Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Dossier thématiqueLes stratégies glottopolitiques d...

Dossier thématique

Les stratégies glottopolitiques de quelques auteurs algériens d’expression française : quels positionnements face aux langues ?

Mokhtar Boughanem et Hassiba Benaldi

Résumés

Sur la base d’un corpus d’entretiens réalisés auprès de quatre auteurs algériens d’expression française (Djamel Mati, Lazhari Labter, Katia Hacène et Chawki Amari), cet article se propose d’examiner, dans une perspective sociolinguistique, le rôle d’« agents glottopolitiques » que se donnent ces auteurs, notamment en ce qui concerne leur perception du rapport aux langues ainsi que du rapport entre les langues dans le contexte algérien. Pour ce faire, une grille d’analyse, inspirée du modèle triadique d’Albert Hirschman (défection, prise de parole et loyalisme), a été utilisée pour identifier les modalités selon lesquelles ces auteurs s’impliquent dans la vie sociale des langues.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’auteur représente l’instance énonciatrice qui assure la conversion et la transformation de la langue en littérature. Son rôle en tant qu’acteur langagier se situe dans le paradigme de la création et de la production. Sans être strictement délimité, son champ d’intervention s’étend du mot jusqu’au texte, en passant par la syntaxe, la sémantique et le style. L’œuvre par laquelle il tend généralement à se définir est l’aboutissement d’un long travail conjuguant investissement linguistique et recherche de contenus solubles dans des genres appropriés. À l’aune de ce mouvement dialectique entre forme (linguistique) et fond (littéraire), l’auteur s’érige en promoteur d’une expression soumise à des contraintes techniques et esthétiques, contraintes qui confèrent à l’expression en question une certaine valeur ajoutée.

2En règle générale, il ne suffit pas d’écrire pour se dire auteur, encore faut-il être reconnu comme tel. Cela nous amène à soutenir, à la suite de Dominique Maingueneau (2009), que la notion d’auteur renvoie avant tout à un statut social attribué à partir d’un certain degré de visibilité et de reconnaissance à celui dont l’existence propre se confond avec ses faits de plume. Sous cette couverture sociale d’auteur opère donc un sujet écrivant, c’est-à-dire quelqu’un qui, par définition, puise dans la langue les ressources dont il a besoin pour nourrir ses projets littéraires.

3Dans la perspective sociolinguistique ici adoptée, l’auteur est envisagé comme un « agent glottopolitique » (Caitucoli, 2004). Être un agent glottopolitique consiste à se prévaloir de la capacité à faire entendre sa voix par-delà les situations ordinaires de communication. L’écrit est tout naturellement le médium par le biais duquel s’exprime l’activité littéraire à laquelle s’adonne tout auteur. La matérialité textuelle qui en résulte révèle des enjeux qui se situent au-delà de l’acte d’écrire. Elle est le produit d’une dynamique qui n’échappe pas à l’interaction entre le texte et le contexte, entre l’auteur et le lecteur, entre les exigences stylistiques et les fluctuations du marché éditorial.

  • 1 Le discours épilinguistique désigne les propos tenus à l’égard des langues, propos qui véhiculent d (...)
  • 2 Lise Gauvin affirme que les auteurs sont dotés d’une « surconscience linguistique » (1997) dans la (...)

4Ainsi, en s’exposant au matériau langagier, l’auteur développe des pratiques spécifiques qui, souvent, s’accompagnent de représentations susceptibles d’être verbalisées à travers le discours épilinguistique1. Dans le contexte algérien, la situation sociolinguistique se déclare plurilingue : les substrats amazighs, arabes et français imprègnent à des degrés variables les usages en circulation. À cet égard, la littérature se présente comme un champ ouvert à la pluralité et à la diversité des langues. Ces conditions font que, dès le départ, l’auteur se trouve interpellé, parfois plus que n’importe quel autre usager de la langue2, par les questions linguistiques. Cela étant, de quelle manière s’impliquent les auteurs algériens dans la vie sociale des langues ? À quelles stratégies glottopolitiques recourent-ils pour conforter leur position d’acteurs langagiers ? Quelles postures adoptent-ils face aux langues qui les entourent ?

Cadrage théorique et méthodologique

  • 3 La sociolinguistique appliquée est une branche de la sociolinguistique au sein de laquelle sont dév (...)

5À la suite de la problématique que nous venons d’énoncer, il convient de préciser la pertinence du concept de glottopolitique dans l’analyse des conduites langagières observées chez des locuteurs qui, à l’instar des auteurs, ont accès à la sphère publique. Selon Louis Guespin et Jean-Baptiste Marcellesi (1986), la glottopolitique se rapporte au domaine de l’action sur la langue, qu’il s’agisse de l’action exercée sur les formes linguistiques au sein d’une même langue ou de celle exercée sur le rapport entre des langues en interaction. Sur le plan épistémologique, la glottopolitique relève du champ de la sociolinguistique appliquée3, laquelle s’occupe de la gestion des langues et des variétés de langues en société (Boyer, 2010).

6Qu’elle soit discrète ou apparente, ponctuelle ou globale, l’action glottopolitique fait intervenir aussi bien des instances dotées d’un certain pouvoir décisionnel que des agents soucieux de prendre position à l’égard des langues auxquelles ils ont affaire en tant qu’usagers. En effet, tous les locuteurs sont appelés, à un moment ou à un autre, à agir – à leur niveau et à leur manière – sur la langue. Le simple fait d’utiliser un mot à la place d’un autre ou d’afficher des préférences pour une tournure en particulier procède de l’action glottopolitique.

7En ce qui concerne l’activité auctoriale, l’utilisation du canal écrit plus que le canal oral, le choix d’une langue d’écriture parmi l’ensemble des langues qui existent en société et l’adoption d’un genre littéraire spécifique sont autant de facteurs qui révèlent en filigrane des dispositions et des visées glottopolitiques. Il reste désormais à inscrire les manifestations glottopolitiques inhérentes à l’activité auctoriale dans une grille d’analyse qui fournisse des renseignements concluants sur les stratégies adoptées par les uns et les autres afin de marquer leur positionnement vis-à-vis des questions linguistiques qui se posent en société. Pour ce faire, nous avons tenté d’exploiter le modèle d’Albert Hirschman (2011 [1970]) en lui donnant une portée interprétative d’ordre sociolinguistique. Ce modèle consiste à décrire, face aux situations d’insatisfaction de quelque nature que ce soit, trois types de réactions :

  • la défection (exit) comme volonté de chercher de bien meilleures opportunités ailleurs, dans un contexte moins contraignant, où les désagréments sont nettement plus discrets ;

  • la prise de parole (voice) comme forme d’engagement et de résistance à l’ordre établi ;

  • le loyalisme (loyalty) comme excès de neutralité (par défaut, par complicité ou par bienveillance).

  • 4 Il s’agit d’un modèle transdisciplinaire dans la mesure où son application peut être étendue à de n (...)

8Ayant vocation à s’appliquer partout où la vie sociale présente des aspects perfectibles, ce modèle a l’avantage de transcender les frontières disciplinaires4. En nous appuyant sur cette brèche épistémologique, nous comptons ici démontrer son efficacité à prendre en charge les situations sociolinguistiques où le rapport aux langues ainsi que le rapport entre les langues donnent lieu à des configurations hétérogènes susceptibles de soulever des interrogations et de nourrir bien des passions. Dans cette perspective, il est possible de relever dans le périmètre de la sociolinguistique deux postures assez documentées jusque-là qui consistent à donner au modèle d’Hirschman une légitimité scientifique comparable à celle dont il jouit par exemple en sciences économiques ou encore en sciences politiques.

9La première posture, incarnée par Pierre Bourdieu (1982), prend appui sur le postulat selon lequel le langage humain recèle des ressources inépuisables en matière de signification. Affectées de valeurs symboliques qui entrent en résonnance avec des besoins communicatifs, des rituels interactionnels et des projections pragmatiques, ces ressources se déploient de diverses manières dans la logosphère, laissant entrevoir des phénomènes qui finissent par céder aux forces du renouvellement et du changement linguistique. Elles sont régies par une logique économique qui accentue les disparités entre les différents modes d’expression, entre par exemple l’oral et l’écrit, entre la tendance véhiculaire et la tendance vernaculaire, entre la langue première et la langue seconde. Qu’il soit latent ou patent, un processus de hiérarchisation est toujours à l’œuvre là où règne la diversité linguistique.

10Telle que défendue par Louis Guespin et Jean-Baptiste Marcellesi, la seconde posture interroge les implications politiques du langage, notamment à travers les notions de décision et d’action, opérations qui contribuent, ne serait-ce qu’en partie, au remodelage du paysage sociolinguistique. Ces derniers estiment que la réflexion qui va dans cette direction est du point de vue heuristique « nécessaire pour englober tous les faits de langage où l’action de la société revêt la forme du politique » (1986 : 5). En abondant dans le même sens, des travaux plus récents démontrent la pertinence de l’avènement d’une « sociolinguistique politique » (Canut, Danos, Him-Aquilli et Panis, 2018), laquelle se donne pour tâche d’appréhender le langage comme un élément structurant de la réalité sociale dans sa complexité la plus aboutie et la plus infinie.

