Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33Dossier thématiqueQuelle langue pour la recherche n...

Dossier thématique

Quelle langue pour la recherche neurolinguistique française ?

Marc Arabyan

Résumé

Le dépouillement statistique des bibliographies des actes de la journée d'étude ASL 2015 "Sciences du langage et neurosciences" fait apparaitre que 92 % des sources des laboratoires du CNRS travaillant en neurosciences et particulièrement en neurolinguistique sont en anglais. Le classement de ces sources par auteurs, par équipes de recherche, par supports (revues, ouvrages de librairie), par éditeur et par année de publication montre que la recherche française dans ces domaines est devenue totalement dépendante de la langue anglaise (des USA), ce qui pose le problème de sa pertinence dans la concurrence scientifique mondiale et de sa crédibilité aux yeux des Français eux-mêmes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’Association des Sciences du Langage (ASL) a donné en 2015 à sa journée biennale d’étude le thème de « Sciences du langage et neurosciences », et j’en ai publié les Actes aux Éditions Lambert-Lucas en décembre 2016. La lecture de ces Actes m’a causé une très déplaisante impression dans la mesure où elle m’a permis de constater que 72 % de la bibliographie en est en langue anglaise – 92 % si l’on s’en tient aux sources citées par les équipes invitées (v. infra).

  • 1 On compte en France d’après le site du CNRS, sauf erreur ou omission de ma part, une quinzaine de l (...)

2Le but de cette communication est de prouver par des données chiffrées tirées d’un corpus pertinent dont l’autorité scientifique et la représentativité académique sont indiscutables – corpus sous la forme numérique duquel je suis le seul chercheur à pouvoir accéder en ma qualité d’éditeur – que le rapport de forces entre sources de langue française et sources de langue anglaise joue nettement en faveur de l’anglais. La France possède des laboratoires de recherche en neurologie linguistique équipés des technologies d’observation suffisantes (tomographie par émission de positrons, imagerie par résonance magnétique fonctionnelle, électroencéphalographie dynamique, etc.) pour faire de la recherche...1 Mais en quelle langue ?

  • 2 Au risque de répéter fastidieusement « langue anglaise » et « langue française », il convient de bi (...)

3Les Actes de l’ASL 2015 en question se composent d’une introduction et de onze contributions, chacune accompagnée de ses références bibliographiques. Je ne m’occuperai que de ces dernières. On verra que les Français repérables parmi les signataires et cosignataires des travaux cités ne publient qu’en anglais. Ce qui est d’ailleurs immédiatement remarquable dans ce volume, c’est d’une part qu’il est exceptionnellement écrit en français, et d’autre part que les huit articles émanant des équipes de recherche en sciences neurologiques et en sciences cognitives invitées ne sont pour l’essentiel que des recensions (angl. « reviews ») de recherches américaines. Est-ce un effet du genre « journée d’étude » ? Sans doute. Mais comme on le verra plus loin, la différence entre publications en français et publications en anglais est telle qu’on ne peut pas y trouver autre chose qu’un fidèle et bien involontaire reflet des tendances actuelles2.

1. Que trouve-t-on dans ces bibliographies ?

4La Tableau 1 présente les 12 chapitres du livre (une introduction codée 0 et onze contributions numérotées de 1 à 11), leur auteur (ou premier auteur), leur titre et le nombre de références bibliographiques citées en annexe « Références » (pour des identifications plus précises, v. en fin d’article le sommaire du volume).

Tableau 1. Distribution des références bibliographiques dans le volume

Code

Auteur

Titre (très résumé)

Nbre de réf.

0

Rabatel

Introduction

12

1

Perrone-Bertolotti

Organisation cérébrale du langage

82

2

Bachrach

Syntaxe et prosodie IRMf

49

3

Cauvet

Musique et langage ICF

40

4

Sprenger-Charolles

Neuro-imagerie de la dyslexie

32

5

Altarelli

Imagerie anatomique de la dyslexie

75

6

Perret

Électroencéphalographie de l’écrit

23

7

Gayraud

Locked-in syndrome et écrit

42

8

Köpke

Aphasie des bilingues et multilingues

44

9

Bergounioux

Histoire de la linguistique clinique

58

10

Perrin

L’esprit dans le langage

22

11

Bottineau

Énaction et neurosciences

41

Total

520

5Ce Tableau 1 donne une vue d’ensemble du nombre des travaux cités en bibliographie toutes catégories confondues (articles, revues et livres, travaux soumis et à paraître, thèses de doctorat et mémoires d’orthophonie) à la date de remise des contributions pour publication en juin 2016. Le corpus compte 520 références, nombre suffisant pour une approche statistique.

  • 3 On verra plus loin qu’il y a pratiquement autant de références que d’occurrences dans ce corpus.

6Comme seules ces 520 références m’intéressent3, je ne détaillerai pas le contenu des contributions en tant que « sources de sources » et je n’analyserai pas la composition du volume lui-même. Ces points particuliers ne concernent pas mon propos.

7Sachant que seules deux langues sont massivement présentes, d’une part le français et d’autre part, très majoritairement, l’anglais, le Tableau 2 permet de comparer la part de ces deux langues dans les références de chaque contribution.

