Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Dossier thématiqueIntroduction

Dossier thématique

Introduction

Emilie Lebreton, Fabienne Leconte et Coraline Pradeau

Texte intégral

1Ce numéro met en avant des actions glottopolitiques d’acteurs non étatiques, qui prennent le relai ou le contre-pied de politiques linguistiques institutionnelles, en France et ailleurs. La glottopolitique a été définie comme englobant aussi bien les actions de politique linguistique étatique que « les actes minuscules et familiaux » (Guespin & Marcellesi, 1986 : 15). Pour les initiateurs du concept, les actions glottopolitiques sont mises en place à tous les échelons sociaux, loin de concerner les seules institutions. Les auteurs ont appelé à porter le regard plus largement, au-delà des seules instances de légitimation officielle. Pour ce faire, ils ont relevé deux pôles d’un continuum du plus petit niveau d’organisation sociale au plus grand, en passant par diverses instances situées entre ces deux pôles. L’accent était alors mis sur la communication dans le monde du travail avec un appel à l’autogestion langagière dans les entreprises. Dans la période qui a suivi, les recherches menées ont essentiellement porté sur les politiques linguistiques et la place réservée aux langues dans des institutions diverses, aux échelles européennes, nationales, régionales ou locales. La focalisation sur la glottopolitique étatique s’est poursuivie dans les travaux scientifiques (Grandguillaume, 1984 ; Beniamino & de Robillard, 1993, 1996 ; Cerquiglini, 1999 ; Blanchet, 2002 ; Beacco & Byram, 2007 ; Woerhling 2013, par exemple) dans la lignée, pour l’espace francophone, des travaux de Louis-Jean Calvet (1974, 1987).

2À l’autre pôle du continuum, dès les années quatre-vingt, des recherches ont été menées sur les glottopolitiques familiales et les questions de transmission (Dabène & Billiez, 1984 ; Deprez, 1994 ; Leconte, 1997). Ces problématiques sont toujours en travail, comme le montre l’organisation récente de deux colloques, l’un à l’Université de Corte et l’autre à l’INALCO à Paris.

3En revanche, les actions glottopolitiques menées dans des espaces sociaux situés entre ces deux pôles (étatiques et familiaux) ont été moins investiguées. Elles s’inscrivent pourtant dans la lignée de pratiques anciennes, qu’il s’agisse de formations à la langue du pays d’accueil, de traductions, d’interprétation-médiation ou de valorisation de langues minorées (Alén & Boyer, 2020 ; Colonna, 2014 ; Kremnitz, 2013 ; Le Bihan, 2020). Ces actions glottopolitiques sont moins documentées que les politiques linguistiques étatiques et institutionnelles (Adam & Martiniello, 2013 ; Archibald & Chiss, 2007 ; Extramania, 2012 ; Leclercq, 2012 ; Lebreton, 2017 ; Pradeau, 2021). 

4Discrètes, ces glottopolitiques sont souvent menées dans un contexte local en fonction des besoins langagiers pressentis et des investissements humains, parfois militants. Elles mettent aussi le doigt sur des carences institutionnelles. Le bénévolat est une pratique courante, dont la pertinence peut être questionnée si on considère qu’il se substitue à la responsabilité de l’État et de ses institutions. Mais ces actions glottopolitiques soulèvent aussi des questions quant à ce qu’elles peuvent signifier, tant pour les acteurs sociaux qui s’en emparent que pour les chercheurs qui les observent ou qui y participent, de manière consciente ou non.

5Ce numéro se consacre à ces glottopolitiques, à leurs acteurs, aux instances qui les mettent en place et particulièrement aux sens et enjeux plus ou moins explicitement portés. Les contributions réunies ici témoignent d’actions engagées et solidaires. L’ensemble des contributions se répartit en deux grands domaines : les langues minorées et diverses actions de revalorisation mises en place d’une part, et, d’autre part, l’accueil de personnes migrantes, essentiellement en France. Ces deux domaines restent particulièrement investigués en sociolinguistique aujourd’hui.

L’engagement contre des minorations langagières

6Des acteurs plus ou moins structurés mettent en œuvre des glottopolitiques engagées et/ou solidaires : des locuteurs individuels, des organisations (collectifs de bénévoles, de militants, associations), des membres d’institutions étatiques qui sortent de leurs cadres ; des réseaux communautaires ou non (foyers de migrants, groupes autochtones, etc.) se mobilisent autour de la question des langues, de leur enseignement-apprentissage, de leur survie, et des modalités de leur transmission ou de leur revitalisation. 