  • 5 Le chaos doit être entendu ici comme une tendance naturelle à l’hétérogénéité, phénomène auquel les (...)

11Pour sa part, Louis-Jean Calvet semble concilier ces deux postures, comme en témoignent nombre de ses travaux (1999 [1987] ; 2002). Selon lui, les langues entretiennent nécessairement entre elles des rapports de force perceptibles à travers la tendance de chacune d’elles à agiter, aussi bien par les pratiques que par les représentations qui en découlent, le marché linguistique en place. Et d’ajouter que l’intervention humaine tant sur la langue que sur les langues est indissociable des évolutions que connait la société au cours de son histoire. Elle obéit à des impératifs qui relèvent davantage du paradigme de la culture que de celui, plus spontané et plus chaotique5, de la nature.

  • 6 Le terme d’intranquillité linguistique nous parait ici préférable à celui d’insécurité linguistique (...)

12Le fait qu’il y ait de l’économique et du politique dans l’usage de la langue en société justifie à notre sens le recours au modèle d’Hirschman. Cependant, avant de procéder à son application, il faut s’assurer, par précaution méthodologique, que la situation à analyser suscite des interrogations effectives. S’agissant de l’Algérie, force est de constater que le paysage sociolinguistique prévalent comporte des zones de chevauchement et des points de friction impliquant l’ensemble des langues en présence, à l’instar de l’arabe classique, de l’arabe algérien, du tamazight (avec l’ensemble de ses variétés) et du français. Beaucoup de questions demeurent encore, du moins partiellement, sans réponses suffisamment réfléchies et définitivement élaborées, notamment en ce qui concerne les langues à enseigner à l’école, les langues à utiliser dans l’administration et les différentes institutions et les langues à faire valoir dans le discours officiel. Le terrain des langues est pour ainsi dire profondément miné, à tel point que des polarités surgissent à la moindre occasion. Face à l’intranquillité linguistique6 ambiante, au sens d’absence de consensus sécurisant capable de garantir un certain degré d’homéostasie tout autant dans le rapport aux langues que dans le rapport entre les langues, pointent des sensibilités et des susceptibilités qui, dans bien des cas, interfèrent, non sans raison, avec l’édifice identitaire en place.

13Il se trouve que les auteurs sont, en raison de leur proximité assidue avec la langue, prioritairement concernés par les questions linguistiques qui se posent autour d’eux, dans la société dans laquelle et pour laquelle ils écrivent. Ils sont donc, qu’ils le veuillent ou non, partie prenante dans les dynamiques glottopolitiques qui traversent leur champ d’activité.

14Afin d’aller jusqu’au bout de notre réflexion, nous avons opté pour une enquête de terrain, menée auprès de quelques auteurs en activité. Le premier critère retenu pour sélectionner nos interlocuteurs est celui relatif à leur accessibilité et à leur disponibilité. Il s’agit pour l’ensemble d’entre eux d’auteurs ayant émergé au cours de ce début de siècle. Le choix de cette période se justifie par le souci d’inscrire notre travail dans une actualité qui, en étant en plein déploiement, se prête volontiers au jeu de la prospection plutôt qu’à celui, moins marqué par l’imprévu et le suspense, de la rétrospection.

15Toujours dans le souci d’être en phase avec les débats linguistiques qui animent le champ littéraire algérien, nous avons centré notre investigation sur des auteurs d’expression française. Cela mérite à notre sens bien des explications. D’abord, une étude exhaustive du champ littéraire algérien à travers toutes ses expressions est, pour avoir nous-mêmes tenté cette expérience, une entreprise difficile à réaliser en raison de la complexité du terrain. Ensuite, le statut de la littérature dite francophone nous semble intéressant à mettre en perspective dans un pays où l’État s’arroge le monopole de se prononcer sur les questions linguistiques. Ainsi, pendant plus de soixante ans d’indépendance, l’arabe a été la seule langue officielle reconnue par la Constitution algérienne. Bien que nombreuses, les autres langues en présence ont pris l’habitude d’évoluer sans couverture officielle. Ce n’est qu’en 2016 que, dans une démarche inédite jusque-là, le tamazight a été lui aussi érigé en langue officielle. Pour sa part, le destin du français continue de susciter des interrogations quant au rôle qu’il est censé jouer en société, que ce soit sur le plan économique, administratif, éducatif ou culturel. La littérature algérienne francophone a, enfin, ceci de particulier qu’elle est née dans un contexte colonial où la reconnaissance de la qualité des œuvres produites a toujours été tributaire de l’écho qu’elles ont en Métropole. Cette relation entre centre (Paris) et périphérie (colonies) implique « des rapports de domination politique, linguistique et littéraire » (Harchi, 2016 : 27). Le contexte postcolonial a été marqué par la prégnance de l’idéologie nationaliste dont le versant linguistique est représenté par la politique d’arabisation que Foued Laroussi définit comme étant en apparence « une opération de légitimation et de défense de la langue arabe » (2003 : 144). Bien sûr, c’est de l’arabe classique, qualifié aussi d’arabe littéraire, qu’il est question ici. Et là encore, la littérature francophone est directement mise à l’épreuve du moment qu’elle est frappée d’étrangéité comme le laisse entendre le discours officiel. Eu égard à ces antécédents historiques majeurs, il nous parait aujourd’hui opportun de nous pencher sur l’expérience linguistique des auteurs francophones, en attendant d’élargir ultérieurement cette étude à des auteurs appartenant à d’autres sphères linguistiques.

16Au total, quatre entretiens semi-directifs ont été réalisés pour les besoins de cette étude qui se veut, avant tout, d’orientation qualitative dans la mesure où elle vise à comprendre les enjeux glottopolitiques qui sous-tendent l’activité auctoriale. Nous avons ainsi été amenés à exploiter les séquences qui évoquent des faits potentiellement révélateurs des dispositions des uns et des autres, notamment en ce qui concerne le rôle de l’auteur dans la société en sa qualité d’acteur langagier. Dans cette optique, ce qui est dit nous intéresse au même titre que celui qui le dit. La significativité des propos recueillis, c’est-à-dire leur propension à véhiculer du contenu au-delà de la forme, revêt dès lors une importance capitale (Blanchet, 2012). Dans ces conditions, la question de la représentativité, qui par ailleurs aurait été plus pertinente dans une étude quantitative, ne se pose plus.

17Les quatre entretiens qui composent notre corpus ont été réalisés à l’aide une grille thématique de dix questions ouvertes (cf. Annexes), durant la période allant du mois de juin au mois d’aout 2020, avec :

  • Djamel Mati (1950-)

  • Lazhari Labter (1952-)

  • Katia Hacène (1961-)

  • Chawki Amari (1964-)

  • 7 Il n’est pas sans intérêt de souligner que dans le texte fondateur du projet glottopolitique (Guesp (...)
  • 8 Ce modèle s’est révélé fructueux dans de nombreuses perspectives, à l’instar de la littérature (Cai (...)

18Avant de procéder à l’analyse de notre corpus, il convient de préciser un dernier point relatif au raisonnement qui sous-tend ce travail. Telle qu’elle est conçue par L. Guespin et J.-B. Marcellesi, la théorie glottopolitique implique, au plan gnoséologique, une compréhension en termes de processus7 de l’action exercée sur le langage, qu’il s’agisse de la parole, de la langue ou du discours (1986 : 5). Les changements qui peuvent, à un moment ou à un autre, être observés sur le corpus ou le statut des langues sont fonction de l’articulation des pratiques et des représentations par lesquels sont animés les locuteurs. Avec l’application du modèle glottopolitique au domaine littéraire8, il est surtout pour nous question de démontrer sa pertinence en ce qu’il rend compte non pas d’une configuration processuelle des phénomènes sociolinguistiques observables en société mais d’un contenu expérientiel susceptible d’être mis en mots par les acteurs langagiers eux-mêmes lorsqu’ils sont amenés à se prononcer sur des questions linguistiques. Dans cette perspective, l’expérience langagière vécue par les auteurs sert de point de départ à la compréhension des positionnements que ces derniers adoptent en ce qui concerne la gestion des rapports aux langues ainsi que des rapports entre les langues. C’est ce que nous tâcherons de développer dans les lignes qui suivent.

L’impossible neutralité

19Interrogés dans un premier temps sur les motifs qui les poussent à écrire, les auteurs que nous avons sollicités dans le cadre de ce travail nous ont tout de suite permis de noter chez chacun d’eux le souci de s’inscrire dans une relation dialogique et interactive avec le lecteur. Étant assimilée à un acte de création, l’écriture littéraire implique, d’une part, une instance émettrice qui se charge de mettre en place par le biais de la langue un univers de sens et, d’autre part, une instance réceptrice à laquelle revient le loisir d’interpréter les signes qui lui sont présentés sous les yeux.