8Les sources de langue française représentent 27 % (137 / 520) des travaux cités ; les sources en langue anglaise 72 % (376 / 520). Le 1 % de références restant va à des langues tierces, italien et allemand.

Tableau 2. Nombre de titres en langues anglaise et française

Code

Auteur

Nbre total de réfs

Nbre de réfs en langue anglaise

Nbre de réfs en langue française

0

Rabatel

12

0

12

1

Perrone-Bertolotti

82

76

6

2

Bachrach

49

49

0

3

Cauvet

40

40

0

4

Sprenger-Charolles

32

28

4

5

Altarelli

75

73

2

6

Perret

23

20

3

7

Gayraud

41

29

12

8

Köpke

44

37

7

9

Bergounioux

52

8

44

10

Perrin

22

1

21

11

Bottineau

41

15

26

Total

513

376

137

9La différence entre les totaux du tableau 1 (520) et du tableau 2 (513) tient à la présence de six titres en allemand et d’un titre en italien (par ordre chronologique de parution, ce sont six titres cités par Bergounioux et un, le dernier, par Gayraud) :

Franz Bopp, Über das Conjugationssystem der Sanskritsprache..., 1816

Carl Wernicke, Der aphasische Symptomenkomplex, 1874 ;

Hermann Paul, Principien der Sprachgeschichte, 1880 ;

Jean-Martin Charcot, Differenti forme d’afasia, Milano, F. Vallardi, 1884.

Wilhelm Wundt, Völkerpsychologie Band I, 1900 ;

Sigmund Freud, Der Witz und seine Beziehung zum Unbewussten, 1905

Arnild Pick, Die agrammatischen Sprachstörungen... 1913.

10Toutes ces références de culture linguistique générale sont antérieures à la Première Guerre mondiale (v. infra, § 5, « Aspects diachroniques »). Les Allemands d’aujourd’hui sont logés à la même enseigne que les Français. Ils publient en anglais. Tel est pour n’en donner qu’un exemple le cas de :

Heinz Wimmer, “The Early Manifestation of Developmental Dyslexia: Evidence from German Children”, Reading and Writing, n° 8, 1996, p. 171-188.

Il en va de même pour les Italiens, les Catalans, etc., avec les cas suivants :

Salvatore Aglioti, Alberto Beltramello, Flavia Girardi and Franco Fabbro, “Neurolinguistic and Follow-up Study of an Unusual Pattern of Recovery from Bilingual Subcortical Aphasia”, Brain, n° 119, 1996, p. 1551-1564.

Carme Junqué, Pere Vendrell and Josep Maria Vendrell, “Differential Impairments and Specific Phenomena in 50 Catalan-Spanish Bilingual Aphasic Patients”, in M. Paradis (ed
.), Aspects of Bilingual Aphasia, Oxford, Pergamon Press, 1995, p. 177-209.

11Le Tableau 2 montre aussi que plus l’article compte de références, plus celles de langue anglaise sont nombreuses. D’où l’on peut conclure que la « profondeur » des sources citées est liée à l’emploi de la langue anglaise. Corolairement, moins une contribution cite de sources et plus ces sources sont en langue française. J’appelle « profondeur » d’une source la précision et l’originalité de sa visée scientifique : le champ embrassé est d’autant plus restreint que l’intensité théorique et méthodologique est forte. Un bon indicateur de profondeur est la fréquence des citations d’ouvrages publiés chez Odile Jacob, premier éditeur scientifique « grand public » français (Tableau 3). Plus les ouvrages de cet éditeur sont cités, plus la contribution où ils figurent est synthétique (c’est d’ailleurs une obligation du genre pour l’introduction d’Alain Rabatel).

Tableau 3. Présence de l’éditeur Odile Jacob

Code

Auteur

Nbre de réf.

Nbre de réfs Odile Jacob

0

Rabatel

12

4

1

Perrone Bertolotti

82

0

2

Bachrach

49

0

3

Cauvet

40

0

4

Sprenger-Charolles

32

1

5

Altarelli

75

0

6

Perret

23

0

7

Gayraud

42

0

8

Köpke

44

0

9

Bergounioux

58

0

10

Perrin

22

6

11

Bottineau

41

1

Total

520

12

12Le Tableau 2 montre encore un autre trait du corpus : c’est que quatre contributeurs (Rabatel, Bergounioux, Perrin et Bottineau) comptent à eux seuls 110 des 137 titres français (soit 80 %). Cela biaise évidemment la statistique : si je les excluais de cette étude pour ne m’intéresser qu’aux citations de neurolinguistique et de sciences cognitives plutôt qu’à celles de linguistique générale, resteraient 27 titres pour un total de 410, soit 6,5 % des sources citées. Statistiquement, cela signifie que 383 sources, soit 92 % des références venant des laboratoires de recherche du CNRS, sont de langue anglaise.

  • 4 Plus exactement, il est impossible de faire de la recherche autrement qu’en anglais.

