Navigation – Plan du site
Dossier Sur le vif. Photographie et anthropologie

Un savoir incertain. La photographie et le document anthropologique au tournant du xxe siècle

Uncertain Knowledge: Photography and the Turn-of-the-Century Anthropological Document
Elizabeth Edwards
Traduction de Camille Joseph
p. 30-57

Résumés

Cet article met en relation la production de documents photographiques en anthropologie et les changements épistémologiques qui affectèrent la jeune discipline moderne dans les années 1890. L’analyse se concentre sur trois textes rédigés à cette époque par des anthropologues britanniques, qui mettent en regard la photographie et la preuve anthropologique : celui d’Everard im Thurn en 1893, de Maurice V. Portman en 1896 et d’Alfred C. Haddon en 1899. Cette série d’instructions photographiques révèle des approches différentes et concurrentes des concepts de pertinence, de validité et d’efficacité du document visuel. Je montre que les débats qui les traversent traduisent le passage d’une objectivité mécanique à une objectivité complexe. Cela se produit notamment à travers une nouvelle appréhension de la photographie, qui ne sert plus à contrôler l’excès d’informations, mais à développer une nouvelle objectivité disciplinaire visant à saisir et analyser l’abondance de la culture elle-même.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

De l’excès à l’abondance
Contrôler le document photographique
Everard im Thurn : photographier des « êtres vivants »
« Des réponses exactes » : Maurice V. Portman
Les Notes & Queries
Continuités, ambiguïtés, changements

Aperçu du début du texte

Plutôt que d’être « lue » comme un type spécifique de littérature, l’anthropologie peut être « vue » comme un projet d’imagination visuelle. Cet article examine la manière dont l’anthropologie s’est donnée à « voir » au moment même où, comme d’autres sciences, elle développait « une nouvelle vision d’elle-même » (Grimshaw 2001 : 9 ; Pinney 2011 : 15). On peut ainsi envisager la production et l’utilisation de documents photographiques comme une réponse aux bouleversements épistémologiques de l’anthropologie des années 1890 et du début du xxe siècle. À la fin du xixe siècle furent en effet publiées toute une série de « propositions méthodologiques pour la collecte systématique de données de terrain » (Urry 1972 : 45), signe du changement radical d’attitude des anthropologues de l’époque vis-à-vis de ces données et du document, qui exigeait une nouvelle approche quantitative et qualitative du concept même de preuve [evidence]. Matthew Engelke estime ainsi qu’« on peut lire l’histoire d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elizabeth Edwards, « Un savoir incertain. La photographie et le document anthropologique au tournant du xxe siècle », Gradhiva, 27 | 2018, 30-57.

Référence électronique

Elizabeth Edwards, « Un savoir incertain. La photographie et le document anthropologique au tournant du xxe siècle », Gradhiva [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2020, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3503 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3503

Haut de page

Auteur

Elizabeth Edwards

Professeure émérite, Histoire de la photographie, De Montfort University, Leicester, UK
ejmedwards10[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page