Navigation – Plan du site
dossier Capsules temporelles

Capsules temporelles, modes d’emploi. Un antidote pour la fin d’un monde

User guides to time capsules. Antidotes to the end of the world
Michèle Coquet
p. 24-49

Résumés

Le phénomène des capsules temporelles est en passe de devenir planétaire. Des collectifs de toutes sortes – écoles, universités, municipalités, institutions publiques ou privées, églises parfois – organisent des cérémonies lors desquelles sont enterrées des collections de « choses », composant une sorte d’instantané de leur époque à la manière d’un cliché photographique, destinées aux humains d’un futur proche ou aux êtres d’un futur si lointain qu’ils échappent à toute représentation. L’intérêt que suscitent tant la création des capsules temporelles que les formes de ritualisation accompagnant leur installation, la place que ces artefacts semblent occuper dans les imaginaires contemporains révèlent à l’analyse les inquiétudes de sociétés occidentales confrontées à différentes crises – écologiques, sanitaires, climatiques, démocratiques –, à l’effondrement des cosmologies traditionnelles et à la difficulté conséquente de se projeter dans l’avenir. L’espoir, grâce au geste d’« encapsulement », de pouvoir faire advenir une permanence du maintenant dans l’après, serait proportionnel au sentiment de l’imminence d’une fin sans eschaton, c’est-à-dire sans refondation possible d’un autre monde.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Avant d’être mondialisée, une passion américaine
Face à la « perte du monde », instaurer une continuité
Faire le temps

Aperçu du début du texte

Du point de vue de l’homme, qui vit toujours entre le passé et le futur, le temps n’est pas un continuum, un flux ininterrompu ; il est brisé au milieu, au pont où « il » se tient ; et son lieu n’est pas le présent tel que nous le comprenons habituellement mais plutôt une brèche dans le temps que « son » constant combat, « sa » résistance au passé et au futur fait exister. (Arendt 1972 : 21)

« Une trentaine d’élèves et de professeurs sont rassemblés, vendredi 22 juin, pour cette “célébration mémorielle” […]. Ils encerclent un silo en béton de deux mètres de profondeur, enfoui presque entièrement dans le sol. Une plaque vissée sur le couvercle intime l’ordre suivant : “Ne pas ouvrir avant 2067”. » Dans le silo, les lycéens ont choisi d’enfermer des journaux et des objets du quotidien, dont certains, à l’instar du tampon buvard devenu obsolète, auraient été mis là, sur un mode potache, pour induire en erreur les futurs découvreurs de la capsule temporelle dans leur analyse de son conte...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Coquet, « Capsules temporelles, modes d’emploi. Un antidote pour la fin d’un monde », Gradhiva, 28 | 2018, 24-49.

Référence électronique

Michèle Coquet, « Capsules temporelles, modes d’emploi. Un antidote pour la fin d’un monde », Gradhiva [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 28 novembre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3637 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3637

Haut de page

Auteur

Michèle Coquet

CNRS – IIAC
michele.coquet[at]cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page