[Djamel Mati] : « Pourquoi j’écris ? Peut-être est-ce pour me sentir utile ? Écrire étant un acte créateur, à partager, si cet objectif est atteint, l’écrivain se sentirait utile […]. La création d’un roman me fait penser à l’explosion du Big Bang. Quelques parcelles de temps avant, il n’y avait rien. Juste après, le déclic, c’est l’excitation : un mot, un souvenir, une observation, une odeur, une musique ou une émotion peut enclencher un processus de création […]. La structure commence à prendre forme dans la tête avant le stylo. Les personnages prennent vie. Chacun prend sa place. Les décors s’installent. Une histoire s’écrit […]. Après, l’œuvre change de domicile, elle n’est plus l’exclusivité de l’auteur, elle est entre les mains des lecteurs. Comme un enfant qu’on protège, qu’on voit murir, puis partir pour aller ailleurs. Ça pince le cœur, mais ça rend fier. »

[Lazhari Labter] : « J’écris pour dire des choses que j’ai envie de partager avec d’autres et d’inscrire dans la durée. »

[Chawki Amari] : « […] écrire un livre est autre chose, il s’agit de porter une histoire, créer des personnages, transmettre de l’émotion et attirer le lecteur dans l’insondable profondeur de l’auteur, de l’âme humaine et du cosmos. »

[Katia Hacène] : « Plutôt qu’écrire au sens littéraire du terme, je dirais plutôt que « je pense » […]. J’éprouve plus de plaisir à créer des citations qu’un roman. Enfin, j’ajoute que la simplicité de mon style rend mon écriture accessible à tout public. »

20Tel que cela apparait dans les énoncés ci-dessus, l’acte d’écrire est intimement lié à l’acte de lire. La notion de « partage » revient presque dans toutes les bouches comme pour insister sur le fait que l’exercice de la littérature requiert un minimum de générosité aussi bien de la part de celui qui se donne la peine d’écrire que de la part de celui qui se donne le temps de lire.

21Ainsi, dès lors qu’elle est animée par le désir de plaire, de séduire et d’être écoutée, la littérature se déclare comme une quête d’audience et de visibilité. Aussi subversive qu’elle puisse paraitre, cette démarche est motivée par la désertion de la neutralité, par le refus de la solitude et par le rejet de l’indifférence. Dans un monde qui se caractériserait uniquement par des reliefs et des dépressions, la littérature en serait cette partie qui représenterait ces reliefs. Tout cela est encore une fois vérifiable à travers les propos recueillis auprès de nos interlocuteurs. Ces derniers soutiennent d’ailleurs que la thèse de « l’Art pour l’art » ne leur semble plus être à l’ordre du jour du moment qu’elle procède de l’idéalisation de l’activité artistique sans vraiment tenir compte de ses ressorts individuels ni de ses implications collectives. Il en ressort que la dimension artistique inhérente à la littérature est irréductible aux seuls aspects esthétiques et stylistiques qui accompagnent l’écriture et qui, à partir de là, s’inscrivent dans la matrice même de l’œuvre. Au-delà de la forme qui résulte de l’interaction des signes au sein du texte, il importe de ne pas perdre de vue la valeur du contenu véhiculé par la littérature. En examinant de près l’état de la littérature associée à l’espace maghrébin en général, l’on s’aperçoit immédiatement, à la suite de F. Laroussi, que le temps est venu « d’approcher cette littérature comme toute autre littérature digne de critique et d’analyse à la hauteur des thématiques qu’elle aborde » (2004 : 183). Cela nous invite à réinterroger la pertinence de parler encore aujourd’hui de la fonction poétique du langage dans le cas du texte littéraire comme si c’était le seul axe de réflexion qui mérite d’être considéré comme noble. Si, en effet, cette fonction permet de mettre en évidence la valeur intrinsèque du texte, notamment à travers les tournures employées et les effets de sens générés, il se trouve qu’elle relègue au second plan sa valeur extrinsèque. Or, comme le fait remarquer Jean Bernabé (1982 : 86), l’ordre du texte est indissociable de la « psychogenèse » et de la « sociogenèse » qui chaperonnent l’élaboration de sa matérialité langagière. Conjuguée au contexte dans lequel s’exerce l’acte d’écrire, l’expérience sensorielle, affective et rationnelle de l’auteur est toujours là pour moduler son rendu scriptural.

[Djamel Mati] : « J’ai toujours cru que l’art va au-delà de l’œuvre, car il la rend intemporelle, immortelle, tout en stimulant les sens de ceux qui l’admirent. »

[Lazhari Labter] : « Je pense que l’art doit avoir comme but non lui-même mais d’apporter quelque chose à l’artiste et aux hommes. Je préfère l’art au service de l’homme non comme un art de type utilitariste mais comme un art qui met de la douceur dans la vie pour diminuer de sa dureté et de la beauté pour faire reculer la laideur. »

22Dans le même ordre d’idées, les propos de nos interlocuteurs laissent entendre que l’écriture représente en quelque sorte le degré zéro de l’engagement. Le maniement du verbe et la possibilité d’accéder à la sphère publique par le biais de l’écrit confèrent à l’auteur une posture énonciative saillante au sein de la société. Étant donné qu’elle émane d’un travail préalable sur la langue, sa parole est investie d’une charge performative. L’impact qui en découle porte davantage sur les représentations qui entourent la conception du monde que sur les faits tels qu’ils se produisent tous les jours.

[Djamel Mati] : « Évidemment, l’auteur doit porter sa voix en public, mais la meilleure manière de l’exprimer reste par ses écrits. Les pulsions et les soubresauts d’une société font partie du corpus de toutes les littératures. Dans une société aussi multiple que la nôtre, tous les sujets sociétaux et environnementaux sont un vaste champ d’investigation pour les écrivains algériens. Je ne pense pas que l’on puisse mettre sous séquestres la réflexion, quelle qu’elle soit. L’auteur est tenu de débattre sur tous les sujets qu’il maitrise. Toutefois, l’engagement le plus naturel pour l’auteur est d’en parler à travers ses œuvres pour décrire la société et son évolution, du monde et ses déboires, sans concession aucune, avec franchise […]. Personnellement, je ne vois pas de limites à la pensée et à la créativité, si ce n’est, celle imposée par la morale conformiste des poncifs éculés à laquelle il faudrait rester sourd. »

[Lazhari Labter] : « L’auteur n’a de sens que s’il est un auteur dans la Cité. Son engagement intellectuel ne se traduit pas forcément par l’incursion du politique dans le littéraire mais par le rendu du politique dans le littéraire. L’engagement intellectuel peut porter sur tous les sujets et n’a pas de limites. »

  • 9 La théorie des rôles sociaux (Chappuis et Thomas, 1995) renvoie à l’idée selon laquelle les individ (...)
  • 10 Le meddah est, à quelques nuances près, l’équivalent du troubadour dans la culture occidentale et d (...)

23Un simple détour par la théorie des rôles sociaux9 nous apprend que l’intervention de l’auteur, de quelque façon que ce soit, dans les débats sociétaux reste tout à fait légitime pour peu qu’elle revête un aspect intellectuel. Il n’est d’ailleurs pas anodin que dans le langage courant, l’auteur soit qualifié d’homme de lettres ou d’homme de culture. Et c’est à ce titre qu’il peut être convié à (ou interdit de) prendre la parole à la télévision, à la radio et dans les salles de conférences. Alors que Djamel Mati rappelle que le rôle initial de l’auteur est celui de « citoyen », Lazhari Labter lui attribue le rôle de « meddah10 ». Un auteur qui n’est pas dans l’un ou l’autre de ces rôles est condamné à la passivité qui, à terme, peut s’avérer couteuse et infructueuse. De ce point de vue, le silence et la discrétion constituent des attitudes qui ne cadrent pas avec la vocation du citoyen et encore moins avec celle du meddah. Pour sa part, Chawki Amari explique que la résignation et le renoncement sont souvent des options à écarter tant qu’il est toujours possible d’avoir une opinion qui, même si elle n’est pas forcément orientée vers un contexte particulier, reste une opinion quand même.

[Chawki Amari] : « l’engagement en littérature peut être différent, on peut porter par exemple l’idée que l’humain est fondamentalement bon, que l’optimisme n’est pas un défaut et que le monde se portera mieux demain, ou après-demain. »

24Considérés à l’aune du modèle d’A. Hirschman, les quelques observables qui viennent d’être exposés s’inscrivent en porte à faux par rapport à l’option « loyalisme » (loyalty). À aucun moment, décidément, il n’est question pour les auteurs dont les propos ont été analysés de prôner, que ce soit explicitement ou implicitement, l’effacement glottopolitique face à l’ordre établi et face aux idéologies dominantes.

La prise de parole et ses implications glottopolitiques

25Plus qu’un espace de création, la littérature est aussi un espace de prise de parole et de prise de position. Eu égard à l’image qui lui est socialement attribuée, l’auteur est dans bien des cas « considéré comme le parangon de l’intellectuel […] : intellectuel généraliste critique, intervenant dans la sphère politique au nom des valeurs du champ littéraire et n’hésitant pas à mettre le prestige de son nom dans la balance » (Leperlier, 2016 : 147). La figure de l’intellectuel renvoie ici au monde des idées, à celui de la pensée. Et d’ailleurs ce n’est pas un hasard si, de ce point de vue, le langage se présente comme étant le support par le biais duquel s’exprime la pensée. Ce qui, toutefois, ne doit en aucun cas signifier que le langage est hermétique à l’expression de l’affect. Du moment qu’elle peut être verbalisée, toute prise de position implique une part de rationalité et une part de subjectivité.