7Les deux premiers articles évoquent des contextes de domination linguistique, dans lesquels des acteurs vont déployer des stratégies glottopolitiques pour (re)valoriser leur langue. Salih Akin analyse les actions entreprises par des locuteurs de deux langues minorées, le berbère et le kurde, pour répondre au manque d’institutions nationales qui pourraient prendre en charge les principaux domaines d’intervention glottopolitique. L’analyse des actions glottopolitiques entreprises par des professionnels de la langue (développement de systèmes de notation, de confection de grammaires et de dictionnaires et engagement collectif pour la reconnaissance officielle des langues) montre comment elles s’inscrivent dans une autogestion langagière pensée et façonnée par les locuteurs en tant qu’acteurs glottopolitiques. Marija Apostolović propose un regard analytique sur le dispositif d’enseignement/apprentissage du romani à l’école en Serbie. Son article prend appui sur une analyse d’observations de classe de romani ainsi que sur des entretiens menés auprès d’acteurs éducatifs dans une école primaire en Serbie. L’auteure documente les micro-actes glottopolitiques et les positionnements d’enseignants qui prennent le contre-pied des politiques officielles, opérant par là-même une reconfiguration de la classe de romani à l’école. 

8D’autres stratégies glottopolitiques peuvent permettre de valoriser des langues qui peuvent être largement majoritaires dans les pratiques orales sans statut d’officialité, comme le wolof au Sénégal. Le choix d’écrire des œuvres littéraires en langue minorée relève de l’action glottopolitique. C’est le propos de l’article de Papa Alioune Ndao et Moussa Diène qui analyse les actions glottopolitiques en faveur du wolof. Celles-ci couvrent l’étendue du continuum glottopolitique selon que les actions sont menées par des ONG, des associations militantes, des linguistes ou des écrivains. Les actions peuvent se réaliser à travers la création de maisons d’éditions en langues nationales, la publication de textes wolofs ou de traductions depuis le français. Une attention particulière est portée à des actions micro sociolinguistiques et à l’initiative individuelle d’un écrivain qui propose une normalisation langagière du wolof pour élargir les fonctions et espaces de la langue.

9Mokhtar Boughanem et Hassiba Benaldi interrogent quant à eux l’implication d’auteurs algériens d’expression française dans la vie sociale des langues. À l’appui du modèle d’Albert Hirschman, ils analysent avec finesse les manifestations glottopolitiques de l’activité auctoriale et le rôle de ces auteurs alors considérés comme des agents glottopolitiques. L’examen de leurs positions à l’égard du paysage sociolinguistique rend compte de leurs rapports aux langues en présence dans la société algérienne et de l’influence de leur expérience langagière sur l’acte d’écrire. Outre une réflexion sur la participation de ces quelques auteurs algériens dans la dynamique glottopolitique, l’article invite à réfléchir à ce qu’il convient de faire avec les langues, au-delà du processus de création littéraire.

10Nous restons sur le continent africain avec la recherche présentée par Michel Narcisse Ntedondjeu qui s’intéresse à des pratiques sociales et langagières rarement investiguées en sociolinguistique : les usages langagiers dans les communautés religieuses. À partir d’un travail effectué dans la région de Buéa au Cameroun, officiellement anglophone mais très largement plurilingue, l’auteur analyse les pratiques plurilingues de trois communautés religieuses durant les offices. En fonction des églises et des quartiers, des langues différentes sont répertoriées et employées. Les discours des principaux protagonistes montrent une grande attention aux pratiques langagières alternées, aux traductions. Les pratiques plurilingues sont décrites par les témoins comme pouvant favoriser l’inclusion dans la communauté religieuse et l’unité de celles-ci dans un contexte politique tendu : les régions anglophones du Cameroun à la fin des années 2010. 

11À l’inverse, la contribution de Philippe Blanchet, Christian Bergeron et Mylène Lebon-Eyquem se situe en amont des actions glottopolitiques concrètes, qu’elles soient destinées à construire un sentiment communautaire ou à revaloriser des pratiques langagières minorées. Les auteur·es s’intéressent aux parcours sociolinguistiques d’étudiant·es en lien avec la question des discriminations à prétexte linguistique. La recherche présentée ici a été menée par questionnaire auprès d’une centaine d’étudiant·es de l’Université Aix-Marseille. Elle montre une perception de glottophobie, concernant davantage l’accent régional que la pratique d’autres langues que le français. La norme prescriptive du français exerce une pression puissante qui crée une insécurité linguistique chez une bonne moitié des répondant.es. Des recherches similaires ont été menées à Montréal et à La Réunion. La perception d’éventuelles discriminations glottophobes est un préalable aux actions glottopolitiques permettant de les contrer.