13Last but not least, le Tableau 2 montre qu’il est possible de faire de la recherche en neurolinguistique sans lire autre chose que de l’anglais4 : 2 contributeurs sur 8 (on notera qu’il s’agit d’équipes : Bachrach et alii et Cauvet et alii) ne citent aucune source de langue française, et les 6 autres (trois écrivant seuls : Sprenger-Charolles, Altarelli, Köpke, et trois écrivant à deux : Perrone-Bertolotti & Baciu, Perret & Olive, Gayraud & Rode) ne citent que 3,5 titres français.

14Ces six contributions citent en français les 32 travaux suivants, ici classés par ordre alphabétique du (premier) signataire :

  • 5 Auteurs allemands, de l’Université de Berlin (RDA).

Jean-Marie Annoni, « Langage et spécialisation hémisphérique », Revue de neuropsychologie, n° 12 (2), 2002, p. 275-317.

Claire Blanche-Benveniste, « De la rareté de certains phénomènes syntaxiques en français parlé », Journal of French Language Studies, n° 1(5), 1995, p. 17-31.

Patrick Bonin, Psychologie du langage. La fabrique des mots : Approche cognitive, Bruxelles, De Boeck Université, 2013.

Patrick Bonin, Alain Méot, Lydie Aubert, Nathalie Malardier, Paula Niedenthal et Marie-Christine Capelle-Toczek, « Normes de concrétude, de valeur d’imagerie, de fréquence subjective et de valence émotionnelle pour 866 mots », L’Année psychologique, n° 103 (4), 2003, p. 655-694.

Pierre Coirier, Daniel Gaonac’h et Jean-Michel Passerault, Psycholinguistique textuelle. Approche cognitive de la compréhension et de la production des textes, Paris, Armand Colin, 1996.

Fabienne Collette et Éric Salmon, « Fonctionnement exécutif et réseaux cérébraux », Revue de neuropsychologie, n° 6 (4), 2014, p. 256-266.

(autocitation) Stanislas Dehaene, Ghislaine Dehaene-Lambertz, Edouard Gentaz, Caroline Huron & Liliane Sprenger-Charolles, 2011, Apprendre à lire : des sciences cognitives à la salle de classe, Paris, Odile Jacob.

Michel Fayol, Des idées au texte : psychologie cognitive de la production verbale, orale et écrite, Paris, PUF, 1997.

(autocitation) Frédérique Gayraud, Le Développement de la différenciation oral/ écrit vu à travers le lexique, thèse de doctorat de l’Université Lyon 2, 2001.

(autocitation) Vanessa Guilhem, Sabrina Gomes, Katia Prod’homme et Barbara Köpke, « Le Screening BAT : un outil d’évaluation rapide disponible en 8 langues et adaptable à toutes les langues du BAT », Rééducation orthophonique, n° 253, 2013, p. 121-142.

Joseph B. Hellige, « Spécialisation hémisphérique : données récentes », Revue de neuropsychologie, n° 12 (1), 2002, p. 7-49.

Agnes Kipffer-Piquarda, Étude longitudinale prédictive de la réussite et de l’échec spécifiques à l’apprentissage de la lecture (suivi de 85 enfants de 4 à 8 ans), thèse de doctorat de l’Université Paris 7 Denis Diderot, 2003.

(autocitation) Régine Kolinsky, Jose Morais, Laurent Cohen, Ghislaine Dehaene-Lambertz et Stanislas Dehaene, « L’influence de l’apprentissage du langage écrit sur les aires du langage », Revue de Neurospychologie, 6 (3), 2014, p. 173-181.

(autocitation) Barbara Köpke, « Bilinguisme et aphasie », Rééducation orthophonique, n° 253, 2013, p. 5-30.

Alice Krieg-Planque, Analyser les discours institutionnels, Paris, Armand Colin, 2012.

Lise Lapierre, « Le participe passé et le système participial en français », Initial(e)s, n° 15, 1996, p. 42-68.

Pierre Lecocq, Apprentissage de la lecture et dyslexie, Bruxelles, Mardaga, 1991.

Jean-Luc Nespoulous, « Sémantique et aphasie – Approche neuropsycholinguistique des processus cognitifs / linguistiques de haut niveau », Langages, n° 201, 2016, p. 111-127.

Jean-Luc Nespoulous et Jacques Virbel, « Apport de l’étude des handicaps langagiers à la connaissance du langage humain », Parole, n° 29-30, 2004, p. 5-42.

(autocitation) Cyril Perret, « Stratégie alternative aux tests statistiques d’hypothèses : avantages et réalisation des analyses bayésiennes », en préparation.

(autocitation) Cyril Perret et Laganaro Marina, « Dynamique de préparation de la réponse verbale et électroencéphalographie : une revue », L’Année psychologique, n° 113, 2013, p. 667-698.

(autocitation) Marcela Perrone, Émilie Cousin, Alin Baciu & Monica Baciu, « Modulation de la spécialisation hémisphérique du langage par le degré de transparence graphophonémique et le genre des participants », Revue de neuropsychologie, n° 1 (4) , 2009, p. 288-298.

(autocitation) Marcela Perrone-Bertolotti, Spécialisation hémisphérique et cartographie du langage chez le sujet sain et les patients épileptiques : effet des variables inter- et intra-individuelles. Evaluation comportementale, neuropsychologique et neurophysiologique (IRM fonctionnelle). Thèse de doctorat de l’Université Pierre Mendès France, Grenoble, 2011.

