Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Dossier thématiqueÉtude exploratoire d’expériences ...

Dossier thématique

Étude exploratoire d’expériences de glottophobie en Provence réalisée auprès d’étudiants et d’étudiantes de l’université d’Aix-Marseille

Exploratory study of glottophobia experiences in Provence conducted among students from Université d’Aix-Marseille
Philippe Blanchet, Christian Bergeron et Mylène Lebon-Eyquem

Résumés

Mettre en œuvre une intervention glottopolitique nécessite d’établir un diagnostic d’une situation sociolinguistique à un moment T en y incluant les orientations glottopolitiques des acteurs sociaux et actrices sociales (les « agents », dans la terminologie Guespin-Marcellesi). L’objectif de cette étude est d’explorer les parcours sociolinguistiques d’étudiant.e.s en lien avec la question des discriminations à prétexte linguistiques (ou glottophobie) en Provence. Un peu plus de 100 participant.e.s inscrit.e.s à l’université d’Aix-Marseille ont participé à une enquête quantitative. Les réponses révèlent une pluralité linguistique importante, surtout familiale et à laquelle les répondant.e.s se déclarent massivement attaché.e.s. La norme prescriptive du français exerce une pression puissante qui crée une insécurité linguistique chez une bonne moitié des répondant.e.s. Au cours des trois dernières années, plus de 50% en ont été témoins et environ 7% victimes. Seulement 5% en ont parlé à des proches et 1% à une instance de médiation ou de recours. Cela confirme qu’un dispositif de vigilance est nécessaire afin d’assurer le respect des droits linguistiques fondamentaux et une équité de traitement des personnes quelles que soient la ou les langue(s) et variété(s) de français employées.

Haut de page

Notes de la rédaction

[Traduction en provençal du titre, du résumé et des mots-clés]
ESTÙDI ESPLOURAIRE D’ESPERIÈNCI DE GLOUTOUFOUBÌO EN PROUVÈNÇO MENA VERS D’ESTUDIANT E D’ESTUDIANTO DE L’UNIVERSITA DE Z-AIS-MARSIHO
Pèr engaja uno acien sus lei lengo, fai besoun de bèn encapa l’estamen d’aquélei lengo, de seis imàgi e de seis usanço dins la dicho soucieta, sènso óublida coumo viron ‘quélei questien pèr lei gènt qu’acò toco (leis « agènt » dins lou voucabulàri de Guespin-Marcellesi). Aquel estùdi a pèr amiro de descurbi leis escourregudo d’estudiant.o demié lei lengo en Prouvènço, en fènt lou liame ‘mé la questien dei descriminacien souto escampo de lengo (tambèn dicho gloutoufoubìo). Un bèu centenau de gènt marca à l’universita de z-Ais-Marsiho an partecipa à-n-uno enquisto pèr chifra ‘n pau tout acò. Lei responso fan vèire que mai-que-mai dins sei famiho, an fouaço lengo emai que li soun estaca. La normo óuficialo dóu francés quicho pouderouso e meno la mita dei gènt à èstre mau-segur de soun gàubi. Dedins lei tres annado passado, mai de la mita dei gènt que an respoundu n’an vist e aperaqui lei 7% n’an pati. Pamens soulamen lei 5% n’an parla à sa parentèlo e sei coulègo e l’1% s’es fa ajuda vo s’es apela. Acò refourtisse lou necite de s’ourganisa pèr que noun siegue de manco lou respet dei dre foundamentau de parla sa lengo e à soun biais, tau que degun.o siegue trata.do diferentamen quento que siegon sa o sei lengo vo maniero de francés.
Paraulo-clau : Gloutoufoubìo, descriminacien, mau-segureta de lengo, plurilenguisme, lengo prouvençalo, Prouvènço.

Texte intégral

Approfondir la connaissance des phénomènes de glottophobie dans les espaces de langue française : le contexte en France1

  • 1 NB : Cet article s’appuie sur une trame similaire à ceux que nous publions à partir des réponses à (...)

1« Combattre la glottophobie » (Blanchet, 2016a) par des interventions glottopolitiques adaptées nécessite d’établir un diagnostic d’une situation sociolinguistique à un moment T en y incluant les orientations glottopolitiques des acteurs sociaux et actrices sociales (les « agents », dans la terminologie de Guespin et Marcellesi, 1986). Nous proposons ici une étude de cas qui contribue à poser un diagnostic incluant précisément les attitudes et interventions potentielles d’agents glottopolitiques dans la perspective de l’élaboration d’une intervention globale destinée à mieux identifier, analyser et combattre des discriminations glottophobes qui constituent, elles aussi, des attitudes et comportements glottopolitiques.

  • 2 Le français actuel est également issu, entre autres, d’emprunts à d’autres langues d’Oïl et d’une s (...)

2La France est un espace où le rapport à la langue française est particulier par rapport aux autres espaces francophones, en ce sens que le français est historiquement issu d’une partie de la France (aujourd’hui appelée « ile de France »)2 et qu’il y constitue l’un des éléments de la construction de l’identité nationale. Des travaux préalables ont récemment montré que des stigmatisations et discriminations à prétextes linguistiques (glottophobes) sont très présentes dans la société française (Blanchet, 2016a et 2018 ; Blanchet et Clerc Conan, 2018, Trimaille et Eloy, 2012). Approfondir la connaissance de ces phénomènes apparait nécessaire.

La question des langues et des discriminations en France

3La question de la glottophobie a fait l’objet d’une prise de conscience qui a traversé la société française ces toutes dernières années.

  • 3 Ces appellations sont beaucoup plus récentes : les années 1970 pour la première, les années 2000 po (...)

4Des combats existaient déjà depuis longtemps pour défendre les droits bafoués des personnes et des groupes locuteurs d’autres langues que le français : dès le XIXe siècle et la mise en place d’une politique d’exclusion des autres langues dites « régionales » ou « de France »3 (Chaurand, 1999 ; Balibar, 1985 ; Certeau et Revel, 1975), des collectifs de résistance ont été formés, en premier autour du Felibrige en Provence (fondé en 1854) et de l’Union Régionaliste Bretonne en Bretagne (fondée en 1898). Ces combats n’ont jamais cessé sous des formes diverses dans de nombreuses parties de la France continentale et d’outre-mer jusqu’à aujourd’hui, y compris en s’élargissant aux nombreuses populations immigrées à partir du milieu du XIXe et surtout au XXe siècle (Lagarde, 2020 ; Colonna, 2013 ; Archibald, 2009 ; Poche, 2000 ; Vermès et Boutet, 1987). Mais l’affirmation de droits linguistiques n’a jamais été un sujet majeur en France, dominée par l’affirmation étatique puissante d’un monolinguisme posé comme pilier de la construction de l’unité nationale et dans le contexte d’une vaste politique coloniale. Ainsi, dès 1793 l’usage d’une autre langue pour rédiger un texte à valeur juridique, même un contrat privé, est puni de prison et, jusqu’en 1984, un règlement local va jusqu’à punir d’une peine de prison l’usage en public d’une langue kanak en Nouvelle-Calédonie, territoire français d’outre-mer (Vernaudon, 2013). Jusqu’en 1966 l’usage officiel d’un prénom régional était interdit et en 2017 encore la graphie bretonne d’un prénom breton enregistré pour un nouveau-né en Bretagne est dans un premier temps interdit par un tribunal (jugement cassé en appel).

  • 4 Sur la notion, complémentaire, de colonialisme intérieur, voir Lagarde (2012) pour une synthèse.
  • 5 L’influence des langues premières sur le français fait l’objet de recensements à but correctif surt (...)

5À partir des années 1950-1960, la francisation de la France est réalisée, au sens où la grande majorité de la population a désormais appris le français, d’abord comme langue seconde, pour la plupart à l’école. Les autres langues ont été rabaissées au rang de « patois » dans les représentations sociales, ce qui a comme effet que la plupart des enfants seront désormais élevés en français. Parallèlement, la quasi totalité des colonies extérieures4 de la France accède à l’indépendance avec deux conséquences majeures sur le plan sociolinguistique : le renforcement d’un certain nationalisme français par blessure narcissique et la diffusion du français dans la plupart de ces nouveaux états où il devient langue officielle. Cette généralisation progressive du français conduit à sa diversification en variétés locales caractérisées par l’influence des langues premières (en France comme dans le reste du monde francophone) et en variétés sociales dès lors que progressivement les classes moyennes puis populaires deviennent elles aussi francophones, surtout en France continentale (Blanchet, 2019a ; Klinkenberg, 2015). Ces variétés deviennent un objet d’étude important chez les linguistes à partir des années 1970, en France comme dans l’ensemble du monde francophone (Detey et coll., 2010 ; Rézeau, 2001 ; Francard et Latin, 1995 ; Walter, 1982 ; Taverdet et Straka, 1977). La victoire du français acquise en France, c’est désormais contre ces variétés que va se déployer l’action glottopolitique dominante5 : affirmation d’une norme de prononciation sur le modèle d’une « conversation soignée chez des Parisiens cultivés » (Fouché, 1956 : 11), stigmatisation et discrimination des personnes au prétexte de leur « accent », de leurs mots et expressions, de leurs tournures grammaticales, de leur français considéré comme « fautif » dès lors qu’il diverge inévitablement du modèle normatif ayant pour base le français parlé par les classes dominantes parisiennes et certaines bourgeoisies locales, en France ou ailleurs, qui les imitent en aspirant à partager leurs positions privilégiées. Cette glottopolitique produit en deux ou trois générations des effets partiels d’adoption d’un français plus proche du standard (Armstrong et Blanchet, 2006), mais en 2020 encore on peut considérer que la moitié de la population en France a une prononciation non standard, un « accent » (Apathie et Feltin-Palas, 2020) et subit des formes de glottophobie.

6Tout cela relève du même processus glottopolitique, car « on ne peut couper le rapport de domination entre langues différentes de celui qui existe entre variétés d’une même langue » (Klinkenberg, 2015 : 37). Plusieurs études montrent dès cette époque le caractère doctrinal et même religieux du rapport au français développé dans l’idéologie nationale (Calvet, 1974 ; Boltanski et Bourdieu, 1975 ; Cerquiglini, 2003).

7Jusqu’à la fin des années 1990, on observe quelques mesurettes ouvrant certains enseignements marginaux de langues dites « régionales » ou « d’origines » dans l’éducation nationale. La place du français est renforcée par son inscription dans la Constitution en 1992 et la loi dite Toubon, du nom de son auteur, en 1994. Malgré une réaffirmation dans le monde associatif et politique de la légitimité d’autres langues en France, dans le fil des mouvements progressistes des années 1960-70, les droits de locuteurs et locutrices de ces autres langues restent presque totalement ignorés à quelques exceptions près (par exemple le recours à un interprète devant un tribunal, mais seulement si on n’est pas ou que très peu francophone) (Lagarde, 2020).

  • 6 Alors même que cette Charte n’est pas contraignante et que la France avait déjà ratifié plusieurs t (...)
  • 7 En Polynésie française, dès 1980, une décision du gouvernement local donnait à la langue tahitienne (...)

8À partir des années 2000, certains regards institutionnels sur le plurilinguisme ont commencé à changer dans la société française. En 1998, la France signe la Charte européenne des langues régionales et minoritaires, mais ne pourra pas la ratifier car les engagements sont interprétés comme contraires à la Constitution6. Certaines régions ou départements et leurs élu.e.s développent des politiques de soutien aux langues dites « régionales », notamment la Corse, le Pays Basque, La Réunion ou la Bretagne. En 1999, une première enquête nationale autorisée sur les langues (Clanché, 2002 ; Héran et coll., 2001) montre qu’au moins 25 % de la population a grandi avec une autre langue que le français (moitié langue « régionale », moitié langue « de l’immigration »). En 2009, les états généraux de l’outre-mer affirment l’importance des langues des territoires français d’outre-mer dans la vie sociale et dans l’éducation7. En 2008, l’État reconnait l’existence des langues désormais aussi appelées « de France » suite à un rapport officiel de 1999 (Cerquiglini, 1999), notamment par l’ajout de la phrase « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France » à l’article 75-1 à la fin du Titre XII qui porte sur les collectivités territoriales (dont les régions), mais qui est interprété comme ne créant aucun droit (Malo, 2011). L’emploi souvent exclusif de la langue française dans la quasi totalité des situations institutionnelles, administratives et éducatives reste obligatoire. Il n’empêche : une part de plus en plus grande de la population déclare un attachement parallèle à d’autres langues et à une vision plus inclusive, plurilingue et interculturelle, de la France (Blanchet 2019b pour une synthèse d’enquêtes dans l’ensemble du Midi ; Blanchet, 2002b pour la Provence ; TMO, 2018 pour la Bretagne par exemple). De nombreuses recherches montrent l’intérêt du plurilinguisme et de la prise en compte des langues familiales par exemple en éducation, y compris au bénéfice de l’apprentissage du français (Candelier et coll., 2008 ; Blanchet et Martinez, 2010 ; Coste, 2013 ; Candelier et Castellotti, 2013 ; De Pietro et Rispail, 2014).

