Navigation – Plan du site
Études et essais

La Grande Guerre dans l’imagerie de Max Ernst. Sainte Cécile ou l’« orgue des morts »

World War I in Max Ernst’s imagery: St. Cecilia, a «death organ»
Rachelle Viennot Hüwel
p. 226-253

Résumés

Le présent essai offre un nouveau regard sur le tableau Sainte Cécile peint par Max Ernst (1891-1976) en 1923 – jusqu’ici jugé comme une allégorie de la vision intérieure, le paradigme du surréalisme naissant – à la lumière du passé de l’ancien combattant de 14-18. La fouille du substrat visuel et textuel de sa subtile combinatoire laisse apparaître la brûlante mémoire de la Grande Guerre comme tissu matriciel ; les strates sémantiques sont calquées sur le langage argotique du poilu et du Feldgrau : mises face à ce vocabulaire des images a priori inertes, elles deviennent parlantes. En confrontant le tableau avec la matière lexicale argotique et les Calligrammes d’Apollinaire, l’analyse montre le procédé langagier opérant de la polysémie et du mode citationnel. Le décryptage permet la lecture limpide d’une imagerie hallucinatoire à l’effet surréalisant.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La légendaire sainte Cécile
La grille de lecture dominante
Le substrat langagier de la Grande Guerre
Variations sur le thème de l’« orgue des morts »
Rémanence du leitmotiv dans l’œuvre

Aperçu du début du texte

Les commentateurs qui se sont penchés jusqu’ici sur l’énigmatique tableau, Sainte Cécile (Le piano invisible) [fig. 1], exécuté par Max Ernst à Paris en 1923, montrant une figure emmurée qui joue à l’aveugle sur un instrument inexistant, reconnaissent pour l’inspiration du peintre la martyre, patronne des musiciens. Ils retiennent du personnage essentiellement la joueuse d’orgue et voient de manière unanime dans l’icône au corps de pierre l’allégorie de la vision intérieure, un marqueur du mouvement surréaliste. Notre étude propose de revisiter cette mise en scène en explorant son soubassement sémantique à travers le prisme de la Grande Guerre au cours de laquelle l’artiste rhénan fut artilleur durant plus de quatre ans.

Fig. 1. Max Ernst, Sainte Cécile (Le piano invisible), 1923, huile sur toile, 101 x 82 cm.

Fig. 1. Max Ernst, Sainte Cécile (Le piano invisible), 1923, huile sur toile, 101 x 82 cm.

Staatsgalerie Stuttgart, inv. : 3194, S/M 630, photo AKG Images © Max Ernst / ADAGP 2018.

La légendaire sainte Cécile

L’hagiographie féminine rapport...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachelle Viennot Hüwel, « La Grande Guerre dans l’imagerie de Max Ernst. Sainte Cécile ou l’« orgue des morts » », Gradhiva, 27 | 2018, 226-253.

Référence électronique

Rachelle Viennot Hüwel, « La Grande Guerre dans l’imagerie de Max Ernst. Sainte Cécile ou l’« orgue des morts » », Gradhiva [En ligne], 27 | 2018, mis en ligne le 23 mai 2020, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3567 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3567

Haut de page

Auteur

Rachelle Viennot Hüwel

huwel.r[at]wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page