Navigation – Plan du site
Dossier Sur le vif. Photographie et anthropologie

Des images typiques. L’anthropologie physique et la photographie aux États-Unis dans les années 1920-1930

Typical Images. Physical Anthropology and Photography in the United States in the 1920-30s
Camille Joseph
p. 118-143

Résumés

Dès la fin du xixe siècle, la photographie servit aux anthropologues à valider l’existence de types physiques. Dans les années 1920 et 1930 aux états-Unis, cet usage typologique des portraits n’avait pas entièrement disparu, alors que les idées eugénistes connaissaient un grand succès, tant scientifique que politique. Mais au même moment, l’anthropologie physique devenait le lieu d’une nouvelle approche statistique, laquelle, sous l’impulsion de Franz Boas en particulier, aboutissait à une critique radicale du concept de « type » et des classifications raciales. Cet article s’intéresse à l’articulation entre le portrait anthropométrique et le « type », en examinant différents usages et réemplois de ces images dans les publications scientifiques d’Aleš Hrdlika et de Franz Boas, et dans le projet d’exposition des « races de l’humanité » au Field Museum de Chicago qui vit le jour en 1933.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le type et ses déviations
Du type au stéréotype
Retour à la race : le « Hall of the Races of Mankind » (1933)

Aperçu du début du texte

Dès l’invention de la photographie au milieu du xixe siècle, les anthropologues avaient immédiatement tenté de mettre le nouveau médium au service de leur projet d’étudier la diversité humaine. La grande quantité d’images produites et accumulées sembla dans un premier temps offrir une base scientifique au classement, à la comparaison et la hiérarchisation des peuples rencontrés sur le terrain. La photographie paraissait pouvoir fournir des données indispensables à l’identification des « types » raciaux, dont la définition reposait avant tout sur un ensemble de traits observables (Dias 1998). Le portrait de nature anthropométrique, qu’on tenta de rationaliser en éliminant notamment tout contexte spatiotemporel de la prise de vue, acquit ainsi une apparente scientificité sous la forme de caractéristiques remarquables : visages présentés dans un cadre serré sur fond neutre, absence d’expression, poses de face et de profil. Ce modèle d’observation devait permettre de ranger les individu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Joseph, « Des images typiques. L’anthropologie physique et la photographie aux États-Unis dans les années 1920-1930 », Gradhiva, 27 | 2018, 118-143.

Référence électronique

Camille Joseph, « Des images typiques. L’anthropologie physique et la photographie aux États-Unis dans les années 1920-1930 », Gradhiva [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2020, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3532 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3532

Haut de page

Auteur

Camille Joseph

Université Paris VIII
joseph_camille[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page