12Dans son article, Moisés Abad Gervacio se demande si le choix de devenir enseignant de français constitue une action glottopolitique. En proposant un retour historique sur la situation sociolinguistique mexicaine, l’auteur met en avant la réduction de la pluralité des langues et présente les choix politiques relatifs à l’enseignement des langues et leur répercussion sur le projet de transmettre le français en tant qu’enseignant. La réflexion menée rend compte de l’influence des histoires de langues de ces enseignants mexicains qui ont fait le choix d’enseigner le français. En outre, l’analyse des discours épilinguistiques invite à considérer les positionnements des enseignants sollicités pour l’étude comme un acte glottopolitique en faveur de la diversité linguistique et culturelle.

13Dans des contextes conjoints de minoration et de migration, l’article de Hélène Yèche se propose d’interroger le lien particulier qui unit une langue et un territoire ou l’inverse à travers l’exemple de l’espace culturel sorabe, minorité slave d’abord présente en Allemagne avant la migration vers les États-Unis d’une partie de ses membres. Cette migration intercontinentale a produit une redéfinition des actes d’identité qui porte une entreprise de revalorisation linguistique et culturelle. L’entreprise passe par des pratiques culturelles diverses (culinaires, vestimentaires) mais aussi langagières. Parmi celles-ci, la glottonymie conserve une place importante pour la reconstruction d’une identité linguistique et culturelle sorabe. 

14L’article d’Anne-Christel Zeiter-Grau fait un rapprochement entre deux cas de transmission linguistique en contexte associatif suisse : celui d’une langue minorée – une variété de francoprovençal de la commune d’Évolène – et celui du français à des personnes migrantes. L’article explore comment les idéaux de reconnaissance et de redistribution s’articulent de manière ambivalente autour de l’engagement glottopolitique dans le bénévolat social. Cet engagement se fait principalement sous forme de cours, d’enseignement de la langue ancestrale devenue minoritaire ou du français pour les nouveaux arrivants. 

Accueil et migrations

15L’accueil des migrants est un exemple de glottopolitiques engagées et/ou solidaires qui traversent diversement les époques. Face à une glottopolitique étatique qui laisse de côté nombre de personnes pour lesquelles le séjour est de droit – ressortissants européens, demandeurs d’asile et mineurs isolés qui parfois doivent attendre des mois avant qu’une offre de formation leur soit proposée – et plus encore face aux déboutés du droit au séjour et du droit d’asile, des collectifs et des associations non directement rattachées à l’État s’emparent de l’accueil et de l’accompagnement de ces personnes. Les actions glottopolitiques à destination des migrants peuvent prendre diverses formes selon le type de structures et le public accueilli. Des activités d’interprétation, traduction, médiation sont ainsi menées au quotidien en faveur des personnes nouvellement arrivées sur le territoire européen (Leconte, 2020 ; Niemants, 2016), et ce depuis plusieurs décennies.

16Lou Bouhamidi interroge l’engagement glottopolitique des tiers-aidants médiateurs à l’élaboration du récit de vie requis dans le cadre de la demande d’asile, à partir de leurs pratiques d’assistance et des discours entourant ces pratiques. Ici, l’action de médiation se fait sans interprétation. L’article montre que ces médiateurs, rouages-clé du rite d’institution qu’est la demande d’asile, ont un rôle éminemment glottopolitique, entre résistance aux politiques migratoires et conformité aux attentes institutionnelles. Pour un public proche, Maxime Maréchal convoque le concept de glottopolitique pour analyser les pratiques d’interprétation dans des instances chargées d’examiner les demandes d’asile. Ancrée dans une approche ethnographique qui est augmentée par l’exploration des archives de l’administration, la recherche menée permet de se saisir de l’activité d’interprétation au prisme des normes, des enjeux et de la « politique de la langue » qui s’opèrent dans l’administration de l’asile. Le choix d’orienter la réflexion sur les enjeux glottopolitiques des acteurs en interaction qui interviennent dans ces instances décisionnaires rend compte de l’ampleur de la complexité de l’interprétation. La mise en discussion de la marge d’agentivité de ces interprètes, dont l’engagement et la neutralité peuvent être en tension, permet de se saisir autrement des glottopolitiques d’interprétation en situation d’asile.

