Skip to navigation – Site map

HomeNuméros38Compte-rendu : Pujol Berché Mercè...

Compte-rendu : Pujol Berché Mercè (Coord.), Le langage au carrefour des disciplines

2020, Perpignan : Presses Universitaires de Perpignan, 439 p.
Sandra Pérez-Ramos
Bibliographical reference

Pujol Berché Mercè (Coord.), 2020, Le langage au carrefour des disciplines. Hommage au professeur Christian Lagarde. Perpignan : Presses Universitaires de Perpignan, 439 p.

Full text

  • 1 Extrait de l’entretien avec COUFFIGNAL, LENORMAND et LESPOUX, 2013.

Ce que je crois, c’est qu’il y a des structures qu’il faut investir dès qu’on le peut sur le plan militant. Ensuite, il faut trouver une façon de ne pas renoncer à ses convictions tout en étant recevable : cela demande un effort de communication et de formalisation. Et puis il y a la formation des esprits. (Christian Lagarde, 20171).

1Comme Christian Lagarde nous l’a appris : il y a toujours un point de rencontre où les langues et les cultures différentes convergent. C’est pourquoi il ne pouvait y avoir de meilleure approche et façon pour lui rendre hommage que de réaliser cet ouvrage collectif : Le langage au carrefour des disciplines. Il rassemble un total de vingt-deux contributions autour de six axes thématiques correspondant aux pistes de réflexions que le professeur a suivies tout au long de sa carrière professionnelle.

2Après un préambule rédigé par Immaculada Fàbregas i Alegret et un portrait professionnel du professeur écrit par Marcè Pujol Berché, nous trouvons l’introduction intitulée « Christian Lagarde, o una serie de encuentros con las lenguas mediterráneas », dans laquelle l’auteure, Isabel Vázquez de Castro, mêle un récit constitué d’expériences antérieures dans l’enseignement des langues et sa rencontre avec Lagarde. L’auteure aborde les problèmes qu’affrontent les langues minoritaires dans l’enseignement, en se référant à un des derniers articles du professeur, intitulé L’« unité du sujet » et la citoyenneté, comme objectifs de l’enseignement institutionnel des langues-cultures en France ? (2018).

3Cette contribution ouvre le premier bloc thématique consacré aux « Écritures bilingues ». Marie-Claire Zimmermann l’introduit par sa contribution sur Carles Duarte i Montserrat et l’analyse des poèmes contenus dans son œuvre Memòria de la Llum (2016), dans laquelle elle étudie le symbolisme et l’architecture des paysages catalans à travers la poésie. Dans le même ordre d’idées, la contribution de Marie Grau explore les archives du poète Jordi Pere Cerdà (1920-2011), lauréat du Prix d’honneur des Lettres catalanes, pour expliquer le chemin semé d’embûches qu’il a suivi pour auto-traduire ses œuvres, en raison des impositions et des corrections, tant linguistiques que politiques, auxquelles il a été soumis, et offre des données intéressantes sur son parcours personnel et son implication dans la défense du catalan. De son côté, Estrella Massip i Graupera analyse le multilinguisme dans les poèmes de Ponç Pons (1956-) : un poète polyglotte qui défend la richesse des langues et de la culture au-delà de la patrie. La chercheuse explore également le caractère évolutif de ses ouvrages et sa forte conviction politique à travers sa dénonciation de l’Espagne franquiste.

4La contribution de Françoise Jouanna sur l’écriture bilingue de l’écrivain Eduardo Mendoza clôt cet axe, en nous proposant une étude de l’intertextualité dans plusieurs romans et leurs incursions bilingues.

  • 2 Centre de Recherches sur les Sociétés et Environnements en Méditerranée, EA, 7397 : https://cresem. (...)

