclinant. Ainsi, si à l’époque le corse n’est plus massivement transmis en famille, il reste présent dans la société (Arrighi, 2008).

27Notre enquête a fait ressortir que 79 % des parents pouvaient être considérés comme des néolocuteurs (Puigdevall, 2014 : 3). Il s’agit de locuteurs non-natifs ayant appris le corse dans des contextes aussi bien formels qu’informels comme l’école et les cours pour adultes, ou bien auprès de la communauté (réelle ou virtuelle), grâce aux associations, au travail et aux groupes de pairs. Les motivations d’apprentissage des néolocuteurs sont essentiellement identitaires. Toutefois, il serait erroné de mettre sur un même pied d’égalité ces néolocuteurs-là avec des néolocuteurs néoarrivants en Corse. C’est pourquoi, afin de neutraliser le jugement négatif (Bichurina, 2014) que peut parfois revêtir le terme « néolocuteur » nous proposons de parler de néolocuteurs natifs, puisqu’ils ont malgré tout grandi dans un environnement corsophone. En revanche, 21 % du corpus se considèrent comme locuteurs natifs. Si le distinguo entre ces deux catégories est pertinent, il faut préciser qu’un phénomène leur est toutefois commun : la mutation linguistique.

28Le phénomène des mudes lingüístiques est largement décrit et développé par la sociolinguistique catalane (Puigdevall, 2014 : 4). Il s’agit d’un changement linguistique, soit une pratique accrue de la langue dominée devenant ainsi une langue plus importante, voire la plus importante, du répertoire linguistique. Cela concerne autant les néolocuteurs que les locuteurs natifs. Les mutations linguistiques sont donc intervenues à plusieurs moments clefs de leur vie ; dans le secondaire, notamment au lycée, en parallèle à une affirmation identitaire personnelle globale, puis à l’Université. Le fait de se mettre en ménage a été déterminant pour un des couples, le corse est devenu la langue quasi exclusive de leur foyer. Le fait de devenir parent a également eu un impact fort sur les pratiques linguistiques de nombreux enquêtés, notamment pour des femmes. L’environnement professionnel permet aussi à ces parents d’utiliser le corse au quotidien. Enfin, il faut évoquer le bain linguistique informel, par le biais de la culture, et notamment la chanson, mais aussi la société en général, notamment villageoise et, plus surprenant, le rôle des nouvelles technologies, puisque les blogs et autres forums ont eu un rôle d’incubateur pour certains parents, leur permettant, dans un premier temps, d’exercer leurs compétences dans le cadre de l’écriture sur Internet avant de se lancer à l’oral.

29Les profils linguistiques des parents interrogés sont plutôt concordants, et cette similitude se retrouve également au niveau social, en ce qui concerne les activités professionnelles et extraprofessionnelles (culturelles, associatives…). Ainsi, 79 % indiquent à la fois le pourcentage de néolocuteurs natifs et le taux de personnes appartenant à une catégorie socioprofessionnelle (CSP) intermédiaire ou supérieure liée au fonctionnariat, correspondant à peu de chose près aux mêmes personnes. Ces personnes sont également urbaines pour l’écrasante majorité, lorsque le lieu de corsophonie par excellence est traditionnellement représenté par le village et la ruralité. Le statut des parents transmettant le corse à leurs enfants est assez homogène, majoritairement néolocuteurs natifs, urbains, jeunes et appartenant à une CSP plutôt élevée. Le même constat a pu être dressé pour d’autres langues en voie de revitalisation (O’Rourke & Ramallo, 2011 : 143).

Une pluralité de politiques linguistiques familiales

30Si les profils sont assez homogènes, les modalités de transmission divergent d’une famille à l’autre. Nous avons donc établi plusieurs critères afin de catégoriser ces transmissions.