(autocitation) Marcela Perrone-Bertolotti, Gaëtan Yvert et Monica Baciu, « Évaluation de la réorganisation cérébrale du langage chez les patients épileptiques. Apport de la psychologie cognitive », Les Cahiers d’épilepsies, 2011, p. 9-14.

Annie Piolat, La Prise de notes (2e éd.), Paris, PUF, 2006.

Annie Piolat et Marie-Laure Barbier, « De l’écriture elliptique estudiantine : analyse descriptive de prises de notes et de brouillons », Langue française, n° 155, 2007, p. 84-100.

Peggy Quinette, Mickael Laisney, Jany Lambert, Solen Bocoyran, Francis Eustache et Béatrice Desgranges, « La mémoire de travail (MdT) et les Fonctions Exécutives (FE) dans l’aphasie », Annals of Physical and Rehabilitation Medicine, 05/2014, 57: e145.

Martin Riegel, Jean-Christophe Pelat et René Rioul, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF, 1994.

Halima Sahraoui, Contribution à l’étude des stratégies compensatoires dans l’agrammatisme. Approche neuropsycholinguistique de la performance de six locuteurs agrammatiques en production orale : caractérisation quantitative et fonctionnelle des variabilités, thèse de doctorat de l’Université Toulouse Jean-Jaurès, 2009.

Bérangère Vermes, Les Stratégies de communication spécifiques au patient aphasique trilingue. Étude de cas. De l'analyse en situation de communication à l'évaluation de ces stratégies, mémoire pour l’obtention du Certificat d’Orthophonie, Toulouse, 2010.

Pierre Villiard et Jean-Luc Nespoulous, « Théorie neuropsycholinguistique... Limites », Langages, n° 96, 1989, p. 21-31.

Egon Weigl et Manfred Bierwisch, « Neuropsychologie et neurolinguistique », Langages, n° 44, 1976, p. 4-17.5

15La plupart de ces signataires se retrouvent parmi les auteurs les plus souvent cités (v. infra), ce qui reflète la pratique qui consiste à se citer soi-même et à citer ses plus proches collègues le plus souvent possible. Non seulement on compte beaucoup d’autocitations dans ces sources françaises, mais aussi beaucoup de thèses et de mémoires et beaucoup de textes datant d’une vingtaine d’années (v. infra, § 5, « Aspects diachroniques »).

2. Livres et articles

16Le Tableau 4 montre quant à lui que les publications citées se répartissent entre :

  • articles plutôt en langue anglaise

  • livres plutôt en langue française.

On retrouve là l’effet de « profondeur » signalé plus haut.

17Cette distribution relève de la topologie : tout se passe comme si les contributions « de recherche » citaient plutôt des articles en anglais alors que les contributions « de vulgarisation » citaient plutôt des sources françaises. Il y a là une tendance qui peut amener le public, par le biais du journalisme scientifique notamment, à considérer que la science en français est une science de second niveau, une sous-science, en comparaison de la recherche de langue anglaise. Un cercle vicieux est visiblement amorcé dont les auteurs – les chercheurs français ou de langue française – ne semblent pas très conscients. On observe cependant que parmi les livres en français figurent des thèses de doctorat (ou des mémoires d’orthophonie) alors qu’aucune thèse anglaise ou américaine n’apparait comme telle dans le corpus. Il s’agit d’un effet de publication, les thèses et mémoires américains trouvant plus facilement à se publier que les travaux français. L’inversion des quantités du tableau 4 est à ce sujet significative : pour 52 périodiques et 9 éditeurs de langue anglaise, on a 6 périodiques et 14 éditeurs de langue française. Les Anglo-Américains sont donc beaucoup mieux équipés que les Français pour publier leurs travaux et l’édition scientifique de librairie y est plus concentrée.

Tableau 4. Répartition des articles et des revues dans les deux langues (d’après la liste des revues et des éditeurs donnée ci-dessous (§4), nombre d’occurrences > 1)

Langue

Périodiques

Maisons d’édition

anglais

52

9

français

6

14

Total

58

23

  • 6 Le marché mondial de la littérature scientifique de langue anglaise est probablement cent fois supé (...)

18Tant en matière de recherche que d’édition scientifique, on a affaire à des profils différents. Les Anglais, les Américains, les Canadiens, les Australiens... préfèrent signer à plusieurs (ils sont souvent cinq ou six signataires, voire plus) des articles là où les Français préfèrent la publication solitaire de livres. Ce dernier trait est peut-être encore davantage continental que français, le compromis consistant à écrire un livre en anglais, ne serait-ce que pour le publier chez un éditeur peu connu6.

3. Les auteurs

  • 7 Martin Haspelmath (ed.). Coordinating Constructions. 58, Typological studies in language, ISSN 0167 (...)
  • 8 Les derniers nommés dans une suite de signataires ne sont pas forcément les moins importants, beauc (...)