5La deuxième partie, intitulée « Interdisciplinarité entre linguistique et littérature », porte principalement sur l’étude du folklore catalan et occitan. Dans la contribution de Martine Berthelot, la chercheuse nous explique qu’il a été possible de récupérer des textes et d’étudier la transmission orale et écrite de la poésie catalane grâce à la création d’une nouvelle ligne de recherche sur le folklore populaire au sein du CRESEM2 pendant la période où le professeur Lagarde était responsable de l’axe « Langages et identités ». Berthelot offre une explication chronologique exhaustive des événements du Roussillon et, en outre, retrouve les traces des pionniers qui se sont consacrés à la collecte du matériel : parmi eux, nous pouvons mentionner le travail de Pierre Vidal (1848-1929) et de Jordi Pere Cerdà (1920-2011) et celui d’une femme, Simona Gay (1898-1968), tous trois promoteurs de cette transmission nécessaire du patrimoine culturel catalan. Ensuite, Maria Llombart Huesca étudie la réception en France des célèbres festivals de poésie appelés les Jocs Florals durant la période d’exil. Pendant la dictature de Franco, toutes ces manifestations artistiques en langue catalane ont été interdites, y compris les Jocs Florals, bien que le festival soit resté vivant dans d’autres villes françaises comme Montpellier, Paris, Perpignan, Toulouse et Marseille. Llombart Huesca étudie donc la réception et l’accueil de ces festivités durant la période du 1946 à 1967, et plus particulièrement les relations entre les intellectuels et les littéraires ainsi que l’évolution et l’implication entre la culture occitane, roussillonnaise et catalane. La troisième et dernière contribution de cette section porte sur la poétesse occitane Ana-Maria Ponrouch-Petit (1905-1977) qui est présentée par Immaculada Fàbregas i Alegret. Elle y examine sa vie et sa production littéraire à travers un tableau qui inventorie sa production écrite. En outre, Fàbregas i Alegret fait une étude chronologique de sa vie et une étude graphique de l’écriture de ses poèmes. Nous tenons à souligner l’importance d’études au sein desquelles les femmes artistes sont rendues visibles. C’est surtout au sein de ce contexte plurilinguistique, comme l’indiquent Godayol et Bacardí (2016 : 2016), qu’il est possible de redonner de la perspective à un collectif féminin qui a été victime d’une double discrimination : d’une part, en raison de la langue minorisée dans laquelle elles écrivent et publient et, d’autre part, parce qu’elles sont des femmes.

6La troisième section, centrée sur l’axe « Langue et discours », commence par la contribution de Carmen Pineira Tresmontant, dans laquelle la chercheuse analyse huit discours de Noël prononcés par Juan Carlos I et Felipe VI. Dans cette étude, Pineira Tresmontant se concentre sur l’étude comparative des occurrences lexicales et l’approche que chacun leur donne, démontrant une nette différence de style (plus indirect et insaisissable dans le cas de Juan Carlos I et plus direct et précis dans le cas de son fils), bien qu’en fin de compte ils partagent le même objectif communicatif qui est de convaincre la société d’adhérer à des valeurs morales. D’un point de vue historico-linguistique, Gilbert Fabre réalise une étude sur la permanence du calque arabe « Sierra Nevada » par rapport à l’oronyme français « Mont-Blanc », en traitant l’évolution et la transmission des termes parmi l’évolution de la langue. La troisième contribution qui clôt cette section est celle de José Carlos de Hoyos, qui réalise une étude diachronique de l’évolution du lexique économique, à partir des traductions du Traité de l’Économie politique (1803) et, plus particulièrement, de l’Épitomé de Jean Baptiste Say (1767-1832) et du Glossary tiré de l’ouvrage de Principles of Economics (1997) de Gregory Mankiw (1958-). Le chercheur utilise la méthode comparative pour extraire les occurrences lexicales et produit des graphiques illustratifs basés sur des statistiques détaillées. De Hoyos classe également les unités linguistiques en fonction de leur conformation, et cette étude contrastive permet de vérifier l’influence du monde anglo-saxon sur la construction du lexique économique à partir du XXe siècle.