31D’abord, nous avons distingué les transmissions sur les critères de la quantité et de la qualité de « matière » transmise. Nous en avons relevé deux formes : la transmission d’un système linguistique et la transmission de modalités de socialisations langagières (Costa, 2010). La réception ou transmission d’un système linguistique inclus de fait la réception ou la transmission des modalités de socialisation langagières. Il s’agit par exemple de la transmission d’une vision et d’un rapport à la langue ; un emploi ritualisé de quelques mots ou expressions en corse. Il peut s’agir également de l’élaboration d’un environnement favorable ou d’une attitude positive, d’une incitation au bilinguisme (inscription dans une école bilingue, encouragement à parler avec des corsophones…). Il s’agit plutôt d’une transmission du corse (notamment en tant qu’objet, symbole) que d’une transmission en corse (en tant que moyen de communication).

32Un autre critère déterminant est l’emploi ou non de modalités contraignantes de communication. Il existe un point de clivage entre les parents sur l’obligation de réponse en corse des enfants. Certains y sont favorables et adoptent une méthode contraignante régulant la communication : si l’enfant s’exprime en français, le parent feint de ne pas le comprendre pour l’obliger à changer de langue. Cette négociation est déterminante dans les compétences et pratiques des enfants. Cependant, d’autres parents remettent en cause l’artificialité de cette méthode et s’y opposent farouchement, privilégiant une transmission « naturelle ». Cette dichotomie « naturel » / « artificiel » est apparue très prégnante dans les discours des parents et soulève un certain nombre de problématiques liées aux démarches « néo- ».

33Nous avons finalement établi trois modèles de transmissions d’après le critère de la contrainte. Un premier modèle libéral, majoritaire, qui laisse le choix de la langue aux enfants. Un second modèle bien connu, « un parent, une langue » (Grosjean, 2015 : 107-110), impliquant une communication contraignante en corse avec un parent, en l’occurrence les pères, et une communication en français avec l’autre parent, ici les mères, conjuguée à des modalités de socialisations langagières. Enfin, le dernier modèle est caractérisé par l’absence de choix puisque la communication de la famille se fait quasi exclusivement en corse (communication entre les parents, entre les parents et les enfants, entre les enfants, avec la famille élargie…). La difficulté que nous avons rencontrée à trouver une famille fonctionnant sur ce principe est peut-être révélatrice de sa sporadicité.

34Ces différentes politiques linguistiques familiales sont mises en place dès la naissance des enfants, toutefois, il est intéressant de se demander si ces équilibres peuvent perdurer dans le temps, notamment après l’entrée à l’école des enfants.

Un lien famille-école ambivalent

  • 10 Malgré son appellation « bilingue », ce type de parcours reste majoritairement francophone, notamme (...)

35En Corse, il existe deux types de scolarisation pour les élèves de cycle 2 et 3 : un parcours standard où le français est majoritaire et le corse présent à hauteur de trois heures hebdomadaires ; et un parcours bilingue où il y a, en théorie10, une répartition paritaire entre les enseignements en langue corse et en langue française. Nous nous sommes intéressés aux choix de scolarisation des enfants par les parents, ainsi qu’aux répercussions de ces choix sur l’équilibre communicationnel familial.

  • 11 Sigle permettant de rendre anonyme les enquêtés. La première lettre, Z, correspond à « enfant », la (...)

36À première vue, certains résultats peuvent être surprenants. Par exemple, pour ZG111 et ZG2 l’école standard n’a pas influencé leur pratique du corse en famille, qui se veut quasi exclusive (entre parents, entre sœurs et entre parents et enfants). En revanche, pour ZC1, l’entrée à l’école bilingue a presque complètement anéanti sa pratique familiale du corse. En effet, l’enfant dit avoir beaucoup souffert de sa « différence » linguistique à l’école : « La première fois que j’ai commencé à parler français c’est quand je me suis payé la risée de ma vie ». Les parents de ZC1, quelque peu découragés par ce changement ont également délaissé peu à peu l’usage du corse en famille, et également avec son frère ZC2. Cette situation illustre bien les propos de Grosjean, selon lequel « Le plus grand détracteur du bilinguisme d’un enfant est le bilinguisme de ses parents » (Grosjean, 2015 : 110).