19Pour aller plus loin dans l’analyse, je n’ai pris en compte que les titres des ouvrages parus, thèses et mémoires inclus. Ont été écartées les références « à paraître », « submitted » ou incomplètes, certains auteurs n’ayant pas précisé de nom d’éditeur après le lieu de publication (une fois, symptomatiquement, on trouve la mention « États-Unis »7). Le corpus restant se réduit à 490 titres et 1 270 signatures, soit 2,6 auteurs par texte en moyenne. On peut arrondir à 3 compte tenu des assez nombreux « et al. »8.

20Ces 1 270 occurrences correspondent à 892 auteurs différents dont 820 ne reviennent qu’une ou deux fois. La dispersion des signataires (Tableau 5) est aussi considérable que celle des titres (v. infra) ; seuls 72 d’entre eux (moins de 10 %) sont cités plus de deux fois.

21Il m’a été impossible d’identifier avec certitude les auteurs qui ont l’anglais pour langue maternelle, ou qui l’ont pour langue de travail, ou qui l’ont pour langue de publication ; ce serait à coup sûr intéressant à savoir mais hors de portée à moins de ramener le corpus aux auteurs les plus fréquemment cités ou d’en confier la recherche à une institution telle que l’ENSSIB, voire le CNRS.

Tableau 5. Nombre d’occurrences des auteurs signataires et co-signataires nommés

Nbre d’occ.

Nbre d’auteurs

1

723

2

97

3

31

Voir liste ci-dessous

4

18

id.

5

8

id.

6

6

id.

7

1

Patrick Bonin

8

1

Willy Serniclaes

9

1

Jean-François Demonet

10

1

Angela Friederici

11

1

Didier Bottineau

13

2

Stanislas Dehaene

Marcela Perrone-Bertolotti

14

1

Liliane Sprenger-Charolles

21

1

Monica Baciu

Total

892

22Le Tableau 5 montre que les auteurs les plus fréquemment cités sont tous (à une exception près) rattachés à des laboratoires français (et un laboratoire francophone) :

Patrick Bonin est membre du LEAD CNRS - Université Bourgogne Franche-Comté - UMR 5022.

Willy Serniclaes est membre du Laboratoire Psychologie de la Perception, Institut Neurosciences Cognition, Université Paris Descartes, UMR 8242.

Liliane Sprenger-Charolles est (comme Willy Serniclaes) membre du Laboratoire Psychologie de la Perception, Institut Neurosciences Cognition, Université Paris Descartes, UMR 8242.

Jean-François Demonet est chef de clinique au CHU du Canton de Vaud, directeur du département des neurosciences à l’Université de Lausanne.

Didier Bottineau est membre du laboratoire LDI, UMR 7187, Université Paris Nord -Villetaneuse.

Stanislas Dehaene est professeur au Collège de France (chaire de Psychologie cognitive expérimentale).

Marcela Perrone-Bertolotti est membre du Laboratoire de Psychologie et Neurocognition, UMR 5105, Université Pierre Mendès France de Grenoble.

Monica Baciu dirige ledit Laboratoire de Psychologie et Neurocognition, UMR 5105, de Grenoble.

23Seule « personnalité extérieure », si j’ose dire, mais qui ne dépare pas la série :

Angela Friederici est vice-présidente du Max Planck Institute of Cognitive Neuroscience de Leipzig.

24Parmi eux, Marcela Perrone-Bertolotti et Monica Baciu sont les auteurs du chapitre 1 d’ASL 2015 ; Didier Bottineau est l’auteur du chapitre 11 ; Stanislas Dehaene co-signe le chapitre 3 et Liliane Sprenger-Charolles est l’auteure du chapitre 4. Ces rencontres sont naturelles pour deux raisons complémentaires : d’une part l’ASL a invité des collègues connus pour leurs travaux en neurolinguistique et linguistique cognitive, d’autre part les conférenciers invités ont pris soin de parler de ce qu’ils connaissaient le mieux à commencer par leurs propres travaux et par les travaux de chercheurs proches, communauté de chercheurs français de ces disciplines. Les autres auteurs d’ASL 2015 se retrouvent d’ailleurs tous dans les quatre listes qui suivent des 63 auteurs cités plus de deux fois (par ordre d’occurrences croissantes et par ordre alphabétique) :

Cités 3 fois

25Aglioti Salvatore, Ansaldo Ana Ines, Berthoz Alain, Caplan David, Cappa Stefano, Carbonnel Serge, Chomsky Noam, DeFries John, Dehaene-Lambertz Ghislaine, Duffau Hugues, Gunter Tomas, Haynes John, Humphries Colin, Jaeger Florian, Joanette Yves, Khateb Asaid, Menon Vinod, Olive Thierry, Pallier Christophe, Peereman Ronald, Pegna Alan, Peyrin Carole, Piolat Annie, Poline Jean-Baptiste, Schlaug Gottfried, Shankweiler Donald, Shaywitz Bennett, Shaywitz Sally, Thierry Guillaume, Valdois Sylviane, Yvert Gaëtan.