17La complexité des pratiques militantes et solidaires est analysée par Marie Veniard qui a choisi de mettre la focale sur le discours d’acteurs militants, français et étrangers, sur leur propre pratique dans un discours métalangagier. L’accent y est mis sur l’éthique de l’intervention qui commande de ne pas parler à la place des premiers concernés malgré les difficultés d’expression dans la langue majoritaire. 

18Les deux prochains articles évoquent la diversité des glottopolitiques dans le domaine de l’asile. La formation linguistique est alors prise en charge par des réseaux associatifs et par d’autres institutions, étatiques ou non, dans des configurations diverses et nouvelles (Leconte, 2016 ; Leconte & Pradeau, à paraitre). Cet engagement s’accompagne parfois de revendications politiques et de négociations avec les services publics, afin que des moyens financiers et humains soient accordés à la formation linguistique des personnes migrantes, quel que soit leur statut administratif. L’article de Coraline Pradeau documente les glottopolitiques mises en œuvre dans le domaine associatif par des acteurs qui sont impliqués auprès d’étudiants exilés à l’université et qui organisent des cours de français au sein d’associations de proximité. En pensant conjointement les échelles macro-institutionnelles et micro-individuelles, l’étude documente comment ces acteurs participent collectivement à l’élaboration de politiques linguistiques et éducatives.

19L’article de Fabienne Leconte analyse des formations linguistiques mises en place par des bénévoles à destination de mineurs non accompagnés (MNA) dont les arrivées se sont singulièrement accrues, notamment en provenance d’Afrique de l’Ouest, dans la seconde partie des années 2010. Les adolescents doivent souvent attendre plusieurs mois entre leur arrivée sur le territoire français et leur entrée en formation. Dans cet intervalle, des collectifs ou associations bénévoles mettent en place des cours de français en fonction de ce qu’ils considèrent comme nécessaire pour que les jeunes deviennent des « usagers du langage » dans la société d’installation. Les pratiques reflètent des glottopolitiques plus ou moins conscientes et largement inspirées par des modèles circulants dans diverses instances : l’éducation nationale, la formation linguistique pour adultes migrants ou l’éducation populaire. L’analyse, dans une démarche ethnographique, s’appuie sur les actions d’un collectif bénévole en contexte universitaire.

20Valeria Villa-Perez et Sandra Tomc explorent quant à elles la portée glottopolitique des interactions entre des participants d’une communauté d’apprentissage informelle, les Ateliers Langage Créatifs. Ce dispositif stéphanois, accueillant des enfants plurilingues en « fragilités » langagières et sociales, constitue un espace d’observation des pratiques langagières et des choix linguistiques, conscientisés ou non, des acteurs. À travers l’analyse d’extraits conversationnels, les auteures mettent en avant les microactes et les postures glottopolitiques adoptées par les acteurs de cette communauté d’apprentissage, et rendent ainsi compte de leur engagement glottopolitique. 

21L’ensemble des contributions de ce numéro donne à voir la dynamique de glottopolitiques « engagées et solidaires » dans des contextes et par des acteurs variés, et montre ainsi la vitalité du concept de glottopolitique, trente-cinq ans après les travaux fondateurs de Louis Guespin et Jean-Baptiste Marcellesi. On peut noter que les terrains du monde du travail et des entreprises qui étaient centraux dans les réflexions de Louis Guespin et Jean-Baptiste Marcellesi en 1986 sont peu présents dans les contributions proposées. Faut-il y voir une conséquence de la désindustrialisation du pays ? De la faible place du travail dans les débats politiques aujourd’hui ? Nombre de glottopolitiques discrètes sont ici mises en avant, elles témoignent de la manière dont des acteurs s’emparent de problématiques et d’urgences sociales et linguistiques qui ne sont pas (ou plus) au cœur des préoccupations de l’État, et toutes soulèvent des réflexions à poursuivre en sociolinguistique et en didactique des langues.

Haut de page

Bibliographie

ADAM Ilke, MARTINIELLO Marco, 2013, « Divergences et convergences des politiques d’intégration dans la Belgique multinationale. Le cas des parcours d’intégration pour les immigrés », Revue européenne des migrations internationales, n° 29(2), p. 77-93.

ALEN GARABATO Carmen, BOYER Henri, 2020, La langue occitane et le marché au XXIe siècle : micro-actes glottopolitiques contre substitution, Limoges, Lambert-Lucas.