9En 2016, un changement important a eu lieu : l’article 225 du Code pénal français, qui interdit les discriminations, est modifié pour ajouter à la liste des motifs interdits de disparité de traitement « la capacité de s’exprimer dans une autre langue que le français ». L’intention explicite du législateur, dans la présentation du projet, a été de protéger les personnes qui s’expriment en langues régionales ou étrangères sans pour autant être dans « l’incapacité » de s’exprimer en français. Ce vote a eu lieu à la fin d’une année marquée en France par un large débat médiatique lancé en début d’année par la parution du livre Discriminations : Combattre la Glottophobie (Blanchet, 2016a et 2019).

  • 8 Certains médias ont d’ailleurs fait croire qu’il s’agissait d’une plaisanterie, ce que la députée L (...)
  • 9 Il y a eu de rares exceptions, mais pas à ce niveau : 2 ministres à l’accent provençal, Charles Pas (...)
  • 10 Cela confirme : une enquête TNS-SOFRES de 2003 sur les discriminations à l’apparence qui place au 3(...)

10La question des discriminations à prétexte linguistique a été à nouveau médiatisée en France en septembre 2018 suite au traitement humiliant infligé devant les caméras à une journaliste méridionale par un homme politique de plan national. Un projet de loi a alors été déposé précipitamment par une députée pour interdire les discriminations à l’accent, mais il a été aussi vite retiré faute de préparation8. Cette question est revenue dans les médias en juillet 2020 suite à la nomination du nouveau Premier Ministre, Jean Castex, le premier responsable politique de si haut niveau à parler français avec un accent méridional depuis les débuts de la 5e République en 19589. La nomination de J. Castex a provoqué un déchainement médiatique de moqueries injurieuses au prétexte de son accent, mais il y a eu aussi une levée publique de boucliers pour protester contre cette stigmatisation. Presque au même moment parait un livre écrit par deux journalistes très connus intitulé J’ai un accent, et alors ? (Apathie et Feltin-Palas, 2020) qui argumentent en faveur du respect des personnes ayant « un accent » en français. Ils publient dans ce livre une enquête quantitative montrant que, tous milieux sociaux concernés, 50 % de la population se reconnait un accent, 30 % disent avoir été souvent et 30 % parfois stigmatisés pour cela, 16 % avoir été discriminés pour un diplôme ou un emploi (soit plus de 10 millions de personnes10). Tout cela a conduit au dépôt d’un nouveau projet de loi à l’automne 2020 pour ajouter « l’accent » dans la liste des discriminations interdites, projet qui a alimenté une forte couverture médiatique et qui a été largement voté en première lecture à l’Assemblée nationale. Parallèlement, les discours de sacralisation du français accolés à un discours identitaire national continuent à dominer l’espace public. Ainsi le Président de la République déclare dans un entretien publié par L’Express en décembre 2020 : « La France nait de la langue et de l’État, les deux piliers de notre Nation. Il me semble qu’être français, c’est d’abord habiter une langue ».

11On trouve donc en France une situation où deux tendances sont en tensions. D’une part, une tendance lourde et de longue durée qui structure la société autour d’une seule langue fortement normée :

(...) l’idéologie linguistique française (ILF), (...) instaurait le culte de la langue française (orale et écrite) en religion d’État ; d’où il suivait que le citoyen devait non seulement parler français, mais ne parler que français en France. [...] On peut caractériser l’ILF en quelques phrases : s’il y a des droits linguistiques, ils ne peuvent être que les droits exclusifs de la langue française ; laquelle, figure par excellence de l’identité unitaire de la nation, a tous les droits. (Encrevé et Braudeau, 2007 : 23)

  • 11 Certains de ces enjeux touchent directement à des questions linguistiques, comme la féminisation de (...)

12D’autre part, une tendance divergente qui s’appuie sur la diversité effective des pratiques linguistiques, sur l’attachement d’une partie de la population à d’autres langues et d’autres variétés du français, sur une sensibilité nouvellement affirmée quant aux discriminations glottophobes et sur des mouvements revendicatifs organisés de lutte pour les droits linguistiques. Cette tendance se développe aujourd’hui dans un contexte où d’autres discriminations et d’autres droits font l’objet d’une sensibilité et d’actions accrues dans la société française, d’autant que les mêmes personnes se retrouvent à l’intersection de plusieurs axes de domination et que ces discriminations se recoupent et se cumulent : langue, accent, couleur de peau, origine, classe sociale, religion, sexe ou genre, etc.11 (on pourrait lister ici les 24 prétextes interdits de discrimination du code pénal français). Cet ensemble de revendications est devenu une question vive dans la société française car elle remet en question toute une conception politique et historique de la France affichée comme « pays des Droits de l’Homme » ayant pour devise et valeurs « liberté, égalité, fraternité ». Vision à laquelle on oppose une atteinte structurelle aux droits fondamentaux présentée comme inscrite dans l’idéologie d’une identité nationale assimilationniste et l’histoire coloniale encore sensible de la France. En découlent deux conceptions opposées de la question des droits fondamentaux et des discriminations y compris glottophobes qui travaillent les fondements mêmes de la société française :

  • d’une part une position nationalitaire dite « républicaine » ou « universaliste » qui impose un modèle de citoyen (en ce qui nous concerne un parisien des classes supérieures ayant le français comme langue unique) et considère que chacun et chacune doit y être assimilée sans possibilité d’aucune reconnaissance de particularités, qui s’apparenterait alors à des « droits spécifiques » et à la reconnaissance « communautariste » de « minorités » à l’intérieur de la communauté nationale ; cette conception vise une égalité théorique, une égalité superficielle de traitement (créant ou renforçant des inégalités existantes, mais invisibilisées),

  • d’autre part une position « diversitaire » qui constate et prend en compte des particularités et qui demande que chacun et chacune ait les mêmes droits quelles que soient ses caractéristiques, par exemple le droit de parler sa langue première si elle n’est pas le français tout comme il est garanti aux personnes dont la langue première est le français, ou le droit de parler son français par exemple populaire et méridional comme il est d’emblée accordé aux personnes qui parlent un français bourgeois et parisien ; cette conception vise une égalité effective y compris par une diversité équitable de traitement pour restituer une égalité.

13Comme c’est la première position qui l’emporte depuis l’instauration d’un État-nation à la fin du XVIIIe siècle, cela a créé en France une société inégalitaire et placé en situation de minorités (en termes de statut, mais pas en proportion quantitative) les personnes qui ne correspondent pas au modèle parce qu’elles ont, entre autres caractéristiques, d’autres langues et d’autres façons de parler le français.

14Selon Hambye (2019 : 17), un groupe est minoré :

Lorsque les individus qui en font partie ne sont pas reconnus (par l’État et/ou par la société) comme des égaux sous prétexte qu’ils ne forment qu’une minorité et qu’ils ne jouiraient pas du même statut (officiel ou symbolique) et, dès lors, des mêmes droits que les membres du groupe majoritaire.

15D’une manière générale, un rapport de force existe à l’intérieur de la plupart des communautés francophones au sujet de l’hégémonie idéologique d’un français normé qui amène les francophones à hiérarchiser les variétés de la langue parlée entre ceux qui « maitrisent » ou non la langue française selon des normes subjectives établies (« bon » français, absence d’anglicismes ou de « répétitions », etc.) (Bergeron, 2019). Concernant l’accent, c’est-à-dire la prononciation, il « distingue entre un ‘nous’ qui avons le même accent, et ‘les autres’ qui sont extérieurs au groupe d’appartenance » (Boudreau, 2019 : 56). Un certain accent et une identité de francophone sont souvent ainsi associés. Ce contexte sociolinguistique amène certains locuteurs et locutrices à ressentir, entre autres, de l’insécurité linguistique. Selon Bretegnier et Ledegen (2002, 9), une insécurité linguistique est « l’expression d’un sentiment d’exclusion, d’extériorité, d’exogénéité, comme quête d’admission, de communauté, de légitimité linguistique et identitaire. ». En d’autres mots, elle correspond « à la conscience qu’il existe une norme exogène, que l’on associe à une région extérieure, qui serait supérieure par rapport à la variété linguistique en usage dans sa propre région » (Gérin-Lajoie et Labrie, 1999 : 87). Cette conjoncture est propice aux discriminations linguistiques de tous ordres, bien attestées dans le monde francophone (Blanchet, Clerc et Rispail, 2014), c’est-à-dire à l’exercice d’une glottophobie (Blanchet, 2016a et 2019a).

L’étude des inégalités sociales à prétextes linguistiques

  • 12 Voir Escudé et coll., 2020.

16De nombreuses études de terrain ou d’élaboration conceptuelles ont été réalisées en France (entre autres), notamment dans le champ de la sociolinguistique, mais aussi dans celui des sciences politiques ou juridiques : il s’est agi de décrire et d’analyser de nombreuses situations où des droits linguistiques (entre autres) sont bafoués. Ces travaux ont construit, dès leurs débuts dans les années 1960 et jusqu’à aujourd’hui, toute une série de concepts opératoires corrélés pour rendre compte de l’ensemble de ces phénomènes sociaux et linguistiques qu’on peut regrouper commodément sous le chapeau « inégalités sociales à prétextes linguistiques » : diglossie, insécurité linguistique, glottophagie, linguicisme, satellisation, minoration, glottophobie... Ils ont aussi emprunté des concepts à des travaux convergents dans d’autres domaines, notamment en sociologie, en psychologie sociale, en sciences politiques : hégémonie, domination, marché linguistique, capital linguistique, stigmatisation, faces, aliénation, haine de soi ou « auto-odi » (Alen-Garabato et Colonna, 2016), discrimination... à travers lesquels on reconnait, en autres, des sources comme Gramsci (via Marcellesi, 2003), Marx (via Lafont, 1965), Bourdieu (1982 et 2001), Goffman (1975), Lessing (via Ninyoles, 1969)... Ces clarifications conceptuelles ont contribué à identifier, à nommer, à analyser des phénomènes sociolinguistiques souvent dissimulés par les idéologies dominantes voire hégémoniques. Ces conceptualisations ont été largement accompagnées de propositions de transformations sociales et donc sociolinguistiques (et réciproquement), par exemple avec la proposition d’éducation linguistique démocratique de T. de Mauro (2018 [1974])12, de retrousser la diglossie de R. Lafont (1984), de normalisation (au sens de « retrouver la normalité ») chère aux sociolinguistes catalans, de Linguistic Human Rights de Skutnabb-Kangas et Phillipson (1995), de glottopolitique autogestionnaire de Guespin et Marcellesi (1986), de bientraitance linguistique (Dinvaut et Biichlé, 2020), etc.

17Pour autant, relativement peu de travaux ont été menés pour évaluer les pratiques de discriminations glottophobes en France, quelle que soit la terminologie adoptée, notamment sur le plan quantitatif. Les rares études statistiques portent uniquement sur des accents étrangers ou régionaux (cf. ci-dessus). Les cumuls d’exemples rassemblés dans Blanchet, 2016a et b ainsi que dans Blanchet et Clerc Conan, 2018, distribués dans divers secteurs d’activités sociales, donnent à voir des pratiques fréquentes dans toutes les sphères de la société et laissent supposer qu’elles sont massives.

  • 13 L’étude internationale s’est déroulée au Canada (Ontario) et en France (Bretagne, Provence et La Ré (...)

18À ce jour, bien que nous en ayons une connaissance approfondie sur le plan qualitatif et conceptuel, il reste donc difficile d’avoir une connaissance à la fois précise et étendue de cette problématique dans la population et notamment sur les quatre principaux axes de diversité sociolinguistique : géographique, social, historique et interactionnel. Or la question de la « quantité » ou « proportion » de discriminations glottophobes est souvent posée par les pouvoirs publics et par les médias, comme condition d’une action sociétale. Il apparait alors pertinent d’étudier les expériences vécues de glottophobie dans des populations francophones dans diverses situations, en France et dans d’autres pays francophones. À l’initiative de C. Bergeron, nous avons tenté en 2019-2020 une première étude quantitative, internationale, exploratoire13. Dans le cadre de cet article, nous présentons la partie provençale des résultats portant sur la glottophobie vécue et observée par des étudiant.e.s de l’université d’Aix-Marseille, métropole capitale de la Provence.