26En réalité, on ne peut parler de prise de position sans évoquer ses différentes modalités à la lumière des expériences racontées par nos interlocuteurs. Dans ce sillage, l’écriture est perçue comme un instrument d’affranchissement et l’écrit comme un lieu d’accomplissement. Souvent, l’engagement n’est pas considéré comme une finalité en soi mais comme un état d’esprit dicté par le contexte. Pour user d’une métaphore littéraire, nous dirions que l’engagement est, aux yeux de ses adeptes, aussi nécessaire que la ponctuation dans un texte, à la seule différence qu’il n’est pas obligatoire. Pour ne citer que son exemple, lequel nous semble assez illustratif de la tendance générale, Lazhari Labter se dit ouvert aux sorties médiatiques, à l’exploitation des réseaux sociaux et à l’organisation des rencontres culturelles pour faire entendre sa voix.

[Lazhari Labter] : « Les réseaux sociaux que j’exploite personnellement beaucoup, notamment Facebook, nous offrent aujourd’hui des possibilités inouïes de partage et d’échange d’œuvres littéraires et culturelles et d’accès à la culture mondiale […]. En plus des réseaux sociaux, je mets à profit les rencontres culturelles sous leurs différentes formes (cafés littéraires et autres) mais aussi les médias traditionnels (télévision et radio, presse écrite), pour faire avancer la cause du livre et de la culture. »

27S’il est largement toléré en dehors du texte, l’engagement est un élément à manipuler avec précaution dans le texte. Étant, du point de vue de nos interlocuteurs, un projet tourné vers l’universalité, la littérature est tout sauf un lieu de règlements de comptes, d’égarement intellectuel ou de confinement idéologique. Chawki Amari nous explique, à travers sa propre expérience, qu’il est nécessaire de bien faire la part des choses et de ne pas confondre l’exercice de la littérature avec l’exercice de la citoyenneté.

[Chawki Amari] : « Même si moi je m’inscris dans le combat politique, éditoriaux et manifestations de rue, boycott de certaines activités, conférences et prises de parole publiques, alors que dans ma littérature, je reste dans l’œuvre pure, sans aucune, ou très peu, de connotations politiques. J’écris mes histoires et je me sens bien dedans, tout comme avec cette dichotomie, chroniqueur politique et militant engagé d’une part, écrivain (sur)réaliste et apolitique de l’autre. »

28Le lien entre prise de parole et prise de position est désormais explicite, en ce sens que la parole constitue l’expression la plus intelligible de l’engagement intellectuel. Après avoir noté chez nos interlocuteurs une certaine prédisposition à user de l’option voice du modèle d’Hirschman, nous sommes à présent tentés de relever les positions des uns et des autres à l’égard des langues qui font partie de leur paysage sociolinguistique.

Défense et illustration du plurilinguisme

29Tous nos interlocuteurs sont d’accord sur le fait que, pour des raisons géographiques et historiques, l’Algérie repose sur une assise plurilingue. Au-delà de ce constat qui semble d’ailleurs évident, il y a lieu de noter en filigrane un certain désir d’assumer sereinement ce plurilinguisme et d’en tirer durablement profit. La reconnaissance explicite du fait plurilingue apparait dès lors comme étant la conséquence d’une perception positive de la pluralité et de la diversité linguistiques en circulation.

[Katia Hacène] : « La diversité des langues est une richesse. »

[Lazhari Labter] : « Il est inconcevable d’être un auteur dans une société plurilingue et de rester insensible à la question linguistique ou en dehors de la question. En tant qu’auteur, je ne peux faire l’économie de ce débat qui me concerne à la fois en tant qu’auteur pratiquant une ou des langues et en tant que citoyen concerné par l’avenir de mon pays. Je suis pour le plurilinguisme. »

30C’est parce qu’il favorise les interactions et les échanges entre les individus et entre les groupes sociaux que le plurilinguisme est considéré comme une richesse. Il ne s’agit, certes, pas d’une richesse matérielle, mais d’une situation de confort existentiel qui se nourrit des apports des uns et des autres en matière de culture et de savoir. Tel qu’il est perçu, le plurilinguisme a ceci d’intéressant qu’il parvient à dépolariser, dans un cadre profitable à tous, la dialectique du même et de l’autre. D’une part, il permet d’aller vers l’autre, de s’ouvrir à l’autre, et, d’autre part, il permet d’accueillir et de contenir l’autre. Ainsi qu’elle se donne à voir, cette conception du plurilinguisme se veut favorable à la coexistence des langues.

Catégorisation des langues et gestion du plurilinguisme

31Sans contenu palpable, le plurilinguisme reste un concept creux, voire un slogan destiné à prendre le contre-pied de la politique linguistique officielle de l’Algérie, longtemps rompue au monolinguisme d’État et qui depuis 2016 s’initie tant bien que mal au bilinguisme institutionnel. Sur ce point précis, nous interlocuteurs émettent des propositions quelque peu contrastées.

[Lazhari Labter] : « Je pense que nous avons de la chance d’être dans un pays qui « possède » plusieurs langues dont deux maternelles – l’arabe algérien et le tamazight avec leurs variantes – et deux langues de travail utilisées dans l’administration, les médias et la littérature – l’arabe classique et le français. »

[Chawki Amari] : « L’Algérie possède cinq langues, l’arabe classique de l’officiel et du religieux, l’arabe algérien comme langue vernaculaire, le français comme langue de travail dans certaines administrations, la médecine ou la littérature (francophone), le tamazight, berbère des Anciens et toujours aussi vivace, et enfin, la moins connue, le songhaï, qui subsiste encore dans quelques oasis sahariennes comme à Tabelbala, langue d’Algériens qui ne sont pas des immigrés d’hier mais implantés depuis des dizaines et des dizaines de générations. Ça fait beaucoup mais finalement, l’Afrique du Sud possède dix-sept langues officielles et la Bolivie vingt-cinq, donc c’est peu. »

[Djamel Mati] : « Il y a les langues du terroir, celles de nos racines, et il y a celles de l’acquis venant de l’extérieur. Toutes ces langues enrichissent nos cultures, elles écrivent nos mémoires et sont celles du savoir qui nous projettent vers l’avenir dans un monde de plus en plus ouvert et exigeant. »

32Ce qui ressort immédiatement de ces énoncés est que le plurilinguisme implique un acte de possession ayant pour objet plusieurs langues à la fois. S’ensuit un processus d’appropriation qui prône la légitimité de disposer librement de ces langues tant à l’échelle individuelle qu’à l’échelle sociale. Quand Lazhari Labter recense quatre langues en Algérie, Chawki Amari signale la présence de cinq langues. Ce qui nous incite à nous interroger sur la nature de ce que l’un et l’autre entendent par langue. D’abord, une langue se définit, comme le souligne le discours épilinguistique qui nous a été fourni par nos interlocuteurs, par la dénomination par laquelle elle est socialement identifiée. Nommer une langue, c’est admettre qu’elle existe. Ensuite, une langue se définit par sa faculté à être utilisée en société, dans des situations effectives de communication. Aussi une langue se définit-elle par sa disposition à assurer, totalement ou partiellement, des fonctions précises au sein de la société, des fonctions professionnelles, des fonctions éducatives ou des fonctions culturelles. Enfin, une langue se définit par son implantation géographique et son ancrage historique. Notons à ce sujet que les frontières entre parler, dialecte et langue sont complètement effacées. La seule catégorie opératoire que nous avons repérée à travers nos entretiens est celle de langue. Cela signifie que nos auteurs refusent, par leurs discours même, de cautionner une quelconque stigmatisation ou minoration des expressions linguistiques qui circulent dans le contexte algérien.

33Il est aussi possible de relever à partir de notre corpus qu’une langue ne représente pas nécessairement une unité homogène, le phénomène de variation étant admis comme faisant partie du corpus de la langue. C’est ce à quoi Lazhari Labter fait référence dans l’énoncé précédent, en mentionnant le fait qu’il existe de multiples variétés pour l’arabe algérien et le tamazight. De son côté, Chawki Amari développe l’idée que, pour exister ou continuer d’exister, une langue n’a pas forcément besoin d’une quelconque reconnaissance officielle, que ce soit en termes de soutien ou en termes d’accompagnement.

[Chawki Amari] : « […] exception faite de l’algérien et du berbère, qui n’ont pas d’armée ni d’État […] je ne crois pas trop à la valorisation par des officiels, une langue n’a qu’à bien se tenir, et si on a souvent brimé le tamazight, on doit constater qu’il a survécu depuis 4000 ans et est toujours là, même avec des emprunts aux autres langues. »

  • 11 Le songhaï est l’une des langues de l’Afrique sahélienne. Elle est pratiquée loin de son foyer d’or (...)