37Au vu des résultats de l’enquête, peu importe le choix de l’école, standard ou bilingue. La solidité de la communication familiale compte davantage dans la pérennité de l’équilibre linguistique qu’un quelconque choix de scolarisation. Si les communications sont encadrées par des règles définies, alors la corsophonie semble perdurer au sein des familles. Au contraire, là où le libéralisme linguistique prédomine, le français semble toujours prendre le dessus. En effet, la forme des communications de la cellule familiale est fragile et n’est pas à l’abri des effets linguistiques de l’environnement social, notamment de l’école (Calvet, 1994 : 114).

38Dans notre échantillon, l’homolinguisme au sein du couple et des fratries apparait comme étant un phénomène assez exceptionnel. Pourtant, il pourrait être bien plus conséquent au vu des compétences des parents, de leur dynamisme et de leurs motivations. Dans les familles qui l’emploient, l’homolinguisme semble être un gage de stabilité pour les communications puisqu’il crée un véritable « besoin de langue ». L’absence de ce besoin peut être compensée par l’obligation avant de se normaliser. Toutefois, dans les familles n’employant ni l’homolinguisme ni l’obligation, l’équilibre communicationnel semble très précaire et une pratique du corse peut vite se transformer en « simple » compétence.

Conclusion

39L’analyse d’un siècle d’évolution de la transmission intergénérationnelle du corse révèle des tendances claires. Au cours du XXe siècle, nous avons assisté à un étiolement de la transmission, concomitant à celui des pratiques, mis en exergue par différentes enquêtes. Le mouvement de revitalisation du corse se traduit par quelques tentatives de dynamisation des pratiques familiales. L’étude de ces expérimentations dévoile que l’équilibre instauré est très précaire et largement soumis à la francophonie ambiante. Une nouvelle enquête sociolinguistique commandée par la Collectivité de Corse a été rendue publique en novembre 2022. Il sera intéressant de comparer nos observations avec ces nouveaux résultats à grande échelle et tenter ainsi de dégager des tendances pour l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

ARRIGHI Jean-Marie, 2008, « Langue corse : situation et débats », Ethnologie française, n°38, p. 507-516.

BICHURINA Natalia, 2014, « La “mort” des langues et les “néo-locuteurs” : le cas de l’arpitan en Suisse », Les locuteurs et les langues : pouvoirs, non-pouvoirs et contre-pouvoirs, Lambert-Lucas, p. 243-252.

BOYER Henri, 2012, « L’implication du sociolinguiste “périphérique” », Langues de France, langues en danger : aménagement et rôle des linguistes Cahiers de l’Observatoire des pratiques linguistiques, n°3, Ministère de la Culture et de la Communication / DGLFLF, p. 79-85.

CALVET Louis-Jean, 1994, Les voix de la ville. Introduction à la sociolinguistique urbaine, Payot & Rivages.

COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE, 2013, Inchiesta suciolinguistica nant’à a lingua corsa : cumpetenze, usi è ripresentazione / Enquête sociolinguistique sur la langue corse : compétences, usages et représentations.

COMITI Jean-Marie, 2005, La langue corse entre chien et loup, L’Harmattan.

COSTA Jean, 2010, Revitalisation linguistique : discours, mythes et idéologies, Approche critique de mouvements de revitalisation en Provence et en Écosse (Thèse), Université de Grenoble.

ETTORI Fernand, 1992, « Langue et littérature », Corse, Bonneton, p. 211-251.

HERAN François, FILHON Alexandra, & DEPREZ Christine, 2002, « La dynamique des langues en France au fil du XXe siècle », Population et Sociétés, n°376, p. 1-4.

GROB Jeannine, 1987, « Observations sur la sociolinguistique corse », Études corses, n°28, p. 21‑36.

GROSJEAN François, 2015, Parler plusieurs langues, le monde des bilingues, Albin Michel.

JANIK Roman, 2004, « Langue corse : réception, transmission et pratique », Économie Corse, n°105, p. 10‑13.

MARCHETTI Pasquale & GERONIMINI Dumenicu Antone, 1971, Intricciate è cambiarine. Manuel pratique d’orthographe corse, Beaulieu.

MORACCHINI, Georges, 2005, « Aspects de la situation sociolinguistique de la Corse. Les apports de l’Enquête Famille », Langage et société, n°112, p. 9-32.