Cités 4 fois

26Abutalebi Jubin, Annoni Jean-Marie, Cohen Laurent, Fabbro Franco, Hickok Gregory, Juphard Alexandra, Koelsch Stefan, Köpke Barbara, Laganaro Marina, Mazoyer Bernard, Messaoud-Galusi Souhila, Paulesu Eraldo, Perrin Laurent, Pichat Cédric, Price Cathy J., Segebarth Christoph, Seghier Mohamed L., Tzourio-Mazoyer Natalie.

Cités 5 fois

27Chiarello Christine, Cousin Émilie, Galaburda Albert M., Landis Theodor, Michel Christoph, Perret Cyril, Rosen Stuart, Wimmer Heinz.

Cités 6 fois

  • 9 Une référence est citée à la fois par Bachrach et al. (1) et par Altarelli (5). Il s’agit de Cathy (...)

Fayol Michel, Green David W., Le Bas Jean-François, Nespoulous Jean-Luc, Patel Aniruddh, Ramus Franck.

4. Les éditeurs

Les 520 occurrences du corpus concernent 518 références ; autrement dit, chacun des 520 travaux est cité à très peu de choses près une seule fois9. C’est une dispersion très étonnante en comparaison de ce qui se passe dans les bibliographies d’ouvrages (français) de linguistique où les noms de Saussure, Meillet, Guillaume ou Benveniste (par exemple) reviennent souvent. J’imagine, sans être expert en bibliométrie, que cette dispersion est due à la prolifération des supports, tant en nombre de revues que de maisons d’édition, depuis trente ou quarante ans que l’enseignement supérieur et la recherche scientifique se sont démocratisés dans le cadre du développement néolibéral (« Si tu trouves, tu touches ») de l’économie de la connaissance.

De fait, le corpus réduit à 490 références comme expliqué plus haut compte 226 maisons d’édition et revues, soit presque un support pour deux travaux. Ici aussi la dispersion est extrêmement forte. On imagine le coût des abonnements ! La très grande majorité de ces supports (au nombre de 145) n’ont qu’une occurrence. Les 81 principales références (nombre d’occurrences supérieur à 1) se répartissent en 58 périodiques et 23 maisons d’édition. J’en donne la liste ci-dessous par fréquence croissante, les noms des périodiques sont imprimés en italiques) :

Deux occurrences

Acta Psychologica

Armand Colin

Augmentative & Alternative Communication

Child Development

Clinical Neurophysiology

Current Opinion in Neurobiology

Dyslexia

Elsevier

Epilepsy & Behavior

Fayard

Frontiers in Human Neuroscience

Hachette

International Journal of Bilingualism

Journal of Educational Psychology

Journal of Learning Disabilities

Journal of Neurology, Neurosurgery, and Psychiatry

Klincksieck

Language, Cognition and Neuroscience

Langue française

Laterality: Asymmetries of Body, Brain and Cognition

Lawrence Erlbaum

Le Français moderne

Lexis

Mardaga

Memory & Cognition

Neurocase

NeuroReport

Neuroscience Letters

Norton

Presses Sorbonne Nouvelle

Rééducation orthophonique

Seuil

Springer Verlag

The Journal of Neuroscience

The Neuroscientist

Trois occurrences

Annals of Neurology

Behavior Research Methods, Instruments & Computers

Behavioural Neurology

Benjamins

Bilingualism : Language and Cognition

Brain research

Brain Topography

Cambridge University Press

European Journal of Radiology

Frontiers in Psychology

Journal of Child Psycholgy and Psychiatry

Journal of Experimental Child Psychology

Journal of Speech Language and Hearing Research

Masson

Minuit

Oxford University Press

PLoS One

Psychology Press

Quatre occurrences

Annals of the New York Academy of Sciences

Champion

Cortex

Journal of Neurolinguistics

Journal of Neuroscience

L’Année psychologique

Psychological Review

Scientific Studies of Reading

Cinq occurrences

  • 10 La présence de ma maison d’édition à ce niveau du classement vient essentiellement des références f (...)

Revue de neuropsychologie

Lambert-Lucas10

Langages

Neuropsychologia

Six occurrences

Brain and Cognition

Cognition

Gallimard

Proceedings of the National Academy of Sciences

Presses Universitaires de France

Science

Trends in Cognitive Sciences

Sept occurrences

Brain

Journal of Cognitive Neuroscience

Huit occurrences

Nature Neuroscience

The MIT Press

Dix occurrences

Cerebral Cortex

Douze occurrences

Human Brain Mapping

Odile Jacob

Vingt et une occurrences

Brain and Language

Vingt-cinq occurrences

Neuroimage

5. Aspects diachroniques

  • 11 Les travaux en langue allemande et italienne ne sont pas pris en compte. La décennie 2011-2020, inc (...)

28Le Tableau 6 classe les travaux11 en langues anglaise et française en six périodes de parution. Il permet de mesurer l’évolution historique du marché linguistique de la psychologie du langage.