34Dans le même prolongement, force est de constater, en réexaminant les énoncés précédents, que nos interlocuteurs se livrent volontiers à l’exercice de la catégorisation en ce qui concerne les langues en présence dans le contexte algérien. À chacune de ces langues est attribué un espace de déploiement, un champ d’intervention. Celles-ci sont soumises à une répartition d’ordre statutaire ou fonctionnel. Il s’agit d’une opération qui relève de la gestion du plurilinguisme. Son objectif est d’assurer à chacune de ces langues une zone de confort dans laquelle il lui serait possible de se déployer sans contrainte. Lazhari Labter distingue la catégorie des langues maternelles, représentée par l’arabe algérien et le tamazight, et la catégorie des langues de travail, représentée par l’arabe classique et le français. Alors que la première catégorie conforte la dimension identitaire de la langue, la seconde catégorie met en exergue la dimension utilitaire de la langue. En souscrivant lui aussi à cette catégorisation, notamment en ce qui concerne les langues qui véhiculent une charge identitaire liée à leur statut de langues issues de la transmission intergénérationnelle, Djamel Mati souligne l’impératif de concevoir la diversité linguistique comme un facteur d’enrichissement. Pour sa part, Chawki Amari effectue une autre catégorisation, beaucoup plus parcellaire, en vertu de laquelle il distingue plusieurs sphères au sein desquelles interviennent plusieurs langues : la sphère de l’officiel, la sphère du religieux, la sphère du vernaculaire, la sphère du travail, la sphère des racines et la sphère du lointain fantasque. L’auteur fait remarquer que l’arabe classique assure la liaison entre la sphère de l’officiel et celle du religieux. Dans le même temps, il précise que l’arabe algérien est réservé à la sphère du vernaculaire. Malgré son caractère schématique, cette catégorisation en sphères du paysage sociolinguistique algérien a l’avantage de résorber la violence des rapports diglossiques ou pluriglossiques qui peuvent surgir çà et là. Le souci de l’auteur à travers cette démarche est de livrer une conception apaisée des rapports entre les langues ainsi que du rôle des langues en société. Il va dans sa réflexion jusqu’à affirmer que le songhaï11 fait d’une manière ou d’une autre, qu’on le veuille ou non, partie de la réalité sociolinguistique qui prévaut en Algérie. Si l’on veut réellement faire preuve d’algérianité, il y a intérêt, soutient-il, à reconnaitre toutes les langues en présence, y compris celles qui, comme le songhaï, ne sont pratiquées qu’au fin fond des oasis sahariennes. Il n’est pas question pour lui de valoriser une langue au détriment d’une autre ni d’évoquer une langue et de passer sous silence une autre.

Rejet des conflits linguistiques

  • 12 Ce que nous appelons ici glottocentrisme renvoie à l’impact généré à l’échelle des représentations (...)

35Dans la conception de nos auteurs, le conflit linguistique est simplement le contraire de la coexistence des langues. Une telle situation est entrainée par une perception erronée de la réalité linguistique ou par une approche excluante vis-à-vis de la pluralité linguistique en présence. Elle possède deux points d’ancrage possibles, l’un est situé du côté du pouvoir en place et l’autre du côté des locuteurs. Ou c’est l’État qui se montre à travers sa politique linguistique hostile ou peu favorable à la pluralité linguistique, ou c’est la société, à travers l’ensemble des groupes sociaux dont elle se compose, qui se montre incapable d’assumer pleinement sa diversité. Il se peut aussi que, sous l’effet d’un éventuel glottocentrisme12 agissant en arrière-plan, les deux pôles soient dans une posture de déni vis-à-vis de la dynamique plurilingue.

[Katia Hacène] : « Une diversité mal gérée peut se transformer en handicap, voire en conflit. »

[Chawki Amari] : « La question linguistique est importante en ce sens qu’elle touche à l’identité, qui elle est encore un terrain d’affrontement. »

[Djamel Mati] : « Si vous voulez parler des « conflits linguistiques », sincèrement, je pense que cela ne ressemble plus à un débat, mais à des querelles intestines qui divisent et nuisent à notre société dans son ensemble et sont surtout d’une influence néfaste aux générations futures, auxquelles on ne laissera que des situations confuses et dangereuses à vivre. Ces querelles n’apportent aucune valeur ajoutée à la cohésion de notre patrie […]. Une gestion belliqueuse de la pluralité linguistique en Algérie peut devenir dommageable, pour ne pas dire chaotique et destructrice, si nous n’y prenons pas garde […]. Faisons de notre diversité linguistique et culturelle des vecteurs qui convergent vers la modernité. Ne faisons pas de notre pays la tour de Babel qui a fini par diviser les hommes trop orgueilleux. »

  • 13 La métaphore du rhizome est utilisée par Gilles Deleuze et Félix Gattari (1980), par opposition à c (...)

36Ce que nous retenons des propos de Katia Hacène est que la diversité linguistique nécessite une gestion raisonnée qui tienne compte des besoins et des attentes des locuteurs de tous bords. Sans cela, le risque de voir la situation basculer dans le déséquilibre n’est pas à exclure. Ce qui signifie que face à la diversité linguistique, il ne suffit pas d’observer ses mouvements internes et ses manifestations externes comme s’il s’agissait d’un objet de curiosité, encore faut-il savoir la gérer, prendre en charge les exigences des uns et les aspirations des autres. Cela implique de l’attention et des efforts permanents, notamment de la part des institutions qui entretiennent des rapports étroits avec les langues, à l’instar de l’école, de l’université, de l’administration et des médias. D’après Chawki Amari, la langue a ceci de délicat qu’elle véhicule une charge identitaire, qu’elle constitue à bien des égards un marqueur identitaire. Qu’ils soient appréhendés individuellement ou collectivement, les locuteurs s’identifient à leurs langues tout autant qu’ils se définissent par leurs langues. La langue forge les repères de celui qui la parle et devient par conséquent un bouclier au service de l’affirmation de soi, a fortiori quand elle est investie de représentations valorisantes. La seule manière de réussir le pari de la pluralité linguistique est, selon Djamel Mati, d’admettre l’existence d’une identité commune susceptible de servir de réceptacle à toutes les expressions linguistiques en circulation. Plutôt que d’avoir le regard tourné vers une source unique de références symboliques, notre interlocuteur plaide en faveur d’une configuration rhizomatique13 de l’identité, ce qui implique que tout particularisme, de quelque nature que ce soit, constitue dans l’absolu un enrichissement utile pour la collectivité. Les pulsions de domination, y compris celles qui sont d’ordre linguistique, sont dès lors considérées comme un facteur de désagrégation sociétale, alors même que, paradoxalement, elles peuvent être motivées par l’intention d’œuvrer à l’unification sociopolitique, socioculturelle et sociolinguistique par l’imposition d’une feuille de route figée. C’est comme si – pour décrire la situation en termes de covariance – la structure sociale devait sa cohésion à l’ensemble des langues, à toutes les langues, sans exception aucune, qui en font partie.

37Il n’est pas vain par ailleurs de souligner que les conflits linguistiques sont souvent dus à la méconnaissance et/ou à la non-reconnaissance de l’autre, notamment en ce qui concerne sa langue et sa culture. Ils sont aggravés par des préjugés ayant potentiellement pour conséquence la création de clivages sur la base de positionnements idéologiques (Boyer, 2017 [2001]), d’attitudes glottophobes (Blanchet, 2016b) ou de projections glottophagiques (Calvet, 2002 [1974]) hostiles à la diversité linguistique.

[Chawki Amari] : « Pour les gens qui aiment parler, chaque langue est suspecte en théorie, réceptacle supposé d’une influence étrangère […]. Si on peut accuser des écrivains francophones d’être orientés France ou d’autres écrivains arabophones inclinés Arabie Saoudite, ce n’est évidemment pas valable pour tout le monde, même si on a cette impression gênante que certains auteurs algériens francophones écrivent pour les Français quand ils parlent de leur pays et pas pour leurs compatriotes. »

38La querelle entre francisants et arabisants est particulièrement symptomatique en Algérie. Elle s’est exacerbée au moment où le pays, au lendemain de son indépendance, s’apprêtait à choisir et à former ses élites. Le champ littéraire, comme le soulignent les propos de Chawki Amari, en a été manifestement contaminé. Quand ils refusent de communiquer, les auteurs francophones et les auteurs arabophones sont condamnés à se tourner éternellement le dos les uns aux autres, à ne jamais se comprendre et à ne jamais se mettre d’accord sur l’essentiel. C’est de là, et de nulle part ailleurs, que nait le conflit. Ce qui vaut pour le français et l’arabe vaut également pour les autres langues. Et pourtant, d’après notre interlocuteur, rien ne justifie cette polarisation et les frictions qui en découlent.

