Navigation – Plan du site
Dossier Sur le vif. Photographie et anthropologie

La description graphique. Dessins et photographies dans les carnets de terrain et le travail de conservateur de Henry Balfour

The Graphicalization of Description: Drawing and Photography in the Fieldwork Journals and Museum Work of Henry Balfour
Christopher Morton
Traduction de Camille Joseph
p. 58-89

Résumés

Cet article explore les échanges fluides entre le dessin et la photographie dans le travail du premier conservateur du Pitt Rivers Museum de l’université d’Oxford, Henry Balfour (1863-1939). En étudiant de près deux carnets de terrain compilés dans les années 1920 par Balfour lors de missions dans le nord-est de l’Inde et en Afrique de l’Est, j’examine les usages distincts et complémentaires du dessin et de la photographie, tant sur le terrain que dans le document plus formel du carnet. Il s’agit plus généralement de mettre en lien le rapport de Balfour au document visuel avec sa formation aux sciences naturelles reçue dans les années 1880, et de comprendre sa pratique au regard des approches anthropologiques du xixe siècle et de la manière dont, à cette époque, étaient envisagées les relations entre la collecte de données textuelles, dessinées et photographiques et leur présentation dans le musée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’anthropologue comme tisseur
Nagaland, 1922
Kenya et Ouganda, 1928
Anthropologie, dessin, exposition
Conclusion

Aperçu du début du texte

Cet article examine l’usage du dessin et de la photographie dans deux carnets de Henry Balfour (1863-1939), anthropologue et premier conservateur du Pitt Rivers Museum de l’université d’Oxford. Si j’envisage ces notes manuscrites comme des journaux de terrain, Balfour et nombre de ses contemporains les considérant d’ailleurs comme tels, il faut d’emblée souligner qu’ils n’ont en réalité pas grand-chose à voir avec les carnets à usage plus personnel des ethnographes de l’ère post-malinowskienne. En effet, ceux dont il est question ici étaient vraisemblablement conservés avec la documentation muséale et mis à disposition du personnel du musée pour faciliter ses recherches, et notamment vérifier certaines informations relatives aux objets collectés sur le terrain – leur contexte culturel, la manière dont ils étaient utilisés et les conditions de leur acquisition. En effet, Balfour et les anthropologues de son époque ne faisaient pas de distinction très nette entre leurs recherches pers...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christopher Morton, « La description graphique. Dessins et photographies dans les carnets de terrain et le travail de conservateur de Henry Balfour », Gradhiva, 27 | 2018, 58-89.

Référence électronique

Christopher Morton, « La description graphique. Dessins et photographies dans les carnets de terrain et le travail de conservateur de Henry Balfour », Gradhiva [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2020, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3511 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3511

Haut de page

Auteur

Christopher Morton

University of Oxford – School of Anthropology & Museum Ethnography
christopher.morton[at]prm.ox.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page