Tableau 6. Distribution diachronique selon les langues (1800-2010)

Années

Total des deux langues

Travaux en anglais

Travaux en français

1800-1889

26

3

23

1900-1949

22

7

15

1950-1979

21

14

7

1980-1990

35

24

11

1991-2000

90

73

17

2001-2010

190

161

29

29La moitié supérieure du tableau (1800-1979) montre que le nombre de travaux en langue anglaise augmente en doublant à chaque période considérée (3, 7, 14) tandis que le nombre de travaux en langue française diminue de moitié (23, 15, 7). Les courbes se croisent dans les années 1950-1980, c’est-à-dire AVANT le développement des sciences cognitives et des neurosciences, ce qui s’explique du fait que la culture linguistique de langue anglaise s’est détachée de l’Europe à partir de Whitney, de Boas et successeurs depuis Whorf et Sapir jusqu’à Chomsky en passant par Bloomfield et Harris. Dans la moitié basse du tableau (1980-2010), le nombre de travaux de langue française progresse au mieux arithmétiquement (+ 10 tous les dix ans) tandis que les travaux cités en langue anglaise continuent leur progression géométrique, accompagnant la synergie des sciences cognitives et des neurosciences.

Conclusion

30La bibliographie des Actes d’ASL 2015 fait apparaître un net contraste entre littératures scientifiques française et américaine dans un secteur de la recherche dynamique, concurrentiel et exposé. Suite à l’individual turn néolibéral des années quatre-vingt du siècle dernier qui a placé le cerveau humain au centre du monde, les sources antiques et modernes de la linguistique – parmi lesquelles tout ce qui est théorie du signe – sont tombées dans l’oubli. Il en va de même de la sociolinguistique qui semble n’intéresser plus personne dans les États-Unis de Donald Trump. Le langage est redevenu du ressort des sciences de la nature. La tradition grammaticale, sémiologique, sociolinguistique de langue française est de moins en moins utile dans une carrière académique. Les sources livresques continentales dans leur ensemble sont out of fashion, en décalage croissant par rapport au mainstream des neurosciences et des sciences cognitives. L’anglais est devenu l’unique langue de publication de ces disciplines. Un chercheur de langue anglaise n’a aucun intérêt à publier en français, alors qu’un chercheur de langue française a tout intérêt à publier en anglais.

Haut de page

Annexe

 

Sommaire du volume ASL 2015

Introduction : Sciences du langage et neurosciences, une nouvelle donne ? par Alain Rabatel, Malika Temmar & Jean-Marc Leblanc

1. Organisation et réorganisation cérébrale du langage : approche pluridisciplinaire, par Marcela Perrone Bertolotti et Monica Baciu

2. Décodage des structures syntaxiques et prosodiques des modèles d’activité IRMf, par Asaf Bachrach, Alexandre Gramfort, Vincent Michel, Élodie Cauvet, Bertrand Thirion et Christophe Pallier

3. Les structures hiérarchiques linguistiques et musicales partagent-elles le même substrat neural ? Études comportementales et d’imagerie cérébrale fonctionnelle en lien avec l’expertise musicale, par Élodie Cauvet, Pierre Pica, Stanislas Dehaene & Christophe Pallier

4. Apport de la neuro-imagerie à la compréhension des mécanismes impliqués dans l’apprentissage typique de la lecture et dans la dyslexie, par Liliane Sprenger-Charolles

5. Études d’imagerie anatomique de la dyslexie développementale, par Irene Altarelli

6. Quelles étapes de traitement lors de la production du langage écrit ? Exemples d’utilisation de la segmentation spatio-temporelle de l’activité électroencéphalographique, par Cyril Perret et Thierry Olive

7. Écrire malgré un locked-in syndrome. Effet des contraintes de production sur les choix langagiers, par Frédérique Gayraud et Gilles Rode

8. Aphasiologie et sciences du langage : le cas du contrôle des langues chez les aphasiques bilingues et multilingues, par Barbara Köpke

9. Neurologie et linguistique clinique, de Mesmer et Gall à Ombredane. Cent-cinquante ans d’histoire et quelques enseignements qu’on peut en tirer, par Gabriel Bergounioux

10. La subjectivité de l’esprit dans le langage, par Laurent Perrin

11. Linguistique incarnée et « énactivisme » : quelles collaborations possibles avec les neurosciences ? par Didier Bottineau