Pluralité linguistique de la population et tensions sociolinguistiques en Provence

19Il nous apparait indispensable, pour des raisons de méthode (exposées dans Blanchet, 2012), de présenter et de prendre en compte le contexte sociolinguistique général dans lequel s’est déroulé cette enquête.

Aperçu de la situation sociolinguistique de la Provence

  • 14 La Provence est associée à la couronne de France depuis 1486, mais reste un État indépendant où le (...)

20La Provence est un espace fortement marqué par la glottopolitique française analysée ci-dessus. La francisation autoritaire de la population à partir du XIXe siècle y a rencontré une résistance notable due à plusieurs facteurs dont le caractère récent de l’intégration à la France14, la distance culturelle entre la France d’Europe septentrionale et la Provence méditerranéenne, la place prépondérante et presque totale qu’occupe encore au XIXe la langue provençale dans l’ensemble de la société provençale à l’exception de l’écrit administratif déjà progressivement francisé depuis le XVIe siècle, le prestige dont bénéficiait le provençal langue reconnue en Europe notamment pour sa tradition littéraire... Cela s’est concrétisé par la naissance en Provence du tout premier mouvement de résistance linguistique et culturelle en France dès le milieu du XIXe autour de F. Mistral. Cela explique une présence rémanente du provençal jusqu’à nos jours, avec un modeste soutien institutionnel local, une mobilisation associative notable, une présence publique symbolique, malgré une réduction drastique de ses usagers et de ses usages aujourd’hui présents surtout chez les plus de 60 ans. On peut estimer qu’environ 5 % de la population, soit 250 000 personnes, parlent provençal et qu’environ 5 à 10 % de plus, soit 250 000 à 500 000 personnes, sont en capacité de compréhension orale à des degrés divers ainsi que de production de messages brefs et figés de types dictons, proverbes, locutions, chansons (Blanchet, 2020). Le français qui a été développé en Provence, fortement influencé par le provençal, est l’un des plus connus notamment pour sa prononciation dite « accent provençal », visibilisée au cinéma dans les années 1930-1960 (Binisti et Gasquet-Cyrus, 2001 ; Blanchet, 2002a et 2004). La situation sociolinguistique ainsi installée, composée de diglossies enchâssées, a provoqué également des caractérisations sociales réelles ou supposées des usages linguistiques (et réciproquement) et, partant, des discriminations glottophobes corrélées, qu’il s’agisse, notamment, d’usages du provençal, de variations du français, de langues dites « immigrées », etc.

  • 15 Le reste de la population se répartit grosso modo en 37 % originaires d’autres régions (19 % de la (...)
  • 16 Source : Comité régional du tourisme, rapport ZAP Tourisme 2018.

21La Provence a connu depuis les années 1950 une explosion démographique très particulière : sa population a été multipliée par 2 (de 2,5 à 5 millions). Cela est dû en grande majorité à des Français.e.s venu.e.s d’autres régions et aux rapatrié.e.s d’Algérie en 1962. À cela s’ajoutent aujourd’hui environ 300 000 personnes nées étrangères à l’étranger. Toutes ces personnes utilisent le français sous des formes diverses et jamais le provençal ou de façon anecdotique. Une étude a montré qu’à Aix, ville moyenne et capitale historique de la Provence, la proportion des natifs de la commune tombe en 1975 à 25 %. Tout cumulés, les natifs de Provence atteignent à peine 30 %15 (Kolodny, 1984). Le phénomène n’a fait que s’amplifier depuis, avec l’installation massive de retraité.e.s et l’explosion des résidences secondaires (500 000 en 2012) ainsi que des séjours touristiques (31 millions de touristes et 213 millions de nuitées en 201816).

  • 17 Ces stéréotypes sont bien sûr associés à ceux projetés directement sur les Méditerranéens depuis le (...)

22Marseille, principale métropole et port commercial, ajoute à son ancrage provençal des apports internationaux surtout méditerranéens. Une immigration italienne très importante s’est installée en Provence et notamment à Marseille entre 1850 et 1940, puis une immigration arménienne (notamment suite au génocide de 1915), puis corse vers 1920, puis magrébine à partir des années 1950 (main d’œuvre pour la reconstruction d’après-guerre), puis comorienne à partir de 1975, etc. sachant que Marseille est cosmopolite depuis l’antiquité. Si le provençal y a été la langue principale jusque vers 1930, entouré de diverses langues venues d’ailleurs, le français a pris le dessus depuis lors, mais un français provençal métissé d’influences polyglottes, notamment italiennes, corses, magrébines connu comme « français de Marseille » et « accent marseillais ». Il fait l’objet d’un fort attachement identitaire qui vient s’opposer à la pression de la norme parisienne (Binisti et Gasquet-Cyrus, 2001). Cette variété du français a été l’une des premières décrites en tant que telle et la première valorisée (Brun, 1931). Pour autant les variétés de français parlées à Marseille et en Provence, comme les autres variétés méridionales de France, reçoivent aussi des connotations négatives et stéréotypées (« amusant, pas sérieux, pas fiable, lié aux vacances et au soleil ») qui produisent des stigmatisations et discriminations17 malgré des connotations positives (« chantant, agréable, joyeux »).

  • 18 La formulation des questions induit une sur-déclaration du français et une sous-déclaration des aut (...)
  • 19 Les pratiques du français sont toutes regroupées et la question des variétés de français n’est pas (...)

23En 1999 pour la première fois le recensement de la population en France a posé trois questions sur les langues (sur 22) dans un questionnaire sur l’histoire familiale administré à environ 380 000 personnes (sur environ 60 millions). L’analyse statistique et sociolinguistique des chiffres produits par cette enquête dans la région Provence (Blanchet et coll., 2005) a permis de dégager des résultats indicatifs. En relativisant prudemment les chiffres, qui souffrent de plusieurs biais18, on identifie des tendances macro-sociolinguistiques de la situation provençale, où, à côté de la place puissamment majoritaire déclarée du français, le provençal, l’italien (et variétés apparentées), l’espagnol, l’arabe (plutôt dialectal magrébin) et dans une moindre mesure le corse, sont les langues les plus présentes. Les tableaux suivants, qui sont issus de cette étude, donnent à voir un plurilinguisme bien attesté quoique minoritaire en Provence et à Marseille19.

  • 20 100 % de l’échantillon est francophone actif.

Langues autres que français20 déclarées en 1999 parfois utilisées pour discuter avec des proches en Provence

Langues (classées par % décroissant)

Proportion de l’échantillon (%)

toutes langues

14,3

anglais

4,39

italien

2,63

espagnol

2,38

arabe

2,22

provençal

2,2

autres langues d’Europe

0,84

corse

0,58

allemand

0,56

autres langues d’Afrique

(dont langues berbères)

0,44

(0,24)

portugais

0,30

langues de Chine, du Tibet, khmer, lao, thaï, vietnamien

0,23

autres langues

0,17

polonais

0,07

turc

0,07

Langues autres que français déclarées en 1999 parfois utilisées pour discuter avec des proches dans l’agglomération marseillaise

Langues (classées par % décroissant)

Proportion de l’échantillon (%)

toutes langues

20

anglais

5,60

arabe

2,96

italien

2,59

espagnol

2,40

provençal

1,64

corse

1,52

autres langues d’Europe

0,82

allemand

0,54

langues berbères

0,42

autres langues d’Afrique

0,42

autres langues

0,32

portugais

0,29

khmer, lao, thaï, vietnamien

0,28

polonais

0,11

turc

0,06

serbe-croate

0,04

langues de Chine et du Tibet

0,02

En quelles langues vous parlaient vos parents quand aviez cinq ans ?

Langues

Parlée à l’informateur

par père et/ou mère en %

% de répondants

20,175

provençal

5,245

italien (+ dialectes)

4,355

arabe

3

espagnol

2,805

corse

1,105

autres langues d’Europe

0,955

portugais

0,4

langues berbères

0,35

autres langues d’Afrique

0,31

khmer, lao, thaï, vietnamien

0,275

autres langues

0,205

polonais

0,2

turc

0,1

serbe-croate

0,08

allemand

0,03

anglais

0,02

En quelles langues parliez-vous à vos jeunes enfants, quand ils avaient cinq ans (ou leur parlez-vous maintenant s’ils sont plus jeunes) ?

Langues

Parlée par l’informateur à ses enfants en %

% de répondants

12,55

arabe

1,23

provençal

0,98

espagnol

0,81

italien (+ dialectes)

0,79

autres langues d’Europe

0,26

corse

0,22

portugais

0,19

autres langues d’Afrique

0,14

langues berbères

0,13

anglais

0,11

khmer, lao, thaï, vietnamien

0,1

turc

0,05

autres langues

0,04

polonais

0,04

serbe-croate

0,02

langues de Chine et du Tibet

0,01

Attestations déjà recueillies de glottophobie en Provence

24D’autre part, des enquêtes récentes ont recueilli de nombreuses attestations de glottophobie en Provence, qu’il s’agisse d’usages de variétés provençales ou autres du français, du provençal, de langues dites « de l’immigration ». Le terrain provençal a été notamment investigué par Blanchet et Clerc Conan (2018), Gasquet-Cyrus (2012, 2013) ou Petitjean (2011).

Objectif et méthode de l’enquête

25L’objectif principal de l’étude présentée ici est de documenter les parcours sociolinguistiques d’étudiant.e.s de l’université d’Aix-Marseille (Provence) en lien avec la question de la glottophobie. Afin d’atteindre cet objectif principal, l’étude vise trois objectifs spécifiques, à savoir : 1) explorer les parcours sociolinguistiques des étudiants, 2) identifier des phénomènes éventuels d’insécurité linguistique, 3) identifier des phénomènes éventuels de glottophobie. Nous cherchons à identifier et comprendre les principales formes de discriminations à prétexte linguistiques vécues ou vues en Provence, les diverses stratégies que les individus emploient lorsqu’ils sont confrontés à ces discriminations et comment s’exprime chez les individus l’insécurité linguistique éventuelle engendrée par un contexte général ou des comportements particuliers empreints de glottophobie.

Le questionnaire

26À notre connaissance, il n’existait pas de questionnaire quantitatif précédemment élaboré pour étudier la glottophobie et son corrélat d’insécurité linguistique. Afin d’explorer ces deux aspects liés, nous avons développé un questionnaire intitulé : Parcours francophone et discriminations glottophobes (« à prétexte linguistique »). Nous l’avons construit à partir de la littérature existante en sociolinguistique, notamment sur la glottophobie et autres aspects corrélés et de notre expertise des différents terrains étudiés. L’ouvrage de Blanchet et Clerc Conan (2018), qui recense des témoignages de stigmatisations et de discriminations glottophobes en France, a inspiré la formulation de plusieurs énoncés du questionnaire. Au Canada, un récent rapport publié par la Commission ontarienne des droits de la personne (2017 : 2) « questionnait les gens à propos de leurs connaissances des droits de la personne, de leurs attitudes envers divers groupes et de leurs expériences personnelles en matière de discrimination ». Les questions portant sur les discriminations ont été reprises dans notre questionnaire. Cependant, cette enquête n’a pas étudié d’une manière spécifique les discriminations glottophobes. Nous avons donc élaboré les énoncés sur la glottophobie en nous inspirant de celles sur les autres discriminations. Concernant les stratégies à adopter dans le cas d’une discrimination vécue ou vue par des individus, Statistique Canada (2017a) a réalisé un sondage auprès des fonctionnaires fédéraux. L’Enquête sociale générale - Cycle 28 Victimisation (Statistique Canada, 2017b) a également été une source importante d’inspiration pour nous. Ainsi, nous avons repris et adapté des énoncés sur les discriminations. Enfin, les questions portant sur les trajectoires linguistiques de la petite enfance à la vie adulte (parcours en français) ont été inspirées de l’Enquête sur la vitalité des minorités de langue officielle (Statistique Canada, 2006). Au total, le questionnaire compte 53 questions. Il a été ensuite présenté à des experts dans le domaine afin qu’ils puissent le critiquer (vérification de la clarté et de la précision des énoncés) et suggérer des reformulations, le cas échéant. Les experts évaluaient aussi la pertinence des questions. Comme suite à leurs suggestions, le questionnaire a été revu et amélioré, avec les co-chercheur.e.s, en prévision de l’enquête auprès des participant.e.s.

