Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Compte-rendusCompte rendu : Salih Akin, Introd...

Compte-rendus

Compte rendu : Salih Akin, Introduction à la linguistique kurde

2023, éditions Lambert-Lucas, Limoges, 320 p.
Louis-Jean Calvet
Référence(s) :

Salih Akin, 2023, Introduction à la linguistique kurde, éditions Lambert-Lucas, Limoges, 320 p.

Texte intégral

1Dans le titre de l’ouvrage de Salih Akin, Introduction à la linguistique kurde, l’adjectif peut avoir deux sens, désignant soit une linguistique qui travaille sur des terrains kurdophones (une linguistique du kurde) soit une théorie linguistique qui serait proprement kurde, comme on a parlé à une époque de sociolinguistique catalane. En fait il s’agit un peu des deux. Dès l’avant-propos l’auteur esquisse une liste des thèmes qu’il abordera : le kurde (et les Kurdes) dans l’espace et le temps, la transcription alphabétique de la langue, les variations morphosyntaxiques et lexicales, les discours sur le kurde, les toponymes, l’espace et le pouvoir, etc. Il s’agit donc, comme il l’écrit, d’un « éventail de recherches linguistiques et sociolinguistiques », et je n’aborderai ici que la partie sociolinguistique de ce travail.

2Mais la sociolinguistique y est partout, en particulier parce que l’histoire de cette langue a construit l’originalité de sa situation. Pour nous en tenir à l’histoire récente, c’est il y a un siècle (1923) que le traité de Lausanne, définissant les frontières de la Turquie, entérine du même coup la division géographique des kurdophones, principalement entre quatre pays, l’Irak, l’Iran, la Syrie et la Turquie, constituant une aire continue (le Kurdistan) découpée en tranches par les frontières. Parlé, sous différentes formes dialectales, par environ 40 millions de locuteurs selon Akin (60 millions selon Wikipedia…), le kurde est donc une langue minorée par cette division géographique, situation comparable à celle du peul en Afrique occidentale, parlé du Cameroun à la Mauritanie dans une dizaine de pays, partout minoritaire mais parlé par près de 25 millions de personnes. Mais le kurde est aussi une langue de diaspora parlée dans plus de dix pays européens (dont environ 900 000 locuteurs en Allemagne). Il est co-officlel en Irak et au Rojava (région autonome au Nord de la Syrie), sans statut ailleurs : langue minorée, donc, mais aussi langue dominée, voire niée en particulier en Turquie. Akin décrit à ce propos (pp 213 et suivantes) la façon dont la kurdité est occultée par des artifices sémantiques : on parle dans le discours officiel turc des « citoyens dans l’Est de la Turquie », le terme « kurde » est devenu synonyme de « séparatiste », voire de « terroriste », etc. Et cette occultation mène à un paradoxe : « comment interdire l’usage d’une langue sans la nommer, puisque son nom même est frappé de censure ? » (p. 165), paradoxe décrit avec soin dans une analyse des textes juridiques turcs, dans lesquels cette langue fantôme est métaphoriquement reléguée dans un ensemble vague, « les autres langues que le turc » (pp 166-171).

  • 1 Une petite erreur, ou imprécision se glisse dans une note de bas de page 269. Akin explique le sigl (...)

3Cette non nomination du kurde s’accompagne d’une renomination de lieux kurdes, dont le meilleur exemple est celui de Kobané, ville attaquée en 2014 par Daech1 et défendue victorieusement par les Kurdes. Le village d’origine s’est développé lorsque la Baghdad Railway Company y installe une gare au début du 20ème siècle et les Kurdes l’appelleront Kobané, adaptation phonétique de Company. Les Turcs pour leur part la baptisent Arab Pinar (« source arabe ») parce que les bergers arabes y faisaient boire leurs troupeaux, appellation qui sera traduite en arabe (aïn el arab) et que les djihadistes transformeront en aïn al-islam (« source de l’Islam). Akin décrit la façon dont, dans cet imbroglio toponymique, la presse française a rendu compte de cette bataille. Dans les titres comme dans le corps des articles, la ville est d’abord nommée aïn el arab avec, entre parenthèses (Kobané en kurde). Puis Kobané apparait dans les titres, avec parfois entre parenthèses la mention (Aïn el arab en arabe) ou (nom kurde d’Aïn el arab), et enfin Kobané apparait seul, le nom kurde supplantant le nom arabe au fur et à mesure que la résistance des Kurdes à l’Etat islamiste s’affirme et qu’ils recueillent la sympathie ou l’admiration des pays étrangers (pp 272-287). Il y a là plus qu’une simple anecdote, car cette évolution nous montre que le respect des mots de l’autre (anthroponymes, toponymes, odonymes, etc.) est proportionnel au respect que l’on porte à cet autre ou qu’il impose.

4Mais l’originalité de la situation sociolinguistique du kurde et des Kurdes tient aussi, paradoxalement, à leur dispersion. Salih Akin analyse en effet longuement les efforts de planification linguistique : néologie, emprunts, standardisation de l’orthographe, etc. Il s’agit essentiellement des travaux du « séminaire kurmanji » (le kurmanji est la variété de kurde sur laquelle Akin s’appuie surtout) et du « groupe Vate », le premier travaillant à Paris et le second en Suède. Il s’agit donc d’une politique linguistique militante agissant dans la diaspora, les Kurdes du Kurdistan ayant bien sûr d’autres préoccupations pour l’instant. Contrairement aux militants des langues minoritaires (ou minorées, ou régionales) en France qui réclament surtout que l’état prennent des mesures, les militants de la diaspora kurde ne peuvent, pour l’instant, que compter sur eux-mêmes, en attendant, peut-être, des jours meilleurs.

5Je n’ai fait dans ces lignes qu’aborder quelques points du livre de Salih Akin qui propose un point de vue beaucoup plus large, et plus profond, de ce qu’il appelle la « linguistique kurde ».

Haut de page

Notes

1 Une petite erreur, ou imprécision se glisse dans une note de bas de page 269. Akin explique le sigle Daech par la formule arabe ad-dawla al-islamiya , « état islamique », ce qui ne rend pas compte du ech final, alors que  الدولة الاسلامية في العراق والشام, ad-dawla al-islāmiyya fi-l-ʿirāq wa-š-šām, « État islamique en Irak et dans le cham », que l’on retrouve dans le sigle anglais ISIS ((Islamic State of Iraq and Sham) précise mieux son implantation et son projet géographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis-Jean Calvet, « Compte rendu : Salih Akin, Introduction à la linguistique kurde »Glottopol [En ligne], 39 | 2023, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/4248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.4248

Haut de page

Auteur

Louis-Jean Calvet

Université d’Aix-Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search