Navigation – Plan du site
Études et essais

Dans les archives photographiques de la reconstruction de Beyrouth

In the Photographic Archives of Beirut’s Reconstruction
Sophie Brones
p. 196-225

Résumés

Le contexte des démolitions extensives qui marquèrent le début de la politique de reconstruction du centre de Beyrouth sous la houlette de la société foncière privée Solidere, à la fin de la guerre civile (1991), voit naître la constitution d’une collection photographique aujourd’hui riche de plusieurs milliers d’images. Cet article rend compte d’une recherche qui traite simultanément des dispositifs de production et d’archivage de la photographie et des représentations elles-mêmes, afin de saisir les écarts entre ce que la photographie donne à voir et ce qu’on lui fait dire. En l’utilisant comme source pour l’écriture d’une nouvelle histoire urbaine, Solidere valorise la photographie documentaire qui s'avère pourtant inefficace pour neutraliser un quartier au passé mouvementé.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Aller aux archives
Le théâtre urbain : une représentation avantageuse de la société foncière
Consulter les fonds : l’expérience du temps
Manipuler : de la sauvegarde des traces à leur enfouissement
Représenter l’architecture
Regards sur la ville : les missions photographiques et l’affirmation d’un style documentaire
La Mission photographique de 1991 : un moment fondateur
La Beirut Central District Photographic Mission : représenter le changement urbain
Discours sur la photographie : l’archive et la politique culturelle

Aperçu du début du texte

En 1991, un an après la fin de la guerre civile (1975-1990), dans le contexte d’un pays fortement divisé, la société foncière privée Solidere – projet de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri – lança un ambitieux programme de reconstruction du centre partiellement détruit de la capitale libanaise. Afin de transformer l’ancien poumon commercial et cosmopolite de la ville en un nouveau hub régional pour le tourisme et les affaires, Solidere expropria les propriétaires d’appartements et d’immeubles du quartier et fit démolir près de quatre-vingts pour cent du tissu urbain, ce qui généra de vives contestations dans les milieux politiques et au sein de la société civile (Brones 2010 et 2014). Seuls deux cent soixante-cinq bâtiments sur mille immeubles recensés dans le périmètre du projet furent préservés et restaurés (Verdeil 2002 : 53).

En parallèle à ces travaux de démolition, Solidere entreprit de constituer une collection photographique. Cette dernière comprend deux corpus d’images :...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Brones, « Dans les archives photographiques de la reconstruction de Beyrouth », Gradhiva, 27 | 2018, 196-225.

Référence électronique

Sophie Brones, « Dans les archives photographiques de la reconstruction de Beyrouth », Gradhiva [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2020, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3555 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3555

Haut de page

Auteur

Sophie Brones

Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles - LéAV Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain - Laboratoire Anthropologie Urbanités Mondialisation
sophie.brones[at]versailles.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page