De la nécessité de dépassionner le débat sur les langues

39La relation de proximité entretenue par l’auteur avec la langue est parfois à l’origine de stéréotypes fondés sur l’idéalisation et la mythification de l’acte d’écrire. C’est ainsi que l’activité littéraire peut facilement supposer que l’auteur doive s’isoler avec la langue, signer un contrat de fidélité avec elle. Chawki Amari explique qu’il n’en est rien, que la réalité, du moins en ce qui le concerne, est tout autre et que la vérité est ailleurs, loin de ce type de raccourcis.

[Chawki Amari] : « La langue n’est qu’un moyen, l’important est ce qu’on dit avec. »

40L’auteur met l’accent sur l’aspect utilitaire de la langue au moment de l’écriture. Il s’agit principalement pour lui d’un contenant mis au service d’un contenu qui, lui, a la particularité d’appartenir à l’univers de l’auteur lui-même. À trop se focaliser sur le contenant, on risque de perdre de vue le contenu. Or, ce qui importe, à ses yeux, est ce que la langue permet de dire, de créer et d’avoir comme effet sur le lecteur. La primauté ainsi prônée, du moins en apparence, du message sur le code ne doit pas être immédiatement interprétée comme une tentative de réductionnisme visant à escamoter toute la complexité inhérente à l’écriture littéraire. L’idée du propos est que la langue doit accompagner le processus de création afin de permettre l’émergence de formes innovantes tant du point de vue esthétique que du point de vue thématique. Quand notre interlocuteur déclare que « l’important est ce qu’on dit avec [la langue] », il n’est pas vain d’y voir en arrière-plan une allusion fondamentale à la question de l’usage, à la manière dont le message est mis en forme, à travers les procédés langagiers et les effets de sens qui sous-tendent l’acte d’écrire.

[Chawki Amari] : « La littérature est une langue en soi, à part […]. La littérature est de ce point de vue universelle. »

41Par cet énoncé, l’auteur tente de placer la littérature en dehors de toute polémique d’ordre linguistique, en revendiquant clairement son caractère universel. Au lieu de rattacher la littérature à la langue dans laquelle elle s’écrit, il propose d’inverser l’opération pour pouvoir enfin redécouvrir la langue à travers la littérature. Il s’agit de redécouvrir une langue retravaillée, qui se distingue par sa capacité à produire des corpus lisibles à la lumière des signes qu’ils véhiculent et des idées qu’ils suggèrent. Dans ces conditions, le statut de la littérature se définit non seulement par la faculté du sujet écrivant à écrire dans telle ou telle langue, de telle ou telle manière, mais aussi par sa disposition à écrire sur autrui – ou encore pour autrui – dans un mouvement d’ouverture sur l’altérité.

42Même si le surgissement du linguistique dans le littéraire peut paraitre inévitable, nos interlocuteurs tendent à en expliquer les tenants et les aboutissants par des arguments d’allure rationnelle, loin de toute interférence d’ordre affectif, en évoquant l’impératif de « maitrise linguistique » que suppose l’acte d’écrire. Écrire dans une langue, ce n’est pas forcément l’aimer plus que les autres ou l’aimer tout court, mais c’est surtout être capable de s’exprimer avec ses mots, de composer avec sa syntaxe et d’exploiter ses subtilités grammaticales. Cela nous renvoie dans un premier temps à la question de compétence puis à celle de performance.

[Katia Hacène] : « je ne pourrais pas écrire dans une langue que je que ne maitrise pas, c’est pourquoi je ne rédige qu’en français, ce qui ne m’empêche pas d’apprécier les autres langues […] À mon sens, il ne s’agit pas d’une question d’appartenance mais de maitrise d’une langue. »

[Djamel Mati] : « Écrire dans une langue qu’on maitrise est d’une logique élémentaire, c’est l’environnement dans lequel on a évolué qui l’impose le plus naturellement du monde. Je pense que l’auteur s’approprie la langue avec laquelle il a évolué dans son cursus et avec son entourage. Il s’approprie la langue qui l’enrichit le plus et lui permet de transmettre ses messages. »

[Lazhari Labter] : « Disons d’un mot qu’écrire dans une langue ou dans une autre implique un choix (Citons Milan Kundera à titre d’exemple qui a délibérément opté pour le français à la place de sa langue maternelle qui est le tchèque) ou découle d’un non choix (maitrise d’une seule langue). »

43Porter le chapeau d’auteur francophone, comme c’est le cas de nos interlocuteurs, signifie que l’on écrit simplement en français, non pas, d’après eux, pour ressembler aux Français, non pas pour imiter les Français, non pas pour défendre la cause des Français. Comme le laisse entendre le témoignage de Djamel Mati, c’est l’auteur qui s’approprie la langue, et non l’inverse. Même si une langue peut paraitre étrangère aux yeux d’autrui, elle n’est pas forcément perçue comme telle par celui qui s’en sert pour signer ses œuvres. Cela est d’autant plus logique que cette langue a pendant longtemps accompagné sa socialisation langagière et qu’elle fait désormais partie de son répertoire linguistique.

Vers de nouvelles perspectives glottopolitiques

44En tant que pays, l’Algérie s’étend sur un vaste territoire. Son système politique est fondé, dès l’indépendance, sur le principe de centralisation. L’expérience historique de l’agression venant de l’extérieur a été déterminante dans le développement d’une méfiance épidermique à l’égard de tout ce qui est étranger, de tout ce qui est différent. Sur le plan linguistique, le monolinguisme s’est alors imposé comme un choix stratégique pour la jeune Nation, au point de devenir « un dogme intangible, un objectif indiscutable de la construction nationale, au même titre que l’indépendance politique qui en fut la pierre angulaire » (Grandguillaume, 1983 : 29). Maintenant que l’objectif n’est plus le recouvrement de la souveraineté nationale, il est temps d’œuvrer, entend-on ici et là, à l’édification d’une société en phase avec la modernité, une société qui ne soit ni dans le reniement de soi ni dans le déni de l’altérité. C’est ce qui explique la facilité avec laquelle Chawki Amari, et avec lui d’autres auteurs, tend à se démarquer de la politique linguistique monolingue.

[Chawki Amari] : « Aujourd’hui, l’Algérie forme une communauté homogène, d’Alger à Tamanrasset et de Tindouf à Annaba. Faut-il pousser cette homogénéité jusqu’à ne posséder qu’une seule langue en interdisant les autres ? Non bien sûr, laisser les langues vivre et coexister, s’il y a des lecteurs en anglais, pourquoi ne pas écrire des livres en anglais, ce qui est valable pour les autres langues, arabe, tamazight, français ou même songhaï. »

45Lazhari Labter parle, quant à lui, de la multiplicité linguistique dans laquelle baigne la société algérienne en termes de « chance ». Son discours véhicule un projet glottopolitique favorable à la prise en charge effective de toutes les langues en présence. Ce projet se résume en trois points : sauvegarder les langues en usage, approfondir leur connaissance auprès des locuteurs et leur potentiel d’expression et étendre leur champ d’utilisation. Les trois verbes utilisés pour annoncer et énoncer ce projet ne sont pas des verbes ordinaires, ce sont des verbes d’action, des verbes dotés d’une puissance performative d’ordre glottopolitique.

[Lazhari Labter] : « Nous avons la chance d’avoir et de pratiquer plusieurs langues dans notre pays et il se serait malheureux de ne pas les sauvegarder, les approfondir et les étendre. »

46Dans le même ordre d’idées, Lazhari Labter appelle à la concrétisation de ce projet sur le terrain, en proposant, au-delà d’une politique linguistique à orientation plurilingue, un plan d’aménagement linguistique concret, exactement au sens que Robert Chaudenson donne à ce terme, c’est-à-dire comme un cadre d’action correspondant à « la mise en œuvre, éventuellement différenciée, des moyens nécessaires à la réalisation des objectifs politiques dans le cadre de la planification » (1989 : 101). Cela implique le déblocage de fonds budgétaires suffisants, la mobilisation de ressources humaines qualifiées et la mise au point de programmes adaptés. La particularité de ce projet glottopolitique est qu’il concerne en premier lieu les langues pratiquées dans le contexte algérien, avec la possibilité de s’étendre, en fonction des besoins ressentis en société, à d’autres langues imposées par le contexte international.

[Lazhari Labter] : « Mon avis est qu’on devrait déployer tous les moyens matériels et pédagogiques pour développer et approfondir ces langues tout en favorisant l’acquisition d’autres langues qui se sont imposées au monde, notamment l’anglais et le chinois. »

47Et, justement, dans le but de s’ouvrir au monde, les langues sont considérées comme le meilleur moyen pour établir des ponts entre des locuteurs appartenant à des sphères linguistiques différentes. Cette idée est développée par Djamel Mati qui, à partir de son point de vue favorable aux échanges interculturels, voit dans la traduction une opportunité pour transcender les barrières linguistiques.