7La partie suivante, le quatrième axe intitulé « Au croisement de l’occitanisme et du catalanisme », se concentre sur l’influence et la confluence de ces langues et cultures sous plusieurs angles différents. Dans son étude, Michel Camprubí examine l’influence du castillan sur le catalan dans le langage journalistique d’El Punt-Avui. Le chercheur fournit la correction grammaticale et l’explication de nombreux extraits journalistiques en catalan qui ont souffert de certains calques du castillan (comme le cas de « antes de que » qui est utilisé sans la préposition « de » en catalan : « abans que »), en raison de la grande proportion d’usage que le castillan a prise en Catalogne, surtout parmi les médias audiovisuels et l’éducation. Pour sa part, Georg Kremnitz réalise une étude historique et politique de l’évolution territoriale et terminologique de la région récemment baptisée « Occitanie ». D’une part, Kremnitz fournit un aperçu historique avant l’arrivée en 2016 de la réforme menée par l’ancien président François Hollande et il y analyse le problème identitaire que ce terme crée en excluant la Catalogne du Nord. Dans la lignée de la représentation occitane, nous trouvons une étude de nature ethno-sociolinguistique dans laquelle l’auteur, Henry Boyer, examine l’imaginaire de la langue occitane dans la société à travers une étude de la publicité commerciale. Le chercheur souligne que, de nos jours, malgré la faible pratique de l’occitan, le langage publicitaire occitan reste quant à lui particulièrement actif lorsqu’il s’agit entre autres de revendiquer la marque locale. La contribution de Dominique Bernardó conclut cet axe thématique par une étude historique détaillant la fondation en 1972 du Centre Pluridisciplinari d’Estudis Catalans (C.P.E.C.), en réalisant un aperçu historique et évolutif de l’institution. Bernardó aborde les différentes difficultés que cette institution a traversées tant sur un plan financier (le manque d’aides et la collaboration ultérieure avec la Fundació Bofill pour financer les frais) que sur un plan évolutif (la création des premières publications d’Història ací en décembre 1974).

8La cinquième section est entièrement consacrée à la sociolinguistique et commence par une contribution de Marcè Pujol Berché qui réalise une étude sur la situation actuelle de la langue catalane en Catalogne à travers une enquête quantitative rigoureuse. En premier lieu, la chercheuse examine les statuts et les dispositions législatives en guise d’introduction ; en second lieu, elle présente graphiquement les chiffres des locuteurs catalans afin d’étudier, en troisième lieu, la diversité de la population et les divers usages linguistiques. Enfin, en quatrième lieu, Pujol Berché étudie les réponses, opinions et attitudes manifestées par la population interrogée. Les résultats montrent que l’utilisation du castillan n’a pas diminué (contrairement à ce qu’ils voudraient faire croire les partis de droite et centristes). Ce sont les jeunes qui ont souvent l’initiative d’utiliser le catalan pour engager une conversation orale, mais ils utilisent le castillan pour les conversations écrites. Il s’avère donc essentiel que les enfants reçoivent une scolarisation intègre en catalan dès l’école maternelle afin qu’ils sachent communiquer dans cette langue tant oralement que par écrit. En parlant justement de l’urgence éducative du catalan, Christelle Burban jette un regard historique sur l’importance de l’enseignement catalan car il constitue un grand moyen d’intégration sociale. Cependant, comme l’indique la chercheuse, la politique linguistique contre le catalan s’est durcie en raison de l’émergence de nouveaux partis conservateurs tels que Ciutadans ou pendant le gouvernement de Rajoy (2012-2018). En conséquence, Christelle Burban propose de renforcer le modèle éducatif immersif pour le protéger de ce type de politique nationaliste-espagnole qui le met en péril. D’un point de vue externe, Elena Grínina étudie la sociolinguistique catalane et russe, en mentionnant pour la catalane la vaste littérature scientifique apportée par le professeur Lagarde au monde de la sociolinguistique. Parallèlement, Grínina examine l’histoire de la Catalogne depuis le XIIe siècle, en soulignant le tournant que représente la politique centriste de Felipe II (1556-1582), le déclin linguistique qui s’ensuit au XVIIIe siècle et l’injuste censure imposée par le dictateur Franco. En outre, la chercheuse analyse la situation particulière du Vall d’Aran et de l’Occitanie. Pour finir cette section, Presentació Tor consacre son chapitre à la situation linguistique en Andorre. Dans ce pays, le catalan est la langue officielle, mais le castillan est la langue véhiculaire la plus utilisée par la population immigrée. Face à cette situation, Tor explique la nécessité impérative d’orienter la politique linguistique vers la protection du catalan en tant que langue officielle de l’État.

