Navigation – Plan du site
dossier Capsules temporelles

Temporalités encapsulées dans les peintures aborigènes du musée du quai Branly

Encapsulated temporalities in the aboriginal paintings of the musée du quai Branly
Arnaud Morvan
p. 50-75

Résumés

À partir d’une réflexion sur l’incorporation de l’histoire coloniale dans les œuvres d’art et les objets rituels aborigènes, l’article examine l’intégration d’une peinture contemporaine de l’artiste kija Paddy Nyunkuny Bedford à l’architecture du musée du quai Branly. Il s’agit de déterminer si la temporalité non-linéaire aborigène qui met plusieurs temps en présence relève d’une forme de capsule temporelle, ou bien si celle-ci n’est qu’une projection européenne reliant des pratiques non-occidentales à un passé mythique. L’œuvre de Bedford semble juxtaposer différents modes d’inscription de l’événement dans le paysage, l’un mythique, l’autre historique, et matérialiser le passage entre les dimensions virtuelles et actuelles de la mémoire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

La commande publique d’art aborigène du musée du quai Branly
Les origines rituelles de l’œuvre de Paddy Bedford
Dreamtime et discontinuités temporelles
Les morts et l’inscription de l’histoire dans le paysage
Thoowoonggoonarrin ou la faille temporelle du musée du quai Branly

Aperçu du début du texte

Dans Les Formes élémentaires de la vie religieuse publié en 1912, Émile Durkheim utilise les matériaux ethnographiques arrernte (aranda ou arunta) collectés par Baldwin Spencer et Francis Gillen en Australie centrale pour fonder l’une des toutes premières anthropologies du temps, basée sur l’étude du système totémique australien. L’ouvrage, qui affirme la primauté du social sur le religieux et l’existence du temps social comme catégorie de l’entendement, place au centre de sa démonstration une analyse des objets sacrés et secrets aborigènes, les churinga, comme prototypes de l’emblème totémique et d’une dimension sacrée de la société. Le terme churinga ou tjuringa désigne la manifestation tangible d’un être totémique, sous forme de pierre ou de tablettes gravées ou lisses, utilisées pendant les cérémonies religieuses des groupes arrernte du centre de l’Australie. Ces objets gardés dans des grottes ou d’autres lieux secrets sont dits contenir les stocks d’âmes ou « esprits-enfants »,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Morvan, « Temporalités encapsulées dans les peintures aborigènes du musée du quai Branly », Gradhiva, 28 | 2018, 50-75.

Référence électronique

Arnaud Morvan, « Temporalités encapsulées dans les peintures aborigènes du musée du quai Branly », Gradhiva [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 28 novembre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3685 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3685

Haut de page

Auteur

Arnaud Morvan

Affilié au Laboratoire d’anthropologie sociale
arvan7933[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page