[Djamel Mati] : « La traduction est un pont qui traverse les frontières. Construisons-le […] Sur le plan littéraire, nous pourrions démultiplier nos échanges et nos productions grâce à la traduction – il existe des instituts de traduction et aussi d’excellents traducteurs. »

48Au-delà de son aspect technique, la traduction constitue une perspective glottopolitique qui va dans le sens de la promotion du plurilinguisme et de la coopération inter-linguistique. Il est d’ailleurs possible de s’en servir comme point de départ pour asseoir les premiers jalons d’un aménagement linguistique tourné vers la pluralité et la multiplicité. Dans un contexte comme celui de l’Algérie où les quelques langues en présence recèlent un potentiel littéraire perceptible à travers des productions de plus en plus nombreuses, la traduction peut de prime abord faire connaitre aux uns le travail créatif des autres. À bien des égards, la valorisation des œuvres disponibles passe par leur conversion et leur intégration dans des versions accessibles à un public plus large. Une telle entreprise a le mérite de mettre en évidence une matrice culturelle en partage transcendant les différences constitutives du tissu social. Dans cette perspective, le rôle de la traduction est non seulement d’amplifier l’écho des voix émises dans des langues diverses, mais également de rendre possibles leur rencontre et leur interaction. Ce qui émane de la sphère francophone peut ainsi parvenir sans altérations substantielles notables à la sphère arabophone, et vice versa. La sphère amazighophone peut elle aussi tirer profit de ce transfert de contenus pour consolider sa présence sur la scène littéraire et enrichir son catalogue en s’inspirant de traditions littéraires plus anciennes.

La défection glottopolitique

49D’après les témoignages que nous avons collectés auprès de nos interlocuteurs, la défection (exit) n’est pas une règle. Il s’agit plutôt de l’exception qui confirme la règle. Cette option revêt un sens particulier ; elle s’apparente à une prise de distance ou à une prise de recul. Ce qui interdit toute confusion avec le renoncement. Contrairement à celui-ci, il s’agit là d’une réaction active qui consiste à manifester son mécontentement face à une situation jugée inconvenable non pas, naturellement, en fermant les yeux, mais en détournant son regard, en tournant la page, en se mettant à l’abri des facteurs qui suscitent la frustration et engendrent l’insatisfaction. L’expérience langagière de Katia Hacène nous semble à ce propos fort édifiante. À l’instar des jeunes de sa génération, elle a été marquée, dès le début des années 1980, par la politique d’arabisation qui, selon ses dires, l’a empêchée de poursuivre les études de son choix à l’université. Et afin d’échapper à l’arabisation des sciences humaines et sociales qui, pourtant, étaient au cœur de ces centres d’intérêt, elle s’est réfugiée dans le domaine des langues étrangères, en optant finalement pour les études anglophones.

[Katia Hacène] : « En effet, je m’étais destinée à une carrière dans le domaine des sciences humaines et sociales mais l’année où j’ai obtenu mon baccalauréat, cette filière n’existait plus en langue française. J’ai dû donc renoncer à ma vocation et entreprendre, bien malgré moi, une licence d’anglais. Des générations ont été sacrifiées pour des raisons similaires. »

50Cet épisode correspond au premier acte de défection dans le parcours de Katia Hacène. D’un côté, elle ne cède pas à l’arabisation et, de l’autre, elle n’entre pas en conflit direct avec cette politique, privilégiant ainsi une voie qui n’est ni dans la résignation totale ni dans l’action pure. Cette tendance se manifestera plus tard dans les choix littéraires de l’auteure. Elle nous confiera, à l’occasion, sa perplexité face à l’incursion du politique dans le littéraire.

[Katia Hacène] : « Je trouve la littérature actuelle trop politisée. Il est regrettable que les ouvrages de divertissement (romans classiques, contes, poésies et autres) n’aient plus tellement la cote. »

51Sur les questions linguistiques qui traversent la société algérienne, Katia Hacène se dit incapable de se prononcer. En choisissant la voie de l’immigration, elle ne se sent plus concernée par ces questions. Ni le débat, ni la polémique, ni le combat ne l’intéressent. Ce détachement vis-à-vis des questions linguistiques constitue un autre acte de défection que l’auteure justifie cette fois-ci par son éloignement de la réalité du terrain algérien. Et comme ultime acte de défection, elle délègue à autrui la tâche de réfléchir à ces questions.

[Katia Hacène] : « Depuis que je vis en France, je considère ces questions avec beaucoup plus de recul. Désormais, je pense être mal placée pour porter certains jugements ou mener certains combats. J’estime que ceux qui vivent au sein de la société concernée sont beaucoup plus habilités à le faire. »

52La posture de défection par laquelle se distingue Katia Hacène prend ici la forme d’une abstention glottopolitique. Il ne s’agit par contre pas de se mettre complètement à l’écart de la réflexion linguistique, mais de se mettre en retrait, par précaution, par discrétion, par modestie, par lassitude ou par manque de données récentes sur la situation à examiner.

Conclusion

53Rien qu’à travers l’analyse de quatre expériences littéraires, celles de Djamel Mati, Lazhari Labter, Chawki Amari et Katia Hacène, le modèle d’Albert Hirschman s’est montré particulièrement efficace pour la mise en perspective des stratégies glottopolitiques adoptées par ces auteurs. Aux questions que nous nous sommes posées au début de cet article, nous avons pu répondre par des exemples concrets qui témoignent de la manière dont s’impliquent les auteurs dans la vie sociale des langues. Plus que des sujets écrivants, ces derniers sont des acteurs langagiers qui ne peuvent pas s’empêcher de manifester leurs positionnements à l’égard des langues auxquelles ils sont confrontés. Comme l’attestent leurs discours, la neutralité épilinguistique n’existe donc pas en tant que telle. Le fait de dire ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire dans le domaine de la gestion de la pluralité linguistique ambiante procède d’une démarche glottopolitique. Émettre des propositions à la suite d’un constat jugé insatisfaisant à l’égard du statut des langues en société relève aussi d’une démarche du même ordre. Ces manifestations sont portées par l’option voice du modèle d’A. Hirschman. Parmi les stratégies glottopolitiques que nous avons relevées chez nos interlocuteurs, nous pouvons citer la défense du plurilinguisme, la promotion de la coexistence des langues et le rejet des conflits linguistiques. À l’appropriation affective et existentielle de la langue, les auteurs que nous avons interrogés nous confient qu’ils privilégient, dans le cadre du processus d’écriture, une appropriation utilitaire et circonstancielle de la langue.

54Par ailleurs, quand le terrain est perçu comme défavorable à l’engagement intellectuel, l’option exit apparait comme une alternative des plus économiques. Qui plus est, elle n’est pas particulièrement déshonorante pour la personne qui l’entreprend et, en même temps, elle n’est pas menaçante pour la face d’autrui. Le rapport aux langues n’étant pas vécu dans la solitude que suppose l’acte d’écrire, il implique une certaine disponibilité à composer avec les langues de son environnement et une certaine disposition à élever le débat. Nos interlocuteurs nous ont ainsi appris, à travers les questions que nous leur avons posées et les réponses qu’ils ont bien voulu nous accorder, plus de choses sur ce qu’il convient de faire avec les langues, en référence à leur gestion et à leur aménagement, que sur ce qu’il convient de faire des langues, en référence à leur usage strict, que ce soit en littérature ou en dehors de la littérature.

Annexes : Guide d’entretien

  • Pourquoi écrivez-vous ? Et que représente pour vous l’acte d’écrire ?

  • Que pensez-vous du rôle de l’auteur dans la société ? Comment envisagez-vous ce rôle à la lumière de votre expérience personnelle ?

  • La thèse traditionnelle de « l’Art pour l’art » est-elle encore valable à vos yeux ou non ? Expliquez-nous votre position.

  • L’engagement (intellectuel) de l’auteur a-t-il une quelconque place dans le champ littéraire ? Sous quelles formes cet engagement peut-il se manifester ? Sur quels sujets doit-il porter ? Quelles seraient ses éventuelles limites ?

  • De quelle manière l’auteur peut-il intervenir dans le débat public en sa qualité de personnalité pourvue de visibilité sociale ?

  • Vous sentez-vous interpellé par les questions linguistiques qui traversent la société et qui, parfois, agitent l’opinion publique ? Expliquez-nous.

  • Quel regard portez-vous sur la situation sociolinguistique qui prévaut en Algérie ? Et que préconisez-vous au sujet de la gestion de la diversité linguistique en présence ?

  • Dans quelle mesure la littérature peut-elle être un lieu où les langues peuvent être réhabilitées, redéployées et valorisées ? Quelle différence implique le fait d’écrire dans une langue plutôt que dans une autre ? C’est la langue qui appartient à l’auteur ou, au contraire, c’est l’auteur qui appartient à la langue ?

  • Certaines expériences montrent que l’auteur peut multiplier ses activités en dehors du strict acte d’écrire : créer une maison d’édition (Lazhari Labter, Rachid Oulebsir), lancer un journal (Tahar Djaout), lancer une revue (Mouloud Mammeri), fonder une association (Tahar Ouettar), ouvrir un café littéraire (Youcef Zirem). Que vous inspirent ces actions ? Quelle symbolique revêtent-elles à vos yeux ?