Tableau 7. Répartition du nombre de travaux de 2001 à 2015

Années

Total des deux langues

Travaux en anglais

Travaux en français

2001

17

16

1

2002

12

8

4

2003

23

20

3

2004

20

16

4

2005

28

25

3

2006

25

22

3

2007

18

16

2

2008

15

12

3

2009

17

13

4

2010

18

15

3

2011

21

17

4

2012

24

21

3

2013

28

18

10

2014

24

16

8

2015

20

15

5

Total

310

250

60

Haut de page

Notes

1 On compte en France d’après le site du CNRS, sauf erreur ou omission de ma part, une quinzaine de laboratoires (pour s’en tenir aux UMR) en recherches cognitives et neurologiques en lien avec la linguistique : UMR 5105, Laboratoire de psychologie et neurocognition (LPNC) (Chambéry) ; UMR 5229, Institut des sciences cognitives Marc-Jeannerod (Bron) (aussi répertorié UMR 5304) ; UMR 5263, Cognition, langues, langage, ergonomie (CLEE) (Toulouse) ; UMR 5287, Institut de neurosciences cognitives et intégratives d’Aquitaine (Incia) (Bordeaux Talence) ; UMR 5292, Centre de recherche en neurosciences de Lyon (CRNL) (Lyon, Bron, etc.) ; UMR 5297, Institut interdisciplinaire de neurosciences (IINS) (Bordeaux) ; UMR 5549, Centre de recherches cerveau et cognition (CerCo) (Toulouse) ; UMR 5596, Dynamique du langage (Lyon) ; UMR 6024, Laboratoire de psychologie sociale et cognitive (Lapsco) (Clermont-Ferrand) ; UMR 7290, Laboratoire de psychologie cognitive (LPC) (Aix-Marseille) ; UMR 7291, Laboratoire de neurosciences cognitives (LNC) (Marseille) ; UMR 7295, Centre de recherches sur la cognition et l’apprentissage (CerCA) (Tours-Poitiers) ; UMR 7364, Laboratoire de neurosciences cognitives et adaptatives (LNCA) (Strasbourg) ; UMR 8554, Laboratoire de sciences cognitives et psycholinguistique (LSCPO) (Paris 5). Je n’ai pas trouvé d’annuaire français de la recherche neurolinguistique.

2 Au risque de répéter fastidieusement « langue anglaise » et « langue française », il convient de bien distinguer entre langue maternelle, langue de travail et langue d’édition. C’est ainsi que certains collègues maghrébins sont de LM arabe, de LT française et de LP anglaise. Dans cette étude, je ne m’intéresserai qu’à la LP.

3 On verra plus loin qu’il y a pratiquement autant de références que d’occurrences dans ce corpus.

4 Plus exactement, il est impossible de faire de la recherche autrement qu’en anglais.

5 Auteurs allemands, de l’Université de Berlin (RDA).

6 Le marché mondial de la littérature scientifique de langue anglaise est probablement cent fois supérieur à celui du marché de langue française : il ne faut pas s’interroger beaucoup sur la raison de la traduction en anglais de la recherche continentale « à l’export », et corolairement de la traduction en français de la littérature de langue anglaise « à l’import ». Tout le problème est que ce double mouvement est très dissymétrique, peut-être là encore dans un rapport de un à cent : une traduction de l’anglais vers une langue continentale (d’Europe de l’Ouest) pour cent articles de chercheurs continentaux rédigés en langue anglaise.

7 Martin Haspelmath (ed.). Coordinating Constructions. 58, Typological studies in language, ISSN 0167-7373. Amsterdam, Pays-Bas, États-Unis (2004). Il doit être question de l’éditeur John Benjamins Publishing Company, et la ville de Philadelphie a été oubliée...

8 Les derniers nommés dans une suite de signataires ne sont pas forcément les moins importants, beaucoup de « patrons » qui n’ont plus rien à prouver s’effaçant devant les étoiles montantes. Même si faute de temps pour récupérer les noms manquants par des recherches supplémentaires, il m’est impossible de savoir le nombre exact d’auteurs, les chiffres que je viens d’indiquer donnent un ordre de grandeur.

9 Une référence est citée à la fois par Bachrach et al. (1) et par Altarelli (5). Il s’agit de Cathy J. Price, “A Review and Synthesis of the First 20 Years of PET and fMRI Studies of Heard Speech, Spoken Language and Reading”, Neuroimage 62(2), 2012, p. 816-847 (compte tenu du contenu de cet article, le doublon n’a rien pour surprendre) ; une autre référence est citée à la fois par Rabatel et par Köpke : Jean-Luc Nespoulous, « Sémantique et aphasie – approche neuropsycholinguistique des processus cognitifs / linguistiques de haut niveau », Langages, n° 201, 2016, p. 111-127. Cet article (en langue française) s’impose lui aussi comme une référence importante.

10 La présence de ma maison d’édition à ce niveau du classement vient essentiellement des références faites aux Actes des journées de l’ASL publiées par mes soins depuis une quinzaine d’années.

11 Les travaux en langue allemande et italienne ne sont pas pris en compte. La décennie 2011-2020, incomplète, est exclue ; il sera intéressant de l’étudier en particulier lorsque le temps en sera venu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Arabyan, « Quelle langue pour la recherche neurolinguistique française ? »Glottopol [En ligne], 33 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2020, consulté le 25 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/587 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.587

Haut de page

Auteur

Marc Arabyan

Université de Limoges, éditions Lambert-Lucas
Marc Arabyan est né en 1946 à Paris. Licence, maitrise, DEA et doctorat d'université à la Sorbonne (Paris 5). Enseignant en FLE (Bolivie, Brésil) puis en FLM (Moulins, Le Havre, Dreux). Ancien traducteur, rédacteur et éditeur de presse, collaborateur des éditions du Robert, directeur de collection à L'Harmattan puis aux éditions Lambert-Lucas. Successivement membre du CEE (Paris 7), du Céditec (Paris 11) et du CeReS (Limoges). Maitre de conférences à Paris 11 (1996-2002) puis professeur à Limoges (2002-2010). Il a publié après sa thèse (Le Paragraphe narratif) une trentaine d'études sur les rapports entre texte et illustration, sur l'image du texte et sur l'énonciation éditoriale.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search