L’échantillon

  • 21 L’étude a été préalablement approuvée par le Comité d’éthique de la recherche de l’Université d’Ott (...)

27L’enquête a été réalisée en ligne à partir de l’université d’Ottawa via la plateforme SurveyMonkey21. Les participant.e.s devaient comprendre le français, être âgés de 18 ans et plus, être étudiant.e.s dans chacune des universités retenues (Ottawa, Rennes 2, Aix-Marseille et La Réunion) ainsi qu’être en mesure de remplir seul.e un questionnaire en ligne. La recherche ne vise pas à généraliser des conclusions à partir de nos résultats, mais à comprendre, dans le cadre d’une étude exploratoire, des situations et des processus relevant des questions étudiées et d’estimer leurs fréquences. La méthode priorisée d’invitation à participer a été indirecte (Johnston et Sabin, 2010), c’est-à-dire qu’il n’y a pas eu d’invitations directes aux individus (messages téléphoniques, lettres d’invitation, courriels à des participant.e.s potentiel.le.s). L’invitation à remplir le questionnaire a été faite en ligne et des enseignant.e.s ont été sollicité.e.s pour inviter leurs étudiant.e.s à y répondre (messages oraux en cours, courriels collectifs). Le nombre de participant.e.s recherché était de 100 par site de recherche. À l’université d’Aix-Marseille, il s’agit d’étudiant.e.s de Licence et de Master suivant des cours de sciences du langage, de Lettres, de langues, informé.e.s par un enseignant-chercheur en sociolinguistique et un enseignant-chercheur en langue et littérature provençales, ce qui a pu augmenter partiellement la part de répondant.e.s plus sensibles que la moyenne à ces questions.

Principaux résultats22

  • 22 Les tableaux donnant les chiffres précis sont en annexe.

28Des mois d’octobre 2019 à janvier 2020, 104 étudiant.e.s de la région provençale ont participé à l’enquête en ligne.

Éléments sociologiques généraux : un ancrage régional majoritaire23

  • 23 Tableaux 1 à 6 en annexe.

29Avec 83,65 % de femmes, on a une sur-représentation, générale dans les disciplines littéraires et SHS des universités françaises. 98 % des répondant.e.s sont en Licence et 5 en Master (1 n’a pas précisé). La proportion des 18-24 ans (87,5 %) correspond au groupe social visé. Le faible nombre d’hommes et de personnes âgées de plus de 25 ans n’autorisera pas de corrélations de ce type, sauf hypothèses ponctuelles. Le public étudiant à Aix-Marseille, dans les disciplines Lettres-Langues-SHS, est massivement d’origine sociale de type petite classe moyenne et classe moyenne (il y a en moyenne 30 % de boursiers à l’université d’Aix-Marseille et il faut se trouver dans des conditions économiques difficiles pour obtenir une bourse).

  • 24 Les sept personnes qui ont choisi « autres régions du Sud de la France / de France continentale » n (...)

3068 % des témoins sont nés en Provence et seulement 6 % hors de France (3,85 % au Maghreb). En regroupant les 19 réponses « autres » précisées24, on identifie 16 personnes originaires de la moitié nord de la France, 1 du Midi proche, 1 de Corse.

31Un peu plus de 75 % des répondant.e.s ont des parents eux-mêmes nés en France. Sur les 14 qui répondent « autre » pour leurs parents, il s’agit pour la moitié de parents qui sont nés au Maghreb, dont 1 avec la précision « Algérie française » (avant l’indépendance de l’Algérie en 1962, leurs langues déclarées plus loin sont le français et le catalan, ce qui laisse à penser qu’il s’agit d’Européens d’Algérie aussi appelés « Pieds-Noirs »). 80 % des répondant.e.s ont grandi en Provence.

  • 25 La personne déclarant « Pied-Noir » n’est pas celle ayant déclaré « Algérie française » précédemmen (...)

32La question qui porte indirectement sur le « sentiment d’appartenance » ou « l’identification » multifactorielles (géographique, familiale, culturelle, linguistique...) recueille des désignations plus variées que les précédentes. On voit que l’appartenance « nationale » y apparait nettement (33 % « français.e »), mais un peu plus de 40 % regroupe des désignations régionales d’euro-méditerranéen.ne.s francophones (« provençal.e » pour près du quart, « méditerranéen.ne, méridional.e, latin.e, corse »), identifications auxquelles peuvent être adjointes 12 % de déclarations de rattachement au Maghreb25 et, en l’occurrence, près de 4 % d’italien.ne.s né.e.s en France, dont 2 en Provence. Les déclarations d’appartenances à des communautés linguistiques viennent compléter l’information : 57 % déclarent appartenir uniquement au groupe « francophones », 25 % à plusieurs groupes linguistiques et près de 14 % à d’autres groupes que francophones (les groupes cités sont « anglophones » 4 fois, « provençal » 3 fois, « Maghreb, arabophone » 3 fois, « Italie, italophone » 2 fois, « méridional » 1 fois, « sarde » 1 fois, « langues latines » 1 fois, « néerlandais » 1 fois.

Éléments sociolinguistiques : une forte pluralité linguistique

33La pluralité linguistique déclarée est forte. À la question 16 « Combien de langues (ou « dialectes » ou « patois ») comprenez-vous plutôt bien ? », seulement 13 % répondent une seule, 32 % répondent 2, 41% répondent 3 et 16 % répondent 4 ou plus. Et à la question 17 « Combien de langues (ou « dialectes » ou « patois ») parlez-vous, même de façon rudimentaire ? », 24 % répondent une seule, 34 % répondent 2, 33 % répondent 3, 8 % répondent 4 ou plus. 55 % des témoins déclarent qu’il leur est arrivé que des gens soient surpris de les découvrir usagers de telle langue autre que le français ou de telle variété non standard du français et 13 % qu’on découvre que le français n’est pas leur langue « maternelle ». Ces étonnements révèlent en creux à quel point il est considéré en France, même en Provence, qu’il est « normal » et pas surprenant qu’une personne parle français et que ce soit sa langue « maternelle ».

34Pour les parents (tableau 7), 24 variétés sont mentionnées par 70 % des témoins en plus du français dit « normatif, scolaire, standard » annoncé à près de 70 %. Elles correspondent au peuplement connu de la Provence : le français de Provence arrive en tête à plus de 10 %, le provençal arrive en tête des autres langues à plus de 8 %, l’italien et autres langues d’Italie à plus de 7 %, puis viennent des langues du Maghreb et l’espagnol. On trouve également d’autres langues dites régionales de France (breton, bourguignon, ch’ti, occitan du Quercy), une autre variété « locale » de français (lyonnaise), des langues européennes et du Ghana.

  • 26 Au vu des autres réponses de la même personne, cela signifie un mélange de français et de provençal

35Pour les grands-parents (tableau 8), 34 variétés autres que le français « standard » sont mentionnées par 100 % des témoins et seulement 50 % ce français normatif. Les mêmes langues autres que le français arrivent en tête : provençal, puis italien et autres langues d’Italie, langues du Maghreb, espagnol. On note une majorité de langues minoritaires de France et venues d’autres pays. Le français de Provence ou de Marseille n’est plus nommé sauf dans un cas sous l’étiquette « franco-provençal »26, probablement parce que déjà précisé pour la réponse à la question précédente puisque près de 34 % des témoins font mention d’un français non standard dont deux réponses d’explicitations seulement : un français « teinté de breton » et « un fort accent bourguignon ».

36Pour les répondant.e.s, on a 20 variétés mentionnées comme « comprises » en plus du français standard (tableau 9), avec des commentaires précisant aussi des capacités à les parler, dans une proportion à peine un peu réduite par rapport aux pratiques déclarées des parents (> 10 %). Près de 30 % déclarent avoir grandi (tableau 9) avec des variétés non standard de français et près de 40 % tout cumulé avec d’autres langues et variétés : des variétés de français local, d’arabe (maghrébin ou peu probablement standard), d’Italie et de provençal restent majoritaires parmi celles déclarées. 10 % déclarent que le français n’est pas (une de) leur(s) langue(s) « maternelle(s) ». En ce qui concerne les pratiques de production (tableaux 10 et 11), la langue la plus souvent déclarée est un français standard (> 80 %) ou s’en approchant, mais plus de 30 % déclarent employer souvent ou parfois un français non standard (la seule variété mentionnée étant un français de Marseille ou de Provence), 17 % utilisent souvent et 32 % parfois une autre langue, par ordre décroissant provençal, anglais, italien, arabe (maghrébin ou peu probablement standard), espagnol. Ces chiffres sont d’autant plus frappants qu’il s’agit à 80 % de témoins féminins dont on sait qu’elles subissent une pression plus forte pour adopter les normes linguistiques et sociales dominantes (Bourdieu 1982 et 2001). Mais seulement un peu moins de 7 % se déclarent plus à l’aise pour parler dans une de ces langues (tableau 12), les autres préférant le français (pour plus de 50 % en français standard et pour plus de 40 % en français non standard). Pour les témoins se déclarant plus à l’aise dans d’autres langues, le nombre d’alternatives déclarées au français se réduit drastiquement : 5 langues internationales (l’arabe mentionné est probablement de l’arabe populaire maghrébin). Il faut signaler que dans l’ensemble des répondant.e.s, seulement 49 % déclarent un très bon niveau en français oral et 47 % un bon niveau (tableau 15). Les chiffres sont à peine un peu plus faibles pour l’écrit (normatif ou non) avec 47 % de « très bon niveau », 42 % de « bon niveau » et 10 % de niveau « passable » ou « faible » (tableau 16). C’est un signe d’insécurité linguistique en français, puisque, on l’a vu, 90 % déclarent le français comme langue dans laquelle ils et elles se sentent le plus à l’aise et qu’il s’agit de personnes faisant des études supérieures, titulaires du bac ou équivalent.

37Si l’on fait un focus sur les 10 personnes (5 femmes et 5 hommes) qui ont plus de 35 ans (une seule a entre 35 et 45 ans), on trouve une proportion beaucoup plus élevée d’usagers du provençal (6/10 l’emploie parfois et 3/10 souvent) et de langues italiennes (2/10 emploient parfois l’italien ou le piémontais), et 4/10 qui se déclarent plus attaché.e au provençal, 1 au nissart et 1 à l’italien. Mais l’échantillon est ici très réduit.

38On observe donc à la fois une pluralité linguistique très présente, y compris en termes de variétés de français, mais une distribution inégale des usages de cette pluralité et une réduction à travers les générations qui n’aboutit pourtant pas à un monolinguisme, loin de là. Et ceci d’autant plus que l’attachement déclaré à d’autres langues est supérieur à celui déclaré pour le français standard (tableau 14) : 43 % préfère un français « familier, local, régional » et 31 % une autre langue (parmi lesquelles 16 langues dont majoritairement par ordre décroissant provençal, anglais, italien, arabe...), même si tout cumulé l’attachement au français l’emporte largement (73 %).

39Tout cela confirme un contexte de type diglossique et donc marqué par des facteurs glottophobes.

Une insécurité linguistique tempérée, mais majoritairement ressentie

40On a vu ci-dessus des auto-évaluations modérées ou négatives des compétences en français d’environ la moitié du groupe, qui se déclare pourtant massivement francophone et le plus à l’aise en français. D’autres questions ont permis d’identifier des tensions sociolinguistiques importantes.

41Comparativement à d’autres variétés locales ou sociales de français, 30 % des témoins considèrent (tableau 17) que leur français parlé est « très bon », 58 % « bon » et 16 % « passable ». Rapporté au fait qu’environ 30 % déclarent avoir appris et parler un français non standard (« régional, local ou relevant d’un groupe social particulier ») et que 41 % déclarent être plus à l’aise dans ces variétés qu’en français standard, on peut en déduire qu’une majorité de témoins usagers d’un français non standard, en l’occurrence surtout méridional, a une perception plutôt positive de son français oral par rapport à d’autres français parlés. Cela vient tempérer par une relative sécurité linguistique la pression des normes scolaires insécurisantes qui restent prédominantes.