  • D’autres expériences montrent que l’auteur peut parfois opter pour le renoncement comme forme ultime de résistance : l’exil (Aziz Chouaki), la suspension ou l’abandon de l’écriture (Malek Haddad), changement de langue d’expression ou alternance de langues (Kateb Yacine, Rachid Boudjedra, Amin Zaoui), boycott de certaines manifestations, boycott de certains médias. À votre avis, qu’est-ce qui peut justifier ces différentes postures ? Comment celles-ci doivent-elles être interprétées selon vous ?

Haut de page

Bibliographie

BERNABE Jean, 1982, « Contribution à une approche glottocritique de l’espace littéraire antillais », La Linguistique, vol. 18, n° 1, p. 85-109.

BLANCHET Philippe, 2012, La linguistique de terrain, méthode et théorie. Une approche ethnosociolinguistique de la complexité, Presses universitaires de Rennes, Rennes.

BLANCHET Philippe, 2016a, « Les apports d’une perspective glottopolitique en didactique du français », Dialogues et cultures, n° 62, p. 13-17.

BLANCHET Philippe, 2016b, Discriminations : combattre la glottophobie, Editions Textuel, Paris.

BOURDIEU Pierre, 1982, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Fayard, Paris.

BOYER Henri, 2010, « Les politiques linguistiques », Mots. Les langages du politique, n° 94, p. 67-74.

BOYER Henri, 2017 [2001], Introduction à la sociolinguistique, Dunod, Paris.

CAITUCOLI Claude, 2004, « L’écrivain africain francophone agent glottopolitique : l’exemple d’Ahmadou Kourouma », Glottopol, n° 3, p. 6-25. URL: http://glottopol.univ-rouen.fr/telecharger/numero_3/gpl302caitucoli.pdf (consulté le 23/06/2020)

CALVET Louis-Jean, 1999 [1987], La guerre des langues et les politiques linguistiques, Hachette, Paris.

CALVET Louis-Jean, 2002 [1974], Linguistique et colonialisme. Petit traité de glottophagie, Payot et Rivages, Paris.

CALVET Louis-Jean, 2002, Le marché aux langues. Les effets linguistiques de la mondialisation, Plon, Paris.

CANUT Cécile, DANOS Félix, HIM-AQUILLI Manon, PANIS Caroline, 2018, Le langage, une pratique sociale. Eléments d’une sociolinguistique politique, Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon.

CHAPPUIS Raymond, THOMAS Raymond, 1995, Rôle et statut, Presses universitaires de France, Paris.

CHAUDENSON Robert, 1989, 1989 : Vers une révolution francophone ?, L’Harmattan, Paris.

DELEUZE Gilles, GATTARI Félix, 1980, Mille plateaux, Editions de Minuit, Paris.

FILLOL Véronique, VERNAUDON Jacques, 2004, « Une école plurilingue en Océanie francophone ? », Hermès, La Revue, n° 40, p. 294-298.

GAUDIN François, 2005, « La socioterminologie », Langages, n° 157, p. 80-92.

GAUVIN Lise, 1997, L’écrivain francophone à la croisée des langues. Entretiens, Editions Karthala, Paris.

GRANDGUILLAUME Gilbert, 1983, Arabisation et politique linguistique au Maghreb, Maisonneuve et Larose, Paris.

GUESPIN Louis, MARCELLESI Jean-Baptiste, 1986, « Pour la glottopolitique », Langages n° 83, p. 5-34.

HARCHI Kaoutar, 2016, Je n’ai qu’une langue, ce n’est pas la mienne. Des écrivains à l’épreuve, Pauvert, Paris.

HIRSCHMAN Albert Otto, 2011 [1970], Exit, voice, loyalty. Défection et prise de parole, Editions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles.

LAROUSSI Foued, 2003, « Glottopolitique, idéologies linguistiques et État-nation au Maghreb », Glottopol, n° 1, p. 139-150. URL: http://glottopol.univ-rouen.fr/telecharger/numero_1/gpl1_11larou.pdf (consulté le 20/11/2020)

LAROUSSI Foued, 2004, « “Ecrire dans la langue de l’autre ?” Quelques réflexions sur la littérature francophone du Maghreb », Glottopol, n° 3, p. 181-189.URL : http://glottopol.univ-rouen.fr/telecharger/numero_3/gpl314laroussi.pdf (consulté le 03/12/2020)

LEPERLIER Tristan, 2016, « Les écrivains algériens et l’expérience démocratique dans les années 1990 », Communication, n° 99, p. 145-158.

MAINGUENEAU Dominique, 2009, « Auteur et image d’auteur en analyse du discours », Argumentation & analyse du discours, n° 3. URL : https://doi.org/10.4000/aad.660 (consulté le 31/07/2019)

ROBILLARD Didier (de), 2001, « Peut-on construire des “faits linguistiques” comme chaotiques ? Quelques éléments de réflexion pour amorcer le débat », Marges linguistiques, n°1, p. 163-204.

SOUAG Lameen, 2019, « Les verbes korandjé d’origine berbère (songhay de Tabelbala, Algérie) », Etudes et documents berbères, n° 41, p. 129-147.

TILMATINE Mohamed, 1996, « Un parler berbéro-songhay du sud-ouest algérien (Tabelbala) : Eléments d’histoire et de linguistique », Etudes et documents berbères, n° 14, p. 163-198.

Haut de page

Notes

1 Le discours épilinguistique désigne les propos tenus à l’égard des langues, propos qui véhiculent des positionnements évaluatifs et des jugements appréciatifs.

2 Lise Gauvin affirme que les auteurs sont dotés d’une « surconscience linguistique » (1997) dans la mesure où ils entretiennent des rapports étroits avec la langue tant en termes de praxis qu’en termes de réflexivité.

3 La sociolinguistique appliquée est une branche de la sociolinguistique au sein de laquelle sont développées des approches d’intervention sur la langue/sur les langues.

4 Il s’agit d’un modèle transdisciplinaire dans la mesure où son application peut être étendue à de nombreux champs disciplinaires.

5 Le chaos doit être entendu ici comme une tendance naturelle à l’hétérogénéité, phénomène auquel les langues n’échappent pas (Robillard, 2001).

6 Le terme d’intranquillité linguistique nous parait ici préférable à celui d’insécurité linguistique, en ce sens qu’il traduit un constat général irréductible à ses manifestations ponctuelles.

7 Il n’est pas sans intérêt de souligner que dans le texte fondateur du projet glottopolitique (Guespin et Marcellesi, 1986), le mot processus a été utilisé 11 fois.

8 Ce modèle s’est révélé fructueux dans de nombreuses perspectives, à l’instar de la littérature (Caitucoli, 2004), de la socioterminologie (Gaudin, 2005), de la didactique des langues (Blanchet, 2016a), etc.

9 La théorie des rôles sociaux (Chappuis et Thomas, 1995) renvoie à l’idée selon laquelle les individus agissent en société comme des acteurs auxquels sont assignées des tâches qu’ils sont censés remplir conformément aux mécanismes et conventions régissant les interactions sociales.

10 Le meddah est, à quelques nuances près, l’équivalent du troubadour dans la culture occidentale et du griot dans la culture africaine. Il s’agit d’un artiste populaire qui se distingue par sa faculté à prendre la parole en public.

11 Le songhaï est l’une des langues de l’Afrique sahélienne. Elle est pratiquée loin de son foyer d’origine, dans la région de Tabelbala, à l’ouest du Sahara algérien, sous une variété appelée le korandjé. Hormis quelques études à orientation dialectologique qui lui sont directement consacrées (Souag, 2019 ; Tilmatine, 1996), peu de travaux académiques en mentionnent l’existence quand il s’agit de décrire le paysage sociolinguistique algérien.

12 Ce que nous appelons ici glottocentrisme renvoie à l’impact généré à l’échelle des représentations et des attitudes par l’idéologie monolingue, ce qui se traduit par la mise en place d’un régime de hiérarchisation bivalent fondé sur la “survalorisation de sa propre langue” et le “dénigrement de celle des autres” (Fillol et Vernaudon, 2004 : 297).

13 La métaphore du rhizome est utilisée par Gilles Deleuze et Félix Gattari (1980), par opposition à celle de la racine, pour décrire des situations marquées par une disposition non hiérarchique d’éléments hétérogènes voués à l’interconnexion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mokhtar Boughanem et Hassiba Benaldi, « Les stratégies glottopolitiques de quelques auteurs algériens d’expression française : quels positionnements face aux langues ? »Glottopol [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 22 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/834 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.834

Haut de page

Auteurs

Mokhtar Boughanem

mokhtarboughanem[at]gmail.com
Université d’Alger 2, Laboratoire LISODIL, Algérie
Doctorant en sciences du langage. Ses travaux s’inscrivent dans le cadre de la sociolinguistique de la littérature. Il s’intéresse particulièrement à l’expérience langagière des auteurs algériens contemporains, notamment à travers ses ressorts épilinguistiques et ses implications glottopolitiques.

Hassiba Benaldi

benaldihassiba[at]gmail.com
Université d’Alger 2, Laboratoire LISODIL, Algérie
Maitre de conférences HDR. Nombre de ses publications portent sur les spécificités énonciatives et pragmatiques du discours romanesque francophone

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search