Navigation – Plan du site
dossier Capsules temporelles

Introduction

Frédéric Keck
p. 4-23

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Pourquoi une revue d’« anthropologie des arts » consacre-t-elle un dossier aux « capsules temporelles » ? Ce numéro répond d’abord à une curiosité théorique. Le comité de rédaction de Gradhiva souhaitait depuis longtemps réunir un ensemble d’articles sur cette notion qui, sans jeu de mots, permet de capter un « air du temps ». On désigne ainsi de façon générale une sélection d’objets et de messages scellés dans un contenant avec une date d’ouverture située dans un avenir plus ou moins éloigné. Inventé dans les années 1930 par des universitaires dont la plupart s’étaient exilés d’Europe vers les États-Unis (Jarvis 2003 : 150-156), le terme fut repris dans les années 1960 par des artistes américains pour tourner en dérision le rêve de contenir l’humanité dans une boîte (Coquet, ce numéro). En 1969, des ingénieurs et des journalistes japonais conçurent deux capsules temporelles qui furent enfouies au cours de l’Exposition universelle d’Osaka pour être ouverte l’une tous les cent ans et...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Keck, « Introduction », Gradhiva, 28 | 2018, 4-23.

Référence électronique

Frédéric Keck, « Introduction », Gradhiva [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 28 novembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3630

Haut de page

Auteur

Frédéric Keck

Laboratoire d'anthropologie sociale (CNRS)
frederic.keck[at]college-de-france.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page