42Ainsi, 62 % disent que leurs parents accordaient beaucoup d’importance à la langue française et 32 % une certaine importance avec une insistance équivalente à parler un « bon français ». Plus de 20 % considèrent aujourd’hui que le « bon français » se définit comme celui qu’on emploie dans leur famille, leur région d’origine ou leur lieu de vie (en Provence) et, mais plus de 70 % en identifie la norme à l’école, à Paris, aux les classes sociales supérieures. Pour 18 %, le français a même été un sujet de dispute au sein de la famille ou de l’entourage amical.

43À l’école primaire ou secondaire, seulement 40 % des témoins disent n’avoir jamais été critiqués pour leur français et 60 % l’avoir été, dont 30 % rarement, 22 % parfois et près de 9 % souvent (tableau 23). Les chiffres du tableau 24 sont un peu plus bas en ce qui concerne précisément des prononciations non standard du français (« l’accent » quel qu’il soit) : 70 % des répondant.e.s disent n’avoir jamais été critiqué.e.s et 30 % l’avoir été (rarement pour 15 %, parfois pour 13 % et souvent pour près de 3 %). Ceux et celles qui disent l’avoir été sont tous et toutes, à une exception près, des gens ayant grandi en Provence. Les plus stigmatisées pour leur français sont trois femmes issues de familles plurilingues (arménien, arabe, portugais) nées en Provence et y ayant toujours vécu.

44En ce qui concerne l’avenir de la langue la plus souvent mentionnée dans l’environnement plurilingue aux côtés du français, nommée provençal par tous les témoins (sauf un qui parle de « patois des Bouches-du-Rhône »), l’estimation générale est pessimiste (tableaux 18 et 19) : 62,5 % pensent que sa pratique diminuera, presque 20 % qu’elle demeurera identique (donc minoritaire), et près de 3 % seulement qu’elle augmentera. 59 % estiment que la vitalité de la communauté linguistique provençalophone est faible ou très faible, 26 % qu’elle est moyenne et 5 % qu’elle est forte.

45À l’inverse, l’avenir de « l’accent méridional, provençal, marseillais » en français est jugé assuré (tableau 20) : près de 70 % pensent que sa pratique demeurera ou se développera et 20 % seulement qu’elle diminuera. La vitalité de ses usagers et usagères est d’ailleurs estimée « forte » ou « très forte » à près de 45 % et stable pour près de 35 % des témoins, soit une vision optimiste à 80% de la pérennité d’une variété provençale / marseillaise du français.

Glottophobie : une discrimination connue et régulièrement attestée

46La question des stigmatisations et discriminations à prétexte linguistique (glottophobie) est connue par 75 % des répondant.e.s (tableau 26), ce qui n’est pas le cas jusqu’ici dans la société française en général (Blanchet, 2019a). Elle est citée (tableau 25) en 14e rang seulement (dans près de 15 % des réponses) parmi les 19 prétextes proposés, tout en étant par ailleurs corrélée à d’autres prétextes qui sont ici plus souvent cités, comme l’apparence physique (1er rang, 81 %), l’origine (8e rang, 30 %) ou le lieu d’origine (9e rang, près de 20 %). Le tableau 27 montre que 82 % des témoins jugent les discriminations glottophobes illégitimes (« moralement inacceptables ») et 18 % (seulement) savent qu’elles sont interdites par des lois européennes et françaises (cf. supra). D’ailleurs 87 % pensent que « c’est un réel problème », mais 9 % qu’elle est surmédiatisée et 4 % que ce n’est pas un problème (tableau 28). On remarque, du reste, que même si le taux de non réponse reste très bas tout au long du questionnaire, c’est sur les questions relatives à la glottophobie qu’il devient un petit peu plus élevé avec jusqu’à 11 non réponses sur 104 participant.e.s, ces questions arrivant en toute fin de questionnaire.

47Près de 60 % des répondant.e.s disent avoir eux-mêmes et elles-mêmes produit des « moqueries » sur l’accent ou la langue d’une personne. Près de 44 % disent avoir peut-être (31 %) ou assurément (12 %) eu des propos et comportements glottophobes. Ceci confirme la présence banale d’attitudes glottophobes dans la société française, de façon hégémonique et donc y compris chez les personnes qui peuvent, en même temps, en être victimes.

48Sur les presque 30 % qui déclarent avoir été victimes d’injustices discriminatoires au cours des trois dernières années, 7 % donnent comme prétexte « le fait de parler ou d’écrire une langue ».

49Les répondant.e.s pensent que les discriminations glottophobes sont surtout présentes (tableau 29) en relation avec l’emploi (embauche, rang 1 à près de 95 %, carrière rang 3 à près de 48 %), en éducation (rang 2 à plus de 72 %), dans l’accès aux services publics ou commerciaux (rangs 4, 8, 9, 10 et 11) dont l’accès au logement (plus de 38 %) et aux soins (plus de 15 %). Ces affirmations confirment les observations et enquêtes précédentes (cf. supra).

50Les variétés linguistiques désignées comme prétextes à discriminations glottophobes observées ou vécues sont à plus de 40 % des variétés non standard de français et à environ 10 % d’autres langues, celles nommées étant le provençal (par un homme de 45 ans et +, de famille provençalophone), l’arabe et autres variétés linguistiques « maghrébines » (potentiellement amazighe), le chinois et autres langues étrangères (tableau 30).

51Sur les presque 50% des répondant.e.s qui ont été témoins ou victimes de discriminations glottophobes (tableau 31), certain.e.s n’en ont parlé à personne (rang 1, 17 %) et presque autant uniquement dans son cercle familial (rang 2, 16 %) ou à des ami.e.s (rang 3, 12 %) pour un total de 28 %. Seulement 5 % en ont parlé avec la personne responsable des propos ou comportements glottophobes et à peine 1 % a cherché un appui ou un recours auprès d’un service compétent (rang 7).

Des pistes de diagnostic et d’intervention glottopolitiques...

52L’objectif principal de cette étude exploratoire était d’étudier les parcours d’étudiants à l’université en lien avec l’insécurité linguistique et la glottophobie en Provence, afin d’établir un diagnostic préalable à l’élaboration d’interventions glottopolitiques. Il était important de comprendre les discriminations linguistiques vécues par les francophones, souvent plurilingues, en Provence, car « c’est précisément éviter que certains ne soient privés d’occuper les positions sociales qui leur reviendraient en fonction de leurs mérites ou de leurs talents » (Hambye, 2019 : 22). Il est également essentiel, si l’on opte pour une approche pleinement glottopolitique, d’étudier les orientations glottopolitiques des agents, puisqu’ils contribuent aux dynamiques glottopolitiques et à leur transformation.

53Le travail que nous avons réalisé est venu en complément de nombreuses années d’enquêtes qualitatives, sur le terrain, qui ont permis de recueillir de nombreux témoignages, d’observer de nombreuses situations, où a été identifiée une glottophobie notamment en Provence (Blanchet, 2016 et 19 ; Blanchet et Clerc Conan, 2018 ; Gasquet-Cyrus, 2012 et 2013 ; Apathie et Feltin-Palas, 2020). Il a tenté, dans une première approche, de commencer à vérifier une étendue quantitative des observations qualitatives et à partir de ces observations.

54Une telle enquête, limitée, apporte également des informations que nous croyons utiles sur la situation sociolinguistique actuelle d’une région de France, la Provence, marquée par une langue régionale historique, une appropriation du français sous la forme de variétés non standard issues de contacts de langues et de configurations sociales inégalitaires, de nombreuses langues apportées d’ailleurs, le tout dans un système diglossique qui croise d’autres discriminations.

55Nous pouvons, dès lors, commencer à élaborer des préconisations d’interventions glottopolitiques. Dans le combat contre les insécurités linguistiques, nous devrions être en mesure de nous assurer que nos milieux d’éducation encouragent l’inclusion de la diversité des accents et des répertoires linguistiques pluriels vécus par les étudiants et les professeurs. Dans la lutte contre la glottophobie, nous devrions nous attarder sur les structures sociétales et organisationnelles qui « tolèrent » les discriminations à prétextes linguistiques. La cible devrait être les discriminations systémiques dans la société au lieu de porter l’attention sur la modification des adaptations individuelles (insécurité linguistique, auto-dévaluation, auto-censure, atténuations) aux agressions et discriminations vécues par les francophones.

  • 27 37 répondant.e.s ont donné leur adresse électronique pour être recontacté pour poursuivre sur ce th (...)

56Quelques répondant.e.s ont ajouté des commentaires au questionnaire, commentaires qui constituent des exemplifications concrètes et des pistes pour de futures recherches et de futures actions27. Nous terminerons donc en leur donnant la parole :

« Quand on pratique le provençal, on s’autocensure pour ne pas parler en public devant des personnes dont on sait qu’elles ne le comprennent pas »

« Il m’est étrange de constater que ce sont souvent des personnes étrangères qui se déclarent surprises d’entendre qu’une langue dite régionale, lorsqu’elle est parlée dans son endroit, apparaisse comme déplacée voire grossière »

« Le collège est un lieu parfait pour voir des discriminations »

« Une camarade en première année de BTS s’est vu refuser plusieurs stages à cause de son accent marseillais très prononcé. Il est important de rappeler que l’accent n’est qu’un détail et n’empêche ni d’être compris, ni de comprendre »

« L’anglais (et pas le français) est ma langue maternelle, donc même si les gens m’ont dit des choses au sujet de mon accent qui m’ont gênée un peu, j’ai beaucoup de privilège linguistique car je suis blanche et ma langue maternelle est omniprésente. Si j’avais une autre langue maternelle (par exemple, l’arabe ici, ou l’espagnol aux États-Unis, je sais que j’aurais eu des expériences très différentes) »

« À l’école primaire et au collège, on m’a souvent fait remarquer que j’avais un accent marseillais neutrement, sans aucun jugement. Néanmoins, comme je le jugeais “familier”, puisque mes parents avaient pour usage de faire des critiques négatives sur l’accent marseillais comme quoi il était familier ou faisait “cagole”, j’ai entrepris de le gommer. Aujourd’hui, lorsque je pose la question à mes interlocuteurs, on me dit que je n’ai aucun accent particulier (du moins quand je parle français). Pour compléter, dans des situations de la vie quotidienne, il m’est déjà arrivé de changer ma façon de parler par rapport aux personnes avec qui je me trouvais, essayant de reproduire un accent tel ou tel accent, me sentant en insécurité »

« Considère-t-on comme discrimination et/ou glottophobie la moquerie, publique ou privée, de l’accent d’une personne ou d’un groupe ? »

« Lorsque que je ris d’un accent, c’est en privé, je ne m’en moque jamais en public, et par conséquent, j’accepte que l’on rie aussi du mien, pour une question d’égalité de traitement entre les gens et de liberté de s’exprimer, et je sais faire la différence entre de l’humour ou de la surprise de découvrir un accent ou une façon de parler, et de la moquerie par méchanceté ou snobisme, qui est, dans ce cas, pour moi, de la discrimination »

« Sur les discriminations, lorsque j’ai ou étais discriminé, c’était en plaisantant »

« En arrivant sur Marseille, ayant une belle-famille marseillaise, quand je parlais avec un accent plus du nord (Bourgogne) on s’est un peu moqué de moi. On m’a dit qu’il fallait absolument que je parle marseillais maintenant que j’habite ici »

« Ma famille marseillaise rit de moi car je n’ai pas d’accent, plutôt ironique »

« Les moqueries que j’ai pu avoir au sujet de mon accent marseillais n’étais pas méchantes, ce sont plus des taquineries »

« Il est difficile de savoir si on est vraiment discriminé ou pas pour son accent régional, cela peut aller de la simple plaisanterie plus ou moins amicale à la non prise au sérieux, avant d’arriver à la franche critique “cet accent est laid et insupportable”. Il y a des domaines plus sensibles que d’autres : la prise de parole en public, le théâtre, le doublage ou voix off, le chant »

« Je pense qu’on est quand même discriminer même si on maitrise très bien le français sans avoir l’accent d’une autre langue, si un individu parle le français avec un accent d’une autre langues étrangère subi la discrimination et ceux qui parle sans accent avec un français ‘‘parfait’’ qui quand même est discriminer la personne discriminant cherche toujours une raison de discriminer (par ex: ceux qui sont religieux portant le voile vont pas être discriminer par rapport aux français parler, mais par le fait d’être étranger qui maitrise parfaitement la langue française »

Annexes : tableaux quantitatifs

Tableau 1 : Genre

Femme

83,65%

87

Homme

15,38%

16

Ne souhaite pas répondre

0,00%

0

Je n’ai pas d’option qui s’applique à moi. Je m’identifie comme étant… (veuillez préciser) : « pas intéressé par les étiquettes »

