Navigation – Plan du site
dossier Capsules temporelles

Une illusion du vraisemblable. Mise en scène taphonomique et prospective néolithique à Çatalhöyük

An illusion of likelihood. Taphonomic staging and Neolithic prospective at Çatalhöyük
Rémi Hadad
p. 112-141

Résumés

Le site néolithique de Çatalhöyük, en Anatolie, tire sa notoriété des peintures murales et des espaces architecturaux magnifiquement préservés qui lui confèrent parfois un air de Pompéi préhistorique. Tout comme la célèbre ville antique, cet état de conservation résulte d’une destruction soudaine, soustrayant les vestiges aux processus irrévocables d’érosion ou de démolition. Çatalhöyük, toutefois, n’a pas été frappé par une catastrophe unique et définitive mais est le résultat de pratiques culturelles qui ont inhumé et accumulé ces restes tout au long de l’occupation du site. La notion de capsule temporelle conjure l’illusion qui consisterait à y voir, comme à Pompéi, des instantanés de la vie quotidienne, pour saisir au contraire la logique de ses condamnations volontaires et le statut interprétatif des vestiges ainsi constitués. Produire activement du passé, pour le dire vite, c’est aussi agir au futur.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Une étrange familiarité
Un Pompéi néolithique ?
Çatalhöyük comme mise en scène

Aperçu du début du texte

Cinq années seulement après son exhumation, et bien qu’il ait été protégé des intempéries par un nouvel abri, le bâtiment 52 de Çatalhöyük avait perdu une bonne partie de sa capacité d’évocation (fig. 1). Les angles des murs en adobe s’étaient émoussés et les sols enduits s’étaient effrités. Leurs courbes si caractéristiques étaient recouvertes d’une épaisse couche de poussière argileuse, résultat cumulé des dépôts amenés par les vents qui traversent sans obstacle la plaine de Konya et des résidus de l’inexorable délitement du bâti. Le dôme du four en tannour intégré à l’un des murs était effondré, et il n’y avait guère que le crâne d’aurochs inséré dans une alcôve pour continuer d’incarner – à peine discernable derrière une pile de sacs de sable – la richesse des « maisons » néolithiques passées à la postérité avec les photographies et reconstitutions de l’inventeur du site, James Mellaart (1967).

Fig. 1. Reprise des fouilles sur le secteur nord du site archéologique de Çatalhöyük, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Hadad, « Une illusion du vraisemblable. Mise en scène taphonomique et prospective néolithique à Çatalhöyük », Gradhiva, 28 | 2018, 112-141.

Référence électronique

Rémi Hadad, « Une illusion du vraisemblable. Mise en scène taphonomique et prospective néolithique à Çatalhöyük », Gradhiva [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 28 novembre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3750 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3750

Haut de page

Auteur

Rémi Hadad

Université Paris Nanterre, département d’anthropologie, UMR 7055 Préhistoire et Technologie
remi.hadad[at]mae.u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page