O’ROURKE Bernadette & RAMALLO Fernando, 2011, « The native-non-native dichotomy in minority language contexts Comparisons between Irish and Galician », Language Problems and Language Planning, n°35, p. 139-159.

PUIGDEVALL Maite, 2014, « Els nous parlants de llengües minoritàries : pertinences i legitimitats », Digithum, n°16, p. 3-5.

UNESCO, 2003, Vitalité et disparition des langues.

SORBA Nicolas, 2019, « Les idéologies linguistiques dans la presse écrite en langue corse de l’entre-deux-guerres : A muvra et L’annu corsu », in W. Remysen & S. Schwarze (Éds.), Idéologies sur la langue et médias écrits : le cas du français et de l’italien / Ideologie linguistiche e media scritti : i casi francese e italiano, Peter Lang, p. 343 358. https://doi.org/10.3726/b15797

Haut de page

Notes

1 Désormais CTC. L’enquête datant de 2013, nous maintenons CTC alors qu’elle se nomme dorénavant Collectivité de Corse (CdC), la loi portant une nouvelle organisation territoriale de la République ayant engendré une collectivité territoriale unique depuis le 1er janvier 2018.

2 À titre d’exemples : dans une affiche informative, l’association Praticalingua, qui œuvre en faveur de la revitalisation du corse, reprend ce chiffre : https://www.praticalingua.com/giuventu/ ; voir également ces articles : https://www.lepoint.fr/societe/l-ecole-ne-suffira-pas-le-seul-agrege-de-corse-appelle-les-insulaires-a-parler-leur-langue-22-03-2019-2303176_23.php, https://france3-regions.francetvinfo.fr/corse/emissions/inchiesta/que-reste-t-il-langue-corse-1399083.html

3 La Corse étant une ile fortement marquée par l’interconnaissance, nous connaissions la plupart des familles interrogées.

4 Désormais INSEE.

5 « Une enquête sociolinguistique à Corte (Corse) », nous traduisons.

6 Il s’agit de la partie 3.2, au titre révélateur : « Quand l’école prend le relais d’une transmission en déclin », de la partie 5 qui s’intitule « La transmission familiale », et dans la partie 8, intitulée « Pratiques de la langue corse et pratique des langues en Corse », dont une sous-partie est consacrée à la famille.

7 A Cispra, revue politique et culturelle bilingue, ne connut qu’un seul numéro, en 1914, mais aura un rôle prépondérant pour l’avenir de la langue corse et des idées nationalistes.

8 Nous pensons ici, par exemple, au journal A tramuntana fresca è sana, première prose journalistique en langue corse parue en 1896.

9 Dans cet article, les éléments relevés n’apparaitront pas notamment parce qu’il était difficile de corréler la compétence des enfants aux évaluations formelles proposées.

10 Malgré son appellation « bilingue », ce type de parcours reste majoritairement francophone, notamment en ce qui concerne les contextes de communication qui ne sont pas purement scolaires (discussions entre amis dans la cour de récréation, communications avec le personnel encadrant…).

11 Sigle permettant de rendre anonyme les enquêtés. La première lettre, Z, correspond à « enfant », la seconde lettre à la famille, le chiffre permet de distinguer les enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marina Branca et Nicolas Sorba, « Un siècle d’évolution de la transmission intergénérationnelle du corse »Glottopol [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 04 avril 2023, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/3179 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.3179

Haut de page

Auteurs

Marina Branca

Marina Branca est doctorante à l’Università di Corsica, membre de l’UMR CNRS 6240 LISA. Sa recherche s’intéresse principalement aux dynamiques actuelles des locuteurs du corse à travers une analyse sociolinguistique. Il s’agit de cerner qui sont ces locuteurs aujourd’hui et quels sont les enjeux de leur corsophonie.

Nicolas Sorba

Nicolas Sorba, vice-doyen de la faculté des lettres langues sciences humaines et sociale de l’Università di Corsica, directeur du département LANSAD, est maître de conférences, membre de l’UMR CNRS 6240 LISA. Il est sociolinguiste, spécialiste des dynamiques des langues , plus précisément, des processus normatifs et de standardisation.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search