0,96%

1

Total

104

Tableau 2 : âge

18-24 ans

87,50%

91

25-34 ans

2,88%

3

35-44 ans

0,96%

1

45 ans et plus

8,65%

9

Total

104

Tableau 3 : Lieu de naissance

Provence (départements : 04, 06, 13, 84, 83)

68,27%

71

Autre région du Sud de la France. Précisez à « Autre »

1,92%

2

Autre région de France continentale. Précisez à « Autre »

4,81%

5

Autre région ou territoire d’Outre-mer. Précisez à « Autre »

0,00%

0

Afrique subsaharienne

0,00%

0

Maghreb

3,85%

4

Europe de l’Ouest

0,96%

1

Europe centrale et orientale

0,00%

0

Moyen-Orient

0,00%

0

Proche-Orient

0,00%

0

Asie

0,00%

0

Amérique (Nord, Centrale, Sud, Caraïbes)

1,92%

2

Océan Indien

0,00%

0

Océan Pacifique

0,00%

0

Autre (veuillez préciser)

18,27%

19

Total

104

Autre (veuillez préciser) :

Bourgogne

1

Bretagne

2

Centre val de Loire

3

Corse

1

Flandres (dpt. 59)

1

Languedoc (30)

1

Normandie

1

Région lyonnaise

3

Région parisienne

6

Tableau 4 : Lieux de naissance des parents

En France

74,04%

77

Dans autre pays. Précisez à « Autre »

4,81%

5

Un parent né en France et l’autre dans un autre pays. Précisez à « Autre »

6,73%

7

Dans un département ou un territoire français d’Outre-Mer

0,96%

1

Autre. (veuillez préciser)

13,46%

14

Total

104

Autres :

Arménie

1

États-Unis

3

Italie

1

Maghreb

6 + 1

Pays-Bas

1

Vietnam

1

Tableau 5 : Durée de la vie en Provence

Moins d’un an

9,62%

10

1-4 ans

3,85%

4

5-9 ans

5,77%

6

10 ans et plus

19,23%

20

J’y ai toujours habité

61,54%

64

Total

104

Tableau 6 : Identification par l’ascendance ou le lieu d’origine

provençal.e

23,30%

24

méridional.e

2,91%

3

latin.ne

2,91%

3

autre origine du sud de la France, corse comprise

0,97%

1

méditerranéen.ne

11,65%

12

français.e

33,01%

34

italien.ne

3,88%

4

magrébin.e

11,65%

12

autre européen.ne

0,97%

1

arabe

0,97%

1

autre (veuillez préciser)

7,77%

8

total

103

autre (veuillez préciser) :

Provence, Corse

1

américaine

2

Arménie

1

espagnole gitan

1

pied-noir

1

asiatique

1

franco-anglais

1

Tableau 7 : Langues parlées par les parents

Une langue régionale (ou un « dialecte », un « patois »). Précisez à « Autre »

11,65%

12

Une langue (ou un « dialecte », un « patois ») d’origine étrangère. Précisez à « Autre »

25,24%

26

Un français régional ou local ou d’un groupe social particulier (avec un accent, des mots particuliers, etc.). Précisez à « Autre »

36,89%

38

Un français normatif (« correct », « scolaire », « standard »...)

68,93%

71

Autre : une ou plusieurs autre(s) langue(s). (veuillez préciser)

47,57%

49

Total

103

  • 28 Dont « espagnol gitan ».
  • 29 Il est difficile d’identifier précisément ce que recouvre des formulations comme « arabe » sauf qua (...)

« autre, précisez » :

français de provence / de marseille

10

provençal

8

anglais

5

espagnol28

5

arabe standard29

4

arabe magrébin

4

italien

3

amazighe dont kabyle

2?

arménien

2

calabrais

1

piémontais

1

sicilien

1

nord de l’italie

1

français lyonnais

1

portugais

1

quercinois

1

néerlandais

1

ch’ti

1

catalan

1

pidgin english du ghana

1

mandingue

1

turc

1

allemand

1

breton

1

bourguignon

1

Tableau 8 : Langues parlées par les grands-parents

Une langue régionale (ou un « dialecte », un « patois »). Précisez à « Autre »

26,47%

27

Une langue (ou un « dialecte », un « patois ») d’origine étrangère. Précisez à « Autre »

39,22%

40

Un français régional ou local ou d’un groupe social particulier (avec un accent, des mots particuliers, etc.). Précisez à « Autre »

33,33%

34

Un français normatif (« correct », « scolaire », « standard »...)

49,02%

50

Autre : une ou plusieurs autre(s) langue(s). (veuillez préciser)

60,78%

62

Total

102

  • 30 Cf. note tableau portant sur les parents.
  • 31 Impossible de déterminer s’il s’agit d’un français de Belgique, de wallon, de picard, de flamand, d (...)

« autre, précisez » :

provençal

13

arabe

730

arabe magrébin

7

italien

7

espagnol

6

ch’ti et picard

5

anglais

4

breton

4

allemand

3

amazighe/kabyle

2

arménien

2

corse

2

portugais

2

alsacien

1

belge ?31

1

bourguignon

1

créole (sans précision)

1

créole martinique

1

espagnol andalou

1

français bretonnisé

1

hébreu

1

italie calabrais

1

italie du nord

1

italie du sud

1

italie piémontais

1

luxembourgeois

1

néerlandais

1

occitan (quercy-languedoc)

1

polonais

1

portugais brésilien

1

russe

1

sicilien

1

turc

1

vietnamien

1

Tableau 9 : Langues apprises dans l’enfance à la maison et toujours comprises par le témoin

Une langue régionale (ou un « dialecte », un « patois »). Précisez à « Autre »

10,78%

11

Une langue (ou un « dialecte », un « patois ») d’origine étrangère. Précisez à « Autre »

25,49%

26

Un français régional ou local ou d’un groupe social particulier (avec un accent, des mots particuliers, etc.). Précisez à « Autre »

28,43%

29

Un français normatif (« correct », « scolaire », « standard »...)

72,55%

74

Autre : une ou plusieurs autre(s) langue(s). (veuillez préciser)

39,22%

40

Total

102

« Autre, précisez » :

français de provence/marseille

6

arabe

6

italien

5

provençal

4

espagnol (dont 1 « gitan »)

3

ch’ti

3

arabe magrébin

2

italie calabrais

2

arménien

2

anglais

2

italie piémontais

1

portugais

1

Mélange français de Lyon et de Provence

1

kabyle

1

néerlandais

1

créole martinique (dit « patois »)

1

italie sicilien

1

turc

1

corse

1

vietnamien

1

Tableau 10 : Langues parlées le plus souvent avec famille ou amis

Une langue régionale (ou un « dialecte », un « patois »). Précisez à « Autre »

6,80%

7

Une langue (ou un « dialecte », un « patois ») d’origine étrangère. Précisez à « Autre »

10,68%

11

Un français régional ou local ou d’un groupe social particulier (avec un accent, des mots particuliers, etc.). Précisez à « Autre »

29,13%

30

Un français normatif (« correct », « scolaire », « standard »...)

83,50%

86

Autre : une ou plusieurs autre(s) langue(s). Précisez :

22,33%

23

Total

103

« autre, précisez » :

français de provence/marseille

10

provençal

4

anglais

3

portugais

1

italien

1

japonais

1

néerlandais

1

turc

1

arménien

1

marocain

1

Tableau 11 : Langues parlées parfois avec famille ou amis

Une langue régionale (ou un « dialecte », un « patois »). Précisez à « Autre »

11,65%

12

Une langue (ou un « dialecte », un « patois ») d’origine étrangère. Précisez à « Autre »

20,39%

21

Un français régional ou local ou d’un groupe social particulier (avec un accent, des mots particuliers, etc.). Précisez à « Autre »

32,04%

33

Un français normatif (« correct », « scolaire », « standard »...)

63,11%

65

Autre : une ou plusieurs autre(s) langue(s). Précisez :

33,01%

34

Total

103

  • 32 Une fois nommé « castillan ».

« Autre, précisez » :

français de provence/marseille

9

provençal

8

anglais

7

italien

6

espagnol32

5

arabe

3

arménien

2

portugais

1

arabe magrébin

1

turc

1

marocain

1

vietnamien

1

coréen

1

ch’ti

1

Tableau 12 : Langue dans laquelle les répondant.e.s se déclarent le plus à l’aise pour parler

Un français familier, local, régional, etc.

41,35%

43

Un français normatif

51,92%

54

Autre : une ou plusieurs autre(s) langue(s). Précisez :

6,73%

7

Total

104

« Autre, précisez » :

anglais

5

italien

1

espagnol

1

néerlandais

1

arabe

1

Tableau 14 : Langues auxquelles vous êtes attache.é

Un français familier, local, régional, etc.

41,35%

43

Un français normatif

28,85%

30

Autre : une ou plusieurs autre(s) langue(s). Précisez :

29,81%

31

Total

104

« Autre, précisez » :

provençal

6

anglais

6

italien

4

arabe

4

espagnol

2

nissart (niçois)

1

sarde

1

japonais

1

néerlandais

1

arménien

1

breton

1

corse

1

chinois mandarin

1

yiddish

1

breton

1

vietnamien

1

Tableau 15 : Niveau de compétence déclaré en français oral normatif ou non

faible

0,96%

1

passable

2,88%

3

bon

47,12%

49

très bon

49,04%

51

Total

104

57NB : la personne ayant déclaré un niveau « faible » est une Provençale ayant toujours vécu en Provence, de parents nés en France et qui déclare aussi le provençal, le luxembourgeois et l’allemand comme langues familiales. Les 3 personnes qui déclarent un niveau « passable » sont nées en Provence et ont une branche familiale originaire d’Algérie (pour 1) et d’Italie (pour 2), avec respectivement comme langue(s) familiale(s), en plus du français, le provençal et l’algérien (probablement l’arabe algérien), un « dialecte du sud de l’Italie », le sicilien, la dernière se déclarant monolingue en français.

Tableau 16 : Niveau de compétence déclaré en français écrit normatif ou non

faible

1,92%

2

passable

8,65%

9

bon

42,31%

44

très bon

47,12%

49

Total

104

Tableau 17 : Auto-évaluation du français parlé par rapport à d’autre variétés locales ou sociales

faible

0,00%

0

passable

15,38%

16

bon

55,77%

58

très bon

28,85%

30

Total

104

Tableau 18 : Pratique générale estimée de la langue provençale dans dix ans

Diminuera

62,50%

65

Demeurera la même

19,23%

20

Augmentera

2,88%

3

Ne sait pas

15,38%

16

Total

104

Tableau 19 : Vitalité estimée de la communauté linguistique provençalophone

Très forte

0,00%

0

Forte

4,85%

5

Ni forte ni faible

26,21%

27

Faible

36,89%

38

Très faible

20,39%

21

Ne sait pas

11,65%

12

Total

103

Tableau 20 : Pratique générale estimée de l’accent provençal en français dans dix ans

Diminuera

19,42%

20

Demeurera la même

52,43%

54

Augmentera

16,50%

17

Ne sait pas

11,65%

12

Total

103

Tableau 21 : Vitalité estimée de la communauté linguistique franco-méridionale

Très forte

7,69%

8

Forte

37,50%

39

Ni forte ni faible

34,62%

36

Faible

1,92%

2

Très faible ?