9Dans la sixième et dernière partie, intitulée « Conflit linguistique et glossopolitique », Carmen Alén Garabato analyse la situation de la langue aragonaise dans la communauté autonome d’Aragón et de la langue asturienne dans la communauté des Asturies. Ces langues ne bénéficient pas d’un statut de co-officialité, comme c’est le cas pour le catalan et le galicien : les langues co-officielles voisines. Par conséquent, la chercheuse analyse certains manifestes parus dans les deux communautés pour les revendiquer et éviter qu’elles ne soient noyautées ni par le galicien ni par le catalan. Dans la même optique territoriale, politique et linguistique, Jorge Gagiao y Conde analyse le débat conceptuel et juridique entre le Principe des Droits Linguistiques (PPL) et le Principe de Territorialité Linguistique (PTL) à travers les concepts de « liberté » et de « coercition » qui sont intrinsèques à chaque principe. Enfin, Juan Jiménez-Salcedo montre certains indicateurs éducatifs au sein des politiques linguistiques d’Andorre, de la Catalogne et du Roussillon qui font que le catalan n’est pas la principale langue véhiculaire de ces territoires, et il réalise également une analyse comparative des différences actuelles afin de donner quelques pistes sur le maintien effectif du catalan dans le milieu de la communication publique.

10Pour conclure, les six axes qui composent cet ouvrage offrent un matériel riche, diversifié et étendu. Du point de vue de la macrostructure, il s’agit donc d’un manuel présentant sous de nombreux angles : la littérature bilingue, la transmission du patrimoine culturel, la linguistique diachronique et synchronique, la sociolinguistique, les politiques linguistiques, parmi beaucoup d’autres. En termes de microstructure, Le langage au carrefour des disciplines est un ouvrage clé pour comprendre et étudier la situation actuelle du catalan et de l’occitan. En d’autres termes, c’est un livre qui reflète fidèlement les valeurs et le combat de recherche que Christian Lagarde a toujours défendus. Par ailleurs, son héritage intellectuel est visible dans les nombreuses citations, références bibliographiques et anecdotes personnelles que les chercheuses et chercheurs ont utilisées dans leurs contributions. Nous saluons donc cette initiative très réussie, ainsi que l’excellent travail de recherche qui sous-tend ce manuel et qui sera, sans aucun doute, d’une grande utilité pour la communauté scientifique. Enfin, nous souhaiterions, parmi la présente recension, nous joindre modestement à cet hommage bien mérité tant au professeur, Christian Lagarde, qu’aux langues minorisées et aux enjeux linguistiques actuels.

Top of page

Bibliography

BACARDÍ I TOMÀS, Montserrat, GODAYOL NOGUÉ, Pilar, 2016, « Fourfold subalterns: Catalan, women, translators, and theorists », Journal of Iberian and Latin American Studies, 22 : 3, 215-227.

COUFFIGNAL, Gilles, LENORMAND, Marc et LESPOUX, Yan, 2017, « Les langues minoritaires à l’école : de la critique de l’aliénation à la resocialisation linguistique. Entretien avec Christian Lagarde », Tracés. Revue de Sciences humaines. En ligne, consulté le 21 juillet 2022 : http://journals.openedition.org/traces/5859.

LAGARDE, Christian, 2018, « L’« unité du sujet » et la citoyenneté, comme objectifs de l’enseignement institutionnel des langues-cultures en France ?», Les Langues Modernes, Association des professeurs de langues vivantes (APLV), En ligne, consulté le 21 juillet 2022 : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02123052/

Top of page

Notes

1 Extrait de l’entretien avec COUFFIGNAL, LENORMAND et LESPOUX, 2013.

2 Centre de Recherches sur les Sociétés et Environnements en Méditerranée, EA, 7397 : https://cresem.univ-perp.fr/

Top of page

References

Electronic reference

Sandra Pérez-Ramos, “Compte-rendu : Pujol Berché Mercè (Coord.), Le langage au carrefour des disciplines”Glottopol [Online], 38 | 2023, Online since 01 January 2023, connection on 19 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/glottopol/3460; DOI: https://doi.org/10.4000/glottopol.3460

Top of page

About the author

Sandra Pérez-Ramos

Université de Caen – Normandie

Top of page

Copyright

CC-BY-4.0

The text only may be used under licence CC BY 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search