ARCHIBALD James, CHISS Jean-Louis (dir.), 2007, La langue et l’intégration des immigrants ? Sociolinguistique, politiques linguistiques, didactique, Paris, L’Harmattan.

BEACCO Jean-Claude, BYRAM Michael, 2007, De la diversité linguistique à l’éducation plurilingue : Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe, Conseil de l’Europe, Division des politiques linguistiques.

BENIAMINO Michel, DE ROBILLARD Didier, 1993, 1996, Le français dans l’espace francophone, T1 et T2, Paris, Champion.

BLANCHET Philippe, 2002, « La politisation des langues régionales en France », Hérodote, n° 105, p. 85-101.

CALVET Louis-Jean, 1974, Linguistique et colonialisme, Petit traité de glottophagie, Paris, Payot.

CALVET Louis-Jean, 1987 [1999], La guerre des langues, Paris, Hachette.

CERQUIGLINI Bernard, 1999, Les langues de France. Rapport au ministre de l’éducation nationale, de la recherche et de la technologie et à la ministre de la Culture et de la Communication, Paris, La Documentation française.

COLONNA Romain, (dir.), 2014, Les locuteurs et les langues : pouvoirs, non-pouvoirs et contre-pouvoirs, Limoges, Lambert-Lucas.

DABÈNE Louise, BILLIEZ Jacqueline, 1984, Recherches sur la situation sociolinguistique des jeunes issus de l’immigration, rapport de recherche, Centre de didactique des langues, Grenoble, Université Grenoble 3.

DEPREZ Christine, 1994, Les enfants bilingues : langues et familles, Paris, Didier Credif.

EXTRAMIANA Claire, 2012, « Les politiques linguistiques concernant les adultes migrants ? Une perspective européenne », dans Hervé Adami et Véronique Leclercq (dir.), Les migrants face aux langues des pays d’accueil : Acquisition en milieu naturel et formation, Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 135-152.

FIPF, 2016, Politiques linguistiques et enseignement du français. Quelles perspectives ? Bruxelles, EME. 

GRANDGUILLAUME Gilbert, 1983, Arabisation et politiques linguistiques au Maghreb, Paris, Maisonneuve et Larose. 

GUESPIN Louis, MARCELLESI Jean-Baptiste, 1986, « Pour la glottopolitique », Langages, n° 83, p. 5-34.

KREMNITZ Georg (dir.), 2013, Histoire sociale des langues de France, Rennes, PUR.

LE BIHAN Hervé, 2020, « La langue bretonne : une visibilité toute en retenue », Glottopol, n° 34, p. 106-117.

LEBRETON Emilie, 2017, Pour des formations linguistiques (trans)formatrices : renverser les évidences pour penser l’appropriation du français par des adultes migrants, Thèse de doctorat, Université Rouen-Normandie.

LECLERCQ Véronique, 2012, « La formation des migrants en France depuis l’alphabétisation des années 60 », dans Hervé Adami et Véronique Leclercq (dir.), Les migrants face aux langues des pays d’accueil : Acquisition en milieu naturel et formation, Lille, Presses universitaires du Septentrion, p. 173-196.

LECONTE Fabienne, 1997, La famille et les langues, L’Harmattan, Paris.

LECONTE Fabienne (dir.), 2016, Adultes migrants, langues et insertions sociales : dynamiques d’apprentissages et de formations, Paris, Riveneuve.

LECONTE Fabienne, 2020, « Interprétation-médiation, quelques réflexions à partir du point de vue des acteurs », dans Michèle Goia et Mario Marcon (dir.), L’essentiel de la médiation, Bruxelles, Peter Lang, p. 233-258.

LECONTE Fabienne, PRADEAU Coraline, à paraitre en 2022, « Glottopolitiques vis-à-vis des exilés et des mineurs non accompagnés en France », Études de linguistique appliquée, n° 203.

NIEMANTS Natacha, 2016, « La responsabilité du médiateur dans l’accès aux soins des immigrés », Études de linguistique appliquée, n° 181, p. 55-77.

PRADEAU Coraline, 2021, Politiques linguistiques d’immigration et didactique du français, Regards croisés sur la France, la Belgique, la Suisse et le Québec, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

WOERHLING Jean-Marie, 2013, « Histoire du droit des langues en France », dans Georg Kremnitz (dir.), Histoire sociale des langues de France, Rennes, PUR, p. 71-88.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilie Lebreton, Fabienne Leconte et Coraline Pradeau, « Introduction »Glottopol [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/719 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.719

Haut de page

Droits d’auteur

Glottopol

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search