2,88%

3

Tableau 22 : le « bon français » c’est...

le français de l’école

51,46%

53

le français des gens de la ville

1,94%

2

le français des classes sociales supérieures

6,80%

7

le français de Paris

5,83%

6

le français d’une région du centre de la France

0,00%

0

le français de la région ou ville où vous vivez

13,59%

14

le français de votre famille ou de vos origines

7,77%

8

un autre français : (veuillez préciser)

12,62%

13

Total

103

Tableau 23 : Des enseignant.e.s ont critiqué votre français (en primaire ou secondaire)

Souvent

8,74%

9

Parfois

21,36%

22

Rarement

30,10%

31

Jamais

39,81%

41

le français n’était pas enseigné

0,00%

0

Total

103

Tableau 24 : Des enseignant.e.s ont critiqué votre accent en français (en primaire ou secondaire)

Souvent

2,91%

3

Parfois

12,62%

13

Rarement

14,56%

15

Jamais

69,90%

72

le français n’était pas enseigné

0,00%

0

Total

103

Tableau 25 : prétextes les plus fréquents de harcèlement ou discrimination en France

La « race » ou « couleur de peau »

80,39%

82

Le sexe ou le genre

73,53%

75

L’orientation sexuelle

71,57%

73

La croyance ou religion

58,82%

60

L’handicap

41,18%

42

Le fait d’être transgenre

40,20%

41

La pauvreté

31,37%

32

L’ascendance ou l’origine étrangère

30,39%

31

Le lieu d’origine ou de vie

19,61%

20

Le patronyme (nom de famille)

19,61%

20

L’âge

15,69%

16

Les opinions politiques ou syndicales

15,69%

16

Le fait de percevoir de l’aide sociale

15,69%

16

Le fait de parler ou d’écrire une langue

14,71%

15

La grossesse

8,82%

9

Autre (veuillez préciser)

6,86%

7

Le statut de citoyenneté

4,90%

5

L’état matrimonial

3,92%

4

Le fait d’être autochtone

2,94%

3

Tableau 26 : Les discriminations linguistiques sont...

une forme de discrimination que je ne connaissais pas

25,00%

25

une forme de discrimination que je connaissais déjà

75,00%

75

Total

100

Tableau 27 : D’après vous, les discriminations linguistiques sont...

moralement inacceptable

82,00%

82

interdite par la loi

18,00%

18

Total

100

Tableau 28 : D’après vous, les discriminations linguistiques sont...

un vrai problème contre lequel il faut absolument lutter

86,87%

86

est surmédiatisée par rapport à son importance réelle

9,09%

9

n’est pas un réel problème

4,04%

4

Total

99

Tableau 29 : Les discriminations linguistiques sont surtout fortes...

à l’embauche (emploi)

94,95%

94

dans les établissements d’enseignement (école, collège, université)

72,73%

72

dans les évolutions de carrière, une fois en poste

47,47%

47

dans les administrations ou services aux personnes

45,45%

45

dans les lieux publics

42,42%

42

pour trouver un logement

38,38%

38

sur les réseaux sociaux, le web

32,32%

32

dans les commerces

18,18%

18

dans les transports

16,16%

16

dans les soins et les hôpitaux

15,15%

15

dans le sport

1,01%

1

Total

99

Tableau 30 : Les discriminations glottophobes vues ou vécues ont eu lieu...

En raison du français employé

40,43%

38

Je n’ai pas vécu ou vu de discrimination

48,94%

46

En raison d’une autre langue. Précisez :

10,64%

10

Total

94

En raison d’une autre langue. Précisez :

Provençal

2

Arabe et variétés magrébines

5

Variétés de français, accent

3

Chinois

1

Langue étrangère

1

Tableau 31 : Vous avez parlé de ces discriminations glottophobes...

Je n’ai pas vécu ou vu de discrimination

46,24%

43

à personne

17,20%

16

à ma famille (conjoint.e, parent)

16,13%

15

à des ami.e.s

12,90%

12

avec la personne portant des propos discriminatoires

5,38%

5

à un.e professeur.e, un.e enseignant.e

1,08%

1

à une personne qui a une mission d’appui (travailleur/se social.e, médiateur/trice, défenseur.e des droits, police, tribunal)

1,08%

1

Total

93

Haut de page

Bibliographie

Alen Garabato Carmen, Colonna Romain (dir.), 2016, Auto-odi. La « haine de soi » en sociolinguistique, Paris, L’Harmattan.

Apathie Jean-Michel, Feltin-Palas Michel, 2020, J’ai un accent, et alors ?, Paris, Lafon.

Archibald James, 2009, « Qu’est-ce que le linguicisme ? ». Dans James Archibald, Stéphanie Galligani (dirs.), Langue(s) et immigration(s) : société, école, travail, Paris, L’Harmattan, 33-48.

Armstrong Nigel, Blanchet Philippe, 2006, “The sociolinguistic situation of ‘contemporary dialects of French’ in France today: an overview of recent contributions on the dialectalisation of Standard French”. Dans Nigel Armstrong, Philippe Blanchet, The dynamics of levelling and diversity in French/Dynamiques de ‘standardisations partielles’ en français, Journal of French Language Studies, 16/03, 251-275.

Balibar, Renée, 1985, L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, PUF. 

Bergeron Christian, 2019, « L’importance de préserver la diversité des accents pour contrer l’insécurité linguistique en Ontario français », Alternative Francophone, 2(4), 92-107.

Binisti Nathalie, Gasquet-Cyrus Médéric 2001, Le français de Marseille, description sociolinguistique, rapport de recherche, DGLF/université de Provence.

Blanchet Philippe, 2002a, « La politisation des langues régionales », Hérodote, 195, 85-101, http://www.cairn.info/revue-herodote-2002-2-page-85.htm

Blanchet Philippe, 2002b, Langues, cultures et identités régionales en Provence. La Métaphore de l’aïoli, Paris, L’Harmattan.

Blanchet Philippe, 2004, Le parler de Marseille et de Provence, dictionnaire du français régional, Paris, Bonneton.

Blanchet Philippe, 2005, « Minorations, minorisations, minorités : essai de théorisation d’un processus complexe », dans Dominique Huck, Philippe Blanchet (dir.), Minorations, minorisations, minorités. Études exploratoires, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 17-47.

Blanchet Philippe, 2012, Linguistique de terrain, méthode et théorie. Une approche ethno-sociolinguistique de la complexité, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Blanchet Philippe, 2016a, Discriminations : combattre la glottophobie, Paris, Éditions Textuel.

Blanchet Philippe, 2016b, « De l’observation des variétés locales et régionales du français à une didactique de la pluralité des pratiques du français en contextes plurilingues : un parcours semé d’embûches ». Dans Marie-Madelaine Bertucci (éd.), Les français régionaux dans l’espace francophone, Bern, Peter Lang, 17-30.

Blanchet Philippe, 2018, « Entre droits linguistiques et glottophobie, analyse d’une discrimination instituée dans la société́ française », dans Pierre Escudé (Dir.), Langue et discriminations, Les cahiers de la LCD, 7, 27-44.

Blanchet Philippe, 2019a, Discriminations : combattre la glottophobie, Limoges : Lambert-Lucas, Réédition mise à jour de l’édition de 2016.

Blanchet Philippe, 2019b, « La mosaïque d’oc : un espace pluriel en question au cœur du monde roman », Les Langues néo-Latines, 385, 99-115.

Blanchet Philippe, 2020, Découvrir le provençal, un « cas d’école sociolinguistique », Université ouverte des humanités : https://uoh.fr/front/noticefr/?uuid=d2feb351-0c0b-4b47-b347-734eeee38ae8.

Blanchet Philippe, Calvet Louis-Jean, Hilléreau Damien et Wilczyk Ewen, 2005, « Le volet linguistique du recensement français de 1999 résultats et analyse appliqués à la Provence plurilingue et au provençal », Marges Linguistiques, n° 10, 65-87. http://www.revue-texto.net/Parutions/Marges/00_ml102005.pdf

Blanchet Philippe, Clerc Conan Stéphanie, 2018, Je n’ai plus osé ouvrir la bouche… Témoignages de glottophobie vécue et moyens de se défendre, Limoges, Lambert Lucas.

Blanchet Philippe, Clerc Stéphanie, Rispail Marielle, 2014, « Réduire l’insécurité linguistique des élèves par une transposition didactique de la pluralité sociolinguistique. Pour de nouvelles perspectives sociodidactiques avec l’exemple du Maghreb ». Dans Bruno Garnier (coord.), Insécurité linguistique en éducation : approches sociologiques comparées des élèves issus du Maghreb, ELA 175, 283-302.

Blanchet Philippe, Martinez Pierre, dir., 2010, Pratiques innovantes du plurilinguisme, émergence et prise en compte en situations francophones, Paris, éditions des Archives Contemporaines et AUF.

Boltanski Luc, Bourdieu Pierre, 1975, « Le fétichisme de la langue », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 4, 2-32.

Boudreau Annette, 2019, « L’identité assignée : du lieu et ses manifestations discursives ». Minorités linguistiques et société / Linguistic Minorities and Society, 12, 51-66.

Bourdieu Pierre, 1982, Ce que parler veut dire, Paris, Fayard.

Bourdieu Pierre, 2001, Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil.

Bretegnier Aude et Ledegen Gudrun, 2002, Sécurité, Insécurité linguistique. Terrains et approches diversifiés, propositions théoriques et méthodologiques. En hommage à Nicole Gueunier, Paris, L’Harmattan.

Brun Auguste, 1931, Le français de Marseille. Marseille, Institut Historique de Provence.

Calvet Louis-Jean, 1974, Linguistique et colonialisme. Petit traité de glottophagie. Paris, Payot.

Candelier Michel, Castellotti Véronique, 2013, « Didactique(s) du (des) plurilinguismes », dans Jacky Simonin, Sylvie Wharton (Dir.), Sociolinguistique du contact. Dictionnaire des termes et concepts, Lyon, ENS-éditions, 179-221.

Candelier Michel et coll. (dir.), 2008, Conscience du plurilinguisme. Pratiques, représentations et interventions, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Cerquiglini Bernard, 1999, Les langues de France, Rapport au Ministre de l’Éducation Nationale, de la Recherche et de la Technologie, et à la Ministre de la Culture et de la Communication, en ligne sur https://www.vie-publique.fr/rapport/24941-les-langues-de-france-rapport-au-ministre-de-leducation-nationale-de

Cerquiglini Bernard, 2003, « Le français, religion d’Etat ? », Le Monde (26/11/2003).

Certeau Michel, Revel Jacques, 1975, Une politique de la langue, la Révolution française et les patois, Paris, NRF.

Chaurand Jacques (éd.), 1999, Nouvelle histoire de la langue française, Paris, Seuil.

Clanché François, 2002, Langues régionales, langues étrangères : de l’héritage à la pratique. Bulletin de l’INSEE n° 830, Paris, INSEE.

Colonna Romain, 2013, Les paradoxes de la domination linguistique. La diglossie en questions, Paris, L’Harmattan.

Commission ontarienne des droits de la personne, 2017, Rapport. Prendre le pouls. Opinion des gens à l’égard des droits de la personne en Ontario. Récupéré le 24 août 2020 au : http://www.ohrc.on.ca/fr/prendre-le-pouls-opinions-des-gens-a-legard-des-droits-de-la-personne-en-ontario

Coste Daniel (dir.), 2013, Les langues au cœur de l’éducation. Principes, pratiques, propositions, Fernelmont, EME.

Cubbels Monique, 1987, « L’idée de province et l’idée de nation en Provence à la veille de la révolution », Provence Historique 148, 135-146.

De Mauro Tullio, [1974] 2018, L’educazione linguistica democratica, Roma-Bari, Laterza.

De Pietro Jean-François, Rispail Marielle (dir.), 2014, L’enseignement du français à l’heure du plurilinguisme, Namur, Presses Universitaires de Namur et AIRDF.

Detey Sylvain., Durand Jacques, Laks Bernard, Lyche Chantal, 2010, Les variétés du français parlé dans l’espace francophone, Gap, Ophrys.

Dinvaut Annemarie, Biichlé Luc (dir.), 2020, Mieux vivre en langues, ou comment passer de l’insécurité à la bienveillance, la bientraitance, la coopération, Paris, L’Harmattan.

Duchêne Roger, 1982, Et la Provence devient française..., Paris, Mazarine.

Emmanuelli François-Xavier, 1980, Histoire de la Provence, Paris, Hachette.

Encrevé Pierre, Braudeau Michel, 2007, Conversations sur la langue française, Paris, Gallimard.

Escudé Pierre, Arabyan Marc, Bronckart Jean-Paul (coord.), 2020, Les Langues dans la vie. Hommage à Tullio De Mauro, Limoges, Lambert-Lucas.

Fouché Pierre, 1956, Traité de prononciation française, Paris, Klincksiek.

Francard Michel, Latin Danièle (coord.), 1995, Le régionalisme lexical, Louvain, Duculot / De Boeck.

Gasquet-Cyrus Médéric, 2012, « La discrimination à l’accent en France : idéologies, discours et pratiques », dans Cyril Trimaille, Jean-Michel Eloy, Idéologies linguistiques et discriminations, Paris, L’Harmattan, 227-245.

Gasquet-Cyrus Médéric, 2013, « Perspectives dynamiques sur la ségrégation sociolinguistique en milieu urbain : le cas de Marseille », Glottopol 21, 9-21.

Gérin-Lajoie Diane, Labrie Normand, 1999, « Les résultats aux tests de lecture et d’écriture en 1993-1994 : une interprétation sociolinguistique », dans Normand Labrie et Gilles Forlot (éds), L’enjeu de la langue en Ontario français, Éditions Prise de parole, pp. 79-109.

