Navigation – Plan du site
Dossier Sur le vif. Photographie et anthropologie

Cadrage cannibale. Les photographies de Tristes Tropiques

Cannibalistic Framing. Photographs in Tristes Tropiques
Vincent Debaene
p. 90-117

Résumés

Les premières pages de Tristes Tropiques condamnent avec virulence les récits d’exploration et « albums de photographies » consacrés à des populations prétendument primitives. C’est en particulier l’usage manipulateur du cadrage que Lévi-Strauss dénonce. Pourtant, la publication en 2001 du journal de Luiz de Castro Faria, anthropologue brésilien qui l’accompagnait lors de sa deuxième expédition, a montré que les célèbres photographies des Indiens nambikwara qu’on trouve dans Tristes Tropiques étaient elles-mêmes souvent cadrées de très près, évitant la ligne télégraphique ou le poste missionnaire à l'arrière-plan, sans parler de la présence même des ethnographes en casque colonial. Comment comprendre ce paradoxe, qui frôle la contradiction ? Faut-il en conclure, comme beaucoup de critiques l’ont fait, que Lévi-Strauss a été pris à son propre piège, qu’au fond, son livre participe à la mystification qu’il condamne, et que l’esthétique photographique de Tristes Tropiques en est la preuve la plus éclatante ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Les photographies de Tristes Tropiques ne sont « ethnologiques » qu’au sens large : elles ont été de facto reçues comme telles, en raison du contexte où elles sont apparues et de l’identité professionnelle de Claude Lévi-Strauss, mais elles n’ont pas nécessairement été conçues comme telles. Comme il l’a souvent répété lui-même, Lévi-Strauss n’a pas été formé à l’Institut d’ethnologie et n’a pas fréquenté le musée d’Ethnographie du Trocadéro ; il n’était pas familier des collections de la photothèque du musée et il était étranger au discours d’exhaustivité et au projet « d’archives de l’humanité » portés par Paul Rivet et Marcel Mauss. Il est par ailleurs peu vraisemblable qu’il ait fréquenté les expositions de photographies (Ella Maillart, Pierre Verger, Titaÿna…) que le musée accueillait au début des années 1930 (voir Mauuarin 2015). Autrement dit, les photos de Tristes Tropiques sont sans aucun doute des photos d’ethnologue, prises par un ethnographe sur le terrain, mais il n’est ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Debaene, « Cadrage cannibale. Les photographies de Tristes Tropiques  », Gradhiva, 27 | 2018, 90-117.

Référence électronique

Vincent Debaene, « Cadrage cannibale. Les photographies de Tristes Tropiques  », Gradhiva [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2020, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3531 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3531

Haut de page

Auteur

Vincent Debaene

Université de Genève Département de langue et de littérature françaises modernes
vincent.debaene[at]unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page