Goffman Erving 1975, Stigmates. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Minuit.

Guespin Louis, Marcellesi Jean-Baptiste, 1986, « Pour la glottopolitique », Langages n°83, 5-34.

Hambye Philippe, 2019, « La minorisation linguistique, entre discrimination et domination symbolique. Différences et enjeux de deux lectures des inégalités ». Minorités linguistiques et société / Linguistic Minorities and Society, (12), 15–30.

Héran François, Filhon Alexandra., Deprez Christine, 2001, La dynamique des langues en France au fil du XXe siècle, Paris, INED.

Johnston Lisa G., Sabin Keith, 2010, « Échantillonnage déterminé selon les répondants pour les populations difficiles à joindre », Methodological Innovations Online, 5(2) 38-48.

Klinkenberg Jean-Marie, 2015, La langue dans la cité. Vivre et penser l’équité culturelle, Fédération wallonie-Bruxelles, Les Impressions Nouvelles.

Kolodny Emile, 1984, « Croissance urbaine récente et origines géographiques de la population d’Aix-en-Provence en 1975 », Provence Historique 34, 75-96.

Lafont Robert, 1965-67, « Sobre l’alienacion », Viure 1, 6-13. 3, 15-19. 8, 1-9.

Lafont Robert, 1984, « Pour retrousser la diglossie », Lengas 15, 5-36.

Lagarde Christian, 2012, « Le “colonialisme intérieur” : d’une manière de dire la domination à l’émergence d’une “sociolinguistique périphérique” occitane », Glottopol 20, en ligne sur : http://glottopol.univ-rouen.fr/telecharger/numero_20/gpl20_03lagarde.pdf

Lagarde Christian (dir.), 2020, Les « langues de France » : 20 ans après, Glottopol 34, en ligne sur : http://glottopol.univ-rouen.fr/numero_34.html

Malo Morvan, 2011, « Les langues régionales dans la Constitution française : à nouvelles donnes, nouvelle réponse ? », Revue française de droit constitutionnel 85, 69-98.

Marcellesi Jean-Baptiste (Bulot Thierry, Blanchet Philippe, collab.), 2003, Sociolinguistique (épistémologie, langues régionales, polynomie). Textes choisis de Jean-Baptiste Marcellesi précédés d’un entretien, Paris, L’Harmattan.

Ninyoles Rafael Lluis, 1969, Conflicte Lingüístic Valencià, Barcelona, Edicions 62.

Petitjean Cécile, 2011, « Les représentations des langues dans deux périphéries francophones. Les cas de Marseille et Lausanne ». Dans Claude Vargas, Louis-Jean Calvet, Médéric Gasquet-Cyrus, Daniel Véronique et Robert Vion (Eds.), Langues et sociétés. Approches sociolinguistiques et didactiques, Paris : L’Harmattan, 195-199.

Poche Bernard, 2000, Les langues minoritaires en Europe, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Rézeau Pierre, 2001, Dictionnaire des régionalismes de France, Paris, Duculot.

Skutnabb-Kangas Tove, Phillipson Robert (eds.), 1995, Linguistic Human Rights, Berlin/ New-York, Mouton de Gruyter.

Statistique Canada, 2006, Enquête sur la vitalité des minorités de langue officielle (EVMLO). Récupéré le 28 août 2020 au : https://www150.statcan.gc.ca/n1/fr/catalogue/
89M0028X2009001

Statistique Canada, 2017a, Sondage auprès des fonctionnaires fédéraux. Récupéré le 28 août 2020 au : http://www23.statcan.gc.ca/imdb/p3Instr_f.pl?Function=assembleInstretlang
=fr&Item_Id=387773#qb387885

Statistique Canada, 2017b, Enquête sociale générale - Cycle 28 Victimisation. Récupéré le 28 août 2020 au : https://www.statcan.gc.ca/fra/programmes-statistiques/instrument
/4504_Q1_V6#a145

Taverdet Gérard, Straka Georges, (éd.), 1977, Les français régionaux, Paris : Klincksiek.

Trimaille Cyril, Eloy Jean-Michel, 2012, Idéologies linguistiques et discriminations, Paris : L’Harmattan.

Vermès Geneviève, Boutet Josiane (dir.), 1987, France pays multilingue, 2 vol., Paris, L’Harmattan.

Vernaudon Jacques 2013, « L’enseignement des langues kanak en Nouvelle-Calédonie », Hermès, La Revue 2013/1 (n° 65), 112-118.

Viaut Alain, 2020, « De “langue régionale” à “langue de France” ou les ombres du territoire ». Dans Christian Largarde (éd.), Les « langues de France », vingt ans après, Revue en ligne Glottopol 34, 46-56.

Walter Henriette, 1982, Enquêtes phonologiques et variétés régionales du français, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 NB : Cet article s’appuie sur une trame similaire à ceux que nous publions à partir des réponses à la même enquête données en Ontario (Canada), en Bretagne et à La Réunion, adaptée aux nécessités de contextualisation de chacun des terrains investigués. Une synthèse comparative est également en préparation.

2 Le français actuel est également issu, entre autres, d’emprunts à d’autres langues d’Oïl et d’une surélaboration littéraire et normative incluant notamment de nombreux emprunts savants au latin classique.

3 Ces appellations sont beaucoup plus récentes : les années 1970 pour la première, les années 2000 pour la seconde (Viaut, 2020). On estime en général qu’environ 12 % de la population du royaume parlait français à la fin du XVIIIe siècle (Certeau et Revel, 1977).

4 Sur la notion, complémentaire, de colonialisme intérieur, voir Lagarde (2012) pour une synthèse.

5 L’influence des langues premières sur le français fait l’objet de recensements à but correctif surtout dans la première moitié du XIXe siècle, mais on en trouve peu ensuite, ces conséquences étant désormais davantage acceptées comme signes de la réalisation du principal but poursuivi : l’appropriation du français par toute la population de la France. À l’inverse, on trouve des discours beaucoup plus tolérants à propos de cette influence de la langue locale sur la langue française fin XIXe et première moitié du XXe siècle (Blanchet, 2016b).

6 Alors même que cette Charte n’est pas contraignante et que la France avait déjà ratifié plusieurs textes internationaux contraignants interdisant les discriminations linguistiques et protégeant les droits linguistiques (Blanchet, 2016a), par exemple la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme et des Libertés Fondamentales (1950, ratifiée en 1974), la Convention relative aux Droits de l’Enfant (1989, ratifiée en 1990) ou la Charte Européenne des Droits Fondamentaux (2000, contraignante depuis 2007), mais ces points ne sont pas respecté par la France et sont méconnus car sont noyés dans de longs textes dont les titres ne parlent pas de langues.

7 En Polynésie française, dès 1980, une décision du gouvernement local donnait à la langue tahitienne qualité de langue officielle, statut systématiquement annulé par le Conseil d’État français à chaque tentative réitérée lors des révisions du statut de l’archipel (http://www.axl.cefan.ulaval.ca/pacifique/polfr.htm).

8 Certains médias ont d’ailleurs fait croire qu’il s’agissait d’une plaisanterie, ce que la députée L. Avia a formellement démenti.

9 Il y a eu de rares exceptions, mais pas à ce niveau : 2 ministres à l’accent provençal, Charles Pasqua (ministre de l’intérieur 2 x 2 ans, mais élu très implanté dans la région parisienne) et Jean-Claude Gaudin (ministre de l’aménagement du territoire de 95 à 97, son portefeuille étant lié aux régions). Ils racontent d’ailleurs eux-mêmes comment on s’est moqué d’eux même au parlement quand ils y siégeaient.

10 Cela confirme : une enquête TNS-SOFRES de 2003 sur les discriminations à l’apparence qui place au 3e rang le motif linguistique évoqué tant par les personnes qui disent l’avoir subi que par les employeurs potentiels comme critère explicite ; une enquête IFOP / défenseur des Droits de 2013 sur la perception des discriminations par les demandeurs d’emploi selon laquelle 23 % des personnes concernées en France et 48 % de celles résidant dans des quartiers pauvres ont subi une discrimination à cause de leur accent corrélé à leur origine ; une enquête IFOP / défenseur des Droits / OIT de 2015 sur la perception des discriminations dans l’emploi selon laquelle un accent perçu comme « étranger » (qu’il le soit ou non) est l’un des 10 principaux critères de discrimination et l’un des 5 les plus discriminants.

11 Certains de ces enjeux touchent directement à des questions linguistiques, comme la féminisation des noms de métiers, grades et fonctions ou l’inclusion sous diverses formes du féminin référant aux femmes, et font l’objet de conflits entre défense de l’égalité de traitement des femmes et refus de formes linguistiques / discursives innovantes.

12 Voir Escudé et coll., 2020.

13 L’étude internationale s’est déroulée au Canada (Ontario) et en France (Bretagne, Provence et La Réunion). Les chercheurs responsables de l’étude en France sont les co-auteurs de cet article.

14 La Provence est associée à la couronne de France depuis 1486, mais reste un État indépendant où le roi de France ne règne qu’en qualité de Comte de Provence. L’intégration pleine et entière à la France est réalisée de façon unilatérale par le gouvernement français lors de la chute de la monarchie en 1789-90 (« abolition de tous les privilèges particuliers des provinces, principautés, pays, cantons, villes et communautés d’habitants » le 04/08/1789 et abolition des provinces et création des département le 26/02/1790), malgré la résistance d’une partie des notables provençaux (émeute d’Aix-en-Provence en juillet 1790 et à révolte fédéraliste de 1793) (Cubbels, 1987 ; Duchêne, 1982 ; Emmanuelli, 1980).

15 Le reste de la population se répartit grosso modo en 37 % originaires d’autres régions (19 % de la moitié nord de la France), 17 % de Pieds-Noirs et 17 % d’étrangers.

16 Source : Comité régional du tourisme, rapport ZAP Tourisme 2018.

17 Ces stéréotypes sont bien sûr associés à ceux projetés directement sur les Méditerranéens depuis le XIXe siècle : « voleurs, menteurs, violents, fainéants ».

18 La formulation des questions induit une sur-déclaration du français et une sous-déclaration des autres langues et les zones urbaines sont sur-représentées induisant une sous-représentation des locuteurs et locutrices du provençal.

19 Les pratiques du français sont toutes regroupées et la question des variétés de français n’est pas posée.

20 100 % de l’échantillon est francophone actif.

21 L’étude a été préalablement approuvée par le Comité d’éthique de la recherche de l’Université d’Ottawa.

22 Les tableaux donnant les chiffres précis sont en annexe.

23 Tableaux 1 à 6 en annexe.

24 Les sept personnes qui ont choisi « autres régions du Sud de la France / de France continentale » n’ont pas précisé.

25 La personne déclarant « Pied-Noir » n’est pas celle ayant déclaré « Algérie française » précédemment.

26 Au vu des autres réponses de la même personne, cela signifie un mélange de français et de provençal.

27 37 répondant.e.s ont donné leur adresse électronique pour être recontacté pour poursuivre sur ce thème.

28 Dont « espagnol gitan ».

29 Il est difficile d’identifier précisément ce que recouvre des formulations comme « arabe » sauf quand il est distingué d’un qualificatif local par la même personne ou ce que recouvre par exemple « dialecte marocain » (variété d’amazighe ou d’arabe ?).

30 Cf. note tableau portant sur les parents.

31 Impossible de déterminer s’il s’agit d’un français de Belgique, de wallon, de picard, de flamand, de néerlandais.

32 Une fois nommé « castillan ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Blanchet, Christian Bergeron et Mylène Lebon-Eyquem, « Étude exploratoire d’expériences de glottophobie en Provence réalisée auprès d’étudiants et d’étudiantes de l’université d’Aix-Marseille »Glottopol [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/glottopol/973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/glottopol.973

Haut de page

Auteurs

Philippe Blanchet

Philippe.blanchet[at]univ-rennes2.fr
Philippe Blanchet est professeur de sociolinguistique à l’Université Rennes 2.

Articles du même auteur

Christian Bergeron

Cberger9[at]uottawa.ca
Christian Bergeron est sociologue et professeur à la formation à l’enseignement en langue française à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa, Canada.

Mylène Lebon-Eyquem

Mylene.eyquem[at]univ-reunion.fr
Mylène Lebon-Eyquem est linguiste, professeure de sociolinguistique à l’Université de La Réunion.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search